• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Côte d’Ivoire : Barrage hydroélectrique de Soubré

Côte d’Ivoire : Barrage hydroélectrique de Soubré

Grave violation des droits de l’Homme : La population abandonnée sous les lignes à très haute tension.

JPEG - 280.7 ko
Voilà un pylône planté dans la cour de M. Assouho Kouakou François qui attend d’être indemnisé depuis 5 ans.

Á la demande de CI-ÉNERGIES, maitre d’ouvrage de la construction du barrage de Soubré, le Bureau National d'Etudes Techniques et de Développement (BNETD) avait recensé en 2013, tous les propriétaires des maisons qui allaient subir un dommage du fait du passage de la ligne à très haute tension. Une indemnisation leur avait été promise dans le but d’acquérir de nouvelles habitations hors de la portée des lignes à très haute tension. Mais en dépit de la construction des lignes à très haute tension et de l’inauguration du barrage, CI-ÉNERGIES et BNETD n’ont pas tenu leur promesse et les populations ont été abandonnées sous les lignes à très haute tension. Or en Côte d’Ivoire il est dit que « Le Bureau National d'Etudes Techniques et de Développement (BNETD) est une Entreprise dont les ressources humaines constituent l'actif principal sur lequel il s'appuie pour réaliser sa mission ; celui-ci est donc conscient de la place qu'occupe la dimension humaine dans son fonctionnement. »

Que s’est-il passé pour que des familles entières soient alors abandonnées sous ces lignes à très haute tension qui représentent un vrai danger pour les habitants ? Où est la dimension humaine dans le fonctionnement du BNETD ? Pourquoi le gouvernement peut-il accepter de mettre en danger la vie des ces habitants, surtout de ces femmes et de ces enfants ? On pourrait parler d’une véritable attitude de mépris pour ces populations que le gouvernement ivoirien a décidé d’abandonner sous les lignes à très haute tension. « Le lundi 30 janvier 2017, quand nous avons rencontré, M. Olivier Maxime Dibahi Balet, chef de mission de CI-ÉNERGIES à Soubré, il nous a fait savoir que le gouvernement de Côte d’Ivoire a voté une loi en 2014 qui stipule qu’on peut vivre sous les lignes à haute tension. Or selon des documents que nous avons lus, tous ceux qui habitent sous les hautes tensions sont exposés à des maladies graves comme le cancer » a expliqué M. Kpli, un propriétaire de maison sous les lignes à très haute tension. De quelle loi s’agit-il ? M. Olivier Maxime Dibahi Balet, avait brandi un exemplaire du journal officiel de la république de Côte d’Ivoire du mercredi 2 avril 2014 portant code de l’électricité. 47 pages toutes confuses.

Comment une loi qui a été votée en 2014 peut-elle abolir une décision de 2013 ? Au sein même de CI-ENERGIES, maitre d’ouvrage de la construction du barrage hydroélectrique de Soubré, les voix sont discordantes sur la question. En effet, selon un proche de M. Olivier Maxime Dibahi Balet, il s’agit de servitude de passage des lignes à très haute tension. « Dans ce cas, les familles qui subissent un dommage à cause du passage des lignes à haute tension, ont droit à une indemnisation. » Or dans le village de Galéa par exemple, ce sont 43 familles qui ont vu leurs habitations endommagées par les lignes à très haute tension du barrage de Soubré qui fait la fierté de la Côte d’Ivoire et du mandat du président Alassane Dramane Ouattara. Ces familles ne peuvent plus construire en hauteur ni même planter des arbres à cause des câbles qui pendent à moins de 1,70 mètres au-dessus des maisons. Des pylônes sont plantés au milieu de certaines cours, mettant en danger la vie des habitants.

C’est le cas de M. Assouho Kouakou François que nous avons rencontré et qui a révélé : « un jour, des barres de fer se sont décrochées du haut du pylône planté au milieu de ma cour. En chutant, les barres de fer ont failli écraser mon fils qui était assis juste sous le pylône. J’ai averti mesdames Kassi et Kouassi toutes deux responsables au BNETD mais aucune disposition particulière n’a été prise pour moi malgré le danger permanent qui plane sur ma famille. Chaque fois que les techniciens viennent réparer le pylône, ils dérangent ma famille qui vit là encore. Attend-on que d’autres barres de fer tombent et causent les pires dégâts dans ma famille ? » Le danger est vraiment permanent pour toutes ces familles delaissées sous ces lignes à haute tension. Plusieurs techniciens de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité (CIE) que nous avons interrogés, ont reconnu qu’il y a des risques réels sur la santé de ceux qui habitent sous les hautes tensions. Malgré ces vives inquiétudes, le gouvernement ivoirien et CI-ENERGIES font la sourde oreille quant aux revendications légitimes des populations qu’ils veulent contraindre de vivre sous les lignes à haute tension…

En France, selon une étude du Centre de recherches indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (CRIMEM/STOP-THT), « les lignes HT (haute tension) et THT(Très haute tension) provoquent des symptômes significatifs chez les riverains de lignes à haute tension, et ce jusqu’à 300 mètres des lignes… La présence des lignes modifie effectivement les conditions de vie. Il n’est plus acceptable de continuer à nier l’impact des lignes très haute tension sur les riverains ». Pourquoi l’Etat de Côte d’Ivoire peut-il signer une loi pour contraindre les populations à vivre sous les lignes haute tension ou sous les pylônes ? Et puis le cas du village de Galéa est spécifique : les populations vivaient là avant le passage des lignes à très haute tension. Elles ont payé leurs terrains avec les propriétaires terriens de Galéa. Ils sont donc propriétaires de leurs lots comme le stipule la loi en Côte d’Ivoire. Or selon la Déclaration des droits de l’homme, « La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité. »

Les responsables de CI-ENERGIES et du BNETD ignorent-ils cela ? Le gouvernement ivoirien ignore-t-il cela ? Attend-on que le pire arrive contre ces populations ? Il est important de noter que CI-ENERGIES supervise pour le compte de l’État les travaux de construction du barrage avec l’appui du cabinet d’ingénierie français TRACTEBEL, filiale d’ENGIE et sont chargées de son exploitation.et donc de l’acheminement de l’électricité vers Abidjan au moyen de cette ligne à haute tension. Le projet d’aménagement hydroélectrique de Soubré a été engagé par CI-ENERGIES afin de rééquilibrer les sources de production après la mise en service de la centrale thermique d’Azito. La puissance totale installée est de 275 MW générant une production de 1170 GWH/an.

Colbert Kouadjo, militant des droits de l’Homme.


Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Cateaufoncel 31 janvier 12:22

    "Que s’est-il passé pour que des familles entières soient alors abandonnées sous ces lignes à très haute tension qui représentent un vrai danger pour les habitants ?"

    Je crois savoir ce qu’il s’est passé, et ce qui continue de se passer... A part ceux qui subissent la proximité des lignes à très haute tension, tout le monde s’en fout.


    • baldis30 31 janvier 14:31

      en matière de crétinisme technique la phrase suivante est au tableau d’horreur

      « Or selon des documents que nous avons lus, tous ceux qui habitent sous les hautes tensions sont exposés à des maladies graves comme le cancer » a expliqué M. Kpli, un propriétaire de maison sous les lignes à très haute tension. »

      Pauvre rapporteur de n’importe quoi .... allez donc voir les statistiques de la Sécurité sociale sur ceux qui vivent dans les postes THT ...avec leurs familles...et comparez !

       Il est hélas connu que les producteurs d’électricité ont de l’argent donc ... si on pouvait en tirer quelques sous... ben voyons


      • baldis30 31 janvier 20:10

        @baldis30
        je remercie la personne qui a moinssé ... c’est merveilleux ... j’espère que celui-ci aura le courage de présenter ses arguments sanitaires ... avec des données ....

        Mais la fuite après l’incantation est la méthode habituelle des lâches ....


      • Lancelot 1er février 14:37

        @baldis30
        Pauvre inculte va voir en Allemagne si ils construisent des maisons prés de lignes a haute tension !Les gens comme toi sont le cancer de la société !


      • baldis30 1er février 18:22

        @Lancelot

        INCULTE ... merci du compliment ....., SOUHAITEZ VOUS COMPARER VOS CONNAISSANCES ET LES MIENNES .... chiche devant un jury d’honneur !

        Ah les allemands ... on voit parfaitement leurs essais .... et quand ils ne veulent pas construire chez eux ils construisent en face

         QUELLE EST LA RELATION ENTRE LIGNES ELECTRIQUES ET CANCERS ...

        ATTENTION DES PEUVES PAS DES RACONTARS ... parce que j’ai parfaitement dit ce qu’il en est dans plusieurs pays du monde ....

         Ah les ALLEMANDS ..... ILS NE CONSTRUISENT PAS DE MAISONS PRES DES USINES A GAZ ! .... seulement des laboratoires d’essais ....et des douches spéciales ...

         D(autre part nous n’avons pas fait nos études ensemble ni gardé les serpents dans les mêmes conditions..... alors après votre insulte veuillez éviter le tutoiement !


      • sls0 sls0 31 janvier 14:59

        1m70 au dessus des maisons, en voilà un qui y connait rien. Avec de la THT la maison grille à cette distance.

        J’ai passé une bonne partie de ma carrière à moins de 50m de la THT. 100m est une bonne distance de sécurité.
        On refait l’article, on y met la tension, avec de bonnes distances pas du style 1m70 et on pourra estimer les volts par mètre et les micro-teslas.

        1m70, là on voit tout de suite la maitrise du sujet.

        • foufouille foufouille 31 janvier 15:58

          avec des néons, ils ont la lumière gratos pour leurs constructions sauvages.


          • wawa wawa 31 janvier 16:38

            @foufouille

            ben oui de quoi se plaignent -ils ?
            m^me pas besoin de faire des branchement sauvages.


          • foufouille foufouille 31 janvier 17:14

            @wawa
            surtout que la distance est de 1m70 au dessus de la baraque en tôle.
            deux ou trois fils de cuivres et ils ont un générateur pour recharger le smartphone.


          • baldis30 31 janvier 20:13

            @foufouille
            bonsoir,

            « deux ou trois fils de cuivre »

            et quelques connaissances en électrotechnique .....


          • Ratatouille Ratatouille 1er février 11:29

            Faite gaffe avec la fée électricité ,elle pique pas mal ,et il ne faut surtout pas installer des tyroliennes sur les câbles. smiley 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès