• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > De l’indépendance catalane

De l’indépendance catalane

Face à l’organisation par les indépendantistes d’un referendum permettant l’expression libre du peuple catalan, la réponse d’un pouvoir central espagnol largement adossé à une monarchie obsolète s’est caractérisée par un matraquage policier et des violences rappelant les riches heures des répressions franquistes.

Cette violence s’est exercée au nom du respect de « l’État de droit » mais elle s’appuie sur une Constitution largement "questionnable" du fait de ses origines et de son contenu.

À propos du refus du référendum, les juristes sont d’ailleurs partagés entre ceux qui estiment que le droit à l’auto-détermination des peuples est un principe du droit international et ceux pour lesquels le principe de l’intégrité territoriale des États-Nations doit prédominer.

Nous observerons au passage qu’à propos du Kosovo un arrêt du Tribunal de la Haye a légitimé en quelque sorte les déclarations unilatérales d’indépendance : "Nous déclarons qu’aucune règle interdisant les déclarations unilatérales d’indépendance n’existe en droit international. Nous déclarons que lorsqu’il y a une contradiction entre la légalité constitutionnelle d’un état, et la volonté démocratique, cette seconde prévaut, et nous déclarons que, dans une société démocratique, contrairement à une dictature, ce n’est pas la loi qui détermine la volonté des citoyens, mais c’est elle qui crée et modifie la légalité en vigueur".

Le gouvernement Rajoy et son parti, le Parti Populaire, héritier d’une Droite ultra conservatrice, centralisatrice et nationaliste, comptent sur le soutien de tout ce que l’Espagne compte de réactionnaires et de nostalgiques du régime franquiste, mais ils bénéficient aussi de l’attitude ambiguë du parti socialiste espagnol (PSOE) et des sociaux-démocrates catalans, qui prônent la conciliation tout en rejetant catégoriquement l’indépendance.

Ce gouvernement a constamment refusé toute négociation, tout dialogue pouvant aboutir à un compromis avec les autonomistes catalans. Pire, il a fait annuler par une cour constitutionnelle inféodée le statut d'autonomie renforcée de la Catalogne qui avait été voté en 2006. Devant une telle attitude, les nationalistes catalans sont donc passés progressivement d'une demande d'autonomie réelle à une volonté de totale indépendance.

En France, une campagne médiatique indécente orchestrée par la presse mainstream et les organes officiels s’est développée pour excuser sinon légitimer le refus de tout compromis en évoquant la "nullité" constitutionnelle du referendum et le "jusqu’auboutisme" coupable des Catalans indépendantistes, volontiers présentés comme des "extrémistes radicalisés" pour avoir, en dépit du cadre constitutionnel espagnol, organisé une consultation démocratique.

Les mêmes milieux français, qui ont délibérément ignoré voici quelques années le résultat d’un referendum pourtant "constitutionnel" et sont passés outre au vœu majoritaire de la population, s’érigent aujourd’hui en défenseurs sourcilleux d’une légalité invoquée de manière aussi contradictoire que circonstancielle.

Des "experts" aux ordres et des économistes volontiers présentés comme patentés se sont succédé dans les lucarnes pour tenter d’effrayer, comme pour le Brexit, une opinion publique heurtée par la violence de la réaction madrilène et prête, pour une part non négligeable, à considérer comme justifiée la revendication catalane.

Ils ressassent à l’envi que le patronat et les banques quitteront, en cas de sécession, une Catalogne indépendante, tout en prédisant un chaos économique et financier généralisé.

Toujours en France, une sorte d’union sacrée se forme pour rejeter ou condamner les velléités indépendantistes des nationalistes catalans. On ne distingue plus ici la Droite, la Gauche et le Centre, l’extrême droite et l’extrême gauche, les Européistes convaincus et les souverainistes affirmés. Tous invoquent l’unité nationale et le principe d’indivisibilité de la nation. Dans ce contexte, la perspective d’une sécession de la Corse est évoquée comme une sorte de prélude au délitement de la France.

Pour sa part, l’Europe de la finance, des technocrates et des multinationales, entité supranationale de surcroît largement soumise aux intérêts de l’imperium américain, est écartelée entre son désir secret de voir les États-Nations se désagréger en régions plus faciles à contrôler, et la crainte dans laquelle elle se trouve de voir se démembrer les États-Nations qui la composent.

Au niveau international enfin, il est frappant de voir que le principe de la géométrie variable s’est, en matière d’auto-détermination des peuples, des ethnies et des régions, appliqué avec une régularité singulière. Les sécessions sont condamnées ou soutenues selon qu’elles concernent telle ou telle nation, tel ou tel État, tel ou tel camp, telle ou telle sphère d’influence. En la matière, la liste est longue à dresser des justifications contradictoires et des légitimations spécieuses. Sans faire référence aux indépendances relevant de la libération d’un joug colonial, les exemples abondent, dans les dernières décennies, en Europe même, de pays ayant acquis leur indépendance au détriment de l’État-Nation tutélaire avec ou sans la bénédiction des instances internationales et, de manière concomitante, avec ou sans l'autorisation de l'État central.


Moyenne des avis sur cet article :  2.92/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • rogal 10 novembre 13:13

    Un bon exposé du problème.
    Question subséquente, dans l’optique d’établir un principe universel de droit des peuples à l’auto-détermination : qu’est-ce qu’un peuple ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 novembre 13:40

      @rogal

      Un peuple, c’est quand des gens qui manifestent contre l’indépendance.

      d’autres questions ?


    • rogal 10 novembre 13:51

      @Olivier Perriet
      C’est quand que des gens qui manifestent ?


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 novembre 14:15

      @rogal

      Par exemple, lors de la fin de la Yougoslavie, il n’y a eu qu’une poignée de dirigeants, d’intellectuels ou de citoyens qui voulaient sauver la Yougoslavie.

      Pas grand monde n’a refusé les divers sécessions (Milosevic a même accepté que la Slovénie prenne son indépendance), ceux qui manifestaient c’étaient les nationalistes serbes, croates, albanais, puis musulmans bosniaques.


    • MAIBORODA MAIBORODA 10 novembre 16:12

      @rogal


      Les peuples ex-colonisés y ont répondu à leur manière.
      Le peuple français y a répondu ( pour partie) entre 40 et 45.
      Le peuple kurde rappelle d’une façon ou d’une autre qu’il existe par delà les frontières des 4 Etats entre lesquels il a été partagé.
      Le peuple plus ou moins regroupé sous la bannière de l’Azawad n’accepte pas les frontières héritées de la décolonisation qui font du Mali sa patrie.
      Le peuple palestinien semble vouloir se distinguer du peuple juif.
      etc.
      Cordialement.

    • Olivier Perriet Olivier Perriet 10 novembre 13:28

      Un exposé pro indépendance de la Catalogne, de la part d’un « Corse ami de la Russie ».

      Quoi de plus banal et moutonnier ?

      Le contraire eut-été surprenant.

      Votre combat est enterré pour les 15 prochaines années.


      • ysengrin ysengrin 10 novembre 14:07

        @Olivier Perriet

        .......de la part d’un « Corse ami de la Russie »......

        retraité de la territoriale....


      • ysengrin ysengrin 10 novembre 20:29

        @ysengrin


        sauf que la russie en ce qui concerne la Crimée et l’Ukraine ....

        pas d’acc....

      • zygzornifle zygzornifle 10 novembre 13:54

        Vive la Catalogne libre aurait crié de Gaulle du haut de la Sagrada Familia ....


        • MAIBORODA MAIBORODA 10 novembre 16:16

          @zygzornifle


          Assurément, s’il y avait perçu un intérêt ...... pour la France.

        • astus astus 10 novembre 19:30

          @MAIBORODA


          Vous écrivez : « la perspective d’une sécession de la Corse est évoquée comme une sorte de prélude au délitement de la France ».
          Je m’inscris en faux contre cette assertion et réclame avec force l’indépendance de la corse avec le manifeste suivant :

          Dans l’esprit des mouvements indépendantistes de Catalogne et d’autres régions d’Europe, il est grand temps de donner enfin au peuple corse opprimé par les français depuis si longtemps une indépendance totale et irrévocable. 

          Il est en effet devenu absolument nécessaire de tirer un trait définitif sur le tyran Napoléon qui a fait plusieurs millions de morts dans toute l’Europe et rétabli un esclavage qui avait pourtant été aboli, tout en conservant la position infantile donnée aux les femmes dans le Droit après avoir casé par népotisme sa nombreuse famille à des postes élevés. 

          Le peuple corse pourra alors maintenir sur ce territoire enfin libre des élections truquées avec les voix d’outre tombe, attiser des incendies criminels à répétition dès que le vent se lève, encourager des mafieux cagoulés et les bases arrières du grand banditisme, et continuer ses rackets ou crimes d’honneur qui prolongent avec bonheur les vendettas parfois mâtinées de racisme qui pallient une animation de l’île souvent défaillante. 

          Il est en effet indispensable au nom du respect de la diversité des cultures que l’Unesco puisse continuer à protéger ce folklore grand guignolesque unique et ses magouilles en tous genres réalisées dans le silence bruyant de la majorité si vaillante de ses habitants qui servent chaque été avec profit des charcuteries authentiques complètement falsifiées, et parfois avariées, aux touristes naïfs. 

          La France pourra faire alors l’économie du coût faramineux de ce département qui a souvent oublié de payer ses impôts mais non point de maintenir ses avantages indus et passe droits divers qui volent l’État français depuis toujours, sans oublier ses nombreux emplois fictifs ou protégés. 

          Ce nouveau pays, protégé par un visa d’entrée sur son territoire, et peut-être par un mur avec une police spéciale armée de fusils d’assauts (pour que ses habitants ne soient point tentés de courageusement s’enfuir pour échapper aux invasions touristiques pourtant devenues plus rares), pourra alors collecter ses impôts et créer librement sa propre monnaie (le napoléon ?), ainsi que ses emplois, avec le dynamisme qu’on lui connaît, pour prendre en Europe et dans le monde une place économique de tout premier plan qui lui revient de droit en raison de ses nombreux mérites. 

          Pour instituer un partenariat « gagnant-gagnant » entre ces deux grands pays que sont la Corse et la France il est donc absolument nécessaire d’organiser immédiatement un référendum pour la liberté et parce que le peuple corse le vaut bien ! Vive le peuple corse indépendant !



        • damocles damocles 13 novembre 17:50

          @astus
           Ramassis de clichés et de mensonges 

           les « magouilles en tous genres » elles sont bien plus nombreuses en France continentale ET A UN NIVEAU TRES SUPERIEUR , comme nous le montrent les dernieres nouvelles ... et ceux qui « oublient de payer leurs impôts » ,on a a une liste qui vient de sortir il y a quelques jours...

          Napoleon etait bien plus adulé en France continentale qu’en Corse

          Les crimes de jogueuses brûlées ou decoupées en morceaux , enfants entérés dans les jardins, viellards torturés pour 30 euros ,et autres turpitudes pour l’instant je n’en ai jamais vu en Corse , mais ça arrivera peut-être si la civilisation française nous prodigue ses progrès

          Pouvez vous nous preciser les avantages indus (coût de la vie) ?les emplois fictifs ?(assemblée nationale ?)

          les incendies VAR ? BOUCHES DU RHONE, Herault , Portugal, Espagne ET POURQUOI PAS CALIFORNIE ?


           ...c ’est sur qu’a vous lire , on a pas tres envie de rester français ....bien que la France soit le pays de la plus grande rectitude morale ,de la la plus grande vertu , et surtout le pays où les citoyens sont les plus modestes du monde .....








        • Sandocan 10 novembre 20:27

          S’est sur que la France a organisée beaucoup jeux olympique pour la corse ,comme l’espagne a fait pour la catalogne payes par avec l’argent Espagnol , la corse est aussi la region plus riche de la France ?, pardon ex plus riche .

          https://www.memoireonline.com/12/14/8931/m_Le-droit-a-lautodetermination-pour-les-peuples-autochtones-a-la-lumiegr2.html il y a un cadre précis ou apliquer le droit a l’autodetermination dans l’ONU pour les peuples , genre le peuple qui est une colonie , sauf que ça s’est jamais vu une Colonie qui est la region plus riche d’un pays avec Police propre et armée avec autre chose que Matraques.

          Un autre cadre pour autodetermination s’est un reel danger pour la culture et histoire du peuple de même que ses droit , le catalan est une langue officielle de l’espagne sudventionnée par l’espagne et je crois qu’en France le catalan n’est même pas reconnus alors que l’Espagnol est presque interdit en catalogne a l’école, il n’y a jamais eu royeaume de catalogne la catalogne était une region du royeaume d’aragon occupé souvent par la France d’ou le dialecte catalan ,et encore ils inventent tous les jours des mots parce que il ressemblait trop a l’espagnol et Francais .

          Continuons a rigoler un peu http://www.elmundo.es/cataluna/2017/11/08/5a033877e5fdea2e408b45d0.html pour amnistie internationale il n’y a pas des prisioniers politiques catalans , juste de gens qui on violée la lois et s’est trouvent la ou ils doivent être mais certains ici savent sans doute plus niveau droits de l’homme que amnistiê international .

          Je parle même du superchez independentiste qui traite l’Espagne de fasciste alors que lui même est parti a flandres chez la extreme droite demander asile politique a ses potes de extreme droite independentistes, suffit de voir les foules bloquer barcelone tous le jours comme il demande pour voir que tout le monde y crois encore a son gouvernement en exile.

          Bref il y a un bon dicton en Espagne pour résumer tout tout , cria cuervos y te quitaran los ojos ,.


          • Lugsama Lugsama 11 novembre 00:25

            Blabla franquiste.. blabla d’autodétermination.. ou comment prendre les lecteurs pour des idiots en inversant les rôles, rien de bien nouveau.


            Si l’auteur connaissait un peu la situation de l’Espagne et son histoire il saurait d’ou viens cette constitution qu’il ne connait pas, d’une constituante approuvé à plus de 88%, et encore plus par les catalans..

            Parlez de franquisme pour masquer la réalité c’est bien mignon mais vain en 2017, s’il y a bien des fachistes en Espagne ce sont les nationalistes catalans, qui endoctrinent la jeunesse avec des cours d’histoire falsifiés à l’ecole ? de la propagande independantiste en primaire et dans les programmes jeunesse des televisions regionales ? Le fachisme on sait d’ou il vient et on sait que trop en Europe ou il mène si on l’arrête pas. D’ailleurs en dehors d’un dictateur vénézuélien ils ne trouvent pas beaucoup de soutiens dans leur numero de clown, il y a des signes qui ne trompent pas.

            • pipiou 11 novembre 11:49

              « des violences rappelant les riches heures des répressions franquistes. »

              Combien de charniers ont été découverts ??

              Bref dès le début l’auteur se décrédibilise avec allusions qui sentent mauvais.


              • Elliot Elliot 11 novembre 13:28

                Très bon exposé dont je retiendrai surtout l’entame : le référendum a été contrarié par la loi des matraques sinon des baïonnettes de ceux qui en contestaient le principe, on peut sans peine imaginer que c’était par peur des résultats.
                Que je sache , les Indépendantistes étaient confiants dans l’issue du vote mais ils s’engageaient de toute manière à en respecter le résultat : ils n’en auront pas eu le loisir et ont dû se résoudre à répondre à l’attente de ceux qui n’avaient pas été empêchés d’exprimer leur opinion.

                Avec le recul et connaissant la pusillanimité de l’UE incapable d’un seul geste d’apaisement, on peut légitimement se demander ce qu’aurait pu donner au niveau économique une Catalogne indépendante mais victime de cet ostracisme outrancier que les autorités de Francfort savent à l’occasion exercer pour étrangler tout un peuple : les Grecs en ont fait l’expérience qui continuent de payer pour les erreurs commises par leurs anciens dirigeants mais avec la complicité active et intéressée de ceux qui les étranglent aujourd’hui.

                Pour la Catalogne le chemin de l’indépendance – s’il advient un jour - ne sera pas un long fleuve tranquille car les Catalans peuvent dorénavant s’attendre aux pires mesures de rétorsion orchestrée par les revanchards de l’Espagne profonde qui profitait du franquisme et ne peut se résoudre à la perte même partielle de ses privilèges : pour eux l’heure de la revanche a sonné.

                Ce que l’on peut reprocher à Puigdemont, c’est d’avoir cru au dialogue avec le pouvoir central sous pression de l’UE pour une fois en communauté avec ses valeurs : il n’en a rien été et l’expérience grecque aurait dû lui servir d’avertissement. 

                La raison d’état efface toutes les illusions même celles qui découlent de la charte.


                • Sandocan 11 novembre 15:20

                  @Elliot
                  tu me fait beaucoup rire , avec toute les entreprises de même que les banques qui sont partis, l’arrêt d’inversion et beaucoup moins des touristes , tu poses comme même la question le devenir économique de la catalogne .

                  https://www.tdg.ch/monde/La-Catalogne-appelle-a-l-aide/story/20659909 la catalogne doit un peu prêt 50 millard a l’Espagne s’est la region la plus endetté d’Espagne , l’Espagne doit un peu prêt la même chose a la BCE 50 milliard pour sauver les banques , si jamais la catalogne arrêt de rendre l’argent qui doit a l’Espagne celle ci pourra pas rendre l’argent a l’europe , evidament faillites des banques en Espagne et catalogne mais si l’europe va sauver un pays de l’UE elle le fera pas pour la catalogne un nouveau Kosovo quoi.

                  quand tu parles des mesures des rétorsion tu parles de boicot ? , oui beaucoup des Espagnol achetent plus des produits Catalans , sauf que ce n’est pas si facil de savoir quel produit est catalan ou pas parce que la plupart des entreprises on des noms Espagnols, bon j’avoue que certains bistrot il y a marqué pas des produits catalans maintenant chose jamais vu avant, et moi même j’achete pas des produits catalans, mais pas aussi simple pour les gens qui savent utiliser internet quoique certains s’en emmerdent plus et demandent aux caisses si s’est un produit catalan, et même si les non independentistes gagnent le 21 D en catalogne ça changera rien au boicot , il y avait l’haine de l’espagne en catalogne en maintenant il y a l’haine envers la catalogne en Espagne les extremes s’alimentent toujours et pour moi s’est tout vu qui va perdre le plus.


                • McGurk McGurk 13 novembre 09:52

                  Encore un illuminé qui veut transformer une région d’Espagne en goulag d’extrémistes « au nom du droit ». Il y a de quoi se marrer n’empêche, d’invoquer le « droit » de faire de la Catalogne le pays le plus pauvre d’ Europe suite aux insensés de quelques trous du cul.

                  Ce qui est intéressant dans cet article, c’est qu’il reprend mot pour mot le contenu des autres articles sur le sujet, défendant contre toute logique ou raison un « droit » n’ayant pas lieu d’être. Avec bien sûr tout le pathos habituel (le gouvernement est « trop monstrueux » et les extrémistes sont « tellement à plaindre les pauvres »). Peut-être la réponse se trouve-t-elle tout simplement dans son profil (« association Corse-Russie ») pour expliquer ses idées...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires