• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Communisme, capitalisme, pacifisme ?

Communisme, capitalisme, pacifisme ?

Bonjour, chers lecteurs, ceci est mon premier article, je tiendrais donc à m'excuser si sur le fond ou la forme, vous notez de petites erreurs ou imperfections, de même, je m'efforce d'aborder un point de vue objectif quand aux écrits, mais certains passages seront forcément influencé par mon sens des valeurs et mon système de pensée, de même, je ne fais aucune généralité et prend acte de toutes les différences et similitudes possibles de tout un chacun.

Si l'article plaît (sur le soulèvement de cette question, et non le fond, j'entends, chacun étant bien sûr libre de ses opinions), peut être m'efforcerais-je de de davantage creuser la question et publier quelques compléments sur divers sujets et ce que le pacifisme pourrait leur apporter, afin d'ouvrir un peu plus le débat.

Je vous remercie par avance pour le temps que vous accorderez à lire et commenter ces écrits.

Loin de moi l’idée de pondre une énième nouvelle catastrophique décrivant à quelle sauce nous allons être mangés, l’on sait à peu près tous déjà ici ce qui se trame de nos jours et quelles en seraient les conséquences possibles.
Aujourd’hui j’aimerais vous parler, comme n’importe quelle personne lambda que vous rencontreriez, et apaiser vos cœurs meurtris, afin d’attirer l’attention sur un sujet qui fait sens chez tout le monde, mais dont la majorité des individus semblent avoir capitulé à ce propos, tandis que les « responsables » l’ont dévoyé.

Je veux bien sûr parler de la paix.

 

L’on s’engage souvent à parler, voir rêver de paix, qui ne s’est pas surpris, dans des âges ou l’espoir semblait encore de mise à rêver ou discuter que si quelques vœux viendraient à nous êtres accordés, la paix dans le monde en ferait parti ?

C’est à ces âmes d’enfants que nous avons encore tous dans nos cœurs, que je voudrais m’adresser.

Le pacifisme est souvent abordé comme un sujet relatif à des actions d’agressions et de non agression d’un ou plusieurs pays par rapport à un autre, généralement militaires, dans un contexte local, régional, national, et international, pourtant l’on aborde bien peu les tenants et aboutissants d’un pacifisme social.

 

Tout d’abord, reprenons la définition du pacifisme :

 

« Courant de pensée qui préconise la recherche de la paix internationale par la négociation, le désarmement, la non-violence. » (Dictionnaire Larousse)

 

L’objectif semble ainsi clair, une recherche sans limite de la paix internationale par la négociation, notamment, le tout dans la non-violence, ce qui implique de surcroît, le respect et la considération égale de tous, soit de trouver le bon équilibre entre l’intérêt général, et l’intérêt particulier.

J’oserais dire, sans trop m’avancer, que le communisme échoue principalement parce qu’il domine trop l’intérêt particulier, au nom de l’intérêt général tandis que nous observons de nos jours, que concernant le capitalisme, l’intérêt particulier l’emporte trop sur l’intérêt général, les raisons découlant factuellement d’un principe simple : de la concentration des pouvoirs découle les débordements.
Chaque système finit par générer un ou plusieurs archétypes d’un tyran, qui écrase tout sur son passage pour préserver ses propres intérêts, soit l’intérêt général, soit l’intérêt particulier, brimant ainsi les libertés individuelles et les bases de ce à quoi tout être vivant pourvu d’une individualité peut aspirer, ses désirs, ses dessins, ses rêves, ses choix de vie.

Chaque fois que l’humanité s’est grandi, a eu l’occasion de croître, qu’elle a trébuché, chaque fois qu’elle s’est relevée a appris de ses erreurs, elle l’a fait en étant dans la bienveillance, dans l’amour du prochain, dans la considération d’un juste équilibre entre les intérêts et particuliers, avec des valeurs qui faisaient alors la fierté de notre société Française, à savoir la liberté, l’égalité, et la fraternité.
Loin de moi l’idée de reprendre une énième fois comme beaucoup d’autres, le concept d’esprit républicain, non, ce que je voudrais mettre en avant ici, c’est la fraternité, non aveugle, mais réfléchie.

Toute l’histoire de l’humanité nous a enseigné une chose, sans aucune exception, ces que ces trois principes sont la base de toute paix entre les hommes.

 

Nous avons essayé durant des millénaires, de nous dresser les uns contres les autres, que ce soit en fonction du genre, des idéaux, de l’orientation sexuelle, de la religion, de l’origine sociale, de l’origine continentale, des concepts économiques et de leur mise en pratique, et où cela nous a il mené ?

Des divisions (souvent attisées au profit d’intérêts particuliers ou général, parfois même maquillés en l’un au profit de l’autre), des guerres sanglantes, une course à l’armement, une mise en compétition épuisante des uns contre les autres, dans tous les domaines de la vie.

Le pacifisme au contraire (souvent décidé comme solution de la dernière chance, après qu'aient été imposées des situations allant jusqu'à rendre la vie impossible), en recherchant le juste équilibre entre l’intérêt général et les intérêts particuliers, n’a eu de cesse de faire progresser les choses, du moment que les hommes, suivaient le chemin de ce qu’ils estimaient être leur pensée la plus élevée, celle de l’amour, autant de soi, que du prochain, et du pardon.
Ainsi ont pu émerger de nombreuses avancées, dans le désir d’apporter à l’humanité de quoi améliorer son quotidien, qu’il s’agisse de spiritualité, ou, nombre de religions & croyances, avant d’avoir été dévoyées par des systèmes hiérarchiques religieux, avançaient parfois au moins timidement au travers de diverses interprétations et traductions, un message d’amour. (Même si beaucoup aiment s’imaginer métaphoriquement un grand monsieur barbu comme un père noël plutôt qu’un archétype de l’amour)
De même, les sciences ont également apporté leur lots d’améliorations, dans tous les domaines possibles, médicaux, l’agriculture, l’apprentissage, et même, des formes de gouvernances. Tous dévoyés à partir du moment ou ces dernièrs ne son plus vecteur d'une bienvaillance aimante équilibrée, mais d’intérêt général au détriment de l’intérêt particulier et d'intérêts particuliers au détriment de l'intérêt général.

Que se passerait il donc, si au-delà des mots, uniquement orienté vers un cesser le feu militaire mondial, nous nous tournions vers une paix globale, à tous les niveaux, y compris économiques ? Si l’on essayait de surpasser une condition darwinienne que les pessimistes croiraient impossible à contrebalancer alors que nous l’avons déjà fait et qu’en appliquant un principe sélectif strict, l’humanité se réduirait à peau de chagrins de nos jours et survivrait beaucoup plus difficilement qu’elle ne le fait dans l’ensemble de nos jours ?
La guerre, les conflits, la haine, la violence, la division ne nous ont appris qu’une seule chose. Elles nous affaiblissent, elles nous rendent vulnérables, nous font ralentir dans notre évolution, du mal et souffrir les autres et mène inexorablement soit vers l'autodestruction, soit vers une paix forcée.
La bienveillance, l’amour, la fraternité, le dialogue, le respect de chaque être vivant, dans un doux équilibre entre l’intérêt général et l’intérêt particulier, nous apporte bonheur, joie, bien être, et amène l’humanité à se dépasser, accomplir ce qu’on pensait parfois impossible, à mesure que cette union prend forme. Chacun connaît la maxime « L’union fait la force » et a expérimenté sa mise en pratique.

Rien que les ressources humaines, allouées aux guerres et à la défense, sur quelques semaines, toutes origines comprises, dans le monde, doivent représenter ce qui pourrait redynamiser toute l’agriculture mondiale pour une agriculture respectueuse des sols, de la biodiversité (incluant l’humanité), et nourrir toute l’humanité plusieurs années.
Laissez le dogme de l’impossibilité et du déni "bisounours" quelques minutes de côté et réalisez l’absurdité de la situation actuelle (alors que ces décisions sont le fait d’une poignée de personnes comparé à toute l’humanité), imaginez donc toutes la nations du monde travaillant ainsi main dans la main (sans transformer une guerre militaire en guerre économique tout en appelant fallacieusement le voisin « partenaire »), niveler nos desseins vers le haut, rien que pour aboutir à une telle évolution culturelle, et les bienfaits qui pourraient en découler ! Tout le potentiel et, les ressources humaines combinés peuvent permettre à chacun de vivre paisiblement, sans stress quotidien, sans peur du lendemain, sans nourrir la colère de ceux qui étaient laissés pour compte et/ou exploités (qui les poussaient à travers un effet boomrang, à devenir nos propres démons), et de s’accomplir personnellement et socialement au plus grand bénéfice de soi, et de tous.

Une telle efficience pourrait améliorer drastiquement les conditions de vie de toute l’humanité, et nous permettre d'utiliseret (et d'acquérir en sus) un ensemble de compétences, connaissances, et une mise en pratique dont nous avons grand besoin vis à vis des enjeux auxquels nous faisons face, qui déterminent l’avenir de notre humanité, de l’humanité, et nos enfants.

Impossible dites vous ? Utopique ? Pensée d’enfant niais et idéaliste ?

Essayez donc de vous mettre à la place des populations il y a encore un/plusieurs siècles, voir millénaires, et comparez les situations sociales, politiques, économiques, scientifiques, médicales.
Si vous leur aviez parlé de ce qui nous a rapproché à mesure que le temps passait, et de considérablement améliorer la condition humaine, ils vous auraient pris pour des utopistes, des rêveurs, des idéalistes, tout autant, ils auraient rêvé d’un tel monde, comparé au leur, sans pour autant réaliser qu’il était à portée de leur main, et qu’il fallait arrêter de s’affronter encore et encore, pour comprendre enfin, qu’ensemble, on peut aller beaucoup plus loin et plus vite, que les alliances et la bienveillance stimulent davantage le progrès (au sens large du terme) que la mise en compétition et la contrainte, et que le jour ou nous nous considérerons tous comme une seule et même famille, dans la fraternité, avec la même considération, honnêteté et bienveillance des uns et des autre que nos familles, alors nous auront transcendé cet archétype du tyran présent dans notre inconscient collectif et alimenté par la déconsidération de certains, qu’ils soient ou aient été ou seront, innocents, coupables, victimes ou bourreaux.
Seulement, ce n’est pas gratuit et ça ne s’achète pas avec de l’argent, cet Eden, il ne tient qu’à nous de faire l’effort de le créer, à la force de notre volonté, nos choix de vie, et d'un dialogue sincère et profond sur ce qui nous divise (et non plus alimenter des divisions tenants juste de positions de principe), tolérer nos différents et différences, et échanger sur ce qui nous rapproche les uns des autres.

Quel sera le premier peuple, demain, à oser se déclarer « Nation pacifique » en vue de travailler sur un changement de paradigme, dans l'objectif de s'unir un jour tous ensemble sous le même drapeau, dans une paix durable et égale, dont l'humanité a grand besoin pour s’accomplir et surmonter les difficultés sociale, politiques, et techniques, présentes, sans devoir encore en passer par une énième épreuve forgée dans le sang et les larmes, et se transcender ? Tout commence par vous.
 

 

Ps : pour ceux qui douteraient d'une telle possibilité, pour des raisons purement démographiques, songeants généralement à une surpopulation, je vous inviterais à lire cet article (et ses sources et études) démontant point par point, ce mythe, savamment entretenu.

Documents joints à cet article

Communisme, capitalisme, pacifisme ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.73/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • Dr Faustroll Dr Faustroll 10 août 09:06

    Dommage que le titre n’ait pas de rapport avec l’article et vice-versa...


    • Camille Camille 10 août 09:52

      @Dr Faustroll


      Justement si, cet article (et ceux qui pourraient suivre) met en avant le pacifisme, comme alternative viable au communisme et au capitalisme. smiley

      Le titre reprend trois concepts de sociétés différentes.


    • Dr Faustroll Dr Faustroll 10 août 11:39

      @Camille

      houla ! ça décoiffe !
      je vais faire un article sur le naturisme comme alternative au christianisme et au consumérisme, trois concepts de sociétés différentes !
      on ne peut pas additionner des choux et des brouettes !

    • Dr Faustroll Dr Faustroll 10 août 13:38

      @Dr Faustroll

      le capitalisme est un type d’organisation économique qu les théoriciens « libéraux » considèrent comme régi par des lois « naturelles », le communisme est un projet jamais réalisé postulant que la modification des rapports de production entraînera un bouleversement des rapports sociaux, le pacifisme est une doctrine ou attitude qui fait de la paix entre les nations un bien qui conditionne tous les autres. Les trois entretiennent des rapports avec certaines idéologies (systèmes prédéfinis d’idées, appelées aussi catégories, à partir desquelles la réalité est analysée, par opposition à une connaissance  intuitive de la réalité sensible perçue), systèmes qu’elles utilisent pour justifier leurs affirmations, mais il ne s’agit pas de « concepts de sociétés » comme pourraient le prétendre les notions de « démocratie », « dictature », « féodalité » qui mettent en place des institutions selon des modèles définis pour imposer des statuts aux individus et normaliser les relations qu’ils sont autorisés à mettre en oeuvre avec les autres, personnellement ou collectivement.


    • Claude Simon Claude Simon 10 août 19:40

      @Dr Faustroll

      Si, le communisme est appliqué, mais à % variable, dont le taux le plus élevé serait aux Seychelles.
      On serait plus dans l’indianisme que dans le sectarisme, hehe.


    • Raymond75 10 août 10:17
      Il n’y a aucune naïveté à s’interroger sur le pacifisme, surtout après les horreurs sans nom du XXéme siècle.

      Le pacifisme apparait comme une utopie, parce qu’il est comparé à des idéologies qui ont vocation à donner une orientation à la société, pour le meilleur et le plus souvent pour le pire. On prétend construire une société meilleure, qui vous protège, vous offre une reconnaissance et un avenir, mais celle idéologie s’oppose à d’autres, dont il faut se protéger.

      Il y a des idéologies agressives, guerrières, comme le Jihad actuel et sa cohorte de montres ; il y a aussi des idéologies qui impose un contrôle social, comme les fascismes et le communisme. Et il y a aussi des idéologies commerçantes, le capitalisme, qui imposent des rapports de force économiques.

      Rien d’apaisant là-dedans, que des menaces dont il faut se protéger ... Et puisqu’il faut se défendre, il faut les mêmes armes que ceux qui nous menacent.

      Que propose le pacifisme ? refuser la violence. C’est très respectable, généreux, mais cela ne construit rien. On vivrait mieux sans violence, mais comment ? retour aux idéologies ... Et comment répondre pacifiquement aux menaces ? C’est la faiblesse du pacifisme.

      Personnellement, je serai plus pragmatique, en préconisant les outils du boycott à l’égard des pays agressifs, en cherchant à imposer petits pas par petits pas des accords de limitations des armements, et des armements nucléaires en premier. Mais ce ne peut être que collectif : se désarmer seul et ne laisser les armes qu’aux mains des pires est une forme de suicide.

      Et surtout, c’est à l’éducation des enfants qu’il faut se concentrer : ne soyez as agressif, refusez d’utiliser la violence, mais soyez capables de vous défendre.

      • bob14 bob14 10 août 10:23

        La « PAIX »..un concept que l’homme ne connait pas..et pour cause étant avant tout un « BARBARE »..un carnivore dévoreur de chair putride avec son cerveau au bout de son sexe.. !


        • bob14 bob14 10 août 12:57

          @bob14....Bientôt 9 milliards d’individus...l’homme pense bien avec son sexe.... smiley


        • HELIOS HELIOS 10 août 11:03

          ... le pacifisme suppose le respect complet de l’autre.


          Or, il est des cultures qui ne peuvent accepter le fonctionnement différent des autres.

          Donc, le pacifisme n’est pas une solution sans la force pour faire respecter sa différence, donc le pacifisme est impossible.
          Et ne mélangez pas « tolérance » et pacifisme... la tolérance a une limite que le pacifisme, dans son principe, ne peut avoir.

          ... on en conclut qu’il vaut mieux avoir une « paix des justes », basée sur l’equilibre des forces qui est plus proche du respect des autres que le pacifisme.

          • Ciriaco Ciriaco 10 août 11:53
            Quelques idées simples...

            - la guerre au Vietnam prit fin grâce à la mobilisation populaire américaine ; la paix participe d’une lutte éclairée - ainsi va la condition du satané pouvoir ;

            - le silence est le chemin vers la paix ; tout ce qui le brise au mauvais endroit, tout comme toutes les conditions qui ne l’offrent pas, est guerrier, profondément ennemi ;

            - mon copain paysan, qui aurait dit de tout cela : « arrête de dire des conneries et va plutôt rentrer le foin », rejoignant si bien et sans qu’il ait besoin de le savoir, la poésie de la vie - pour la connaître en fait mieux que moi.

            • Dr Faustroll Dr Faustroll 10 août 11:57

              @Ciriaco

              la seconde guerre mondiale prit fin (?) avec le largage de deux bombes atomiques sur le Japon. Depuis, le pays pacifiste qui a pris cette initiative impose la paix à tout le monde 

            • JL JL 10 août 12:06
              @Dr Faustroll
               
               ’’la seconde guerre mondiale prit fin (?) avec le largage de deux bombes atomiques sur le Japon. Depuis, le pays pacifiste qui a pris cette initiative impose la paix à tout le monde ’’
               
               c’est du second degré ?
               
              Parce que, venant d’un anarchiste, c’est dur à avaler !

            • Dr Faustroll Dr Faustroll 10 août 13:25

              @JL

              à votre avis ?

              pour écrire ça au premier degré, il faudrait être au moins rédacteur en chef au Monde ou éditorialise au Figaro !

              mais ce n’est pas la première fois que je constate que sur Agoravox, il faut mettre des panneaux signalisateurs pour prévenir : « attention, humour » !

            • Ciriaco Ciriaco 10 août 13:50

              @Dr Faustroll

              @JL
              On est pas sorti le cul des ronces.


            • JL JL 10 août 16:55

              @Dr Faustroll

               
               humoriste et donneur de leçons « en même temps »  ? Macron, sors de ce corps !
               
               smiley

            • JL JL 10 août 17:03
              @Faustroll
               
               apprenez, monsieur le mal dégrossi, que si on peut rire de tout, quand on a de l’éducation on s’abstient de plaisanter avec ceux n’importe qui : l’humour de ceux qui se parent d’un titre avantageux ici m’horripile, je n’y vois que de la prétention stupide.

            • JL JL 10 août 17:04
              @Faustroll
               
               apprenez, monsieur le mal dégrossi que si on peut rire de tout, quand on a de l’éducation on s’abstient de plaisanter avec n’importe qui.

              Pour ma part, l’humour de ceux qui se parent d’un titre avantageux ici m’horripile : je n’y vois que de la prétention stupide.

            • Dr Faustroll Dr Faustroll 10 août 17:15

              @JL

              Toutes les activités humaines sont équivalentes car elles tendent toutes à sacrifier l’homme pour faire surgir la cause en soi. et qui toutes sont vouées à l’échec.
              Ainsi revient-il au même de s’enivrer ou de conduire les peuples. Si l’une des activités l’emporte sur l’autre, ce ne sera pas à cause de son but réel, mais à cause du degré de conscience qu’elle possède de son but idéal : et dans ce cas le quiétisme de l’ivrogne solitaire l’emportera sur l’agitation du conducteur de peuple.

            • Dr Faustroll Dr Faustroll 10 août 17:19

              @JL

              « Il n’y a pas de limites à l’humour qui est au service de la liberté d’expression car, là où l’humours’arrête, bien souvent, la place est laissée à la censure ou à l’autocensure. »
              Cabu - 1938-2015 - interview dans L’Express, 4 avril 2012

            • JL JL 10 août 18:09

              @Dr Faustroll

               
               se livrer au second degré avec ceux que l’on ne connait pas est un plaisir solitaire limite maso. 
               
               Mais peut-être me connaissez vous ? Avec tous ces toqués qui changent de pseudos, je commence à me méfier.
               
               Ainsi, le pseudo Petinos qui nous parle aujourd’hui d’Orwell et Huxley : je n’ai jamais posté un seul commentaire sous un article de cet intervenant, et je constate que j’y suis déclaré persona non grata !
               

            • generalchanzy 10 août 16:17

              « Essayez donc de vous mettre à la place des populations il y a encore un/plusieurs siècles, voir millénaires, et comparez les situations ...

              Si vous leur aviez parlé de ce qui nous a rapproché … et considérablement améliorer la condition humaine« 

              L’auteur a une sérieuse ignorance du passé de l’humanité et de ses civilisations.
              Je lui rappelle qu’en ce moment, les rapprochements et la condition humaine sont loin d’être brillants.

              Ne pas confondre téléphone portable, internet, missiles à têtes multiples, automobiles, électricité etc et développement humain.

              Ne soyons pas va en guerre ou pacifiste. Il y a de la place entre les deux. C’était déjà le cas, il y a des siècles et des millénaires.

              • OMAR 10 août 18:12
                Omar9
                .
                Bonjour @Camille : "Je veux bien sûr parler de la paix.

                Tout en saluant votre vaillance et votre mérite à traiter d’un tel sujet, j’estime qu’il aurait fallut que vous de finissiez au départ, ce qu’est la Paix.
                .
                Pour ma part, je reprends celle, classique, qui nous est généralement présentée :
                La paix est un concept qui désigne un état de calme ou de tranquillité ainsi que l’absence de perturbation, de trouble, de guerre et de conflit. Elle correspond aussi à un idéal social et politique.
                .
                Autrement dit, chaque être humain ou genre, chaque groupe social, économique, culturel, politique, communautaire, chaque peuple, religion, race, contrée, etc, possède son propre concept de la paix.
                .
                Il s’agit donc d’analyser ces différentes conceptions de la paix, et d’en extraire un hypothétique dénominateur commun qui pourrait les rapprocher, puis , enfin, de s’en servir comme chemin menin vers une paix conceptuellement acceptable et réalisable pour tous.
                .
                Or, il est utopique de croire, par exemple, qu’une nation conditionne la paix par la menace d’utilisation de ses armes nucléaires, puisse accepter toute autre forme de paix que celle qu’elle projette :
                .
                Pensez vous qu’une personne jouissant de ce confort que proposent les progrès technologiques actuels, accepte de s’en séparer, parce que cela est néfaste pour son voisin ?
                 ;
                Aucun firme de création et de production ne prendra cette décision d’arrêter la recherche dans l’innovation technologique, la gain accru d’argent et la consommation.
                Etc...
                Si vis pacem, para bellum (« Si tu veux la paix, prépare la guerre) avaient dit et prédit les romains.
                Malheureusement, cet adage est aujourd’hui dépassé, car de nombreuses nations aujourd’hui, font des guerre pour justifier la recherche de la paix...

                • Claude Simon Claude Simon 10 août 19:54

                  Si l’on se refuse au sectarime religieux ou au neo-sectarisme idéologique, vivant d’abondance ou plutot d’équilibre de celle-çi, on peut toucher l’idéalisme salvateur, domaine de l’abstraction, quel qu’il soit, et créer sans croire à l’incréé.

                  Si vis pacem, para bellum : Si tu veux la paix, pare la guerre, y compris les âmes perdues par la guerre ou l’agressivité. Un gros mafieux de la mode de la modération pourrait être utile, genre quelqu’un qui ne justifie pas la guerre au nom de la rareté.


                  • Darthmousse Darthmousse 11 août 22:39

                    Félicitation pour votre premier article. De très bonne qualité. Je serais ravi de vous lire d’avantage dans de futurs articles. La paix me semble avoir pour principal obstacle l’apparente impossibilité de faire cohabité dans une seule et même tête les 2 idéologies capitaliste et communiste. Au plaisir de parvenir d’avantage à réfléchir sur la chose grâce à vos prochains écrits.


                    • Camille Camille 12 août 11:51
                      @Darthmousse

                      Merci à vous pour vos encouragements Darthmousse, je songe à faire de la paix, bienveillance, amour, sujet de mes prochains articles, également, et j’envisage notamment d’analyser et reprendre des articles existants sur Agoravox, en faire une analyse conjointement à l’application de ces principes.

                      L’on se plaint souvent dans les articles de presse, en général (ou communautaires), d’observer que les critiques sont souvent dures, mais les solutions sont quand à elle beaucoup moins exposées et proposées de la part des auteurs, et je trouverais intéressant d’ouvrir le débat à ce sujet et me mouiller un peu, quitte à prendre le risque de me faire tacler. (Mais c’est le jeu, j’apprends sur le tas aussi, et mon expression écrite est très loin d’égaler la prose des habitués.)

                      Peut être aurais-je dû davantage mettre l’accent sur l’amour et la bienveillance que la paix, mais il est très difficile d’aborder ces sujets publiquement sans que ça ne soit perçu comme une niaiserie mielleuse idéaliste, voir sectaire, aux premiers abords, je préfère y aller en douceur.


                    • Darthmousse Darthmousse 12 août 14:36

                      @Camille Cela sera avec plaisir. Se faire tacler sur de tels sujets est un paradoxe. Il n’y a que des attaques possibles sur un idéalisme et sur une ambition utopique. Reconnaissons objectivement que ce sont des qualités, et que critiquer des qualités en les présentant comme des défauts, ne peut être fait que par des personnes qui tiennent à entre être dépourvues ! (puisqu’elles ont l’absence de cœur de les empêcher de croître pour elle même en critiquant autrui). Des personnes sans idées et sans utopie pourrons être exposé à connaître une alternative et ceux qui ont l’envie pourront la faire naître.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès