• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > La Russie sans Poutine

La Russie sans Poutine

Cette année, le discours annuel du président devant l’Assemblée Fédérale était consacré à la politique intérieure russe. Dans une première partie, Vladimir Poutine a présenté un ensemble très important de mesures destinées à soutenir l’évolution démographique de la Russie.

Augmentation du « capital maternel » reçu par les familles. Cet argent versé jusqu’ici à la naissance du deuxième enfant le sera maintenant à la naissance du premier enfant. Le montant de ce capital est aujourd’hui de 466.617 roubles (environ 6.800 €). Va s’y ajouter une somme de 150,000 roubles à la naissance du deuxième enfant. Enfin, à la naissance du troisième enfant, l’état va verser 450.000 roubles supplémentaires en diminution de la dette hypothécaire de la famille. L’ensemble de ces sommes représentent environ la moitié du prix d’un appartement ou d’une maison dans la plupart des régions russes.

L’Etat russe a également lancé un système de bonification des taux des emprunts hypothécaires pour les familles. Le taux bonifié est aujourd’hui de 6% et il est même porté à 2% seulement pour les familles qui s’installent en extrême-orient russe.

Vladimir Poutine est ensuite passé au sujet de la santé publique. La Russie y a fait de gros progrès. L’espérance de vie moyenne est aujourd’hui supérieure à 73 ans, soit huit ans de plus qu’en 2000. Le taux de mortalité infantile a touché un plus bas historique, plus bas que dans certains pays européens. Mais, pour citer Vladimir Poutine, « une personne qui a fait une douzaine de kilomètres pour aller dans une clinique ou une personne qui a passé toute une journée à attendre un rendez-vous avec un spécialiste se moque bien de l’espérance de vie moyenne ».

Cette année, verra donc la dernière phase du développement du réseau de centres paramédicaux prévu dans le Projet national pour la santé. Il faudra également améliorer l’équipement de ces centres et des hôpitaux.

Pour financer toutes ces mesures, la Russie va pouvoir tirer profit des réserves accumulées ces dernières années. Les réserves du gouvernement couvrent largement la dette extérieure brute. En 2019, le budget était de nouveau excédentaire et dès cet été, le Fond de Réserve Nationales va atteindre les 7% du PIB. Il est temps d’utiliser les excédents de ressources pour financer le développement de l’économie nationale.

Mais il faut aussi stimuler les investissements. Un certain nombre de mesures seront prises dans ce but. La Banque Centrale devra également faire preuve de plus de souplesse dans l’attribution de prêts à long terme.

En contrepartie, les entreprises et en particulier les plus grosses devront faire preuve de responsabilité sociale et environnementale. Dans ce dernier domaine, ces entreprises devront prendre toutes les mesures nécessaires pour cesser la pollution de l’environnement de toutes les manières. Le principe sera simple, les pollueurs seront les payeurs.

Mais c’est surtout la dernière partie du discours qui a attiré l’attention des commentateurs hors de Russie. Il s’agit des amendements à la Constitution. Comme l’a fait remarquer Poutine, la Constitution russe a été promulguée il y a plus de 25 ans, pendant une période particulièrement chaotique pour la Russie, aussi bien dans le domaine politique qu’économique ou social. Les choses ont beaucoup changé depuis. Bien qu’il subsiste de graves problèmes, comme ceux évoqués par le président dans son discours, la situation politico-économique de la Russie s’est largement stabilisée et certains suggèrent qu’il serait temps de changer de Constitution.

Vladimir Poutine ne partage pas ce point de vue. Pour lui, le potentiel de la Constitution de 1993 est loin d’avoir été épuisé. En revanche, il est temps de procéder à des changements.

La mesure la plus commentée concerne le rééquilibrage des pouvoirs entre le président et le parlement. Vladimir Poutine propose que le Premier ministre soit désigné par le Parlement qui désignera ensuite également l’ensemble des ministres sur proposition du Premier ministre. Le gouvernement sera ensuite nommé par le Président mais ce dernier ne pourra pas refuser les désignations du Parlement.

Toutefois, il n’envisage pas d’aller jusqu’à un régime parlementaire. Le Président conservera la possibilité, dans certaines circonstances, de renvoyer un ministre ou le Premier ministre. Il restera le chef des armées et de tout le système de sécurité du pays.

La Constitution devra également garantir l’indépendance des juges qui ne seront soumis qu’aux lois fédérales et à la Constitution.

Enfin, le rôle de la Cour constitutionnelle sera renforcé. Elle pourra, à la demande du Président, vérifier la constitutionnalité des lois votés par le Parlement avant qu’elles ne soient signées par le Président.

La liste des amendements proposés par Vladimir Poutine n’est pas exclusive et une commission a été désignée pour réfléchir aux amendements possibles. La Douma discute actuellement de ces amendements en première lecture. La deuxième lecture devrait avoir lieu le 11 février si les délais sont respectés, puis le projet ira devant le Sénat avant de revenir à la Douma, puis d’être signé par le Président. Ensuite la population votera sur ce texte.

La grande question que se posent les Russes concerne l’avenir politique de Vladimir Poutine. Beaucoup ont du mal à se faire à l’idée qu’il puisse ne plus être Président après 2024. Les Russes ont confiance en leur Président et cette confiance ne se dément pas à plus de 71% en fin de semaine dernière selon le sondage de Vtsiom. Il faut dire que le Président est l’incarnation du chef dans la culture russe, celui qui donne les ordres, récompense, punit et surtout prend ses responsabilités. Ceux qui, à l’étranger, pensent que leur pays aurait besoin d’un tel chef se trompent sans doute, mais pour la Russie c’est un bon président.

D’autre part, après avoir pris la tête d’un pays en plein chaos en 2000, il est parvenu à le redresser, puis à le stabiliser. Sur le plan économique, la Russie tire largement son épingle du jeu, malgré les sanctions imposées par les Etats-Unis suivis par l’Union européenne. D’après Jamie Rush, économiste de Bloomberg, la croissance allemande devrait être de 0,7% en 2020, alors que, de son côté, la Banque mondiale prévoit une croissance de 1,6% en Russie la même année.

On constate donc une certaine inquiétude dans la population et ses dirigeants et certains aimeraient que les modifications de constitution puissent permettre à Vladimir Poutine de rester au pouvoir. On avait vu un tel mouvement en 2008 quand une pétition avait circulé parmi les élites demandant justement ce type de changement qui aurait permis à Poutine de se présenter pour une troisième fois consécutive aux élections présidentielles. Il l’avait refusé à l’époque, expliquant que la Russie ne faisait pas partie de ces pays qui peuvent manipuler leur constitution pour le bon plaisir d’un dirigeant.

La semaine dernière, Vladimir Poutine a été questionné à trois reprises à ce sujet.

Lors d’une rencontre avec des vétérans de la Deuxième Guerre mondiale, à Saint-Pétersbourg, on lui a demandé si le changement de constitution allait permettre à une même personne de se présenter plus de deux fois aux élections présidentielles. Il a répondu : « Je comprends parfaitement le sens de votre question. Les changements produisent une inquiétude dans l’esprit des personnes soucieuses de stabilité politique. Je le comprends très bien, mais à mon avis il serait plus inquiétant de revenir à ce qui se passait au milieu des années 80, quand les dirigeants du pays, les uns après les autres occupaient leur poste jusqu’à la fin de leurs jours, et s’en allaient sans se soucier de la transmission du pouvoir. Je vous remercie, mais il ne faut pas retourner à ce qui se passait alors… »

Quelques jours plus tard, lors d’une réunion à Ousman, dans la région de Lipetzk, la question lui était posée différemment. Peut-on envisager d’aller vers un régime parlementaire qui vous permettre de conserver un rôle important sur la scène politique ? Réponse : « En théorie, c’est possible, mais ma réponse est non… ». Poutine expliquait ensuite que le système de partis russe n’avait pas encore la maturité des partis des démocraties plus anciennes et qu’il s’agissait trop souvent de partis réunis autour d’un homme (il citait le LDPR de Vladimir Jirinovski en exemple), tout en ajoutant que dans certains pays, des partis ayant une longue expérience de la démocratie (certains ont plus de cent ans) parfois ne pouvaient pas s’entendre sur la composition d’un gouvernement et laissaient le pays sans gouvernement pour des périodes pouvant aller jusqu’à six mois. Une telle situation serait désastreuse pour un pays de la taille de la Russie. Des experts étrangers, d’ailleurs, estime que le système parlementaire de leur pays est en crise.

Le même jour, dans la soirée, le Président rencontrait des étudiants à Sochi, la question revenait et une étudiante demandait à Poutine s’il n’envisageait pas de devenir une sorte de tuteur du nouveau Président pendant une période de transition elle faisait allusion à ce qui s’est passé à Singapour ou au Kazakhstan. Réponse de Vladimir Poutine : « Un pays comme la Russie a besoin d’un président fort. Ce que vous proposez affaiblirait le Président. Chaque pays a ses habitudes politiques, sa culture, mais chez nous, cela équivaudrait à instaurer un double pouvoir. Cela ne conviendrait pas à la Russie ».

Trois fois non, donc… En 2024, Vladimir Poutine s’en ira et c’est pourquoi dès aujourd’hui il s’occupe de la transmission du pouvoir.


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

27 réactions à cet article    


  • In Bruges In Bruges 1er février 13:47

    Hey, les gérants du site.. ( enfin , les ordinateurs de permanences...)

    Quelqu’un pour m’expliquer comment et pourquoi à 13.43 un illustre inconnu du site avec un article très banal à 0 réaction est en tête de gondole ????

    Non, parce que je suis pas sur que ça vous intéresse, mais ce site en fin de vie achève de se déconsidérer avec ce genre de mascarade.

    Mais bon, c’est pas grave, je vais me promener, comme des milliers de gens ( qui ne sont pas des malades confinés dans leur studio comme seul horizon..).

    Tchao, les bouffons de toutes sortes...


    • alinea alinea 1er février 14:29

      @In Bruges
      Vous n’aimez pas Poutine ?

       smiley

    • eric 1er février 16:54

      @In Bruges Je suppose que c’est parceque c’est un article très intéressant, de quelqu’un qui parle de la Russie en la connaissant, chose assez rare pour être mise en exergue.


    • V_Parlier V_Parlier 1er février 17:34

      @eric
      En outre il est très bien rédigé et explicatif, ce qui le distingue parmi ce que je vois habituellement en majorité dans la file d’attente de modération (articles écrits en style parlé, mise en page bâclée, répétition à l’infinie des mêmes thèmes autour des grèves et de la retraite pour dire ce qu’on sait déjà, etc...). Un seul reproche : Le titre (peut-être choisi délibérément pour accrocher) qui n’annonce pas vraiment le contenu de fond de l’article.


    • Djam Djam 2 février 11:37

      @In Bruges
      Oui, c’est mieux, allez vous promener, ça vous secouera la pensarde qui semble bien encrassée de colère...


    • CLOJAC CLOJAC 2 février 19:55

      @alinea

      « Vous n’aimez pas Poutine ?  »

      Le problème n’est pas Poutine pour lequel j’ai une grande estime.
      Mais la supercherie des soi-disant algorithmes agoravoxiens !
      C’est tellement évident que ce ne sont pas des bots qui tirent les ficelles !
      Personnellement je n’ai pas à me plaindre, tous les articles que j’ai proposés sont passés, donc il n’y a dans mon propos ni rancune ni vindicte personnelle.
      Mais.....

      j’ai vu trop d’articles bien notés en modération jetés aux oubliettes parce qu’ils ne correspondaient pas à la ligne éditoriale des maîtres du site.
      Grosso modo :asseliniens, donbassiens, conspirationnistes, antisionistes, anti USA avec pour corollaire : pro mollahs. Des tendances récurrentes.

      Les webmasters font ce qu’ils veulent chez eux, je leur reproche seulement la supercherie de leur prétendue ouverture citoyennne !
      Car ils font comme les médias main stream : hiérarchie de l’info et écrémage de ce qui ne va pas dans leur « bon sens ».
      Autre exemple :
      Tout le monde sait qu’un article en tête de gondole sera plus lu qu’un autre relégué en bas de page.
      Or, j’ai vu des articles cumuler plus de 2000 clics en 24 H disparaître à jamais après être descendus au bas du classement... Quand d’autres, plus dans la ligne éditoriale, restaient 4 jours à la Une avec nettement moins de lecteurs.
      Le nec plus ultra : des articles à 10.000 lecteurs et zéro commentaire ! ! !
      S’il ne s’agit pas de manips destinées à influencer les foules...


    • alinea alinea 2 février 22:36

      @CLOJAC
      Vous êtes In Bruges, d’accord.
      J’ai vu en direct des articles qui coinçaient à +4. Mais cela n’a aucun rapport avec un article sur Poutine, qui ne pêche aux yeux de certains que parce qu’il lui est favorable.


    • CLOJAC CLOJAC 2 février 23:10

      @alinea

      « Mais cela n’a aucun rapport avec un article sur Poutine, qui ne pêche aux yeux de certains que parce qu’il lui est favorable.  »

      La forme et le fond.
      Un article sur Poutine ou sur Tartempion est supposé accéder aux plus hautes marches du podium, ou être relégué en 53 ème division, en fonction d’une alchimie secrète que les maîtres du réseau appellent « N° de tendances » consistant en une subtile péréquation entre le nombre de lecteurs uniques, de « revenants », de posts nourrissant le thread et d’étoiles distribuées.

      Parfois ça donne lieu à des classements surprenants : 5ème au nombre des lecteurs des 5 derniers jours, mais 82 ème au nombre des tendances !
      Ou 3 ème tendance mais 48 ème au nombre de lecteurs.
      Surtout ne pas croire que j’attache une importance démesurée à ces gamineries, mais je supporte mal qu’on prenne les gens pour des imbéciles à ce point !


    • alinea alinea 3 février 14:52

      @CLOJAC
      Pour ça je vous l’accorde, l’opacité des notes données est totale !
      Mais pourquoi s’énerver pour une fois qu’un article non promu par l’habituelle renommée de son auteur, grimpe en gondole et risque la gloire ?
      Autant je vous approuve sur l’opacité des votes, les classements opaques, autant sur ce coup j’ai trouvé votre réaction exagérée !!
      Sans rancune j’espère...


    • CLOJAC CLOJAC 4 février 04:02

      @alinea

      « Sans rancune j’espère...  »

      Je réserve ma rancune aux fouteurs de gueule.
      Plus de 4 jours que la teuf du gros Lino est à la une (avant même d’avoir commencé !) comme si les états d’âme de Môssieu 0,92% étaient un événement de portée mondiale. On croit rêver devant une telle idolâtrie.
      Les vrais modérateurs d’Avox ont le droit d’être asseliniens jusqu’au trognon, mais alors qu’ils aient l’honnêteté de le dire carrément au lieu d’utiliser des ruses puériles pour favoriser leur poulain qui n’est qu’un vieux cheval de retour !


    • daniel ahsaini 1er février 14:13

      e

      Le Grand Chef d’Etat ,

      Oui !

      Depuis le pillage de l’ex URSS par les bandits banqués , et ceux qui savaient ce qu’il y avait à piller là-bas...14 ultramilliardaires communautaristes se retrouvent en UK & US , un à Antibes (06)...1 en prison Russie..

      ce pillage prévu , donc organisé , était « la foire d’empoigne » de fin de siècle.

      Merci Monsieur , d’avoir nettoyé les écuries d’Augias...

      Monsieur Poutine , grand homme d’Etat.

      ne cherchez pas = oui , mais : il a dit ça, oui, il a fait ceci , oui, « il butte dans les chiottes...(tant mieux !)

      Il n’est pas inutile de rappeler : L’Amérique( US) via l’Alaska a attaqué la Russie en 1920...les français côté ouest( Veygand & de Gaulle ) pour la Pologne ( diversion ), anglais de concert of course.

      On disait alors , en Angleterre : Quel dommage de passer à côté de tant de richesses »...oui oui...fallait piller cette terre !!!

      la Russie , était considérée au siècle précédent , comme un atelier en friche...qu’il faille exploiter , à nos bénéfices :) avant que les bolcheviks nous coupent l’herbe sous le pied.

      ceux qui bientôt inviteront HITLER À METTRE EN PLACE SON MEIN KAMPF...

      le temps passe... Russie tjrs là , donc stratégie du pétrole pas cher :

      Russie sentie, comme percluse d’arthrite dans les années 70 , de mort cérébrale prévu:e années 80 , succombe début années 90.

      Pillage en règle des US & banques communautaristes...même l’espérance de vie est en chute...Si vous saviez , vers qui le profit des milliards volés ,

      Oui, tjrs les mêmes !!! City & paradis...

      Un politique US , genre Pompeo ou Biden , de même calibre (ne sais plus son nom ) : « La Russie n’est une station service avec la bombe atomique. »

      l’Amerique , n’a plus , que ses bombes atomiques , pour se servir dans les stations service ?

      Combien manque l’Amérique de Washington 1775/1799

      Le monde vomit l’Amerique des cartels vendeurs d’armes.


      Puis Poutine ! L’essor et Grandeur

      De Brejnev ,Eltsine ...de l’érosion à la mise sous tutelle

      Vive la Russie !

      Cdlt,


      • V_Parlier V_Parlier 1er février 17:39

        @daniel ahsaini
        NB : Ce ne sont pas les bolcheviks qui « nous » (*) ont coupé l’herbe sous le pied. C’est plutôt Staline, tout tyran qu’il était mais néanmoins assez réaliste. Les léninistes-trotskystes fricotaient avec tous les ennemis de la Russie (US, Allemagne, Finlande, etc...), prêts à détruire complètement leurs pays pour propager la « révolution mondiale ».
        (*) « nous » désignant des gens qui ne sont pas nous, mais prétendent nous représenter : L’empire et ses valets.


      • Et hop ! Et hop ! 1er février 21:03

        @V_Parlier

        A peine le tzar et sa famille étaient refroidis, que Lénne envoyait son émissaire à Londres pour concéder les champs pétrolifères de Bakou, et que Trotsky envoyait le sien à New-York pour faire venir des banquiers.


      • V_Parlier V_Parlier 1er février 21:43

        @Et hop !
        Un livre excellent sur le sujet a été écrit par Viktor Loupan : « Une histoire secrète de la révolution russe ».


      • daniel ahsaini 2 février 23:54

        Bonsoir ,

        Entièrement d’accord.

        les raccourcis , pour faire vite fait un lien , non pas pour convaincre, plutôt pousser la curiosité des lecteurs à s’informer d’avantage , hors MDM.

        Cdlt , :)


      • AnnieRomari 1er février 16:59

        d’une maison dans la plupart des régions russes.


        • jako jako 1er février 17:24

          Sur la photo il a pas l’air en forme...


          • V_Parlier V_Parlier 1er février 17:40

            @jako
            Oui, au point qu’au début, avec ce titre, j’avais cru que c’était un article à charge.


          • Eric F Eric F 1er février 17:26

            Est-ce que Medvedev a été placé « en réserve de la nation » pour prendre la suite en 2024 ?


            • V_Parlier V_Parlier 1er février 18:20

              @Eric F
              Justement pas et ça a été clairement dit un peu partout : Medvedev sera vice-président du Conseil de sécurité russe.


            • Odin Odin 1er février 19:39

              @Eric F
              Bonsoir,

              « Est-ce que Medvedev a été placé « en réserve de la nation » pour prendre la suite en 2024 ? »

              Il est « placardisé » afin de purger le gouvernement russe et le Kremlin de ce que The Saker appelle la cinquième colonne atlantiste.

              https://lesakerfrancophone.fr/poutine-a-durablement-desinfecte-le-kremlin-de-ses-atlantistes-nuisibles


            • Eric F Eric F 1er février 21:16

              de@Odin
              "Il est « placardisé » afin de purger le gouvernement russe et le Kremlin de ce que The Saker appelle la cinquième colonne atlantiste"


              Poutine se serait donc rendu compte au bout de 18 ans que Medvedev était un infiltré atlantiste ? Mais s’il était soupçonné d’atlantisme, il est peu probable qu’il ait été recasé au conseil de sécurité nationale.

              Ceci étant, en recherchant un peu dans les articles, il apparait qu’il devenait impopulaire, il a donc été le fusible. Ce n’est donc effectivement pas pour en faire un recours.
              Il faudra alors un autre dauphin, mais le nouveau premier ministre apparait plus comme un technocrate que comme un futur dirigeant suprême.


            • Hijack Hijack 1er février 18:26

              Excellent article !


              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 2 février 08:35

                Un bon bilan, surtout comparé à d’autres chefs d’Etat. Le bashing par les médias occidentaux est un signe assez sûr qu’un président aura un bon bilan, c’était le cas de Trump, c’est celui de Poutine.


                • Aimable 2 février 17:30

                  Je ne sais pas ce que réserve l’avenir a Poutine , mais une chose est certaine , il restera dans l’histoire du 21ème siècle comme ayant été un grand chef d’état , peut même le plus grand de son époque , même s’il n’a pas été parfait sur tout .


                  • microf 2 février 22:21

                    Pas seulement la Russie sans Poutine, mais c´est le monde sans Poutine, celui á qui j´ai donné le nom du « Mozart de la politique ».

                    Le Président Poutine est á la politique ce qu´était Mozart á la musique, á savoir, un virtuose, il vient encore de nous jouer une formidable partition.


                    • Olivier 3 février 16:05

                      Il y a une grande différence entre Poutine et Macron.

                      Poutine veut que son pays prospère et que son identité et sa souveraineté soient préservées ; Macron veut exactement l’inverse : la dissolution dans l’empire américain, la finance internationale et le pouvoir technocratique de Bruxelles.

                      Poutine veut renforcer la natalité des russes, Macron veut l’avortement et l’immigration de masse.

                      Poutine veut que son pays retrouve son identité, Macron lui « ne connaît pas la culture française ».

                      Poutine s’affiche avec le métropolite de l’église orthodoxe, et Macron avec les racailles de banlieue.

                      Mais les français n’ont que ce qu’ils méritent, c’est bien pour Macron et tout ce qu’il incarne qu’ils ont voté en 2017, non ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès