• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > 8 contresens sur le Brexit, cet autre monstre du Loch Ness

8 contresens sur le Brexit, cet autre monstre du Loch Ness

« Contresens. Première définition : Interprétation erronée, opposée à la signification véritable. » (Le Petit Larousse).



Une récente dépêche d’information laisse entendre que le monstre du Loch Ness pourrait n'être qu'une anguille géante. Laissons l’Écosse (momentanément !) et revenons à la Chambre des Communes à Londres, où il y a une autre anguille sous roche. Le Brexit, devenu une véritable Arlésienne, ou un serpent de mer, est au cœur d'un psychodrame qui n’en finit pas de décomposer la classe politique britannique. Il ne faut pas se tromper : ce spectacle pitoyable ne réjouit personne, aucun "camp", aucun parti, aucune partie.

Avant de faire un résumé chronologique rapide des dernières actualités parlementaires britanniques, qui se résument à un sextuple camouflet pour le Premier Ministre Boris Johnson, je m’arrête sur un grand nombre de contresens que je lis parfois de ce côté-ci de la Manche, c’est-à-dire, du côté continental.

En effet, en France, certains haineux contre l’Europe se méprennent sur le sens de ce qu’il se passe actuellement au Royaume-Uni. Leur haine de l’Europe est souvent dictée par un vieux relent passéiste très gauchisant, voire communiste, avec un voire deux siècles de retard dans la philosophie politique. Ils sont souvent (pas tous) antiaméricains, antieuropéens, anticapitalistes, antilibéraux… Ils sont d’ailleurs tellement anti-tout qu’on peine à savoir quelles sont leurs propositions constructives pour améliorer le monde d’aujourd’hui, qui n’est pas et ne sera jamais parfait par ailleurs.

Qu’on le veuille ou pas, le peuple britannique a choisi par le référendum du 23 juin 2016, avec une courte majorité, néanmoins sans équivoque, de sortir de l’Union Européenne. Je n’insiste pas sur la partie de poker qu’avait voulu gagner David Cameron dont on n’entend plus du tout parler aujourd’hui. Il semblerait, selon certains sondages récents, que cette majorité existe toujours aujourd’hui en faveur du Brexit. Néanmoins, il est clair que le Royaume-Uni est profondément et durablement coupé en deux à cause du Brexit.

Ce n’est pas un tiers/deux tiers, mais deux moitiés, l’une un peu plus grande que l’autre. Une situation qu’il faut comparer aux seconds d’élection présidentielle en France, en 1974, en 1981 et en 2012, où le gagnant a gagné avec une courte majorité populaire. Le problème d’une telle situation, c’est qu’une moitié est contente et une autre moitié est mécontente (la situation serait la même avec un résultat inversé). Ce n’est pas pour rien que Valéry Giscard d’Estaing, élu en 1974 avec la plus courte majorité au second tour, a souhaité, après son septennat, vouloir un gouvernement capable de rassembler deux Français sur trois (ce qui est le titre d’un de ses livres). Deux Français sur trois, c’est le score quasi-identique de l’actuel Président Emmanuel Macron à son élection.

Revenons au Brexit. Depuis trois ans et demi, il n’y a, dans les projets européens, que ce projet de Brexit qui est véritablement médiatisé. En d’autres termes, l’Europe est paralysée pour l’instant tant que cette procédure n’est pas terminée.


Premier contresens : la durée de la confusion

Cela fait trois ans et demi que le Brexit n’est toujours pas concrétisé et donc, pendant tout ce temps, on reporte la volonté populaire. Il ne faut pas exagérer. La procédure accorde deux ans pour négocier un accord entre l’État qui veut partir et le reste de l’Union Européenne. Deux ans, cela peut paraître long, mais en fait, c’est court lorsqu’on sait que, pour le Royaume-Uni qui est dans l’Union Européenne depuis 1972, il y a plus de quarante-sept ans de législation, réglementation, normes souvent entremêlées entre le Royaume-Uni et l’Union Européenne. Du reste, l’accord a été finalisé avant la fin de ce délai de deux ans, puisqu’il a été approuvé à l’unanimité et signé au Conseil Européen le 25 novembre 2018.

Le vrai retard, c’est de faire approuver (ratifier) cet accord par le Parlement britannique. Theresa May a été incapable de le faire ratifier, et Boris Johnson y est opposé, donc ne redemandera pas aux députés de le ratifier. La panade et la confusion politiques (et institutionnelles) sont donc en cours depuis le début du mois de décembre 2018, le pédalage dans la semoule a donc duré neuf mois, ce qui est déjà beaucoup, mais pas trois ans !


Deuxième contresens : les électeurs britanniques ont été éclairés dans leur choix

On pourra toujours critiquer la démocratie référendaire, c’est vrai, et la campagne sur le référendum du 23 juin 2016 a été particulièrement calamiteuse en désinformations massives provenant des brexiters, en particulier, sur les aspects financiers.

Cependant, le plus grave, c’est que le problème majeur qui rend aujourd’hui l’accord négocié par Theresa May difficilement acceptable par les députés britanniques, et qui, à mon sens, est un enjeu qui peut attenter à la vie des personnes, c’est le problème de l’Irlande du Nord. À aucun moment les brexiters n’ont même émis l’idée que cela pouvait poser un problème, et quand Boris Johnson est devenu Premier Ministre, il a pêché outrageusement par optimisme en envisageant des solutions novatrices de douanes vaguement volantes.

Quel est le problème ? L’Union Européenne veut maintenir l’intégrité de son marché intérieur, et par conséquent, veut absolument faire des contrôles à ses frontières extérieures. En principe, cela ne devrait pas poser de problème, d’autant plus que le Royaume-Uni est quasiment une île par rapport à l’Europe. J’écris "quasiment" car il y a quand même des frontières terrestres : en Espagne (Gibraltar) et en Irlande du Nord (avec le reste de l’Irlande). Il y a aussi le tunnel sous la Manche, mais c’est un cas qui se rapproche des aéroports (on ne peut pas circuler librement dans le tunnel !).

Or, remettre une frontière en Irlande du Nord va à l’encontre d’un accord de paix négocié en Irlande du Nord il y a vingt ans, où il était justement question d’abolir toute frontière physique avec le reste de l’Irlande. Or, si l’Irlande du Nord n’est plus dans l’Union Européenne, cette dernière la rétablit. Dès le printemps 2019, de nouveaux attentats terroristes ont eu lieu en Irlande, une jeune journaliste a même été tuée (j’y reviendrai probablement). Le Brexit a déjà coûté des vies humaines, mais le risque est surtout à venir.

Pour éviter le retour d’une flambée de violence en Irlande du Nord, l’accord négocié du Brexit prévoit que la frontière ne soit plus entre l’Irlande du Nord et le reste de l’Irlande, mais entre l’Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni. Cela permettrait de préserver l’unité "physique" de l’Irlande, mais la plupart des députés britanniques trouvent cette solution inacceptable car cela signifierait de fait que l’Irlande du Nord quitterait un peu plus le Royaume-Uni…

Cet argument est évidemment recevable, et c’est bien là le problème : il n’y a pas de solution vraiment satisfaisante d’un côté comme de l’autre. C’est donc un vrai problème, qui nécessite réflexion et surtout créativité pour trouver une solution originale. Mais encore aurait-il fallu identifié que ce fût un problème et pas le découvrir seulement …deux ans et demi après le référendum ! J’insiste sur ce timing : les brexiters ont montré une totale irresponsabilité sur ce sujet essentiel. En ne s’occupant de toutes les conséquences d’un Brexit, en le promouvant, ils ont fait preuve d’immaturité, et aussi de naïveté qui va à l’encontre de l’intérêt des Britanniques.

Le Brexit sans accord signifierait la remise en place d’une frontière entre les deux Irlande. Insistons sur le sujet : les négociations d’il y a vingt années s’étaient effectuées dans le contexte où les deux pays étaient membres de l’Union Européenne dans laquelle ils bénéficiaient d’un marché commun par défaut, ce qui ne serait plus le cas après le Brexit.


Troisième contresens : les motivations du Brexit

Ce troisième contresens est très significatif de l’anachronisme de nombreux penseurs politiques français qui s’imaginent qu’on est contre l’Europe parce qu’on est contre le capitalisme, contres les Américains, contre le libéralisme. C’est évidemment un contresens, vu du Royaume-Uni.

L’Europe, au contraire, protège. Elle protège ceux des États membres qui ne sont pas protégés dans leur propre législation. Bien sûr, dans un pays comme la France aux "acquis sociaux" déjà très avancés, cela ne change pas grand-chose : la législation nationale s’applique si elle va au-delà des directives européennes. Mais dans des pays comme la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, etc., le fait par exemple d’avoir une limitation à 48 heures de travail par semaine est une véritable protection sociale.

Lors de la campagne référendaire de 2005, on a dit ainsi n’importe quoi aux électeurs français, par exemple, qu’on allait arriver à une semaine de 48 heures de travail, alors que l’Europe n’interdit pas de limiter à 35 heures la durée légale du travail (ce qu’elle reste encore aujourd’hui, et cela malgré trois quinquennats qui cherchent à déréguler). Ce que l’Europe impose, c’est que le temps de travail n’aille pas au-delà de ce seuil (bien sûr, cette idée qu’il peut y avoir des semaines de 50 heures de travail, voire plus, est inimaginable en France, pourtant, beaucoup de cadres au forfait et de professions libérales la connaissent).

Par ses normes technologiques, environnementales, sanitaires, l’Europe régule, régule pour son commerce, mais surtout, pour la qualité de ses produits et avant tout, pour la qualité de vie de ses ressortisants. Elle est donc un frein dans l’ultralibéralisme total que souhaiterait mettre en place Boris Johnson et la plupart des brexiters britanniques. C’est un contresens de croire que les Britanniques veulent le Brexit pour avoir plus d’État. C’est le contraire, ils veulent moins d’État, moins d’intervention de l’État et de la bureaucratie bruxelloise.

_yartiBrexit2019D02

Boris Johnson, dans la grande tradition thatchérienne, veut, lui, déréguler au maximum. Son américanisme n’est d’ailleurs pas mis en défaut (il a la double nationalité). C’est assez amusant (et surprenant) de voir des marxisants soutenir Boris Johnson dans cette opération.

Ce qui rejoint l’ensemble des europhobes (notamment français) aux brexiters, c’est la démagogie de désigner l’Europe comme bouc émissaire (parfois unique) de l’ensemble des problèmes d’un pays, en particulier le chômage, l’économie, la dette, etc. Convenons que c’est mieux que de pointer du doigt les personnes immigrées ou les personnes riches (même si certains ne se privent pas de faire les deux), car cela ne s’attaque pas à des personnes humaines mais à une construction institutionnelle. Cependant, la réalité est que l’Europe, au contraire, a protégé plus qu’elle n’a appauvri.

Nous sommes aujourd’hui dans une économie globalisée et l’Internet rend cette mondialisation irréversible. C’est d’ailleurs le problème au niveau fiscal de pouvoir taxer les grandes entreprises numériques délocalisées avec une plus grande justice.

Imaginer que le Royaume-Uni retrouverait la puissance politique et économique qu’il avait au début du XXe siècle en quittant l’Union Européenne, c’est aussi stupide (et naïf) que de croire que cela se passerait aussi pour la France de cette manière. Le contexte mondial est complètement différent : face aux grands ensembles économiques mondiaux, que sont notamment les États-Unis, la Chine, l’Inde et le Brésil (entre autres), aucun pays européen, pas même les quatre plus importants (Allemagne, Royaume-Uni, France et Italie), ne pourrait rester au top sur l’innovation, les normes technologiques, la transition écologique, etc., sans être unis dans un ensemble qui rassemble 500 millions d’habitants.

Le seul point commun de tous ces europhobes, c’est donc cette nostalgie d’un pays anciennement superpuissance qui n’est plus aujourd’hui qu’une puissance moyenne. Or, la seule puissance crédible, c’est l’Union Européenne. C’est le seul salut pour chacune des nations européennes.


Quatrième contresens : la construction européenne est une volonté américaine

Si, au début de la construction européenne, les pères fondateurs (notamment Jean Monnet) étaient principalement atlantistes, c’était parce qu’en pleine guerre froide, il n’y avait que deux camps et il fallait choisir entre les États-Unis et leurs Alliés (l’OTAN), et l’URSS et ses pays satellites. Idéologiquement, il n’y avait donc pas vraiment à hésiter ni à discuter…

En revanche, la politique de Donald Trump, opposée à tout multilatéralisme, montre bien à quel point l’Union Européenne est un "machin" qui met des bâtons dans les roues américaines. Pire, la création de l’euro, qui avait vocation à devenir une monnaie internationale de référence (bientôt, l’Iran pourrait peut-être vendre son pétrole en euros pour se passer des dollars), concurrence directement les États-Unis dans leur monopole monétaire international.

Et si certains Présidents américains, comme Barack Obama, ont exprimé leur encouragement dans la construction européenne, c’est sur le plan politique, car ils savent que celle-ci renforce la stabilité et la paix sur un continent qui, historiquement, n’a jamais vécu qu’en guerre pendant deux à trois mille ans.


Cinquième contresens : le retard du Brexit proviendrait des pro-européens

Il suffit de connaître la position du plus pro-européen des chefs d’État et de gouvernement pour le savoir : Emmanuel Macron a été, dès mars 2019, très réticent sur les reports successifs du Brexit, considérant (avec raison) qu’on irait de report en report. L’Europe est malade de l’incurie de la classe politique britannique.

Les plus pro-européens d’ailleurs se réjouissent du départ des Britanniques car le Royaume-Uni freinait chaque nouvelle avancée d’intégration européenne, notamment dans le domaine social.

Si le Brexit est en retard, ce n’est ni du fait des pro-européens qui veulent rapidement tourner la page du Brexit pour se consacrer à de vrais projets d’avenir, ni du fait de l’Union Européenne elle-même. Car l’une des choses que n’avaient pas imaginée les brexiters, c’est l’unité sans faille des vingt-sept autres pays de l’Union Européenne face au Royaume-Uni. À aucun moment cette unité n’a été ébranlée (ce qui montre que la solidarité européenne n’est pas un vain mot).

Or, l’Union Européenne est très conciliante sur la manière de faire. Certes, sur le fond, elle ne veut pas transiger sur le marché intérieur et donc, sur le maintien de ses frontières extérieures (d’où le problème irlandais insoluble), mais quel europhobe reprocherait-il à l’Union Européenne de vouloir maintenir des frontières extérieures alors qu’on lui reprocherait plutôt de ne pas les garder assez fermement ?

Sur la forme, l’Union Européenne a toujours été très conciliante. Elle a passé un an et demi à négocier un accord (mars 2017 à novembre 2018). Puis, elle a tout accepté du gouvernement britannique. Chaque fois que ce dernier lui a demandé un report, elle l’a accepté. Mais cela n’a jamais été du fait de l’Union Européenne, toujours du fait du Royaume-Uni incapable de s’entendre dans sa vie politique intérieure. D’ailleurs, si les députés britanniques aujourd’hui ont obligé, par une loi, le gouvernement britannique à demander un report après le 31 octobre 2019, rien ne dit que l’Union Européenne l’acceptera (la probabilité est cependant très élevée surtout encouragée par l’Allemagne, mais la France est très réticente).


Sixième contresens : la majorité des Britanniques veulent un Brexit sans accord

Encore un contresens, accentué par l’attitude de Boris Johnson, de faire croire que Brexit et Brexit sans accord est la même chose. C’est comme si un divorce avec négociation pour savoir quoi faire de la maison familiale et des enfants, équivalait à un divorce hard, à savoir, où la maison familiale serait temporairement confisquée et les enfants provisoirement placés dans une famille d’accueil en attendant que les deux parents séparés se mettent d’accord sur leur prochaine vie. Ce n’est pas du tout la même chose.

Le Royaume-Uni est profondément coupé en deux entre partisans et opposants au Brexit, dans cette bataille, les brexiters ont gagné et donc, personne, même les plus pro-européens, ne remettent en cause l’idée du Brexit, mais personne n’a dit comment partir, et vouloir à tout prix le Brexit sans prendre en considération les intérêts économiques mais aussi politiques (voir l’Irlande) serait une faute historique fondamentale que Theresa May, face à un Parlement impossible, a refusé de commettre. Sur ce point, je reviendrai sur le "no-deal", aujourd’hui l’hypothèse hautement la plus probable.


Septième contresens : Jeremy Corbyn serait une solution alternative à Boris Johnson

On peut comprendre ceux qui pensent que Jeremy Corbyn, le leader des travaillistes, puissent être une solution à la situation politique et institutionnelle inextricable d’aujourd’hui, car ils sont souvent très marqués par des idées socialisantes et marxistes.

Néanmoins, la réalité, c’est que le parti travailliste est complètement discrédité et s’est effondré au dernier scrutin, les élections européennes du 23 mai 2019, avec seulement 13,7% des voix (-10,7). Plus particulièrement, Jeremy Corbyn s’est illustré dans une totale incapacité à tenir une position stable et compréhensible sur le Brexit, et cela dès la campagne référendaire. S’il reste le leader de l’opposition, c’est parce qu’il est apprécié des militants du parti travailliste, au même titre que les militants du parti conservateur apprécient Boris Johnson.

En revanche, il y a peu de chance que Jeremy Corbyn puisse trouver une majorité électorale car ses positions très à gauche découragent les électeurs travaillistes modérés qui se réfugieront plutôt chez les lib-dém (centristes pro-européens).

D’ailleurs, il est à noter que si de nombreux hauts responsables conservateurs ont quitté leur parti ces derniers jours, c’est pour refuser que le parti conservateur ne se transforme en simple parti populiste vindicatif, en "faction nationaliste" (le terme n’est pas de moi) comme semble le transformer Boris Johnson. Parmi ces démissionnaires, il y a des anciens ministres (notamment Philip Hammond et Kenneth Clarke, ancien ministre de la justice, de l’intérieur, des finances, député depuis …le 18 juin 1970, quarante-neuf ans !), et même Nicholas Soames, petit-fils de Winston Churchill !

Une analogie pourrait se faire dans cette transformation entre le paysage politique britannique et le paysage politique américain. Le parti "de droite" est hystérisé par un leader populiste plutôt apprécié par l’électorat (Boris Johnson chez les conservateurs britanniques, Donald Trump chez les Républicains américains), mais le parti "de gauche" est préempté par une aile gauchiste dominée par un leader apprécié des militants (Jeremy Corbyn chez les travaillistes britanniques, Bernard Sanders chez les Démocrates américains). Les "modérés", eux, que ce soient des travaillistes blairistes au Royaume-Uni ou des Démocrates conservateurs (proches de Joe Biden par exemple) aux États-Unis, n’ont plus vraiment de parti les soutenant, ce qui renforce la pérennité des "populistes de droite" déjà au pouvoir et jouissant de la décomposition du paysage politique et du manque cruel de leaders crédibles "à gauche".


Huitième contresens : le Royaume-Uni est voué à rester indéfiniment stable

Avec le Brexit, on se retrouve un peu dans un schéma espagnol. Certains, en évoquant la volonté d’indépendance de la Catalogne, ont fait un contresens en croyant que les pro-européens soutenaient l’indépendance de la Catalogne, dans l’idée véhiculée par les europhobes (et fausse) que l’Europe aurait pour dessein de détruire les États et de promouvoir les régions. C’était une erreur factuelle : l’Union Européenne a toujours soutenu l’État espagnol dans son refus constitutionnel de l’indépendance de la Catalogne.

La raison est assez simple : l’idée qui sous-tend la construction européenne, c’est l’unité (dans la diversité, sa devise). Or, la sécession est le contraire de l’unité, c’est le contraire du projet européen d’unir les peuples. Ce n’est pas parce que les indépendantistes catalans voudraient adhérer à l’Union Européenne qu’une Catalogne indépendante pourrait adhérer, d’ailleurs ce serait même plutôt impossible (à cause d’un probable veto espagnol).

Le Royaume-Uni aussi est, comme son nom l’indique, un État composite. Dans les votes au référendum du 23 juin 2016, il a été clairement montré que les habitants d’Irlande du Nord et surtout, de l’Écosse étaient très majoritairement en faveur du maintien dans l’Union Européenne. En cas de retrait du Royaume-Uni, nul doute que les tentations indépendantistes des Écossais seraient renouvelées et fortifiées pour rester malgré tout dans l’Europe, préférant Bruxelles à Londres.

D’ailleurs, on n’imagine pas la complexité institutionnelle et juridique de la situation qu’a provoquée le Brexit. Ainsi, trois juges écossais dans la plus haute juridiction civile d’Écosse, saisis pour statuer sur la suspension du Parlement britannique jusqu’au 14 octobre 2019, ont rendu leur verdict ce mercredi 11 septembre 2019 en jugeant illégale cette suspension, car elle avait pour but de "faire obstacle au Parlement". La Cour suprême, à Londres, aura la charge de statuer définitivement sur le sujet le 17 septembre 2019.

Cependant, l’histoire n’est pas si simple : la Haute Cour de Londres (saisie par Gina Miller, militante pro-européenne) avait jugé cette suspension légale, et la Cour suprême aura aussi à donner son avis sur ce jugement. Mais les deux jugements pourraient être contradictoires car ils ne s’appuieront pas sur le même droit. Ainsi, le magazine "Courrier International" synthétise le casse-tête juridique et institutionnel ainsi : « La situation pourrait alors devenir ubuesque, avec une suspension du Parlement jugée légale en vertu du droit anglais et illégale selon le droit écossais. ».

Comme on le voit, on continue de nager dans le grand n’importe quoi. Revenons maintenant aux faits…


Petite chronologie du gouvernement de Boris Johnson

Je propose ici de donner quelques indications chronologiques récentes, comme je l’avais fait à la fin du mois de mars 2019, à propos du Brexit.


23 juillet 2019.
Boris Johnson est élu contre Jeremy Hunt à la tête du parti conservateur, par 92 143 voix, soit 66,4% des adhérents du parti conservateur.


24 juillet 2019.
Boris Johnson devient Premier Ministre du Royaume-Uni et succède à Theresa May.


01er août 2019.
Première élection législative partielle dans la circonscription de Brecon et Radnorshire : le parti conservateur, avec seulement 39,0% des voix (-9,6), perd le siège au profit du candidat libéral-démocrate qui obtient 42,8% des voix (+14,3).


27 août 2019.
Le leader des travaillistes, Jeremy Corbyn, réussit à réunir tous les députés qui sont opposés au no-deal (y compris des conservateurs) pour contrecarrer la stratégie de la terre brûlée de Boris Johnson.


28 août 2019.
Craignant d’être désavoué, Boris Johnson annonce la suspension du Parlement du 9 septembre au 14 octobre 2019 afin de mieux négocier un accord avec l’Union Européenne (au 11 septembre 2019, aucune nouvelle proposition britannique sérieuse n’est encore parvenue à Bruxelles, par conséquent, il est faux de dire que Boris Johnson est en train de négocier un nouvel accord, cela s’appelle un mensonge). La reine Élisabeth II entérine néanmoins cette suspension (ne pouvant constitutionnellement pas s’y opposer).


03 septembre 2019.
Rentrée parlementaire à la Chambre des Communes.
Le député conservateur Phillip Lee quitte le parti conservateur et rejoint les lib-dém. Ainsi, le parti conservateur perd sa majorité (qui ne tenait qu’à un seul siège).
Mais dans le premier vote, ce sont 21 députés conservateurs qui quittent leur camp : en effet, les parlementaires ont pris le contrôle de leur ordre du jour, par 321 voix pour et 301 voix contre. À chaque nouveau vote, le nombre des partisans de Boris Johnson baisse.


04 septembre 2019.
Les députés des Communes adoptent en seconde lecture la loi (déposée par les travaillistes) qui oblige le gouvernement à demander le report du Brexit au 31 janvier 2020 si aucun nouvel accord n’est conclu avant le 19 octobre 2019 (un Conseil Européen se réunit les 17 et 18 octobre 2019). Cette loi (que j’appelle ici la loi "anti-no-deal") est votée par 327 voix pour et 299 voix contre. Cette majorité d’anti-no-deal n’est pas étonnante, elle s’était déjà exprimée à l’époque de Theresa May.
Le soir, Boris Johnson dépose une motion pour organiser des élections législatives anticipées le 15 octobre 2019, et cette motion ne reçoit que 298 voix (alors qu’il en faut 494 pour qu’elle soit adoptée, c’est-à-dire les deux tiers des députés).


05 septembre 2019.
Le jeune frère du Premier Ministre, Jo Johnson, sous-ministre aux universités et pro-européen francophile, démissionne du gouvernement, préférant l’intérêt de sa patrie à celui de sa fratrie (le père, député européen, et une sœur, journaliste et animatrice de télévision, sont eux aussi très pro-européens). Notons que Jo Johnson, déjà sous-ministre aux transports du gouvernement de Theresa May, avait donné sa démission le 9 novembre 2018 car il réclamait alors un nouveau référendum. Le grand-père de Boris et Jo Johnson fut un président de la Commission européenne des droits de l’homme.


06 septembre 2019.
Après la Chambre des Communes, la Chambre des Lords adopte définitivement la loi anti-no-deal.


07 septembre 2019.
Amber Rudd, la Ministre du Travail et des Retraites, démissionne du gouvernement de Boris Johnson, pour protester contre l’exclusion des 21 députés "rebelles" du parti conservateur. Elle conteste la stratégie de Boris Johnson : « 80% à 90% du temps de travail du gouvernement est consacré [au no-deal]. ».


09 septembre 2019.
La reine Élisabeth II promulgue la loi anti-no-deal (elle ne peut pas non plus s’y opposer).
Le speaker (président) de la Chambre des Communes John Bercow annonce qu’il démissionnera de son poste avant le 31 octobre 2019. Le parti conservateur lui oppose un candidat investi dans sa circonscription de Buckingham.

_yartiBrexit2019D04

Les députés ont adopté la motion (déposée par le conservateur frondeur Dominic Grieve) obligeant le gouvernement à rendre publics les documents secrets de travail sur le Brexit (certains documents ont été publiés le 11 septembre 2019, j’y reviendrai). Cette motion est adoptée par 311 voix pour et 302 contre.
Les députés des Communes rejettent une nouvelle fois la motion de Boris Johnson demandant des élections législatives anticipées, qui ne recueille que 293 votes (au lieu des 434 nécessaires). Cela signifie que les élections législatives anticipées (qui restent probables) ne pourront pas être organisées avant le 30 novembre 2019 (donc après le 31 octobre 2019).
À l’issue d’une rencontre, conférence de presse commune de Boris Johnson et de son homologue irlandais Leo Varadkar qui confirme : « L’Union Européen n’a reçu à ce jour aucune proposition réaliste de Londres dans les négociations du Brexit. ».


10 septembre 2019 à 0 heure.
Suspension du Parlement jusqu’au 14 octobre 2019.


11 septembre 2019.
La plus haute juridiction écossaise juge illégale la suspension du Parlement. La Cour suprême se prononcera définitivement le 17 septembre 2019 sur le sujet.


Quelle va être la suite ?

Le feuilleton qui n’en est pas un risque de se poursuivre longtemps avec en toile de fond un surréalisme étonnant et détonant qui ne peut s’expliquer que par l’incapacité des députés britanniques actuels à trouver une majorité constructive sur le moyen de quitter l’Union Européenne.

Entre le 3 et le 9 septembre 2019, Boris Johnson a subi six votes humiliants qui ont formalisé la perte de sa majorité à la Chambre des Communes. Que peut faire Boris Johnson dans les semaines à venir, lui qui a dit et répété qu’il ne serait pas question, pour lui, de demander un report du Brexit après le 31 octobre 2019 ?

Je vois quatre hypothèses, classées par probabilité croissante.

1. Boris Johnson réussit à trouver un nouvel accord avec l’Union Européenne et le fait adopter à la Chambre des Communes. C’est doublement improbable, mais cette hypothèse, qui rassurerait et contenterait tout le monde, est loin d’être la plus admise.

2. Boris Johnson, se conformant à la loi anti-no-deal, demande à l’Union Européenne le report du Brexit au 31 janvier 2020, le temps d’élire une nouvelle Chambre des Communes. Cette hypothèse tsiprasiserait Boris Johnson qui perdrait tout de sa valeur ajoutée auprès de ceux qui le soutenaient. Elle serait pourtant la plus "sage" et surtout, la plus responsable des hypothèses.

3. Boris Johnson démissionne le 19 octobre 2019. La situation politique serait alors chaotique et rien ne dit que le Brexit sans accord n’aurait quand même pas lieu le 31 octobre 2019, en absence de gouvernement capable de demander le report. Boris Johnson (qui gérerait les affaires courantes) aurait alors gagné son pari.

4. Boris Johnson ne fait rien avant le 31 octobre 2019 et attend que l’échéance arrive sans demander de report. Le Brexit sans accord aurait alors lieu mais il se serait mis dans l’illégalité, et serait passible d’une condamnation et d’une peine de prison, comme ce fut le cas des indépendantistes lors de la proclamation d’indépendance de la Catalogne.

La situation politique au Royaume-Uni est tellement confuse et explosive actuellement qu’il est très difficile, dans tous les cas, d’imaginer la suite, mais surtout, d’imaginer les contours d’une future majorité parlementaire issue des urnes : le bipartisme resterait-il encore ancré dans les mœurs électorales, aidé par le scrutin majoritaire à un tour, ou éclaterait-il comme les résultats des élections européennes du 23 mai 2019 l’ont esquissé ? Ce qui semble en revanche certain, c’est que les jours de cette Chambre des Communes impossible sont comptés…


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (11 septembre 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
8 contresens sur le Brexit, cet autre monstre du Loch Ness.
Boris Johnson, apprenti dictateur ?
Boris Johnson, le jour de gloire.
Union Européenne : la victoire inespérée du Président Macron.
Européennes 2019 (6) : le paysage politique européen.
Theresa May : Game over.
La reine Victoria.
Peter Higgs.
Texte voté à la Chambre des Communes le 31 mars 2019 (traduction en français).
Brexit : vote parlementaire surprise pour un 2e référendum le 26 mai.
Brexit : chronologie inachevée d’un chaos annoncé.
Michael Heseltine.
Les élections législatives britanniques du 8 juin 2017.
L’attentat de Manchester du 22 mai 2017.
Theresa May nommée Premier Ministre le 13 juillet 2016.
Peuple et populismes.
Intervention de Bruno Le Maire sur le Brexit le 28 juin 2016.
Le Brexit en débat chez les députés français.
L’Europe n’est pas un marché.
L’Union Européenne, élément majeur de stabilité mondiale.
Terre brûlée ?
Brexitquake.
Boris Johnson en campagne pour le Brexit.
To Brexit or not to Brexit ?
L’émigration irlandaise.
L’euro.
Le conflit syrien.
Les réfugiés syriens.
La construction européenne.
Jo Cox.
David Cameron.
Margaret Thatcher.
Les Accords de Munich.
Les 70 ans d’Israël.
La partition des Indes.
Karl Marx.
Jane Austen.
William Shakespeare.
David Bohm.
Stephen Hawking.
Alfie Evans, tragédie humaine.
Charlie Chaplin.
Le Prince Charles.
Winston Churchill.
Lord Louis Mountbatten.
Harry, un mari qui vous veut du bien.
Philip Mountbatten.
Lady Di.
Édouard VIII et George VI.
Élisabeth II.
Un règne plus long que celui de Victoria.
Vive la République !

_yartiBrexit2019D03


Moyenne des avis sur cet article :  1.23/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

77 réactions à cet article    


  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 11:28

    Ici Radio Bruxelles, vous venez d’écouter l’émission consacrée au Brexit, à vous Cognac Jay !


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 13 septembre 11:32

      @Fifi Brind_acier

      Radio Paris (ment) est sur la même longueur d’ondes, non ?


    • doctorix doctorix 13 septembre 19:28

      Note de l’article : 1,4 / 5, qu’il faut corriger à 0,4 / 4 (à 19h23 Greenwitch Mean Time)
      Ce qui fait 2/20...Je ne crois pas qu’on ait jamais vu un score aussi minable sur agora. Peut-être Hitler ou Mussolini, ou macron, s’ils étaient rédacteurs ?
      Ca ne s’arrange pas, contrairement à la sortie de l’UE, qui ne peut que progresser, au vu de la médiocrité de ses adversaires.


    • V_Parlier V_Parlier 13 septembre 21:02

      @Fifi Brind_acier
      En effet, un si long travail qui ne sera lu ni par nous ni par ceux habitués au format de 15 lignes des articles achetés à l’AFP par la presse mainstream. C’est triste de voi ainsi l’auteur se fatiguer pour rien.

      Juste une remarque à propos du quart que j’ai quand même lu : S’il est vrai que le Brexit ne sortira sûrement pas le Royaume-Uni du néolibéralisme et de l’influence américaine, personellement je n’en ai rien à cirer. Et comme les électeurs continuent de voter plus ou moins directement pour le maintien de l’UE et que j’en prend acte, mieux vaut alors que tous les plus atlantistes en sortent : Ca nous fera un peu d’air ! Alors, à défaut de Frexit, au moins vive le Brexit, le Polexit, le Danexit, le Roumexit et éventuellement le Lithuexit et le Lettonexit.


    • doctorix doctorix 13 septembre 22:48

      @V_Parlier
      La perspective de tous ces exit m’excite.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 septembre 07:38

      @V_Parlier
      le Brexit ne sortira sûrement pas le Royaume-Uni du néolibéralisme et de l’influence américaine,

      Bonjour, la GB a toujours été sous influence américaine, même avant 1972. Le Brexit ne remet pas en cause l’appartenance à l’ OTAN, de ce point de vue rien ne changera.

      Sauf que les lois seront désormais faites en GB, et que les élus peuvent.. ne pas être réélus. C’est le sens de la loi qui vient d’être votée le 18 août et qui met fin à toute transcription des lois européennes dans le Droit britannique...

      Vous ne pouvez rien faire contre les Mamamouchis de Bruxelles, ils ne sont élus par personne et ils sont protégés par une immunité judiciaire, quoi qu’ils fassent. Ceux là, impossible de les virer !

      Puis, le gouvernement vient d’annoncer que l’austérité budgétaire,c’était terminé.

      Ensuite, je fais confiance au peuple, le mouvement ouvrier britannique a une longue histoire de luttes sociales, c’est le plus ancien mouvement ouvrier du monde, il a 200 ans d’existence. Il doit bien en rester quelque chose !


    • un des P'tite Goutte un des p’tite goutte 14 septembre 11:08

      @doctorix
      Frexit ; hum ! ça frissonne en plus !


    • un des P'tite Goutte un des p’tite goutte 14 septembre 11:49

      @V_Parlier
      J’ai réussi à lire d’autres articles Rakoto etc. Oui, il faut des contradicteurs, pas de censure. Mais là, comme d’autres aussi je suppose, je n’ai pas pu lire jusqu’au bout, dès les premiers mensonges, ou plutôt affirmations partisanes sans fondement réel, une sorte de dégoût m’envahit. Il y a abjection et mauvaise fois revendiqués !
      Ces articles arrivent comme par un robot informatique non programmé aux réponses ; pas de dialogue, pas d’interaction. Cela me fait penser aux répondeurs automates, lorsqu’on essaie d’avoir un humain pour une réponse que les touches de téléphone, et ben, elles donnent pas. 


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 13 septembre 11:28

      c’est du lourd, là !

      c’est le chef des trolls officiels qui s’y est collé, c’est pas possible !


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 13 septembre 11:31

        @Séraphin Lampion

        « Quatrième contresens : la construction européenne est une volonté américaine  »

        dans la « démonstration » (ou plutôt la suite de syllogismes) qui suit, vous oubliez Hallstein d’un côté et le CNR d’un autre côté, mais bon... on peut toujours refaire l’histoire.


      • Emohtaryp Emohtaryp 13 septembre 15:18

        @Séraphin Lampion

        Ce brave Walter qui enseignait le « national socialisme » aux ignorants du troisième reich et ensuite aux ignorants de l’UE en devenant le nouveau premier Führer du quatrième reich !

        Refaire l’histoire, oui, ils l’ont fait mais la mouscaille finit toujours quand-même par remonter à la surface.....


      • Fergus Fergus 13 septembre 11:35

        Bonjour, Sylvain

        Mis à part quelques considérations de nature partisane sur les gens de gauche, je souscris très largement à cette analyse historique de l’ahurissant imbroglio britannique et aux hypothèses de sortie évoquées en fin d’article.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 13 septembre 11:53

          @Fergus

          sauf que l’« imbroglio » répond à une stratégie qui n’est évoquée ni par un camp ni par l’autre (pro ou anti-Brexit). Les slogans lancés par Farage n’ont été repris par Johnson que pour leur efficacité démagogique. Le véritable objectif de Johnson n’est pas du tout l’indépendance d’Albion, mais la reconversion de de la finance britannique
          après avoir intégré le fait que l’empire colonial avait été phagocyté par les Etats-Unis, Johnson dont une partie de la famille est américaine considère qu’il sera plus juteux d’être partie prenante de la « noblesse d’empire » plutôt que gouverneur d’un des protectorats américains réunis sous le drapeau bleu à étoiles jaunes.
          ce n’est pas un « imbroglio » mais une redistribution des cartes à l’intérieur même d’une « gentry » devenue hétérogène et dont une partie aime fricoter avec l’extrème droite, une tendance qui n’est pas nouvelle.

          lien


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 12:22

          @Séraphin Lampion
          Cela peut expliquer le choix de Johnson, mais cela n’explique pas que dans le pays qui a inventé le parlementarisme, la majorité des Députés préfèrent torpiller le vote des Britanniques depuis 3 ans, avec le soutien actif ou attendri de toutes les euronouilles du continent ?

          Cette situation en dit plus sur la nature anti démocratique des européistes, alors même que les citoyens reprochent aux responsables à tous les niveaux un déficit démocratique. Ils se tirent tous une balle dans le pied.

          J’attends avec curiosité le vote prochain au Conseil européen, pour voir quels pays vont s’opposer au nouveau délai ? Macron ? Orban ?
          Il suffit qu’1 seul refuse, et le Brexit est acté, avec ou sans accord.


        • Trelawney Trelawney 13 septembre 12:48

          @Fifi Brind_acier
          l’UPR croise les doigts pour que le breixit n’est pas lieu. Parce que si le RU sort de l’UE sans accord avec cette dernière, les financiers opportunistes anglais s’en sortiront toujours, mais le petit peuple à commencer par les irlandais du nord et les écossais va morfler grave.
          Et le jour où cela arrivera s’en sera fini des délires politiques de l’UPR. Déjà qu’ils ne pèsent pas bien lourd


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 13:32

          @Trelawney
          l’UPR croise les doigts pour que le breixit n’est pas lieu.

          C’est ça, vous avez tout compris ! Depuis 12 ans nous militons pour la sortie de l’ UE, et soudainement nous ne voulons plus que les Britanniques en sortent.
          S’il vous plaît, surtout, ne venez pas à l’ UPR, nous avons besoin de gens qui comprennent ce qu’ils lisent !! Ce qui n’est pas votre cas.

          mais le petit peuple à commencer par les irlandais du nord et les écossais va morfler grave.

          « Les 8 plus gros mensonges du Brexit ».


        • Emohtaryp Emohtaryp 13 septembre 15:10

          @Trelawney

          « Déjà qu’ils ne pèsent pas bien lourd »

          Troisième parti de France en nombre d’adhérents....mais interdit d’antenne sur les médias corrompus pour motif de forte volonté pour sortir la France de l’ue/euro/otan........What else ?

          Quant au brexit, il va avoir lieu tôt ou tard et va démontrer magistralement toute l’ineptie de l’UErss......donc il est idiot de dire que l’upr croiserait les bras pour que ça n’ait pas lieu, bien au contraire !

          Quels sont les pays qui se portent le mieux économiquement en Europe ( géographique) , justement ceux qui ne sont pas dans l’UE, Norvège, Islande, Suisse et bientôt le RU, ça vous emmerde mais c’est comme ça....

          Les faits sont têtus et vont faire tache d’huile....le cauchemar des europhiles ! smiley


        • V_Parlier V_Parlier 13 septembre 21:07

          @Séraphin Lampion
          Une redistribution des cartes, ça j’y crois en effet. Sinon ils auraient fait comme ailleurs : ils se seraient assis sur le choix des votants !
          https://www.agoravox.tv/actualites/international/article/doit-on-le-brexit-simplement-a-la-53564


        • velosolex velosolex 13 septembre 21:24

          @Fergus
          Assez d’accord. On ne dira jamais assez comment « Le sun » un journal haineux, xénophobe, stupide et manipulateur, dont on ne connait pas de torchon similaire sur la continent, a fait le lit du brexit. Trois ans après on peut juger le résultat de cette aberration sur pièces.
          Où il est passé Cameron, qu’avait lancé le Titanic sur les flots ?
          C’est une chose de faire du chahut un soir de beuverie, en disant qu’ on va se payer Bruxelles, et que la peau du vieux lion qui sert de descente de lit va se remettre à rugir comme sous la reine Victoria, c’en est une autre d’assumer au matin quand on a la langue de bois….
          Encore cinq minutes monsieur le bourreau, avant le Brexit, ou la guillotine.
          Merde la mère Ubu, on avait pas vu les choses comme ça. 


        • un des P'tite Goutte un des p’tite goutte 14 septembre 11:18

          @Fifi Brind_acier
          Parenthèse lexicale de haut niveau : « EURONOUILLES ». 
          Félicitations Fifi, ce mot !... tellement porteur de sens !
          Amis et collaborateurs et ennemis commentateurs, lecteurs de tout poil,
          reprenez-le !, faites lui honneur, je vous en conjure de tout coeur !
          Il mérite un bel avenir, et souhaitons qu’il continue sa vie, un jour, dans les pages d’un dictionnaire... 


        • exol 13 septembre 11:54

          Enfin un article lucide de ratoto qui a pour effet de clouer le bec aux raclures nationalistes de l’UPR. L’auteur s’est trompé de cible mise à part les 3 adhérents du PRCF cet article s’adresse en réalité à l’UPR.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 13 septembre 12:04

            @exol

            tiens, toi qu’es malin, peux tu m’espllker le sens du pseudo du groupê qui écrit ces articles ?
            quand on lit de droite à gauche Rakotoarison, ça donne nosiraotokar
            otokar je comprends : c’est un transport en commun ce pseudo, mais pourquoi « nosira » et pourquoi « sylvain » ?


          • exol 13 septembre 12:12

            @Séraphin Lampion
            M’en fous de l’équipe de ratoto , l’important c’est de démasquer les raclures nationalistes de l’UPR.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 13 septembre 12:21

            @exol

            T’as raison, faut démasquer les raclures  !


          • Attila Attila 13 septembre 12:44

            @La raclure exol

            Il y a deux conceptions de la nation portées par deux idéologies différentes.

            L’idéologie allemande nous donne une définition ethnique issue de la fin du 19ème siècle. Pour cette idéologie, la nation ne serait qu’une communauté de culture, de langue, et d’histoire. Cette vision réductrice est non envisageable en Europe tant les cultures, les langues et l’histoire sont imbriquées, elle signifierait qu’il n’existerait pas de nation française. Il conviendrait alors de découper notre pays en pseudo ethnies divers et variées. C’était à la fois le projet nazi et un projet porté par les écologistes et dénoncé par Pierre Hillard.

             

            L’idéologie française avait déjà défini une conception civique de la nation dés 1789. Pour les français une nation est composée de citoyens habitant à l’intérieur de frontières mutuellement reconnues par ses voisins et soumis à un corpus de lois communes. On comprend que cette conception de la nation légale, reprise aujourd’hui officiellement par toutes les nations et la charte de l’ONU pose un grave problème à l’impérialisme.


          • Attila Attila 13 septembre 12:46

            @Attila
            Le lien vers l’article d’Alain Benajam :
            La gauche, dernier rempart du capitalisme.

            .


          • exol 13 septembre 13:12

            @Attila
            Merci pour la citation de Pierre Hillard ,grand pote à Alain Soral et des milieux de la fachosphère , vous venez de confirmer les positions de l’UPR en faisant référence à ce sinistre personnage , cul béni de surcroit intégriste , avec Marion Sigault , Piero San Giogio et le petit gros à lunettes.


          • Attila Attila 13 septembre 13:21

            @exol
            Les exol ça ose tout, c’est à ça con les reconnaît.
            Vous utilisez les méthodes pourries des antifa : l’amalgame par association.
            Et bien sûr, vous vous gardez bien de parler du sujet de mon message : les différentes conception de la nation.
            François Asselineau défend la notion de nation civique. Il montre qu’elle est la condition de la démocratie.
            Evidemment, ça vous dépasse (il n’en faut pas beaucoup).

            .


          • Attila Attila 13 septembre 13:27

            @exol
            Malhonnêteté supplémentaire de votre part, mon message ne cite pas Hilliard mais Alain Benajam dont je met le lien plus bas.
            Mais c’est l’habitude de posétronic de ne jamais rien lire.

            .


          • Emohtaryp Emohtaryp 13 septembre 14:51

            @exol

            Allez rakoto, sort du corps de ce pauvre d’esprit exol.....smiley


          • Le421 Le421 13 septembre 17:22

            @exol

            raclures nationalistes de l’UPR.

            Je peux pas trop les piffer car je suis persuadé qu’ils sont finalement d’extrême droite et très anti-gauche genre LFI...
            Mais les traiter de raclures, j’aurais bien envie de supprimer ce commentaire, en tant que modérateur.
            Alors, je préfère mettre un commentaire...


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 18:24

            @Le421
            Laissez ! Il faut que les lecteurs puissent lire ce genre d’insultes.

            L’ UPR n’est pas anti FI ou anti RN (oui, eux aussi se plaignent fortement de nos critiques, figurez-vous !), nous sommes opposés à tous les Partis politiques, qui depuis plus de 30 ans, font croire qu’une Autre Europe est possible.

            Les Socialistes nous ont promis pendant des années, « Une Europe sociale ».
            Ils ont été au pouvoir en France et majoritaires au Parlement européen.
            On n’a rien vu du tout, et les autres Partis, c’est pareil !

            Quand ils arrivent au pouvoir, bizarrement, il ne se passe absolument rien.
            On n’a rien vu, ni avec Tsipras, pas plus qu’avec Salvini ou Orban.
            Pas le moindre changement dans le moindre petit traité.

            En attendant, les Français perdent, année après année, de larges pans de leur modèle social, et ils le doivent à qui ?
            Aux Traités européens néolibéraux et à tous ceux qui veulent rester dans l’ UE.


          • doctorix doctorix 13 septembre 19:08

            @Le421
            « Je peux pas trop les piffer car je suis persuadé qu’ils sont finalement d’extrême droite et très anti-gauche »

            Faudrait vous mettre d’accord avec cette raclure d’auteur, qui écrit notamment :

            « Leur haine de l’Europe est souvent dictée par un vieux relent passéiste très gauchisant, voire communiste, avec un voire deux siècles de retard dans la philosophie politique. »

            Pas possible ? On trouverait des anti U-E de tous les bords ?
            Ce que j’ai retenu, c’est que l’auteur nous dit que les british ont mal voté, comme nous en 2005.
            Et qu’en 2019, il faut leur faire panpan cucul, comme nous en 2008.
            Où allons-nous, si on commence à demander son avis au peuple, et à en tenir compte quand il l’a donné, je vous le demande ? J’ai bien des choses à dire sur cet article, mais l’auteur me débecte et je n’ai pas envie de lui donner des clics (plutôt des claques, à vrai dire).
            Vous aurez remarqué que Bruxelles a fait plein de concessions à la GB, selon l’auteur.
            Lesquelles ? Elle lui a autorisé plein de reports.
            Ne riez pas, il l’a écrit...


          • Attila Attila 13 septembre 19:36

            @Attila
            Le concept de nation ethnique est soutenu par l’extrême droite. Je ne connais pas ce Monsieur Hilliard mais Alain Benajam rapporte qu’il dénonce ce concept de nation ethnique.
            Quelqu’un qui dénonce le concept de nation ethnique est-il d’extrême droite ?

            .


          • doctorix doctorix 13 septembre 19:41

            @Attila
            Dans l’article de Benajam que vous citez :

            « Une nation ce sont des frontières et des lois, les dites lois et frontières ne pouvant que gêner l’impérialisme dans sa volonté de soumettre les peuples à ses intérêts.

            Abattre cette conception de la nation est le grand projet impérialiste qui ne cessera pas depuis 1945 à vouloir imposer en lieu et place le mondialisme. »

            C’est tout l’enjeu du Brexit et du Frexit de nous sortir des tentacules de cette pieuvre mangeuse d’hommes qu’est le mondialisme.


          • Cadoudal Cadoudal 13 septembre 19:45

            @Attila
            Avec une plume dans le cul et une assiette dans la bouche, t’as droit...

            « J’ai besoin de protéger mon peuple et de protéger ma terre ».

            http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2019/09/bloc-notes-pourquoi-la-france-.html

            La plume à la limite je pourrais essayer, c’est l’assiette qui me dérange un peu, je préfère rester tranquille pépère d’esstremmmmegadroatedelamortquimangedespetitnenfants...


          • exol 13 septembre 20:25

            @Le421
            Ton indignation est à géométrie variable , un nationaliste reste un nationaliste est pas loin du fascisme , çà commence par les frontières puis par les opposants politiques , pour finir par la suppression des libertés individuelles , puis par le délit de sale gueule . L’UPR est un danger pour la démocratie , le CNR c’est du pipeau pour gogos lobotomisés , rien n’est financé tout leur programme repose sur des hypothèses. Ils sont pour le renforcement de la 5eme République avec tout le système répressif que cela peut comporté .


          • Attila Attila 13 septembre 20:36

            @Cadoudal
            Tiens, c’est marrant de votre part : quand exol a traité les nationalistes de raclures, vous n’avez rien dit.
            Êtes-vous de mêche ?

            .


          • doctorix doctorix 13 septembre 20:42

            @exol
            Le patriotisme, c’est l’amour de son pays (UPR).
            Le nationalisme, c’est la haine des autres pays (FN).
            En ce sens, l’UPR veut juste être souveraine.
            C’est trop demander ?
            L’UPR est un danger pour la démocratie
            On voit ce qu’il en est avec les bâtons qu’on met dans les roues du Brexit, et dans la mise sous le boisseau de l’UPR.
            Je crois que vous avez beaucoup à apprendre sur la démocratie.

            le CNR c’est du pipeau pour gogos lobotomisés
            A propos du CNR, gardez en mémoire que c’est grâce à lui (et à la Sécu qu’il a voulue) que vous allez pouvoir vous soigner à l’oeil.
            Aux USA, les mêmes soins vous auraient coûté un million de dollars.
            Même pas un peu de reconnaissance du ventre ?
            Pardon d’être direct, mais vous l’avez cherché.


          • symbiosis symbiosis 13 septembre 20:53

            @exol

            Au lieu de dire de pareilles âneries, Va faire racler ta prostate vieux débris.


          • doctorix doctorix 13 septembre 20:59

            @symbiosis
            C’est dégueulasse, de dire ça.


          • Cadoudal Cadoudal 13 septembre 21:08

            @Attila
            quand exol a traité les nationalistes de raclures

            Des raclures pour les exolistes, des résidus pour les upristes, des gwers fragiles pour les colonialistes...

            Avec tant de compliments de la part de l’élite du patelin, même pas besoin d’avoir une plume dans le cul pour paraitre intelligent...lol...


          • symbiosis symbiosis 13 septembre 21:42

            @doctorix

            Tu réponds quoi toi, à une dégueulasserie ? Tu tends l’autre joue ?


          • exol 13 septembre 23:11

            @symbiosis
            Pauvre con si tu crois m’impressioner tu te trompes , j’ai pas peur de la mort , on verra quand çà sera ton tour .


          • exol 13 septembre 23:19

            @doctorix
            Doc vous avez prouvé que vous êtes un homme bon , je retire mes accusations de raclures et vous présente mes excuses . Plus jamais je dirai du mal de vous sur ce site et je vous laisserai tranquille .


          • symbiosis symbiosis 14 septembre 10:31

            @exol
            On ne plus plus d’un cancer de la prostate.


          • exol 14 septembre 10:53

            @symbiosis
            Voui , voui chantes beau merle , la goutte pend au nez de tout le monde y compris des plus jeunes hélas. J’ai fais des excuses au Doc qui le mérite mais pas à toi , tu sembles avoir une belle âme pourrie jusqu’à la moëlle .


          • doctorix doctorix 14 septembre 11:20

            @exol
            Vous avez réussi à me tirer une larme.
            Vous ne devez pas être si méchant non plus.
            Nos malheurs viennent de notre incompréhension et de notre soif de dominer l’autre.
            J’ai les mêmes, bien sur...
            Si vous guérissez un peu grâce à mes conseils, et je vais prier pour ça, et vous allez guérir, votez UPR... Et là, exceptionnellement, je mets un smiley
            Il y a beaucoup de personnes bonnes à l’UPR, et j’ose dire que c’est ce qui nous rassemble.
            Avant ça, personne ne m’avait donné envie de participer à la vie publique. Personne.


          • exol 14 septembre 11:44

            @Doctorix :
            Merci Doc , bonne continuation et quand quelqu’un vous malmène prenez le au 2nd degré , les chamailleries des commentateurs d’Avox ne sont pas importantes , c’est le message qui l’est.


          • doctorix doctorix 14 septembre 11:54

            @exol
            Bon, vous allez tout lire ?
            Tout est important.
            Le cancer, c’est comme l’UE : si on n’en comprend pas bien les mécanismes, on ne peut pas lutter efficacement.
            D’ailleurs, l’UE est un cancer.
            Et nous allons aussi en guérir, par la connaissance.


          • doctorix doctorix 14 septembre 17:17

            @exol
            Voici un message encourageant : reçu d’une amie d’une amie d’une amie (à qui on a fait parvenir ce que j’ai écrit pour toi) :

            « Salut, XXX !

            C’est v

            V... ! Merci pour le lien .
            En fait , je suis un régime cétogène depuis 6 mois, très peu de glucides et bcp de gras , qui mime le jeûne , en fait , parait il .... et affame le cancer .

            Le fait est que 3 mois après le début du traitement ( chimio ciblée et hormonothérapie) , mon cancer très actif et agressif est non seulement devenu très peu actif, mais près de la moitié des métastases ont disparu et les os ont cicatrisé !!! L’oncologue n’en revenait pas 😁😁😎 !

            Bref ! Je suis le bon chemin 😉 ! »


            Je regrette un peu la chimio, mais c’est au cas par cas.

            Puisse ce témoignage te donner du courage pour t’y mettre à fond.

            Ce que j’aimerais savoir, c’est la proportion des succès que s’attribuent les cancérologues classiques par rapport au total des guérisons, quand on sait que les malades ont recours aux thérapies alternatives dans un très grand nombre de cas...

            J’aurais tendance à croire que leurs guérisons ont lieu malgré leurs traitements !


          • doctorix doctorix 14 septembre 17:21

            @exol
            Et n’oublie pas de demander plusieurs avis : certains cancérologues ou urologues sont bien plus ouverts que d’autres à ces techniques.
            Fuis ceux qui arrivent avec le bistouri, la perf et le Rx pointés sur ta prostate !!!


          • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 13 septembre 12:21

            C’est vrai que c’est assez amusant de voir certains gauchistes français soutenir un gouvernement britannique dont l’Humanité nous dit pourtant qu’il « concocte un cauchemar néolibéral ».

            George Monbiot, dans le Guardian, dit à peu près la même chose que l’Humanité : "The Brexit ultras in government are not just Brexit ultras. They are neoliberal ultras, and Brexit is a highly effective means of promoting this failed ideology."


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 12:33

              @Sergeant Pepper

              C’est vrai, les Traités européens sont copiés sur la politique cubaine, vous l’ignoriez ? Feu le PCF doit avoir brûlé ses archives, car c’est bien un communiste, Ambroise Croizat qui a créé la Sécurité sociale et pas seulement :

              "Il laisse à l’agenda du siècle ses plus belles conquêtes : la généralisation des retraites, un système de prestations familiales unique au monde, les comités d’entreprise, la formation professionnelle, la médecine du travail, le statut des mineurs, des électriciens et gaziers, la prévention dans l’entreprise et la reconnaissance des maladies professionnelles, de multiples ajouts de dignité au Code du Travail, la caisse d’intempérie du bâtiment, la loi sur les heures supplémentaires ...etc.

              Voir les débris du PCF enfourcher les arguments européistes pour faire peur, quelle tristesse !


            • Le421 Le421 13 septembre 17:26

              @Sergeant Pepper
              Enfin, perso, je dénonce depuis des lustres la technique des british qui consiste à prendre ce qui les arrange et à laisser le reste.
              Et c’est pour cela que j’ai trouvé inacceptable ce délai à rallonges accordé à l’Angleterre.
              Je les aurais viré séance tenante.
              Sauf que les intérêts économiques passent au-dessus, très au-dessus de la volonté des peuples.
              Et puis cela aurait pu servir de (moitié !!) test pour ceux qui pensent que quitter l’Europe va éradiquer la grippe, la sécheresse et le cancer.
              Pas la connerie, sinon ils voudraient y rester !!  smiley


            • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 13 septembre 17:35

              @Fifi Brind_acier

              Bref, entre les gauchistes qui soutiennent les néolibéraux anglo-saxons par haine de l’UE et les gauchistes qui défendent l’UE par haine du néolibéralisme anglo-saxon, il semblerait qu’il n’y ait pas un gauchiste pour rattraper l’autre.

               

              Ceci dit, qu’une militante de l’UPR mort-né se moque du PCF défunt n’est pas très sympa. Entre voisins de cimetière, vous devriez plutôt vous serrer les stèles, non ? smiley


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 19:13

              @Sergeant Pepper
              Le cimetière sera bientôt celui des illusions perdues des européistes.
              Ils sont contre le Brexit, savez-vous pourquoi ?

              Un ambassadeur à l’ ONU à Genève a expliqué la raison à un journaliste suisse :

              « Le pire qui puisse nous arriver ? Que l’économie britannique finisse par bien se porter après le Brexit. Ce serait une gifle terrible… »


              Et oui, car cela donnerait des idées à d’autres pays de se barrer aussi, tellement l’UE et l’euro sont de grandes réussites...


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 19:22

              @Le421
              C’est le contraire qui va se produire, ce sont les pays qui restent qui vont payer la note au budget européen, pour compenser le départ de la GB.

              Et si en plus, 5 ou 6 pays des Balkans entrent dans l’ UE comme en a décidé Bruxelles, ça va nous coûter encore bien plus cher.
              Les Britanniques, eux, le fonctionnement de l’ UE ne leur coûtera plus rien.

              Les européistes craignent surtout que la GB s’en sorte bien :

              « Le pire qui puisse nous arriver ? Que l’économie britannique finisse par bien se porter après le Brexit. Ce serait une gifle terrible… »



            • Sergeant Pepper Sergeant Pepper 13 septembre 21:54

              @Fifi Brind_acier
              J’adore l’Angleterre et ses habitants et je leur souhaite très sincèrement de réussir leur sortie de cette UE qui, dans sa configuration actuelle, me sort par les yeux mais je ne comprends pas bien ce que l’ONU vient faire dans cette histoire. Care to elaborate ?


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 septembre 07:49

              @Sergeant Pepper
              ce que l’ONU vient faire dans cette histoire.


              Rien du tout, c’était juste une précision. Il y a un siège des Nations Unies à Genève, où chaque pays envoie des Ambassadeurs, c’est le titre qu’on leur donne. Ce n’est pas un Ambassadeur au sens où le comprend habituellement.


            • Clocel Clocel 13 septembre 12:24

              Pendre les hommes de Davos, en voila une bonne idée !

              https://www.youtube.com/watch?v=aHK0mCRG9Ao

              Merci Charles, on se sent moins con avec vous !


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 12:40

                @Clocel
                Super cette vidéo, merci !


              • doctorix doctorix 13 septembre 19:59

                @Fifi Brind_acier
                extrait (en gros)
                On demande à un jeune de 28 ans : Pourquoi est-ce qu’on vous embauche, à votre avis ?
                « Ben parce que je suis le meilleur... »
                Pas du tout, on vous embauche parce que vous êtes un médiocre, sinon vous auriez déjà créé votre entreprise.
                Et que donc vous ferez ce qu’on vous dit de faire sans rechigner, parce que vous êtes un mou.
                C’est ainsi que l’oligarchie a embauché macron.


              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 13 septembre 20:13

                @doctorix
                Elle a embauché Macron pour ses qualités d’enfumeur professionnel !
                Ecoute bien la déclaration du Directeur de la Banque Rothschild

                 


              • doctorix doctorix 13 septembre 20:29

                @Fifi Brind_acier
                « (à la banque Rothshild) on y apprend à raconter des hist...une histoire »
                Il est pas révélateur, ce formidable lapsus ?
                « On y apprend des techniques, heu...pas de manipulation de l’opinion, mais de...heu...un petit peu. »
                Tout est dit...


              • Xenozoid Xenozoid 13 septembre 20:35

                @doctorix

                le brexit c’est de la diversion

                c’est expliqué ici l’art de la diversion avec des sous titres francais


              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 septembre 21:49

                @Clocel
                Superbe video en effet.
                Qui est l’auteur ?
                A-t-il pris son adhésion à l’UPR ?
                Si ce n’est pas fait, il faut vite l’inviter.



              • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 septembre 21:18

                Le même auteur remet ça.

                Cette fois-ci j’ai poursuivi ma lecture jusque-là.

                "En effet, en France, certains haineux contre l’Europe se méprennent sur le sens de ce qu’il se passe actuellement au Royaume-Uni. Leur haine de l’Europe est souvent dictée par un vieux relent passéiste très gauchisant, voire communiste, avec un voire deux siècles de retard dans la philosophie politique. Ils sont souvent (pas tous) antiaméricains, antieuropéens, anticapitalistes, antilibéraux… Ils sont d’ailleurs tellement anti-tout qu’on peine à savoir quelles sont leurs propositions constructives pour améliorer le monde d’aujourd’hui, qui n’est pas et ne sera jamais parfait par ailleurs."

                Une telle accumulation d’injures sans argumentation ne prête pas à la discussion. A seule fin d’essayer de lui en faire prendre conscience, je lui rédige un texte symétrique au sien.

                "En effet, en France, certains haineux contre les Nations se méprennent sur le sens de ce qu’il se passe actuellement au Royaume-Uni. Leur haine des Nations est souvent dictée par un vieux relent passéiste très droitier, voire fascisant, avec un voire deux siècles de retard dans la philosophie politique. Ils sont souvent (pas tous) antifrançais, antisocialistes, anticommunistes, antirépublicains… Ils sont d’ailleurs tellement anti-tout qu’on peine à savoir quelles sont leurs propositions constructives pour améliorer le monde d’aujourd’hui, qui n’est pas et ne sera jamais parfait par ailleurs."

                 Voilà ! Les deux textes sont aussi (peu) justifiés l’un que l’autre.


                • doctorix doctorix 13 septembre 23:04

                  @Jean Dugenêt
                  Rako prend des mots, quelques mots, il lance tout ça en l’air en espérant reconstituer la bible.
                  Franck Lepage explique très bien comment on fait un discours politique avec dix-sept mots, sortis au hasard :
                  https://www.youtube.com/watch?v=f2bsGWWZ45E.


                • Jean Dugenêt Jean Dugenêt 13 septembre 21:24

                  J’avance dans la lecture de ce texte mais je me demande si je progresse vraiment.

                  "Qu’on le veuille ou pas, le peuple britannique a choisi par le référendum du 23 juin 2016, avec une courte majorité, néanmoins sans équivoque, de sortir de l’Union Européenne. Je n’insiste pas sur la partie de poker qu’avait voulu gagner David Cameron dont on n’entend plus du tout parler aujourd’hui. Il semblerait, selon certains sondages récents, que cette majorité existe toujours aujourd’hui en faveur du Brexit. Néanmoins, il est clair que le Royaume-Uni est profondément et durablement coupé en deux à cause du Brexit.« 

                  Oui. Tout résultat d’un référendum coupe un pays en deux parties inégales. On peut toujours ajouter »profondément et durablement".

                  La loi de la démocratie c’est que le vote de la majorité du peuple devient la décision du peuple. C’est ce que tous les démocrates acceptent même lorsqu’ils sont minoritaires. Mais le monde n’est pas fait que de démocrates... la preuve...


                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 13 septembre 22:32

                    2e contresens :

                    Le problème de l’Irlande est indépendant du Brexit, c’est un peu normal qu’on n’en ait pas parlé.

                    3e contresens : « en fait vous n’avez rien compris, l’UE protège ». Bon, si vous le dites smiley

                    « la mondialisation libérale est une loi naturelle, on n’y peut rien ». Oui, mais enfin, il y a bien des êtres humains qui ont décidé que ça fonctionnerait comme ça. Il n’y a pas de loi naturelle qui tienne.

                    7e contresens : d’accord sur le sale rôle que s’est auto attribué Corbyn, qui délaye la question du Brexit en espérant tirer les marrons du feu, mais va sûrement finir par se ruiner à ce petit jeu.


                    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 14 septembre 11:53

                      @Olivier Perriet
                      Sur la question irlandaise, il se peut qu’on avance vers un accord...


                    • Gastoon Du Jardin 13 septembre 22:39

                      Ne pas respecter le vote des citoyens c’est pas signe d’une démocratie mais bien celui d’une dictature ! 


                      • INsoMnia INsoMnia 13 septembre 23:36

                        Vive le Frexit et au plus vite. M. Rakotoarison toujours du côté de BFMTVomitus. 


                        • Désintox Désintox 14 septembre 16:48

                          Si l’Union Européenne avait un vrai projet, le Brexit n’aurait pas eu lieu.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès