• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Comment s’achèvera la tragédie de la Dette Grecque ?

Comment s’achèvera la tragédie de la Dette Grecque ?

La tragédie de la dette grecque s'achèvera-t-elle comme... une tragédie grecque ?

De rebondissements en rebondissements, nous arriverons peut-être bien à cette fin que personne n'avait prévue. Une conclusion qui ne semblait même pas impossible, mais juste... inimaginable !

Et pourtant, le dénouement que je vais décrire ci dessous, s'il apparait loufoque au début, après analyse, vous verrez, ne l'est pas tant que ça !

L'Histoire est riche de ces rebondissements qu'on attendait pas, ces coups improbables, joués par des acteurs plus imaginatifs que nous-mêmes, pauvres mortels.

 

En 1913, l'Europe régnait sans partage sur le Monde.

Qui aurait pu croire, que seulement 30 ans après, en 1944, tout serait fini ou presque pour Elle, pour toujours !?

 

Dans les années 1970, aucun politologue et encore moins futurologue n'avait prévu la monté de l'Islamisme.

En 1978, avant la révolution iranienne, personne ici ou presque ne savait ce qu'était un ayatollah !

 

En 1986, personne, absolument personne, n'avait prévu que 6 ans plus tard, l'URSS n'existerait plus !

 

Mon scénario de sortie de la Dette Grecque est le suivant.

 

A Athènes, un gouvernement nationaliste prend le pouvoir. C'est tout à fait possible, c'est probable même.

 

Une fois au pouvoir, la Droite Nationaliste Grecque pourrait... proclamer la fin de la République Grecque !

 

Comme il n'y a pas mieux que des gens de gauche pour appliquer une politique d’austérité, peut-il exister quelque chose de plus idéal que des nationalistes pour proclamer la fin de leur propre état !

 

Le gouvernement proclamerait tout simplement et unilatéralement la fin définitive de la République Grecque née en 1830, décédée en... 2020, 2030... nous verrons !

 

La Grèce, dans son territoire actuelle, serait alors remplacée par... l'Empire Byzantin restauré ou un Empire Néo-Byzantin, si vous préférez.

 

L'idée est moins bizarre qu'il n'y parait. L'Empire Byzantin s'éteint en 1453, à quelques dizaines d'années près, c'est l'époque de Jeanne d'Arc !

Jeanne d'Arc (le premier qui me parle de sa soeur Mireille sort immédiatement !) est à quelques décennies près contemporaine de Constantin XI Paléologue, le dernier empereur de Byzance qui joue dans l'Imaginaire grec, un rôle aussi important que Jeanne d'Arc dans l'Imaginaire français.

 

Pour un Grec, penser Byzance, c'est comme pour un Français, penser Jeanne d'Arc. C'est LA référence patriotique.

 

Un gouvernement patriotique héllène pourrait proclamer la fin définitive de la République Grecque et la restauration de l'Empire Byzantin, avec Thessalonique (ancienne deuxième ville dudit empire, la première étant sous occupation turque.) comme capitale.

 

Ce gouvernement pourrait dire.

 

"Nous sommes les Byzantins. Nous sommes l'Empire d'Orient restauré. Nous n'avons rien à voir avec la République Grecque[moderne]. Nous n'assumons pas son héritage et en particulier nous n'assumons pas sa dette."

Notez que les Soviétiques firent la même chose après la révolution en proclamant que le nouvel état n'était en rien responsable des dettes de la Russie des Tsars. La seule différence est que les Soviétiques créaient de toutes pièces un état d'un nouveau genre, alors que dans mon scénario, les Grecs recréent un état disparu.

 

Le raisonnement, certes Byzantin(!), est cependant logique puisque Byzance pré-existait à la République Grecque moderne.

 

Vous ne pouvez pas être l'héritier de quelqu'un qui est né quatorze siècles après vous !

 

Les Grecs garderaient évidemment, leur langue et leur culture ( Byzance parlait grec, un grec plus proche du grec moderne que du grec ancien).

 

Au quotidien pour les Grecs, rien ne changerait, sauf trois choses :

- Plus de dettes à rembourser.

- L'Aigle bicéphale sur fond jaune, remplacerait l'actuel drapeau grec (ça changerait peu, puisque cet étendard flotte déjà sur toutes les églises grecques.)

- La capitale serait Thessalonique et non plus Athènes.

 

En réalité, en se rattachant à Byzance, les Grecs se rattacheraient à leur vrai passé charnel et non à un passé plus lointain et plus fantasmatique qu'est celui de la Grèce Antique qui renvoie à Athènes.

 

Si vous avez la curiosité de regarder les vidéos des patriotes grecs sur la Toile, vous verrez que c'est très souvent Byzance et très rarement la Grèce Antique qu'ils révèrent !

 

Quel est le risque de ce changement ?

 

Que les Occidentaux mécontents ne prêtent plus ? ou à des taux très très élevés ?

C'est déjà le cas !

Quand on a déjà la grippe, le risque n'est plus d'attraper la grippe !

 

Que la Grèce devenue Empire néo-Byzantin soit isolée ?

Quelle blague ! Les Russes et les Chinois seraient bien trop contents de capter ce nouvel allié échappé des griffes des occidentaux, sans parler des Iraniens !

 

Les Grecs retrouveraient simplement leur espace naturel, et culturel qui est effectivement plus près de l'Iran ou de la Russie que de Paris ou de Berlin ! (Ok, la Chine c'est plus loin !)

 

Beaucoup me diront : "Tu es fou, tu délires, ce scénario est loufoque, pourquoi revenir à l'âge du Pithécanthrope etc...

J'entends déjà les moqueries !

 

Eh bien, compte tenu de la ruine totale de la Grèce actuellement, qui du fait de l'UE et de l'Euro subit des destructions qui sont désormais l'équivalent de ce que produirait une guerre totale qui n'en finirait pas, je pense que ce scénario, a priori effectivement farfelu est désormais devenu plausible et je dirais même probable...

 

Rendez vous, dans quelques années.

Je tenais, le 22 mai 2017, à coucher ce scénario par écrit, parce que je pense vraiment qu'il va se réaliser.

 

Quand tout part en vrille, on revient à ses fondamentaux. Les fondamentaux du peuple grec ( je pratique sa langue et sa culture), ce n'est pas l'UE, le Marché, l'Euro ou je ne sais quoi. Les fondamentaux du peuple grec, c'est le Christianisme et son passé impérial contemporain de Jeanne d'Arc.


Moyenne des avis sur cet article :  1.91/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 26 mai 16:16

    Salut, il n’ y a aucune tragédie, les humains ont ce qu’il y a de mieux, la compétition qui élimine produit le meilleur partout, tout le temps , la démocratie, mot magique qui dit tout est aussi ce qu’il y a de mieux...

    conclusion : tout va bien....

    sauf si tout est faux.....


    • Hecetuye howahkan Hecetuye howahkan 26 mai 16:25

      @Hecetuye howahkan

      autre version plus longue

      Soyons sérieux, c’est impossible....que ça aille mal..

      nous avons ce qu’il y a de mieux en un la compétition certes elle élimine mais celle ci donne toujours tout le temps le meilleur en tout, partout, tout le temps , nous dit on..

      puis nous avons la démocratie, ce qu’il y a de mieux aussi, et qui est ceci : la somme des égoïsmes majoritaires donne elle aussi ce qu’il y a de mieux ..

      conclusion il est impossible que quoique ce soit se passe mal...

      sauf si tout cela est faux..

      Mais comme personne ne remet cela en cause, ça doit forcément être vrai...car personne ne remet cela en cause donc ça doit être vrai car personne ne remet tout cela en cause , c’est que c’est vrai...sinon tout le monde remettrait cela en cause ou a part quelques paumés comme moi ,mais comme personne ne remet cela en cause donc ça doit être le mieux..donc tout va bien...

      sauf si tout cela est faux...

      mais comme............


    • Furtive Sentinelle Furtive Sentinelle 26 mai 17:54

      Cette agonie lente et funeste de la Grèce doit finir et l’hypothèse d’un coup d’état est très loin d’être farfelu ou idiot..
      Quitte à vivre sous un joug, autant s’en choisir un qui redonne un peu de sens patriotique et de fierté à un peuple qui nous a donné tant et tant de leçons et de cultures philosophiques, politiques et littéraires... 


      • oncle archibald 26 mai 18:11

        Ces Byzantins affaiblis pourraient ils résister mieux que leurs ancêtres à une mise sous tutelle Ottomane ou autre ?

        Sortis de l’Europe ils seraient sans doute une proie facile et convoitée, vous le soulignez vous même.

        En jouant comme vous à la Pythie je dirai que c’est sans nul doute la Russie qui aurait l’appétit le plus aiguisé, tant elle a besoin de bases sures pour sa marine en Méditerranée.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 mai 22:43

          @oncle archibald

          Tsipras a fait le voyage à Moscou en 2015, et en est visiblement revenu les mains vides.

          Poutine a sans doute bien tiré une leçon de l’URSS et de son déclin :

          ce n’est pas lui qui ira financer à fonds perdus des « gouvernements frères » aux 4 coins du monde.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 26 mai 22:45

          Dommage que cette tragédie grecque n’ait pas été soulignée lors de la campagne présidentielle, où Dupont-Aignan, puis Marine Le Pen ont semblé s’excuser de leur propre audace à vouloir remettre en cause l’euro et se sont perdus dans des atermoiements entre euros, franc et écu.

          Quel temps perdu.

           smiley


          • JMBerniolles 27 mai 13:40

            Avant de se lancer dans le futur il faut bien connaître le présent. La Grèce précède le mouvement. Le pays est dépecé, l’Etat n’existe plus il est sous la direction de Bruxelles et sous tutelle allemande. Avec Macron la France va suivre ce modèle. La gouvernance va prendre un tour de plus en plus autoritaire avec la répression des mouvements sociaux. Des attentats seront organisés avec des individus bien connus des services secrets pour justifier l’état d’urgence.... Ce n’est pas Poutine qui a refusé d’aider la Grèce mais Tsipras qui a trahi et a cédé.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires