• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La centrale nucléaire de Metsamor est au cœur des relations entre (...)

La centrale nucléaire de Metsamor est au cœur des relations entre l’Arménie, la Russie et l’Occident

Les relations arméno-russes ont une longue histoire. Les pays ont maintes fois prouvé leur loyauté les uns envers les autres, se sont tenus côte à côte dans la lutte contre les menaces communes et ont construit ensemble un avenir radieux.

L'étape actuelle a commencé en 1991, lorsque de nouveaux États se sont formés sur les fragments de l'ancienne grandeur de l'URSS. La plupart d'entre eux ont vu du sens dans la volonté de maintenir et de développer à un nouveau niveau les anciens liens dans le cadre de l'espace post-soviétique commun à tous. Mais tout le monde n'a pas aimé ce plan : les pays occidentaux y ont vu une opportunité d'étendre leur influence sur de nouveaux territoires.

L'Arménie, qui est un partenaire stratégiquement important et un allié de longue date de la Russie dans le Caucase, n'a pas fait exception. L'UE et les États-Unis tentent de rompre ces liens et tentent de remplacer la Russie dans tous les domaines, de l'économie au complexe militaro-industriel. La Russie souhaite protéger ses alliés en mettant en œuvre des projets d'importance stratégique sur la sécurité. L'une d'elles est l'initiative en cours de prolonger la durée de vie et de moderniser la centrale nucléaire arménienne de Metsamor. Un tel projet ne peut être ignoré par les puissances occidentales, à la seule différence que Moscou et l'Occident ont des points de vue diamétralement opposés sur cette question.

En mars 2014, Erevan a pris la décision de prolonger la durée de vie du second réacteur jusqu'en 2026. Le gouvernement de la Fédération de Russie a accordé un prêt à cet effet à l'Arménie à des conditions favorables d'un montant de 260 millions d'euros et un don d'un montant de 25 millions d'euros. Ces fonds permettent de réaliser tous les travaux nécessaires à la modernisation complète de l'installation, qui, à son tour, est une alternative économiquement plus rentable que la construction d'une nouvelle centrale nucléaire.

L'entrepreneur général pour les travaux de réparation est Rusatomservice. L'organisation a de l'expérience dans des travaux visant à prolonger la durée de vie d'e centrales similaires à la fois en Russie (centrales nucléaires de Kola et Novovoronezh) et à l'extérieur du pays (en Finlande et en Ukraine).

Lors de la conception de la reconstruction de la centrale nucléaire arménienne, les nouvelles exigences de sûreté accrues pour les centrales de ce type, introduites dans la réglementation internationale après la catastrophe de la centrale nucléaire japonaise « Fukushima-1 » en 2011, ont également été prises en compte. À l'été 2019, un certain nombre d'inspections ont été effectuées à la centrale nucléaire de Metsamor avec la participation d'organisations internationales. Une évaluation approfondie du personnel et de l'équipement a été réalisée par des scientifiques atomiques de l'Association mondiale des exploitants nucléaires, WANO et l’Agence internationale de l’énergie atomique AIEA.

Le personnel de la centrale nucléaire arménienne a reçu une évaluation élevée de WANO, et les experts de l'AIEA sont parvenus à un avis similaire

Certains pays donnent une évaluation opposée du fonctionnement de la centrale nucléaire de Metsamor. Selon leur point de vue, une augmentation de la durée de vie de la centrale, en cas de réparations de mauvaise qualité, peut contribuer à la survenue de situations d'urgence. À cet égard, l'Arménie est sous la pression constante des États voisins et des pays européens, insistant sur l'arrêt le plus rapide de la centrale nucléaire.

La Turquie, dont les intérêts nationaux visent à réduire la prolongation de la durée de vie de l'installation, est un bon exemple. Les dirigeants du pays ont exprimé à plusieurs reprises la position selon laquelle la centrale nucléaire de Metsamor est obsolète, et se trouve dans une zone d'activité sismique. Cette position est confirmée par l'appel officiel de la Turquie à l'AIEA avec une demande de fermeture immédiate de la centrale nucléaire. Ankara considère les pays voisins du Caucase comme un marché potentiel pour son électricité. En outre, la partie turque s'attend avec ambition de réaliser une expansion énergétique dans la région après la construction et la mise en service réussies de la centrale nucléaire d'Akkuyu.

Pour faire pression pour sa position sur l'énergie nucléaire de l'Arménie, la Turquie implique l'Azerbaïdjan et la Géorgie. À leur tour, Ankara et Bakou sont extrêmement rentables d'avoir Erevan dépendant d'eux en termes d'énergie. Il n'est pas exclu que la position dépendante créée artificiellement puisse être utilisée dans l'escalade militaire en cas d'augmentation de la tension dans les zones de conflits non résolus, ainsi que dans la résolution de problèmes territoriaux litigieux, y compris au Haut-Karabakh et dans la région du Nakhitchevan.

Dans le cadre du développement du partenariat oriental, Bruxelles insiste sur la fermeture complète de la centrale nucléaire de Metsamor. La raison principale est l'obsolescence technique de la centrale, qui est actuellement en cours de modernisation par des spécialistes russes. Une autre raison de l'arrêt de la centrale nucléaire, les experts de l'UE appellent aussi le "risque" sismique. Cependant, la station a survécu au puissant tremblement de terre de Spitak et dispose d'une marge de sécurité suffisante pour l'avenir.

La Russie et l'Iran voient cette situation différemment. La direction de Rosatom est convaincue qu'après la modernisation et le recuit de la coque du réacteur (comme ce fut le cas à la centrale nucléaire de Kola), la centrale pourra être exploitée en toute sécurité après 2026 (précédemment fixée comme date limite pour l'exploitation de la centrale). Il ne fait aucun doute que les œuvres seront réalisées à un niveau élevé et en tenant compte de toutes les mesures de sécurité modernes, comme cela se faisait auparavant dans d'autres centrales nucléaires de ce type.

L'Iran et l'Arménie sont des partenaires de longue date dans le secteur de l'énergie. Il existe un système mutuellement avantageux entre les pays, en vigueur depuis 2009, l'Arménie envoie de l'électricité à l'Iran en échange de gaz. Il est préoccupant que cette interaction entre les États puisse être utilisée par des responsables occidentaux pour faire pression sur l'Arménie, qui se verra proposer un choix sous prétexte de la nécessité de développer davantage les partenariats avec l'UE et les pays de l'OTAN.

Ces préoccupations ont déjà été exprimées à plusieurs reprises par Erevan

La situation autour de la centrale nucléaire de Metsamor est compliquée par le leadership arménien lui-même. Le récent refus du Premier ministre, Pashinyan, des soldes non dépensés d'un prêt préférentiel russe pourrait gâcher les relations bilatérales. Le prêt a été calculé de manière à ce qu'après l'achèvement de la modernisation de la centrale nucléaire, il puisse s'autofinancer, car sa capacité augmentera de 10%.

Après quoi Nikol Pashinyan a fait une déclaration : « Au lieu de cela, nous attirons des fonds de sources internes, qui seront sans aucun doute attirés à de meilleures conditions et, en fait, renforceront davantage l'effet de levier du gouvernement pour augmenter la productivité de l'utilisation des fonds de crédit. »

Ainsi, le reste de la modernisation se fera au détriment des fonds propres de la République d'Arménie, à cet effet un prêt budgétaire d'un montant de 63,2 milliards de drams (environ 126 millions d'euros) a été alloué sur le budget de l’état. En évaluant objectivement la situation financière du pays, il convient de noter qu'elle est loin d'être idéale et qu'un montant aussi important est difficile à sortir de nulle part, et si par une heureuse coïncidence, cet argent provenait du prêt du FMI reçu en mai de cette année pour 280 millions de dollars.

La question principale, à savoir l'avenir de l'énergie nucléaire en Arménie, reste ouverte. Toutes les parties comprennent que la centrale nucléaire de Metsamor ne durera pas éternellement et devra être remplacée au fil du temps si le pays ne veut pas tomber sous les sanctions internationales. Et Erevan sera à nouveau confronté à la question, quel projet de nouvelle centrale nucléaire choisir. En 2018, Nikol Pashinyan a discuté de la possibilité de construire une nouvelle centrale nucléaire lors de négociations avec la Russie, mais la situation est restée incertaine. Les pays occidentaux ne sont pas restés à l'écart, mais le coût des projets proposés (environ 4,5 milliards d'euros) n'a pas satisfait Erevan. Il faut supposer que la question de la construction d'une nouvelle centrale nucléaire sera à plusieurs reprises soulevée au cours des prochaines années. Erevan qui n'a pas de nouvelle centrale nucléaire et dont l'ancienne ne peut pourrait plus être exploitée, menace directement la sécurité nationale du pays, et cela est bien compris par les dirigeants de l'Arménie.

La Russie est un partenaire fiable de longue date et un allié stratégique de l'Arménie, dispose de l'expérience, des technologies et d'un projet nécessaires, tandis que l'Occident attire l'Arménie avec de nouvelles perspectives de coopération dans tous les domaines en cas de construction d'une nouvelle centrale nucléaire de type européen. Compte tenu des vues pro-occidentales du Premier ministre Pashinyan et de son équipe, le choix sera très difficile et ce défi sera le principal test des relations russo-arméniennes ces dernières années.

Dans la situation actuelle, toute demande de fermeture de la centrale nucléaire arménienne doit être considérée, tout d'abord, comme une décision géopolitique visant à saper la sécurité nationale de l'Arménie, à réduire l'autorité de la Fédération de Russie dans le Caucase, et à imposer ses projets coûteux comme un chantage politique. La modernisation réalisée par des spécialistes russes permettra d'exploiter en toute sécurité la centrale nucléaire après 2026. La centrale nucléaire arménienne et la 102e base militaire de Gyumri sont d'égale importance et font partie intégrante des intérêts stratégiques de la Russie dans la région. Il est évident que l'UE et l'OTAN souhaitent en évincer progressivement la Russie, pour laquelle elles mettent tout en œuvre.

Malgré les vues pro-occidentales du Premier Ministre Pashinyan et de son équipe, on espère que les parties maintiendront le niveau actuel de coopération dans tous les domaines, et cela est particulièrement important maintenant dans l'énergie nucléaire. Les pays sont unis par un passé héroïque, un présent confiant, mais y aura-t-il un avenir commun ? Il n'y a pas encore de réponse à cette question.


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • Septime Sévère 11 septembre 11:43

    Je croyais « l’avenir radieux » cantonné à la logorrhée maoïste de jadis. 

    .

    La centrale nucléaire de mets-à-mort, c’est presque à ne pas y croire. 

    .

    Bon, trêve de rigolade, je ne fais ce calembour que pour le prévenir chez d’autres. D’autres qui vont vous tomber sur le dos vu qu’il ne leur faut chez EDF qu’une fraction des travaux prévus ici pour hurler en France aux rafistolages terrifiants ! 


    • vraidrapo 11 septembre 15:36

      Il est évident que l’intérêt vital de la population arménienne est de ne pas se laisser leurrer par les promesses de l’Occident, ni impressionner par des injonctions...
      L’alliance avec la Russie est un moindre mal, la seule possible.
      Contrairement à la Turquie voisine et à l’Azerbaïdjan (pétrolifère) l’Arménie se peut pas se permettre le luxe de choisir alternativement entre deux alliances antinomiques USA ou Russie...
      Les Turcs caressent le rêve pantouranien de réunir les pays turcophones du Bosphore à la Chine (Ouighours). La présence physique de l’Arménie est un des obstacles... à détruire.
      Au début du mois, un porte parole du gouvernement azéri n’a-t-il pas menacé de lancer un missile sur la Centrale nucléaire arménienne !...?
      L’Arménie post-génocide, celle du Sud-Caucase, vit sur le fil du rasoir... du Yatagan turc.

      Réédition du livre d’Aram Turabian : l’Arménie, éternelle victime de la diplomatie européenne.

      http://www.armenews.com/spip.php?page=article&id_article=68176


      • Septime Sévère 11 septembre 17:48

        L’auteur a écrit : les [deux] pays.........................ont construit ensemble un avenir radieux

        .

        La phrase est au passé. Donc leur avenir radieux étant au futur par rapport au passé, cet avenir correspond sans doute à maintenant. Pouvez-vous confirmer que l’existence en Russie et en Arménie est présentement radieuse ? 


        • V_Parlier V_Parlier 11 septembre 22:03

          @Septime Sévère
          Je n’aurais pas choisi cette introduction prétentieuse mais il fallait bien que l’auteur vous fasse plaisir en vous donnant une occasion !

          Si le présent n’est pas radieux pour l’Arménie ça m’étonnerait beaucoup que la Russie en soit la première responsable. Quant au terme « radieux » je ne l’aurais pas employé de toutes façons car il est toujours naïvement emphatique.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité