• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Europe > L’euro, dopant oublié du pseudo-modèle allemand

L’euro, dopant oublié du pseudo-modèle allemand

Aujourd’hui, les Allemands votent pour les législatives. Beaucoup a été écrit pour décrire la situation de l’Allemagne, ses forces et ses faiblesses. Mais trop souvent, la doxa eurobéate empêche de prendre en compte un élément majeur de contexte : son appartenance à la monnaie unique, qui est un extraordinaire dopant pour l’Allemagne, au détriment des autres pays de la zone euro.

 

Amphétamines monétaires pour « modèle » antisocial
 
Il y a deux mois et demi, The Economist avait réalisé un très intéressant dossier sur l’Allemagne, évoquant « le problème allemand  ». L’hebdomadaire des élites globalisées voit dans l’ampleur des excédents commerciaux allemands, plus de 8% du PIB, un élément de déséquilibre majeur de l’économie mondiale et appelle, pour une énième fois, à des hausses de salaires et un desserrement du budget local, tout en notant que la dynamique démographique du pays, et son histoire ne l’y poussent pas. Mais ce dossier n’en reste pas moins extravagant pour deux raisons : l’oubli complet de la prise en compte des facteurs monétaires dans cette situation et celui des carences sociales du pays.
 
 
L’absence de prise en considération du facteur monétaire est tout de même assez effarant de la part de The Economist et en révèle sans doute le caractère dogmatique, pour ne pas dire religieux ! Ce magazine sait mieux que quiconque que les déséquilibres commerciaux ont en général une conséquence sur le cours des monnaies, et qu’un pays avec des excédents voit en général sa monnaie s’apprécier et un pays en déficit la sienne se déprécier. Les excédents allemands sont aussi le produit du caractère bon marché de l’euro pour une économie comme celle de l’Allemagne. Le FMI a ainsi récemment estimé que l’euro est trop faible de 18% pour l’Allemagne (et trop cher de 6,8% pour la France).
 
 
L’effarante tour de Babel monétaire européenne offre à l’Allemagne une monnaie beaucoup moins chère que si elle avait gardé le deutsche mark, tout en imposant une monnaie trop chère à bien de ses partenaires européens. L’Allemagne bénéficie donc d’un avantage compétitif colossal par rapport à la France, l’Italie ou l’Espagne, sur le dos desquelles elle s’enrichit depuis des années. Avant, le deutsche mark s’appréciait régulièrement, ce qui maintenait les déséquilibres commerciaux dans des proportions raisonnables. Avec la monnaie unique, les déséquilibres ne cessent de grossir, provoquant un phénomène de concentration progressive de l’industrie européenne autour de l’Allemagne.
 
 
Pire encore, malgré ces excédents extravagants, la situation sociale allemande est préoccupante. La pauvreté a augmenté de 54% en 10 ans, le nombre de travailleurs pauvres a doublé, à près de 10% du total, et le nombre de travailleurs cumulant deux emplois a augmenté de 80%, à plus de 2 millions ! Enfin, il faut rappeler que près de la moitié de la population a vu son revenu baisser depuis le début des années 2000. Pour être compétitive, l’Allemagne a sacrifié ses travailleurs, sous les applaudissements de ces élites inhumaines qui jugent que la baisse du prix du travail de plus de 15% « marche bien  », en oubliant totalement ce que cela signifie pour de si nombreux allemands.
 
 
The Economist a un sacré culot de faire de tels reproches à une Allemagne qui applique pourtant presque toutes ses recettes et en lui demandant de desserrer son portefeuille, quand on sait ce qu’il en coûte de le faire dans ce monde, tout en fermant les yeux sur l’explosion de la pauvreté outre-Rhin et le rôle joué par la monnaie unique dans les succès économiques actuels.

Moyenne des avis sur cet article :  4.13/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 25 septembre 13:08

    Grace a l’Euro jour après jour je m’appauvris .....


    • Parrhesia Parrhesia 25 septembre 15:36

      @zygzornifle
      Et s’il n’y avait que grâce à l’euro...


    • BA 25 septembre 15:58

      Elections en Allemagne :


      L’arrivée à la chambre des députés de l’AfD, qui était resté sous la barre des 5% en 2013, constitue un tournant dans l’histoire allemande d’après-guerre.

      Car elle signifie que pour "la première fois depuis 70 ans, des nazis vont s’exprimer au Reichstag", le bâtiment qui abrite la chambre basse du Parlement, a tonné avant le scrutin le ministre des Affaires étrangères et figure des sociaux-démocrates, Sigmar Gabriel.


      https://www.romandie.com/news/ZOOM-Allemagne-la-droite-nationaliste-brise-un-tabou-avec-une-percee-historique/836022.rom


      Résultats :


      - le parti de droite Union Chrétienne-Démocrate (CDU) : 200 députés. Ils perdent 55 députés par rapport aux élections précédentes.


      - le parti de centre-gauche Parti Social-Démocrate (SPD) : 153 députés. Ils perdent 40 députés.


      - le parti d’extrême-droite Alternative pour l’Allemagne (AfD) : 94 députés. Ils gagnent 94 députés, car l’extrême-droite n’avait aucun député au parlement depuis 1945.


      - le parti libéral FDP : 80 députés. Ils gagnent 80 députés.


      - le parti de gauche Die Linke : 69 députés. Ils gagnent 5 députés.


      - le parti Les Verts : 67 députés. Ils gagnent 4 députés.


      - le parti de droite Union Chrétienne-Sociale (CSU) : 46 députés. Ils perdent 10 députés.


      Total : 709 députés.


      Majorité absolue : 355 députés.


      Conclusion :


      Aujourd’hui, l’Allemagne est ingouvernable.


      • izarn izarn 25 septembre 17:18

        @BA
        Pourquoi assimilez vous l’AFD à des nazis ?
        Quand ta gamine se fait violer par un « migrant » et que tu protestes, t’es un nazi ?
        Ben vas te faire enc....


      • Lugsama Lugsama 25 septembre 21:48

        @izarn

        Ca c’est de l’argumentation.. évidement tous les électeurs de l’AFD ont une fille qui s’est fait violé s’est bien connu. On parle d’extrême-droite en Allemagne tout de même..

      • Le421 Le421 26 septembre 08:26

        @izarn
        AFD a estimé que les soldats allemands avaient fait leur devoir pendant les deux guerres.
        Si ils avaient pu trier les cons, j’oserais même dire qu’en France, ils ont pas fini le boulot...

        Mais bon.
        Question de point de vue.

        Un chat, c’est un chat.
        Et un nazi un nazi.
        Et il n’y en a pas qu’en Allemagne, qu’on se le dise !!

        Mais les bons nazis trouveront, heureusement, toujours des salopards finis de « rouges » comme moi pour leur faire la peau...


      • Alren Alren 26 septembre 12:30

        @BA

        Merci de préciser que Die Linke a gagné 5 sièges. Cette info était introuvable sur les merdias qui laissaient au contraire croire que Die Linke avait aussi perdu des sièges.

         Certains Allemands sont aussi bêtes que certains Français : au lieu de s’en prendre aux responsables de la baisse de leur niveau et qualité de vie, c’est-à-dire justement Merkel la bonne des grands rentiers capitalistes, ils s’attaquent par leur bulletin de vote aux immigrants que Merkel à précisément fait venir pour instaurer une concurrence déloyale contre ses compatriotes salariés, contre eux.
        Et ils ont l’illusion morbide que l’extrême-droite, comme chez nous le FN pourra (et voudra !) renvoyer dans leurs pays de guerre et de misère les immigrés qui ont pris tant de risques pour arriver vivants en Terre Promise.

        Espérons que ces électeurs de l’AfD n’iront pas comme les hitlériens contre les Juifs, jusqu’aux ratonnades contre les immigrés ...


      • Petit Lait 26 septembre 14:36

        @Le421
        Bof, tant que cela reste entre salopards d’extrême gauche et salopard d’extrême droite, c’est bon... 


      • Le421 Le421 26 septembre 15:29

        @Petit Lait
        Il y aura toujours des planqués profiteurs pour tirer les marrons du feu, je sais...


      • Lugsama Lugsama 25 septembre 21:44

        On voit surtout que les discours sur l’horrible modèle Allemand sont très franco-français, Merkel est contesté pour sa gestion de l’immigration mais plébiscité pour la situation économique, les libéraux reviennent même en force quand la gauche s’effondre, c’est dire à quel point la situation social préoccupe les allemands..


        • Le421 Le421 26 septembre 08:28

          @Lugsama
          plébiscité pour la situation économique

          Vous regardez trop la télé mon cher !!
          La situation de la société allemande est assez catastrophique et la montée de l’extrêmisme n’est pas uniquement du à l’immigration...
          Mais je ne chercherais pas à faire boire un âne qui n’a pas soif !!


        • francois 26 septembre 09:36

          @Lugsama
          Dans quel mon il vit lui !

          Modèle allemand = 17 % de taux de pauvreté.

          Modèle français = 14 % de taux de pauvreté.

          Les pauvres ne votent plus depuis longtemps. A quoi cela servirait-il de voter puisque les pauvres ne sont pas majoritaires.

          Encore un intoxiqué mediamedefocratique.


        • Petit Lait 26 septembre 14:44

          @francois

          Vous noterez au passage que le très libérale (ultra libéral selon vous et les vôtres...) fait à peine moins bien que la France en la matière... 

          On peut faire un autre constat entre l’Allemagne et la France cette fois, c’est qu’avec un taux de pauvreté pas si éloigné que cela 14%/17% et un taux de chaumage à 10% dans un cas et 5% dans l’autre, c’est que cette même « pauvreté » est à la charge de l’état dans un cas et des entreprises dans l’autre... Une des deux situations permet d’entrevoir un futur un peu plus brillant que l’autre, y compris pour ces pauvres gens. Devinez laquelle ? Car il est plus vraisemblable que des salariés mal payés se voient augmenter lorsque l’économie fonctionnera à plein que des chômeurs à la charge de l’état. 

        • Le421 Le421 26 septembre 15:34

          @Petit Lait
          On pourrait intelligemment modifier la façon de compter les chômeurs et tomber à moins de 5%.
          C’est comme pour le nombre des fonctionnaires.
          La définition des fonctionnaires en Allemagne et en France n’est pas la même.
          Dans toute société moderne, il y a forcément un service public.
          Et si on prends le triste exemple des PPP en France, on s’aperçoit que le privé coûte beaucoup plus cher, in fine.
          Mais vu que ça diminue le nombre de « fonctionnaires ».
          D’après vous, des sociétés comme Dassault, ils sont privé ou public, si on calcule qui paye quoi ?


        • francois 26 septembre 16:02

          @Petit Lait
          Change pas petit lait.

          Je préfére 50 % de chomeurs et 0 % de taux de pauvreté. Le taux de chomage ou le taux d’esclavage. Quant au coup du chomage, quel est le cout de la pauvreté ?

          Mes contemporains sont en phase de régression vers le retour des féodalités et du servage.

          Chapeau et à vomir.


        • Petit Lait 26 septembre 16:33

          @francois
          Le problème, Mr François, c’est que vos 50% sont AUSSI pauvre... L’autre problème, c’est que l’état, pour financer ce chômage, doit prélever des impôts, de plus en plus d’impôts, ce qui pour un état qui est déjà champion du monde des prélèvements, ne fait que le rendre encore moins intéressant pour s’y installer et y investir, ce qui mécaniquement diminue la capacité de l’état à subvenir aux besoins de vos 50%... 


          D’autre part, je ne doute pas un seul instant qu’un grand nombre de chômeurs préférait largement, pour le même niveau de revenu fut-il faible, avoir un emploi plutôt que de toucher des allocations diverses de l’état. Sauf à considérer que les gens préfèrent être assistés plutôt que de s’assumer eux même, ce que je ne pense pas. Vous le pensez, vous ? 

        • Goz 26 septembre 15:07

          Bref rappel : le taux de pauvreté en Allemagne correspond à un pourcentage fixe (60%) du revenu median. Au vu de la situation économique actuelle, on devient pauvre en France en dessous de 935 euros de revenus pour une personne seule. Le seuil de pauvreté est de 950 euros en Allemagne !
          Autrement dit, le nombre de personnes pauvres augmente en Allemagne parce que le revenu median a augmenté ...


          Attention aux chiffres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès