• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Environnement > Vous avez dit : mouvement du 17 novembre ?

Vous avez dit : mouvement du 17 novembre ?

« Poujadisme, n. m. Péj. Attitude politique revendicative, étroitement catégorielle et corporatiste. » (Dictionnaire "Le Petit Larousse").



Qu’est-ce que tu fais samedi prochain ? Moi, je vais faire un peu de poésie à l’Institut du Monde Arabe. Et toi ? Je vais à la soupe au pot. Toi ? Moi, je vais bloquer. Ce samedi 17 novembre 2018 démarre un mouvement qui pourrait être grave pour le pays, un mouvement de colère et de protestation contre les taxes excessives sur le carburant.

Le gouvernement a peur d’un blocage généralisé et durable à la fin de cet automne sur les routes de France. Déjà dans son "itinérance mémorielle", le 9 novembre 2018, le Président Emmanuel Macron s’inquiétait de ce mouvement : « Je me méfie toujours de ces mouvements où l’on mélange tout ! ». C’est aussi pourquoi le Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a mis en garde, le 13 novembre 2018 dans la matinée, les éventuels participants au mouvement : le gouvernement n’acceptera aucun blocage de la circulation.

La loi est avec lui. Définie selon l’article L412-1 du code de la route comme « le fait, en vue d’entraver ou de gêner la circulation, de placer ou de tenter de placer, sur une voie ouverte à la circulation publique, un objet faisant obstacle au passage des véhicules ou d’employer, ou de tenter d’employer, un moyen quelconque pour y mettre obstacle », l’entrave à la circulation est un délit passible de 4 500 euros d’amende et de deux ans de prison, ainsi que du retrait de six points sur le permis de conduire. Par ailleurs, une peine complémentaire de suspension du permis de conduire, pour une durée de trois ans au plus, peut être décidée, cette suspension pouvant être limitée à la conduite en dehors de l’activité professionnelle. Une mise en fourrière du véhicule peut être éventuellement décidée. Qu’on se le dise !

Ce "mouvement du 17 novembre" pourrait être le catalyseur de toutes les colères que les syndicats n’ont pas pu encore incarner depuis le début du quinquennat d’Emmanuel Macron. Baisse des APL, hausse de la CSG non compensée pour les retraités et les fonctionnaires, hausse des taxes sur les carburants… sans compter les hausses plus ou moins indépendantes du gouvernement, comme les péages autoroutiers, les PV de stationnement, le gaz, l’électricité, le timbre-poste, etc. ainsi que l’inquiétude du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu. Cela fait beaucoup, à la longue.

Comme ce mouvement est parti de la base, il est difficile, pour la classe politique, de se positionner clairement. À droite, le Rassemblement national est à fond pour l’encourager. Normal, car ce mouvement est particulièrement adapté à ce qu’on pourrait appeler une forme de "poujadisme". C’est alors la version FN de l’époque Jean-Marie Le Pen, celle où il promettait la suppression de l’impôt sur le revenu (à l’époque, le FN était un mouvement anti-impôts et donc, ultralibéral !). Chez LR, la situation est plus confuse. On soutient timidement sans vouloir vraiment s’engager.

À gauche, la confusion est encore pire. Le PS préfère s’abstenir, mais Julien Dray explique qu’il faut que le PS y participe pour éviter une récupération politique à droite. L’argument est assez tordu ! Chez FI, c’est encore pire. Certains "comprennent" la colère mais ne veulent pas y participer (par exemple, Clémentine Autain). D’autres annoncent clairement leur engagement dans ce mouvement (tout est bon dans les mouvements anti-Macron), sans voir la grande contradiction entre vouloir lutter contre le changement climatique et fustiger la fiscalité associée.

De plus, les organisateurs du mouvement de blocage ont été clairs cette semaine, il s’agit d’exiger du gouvernement qu’il réduise les dépenses de l’État au lieu d’augmenter les taxes. Un discours qui semble très contradictoire avec les envolées lyriques d’un Jean-Luc Mélenchon.

_yarti17novembre02

Dans ce mouvement, j’ai l’impression que tout le monde est fautif. Tout le monde, sauf le peuple, évidemment, qui ne fait que subir. Subir les taxes, subir les intérêts politiciens des uns et des autres.

Faut-il faire de l’écologie punitive, c’est-à-dire, n’avoir qu’un seul mot à la bouche pour tenter de répondre aux enjeux écologiques de la planète : taxer, taxer, taxer ? C’est une erreur d’autant plus forte qu’elle est en complète contradiction avec la volonté du gouvernement de libérer les énergies économiques. On libère d’un côté, on cadenasse de l’autre. Peu de chance que les objectifs économiques puissent être atteints avec une telle "schizophrénie".

L’incohérence du gouvernement, c’est de préférer taxer, ce qui est facile, à construire de nouvelles solutions, ce qui est long, difficile et demande de l’imagination.

Ceux qui, chaque jour, prennent leur voiture pour aller travailler, ceux-là, ils ne l’ont pas choisi, parce que rouler, cela coûte déjà cher. Cela veut dire qu’ils n’ont pas d’autres solutions, qu’ils soient dans des banlieues peu desservies par les transports en commun (dans la région parisienne, le gouvernement croit-il que les automobilistes passent deux heures chaque matin dans les bouchons pour leur simple plaisir de l’automobile ?) ou qu’ils soient dans des zones rurales également peu desservies. Le résultat de la taxation supplémentaire, ce ne sera pas un changement de comportement, puisqu’il n’y a pas d’autre choix, donc pas une amélioration dans la réduction des gaz à effet de serre, mais seulement l’allégement du porte-monnaie.

L’autre incohérence, c’est de vouloir taxer les carburants. Deux incohérences mêmes. C’est sûr que les années 1970 ont voulu faire une société du tout-automobile. Les années 1990 ont encouragé le diesel sur l’essence. Taxer encore plus le diesel, c’est d’une part une sorte de "trahison" de la part de l’État qui l’avait longtemps encouragé. D'autre part, c’est peu cohérent pour lutter contre le changement climatique puisque le sans-plomb ferait, a priori, plus de dégâts que le diesel à cet égard. Mais cela se discute et dépend de l’âge de conception des moteurs.

Plus généralement, taxer l’utilisation des moteurs thermiques (car c’est cela en définitive), cela peut paraître pertinent à moyen ou long terme pour lutter contre les gaz à effet de serre, mais il faut aller jusqu’au bout des conséquences : cela signifierait-il que tous les moteurs automobiles doivent être, à terme, électriques ? Si oui, cela reviendrait à dire qu’il faudrait sans doute à peu près doubler notre capacité de production électrique, c’est-à-dire, accroître de façon massive notre parc de centrales nucléaires. Le veut-on réellement ?

L’autre absurdité du système, c’est de se rendre compte tardivement que les personnes les plus modestes vont être impactés massivement par cette taxation et de vouloir faire des corrections. Comment ? En leur allouant une aide, pardi ! Mais cette aide, versée par l’État, voire les collectivités territoriales, voire les employeurs (les entreprises), il faudra bien qu’elle soit financée. Et qui payera à la fin de la chaîne ? Le contribuable ou le consommateur. C’est-à-dire l’automobiliste qui devra alors payer doublement : sa taxe et celle d’une très faible partie de la population. Le pire, c’est que l’État récupèrera une partie de cette aide, qui sera imposée, au même titre que les taxes spéciales sont soumises à la TVA ! Une maison de fou, ce système fiscal français !

_yarti17novembre03

Mais reprenons plus précisément l’argument du gouvernement rappelé par le Premier Ministre Édouard Philippe le mardi 13 novembre 2018 devant les députés en séance de questions au gouvernement : « Nous assumons l’adjonction d’une taxe carbone à la TICPE, puisqu’il avait été annoncé pendant la campagne par le Président de la République (…). Le montant de cette taxe se situe entre 7,5 et 7,8 milliards d’euros. À quoi sert cet argent ? Il sert, pour une large part, à faire basculer la fiscalité pesant jusqu’à présent sur le travail vers la pollution, la transformation et le dérèglement climatiques. C’est un choix politique. Nous considérons, et je pense qu’au fond, chacun de nos concitoyens peut le comprendre, qu’il est certes peu populaire, mais parfaitement justifié, de dire que la fiscalité doit plus peser sur la pollution que sur le travail. Cette transformation est loin d’être simple, mais nous l’assumons. (…) Changer de système engendre toujours des difficultés, mais nous avons la conviction que ne rien faire contre les émissions de dioxyde de carbone et ne pas s’engager fermement pour accompagner les Français et lutter contre l’utilisation des véhicules qui provoquent et accélèrent le changement climatique ne seraient pas à la hauteur des enjeux. ».

Complétant cette réponse au député de Drancy et président du groupe UDI, Jean-Christophe Lagarde, Édouard Philippe a annoncé dans la matinale de ce mercredi 14 novembre 2018 sur RTL toute une série de mesures visant à aider les Français à faire cette transition énergétique. Ainsi, il a annoncé 500 millions d’euros d’aides supplémentaires, l’objectif étant le changement de mode de chauffage (supprimer à terme le chauffage au fioul) et le changement d’automobile. Une prime de 4 000 euros sera ainsi octroyée aux ménages les plus modestes, c’est-à-dire à un million de personnes (je n’ai pas vérifié, mais il me semble qu’il y a en France environ 40 millions d’automobiles, et autant voire plus de foyers, et donc, de logements dont je ne connais pas la proportion chauffés au fioul, mais dans tous les cas, aider un million de Français est dérisoire par rapport à la population impactée).

On pourrait croire que le gouvernement a donc proposé de compenser les augmentations de taxes par les aides… mais le compte n’y est pas ! C’est ce qu’a voulu affirmer Jean-Christophe Lagarde dans sa question du 13 novembre 2018 : « Il y a quelques jours, le Président de la République disait trivialement à l’un de nos compatriotes que "le carburant, ce n’est pas bibi !". Pourtant, les chiffres sont têtus ! 37% de l’augmentation du diesel et 34% de celle de l’essence résultent de décisions prises dans cet hémicycle sur la proposition du gouvernement. "Bibi" est donc aussi responsable des taxes ; voilà pourquoi les Français ont l’impression de l’avoir dans le baba ! ».

Et Jean-Christophe Lagarde de rappeler la faiblesse de la compensation écologique aux taxes : « Entre 2017 et 2019, la hausse de ces taxes que vous avez décidée a rapporté 7,2 milliards d’euros de recettes supplémentaires aux caisses de l’État. Seuls 1,2 milliard d’euros ont été consacrés à la transition énergétique. Il y a donc une différence de 6 milliards ! Rien qu’en 2019, sur les 3,9 milliards d’euros de recettes supplémentaires attendus, seuls 260 millions d’euros seront consacrés à la transition énergétique. Les Français ont l’impression de se faire avoir. Or, pour que ces taxes soient légitimes, elles ne doivent pas les piéger, mais les accompagner, pour leur permettre de rouler et de se chauffer plus propre ; elles doivent financer, dans tout le pays, les infrastructures nécessaires pour atteindre les objectifs de lutte contre le carbone et la pollution. (…) Le produit de ces taxes [doivent] revenir dans les poches des Français. ».

On voit bien qu’avec les mesures annoncées le lendemain sur RTL par le Premier Ministre, le compte n’y est toujours pas. Pourquoi le gouvernement reste-t-il dans une communication qui ne peut être que perçue comme de l’hypocrisie et de la langue de bois n’écoutant pas la colère des Français ? Si le gouvernement avait dit clairement, en l’assumant pleinement, que ces taxes supplémentaires sont pour remplir les caisses de l’État et réduire le déficit budgétaire qui, finalement, n’est pas si faible que cela car le gouvernement peine à réduire les dépenses publiques, ce serait plus clair et plus franc.

D’autant plus que sur le carburant, la perception et les impressions peuvent être mauvaises conseillères. L’éditorialiste économique Emmanuel Le Chypre a en effet calculé, le 7 novembre 2018, le prix du litre d’essence en 1973. Son prix était de 1,69 franc, soit l’équivalent de 1,50 euro d’aujourd’hui, peu éloigné du 1,52 euro le litre de sans-plomb et de 1,51 euro le litre de gazole en 2018. Mais surtout, surtout grâce aux progrès de la technologie automobile, en 1973, le salaire d’une heure de SMIC permettait de rouler 30 kilomètres, tandis qu’aujourd’hui, en 2018, avec une heure de SMIC, on peut rouler …130 kilomètres !…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (14 novembre 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Le Mouvement du 17 novembre.
Emmanuel Macron.
Édouard Philippe.
Jean-Christophe Lagarde.
La taxation du diesel.
L’écotaxe.
Une catastrophe écologique ?
Amoco Cadiz (16 mars 1978).
Tchernobyl (26 avril 1986).
AZF (21 septembre 2001).
Fukushima (11 mars 2011).
L’industrie de l’énergie en France.
La COP21.
Le GIEC et son alarmisme climatique.
Vibrez avec la NASA …ou sans !
Le scandale de Volkswagen.

_yarti17novembre01
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.49/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • chantecler chantecler 15 novembre 09:38

    Etrangler fiscalement la basse population : c’est le but de ce gouvernement menteur pour faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’état .

    Le pognon des riches ,des élus , des banques, des multinationales du CAC 40 on n’y touche pas .

    C’est pas l’optique des néolibéraux qui fabriquent des milliardaires et qui paupérisent la « populace ».

    Tout le reste est littérature .

    Quant à aider au cas par cas les plus démunis ?

    Qui peut croire à ces balivernes ?

    Comment vérifier dans les faits ?

    C’est comme la suppression de la taxe d’habitation :« demain on rase gratis » pour les crédules .....

    Donc sur des taxations qui rapportent des milliards on prélèverait 0,5 % pour aider les plus exposés ?


    • Laulau Laulau 15 novembre 10:48

      Tout et n’importe quoi et dans tous les sens, bref du Rakoto. Avec en prime des raisonnements au moins aussi poujadistes que le mouvement des gilets jaunes.


      • baldis30 15 novembre 12:55

        @Laulau

         bonjour,
        Lorsqu’on veut obtenir son petit ruban il faut bien se mettre à genoux voire à plat ventre
        « et caresser la chèvre en ménageant le chou, avoir toujours son encensoir dans quelque barbe »
        Il est toujours bon de rappeler ces quelques vers d’Edmond Rostand ( Cyrano, tirade des « non merci » !) ne serait-ce aussi pour ne pas oublier le centième anniversaire de sa mort ...
        que les sinistres ministres de la Culture oublient .. au cas où des vers vengeurs issus de son œuvre viendraient télescoper leur ego surdimensionné ...
        et il y en a des vers vengeurs dans son œuvre, de Cyrano à l’Aiglon en passant par le prodigieux Chantecler pièce à clés (le paon, la faisane, les crapauds,...) !


      • Cadoudal Cadoudal 15 novembre 13:53

        @baldis30
        Rakoto, il à de la chance d’être Malgache bon teint...

        Moi j’irais bien aussi faire de la poésie à l’Institut Colonial, mais je suis jamais invité, pourtant je suis un anticolonialiste...

        Tous les anticolonialistes sont les bienvenus chez nous

        J’appartiens à ma famille, à mon clan, à mon quartier, à ma race, à l’Algérie, à l’islam

        N’importe quel Blanc, le plus antiraciste des antiracistes, le moins paternaliste des paternalistes, le plus sympa des sympas, devra subir comme les autres

        Mais demain, il n’est pas dit que la génération qui suit acceptera la présence des Blancs

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Houria_Bouteldja

        Plus de quinze atteintes à la laïcité sont recensées chaque jour par l’Éducation nationale

        Ici, vous n’êtes pas en France ! , « Allah Akbar, Dieu va te punir »

        https://www.lepoint.fr/politique/l-ecole-face-au-danger-communautariste-15-11-2018-2271595_20.php


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 12:42

        Dans les années 70, René Dumont avait mis en garde. Attention le véritable problème du futur : LA SURPOPULATION. Vous avez déjà vu un politique arriver au pouvoir en écoutant les mises en garde de ceux qui SAVENT : NON. Jamais, La majorité des électeurs sont poujadistes : ils veulent surtout qu’on leur vende du BONHEUR. Surtout le leur... 


        • Alren Alren 15 novembre 13:18

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Ce n’est pas la surpopulation qui est responsable de la hausse des taxes sur le carburant !

          D’ailleurs ce n’est pas la France qui est en danger du fait de la surpopulation mais l’Afrique et l’Asie, autant par la surpopulation que par l’aridité liée au réchauffement climatique.

          Vous auriez dû voir cela dans les astres !


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 13:52

          @Alren

          Question à laquelle je n’ai pas de réponse précise. Qui est responsable des problèmes climatiques en Afrique ???? Pour les guerres, j’ai mon opinion personnelle assez pétrolesque,....


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 12:47

          Donnez-nous avant tout un AXE, au moins, cela aura du sens. 


          • baldis30 15 novembre 12:57

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

             un AXE ? dans l’histoire contemporaine un seul ne vous suffit pas ? ...


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 15 novembre 13:13

            @baldis30

            il n’y a qu’un seul AXE de survie : DECROISSANCE. Que cela plaise ou non à Rako. Lui aussi risque vite face au mot de devenir : poujadiste,....


          • Alren Alren 15 novembre 13:21

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Avant de parler de décroissance, essayons de stopper une croissance folle mais nécessaire aux profits capitalistes.

            Mais pour cela il faut changer de société.
            La France pourrait être pionnière et modèle à suivre ... si la majorité des électeurs le comprennent !


          • Cadoudal Cadoudal 15 novembre 13:29

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            DECROISSANCE = REMIGRATION

            En plus, si on vire tous les clandos Mourides de plus en plus agressifs, ça aura l’avantage de rétablir un peu la balance commerciale avec la Chine :

            La préfecture de police, impuissante face à ce commerce illégal de vendeurs souvent en situation irrégulière

            http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-trois-policiers-portent-plainte-contre-des-vendeurs-a-la-sauvette-14-11-2018-7942770.php

            Dans leur ville sainte, ils feraient moins le malin, mais ils savent qu’en Afrance c’est la fête du slip tous les jours pour les colons...

            Comme souhaité par le Khalife général des mourides Serigne Sidi Mokhtar Mbacké, les autorités ont entamé le déguerpissement des occupations illégales sur les artères de Touba. Toutes les installations qui obstruent la circulation surtout pendant le magal ont été rasées par les bulldozers.

            https://sanslimitesn.com/touba-deguerpissement-occupations-illegales-aux-alentours-de-grande-mosquee/


          • Désintox Désintox 15 novembre 18:58

            CADOUDAL DÉMASQUÉ

            Quand il dit DECROISSANCE = REMIGRATION, il nous indique très clairement que REMIGRATION = GÉNOCIDE.


          • Cadoudal Cadoudal 15 novembre 19:30

            @Désintox
            Te v’la énervé, c’est Erdogan qui te chagrines ?

            Les indigènes ont disparu de Seine Saint Denis, j’ai causé de génocide ?

            Non, c’est juste un déplacement de population forcé..

            tandis qu’une part significative des habitants non issus de cette immigration a quitté ces territoires.

            https://www.lemonde.fr/politique/article/2016/09/03/le-fn-affiche-sa-volonte-de-re-conquerir-les-banlieues_4992163_823448.html?xtmc=le_pen_banlieues&xtcr=46

            Le REMIGRATION et le retour au pays des colons, c’est juste de la prophylaxie, pour éviter le génocide qui est l’étape suivante :

            « Un jour les musulmans que vous avez enrôlés dans vos polices et vos armées européennes se lèveront. Et ils vous écraseront »

            Omar Bakri Mohamed 21 Janvier 2007

            https://twitter.com/armeedeterre/status/1062383216458432512


          • Ouam Ouam 15 novembre 19:48

            @Désintox
            Non c’est toi qui n’a rien compris...
            Il veut lui justement éviter ce qu’il s’est passé en ex-yougoslavie (l’apres tito)
            Si tu ne le sais pas, informe toi.
            Tu comprendra la sagesse de cadoudal.
            Et au fait tu a 5mn, je t’invite à lire la définition du dictionnaire de ta langue.

            génocide

            nom masculin


            • Crime contre l’humanité tendant à la destruction totale ou partielle d’un groupe national, ethnique, racial ou religieux 
            •  
            • Cad d’un peuple ou d’une culture (la c’est moi qui le rajoute si ce n’est pas clair pour toi)

            • Sont qualifiés de génocide les atteintes volontaires à la vie, à l’intégrité physique ou psychique, la soumission à des conditions d’existence mettant en péril la vie du groupe, les entraves aux naissances et les transferts forcés d’enfants qui visent à un tel but.

             

            Voila je te laisse réfléchir à la définition.

            Lorsqu’on noie en masse un peuple avec une population venu d’ailleurs pour le remplacer, cela a un nom, la définition est la au dessus juste à la lire et la relire


          • Cadoudal Cadoudal 15 novembre 20:46

            @Ouam
            Salut camarade, tout baigne chez toi ?

            Vivement que l’apartheid soit officiellement reconnu avec des réserves d’indigènes qui roule en Diesel et qui fument des clopes...

            «  Pour conduire un bus dans un quartier où il n’y a que des Arabes, on fait conduire le bus par un Arabe. Un bus qui doit circuler dans un quartier où il n’y a que des Noirs, on le fait conduire par un Noir  », résume crûment un agent.

            «  Stratégie de l’action culturelle islamique à l’extérieur du monde islamique  ». Adoptée en 2000 par l’Organisation de la coopération islamique (OCI), cette charte est destinée aux communautés musulmanes installées dans les pays non musulmans, en vue de les renforcer. Son ambition, explique-t-il, est de «  profiter de la sécularisation des sociétés occidentales et de la faiblesse qui en découle pour implanter l’islam, le propager petit à petit, et le proposer [...] comme un nouveau modèle social  ».

            La population a complètement été transformée. Les Blancs s’en vont, les Arabes non musulmans aussi. Restent ceux qui acceptent de vivre avec pas de charcuterie, pas de possibilité pour les femmes de se promener dans l’espace public, etc.   »

            Fadela Benrabia, préfète déléguée à l’égalité des chances en Seine-Saint-Denis

            https://www.famillechretienne.fr/filinfo/faut-il-avoir-peur-de-l-islam-244495


          • Cadoudal Cadoudal 15 novembre 20:48

            @Cadoudal
            C’est ton cousin qui traine sur FDS à la recherche de toubabs piir ? lol..

            Blackmamba anti gauchiasse il y a 13 minutes

            Adieu France, il est déjà trop tard, ce n’est pas de votre faute vous les patriotes, mais malheureusement se sont vos propres congénères qui vous ont eux mêmes trahit et sacrifié en choisissant leur extinction au profit d’un peuple tiers par naïveté, la France n’est plus, tout est fini et la seule solution qui se devait de vous sauvez ne sera jamais mis en oeuvre car ce manque de courage vous fera toujours defaut, adieu France.


          • jymb 15 novembre 13:17

            Article plus équilibré qu’à l’accoutumé, et moins macrolâtre 

            Nous sommes néanmoins beaucoup à avoir tout compris de cette clique ultra malfaisante bien auparavant...


            • Samson Samson 15 novembre 13:59

              « Si le gouvernement avait dit clairement, en l’assumant pleinement, que ces taxes supplémentaires sont pour remplir les caisses de l’État et réduire le déficit budgétaire qui, finalement, n’est pas si faible que cela car le gouvernement peine à réduire les dépenses publiques, ce serait plus clair et plus franc. »

              Quand on offre 40 milliards aux (grosses) entreprises alors même que jamais les dividendes de leurs actionnaires n’ont été aussi plantureux, quand la lutte contre la fraude fiscale (évaluée à 100 milliards) se résume à scruter les réseaux sociaux pour choper les plus benêts des petits poissons, il devient impossible de réduire le déficit public autrement qu’en réduisant massivement les pensions, les aides au logement et autres services publics de base au citoyen (éducation nationale, justice, défense nationale, transports en commun, ...).

              Tous les prétextes deviennent alors bons pour pressurer ceux qui n’ont ni les moyens de l’exil fiscal, ni de vivre des toujours plus grasses rentes prélevées sur la sueur et le travail des petites gens. Ne reculant devant aucune tartuferie, le même gouvernement qui, pour mieux complaire aux riches actionnaires allemands de Bayer, a renoncé à graver dans la loi le renoncement au glyphosate - qui tue les sols à grande échelle, massacre la biodiversité planétaire et empoisonne producteurs et consommateurs - à l’outrecuidance d’invoquer les accords de Paris, le réchauffement climatique et l’emprunte carbone pour toujours plus saigner le gueux.

              « ..., le Président Emmanuel Macron s’inquiétait de ce mouvement : « Je me méfie toujours de ces mouvements où l’on mélange tout ! ». »

              Si la France n’avait connu « ces mouvements où on mélange tout », Louis XVI n’aurait jamais été décollé, la République n’aurait jamais été proclamée et jamais le giton de Rothschild - fort d’un suffrage digne en matière de lobotomisation des masses du dernier pack « lessive qui lave encore plus blanc » - n’aurait pu se prendre pour le nouveau « Monarc ». Ce dernier à tout lieu de s’inquiéter : effectivement, la coupe des iniquités déborde !
              Et si, pour changer des « fake news » on à beau jeu - de la présidence et du gouvernement à l’éditocratie à la botte - de couiner en cœur au « populisme » et à la menace poujadiste, rien n’y fera !


              • Samson Samson 16 novembre 00:20

                @Samson

                « À quoi sert cet argent ? Il sert, pour une large part, à faire basculer la fiscalité pesant jusqu’à présent sur le travail vers la pollution, la transformation et le dérèglement climatiques. C’est un choix politique. Nous considérons, et je pense qu’au fond, chacun de nos concitoyens peut le comprendre, qu’il est certes peu populaire, mais parfaitement justifié, de dire que la fiscalité doit plus peser sur la pollution que sur le travail. »

                Admirons et saluons au passage le talentueux tour de passe-passe d’Edouard Philippe, maître incontesté en novlangue.
                « ... pour une large part, ... », revient cette année à 30% de la taxe, 25% l’année prochaine. Quid du « bonus », qui oscille - excusez du peu - entre 70 et 75% ???
                Quand Monsieur Philippe argumente vertueusement une « bascule » de la taxation du travail vers une taxation de la pollution, tout un chacun - lui le premier - est parfaitement conscient que cette taxation de la pollution impactera prioritairement les travailleurs, obligés pour une grande majorité d’utiliser un véhicule pour se rendre à leur travail, surtout en zones rurales, toujours moins desservies - réduction du déficit oblige - par les transports en commun.

                Les travailleurs payeront plus cher pour aller bosser, mais pollueront toujours autant, l’écologie portera le chapeau et la bascule effective s’opérera donc de la taxation des employeurs à celle de leurs employés, mais le travail restera au final toujours autant taxé.

                Chapeau l’artiste ! smiley


              • av88 av88 15 novembre 15:49

                Bien que j’ai une grande sympathie pour les « gilets jaunes », cette révolte colorée me rappelle tant d’autres révolutions colorées que l’âne que je suis, se sentant poussé dans le dos, aurait tendance à refuser l’obstacle.


                • TSS 15 novembre 18:35

                  2018:taxe sur le carburant 34 milliards ,transition ecologique 10 milliards(29,5%)

                  2019(prévu ):taxe sur le carburant 36 milliards transition ecologique 9 

                  milliards(25%) moins 4,5% !! la transition est une vaste fumisterie ,où passe le

                  reste de l’argent ?

                   

                  par contre le service de mossieur B.Griveaux salaires +27%

                  le service de madame M.Chiappa salaires +25,8%


                  • Samson Samson 17 novembre 16:42

                    @TSS

                    « par contre le service de mossieur B.Griveaux salaires +27%
                    le service de madame M.Chiappa salaires +25,8% »

                    Ben, quand ton « job » dans la « start-up » France consiste à saigner le populo pour mieux engraisser l’actionnaire, il serait malavisé et fort inélégant de ne pas « optimiser » ta propre part de nic-nacs au passage. smiley smiley smiley


                  • jeanpiètre jeanpiètre 15 novembre 19:19

                    il morfle un peu monsieur SAV

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès