• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Guerre commerciale mondiale : prévisions et premières victimes

Guerre commerciale mondiale : prévisions et premières victimes

La tempête autour de la détérioration rapide de l'économie turque a envoyé des ondes de choc à travers le monde financier. À la lumière de l'aggravation des relations entre la Turquie et les États-Unis, et à la suite de la déclaration du President Trump de doubler les tarifs douaniers sur l'acier et l'aluminium turcs, le système bancaire et financier européen pourrait être entraîné dans une nouvelle crise de la dette.

Nous assistons à une guerre mondiale, quoique différente de ce que nous avons connu dans le passé. C'est la version technologique et financière moderne de la guerre. Les nombreux fronts indiquent un effondrement dramatique et mondial du marché du libre-échange international. Les États-Unis, l'Europe, la Chine, l'Inde, la Russie, le FMI, la Turquie, l'Iran, le Brésil et d'autres pays sont tous en pleine bataille économique. Les sanctions mutuelles, les attaques monétaires et les menaces sans précédent font le tour du monde, alors que les dirigeants luttent pour leur dignité et leur trône.

Aujourd'hui, nous n'avons pas besoin de bombes atomiques pour causer des destructions massives. En coupant les liens internationaux, des populations entières pourraient mourir de faim. Au jour le jour, il nous est difficile d'envisager un avenir pacifique dans un seul pays, sans tenir compte de tous les autres. Dans le monde d'aujourd'hui, les liens et les dépendances entre les pays et les économies ne peuvent être démêlés sans un grand nombre de conflits.

Le commerce international, qui a été un marché libre pendant des décennies, est aujourd'hui pratiquement fermé. Voici les prévisions : la Chine ne pourra pas continuer à utiliser ses importantes réserves d’argent liquide pour acheter des biens immobiliers ou des entreprises géantes dans le monde entier, tandis que la révolution technologique dévalorise les lignes de production bon marché de la Chine, qui ont toujours été son principal avantage économique au cours des dernières décennies.

Alors que l'expansion chinoise dans le commerce mondial se heurte à un obstacle, les avantages potentiels seront répartis entre d'autres puissances comme les États-Unis, l'Europe, le Brésil et d'autres. La Russie, cependant, se trouve dans une situation délicate, confrontée à des partenaires commerciaux plus forts et en meilleure santé, avec une monnaie affaiblie qui étouffe son économie. Et les États-Unis, contrairement à la politique passive qui les a caractérisés ces dernières années, sont maintenant déterminés à prendre les devants.

En ce qui concerne les prévisions mondiales, les deux pays qui semblent avoir la capacité de mener la guerre commerciale mondiale sont les États-Unis et Israël. Les deux pays ont l'avantage technologique, l'esprit d'entreprise, l'ingéniosité et l'innovation nécessaires pour générer des résultats économiques solides. La bataille ne se joue plus sur les lignes de production mécanique. Aujourd'hui, les esprits possèdent le champ de bataille.

Le premier acte de cette guerre devrait atteindre son apogée en octobre. Les énormes remboursements de prêts de la Turquie approchent de l'insolvabilité. Ensuite, la République turque sera forcée soit de prendre des mesures dramatiques telles que l'allégement de la dette, soit de contracter des prêts très coûteux auprès de pays et d'institutions financières. Trump pourrait-il annoncer la victoire ? Israël prospérera-t-il en conséquence ? Les marchés mondiaux vont-ils tomber dans une nouvelle crise économique ?

Dans un monde interdépendant à l'échelle mondiale, il n'existe pas de gagnant unique. Les pays et les économies sont liés entre eux dans un système intégré, dont ils ne peuvent se désengager. Cette interdépendance – que la plupart des joueurs semblent encore ignorer – signifie qu'un jeu à somme nulle où le gagnant prend tout ne peut pas se produire. En fin de compte, nous réaliserons que nous pouvons tous gagner ou perdre ensemble. Une troisième option n'est pas sur le tapis.

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.59/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 17 août 2018 10:23

    Cet article de propagande ne devrait pas dépasser le 1/5 , il n’y a pas plus bas.



      • jjwaDal jjwaDal 17 août 2018 13:00

        « Le commerce international serait pratiquement fermé » ?... Vous avez vu la vierge ?...
        On ne peut pas collectivement hurler à la fin du monde pour cause de rejets carboniques et faire faire à l’autre bout du monde, ce qu’on savait faire en local, point. La relocalisation de tout ce qui peut l’être et doit l’être n’implique nullement la fin des échanges. Je vous rassure, l’européen et l’américain moyen veulent continuer à prendre leur café le matin, production locale faible ou pas... Le tourisme international des marchandises est une ânerie qui a juste contribué à contracter nos économies et à en développer d’autres. Ce qui manque (énergie, minéraux, produits alimentaires, etc) continuera à être importé/exporté, aucun politicien n’est suicidaire.
        Bien sûr que les décisions du nouveau président US s’inscrivent dans la liste des actions coercitives contre d’autres Etats. C’est une façon « soft » de faire la guerre. Le reste du monde est libre-échangiste, jusqu’à l’écoeurement et la folie (des chaussures ayant fait 10 000km avant de chausser nos pieds par ex) et va le rester, j’en ai peur.

        Vous devez savoir, qu’il y a une génération seulement, un salaire par foyer suffisait pour acheter « tout » français. Aujourd’hui deux peinent à acheter 50% de produits chinois. Si on doit tout acheter « made in chez nous », nous allons connaître la décroissance, la vraie. Donc, ça pourrait être la goutte d’eau qui fait s’effondrer cette pyramide mondiale, mais je ne vais pas retenir ma respiration.


        • JL JL 17 août 2018 13:04
          ’’Le commerce international, qui a été un marché libre pendant des décennies ...’’
           
           Libre en effet ... pour les prédateurs.

          • jacques 17 août 2018 18:27

            au moins ce pseudo zombi ne modère pas



              • L’Astronome 18 août 2018 08:54
                 
                Guerre commerciale ? N’oublions pas qu’à la base oncle Donald est un homme d’affaire, c’est-à-dire un escroc (cf. l’histoire de son casino, le « Taj Mahal » ; ses nombreuses dettes, ses impôts impayés...). Comment peut-on faire confiance à un escroc ?
                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès