• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Agonie des Accords de Minsk à qui la faute ?

Agonie des Accords de Minsk à qui la faute ?

Les accords de Minsk II, qui devaient apporter une solution à la crise du Donbass ont été signés le 11 février 2015. Ils comportent 13 points, dont à ce jour seulement trois sont partiellement appliqués.
Il s'agit des points 3,4 et 7 portant respectivement sur la surveillance du « cessez-le-feu » , les élections dans le Donbass et sur la garantie de l'accès de l'aide humanitaire. Concernant les élections seules des primaires tardives sans rôle électif ont eu lieu.

Les 10 autres points sont un échec total. Le cessez-le-feu n'est absolument pas respecté. Le retrait des armes lourdes n'est plus effectif depuis l'automne 2015. La garantie de l'amnistie n'est pas appliquée, de nombreux partisans de la DNR sont emprisonnés (on peut citer par exemple Rafael Lusarghi et les journalistes de novorossia TV défendus par Tatiana Montian). Tous les prisonniers de guerre n'ont pas été libérés. Les liens socio-économiques n'ont pas été rétablis avec l'Ukraine. En effet les LNR et DNR dépendent entièrement d'elles-mêmes et de l'aide Russe pour Survivre.
L'Ukraine n'a pas repris le contrôle de ses frontières.

Le principal point de blocage est la non volonté de l'Ukraine de conduire la réforme institutionnelle qui permettrait de faire appliquer les accords de Minsk II. Une telle réforme n'est possible que dans un pays libre et démocratique, or l'Ukraine n'est ni l'un ni l'autre. En effet, un pays où en 15 ans, un Président démocratiquement élu a été renversé deux fois par des révolutions manipulées par des agents extérieures, ne peut plus être considérée comme une démocratie.

L'Ukraine n'est plus un pays politiquement libre, car les réformes constitutionnelles sont bloquées par des milices armées (Pravyï Sektor et Svoboda). Le vote en première lecture de la loi de décentralisation de l'Ukraine, point de passage obligé pour la résolution de la crise, l'a bien démontré en juillet 2015. Dans les manifestations qui suivirent, un garde national ukrainien trouva la mort, suite à l'explosion d'une grenade lancée par un volontaire du Bataillon Sitch membre du parti Svoboda. Le nombre total de victimes fut de 3 morts et 140 blessés.

La loi sans cesse repoussée n'a pas été votée à la fin de la session parlementaire le 2 février 2016 et à ce jour, renvoyée aux calendes grecques.

 

L’application des accords de Minsk se heurte à de très nombreux écueils, qui se répartissent à différents échelons : locaux, nationaux et internationaux.

Comme il est dit dans l'introduction, la non application est due au blocage de la loi de décentralisation de l'Ukraine par les nationalistes ukrainiens. Ces derniers ont un double intérêt à maintenir l'état guerre dans l'est du pays. Le premier est idéologique, c'est la volonté de ne pas capituler, ni transiger avec le monde russe. Le seconde est bien plus terre à terre. Ce conflit apporte deux éléments capitaux à ces partis par essence insurrectionnel : l'argent et les armes.

L'argent est acquis de deux manières immorales et illégales, le racket et la contrebande.
Une des premières sources de revenu a été la taxation des produits traversant la ligne de démarcation. Cette taxe est officiellement fixée à 2,5% par la DNR, du côté ukrainien elle est libre et variable en fonction de l'avidité des gardes nationaux et des douaniers. L'argent ainsi récolté peut aller de 15 euros pour une cagette de fruits, jusqu'à plus de 15.000 euros pour un camion, ou encore 450 euros pour une tonne de poules. On imagine facilement les sommes colossales ainsi perçues, avant que le gouvernement ukrainien parvienne à les endiguer.

La contrebande constitue une source de revenus sans limite pour les unités ukrainiennes se trouvant sur la ligne de « front ». Elle est fortement combattue par une fraction des unités de l'ATO qui lui reproche d'approvisionner le Donbass et lui permettre de perdurer. On retrouve parmi les unités impliquées dans ces trafics, les bataillons « Aydar », « Donbass », ainsi que de nombreux autres.
Elle concerne des produits alimentaires (viandes, laitages et sodas), les produits interdits par l'ordonnance ukrainienne 415 (Alcools, cigarettes, tabacs), mais aussi médicaments et stupéfiants.
 

Cargaison de Coca-cola clandestin. Paradoxe d'une révolution anti-mondialisation, qui se procure par tous les moyens, la boisson qui incarne le mieux ce qu'elle combat.

L'axe principal de la contrebande pour la LNR est l'axe Kramatorsk, Artemivsk (Bakhmyt), Lougansk. Selon Rodion Shovkoshitny qui a passé 11 mois dans une unité luttant contre ces trafics, le point névralgique serait le SBU de Kramatorsk.

Pour la DNR les plaques tournantes sont les bourgs de Novoluganskoe, et Gorlovka et les localités attenantes : Zaïtseve, Novogorodske.

Novoluganskoe se trouve dans la zone grise, c'est à dire la zone tampon entre les lignes de front. Le village qui n'était contrôlé par aucuns des belligérants, était devenu un gigantesque entrepôt de marchandises. Le 23 décembre 2016, en violation des accords de Minsk II, l'armée ukrainienne a envahi le bourg. Il est fort possible que la lutte contre ces trafics ne soit pas étrangère à cette manœuvre.

Selon le journaliste ukrainien Aleksei Bobrovnikov de nombreux morts sur la ligne de front attribués à des groupes de sabotages rebelles seraient en réalité dus aux soldats ukrainiens impliqués dans la contrebande.

Les marchandises peuvent aussi être acheminées par des wagons supplémentaires accrochés aux convois ferroviaires franchissant la ligne de front à Konstantinovka ou autres. Ces convois « fantômes », sont majoritairement liés à la vente de charbon au gouvernement ukrainien et plus rarement au fonctionnement des aciéries appartenant à Rinat Akmetov (cokerie d'Avdiivka, groupe SCM). Ainsi, en Octobre 2016 des dizaines de trains ont franchi la ligne de front. Bien que la vente de charbon par transport ferroviaire ne fasse pas partie de la contrebande, il faut néanmoins en dire quelques mots, par soucis d'éclaircissement.

La livraison d'anthracite se fait par le biais de l'entreprise D.TEK appartenant aussi à Rinat Akmetov. Au second semestre 2016, les livraisons mensuelles étaient de l'ordre de 600.000 tonnes avec des pics hivernaux de 750.000 tonnes. La vente de charbon à l'Ukraine est connue de tous dans le Donbass. Officiellement, elle sert à financer le régime des retraites. Néanmoins, d'après d'autres sources, celles-ci seraient directement payées par la Russie dans le cadre de son programme humanitaire (729.000 retraites de 3263 roubles soit 2,4 milliards de roubles, ou 37 millions d'euros).
Sachant que le cours actuel de l'anthracite est de 40$ la tonne et que seulement 25% des mines du Donbass étaient rentables avant le conflit Il semble donc impossible d'assumer la charge des retraites avec la seule vente de charbon. De surcroît une grande partie de la Houille vendue ne provient pas des mines nationalisées par la DNR.


Deux camions de charbon de contrebande ayant passé la ligne de front entre Gorlovka et Novgorodske (DNR été 2015). Ce chargement provient certainement de Kopankas (mines clandestines légalisées contre le paiement de taxes par la DNR).

Dans le paragraphe concernant le marché officiel du charbon, il est évoqué la très forte possibilité que la Russie finance le régime de retraites au Donbass. Or ce financement va plus loin ; d'après le Journal (pro-OTAN) Das Bild, la Russie finance à hauteur de plus de 70 % les républiques. L'article avance une somme de 79 millions d'euros allouée mensuellement.

Kiev et ses complices occidentaux voient dans ce financement la preuve de la totale mainmise de la Russie sur le Donbass.

Mais en réalité, la DNR et la LNR sont des structures bien plus autonomes que ne veut le reconnaître l'Occident.

Pour elles, l'application des accords de Minsk II souhaitée par la Russie est vécue comme une trahison. En effet si ils sont appliqués les Républiques redeviennent de simples oblasts autonomes de l'Ukraine.

Ces tensions entre la DNR et la Russie, peuvent être illustrées par deux exemples. L'affaire Pourguine et la phobie du FSB illustrée par le cas de deux anciens journalistes de Donipress.

 

Andrei Pourgine est un activiste ukrainien, russophone, indépendantiste. Il est le père dès 2005 du projet de la République de Donetsk, qu'il voit comme héritière de la république Soviétique de Donestk-Krivoï-Rog. Il commença sa vie publique en organisant des contre-manifestations à la Révolution Orange. En février 2005, il organise un village de tentes à Donetsk pour réclamer un statut sur la langue russe et la fédéralisation de l'Ukraine. Il fut l'un des leaders de l'indépendance au printemps 2014 et le premier Vice-Premier Ministre de mai à septembre 2015. Lors d'un passage à un poste frontière avec la Russie, Pourguine fut arrêté, puis emprisonné pendant 4 jours au MGB (Ministère de la sûreté intérieur de la DNR) de Donetsk et fut finalement forcé à démissionner.
Ceci aurait été provoqué par son opposition à l'application des accords de Minsk et son projet de référendum sur le rattachement de la Russie.

Mais le cas de Pourguine, n'est pas un cas isolé. L'été 2014 a été le cadre d'une vaste restructuration de la classe politique de Donetsk. De nombreux politiciens et militaires (par exemple le couple Goubarev et Igor Strelkov) jugés trop indépendantistes ont été écartés des responsabilités.

Contrairement aux allégations occidentales, ce premier exemple montre que la Russie fait pression sur la DNR pour faire appliquer les accords de Minsk. Il serait heureux qu'Angela Merkel et François Hollande fassent de même sur Petro Poroshenko.

 

Le deuxième exemple, bien que beaucoup plus anecdotique, est encore plus flagrant concernant la dualité de la relation Russie-DNR. Il a été révélé par les DNR leaks, c'est à dire par la mise en ligne de courriels piratés du MGB. Dans ses messages, il est question des mésaventures de deux ex-journalistes de Donipress : David Simpson et Laurent Brayard.

David Simpson est un ancien agent de la CIA spécialiste de l'industrie militaire russe. Il est arrivé à Donestk en décembre 2015 et intégra au mois de janvier Donipress alors structure privée et commerciale. Mais très rapidement, courant février une certaine suspicion se développa envers lui. Le MGB fut informé. Il lui était reproché d'être en contact RV Manekin, un journaliste russe, s’intéressant de trop près à Donipress. Le 6 mai 2015, David Simpson est renvoyé de l'agence pour avoir été en contact répété avec ce même journaliste supposé être un agent du FSB ! Doit-on en déduire qu'à l'époque chez Donipress, on craignait plus le FSB que la CIA ?

Un autre ex-journaliste de cette même agence, Laurent Brayard fut interrogé, le 17 février 2015, par quatre officiers du FSB lors de son passage de la frontière entre la Russie et la DNR. Il s'en plaint dans un mail du 31 mars au MGB, où pour ne pas exposer les vraies raisons de cet interrogatoire, il dénonce allégrement trois journalistes de Novorossia today et trois autres de « Sputnik » pour anti-poutinisme.

Si réellement comme l'affirme, les médias occidentaux la DNR était la Russie, pourquoi alors autant se méfier du FSB ? Ne serait-ce pas plutôt lié à des agissement allant à l'encontre de la sécurité nationale russe ?

 

Douane de Novoazosk-Maksimov : lieu de tous les dangers.

 

Ces deux exemples montrent combien les occidentaux ont tort de croire que l'application des accords de Minsk II, ne repos-e que sur le bon vouloir de la Russie. La DNR et la LNR ont beau être tributaires de l'aide économique de Moscou, elles n'en restent pas moins deux Républiques indépendantes. Que doit faire Moscou ? Arrêter de se substituer à un État ukrainien défaillant et laisser 3 millions de personnes, sans vivres, sans chauffage, sans protections sociales, sans éducation ?
 

Le prochain article sur les obstacles de niveau national à l’application des accords de Minsk, traitera des raisons économiques et politiques qui poussent Kiev à laisser pourrir la situation à l'est de son pays. Ainsi que les implications sur la politique intérieure russe. Ce qui permettra de se poser la question qui étaient et qui sont les citoyens russes impliqués dans la crise ukrainienne ? 


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • roman_garev 24 janvier 09:59

    Après l’avènement de Trump la donne a changé d’une façon cardinale, y compris pour toute la situation ukrainienne qui reste suspendue. Les accords de Minsk n’agonisent pas, ils sont déjà morts...


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 24 janvier 10:42

      @roman_garev
      Bonjour,

      Si Trump, suis les conseils de Kissinger, il va comme Nadia Savchenko proposer d’échanger la reconnaissance de la Crimée contre le retour du Donbass en Ukraine.

      Or Moscou n’a pas (ou plus) les bras de levier suffisant pour obliger la DNR et la LNR a retourner actuellement en Ukraine.
      Pour cela, il faudrait que Poroshenko fasse une politique de réconciliation et non d’extermination et de reconquête comme actuellement.
      Donc soit Trump a les épaules assez large pour faire un nettoyage en profondeur à Kiev et faire abouttir une politique de réconciliation nationale ou soit le Donbass se transnitrifie.

      Mais réincorporer le Donbass en Ukraine n’est pas pour autant signe de paix, car la Galicie pourrait bien à son tour s’enflammer pour demander son autonomie. 


    • roman_garev 24 janvier 11:02

      @Courtois Laurent
      Bonjour.

      1) Aucune « échange » concernant la Crimée n’est considérée à Moscou.
      2) De quel « retour » du Donbass à l’Ukraine nazie parlez-vous ? Cela ne se discute même pas.
      3) Porochenko doit être jugé pour les crimes de guerre (au moins). De quelle « politique de reconciliation » de sa part peut-on parler ? Le point du non-retour est passé pour la junte.
      4) La Galicie, cette erreur grossière de Staline, ne compte pas pour la Russie et n’est pas considérée. 
      Vous ne faites que réitérer dans ce com des clichés des médias occidentaux. Ce qui se produira en réalité en Ukraine, étonnera l’Occident autant et même plus que la Syrie... 

    • Courtois Laurent Courtois Laurent 24 janvier 11:29

      « @roman_garev

       »1) Aucune « échange » concernant la Crimée n’est considérée à Moscou.« 

      Oui, car comme je l’ai dit, il n’y à rien à échanger, puisque la Russie ne peut pas et ne veut pas échanger quelque chose qui ne lui appartient pas (Donbass).

       »2) De quel « retour » du Donbass à l’Ukraine nazie parlez-vous ? Cela ne se discute même pas.« 

      premier remarque peut-on imaginer que l’Ukraine soit toujours nazi ? Le fusse-t-elle un jour. Le fascisme gallicien n’a rien à voir avec le nazisme sens strictus, même s’il n’a rien à envier à ce dernier.
      De plus vous n’allez pas me faire croire que 100% des ukrainiens sont fachistes et anti-russe.
      Vous qui m’accusez de »réitérer des clichés des médias occidentaux« , vous n’êtes pas loin d’agir comme eux en généralisant des situations bien plus complexe en réalité.

      Le Donbass ne sera jamais russe, sinon, cela fait longtemps qu’un référundum sur l’annexion aurait été réalisé et qu’il aurait suivit le même chemin que la Crimée.

      Reste la solution de la Transnitrification, ou de la ré-intégration, le temps tranchera, l’histoire jugera.

       »3) Porochenko doit être jugé pour les crimes de guerre (au moins). De quelle « politique de reconciliation » de sa part peut-on parler ? Le point du non-retour est passé pour la junte.« 

      Je crois que vous m’avez mal compri, Poroshenko est un point de blocage à la réconciliation nationale ukrainienne. Il me semble m’être demandé si Trump aura les épaules assez solides pour s’en débarrasser.
      A vous lire, on croirait que l’ Ukraine est vouée à tout jamais à la Junte de Kiev. C’est bien mal connaître les électeurs ukrainiens et la situation du pays.

       »

      4) La Galicie, cette erreur grossière de Staline, ne compte pas pour la Russie et n’est pas considérée. « 

      Qu’est ce que c’est que cette manie toute occidentale qu’à chaque fois que l’on parle de l’Ukraine de vouloir à tout pris y mettre la main de la Russie ?

      Je dis que la Gallicie pourrait devenir un futur Donbass et demander son rattachement à la Pologne, ou son indépendance au sein de l’EU.

      Ou ai-je parler de la Russie dans ses propos ?

       »

      Ce qui se produira en réalité en Ukraine, étonnera l’Occident autant et même plus que la Syrie... "

      Alors là, il faut vite nous éclairer, ou nous faire profiter de vos scoop !!! Ecrivez-nous vite un article ! Je brule de le lire.

      J’avais déjà écouter avec grand intérêt une annonce de l’invasion de Kaliningrad par l’OTAN, il y à 15 jours dans un SIT REP sur youtube (la blitzkrieg, n’est plus ce qu’elle était), il me tarde d’entendre maintenant les plan secret de l’OTAN, les plans secrets des Silovnikis.


    • roman_garev 24 janvier 12:07

      @Courtois Laurent
      Trop prolixe pour répondre. Essayez de modérer votre éloquence pour vous concentrer sur des points un à un.

      Et un conseil : ne parlez jamais de la part de « nous » ici (« il faut vite nous éclairer », « éclairez-nous vite un article »), ça sonne faux. Parlez de vous-même.

    • Courtois Laurent Courtois Laurent 24 janvier 12:32

      @roman_garev

      Nous = tous les lecteurs et moi. Je suis sincère quand, je dis que je lirai avec enthousiasme vos révélations sur les plan secrets du Kremlin concernant l’Ukraine


    • roman_garev 24 janvier 15:55

      @Courtois Laurent
      Avec enthousiasme ? Vous en personne, peut-être. Mais, une fois de plus, ne parlez pas pour tous.

      Les plans secrets ne sont pas à révéler, comme le mot « secret » l’indique smiley
      En tout cas, tout dépendra de la rencontre Poutine-Trump, qui aura lieu « dans les mois à venir », aux dires de Peskov. C-à-d. lorsque le nouveau Président de la France sera déjà connu, ce qui donnera des nouveaux élements européens.
      Je ne peux que répéter que jamais l’Occident n’a réussi à prévoir un seul acte de Poutine. De sorte que chaque fois il en était resté bouche bée, ne sachant ni que dire, ni que faire. Donc toutes vos hypothèses (ainsi que les miennes, et de tous les autres soi-disant « experts ») s’avèreront nulles. Cela, c’est la seule chose qui est certaine. Donc pouvez garder votre enthousiasme pour cet avenir.

    • Courtois Laurent Courtois Laurent 24 janvier 16:08

      @roman_garev

      « Avec enthousiasme ? Vous en personne, peut-être. Mais, une fois de plus, ne parlez pas pour tous. »

      Je ne serais donc que le seul à apprécier vos articles ?

      « Les plans secrets ne sont pas à révéler, comme le mot « secret » l’indique  »

      Dois-je en déduire que vous êtes dans les secrets du Kremlin ?

      Et personnellement, je ne suis expert en rien du tout.J’ai juste la prétention de vouloir faire partarger 3 ans d’observation de la crise ukrainienne. 

      Bonne soirée à vous.


    • roman_garev 24 janvier 16:18

      @Courtois Laurent
      Il n’y aura aucun article de ce genre, donc pas de cause à vous enthousiasmer.

      Vous comprenez mal le français ?
      La phrase sur les plans, c’est une simple constatation. Pour la composer, il ne faut pas être dans les secrets. Ce que vous devez ou pas, cela m’est égal.
      Dans votre com vous ne partagez rien, mais avancez vos hypothèses.
      Moi j’observe la crise ukrainienne depuis les décennies...


    • Laurent 47 24 janvier 19:16

      @Courtois Laurent
      Le Donbass n’est ni russe, ni ukrainien, puisque cette république est indépendante de ces deux pays depuis le 17 Juillet 1959, soit depuis 57 ans !
      Vous trouverez le texte original de cette indépendance, votée à l’unanimité du Congrès américain sur Google, en tapant :
      Les USA reconnaissent-ils l’indépendance du Donbass depuis 1959 ?
      C’est un document en PDF imprimable. ( à noter que cette république a été appelée Cossackia avant de prendre le nom de république du Donbass).
      La main de la Russie dans le Donbass consiste en une aide humanitaire ( nourriture, fourniture de gaz, entre autres ), mais je pense que quelques fournitures d’armes russes permettent de bloquer les velléités guerrières des milices nazies de Svoboda et de Pravy Sektor, car il y a eu pas mal de bombardiers ukrainiens qui sont allés au tapis !
      La Russie n’a nullement l’intention d’envahir l’Ukraine ( sauf si elle veut anéantir les milices nazies de Galicie que l’on ne doit pas confondre avec les citoyens ukrainiens ), mais elle veut protéger les ukrainiens russophones persécutés par ces fascistes ( plus de 10.000 morts dans les républiques de Donetsk et de Lougansk à ce jour, dans le silence assourdissant de l’ONU ).
      Il y a un site très intéressant à consulter sur le sujet : celui de DONI PRESS Donetsk International, dirigé par Christelle Néant, qui est sur place et qui relate jour par jour, les nombreux tirs des milices nazies, en infraction avec les accords de Minsk.


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 25 janvier 08:09

      @Laurent 47

      « Il y a un site très intéressant à consulter sur le sujet : celui de DONI PRESS Donetsk International, dirigé par Christelle Néant, qui est sur place et qui relate jour par jour, les nombreux tirs des milices nazies, en infraction avec les accords de Minsk. »

      Re-bonjour Laurent,

      Si je veux lire une personne sur place, je lis Erwan Castel, qui de plus habite sur la ligne de front (à 500m - avec un loyer de 2000 roubles) et non en centre-ville (loyer 8500 roubles).

      Pour ce qui est des chiffres des bombardements, il suffit de faire comme le media que vous évoquez de lire les stastiques publiés tous les jours par Edouard Basourine. Je vous conseille donc d’écouter le maître au lieu d’écouter le perroquet.

      De plus, il me semble que la personne dont vous avez cité le nom, et que je connais plus sous le nom de « Sorcière Morigane » ne dirige quoi que ce soit chez DONI PRESS. Ou alors aurai-elle remplacé Janus Puthkonen ?

      Concernant les milices nazies, je rappelle que le fascisme Ukrainien (bandérisme et autres variantes) même si il est aussi abjecte n’a rien à voir avec le nazisme (hitlérisme). 


    • Jonathan Livingstone 25 janvier 09:02

      @Courtois Laurent Que la Galicie soit autonome tout le monde s’en fout…


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 25 janvier 09:23

      @Jonathan Livingstone

      Pas autonome, mais indépendante, voir intégrée dans la Pologne c’est à dire l’EU. Même indépendante, elle aspira à en devenir membre.
      Vous vous en foutez que le « cancer ukrainien » se propage en Europe ? 
      Moi, pas, une Ukraine bandérisée me suffit largement pas la peine de rendre la Pologne ou d’autre pays limitrophes plus anti-russe qu’ils ne le sont déjà.
      Il n’y a qu’a regarder la direction qu’a prise la politique européenne depuis l’entrée de la Pologne et des Etats Baltes, pour comprendre le danger que cela représente.
      Il faudrait que l’EU comprenne que l’on ne peut construire l’Europe avec des peurs ancestrales, ou alors elle est suicidaire.


    • roman_garev 25 janvier 09:39

      @Courtois Laurent
      « Concernant les milices nazies, je rappelle que le fascisme Ukrainien (bandérisme et autres variantes) même si il est aussi abjecte n’a rien à voir avec le nazisme (hitlérisme). »


      Ah bon ? Peut-être, au lieu de le « rappeler », vous pourrez en fournir des preuves ? Je ne parle même pas de symboles coïncidants, mais de leur idéologie.

    • roman_garev 25 janvier 09:42

      @Courtois Laurent
      « Il faudrait que l’EU comprenne »


      Drôle d’idée de douer de raison un machin bureaucratique smiley

    • roman_garev 25 janvier 09:54

      @roman_garev
      La « tueuse des policiers » Vita Zaviroukha qui vient d’être libérée, déploie son drapeau préféré (photo).


    • roman_garev 25 janvier 09:56

      @Courtois Laurent

      « Si je veux lire une personne sur place, je lis Erwan Castel, qui de plus habite sur la ligne de front (à 500m - avec un loyer de 2000 roubles) et non en centre-ville (loyer 8500 roubles). »
      Vous y tenez une agence immobilière ? Bonne chance et réussite...


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 25 janvier 10:05

      @roman_garev

      Bonjour Roman.

      Je vous renvoie vers cet article traitant du fascisme ukrainien, ou il est expliquer qu’il est comtemporain du fascisme allemand (Hitlérisme) et Italien (Mussolinisme). Le bandérisme n’est donc pas un avatar ukrainien.

       La présence de symbole purement nazi, vient des descendants des galliciens engagés en 1944 dans la 14éme division SS. Mais je ne nie pas qu’il y ait aussi des néo-nazis dans le tas (sur-représentés dans les volontaires français à Kiev, et même dans la diaspora française, cf le projet de « village blanc »).


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 25 janvier 10:29

      @roman_garev

      « Vous y tenez une agence immobilière ? Bonne chance et réussite... »

      Vous m’avez fait sourire ;)

      Mais l’immobilier est un sujet interessant. Une fois que l’on sait ou habite chacun (de l’appartement sur la ligne de front sans chauffage, à la très luxieuse villa dans un quartier très résidentiel), les propos des uns et des autres sur les conditions de vies de ceux dont les maisons ont été endommagés, résonnent un peu comme une invitation a hébergé un migrant dans la bouche d’un membre de la famille Bedos...


    • roman_garev 25 janvier 11:39

      @Courtois Laurent

      « Je vous renvoie vers cet article traitant du fascisme ukrainien... »
      Je vous laisse vous débrouiller seul dans les différentes espèces de merde nazie.
      À noter que même les SS hitlériens étaient frappés par la cruauté inhumaine des bandéristes. Bon, chacun son goût...

    • roman_garev 25 janvier 11:44

      @Courtois Laurent
      « Mais l’immobilier est un sujet interessant. Une fois que l’on sait ou habite chacun... »


      J’attends votre rapport des propos des familles habitant les caves vu que leurs maisons ont été détruites par ces dignes représentants du fascisme ukrainien que vous tenez tant à différer de celui de Hitler... Et surtout parlez leur de cette différence que vous avez tant de zèle à démontrer.

    • roman_garev 25 janvier 11:47

      @Courtois Laurent
      Avez-vous lu mon long com posté le 24 janvier à 19h40 spécialement à votre intention (en bas), mais resté sans votre réaction ?


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 25 janvier 12:00

      @roman_garev

      oui, je l’ai lu...

      Je voulais vous demandez d’ou sorté vous ce sondage secret ? Et de m’en apporter la preuve.

      En échange, je vous donnerez un doc officiel du Kremlin sur l’état d’esprit des populations du Donbass. Car je n’avance jamais un fait sans pouvoir en avancer la preuve.

      Bonne journée


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 25 janvier 12:04

      @roman_garev

      Je suis très surpris de ces propos pour quelqu’un se réclamant du monde russe. J’imagine ( car comme vous je ne les connais pas personnellement) que les familles vivants dans les caves emploient comme tous les russes le mot « fasciste » ou plutôt « Ukrops ».


    • roman_garev 25 janvier 17:17

      @Courtois Laurent
      Je suis étonné que vous, tout en prétendant de vous occuper des questions ukrainiennes, n’avez pas vu l’interview fameuse de Poutine où il a parlé du sondage secret en Crimée qui a donné 75 % de vote pour le rattachement à la Russie.

      Pour le Donbass, je ne me souviens plus de la source (quelque forum du type glav.su), mais j’ai retenu le chiffre environ 45 %. Mais le fait qu’un pareil sondage a eu lieu et que ces résultats étaient moins favorables pour l’attachement à la Russie qu’en Crimée est évident.

    • roman_garev 25 janvier 17:26

      @Courtois Laurent
      J’imagine ( car comme vous je ne les connais pas personnellement) que les familles vivants dans les caves emploient comme tous les russes le mot « fasciste » ou plutôt « Ukrops ».


      A vrai dire, votre balourdise (feinte ou vraie ?) commence à me fatiguer. Je ne parlais pas des MOTS, mais des SENTIMENTS des Donbassiens envers les hitlériens et les bandéristes. Ils sont évidemments pareils, peut-être même la haine contre ces derniers serait plus élevée vu que ce sont leurs concitoyens, et pas les étrangers venus d’un autre pays.
      Bonne soirée.

    • Courtois Laurent Courtois Laurent 25 janvier 19:07

      @roman_garev

      Ma balourdise... En voilà un mot fort sympatique. 
      Dans un débat devenir discourtois est généralement le signe qu’un des interlocuteurs perd pied.

      Bonne soirée et reposez vous bien.


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 25 janvier 19:15

      @roman_garev

      « Pour le Donbass, je ne me souviens plus de la source (quelque forum du type glav.su) ». 

      C’est donc votre source un anonyme sur un hypothètique forum. Je note que depuis ces deux dernières décennies le télèphone arabe s’est modernisé. Mais cela ne reste pas très serieux.


    • Laurent 47 31 mars 15:54

      @Courtois Laurent
      Contrairement à vous qui « lisez » , moi je me contente des reportages vidéos de Christelle Néant sur la ligne de front, car je préfère prendre l’information à la source plutôt que de me contenter de répéter comme un perroquet !
      Et ce n’est pas Christelle Néant qui a accordé l’indépendance au Donbass, ce sont vos amis américains, le 17 Juillet 1959 !


    • Courtois Laurent Courtois Laurent 31 mars 16:26

      @Laurent 47
      Vous pourriez m’épargner de telles sornettes, et surtout d’éviter de vous couvrir de ridicule. Si vous cherchez un perroquet, vous feriez mieux de citer votre idole. Je vous rappelle qu’elle est payée pour faire le perroquet et répéter la propagande officielle de la DNR. 
      C’est bien beau de critiquer les mainstreams occidentaux, si c’est pour louer de l’autre côté ceux de la DNR....
      De plus au lieu de regarder ses reportages du type « Martine va sur la ligne de front », « Martine arrive le lendemain des bombardements », « Martine a glissé à l’aéroport de Donetsk en essayant de nous faire passer une zone touristique pour la ligne de front », vous feriez mieux de lire plus attentivement ses articles qui ne sont que des revues de presse, donc du pure perroquet.
      Et puis c’est tant mieux, cela nous évite ses délires du type de ses sketchs sur Eveil Français TV. Ou elle nous annonce toute les semaines une offensive majeure, l’intervention des russes, l’invasion par l’OTAN de Kalingrad, une guerre atomique...

      Merci de m’avoir faire rire en parlant de la Sorcière Morigane. 

      PS : comment une personne soit-disant toujours au front n’a-t-elle pas en 9 mois écrit un article sur la contrebande ? Sur les trains de charbon traversant la ligne de front ? Je me suis toujours demandé la tête qu’avaenit fait ses lecteurs en découvrant à l’occasion du blocus du Donbass que des trains de charbon qu’elle n’avait jamais évoqués étaient bloqués ? D’ailleurs elle nous a fait un « Martine à la Mine », mais mis à part se mettre en scène, a-t-elle parlé des questions minières au Donbass ? Et bien non... Du vent comme d’hab...


    • ENZOLIGARK 24 janvier 11:20

      ... la faute a « COCA COLA » ... , ... Rouiiille ... ! . ... АФФ ИСС ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires