• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Khalifa Haftar : la solution face au terrorisme ?

Khalifa Haftar : la solution face au terrorisme ?

C’est ce que de plus en plus d’observateurs suggèrent. En particulier depuis l’explosion d’une voiture piégée le 6 juin. Pour la première fois depuis plus d’un an, l’EI a revendiqué l’attaque, qui intervient à quelques mois d’un scrutin décisif.

Cela faisait plus d’un an que les Libyens n’avaient pas vu cela. Dimanche 6 juin, deux agents de sécurité ont été tués et cinq autres blessés dans un attentat visant un checkpoint à Sebha, ville désertique située à 750 km au sud de la capitale Tripoli.

L’EI a revendiqué cette attaque, menée par un de ses « chevaliers » contre un « poste de contrôle de la milice » du maréchal Khalifa Haftar, chef de l’Armée nationale libyenne (ANL).

Si le pays est plongé dans le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, l’EI avait perdu de son influence avec la perte de ses fiefs autour des villes de Syrte et de Derna.

A l’origine de ces revers, un homme : Khalifa Haftar. Après avoir rejoint le soulèvement populaire contre Kadhafi en 2011, celui qui ne cessait de critiquer l’inaction du gouvernement face à l’insécurité a ressemblé plus de 70 000 hommes autour d’un objectif : « purger la région des groupes terroristes et criminels » qui mettait le pays à feu et à sang.

En 2019, l’ANL s’empare de Derna, dernière grande ville de l'Est libyen qui échappait à son contrôle. Elle était sous celui d’une coalition de combattants locaux et de djihadistes. Le 7 janvier 2020, les hommes du maréchal Haftar ont pris Syrte, qui était aux mains des forces du gouvernement d’union nationale (GNA).

 

Se rendre à l’évidence

Depuis, les soutiens de l’homme fort de l’Est libyen n’ont fait que se multiplier. Le maréchal Haftar compte aujourd’hui sur l’appui de Moscou, du Caire, de Washington et même de Paris, la capitale française étant depuis le début du conflit «  obsédée par l’idée de trouver un interlocuteur libyen unique pour tous les volets de la crise  ».

Si l’attentat du 6 juin peut être vu comme la riposte de l’EI face aux victoires de l’ANL, il rappelle que les djihadistes restent une menace considérable malgré leur repli dans le désert ou parmi la population sur la côte méditerranéenne. D’autant que la Libye se prépare à un double scrutin législatif et présidentiel en décembre prochain.

Un gouvernement de transition a été installé le 15 mars dernier. Au terme d’un long processus politique parrainé par l’ONU, Abdelhamid Dbeibah a prêté serment en tant que chef du gouvernement. Son objectif : sortir son pays d’une décennie de chaos en le menant jusqu’aux élections prévues en décembre.

Le Gouvernement d’union nationale et celui de l’Est libyen ont remis le pouvoir à Abdelhamid Dbeibah et ses ministres, qui ont juré « de préserver l’unité, la sécurité et l’intégrité  ». L’émissaire de l’ONU, Jan Kubis, a quant à lui salué «  une étape importante vers une Libye unifiée, démocratique et souveraine ».

Mais le même Jan Kubis a dû se rendre à l’évidence. L’attaque du 6 juin « est un rappel fort que la grande présence des groupes armées et des éléments terroristes ne fait qu’aggraver les risques d’instabilité et d’insécurité en Libye et dans la région », a-t-il déclaré dans un communiqué.

 

Présence réclamée

De son côté, Abdelhamid Dbeibah n’a pu que condamner « un acte terroriste lâche » et présenter ses condoléances aux familles des deux « martyrs ».

La première attaque djihadiste menée par l’EI en plus d’un an a également suscité l’inquiétude à l’étranger, l’Algérie ayant condamné « fermement » l’attentant.

La Libye reste minée par la présence de mercenaires étrangers et la corruption. Dans ce contexte, de plus en plus d’acteurs voient le maréchal Haftar comme le dernier rempart contre le terrorisme. Il apparaît en effet comme « l’un des maillons stratégiques de la reconstruction politique et de l’unité nationale de la Libye ».

Alors que les infrastructures libyennes sont à plat, que les services sont défaillants et que les coupures de courant, les pénuries de liquidité et l’inflation rythment le quotidien des habitants, le besoin d’un homme fort susceptible d’incarner une alternative crédible se fait de plus en plus sentir. Sa présence est même réclamée par les responsables locaux et étrangers.


Moyenne des avis sur cet article :  3.17/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Lampion Séraphin Lampion 12 juin 11:37

    « Nos gars ont fait du bon boulot »... plus radical qu’en Syrie, en tous cas... là, ça traine un peu en longueur... ça manque de rafales !


    • Matlemat Matlemat 12 juin 12:35

      Le président algérien a déclaré que l’Algérie serait intervenue si Haftar avait pris Tripoli. Peut on croire cette déclaration ? l’Algérie aurait pris le risque de s’embourber en Lybie réjouissant tout ceux qui veulent mettre la main sur l’Algérie ?


      • Abolab 12 juin 21:37

        Khalifa Haftar, l’« américain » banni de Libye sous le régime de Khadafi, qui, le 18 mars 2011, la veille de l’attaque française illégale contre le régime dans les environs de Benghazi, prenait un bain de foule dans la ville et qu’il était alors membre du CNT, allié à de nombreux groupes islamistes sur place combattant les forces de Khadafi ? Celui dont les troupes recrutent des enfants pour faire le sale boulot ?


        • titi 12 juin 21:52

          @Abolab

          Bref, Khalifa Haftar, un leader arabe comme les autres.


        • Effondré remonté Effondré remonté 13 juin 09:07

          Après sa grande fête lybienne, BHL va-t-il vouloir faire un Haftar ?


          • Parrhesia Parrhesia 14 juin 10:07

            >>> ... les infrastructures libyennes sont à plat, que les services sont défaillants et que les coupures de courant, les pénuries de liquidité et l’inflation rythment le quotidien des habitants,<<<

            Alors que ce pays producteur de pétrole, la Lybie, était l’une des nations les plus prospères de son continent !!!

            Il n’y a pas à dire, là où passent les mondialistes (dont M. Sarkozy), les choses ont nettement tendance à s’améliorer pour les populations !!!

            Un peu comme lorsque ils sont passé en France, qui était alors « quatrième puissance mondiale », pour y générer la nation sans hôpital, l’hôpital sans lit, le nouveau métro Stalingrad, les zones de Calais et d’ailleurs, la Berezina des retraites... et toute a situation socio-économique actuelle, quoi !!!


            • Parrhesia Parrhesia 14 juin 10:14

              @Parrhesia
              « et toute la situation... »
              Les mondialistes seraient-ils en train de sévir sur mes capacités rédactionnelles ?


            • titi 14 juin 11:21

              @Parrhesia

              Khadafi est à l’origine de la mort de plusieurs de nos compatriotes dans les années 80-90. 
              C’est une très bonne chose qu’il n’est pas eu une mort paisible. Ca fera réfléchir ceux qui seraient tentés de copier ses méthodes.

              De plus Khadafi aurait aujourd’hui 79 ans... sa succession a certes a été un peu avancée en 2011, mais on ne peut pas dire qu’elle ait été précipitée non plus.

              Le merdier lybien se serait déclenché 5, ou 10 ans plus tard, mais pas plus.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Christian

Christian
Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité