• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Données et stockage de l’énergie

Données et stockage de l’énergie

La diversification des moyens de stockages garantit une meilleure stabilité au réseau. Mais ce phénomène est à double tranchant, et les défauts algorithmiques d’une gestion encore très centralisée sont en mesure de mettre en péril le système. La gestion du stockage doit être corrélée avec la gestion de la demande du Smart Grid. L’optimisation de la chaine énergétique se fait de manière locale, mais a besoin de s’incorporer dans une stratégie d’ensemble.

La transition énergétique est avant tout une transition numérique. L’amas de données générées est utilisé pour mieux s’adapter aux facteurs externes (météo, comportement, transport, etc.). Que ce soit pour le dimensionnement, l’optimisation des processus ou sur l’apprentissage machine, la donnée est un outil essentiel de tout système complexe comme le smart grid.

L’agence internationale de l’énergie avance que les réseaux dans le monde auront besoin de 310GW de capacité de stockage supplémentaire. Cette croissance, combinée à la croissance des EnR et des véhicules électriques poussent les réseaux électriques à se doter de nombreux systèmes de gestion, de contrôle, de prise et de traitements des données.

 

Optimisation de la chaine énergétique

Les pertes énergétiques dans le réseau électrique se situent à tout niveau : transformation vers l’énergie électrique, transport dans le réseau, consommation de l’énergie, transformation P2G, stockage et déstockage de l’énergie. Les pertes énergétiques varient beaucoup d’une énergie à l’autre et d’un pays à l’autre.

Les recherches sur les performances énergétiques touchent tous les domaines : les télécoms, le transport, le bâtiment, etc. Et les techniques d’optimisation mathématiques procurent des gains énergétiques toujours plus grands. L’optimisation des performances énergétiques englobe bien plus que les performances d’entités, cela comprend aussi les performances d’un système voir de systèmes de systèmes.

Des projets d’envergures d’optimisation de performance énergétique à l’aide de système de stockage ont lieu partout en Europe, Chine et Amérique du Nord. Depuis début 2016, le projet AES Kilroot Power Station a pour objectif en Ireland du Nord d’améliorer la fiabilité du réseau grâce à 100MW de stockage. L’opérateur local estime les économies à plus de £8.5M l’année. Du côté de la Californie, ce sont les batteries Li-ion qui sont à l’honneur avec un projet de stockage de 32MW.

De côté français, le réseau fait son lifting via des projets de grande envergure. GreenLys est un projet urbain de Tenerrdis à Lyon et Grenoble visant à optimiser l’intégration d’énergie renouvelable, de véhicules électriques et à intégrer le comportement des utilisateurs dans la gestion du réseau. L’expérimentation a lieu sur 400 résidentiels et 4 sites tertiaires. De grands projets smart grid, comme SMILE ou Flexgrid vont poser les bases de la transition énergétique au niveau national.

L’optimisation continue lors de la mise en pratique par l’intégration de borne de recharge intelligente pour les batteries fixes ou de véhicules électriques. Le Vehicle To Home (V2H) désigne l’intégration d’un moyen temporaire de stockage énergétique ainsi que l’optimisation de l’usage de la batterie en fonction des connaissances d’utilisation des usagers. Les grands constructeurs automobiles proposent leur borne de recharge intelligente comme la LEAF2Home de Nissan ou encore les bornes Tesla/solarcity.

 

Traitements de la donnée

L’optimisation de la chaine énergétique s’appuie sur de nombreux algorithmes et protocoles, et ces derniers ne peuvent pas être eux-mêmes efficaces sans un traitement de leurs données. Que ce soit de la donnée temps réel, ou des données de traitement par apprentissage, le stockage de l’énergie a besoin de connaitre de nombreuses variables pour mener à bien son effacement ou sa charge dans les meilleurs conditions. Les capteurs permettent d’obtenir ces données rapidement (contrairement à la validation manuelle) afin d’adapter l’offre et la demande en temps réel.

Le projet allemand SmartRegion Pellworm de E.ON et Schleswig-Holstein Netz a pour but de prévoir la production de parcs d’énergie renouvelable, et à l’aide de batterie (côté production et côté clients) d’affiner la production pour mieux correspondre aux attentes des consommateurs. Ce projet fait donc appel à des compteurs intelligents côté clients permettant de mieux connaitre leurs attentes et d’apprendre de leurs habitudes énergétiques. Ce type de projet garantit l’anonymat du consommateur. En effet, la donnée personnelle est bien protégée en Europe, et son exploitation est régulée (attention ceci ne s’applique par toujours aux données naviguant par internet).

En France, de nombreux projets visent à collecter des données côté utilisateurs pour mieux en comprendre leur comportement. La gestion de l’énergie est passée d’une gestion de la production à une gestion de la demande. L’ajustement de l’offre et la demande doit être précis et l’intégration des énergies renouvelables et des systèmes de stockage impose un contrôle systémique du réseau. Des projets pilotes comme Montdidier apportent depuis 2004 les fondements architecturaux et de bases de données pour une gestion à plus grande échelle. Plus récemment, des projets européens comme Interflex multiplient les démonstrateurs pour toujours plus de données exploitables.

Le projet SEAS, développé entre autres par Télécom SudParis, qui s’est fini en ce début d’année 2017, se propose de développer un modèle de données pour les applications smart home et smart grid et de développer une plateforme d’échanges. Les données sont essentielles dans le bon déroulement de la transition énergétique, la mise en place de normalisation en ce domaine est donc primordiale afin que les constructeurs se coordonnent pour les technologies futures.

Valorisation des services

Actuellement, la tarification est principalement en mélange à parts égales de cout de l’électricité, de transport d’électricité et de taxes. Cette tarification, mise en place pour un réseau monolithique, devient obsolète avec la montée en puissance des consomm’acteurs et des ressources décentralisées.

Les tarifications changent, les agrégateurs usent de l’effacement et l’autoconsommation prend de l’importance aux yeux des politiques. Pourtant, il est difficile de parler en détail de la valorisation des services, tant ceux-ci sont complexes ou souvent non dévoilés au public. De nombreux travaux de recherche analysent le déploiement et les impacts des batteries pour en définir un contexte économique. De même, le cabinet McKinsey propose une analyse économique des différents services rendus par les batteries.

L’arrivée du V2H et du V2G permet à l’utilisateur de participer à des programmes d’effacement à l’aide de la batterie du véhicule. Le programme de recharge serait optimisé pour profiter du meilleur prix pour remplir la batterie. C’est ainsi que les projets intégrants la charge/décharge intelligente de VEs fleurissent dans le monde comme le projet GridMotion.

V2G par OpenIdeo

Le projet Pegase et plus anciennement Millener sur l’ile de la Réunion se penche sur ce problème de stockage d’énergie dans un contexte de gestion de la demande et d’autoconsommation. Les services rendus par le stockage, c’est-à-dire l’effacement, la sécurisation du réseau et la valorisation des énergies renouvelables étaient valorisés directement ou indirectement dans le microgrid.

Les batteries rendent de nombreux services à toutes échelles. Que ce soit chez les particuliers, les centrales d’EnR, sur le réseau de distribution, le stockage est une aide précieuse au bon fonctionnement du réseau distribué et au lissage de la consommation. Ces services rendus par les batteries doivent naturellement être rentables, d’où l’importance de valoriser ces actions.

 

La transition énergétique, une transition numérique

La transition énergétique est dépendante de la transition numérique du réseau. Les processus de contrôle physique et chimique doivent être épaulés par des processus numériques afin d’optimiser l’efficacité énergétique, le contrôle des EnR et des batteries, et pour transition d’une gestion de la production vers une gestion de la demande.

Notre réseau se transforme, et des projets de smart house, de smart city et de smart grid posent les fondements du futur réseau. La transition ne se fera pas en une décennie, mais prendra le temps de s’ajuster aux nouvelles normes et lois ainsi qu’aux nouvelles technologies.


Moyenne des avis sur cet article :  2.42/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 14 février 17:09

    Actuellement, la tarification est principalement en mélange à parts égales de cout de l’électricité, de transport d’électricité et de taxes.


    Avec la vente montante des véhicules électrique le gouvernement toujours avide récupérera les taxe des hydrocarbures sur l’électricité , l’abonnement explosera et le prix du KWh par la meme occasion , pas de pitié pour le pauvre contribuable qui se verra molesté ....

    • sls0 sls0 14 février 17:55

      La production de lithium permet d’équiper 11 millions de voitures c’est tout.

      Si on consacre tout le lithium mondial pour les voitures françaises ça marche.
      Il faut que le reste du monde fasse ceinture, pas sûr qu’ils soient d’accord.
      On arrête de fantasmer avec les batteries.
      Pour palier au réseau merdique local je suis équipé de batteries, onduleur et panneau solaire. Si tout le monde s’y met je n’aurai plus de batteries pour ma pomme.
      Excellent rendement de 70% les batteries.

      • Croa Croa 15 février 08:22

        À sls0,
        70% c’est pour le lithium, au plomb c’est 80%... Mais c’est plus lourd !


      • Ratatouille Ratatouille 15 février 10:59

        @sls0
        Une solution à voire

        La Batterie Perpétuelle
        VOSS (Volant de Stockage Solaire)

        http://www.energiestro.fr/
        .
        L’alimentation des sites isolés fait de plus en plus appel à des systèmes hybrides associant un stockage d’énergie et un groupe électrogène. Dans ce mode de fonctionnement appelé « Charge/Décharge », le groupe fonctionne par intermittence à pleine puissance. Par rapport à un système classique où le groupe électrogène fonctionne en continu à faible puissance, un système hybride permet de réduire très fortement la consommation de carburant, l’usure du groupe et la fréquence des maintenance. On peut ajouter des énergies renouvelables (solaire, éolienne, hydraulique…) qui vont permettre de réduire encore plus la consommation de carburant. Il est possible d’atteindre une alimentation 100% renouvelable en utilisant un carburant renouvelable : le fonctionnement « Charge/Décharge » permet en particulier d’utiliser de l’huile végétale pure, le biocarburant de première génération possédant le meilleur bilan écologique. ENERGIESTRO vise particulièrement le marché de l’alimentation des relais de télécommunication non

      • Scuba 15 février 11:22

        @Croa

        C’est plus lourd, mais pour l’alimentation d’une maison, donc fixe, le poids a moins d’importance.
        De plus, les batteries au plomb ont une meilleure longévité que les batteries Lithium.

      • pemile pemile 15 février 11:32

        @Scuba « De plus, les batteries au plomb ont une meilleure longévité que les batteries Lithium »

        Uniquement si on les décharge pas à moins de 40%, non ?


      • oncle archibald 15 février 12:36

        @Ratatouille : j’ai visité le site donné en lien, impossible de trouver un lieu d’implantation du prototype, s’il existe, pour s’assurer de la faisabilité, ni les moindres notions de prix d’investissement et de temps d’amortissement sur la base du prix du KWH d’EDF, ce qui pue le bricolage voire l’arnaque si courante dans le domaine des énergies renouvelables. Dommage, le concept à l’air intéressant.


      • Croa Croa 15 février 14:32

        À pemile,
        Effectivement. En fait tous les types de batteries ont leur faiblesses. C’est pour ça qu’il est fortement recommandé d’utiliser des dispositifs de régulation charge-décharge électroniques adaptés aux batteries choisies. Dans le cas d’une batterie au plomb c’est bien de disposer d’un système qui coupe le circuit lorsque la tension descend en dessous d’un certain seuil.
        Les batteries au plomb n’aiment pas non plus le froid.


      • bibou1324 bibou1324 15 février 15:20

        @sls0
        Il faut environ 3kg de lithium par voiture. Il y en aurait entre 15 et 17 millions de tonnes dans le monde. Soit de quoi produire au minimum 5 milliards de voitures.


        Sachant que 95% d’une batterie lithium est recyclable et que la quantité de lithium nécessaire aux batteries diminue car l’efficacité augmente avec la technique, on est large.

      • Ouam Ouam 16 février 18:05

        @pemile
        « @Scuba « De plus, les batteries au plomb ont une meilleure longévité que les batteries Lithium »
         
        Uniquement si on les décharge pas à moins de 40%, non ? »
         
        Cette rêgle ne concerne t’elle pas aussi  le li-ion  ?


      • Ouam Ouam 16 février 18:11

        @bibou1324
        et il n’y à pas que le lithium dans les batteries de voitures
        il y a aussi le cobalt dans les batteries li-ion
         
        pour preuve.... le cours du cobalt à été multiplié par 3 en UN AN
         
        A cause de l’énorme demande généré par ces merdes de vehicules electriques.
         
        Avez vous le lien ou il l’on parle d’une récuperation effective de 95% du lithium. ?
         
        Merci,


      • wawa wawa 16 février 18:38

        @bibou1324

        actuellement on recycle les batteries au lithium pour récupérer .... le cobalt.

        "Sachant que 95% d’une batterie lithium est recyclable et que la quantité de lithium nécessaire aux batteries diminue car l’efficacité augmente avec la technique, on est large."

        bien sur et les electrons sont stockés dans le vide du graphène des ordinateurs quantiques.


      • JC_Lavau JC_Lavau 14 février 18:03

        Tout ça pour redécouvrir que du stockage il y en a très peu, pas partout et souvent très très accidentogène.


        • baldis30 14 février 19:38

          « L’agence internationale de l’énergie avance que les réseaux dans le monde auront besoin de 310GW de capacité de stockage supplémentaire. »

           vous avez une drôle d’idée des unités qui conviennent à l’énergie ... 

          d’où ma notation de l’article ... on ne va pas plus loin ... je plains vos élèves !


          • wawa wawa 16 février 18:49

            @baldis30

            je ne que..............

            l’unité de stockage (en volume necessaire) à un pays comme le France est de l’ordre de 10TWh. soit 1000 TWh au niveau mondial si l’on considère la france comme 1% du PIB
            .
            La puissace (le débit) de stockage destokage necessaire a un pays comme la France est de l’ordre de sa consommation electrique soit 50 GW (si l’on considère que la pruduction renouvelable les nuits d’anticyclone est nulle hormi 10 MW d’hydrauique. 5000GW au niveau mondial !!!!
            .
            article qui confond un et mille, et qui ne vaut pas beaucoup mieux que les pitreries de cabanel.


          • vesjem vesjem 14 février 19:53

            Je mettrais ma main à couper qu’au prochain épisode, l’auteur nous révèlera que LINKY est indispensable à la transition énergétique


            • Croa Croa 15 février 08:31

              À vesjem,
              C’est un peu ça smiley
              Il faudra bien un dispositif chez le client pour gérer les consommations opportunes moins chères de l’électricité.


            • fatallah 14 février 20:50

              Que l’on puisse faire mieux que fournir à la demande sans gérer la demande, je ne doute pas.
              En profiter pour empiéter sur la vie privée et accumuler des données personnelles, je ne suis plus d’accord.
              Que l’on puisse faire mieux avec du stockage près du site de consommation, d’accord aussi. Avec des batteries et des processus chimiques qui perdent en efficacité au cours du temps, je doute fortement.
              Et tout ça sans parler de negawatt qui quand même cherche des solutions crédibles ...
               :(


              • Ratatouille Ratatouille 15 février 11:22

                bonjour les gens

                 pas sur que ça plaise à l’état ,fini les taxes.
                prix d’achat du stockage 200 euros le Kw/h duré de vie 30 ans
                http://www.energiestro.fr/focus-btp-tv-voss-volant-de-stockage-solaire-mars-2017/


                • vesjem vesjem 18 février 09:27

                  @Ratatouille
                  merci pour ce lien très intéressant


                • nono le simplet nono le simplet 15 février 12:28

                  merci pour cet article qui dément les arguments 100 fois répétés par nos savants atomistes locaux 


                  deux de ces savants atomistes se sont d’ailleurs précipités pour faire un commentaire amusant smiley

                  le premier dénonce l’aspect accidentogène du stockage ... rigolo pour un pro-nucléaire, non ?

                  le deuxième rigole que l’on utilise les GW comme unité de stockage ... j’imagine qu’il utiliserait les °celsius ou les kg de carottes ...oh, je sais bien ce qu’il voulait dire sans oser le faire smiley


                  • Christian 15 février 14:06

                    @nono le simplet
                    le deuxième rigole que l’on utilise les GW comme unité de stockage

                    On peut effectivement rigoler lorsqu’on prétend au savoir et confondre puissance et énergie (le gigawatt est une unité de puissance, l’unité d’énergie, donc de stockage, c’est le gigawattheure), mais probablement que vous-même ne faites pas la différence ...à lire votre commentaire.


                  • nono le simplet nono le simplet 15 février 14:31

                    @Christian
                    voir mon com plus bas ... j’ai bien peur de ne pas être celui qui ne fait pas la différence smiley


                  • nono le simplet nono le simplet 15 février 15:14

                    @nono le simplet
                    et je rajoute, mutin ; que le savant qui a dit cette grosse ânerie a reçu 5 étoiles ... des confrères sûrement smiley


                  • nono le simplet nono le simplet 15 février 15:17

                    @nono le simplet
                    je rajoute, sérieux, que nul n’est à l’abri de dire une bêtise, moi autant que les autres,mais que certains ont la galanterie de le reconnaître, d’autres non smiley


                  • nono le simplet nono le simplet 15 février 14:26

                    l’unité d’énergie, donc de stockage, c’est le gigawattheure

                    en gros, tous les sites qui parlent de stockage font la faute dont EDF ? 
                    HILARANT

                    • Croa Croa 15 février 14:45

                      À nono le simplet,
                      Les deux valeurs ont leur importance en fait mais attention si un moyen de stockage est puissant, supposons de 1 GW mais que sa capacité est moindre, par exemple de 100 MWh ça veut dire qu’à pleine puissance on ne peut pas tirer longtemps dessus ! (Si puissance en W = capacité en Wh on peut tirer la pleine puissance une heure durant.) C’est si vrai qu’une batterie de voiture utilisée à pleine puissance (usage du démarreur) ne tient qu’une minute ou deux.... Qui n’a pas fait ce constat ? smiley 


                    • nono le simplet nono le simplet 15 février 14:53

                      @Croa
                      ah, je ne dis pas le contraire ... je dis simplement la capacité de stockage s"exprime en MW ou kW 

                      après, la production c’est une autre paire de manches, c’est sûr ...

                    • Christian 15 février 18:02

                      @nono le simplet
                      Eh non...la capacité d’une batterie c’est soit en Ampèreheure Ah (mais cela dépend de la tension) soit en unité de puissance multiplié par des heures donc par exemple Wattheure, kiloWattheure ou megaWattheure. Mais jamais uniquement avec la puissance.

                      En plus la capacité dépend du temps de décharge, plus le temps est long plus la capacité est grande. Par exemple une batterie de 180Ah avec une décharge de 5h aura 230Ah pour une décharge en 20h.
                      ça montre donc bien que l’on ne peut pas définir une batterie avec la puissance quand bien même la puissance dépend bien sûr de la capacité.

                      Une batterie de 12V de 180Ah a la moitié de la capacité d’une batterie de 24V de 180Ah.


                    • nono le simplet nono le simplet 16 février 03:07

                      @Christian

                      ah là là
                       errare humanum est, persevare diabolicum
                      extrait article EDFDes batteries extrait article EDFlithium-ion pour stocker les ENR

                      Avec ses 20 MW de capacité (fournissant 40 MW de flexibilité, 20 MW en charge et 20 MW en décharge), l’installation gère le plus rapidement et précisément possibles la charge et la décharge des cellules de batteries réparties dans 11 containers : grâce au pilotage par logiciel, l’opérateur peut injecter ou absorber l’électricité envoyée sur le réseau, afin d’en maintenir à tout moment l’équilibre.


                    • Christian 16 février 06:18

                      @nono le simplet


                      Si vous tenez absolument à confondre puissance et énergie, c’est possible à condition que le temps tende vers zéro, exemple avec l’énergie cinétique
                      Par exemple une voiture de 1500kg roulant à 80 km/h possède une énergie cinétique de 0,1 kWh, ce qui paraît ridicule mais le temps ici est de 1h. On compte un temps de 0,1 seconde lors d’un choc frontal et là on a une énergie de ....3,7megaWatt0,1s. Là effectivement on peut parler de puissance de collision..l’énergie se confond avec la puissance.

                      La filiale EDF Energy Renewables de l’électricien français vient de remporter un contrat de plus de 15 millions d’euros portant sur un système de stockage par batterie d’une puissance de 49 MW          
                      Il y a 2 commentaires celui d’Alain38 qui relève l’erreur d’unité et la réponse de MAT. Donc si EDF donne tj une puissance c’est que ce type de stockage est prévu pour un temps d’une demi-heure.
                      Donc si on lit 22MW de stockage il s’agit d’une énergie= à 22MW0,5h


                      on lit dans les données techniques :
                      puissance 1- 100MW
                      capacité de stockage : 4 à 40MWh



                    • nono le simplet nono le simplet 16 février 07:30

                      @Christian
                      conclusion : chez EDF ils écrivent des âneries ... c’est pas fait pour me rassurer smiley


                    • Ouam Ouam 16 février 18:28

                      @Croa
                      salut croa

                      ton msg n’est pas tres clair mais je vais tenter d’y répondre.
                      quelque soit l’échelle de la puissance, le rendement et la capacité à restituer de l’energie est invariante.
                      je prendrai des batteries au pb, vu que tu parles de démarreur de voiture
                      par exemple une batterie de 70ah, tu peut tirer un court instant dessus 700Amp
                      ce qui est le cas de ton démarreur pour illuster.
                      Si tu insiste effectivement, tu fait exploser la batterie.
                       
                      En régime dit « continu » le débit utilisable pratique moyen acceptable est de C1
                      Cad tu aura 70Amp dispo pendant une heure (enfin moins car il ne faut pas vider la batterie)
                       
                      Et si tu ne consomme que 30 Amp (c/2) tu aura un peu plus de capacitée disponible
                      du à divers facteurs, c’est la loi de (j’ai oublié le nom mais google est ton ami)
                       
                      Pour les batteries li-bidule, c’est grosso mdo pareil, les pointes extrèmes et instananées
                      sonts juste plus importantes que ce que permet le pb.
                       
                      Et a l’inverse, si tu veut garder du li-ion pendant tres longtemps,
                      sa plage de manoeuvre est plus courte que celle du PB
                      Le li-ion il faut le charger au max à 95% et le décharger au max à 80%
                      (Source : analyseurs cadex, et son site batterie university)
                      De nombreuxs propriétaires de smartphones / ordis portables le savent.

                      apres plus tu décharge les éléments li-ion en dessous de 80%,
                      plus leur durée de vie s’amenuise.

                      ps et une batterie de voiture doit etre chargé au max (14.2 ou 14.4v)
                      voir ici p ex ou c’est tres bien expliqué
                      https://www.autocollec.com/chargeur-de-batterie/


                    • vesjem vesjem 16 février 18:33

                      guerard
                      tu laisses la bave du crapaud te souiller sans réagir ?


                      • Christian 17 février 09:11

                        @vesjem
                        Pas besoin de bave du crapaud...

                        C’est intéressant de constater simplement que jusqu’à maintenant et jusqu’à l’apparition des batteries au lithium-ion les accumulateurs ne servaient pas à de telles applications. La seule utilisation de batteries dans un réseau électrique consistait à la sécurité de l’alimentation de la commande du réseau en cas de panne...de réseau. Ce sont des batteries dites stationnaires avec une capacité de décharge donnée en 10h (C10). Une batterie de 200AhC10 donne 20A pendant 10 heures
                        Donc là c’est tout autre chose et c’est pourquoi on s’est mis à une autre désignation de capacité...en Mégawatt...(MW) donc uniquement en désignant la puissance et en sachant que la durée de décharge est tj la même.
                        Dans le lien montré par l’auteur
                        https://www.theguardian.com/sustainable-business/2017/sep/15/californias-big-battery-experiment-a-turning-point-for-energy-storage
                         on lit ceci :
                        They can discharge up to 30 megawatts – roughly equivalent to powering 20,000 homes – and can sustain that level for up to four hours.
                        Là on désigne donc un temps de 4h, fort bien et dans d’autres cas quelle est cette durée ?

                        On voit donc que ce n’est pas seulement EDF qui s’est mis à cette désignation de capacité avec la seule puissance. Seulement si une fois c’est 4h de décharge et une autre fois 0,5h de décharge, je vous laisse imaginer la confusion. Une batterie de 10MW pour une demi-heure ne donne pas 10MW en 4h..
                        Pour faire simple, vous achetez une batterie de 10MW, elle vous fournit 10MW pendant une demi-heure, si vous voulez 10MW pendant 1h...vous en rachetez la même. C’est exemple pour montrer que l’on ne peut pas se passer de désigner le temps de décharge d’une batterie.

                        Tout cela d’ailleurs ne peut pas se faire sans passer par des normes internationales

                        http://www.geneve-int.ch/fr/commission-electrotechnique-internationale-cei-0

                        Avec ça on ne connaît toujours pas l’origine de cette désignation farfelue...


                      • Alain 18 février 11:33

                        Ireland du Nord

                        Vehicle To Home
                        V2H et du V2G
                        Smart machin, smart truc et smart attrape-gogo

                        Y’en a un peu marre de tous ces anglicismes à la con et cette novlangue.

                        En plus, l’auteur aurait-il déjà installé un jour un panneau solaire chez lui (ou ailleurs) ? Sait-il au moins que les batteries n’ont aucun sens dans une installation sauf sur site isolé ? Sait-il que la France est un pays tempéré où les batteries souffrent de non-soleil en hiver qui les pénalisent et de trop-plein en été qui les surchargent ?
                        En bref, que de théorie anglicisée mais tellement peu de réalité de terrain.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->