• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Migrants

La réaction anti-migrants de la Suède, avec la progression du parti des Démocrates suédois, a de quoi surprendre. Voilà un pays organisé autour d’un pacte social exemplaire, un pays dont les citoyens sont les champions des acquis sociaux, lesquels sont parfaitement maîtrisés puisque l’état dégage néanmoins un large excédent budgétaire. Un pays, donc, où tout semblerait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Mais la Suède est aussi le pays le plus accueillant pour les migrants, et une partie de la population s’en plaint au motif qu’ils coûtent cher, qu’ils sont responsables de l’augmentation de la criminalité, et que le gouvernement de la Suède serait bien inspiré de penser d’abord aux Suédois, lesquels semblent pourtant ne manquer de rien.

Cette situation paraît être la manifestation d’un réflexe biologique venu du fond des âges, le « no-self », ce qui tendrait à accréditer l’idée que, si l’évolution a bien reposé sur des échanges et des mutations, ceux-ci n’échappent pas à des contraintes de masse et de temps que l'on ne connaît pas, mais qui génèrent des réactions de rejet lorsque l’on ne les respecte pas. C’est-à-dire que dans un territoire ou une communauté donnés, il existe bien au sein de la population native des seuils de tolérance envers une population étrangère, et qu’il convient de ne pas négliger l’importance d’une immigration ni le temps nécessaire pour l’accepter et l’intégrer. Des contraintes que l’Europe, confrontée à la pression migratoire de l’Afrique et du Moyen-Orient et aux réactions défensives de ses populations, ne peut plus ignorer.

L’Afrique, minée par le sous-développement économique, la misère et les conflits tribaux ou confessionnels, devrait compter 2,3 milliards d’habitant en 2050 dont 830 millions de jeunes (source : Programme des Nations-Unies pour le Développement). Le Moyen-Orient est ravagé par les guerres civiles et confessionnelles et le terrorisme. En comparaison, l’Europe est un eldorado économique et social sur lequel campe sa population vieillissante de 500 millions d’habitants, condamnée donc à l’ouverture ou vouée à la disparition. Elle ne résistera évidemment pas à la pression migratoire des populations chassées par la violence et la misère sur lesquelles sa relative prospérité et sa stabilité exercent un tel attrait que leurs ressortissants risquent leur vie pour la rejoindre. Aucune frontière, aucun droit, ne peut défendre l’opulence d’un petit nombre contre la faim et la peur d’un si grand nombre. C’est une question de lucidité autant que d’humanité. L’invasion que certains craignent n’est pas un phantasme d’extrême droite. La menace est réelle, et il dépendra de nous qu’elle soit subie et soumise, ou bien combattue et violente, ou bien prévenue à temps par un traitement approprié à la source. 

La littérature nous a déjà proposé deux scénarios extrêmes :

La soumission : si, l’Europe se montrait incapable de prendre les initiatives qu’exige la situation avant que les digues des pays du Sud et de la Turquie ne se rompent, elle pourrait s’attendre à une marée humaine de pauvres hères qui, embarqués par millions sur des milliers de vieux rafiots, envahissent l’Europe par les rivages de la Méditerranée. C’est ainsi que Jean Raspail (Le camp des saints, 1973) imaginait ce « grand remplacement » qui hante les identitaires, et qui leur sert d’argument pour engager la force.

La réaction : si, cédant à la peur, et au mépris du drame humanitaire, l’Europe enfin unie par ce problème engageait sa supériorité organisationnelle et militaire pour résister par la force à l’envahissement, le coût de la protection de ses frontières serait extrêmement élevé, et elle devrait en outre, et rapidement, considérer que l’essentiel de ses ressources (énergie et matières premières) vient d’Afrique et du Moyen-Orient. Elle serait alors conduite à y projeter son action militaire pour sécuriser ses approvisionnements. Une telle hypothèse nous rapprocherait du scénario de « 1984 », imaginé par Georges Orwell (publié en 1949), avec une escalade conduisant à une guerre mondiale permanente dont l’Afrique serait le champ de bataille. Une guerre dont le coût pour les pays développés serait incomparablement plus lourd que l’hospitalité qu’ils refusent. 

C’est sans doute parce que les drames sont un meilleur matériau pour la littérature que celle-ci nous livre des scénarios cataclysmiques. Mais, tout a-t-il vraiment été envisagé, avant que ce problème des migrants ne fasse imploser l’Europe ? N’y a-t-il pas d’autres hypothèses et solutions à explorer, même complexes et coûteuses mais qui peut-être le paraîtraient moins si l’on mesure bien les risques de la situation actuelle ? Par exemple, ne peut-on pas donner aux migrants la possibilité de rester chez eux en leur ménageant un avenir par le développement de leur économie ? Ces pays sont écrasés sous un endettement colossal dont les seuls intérêts épuisent leurs ressources, interdisant toute initiative d’envergure et constituant un obstacle infranchissable à leur développement. La colonisation les ayant longtemps privés du juste revenu de leurs matières premières, dont tout le monde a longtemps profité, serait-il injuste que, sans toutefois renier l’histoire, cette dette qui les paralyse soit prise en charge par la communauté internationale ? Cette remise à plat libérerait pour ces pays des moyens pour financer la mise en valeur et l’exploitation par eux-mêmes de leurs ressources, créant ainsi les conditions d’un réel développement économique et d’un avenir pour leurs populations. Ne ferions-nous pas ainsi l‘économie de nombreux conflits potentiels ? Étant bien entendu qu’en contrepartie du gel de la dette, la communauté internationale pourrait négocier pays par pays l’évolution planifiée et contrôlée des institutions vers la démocratie et contre la corruption, en considérant que les problèmes à ces niveaux sont la conséquence du sous-développement et non leur cause, et que soient acceptés et respectés les arbitrages de la Force de Maintien de la Paix des Nations Unies dans les conflits régionaux. L’ONU pourrait donner là une preuve de son utilité, pratique et appliquée, et non pas seulement la collecte et la gestion de statistiques. 

Bien sûr, cela ne se ferait pas du jour au lendemain et, en attendant que de telles dispositions portent leurs fruits, les pays développés se doivent d’accueillir les migrants dans un cadre certes limité mais volontariste, organisé et contrôlé, qui respecte leur dignité, jusqu’à ce que le développement économique de leurs pays en ralentisse et normalise le flux. C’est parce qu’ils sont dans la rue, privés de tous leurs repères sociaux, qu’ils y sont en but à tous les dangers et peuvent devenir eux-mêmes dangereux et qu’ils nous font peur, et aussi un peu honte. Dans la jungle, on devient fauve pour survivre. La rue n’est un lieu d’accueil pour personne, et même un animal a droit à une tanière.

Enfin, il sera toujours préférable de se rappeler que l’homme est grégaire, et donc solidaire, plutôt que flatter à des fins électorales les plus mauvais instincts des électeurs, plutôt qu’attiser le reflexe xénophobe qui pourrit le climat de l’Europe humaniste sans rien résoudre des problèmes sur lesquels il prospère. Cela coûterait moins cher qu’une guerre, et même les multinationales qui cherchent de nouveaux consommateurs y trouveraient leur compte.


Moyenne des avis sur cet article :  2.59/5   (32 votes)




Réagissez à l'article

74 réactions à cet article    


  • bluerage 16 septembre 10:18
    Tiens, un militant pour l’avènement du grand remplacement lol. Au vu de votre âge je constate que la vieillesse est un naufrage, ou alors vous pensez « après moi le déluge », c’est gentil pour ceux qui resteront hein ?

    Et surtout arrêtez de nous bassiner avec la culpabilité de la colonisation, je ne me sens pas responsable de ce qu’on fait mes ancêtres, donc acte.

    • Le421 Le421 16 septembre 17:33

      @bluerage

      je ne me sens pas responsable de ce qu’on fait mes ancêtres

      Notamment de vous avoir "fabriqué !!
      Dont acte !!  smiley


      Entre parenthèses, perso, je suis fier d’avoir eu un père communiste, résistant, qui a foutu les boches dehors...
      Chacun son fardeau. Le mien est léger à porter !!

    • bluerage 16 septembre 18:11
      @Le421

      Oups, en effet, dont acte !

      Par contre comment peut on être fier d’avoir eu un père communiste en 2018 ? Vous devez être un fossile complètement marteau...Pour votre fardeau si léger à porter, permettez moi de gros doutes, je suis sûr que votre karma vous causera quelques problèmes dans l’au delà smiley



    • Omzen 17 septembre 05:51

      @Le421 Oui c’etait bien la peine de se battre contre les allemands pour se laisser envahir aujourd’hui aussi docilement par tous ces pays musulmans. Les poilus et tous ceux qui se sont battus pour une France libre doivent se retourner aujourd’hui dans leurs tombes.


    • nono le simplet nono le simplet 17 septembre 06:51

      @Omzen

      Les poilus et tous ceux qui se sont battus pour une France libre doivent se retourner aujourd’hui dans leurs tombes.
      oui comme les 300 000 musulmans qui combattirent en 14-18 dont 100 000 sont morts pour la France
      les 340 000 musulmans en 39-40 dont 5 400 sont morts pour la France
      et les 250 000 musulmans en 43-45 dont 12 000 sont morts pour la France
      et ce ne sont que les chiffres des soldats de l’armée française !

    • nono le simplet nono le simplet 17 septembre 07:55

      @nono le simplet

      comme dirait Audiard dans « les tontons flingueurs »,
      « c’est bizarre cette manie qu’ont les racistes à faire des phrases »

    • zzz'z zzz’z 17 septembre 08:12

      @Le421
      « Entre parenthèses, perso, je suis fier d’avoir eu un père communiste, résistant, qui a foutu les boches dehors...
      Chacun son fardeau. Le mien est léger à porter !! »


      Ça doit swinguer ferme vos convictions pour se revendiquer aristo — fils de —-coco-natio ; Après la phrase sur l’atavisme va faire songer, aux plus réactifs, au ventre fécond…

      Je vous souhaite bonne bourre ; Avec la carte du club, on peut brûler les feux rouges !

    • Le421 Le421 17 septembre 09:29

      @zzz’z

      Je répondais juste à cette phrase...
      Je ne suis pas responsable de ce qu’on fait mes ancêtres.

      On voit tout de suite le sentiment profond d’appartenir à un pays, une nation, avec son histoire et ses us et coutumes.
      Éternelle différence entre patriotisme et nationalisme.
      L’un vit pour son pays, le second contre les autres...

    • Pierre Régnier Pierre Régnier 17 septembre 13:43

      @nono le simplet

      Il y avait, durant ces guerres que vous nommez, des enquêtes et des statistiques sur l’appartenance religieuse des combattants pour la France ?


    • nono le simplet nono le simplet 17 septembre 14:12

      @Pierre Régnier

      Il y avait, durant ces guerres que vous nommez, des enquêtes et des statistiques sur l’appartenance religieuse des combattants pour la France ?
       smiley de plus en plus fort !

    • Pierre Régnier Pierre Régnier 17 septembre 14:43

      @nono le simplet

      Vous pouvez préciser ? (de préférence sans rire)


    • nono le simplet nono le simplet 17 septembre 15:38

      @Pierre Régnier

      (de préférence sans rire)
      préférence refusée  smiley

    • nono le simplet nono le simplet 17 septembre 16:14

      @Pierre Régnier

      allez, je fais un effort ...
      dés 1914, grâce à Millerand, l’armée française a compris l’importance que ses morts soient inhumés selon leurs rites religieux et la religion des soldats était connue et respectée
      à Douaumont on peut voir des tombes musulmanes
      les américains respectent aussi la religion de leurs soldats
      au cimetière d’Omaha Beach on peut voir des « tombes » juives

    • Pierre Régnier Pierre Régnier 17 septembre 16:59

      @nono le simplet

      Je comprends vos réactions. Vous êtes jeune et n’avez connu que cette France où le sens des mots et le souci de l’exactitude comptent de moins en moins. Les gouvernants et les journalistes des médias actuellement dominants attribuent aux mots qu’ils emploient un sens qui leur permet de réaliser facilement leurs articles mais aussi, dans certains cas, qui leur permet de faire une démonstration malhonnête.

      Dans certains domaines ça n’est pas très grave. Qu’un écart de température par rapport à la moyenne de celles enregistées à la même date les années passées soit exprimé comme écart par rapport à la normale, ou encore, qu’une température soit qualifiée d’estivale en plein été, bof, c’est sans impact important. Le journaliste se ridiculise un peu, c’est tout.

      Dans le cas du sens inexact du mot musulman, objet de notre controverse, c’est devenu très grave mais ce n’est pas surprenant. Le Général de Gaulle lui-même faisait la confusion.

      C’est devenu grave parce que, en pleine islamislation progressive de la France, il est maintenant pratiquement impossible de réfléchir et d’échanger sérieusement sur ce problème en le distinguant du problème de l’immigration illégale.


    • nono le simplet nono le simplet 17 septembre 18:37

      @Pierre Régnier

      je suis jeune ? smiley je me sens encore jeune en tous cas smiley
      en pleine islamislation progressive de la France
      comment peut on avaler de telles conneries ?

    • Clouz0 Clouz0 17 septembre 19:06

      @nono le simplet

      « en pleine islamislation progressive de la France »

      Euh, C’est quoi qui ne vous convient pas dans cette phrase ?
      Ça me semble plutôt être un constat assez fataliste.

    • Pierre Régnier Pierre Régnier 17 septembre 21:46

      @nono le simplet

      Vous aviez raison, nous ne pouvons pas échanger, nous ne vivons pas sur la même planète.


    • zzz'z zzz’z 18 septembre 15:47

      @Le421

      « Éternelle différence entre patriotisme et nationalisme.
      L’un vit pour son pays, le second contre les autres... »

      Jolie fable. Qui peut se permettre de vivre contre les autres hormis deux, trois piqués tout droit venus de la Fête des Nations ?


    • Don Quichotte 16 septembre 10:37

      Il s’agit au contraire de pallier le grand remplacement en prenant en mains une situation qui y conduirait. Le confinement étant par ailleurs un facteur de dégénérescence.


      Enfin, rien de vous oblige à être insultant pour vous exprimer.

      • Jonas 16 septembre 17:18
        @Don Quichotte « Le confinement étant par ailleurs un facteur de dégénérescence. »

        Pendant des siècles, jusqu’au au début des années 1970, la population française de souche est majoritairement restée blanche et de culture chrétienne, c’est un fait, en quoi cela est-il un facteur de dégénérescence ? La France n’a pas eu de sculpteurs, scientifiques, philosophes, architectes, peintres, écrivains, romanciers, poètes talentueux ?

      • Le421 Le421 17 septembre 09:33

        @Don Quichotte

        La théorie du Grand Remplacement est aussi intéressante que celle du Ruissellement.
        Cela reste...
        Des théories.
        J’aimerais mieux vivre avec un peu plus de moyens que de savoir qui habite près de chez moi.
        Mais c’est un point de vue.
        Le Grand Remplacement, c’est aussi le financement du PSG par le Qatar, non ??
        Ah non. C’est vrai.
        Quand il est friqué, un bougnoule devient un investisseur...
        Je suis bête, des fois.
        Même si l’investisseur est un tyran assassin dans son pays.

      • Pierre Régnier Pierre Régnier 17 septembre 13:52

        @Le421

        Vous êtes ambigu.

        Précisez : vous trouvez bien le grand remplacement de population si l’état français l’accepte par ce qu’il est financé par des riches investissant en France et qui assassinent dans leur pays ?


      • Le421 Le421 17 septembre 15:02

        @Pierre Régnier

        Moi, non, bien sûr.
        Mais les supporters de foot...

      • Paul Leleu 19 septembre 01:21

        @Jonas

        « La France n’a pas eu de sculpteurs, scientifiques, philosophes, architectes, peintres, écrivains, romanciers, poètes talentueux ? » 

        pire que ça. Comme disait l’ami Clouscard : « l’histoire de la musique s’est arrêtée en 1950 » ... et faut avouer que c’est vrai... depuis c’est la crétinisation américaine, à laquelle beaucoup de lecteurs d’AVox adhèrent (même les prétendus « souchiens identitaires » et autres fachos). 

        depuis on peut constater objectivement la disparition toujours plus grande de la France au niveau artistique... nous n’avons plus que des imitateurs, des français colonisés qui singent les arts américains comme des banania... et maintenant, on parle de ne plus enseigner les français à l’école ! 

      • Clocel Clocel 16 septembre 10:55
        Et quand votre nuée de criquets aura fini de bouffer l’Europe, vous les installerez où ?

        C’est le bordel chez moi parce que j’en fous pas une rame, mon frigo est vide, je vais m’installer chez les voisins avec toute ma progéniture !?

        C’est comme ça que ça marche, j’ai bien compris ???

        Ça finira mal vos conneries vous savez ça ?

        Reposez-vous, 76 ans c’est le bel age pour ça et méditez sur le merdier que vous allez laisser aux générations futures...

        • Don Quichotte 16 septembre 11:22

          @Clocel

          La fixation que vous faites sur mon âge, que j’ai pris la peine de préciser dans mon profil, relève des attaques « ad hominem ». Discréditer un intervenant plutôt que réfléchir à sa position que l’on peut ne pas aimer. C’est un indice qui suffit pour mettre fin à un échange. Désolé.


        • Omzen 17 septembre 06:01

          @Clocel C’est exactement ca ! et puis quoi de plus normal que de foutre le bordel dans un pays qui nous accueille. Tous ces bien pensants bobo de gauche accepteraient il de recevoir des invites chez eux qui se permettent tout et n’importe quoi ? eh bien c’est exactement la meme chose a l’echelle d’un pays. On est accueilli on dit merci et on se comporte respectueusement. Mais qu’attendre de personnes dont l’education, les valeurs et la religion sont aux antipodes des notres ? Qu’on les aide chez eux et Basta !


        • blablablietblabla blablablietblabla 17 septembre 11:57

          @Don Quichotte
          Très bon article , évitez de répondre aux crétins ils sont sourd.


        • ZenZoe ZenZoe 16 septembre 11:18

          Enfin, il sera toujours préférable de se rappeler que l’homme est grégaire, et donc solidaire,

          C’est vite dit. L’homme est surtout un animal territorial comme de nombreuses espèces, et aucune espèce n’est solidaire quand il s’agit de défendre son territoire.
          L’homme fonctionne aussi en clan,et il est grégaire et solidaire avec les membres de son clan. Les autres passent après, et encore !
          Chercher à tordre la nature humaine avec une idéologie quelle qu’elle soit a toujours donné des résultats sanglants au cours de l’histoire.


          • Don Quichotte 16 septembre 11:31

            @ZenZoe
            D’accord, il y a des nouveaux de solidarité qui sont liés notamment au territoire. Cela rejoint la « loi du mort-kilomètre ». Plus les victimes sont éloignées, moins elles susciteront l’empathie.



          • cevennevive cevennevive 16 septembre 11:25

            Bonjour Don Quichotte,


            « et même les multinationales qui cherchent de nouveaux consommateurs y trouveraient leur compte. »

            Avec quel argent consommeraient-ils s’il n’y a pas de travail ? Que consommeraient-ils ? Des produits importés ? (puisque nous en produisons de moins en moins ?)

            Je n’ai aucune solution à proposer, mais la situation est désespérée. Et il n’est pas étonnant que la plupart d’entre nous rejettent l’immigration de masse. Il n’est pas étonnant non plus que quelques pays d’Europe soient « tombés » dans le « populisme ». (Je mets des guillemets car c’est ce que l’on entend le plus souvent dans les médias...)

            Les leçons d’humanisme et de morale n’ont aucun impact sur une grande partie d’un peuple un peu malmené par le chômage, l’absence de logements à des prix raisonnables, les diverses taxes impossibles à contourner (carburant, etc), et les lois souvent injustes et répressives pour les gens modestes.

            Pourrait-on instituer un « ministère du bonheur » avec de telles situations ? Heureusement, il n’en est pas question...


            • ZenZoe ZenZoe 16 septembre 11:37

              @bonjour cevennevive
              Les leçons d’humanisme et de morale n’ont aucun impact sur une grande partie d’un peuple

              Oui, d’autant plus que le peuple est moins bête qu’on ne pense et a très bien compris que l’humanisme et la morale n’ont rien à voir avec l’immigration qu’on tente de lui imposer. Les vraies raisons sont ailleurs, et pas très ragoûtantes, et nos soi-disant élites bien moins humaines que leurs discours de façade.


            • Omzen 17 septembre 06:03

              @ZenZoe YES !


            • popov 19 septembre 15:45

              @cevennevive

               
              Bonjour
               
              Le gouvernement du Bhoutan mesure la richesse du pays en terme de bonheur national brut plutôt qu’en terme de produit national brut.

            • Don Quichotte 16 septembre 11:42

              Bonjour,

              L’idée, pour motiver les banques et les marchés, serait de financer le développement économique des pays d’émigration pour y retenir les populations. Un environnement économique restauré et prospère (?) verra naître une classe moyenne et consommatrice. Tout le monde y gagne.
               

              • berry 16 septembre 13:24
                @Don Quichotte
                Il n’est pas possible de compter uniquement sur le développement économique des pays du tiers-monde pour stopper l’immigration, au contraire, un certain niveau de développement économique facilite l’émigration. Il permet à ceux qui veulent partir de se payer le voyage alors que les plus pauvres n’ont aucun moyen pour se déplacer.
                Il est illusoire en plus d’attendre un développement économique généralisé qui tarirait l’émigration, les conflits en cours, la corruption et la surpopulation en font un objectif inatteignable dans de nombreux pays.
                La seule solution est de fermer nos frontières pour que nous ne soyons pas envahis.

              • popov 20 septembre 02:38

                @Don Quichotte

                 
                L’idée pourrait être un partenariat des pays européens avec leurs anciennes colonies qui le désirent. 
                 
                La colonisation par les Européens, en son temps, a apporté à ces pays 3 éléments positifs (à divers degrés suivant les cas) :
                 
                1 assainissement (eau potable, égouts, traitement des immondices, service médical)
                2 infrastructure (routes, chemin de fer, électricité, téléphone, poste)
                3 éducation (écoles) 
                4 institutions
                 
                La colonisation par le Japonais de la Corée et de Taiwan a apporté une chose essentielle de plus :
                 
                5 industrialisation 
                 
                L’idée de base des Japonais était de créer une zone de co-prospérité. À leur indépendance, les pays colonisés par les Japonais étaient viables économiquement. Ceux colonisés par les Européens ne le sont toujours pas (pour la plupart) à cause du manque d’industries. Après la guerre, les Japonais ont continué à investir dans l’industrialisations d’anciennes colonies européennes comme la Malaisie, l’Indonésie, le Vietnam, des pays qui sont réellement en voie de développement.
                 
                Dans la plupart des pays colonisés par le Européens, il n’y a pratiquement pas d’industries de transformation. Ces pays n’ont donc pas pu entretenir l’héritage qu’ils ont reçu de leur colonisateur. 

              • jef88 jef88 16 septembre 12:03
                L’Afrique, minée par le sous-développement économique, la misère et les conflits tribaux ou confessionnels,

                C’est la le VRAI problème !
                La solution c’est le développement économique généralisé  !
                Il ferait s’éteindre une grande partie des conflits et les habitants resteraient chez eux ......
                Je sais, je suis (un tout petit peu) utopiste mais si les peuples européens y travaillaient au lieu de se diviser entre pro et anti-migration, la situation évoluerait dans le bon sens .......

                • Cateaufoncel3 16 septembre 12:23

                  @jef88

                  « C’est la le VRAI problème ! »

                  A mon point de vue, le vrai problème, c’est l’énergie. La production d’électricité du continent est au niveau de celle de l’Allemagne, et 60 % du total proviennent de l’Egypte et de l’Afrique du Sud.

                  On pouvait dans Libération du 29 juin :

                  « Le Tchad a le plus faible taux d’électrification du monde : 3% de la population seulement. La puissance électrique de mon pays, c’est celle d’un hypermarché en France. »

                   

                  https://www.liberation.fr/planete/2018/06/29/la-puissance-electrique-du-tchad-c-est-celle-d-un-hypermarche-en-france_1662620


                • bob14 bob14 16 septembre 12:34
                  Migrants..Mipetits...Emmanuel mange ta soupe si tu veux grandir... smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Don Quichotte


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès