• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les options de Vladimir Poutine

Les options de Vladimir Poutine

 

Confronté au mouvement anti-corruption mené par Alexei Navalny, que sa tentative d’assassinat ratée n’a fait que rendre plus déterminé et plus écouté en Russie, Vladimir Poutine prépare sa riposte.

Quelles sont ses options  ?

Vladimir Poutine reste en butte au mouvement déclenché par Alexei Navalny, qui doit l’inquiéter sérieusement, au vu des manifestations monstres de l’été dernier en Biélorussie – même si elles n’ont pas débouché sur un changement politique, du moins pour l’instant. Ces manifestations avaient très probablement été l’élément déclencheur de la décision du président russe de faire empoisonner son opposant le plus en vue.

Or, après l’échec catastrophique de l’empoisonnement débouchant sur une humiliation internationale pour Vladimir Poutine, après les manifestations de samedi dernier dans toutes les villes de Russie répondant à l’appel de l’opposant emprisonné lancé dans sa vidéo du 19 janvier, laquelle dénonçait le palais privé d’un luxe aberrant construit par le président russe pour son confort personnel – vidéo qui a dépassé les 100 millions de vues  ! – Alexei Navalny continue au même rythme.

Les enfants du couple Navalny sont restés en sécurité à l’étranger. L’opposant et son épouse sont en Russie, acceptant tous les risques et faisant feu de tout bois. Ce qui pouvait déjà depuis des années être décrit comme une sorte de croisade anticorruption, tout se passe comme si c’était devenu une affaire personnelle pour Navalny. Ainsi, probablement, que pour Poutine lui-même.

L’opposant a publié aujourd’hui une nouvelle vidéo qui est son discours devant le tribunal qui l’a entendu aujourd’hui. Il y reste tout aussi incisif et n’y retient aucun coup, utilisant les mots les plus clairs, notamment contre les kleptocrates qui gouvernent son pays. En l’espace de sept heures, elle a dépassé les 3,5 millions de vues. De nouvelles manifestations sont prévues dimanche prochain 31 janvier dans tout le pays – et à Moscou, devant le siège du FSB  !

Alexei Navalny
Accepter tous les risques, faire feu de tout bois

Suivant Navalny, « si 10% des 100 millions (qui ont visionné la vidéo sur le palais Poutine) descendent dans la rue, alors nous gagnons »

Le président russe doit être d’autant plus mal à l’aise que l’évolution d’un mouvement de ce genre est par nature très difficile à prévoir :

  • Un « flop » plus ou moins cuisant est possible, par exemple un épuisement progressif des manifestations demandant la libération de l’opposant, même si à voir l’attention qu’il a attirée sur lui et la taille des manifestations du 23 janvier – moyennes d’un point de vue français, grandes pour la Russie où l’habitude de la manifestation est fort loin d’être ancrée – ce scénario dont Vladimir Poutine rêve sans doute ne semble pas le plus probable, du moins dans l’immédiat
  • Le scénario de rêve pour Alexei Navalny, c’est-à-dire une transition démocratique non violente, est-il réaliste  ? Difficile à dire, même si des exemples existent certainement comme la révolution des Œillets au Portugal en 1974 ou la transition démocratique post-Franco en Espagne
  • Divers scénarios intermédiaires sont envisageables, revenant à imaginer que sans réussir à le renverser, Navalny demeure pour Poutine un souci impossible à ignorer, et probablement trop dangereux à faire éliminer, du moins dans l’immédiat – surtout à voir l’équipe de « bras cassés » des assassins d’Etat qui a manqué Skripal en Angleterre en 2018 puis Navalny en 2020  !

Vladimir Poutine est-il sans autre ressource que la répression policière – déjà très intense, avec arrestations en pagaille pour participation à des manifestations interdites  ? Certes non  !

Il est même permis de discerner dans deux événements survenus jeudi 28 janvier les signes d’une option que le président russe pourrait être en train de se préparer. Une option assez troublante, même si elle pourrait lui apparaître logique.

Un avertissement sans frais

Jeudi 28 janvier donc, alors que Navalny mettait en ligne le discours prononcé à son procès, Poutine intervenait à distance en invité inattendu au forum de Davos. Or, le discours qu’il a prononcé, dont le verbatim est sur le site du Kremlin, à côté de remarques convenues et aussi de points de vue incisifs de l’homme d’Etat considérant la situation mondiale, contient encore ce passage :

« Nous pouvons nous attendre à ce que la nature des actions pratiques devienne plus agressive, y compris la pression sur les pays qui n’acceptent pas le rôle de satellites obéissants gérés, l’utilisation de barrières commerciales, les sanctions illégitimes, les restrictions dans les domaines financier, technologique et de l’information.

Un tel jeu sans règles augmente de manière critique les risques d’utilisation unilatérale de la force militaire – c’est-à-dire le danger, l’utilisation de la force sous l’un ou l’autre prétexte farfelu. Elle multiplie la probabilité de nouveaux points chauds sur notre planète. Ce sont toutes des choses qui nous concernent. »

Il y a une allusion claire à la situation de l’Iran soumis aux sanctions économiques américaines suite à la décision de Donald Trump de sortir de l’accord sur le nucléaire de 2015, mais elle ne semble pas expliquer entièrement ces paroles. Il est possible d’y entendre encore un avertissement sur le fait que les sanctions économiques et les restrictions dans le domaine financier peuvent débouchent sur une « utilisation unilatérale de la force militaire »

Quelles sanctions économiques  ? …Peut-être celles dont certains Européens commencent à parler pour inciter le président russe à modérer la répression chez lui  ?

Quelles restrictions financières  ? …Celles qui pourraient éventuellement viser l’équipe au pouvoir en Russie, dont le cœur est russe et patriotique – du moins s’il faut en croire leurs paroles – mais le portefeuille se trouve bien à l’Ouest, ainsi que le plus clair de leurs investissements  ?

Un appel à l’annexion ouverte

D’autre part, jeudi 28 janvier, Margarita Simonian était à Donetsk dans le Donbass, la partie de l’Ukraine orientale séparée de Kiev suite à la guerre civile de 2014-2015.

Qui est Margarita Simonian  ? C’est la rédactrice en chef de la partie anglophone de RT, principal média extérieur de la Russie – et premier canal d’influence du gouvernement russe auprès des opinions publiques étrangères. Autant dire d’une part qu’elle est un agent de premier rang de l’appareil d’influence russe, tout sauf une lampiste. D’autre part que ses paroles sont nécessairement mesurées et contrôlées à l’avance. L’initiative personnelle est exclue en ce qui la concerne.

Or le discours qu’elle a prononcé devant des responsables des deux Etats non reconnus apparus en Ukraine orientale sous patronage russe les Républiques populaires de Donetsk et de Lougansk n’est pas ordinaire  !

Margarita Simonian y précise bien qu’elle n’est pas politicienne, seulement journaliste. Qu’elle ne fait que donner son opinion, et partager sa douleur. Mais n’a-t-elle pas droit à son opinion, et à sa douleur  ? Puis, ceci :

« Les habitants du Donbass veulent avoir la possibilité d’être russes. Et nous sommes obligés de leur offrir cette possibilité.

Les habitants du Donbass veulent avoir le droit de parler russe, afin que personne ne puisse jamais leur enlever ce droit. Et nous sommes obligés de leur donner une telle possibilité.

Les habitants du Donbass veulent vivre chez eux et faire partie de notre grande et généreuse Mère Patrie. Et nous leur devons bien ça.

Mère Russie, ramène le Donbass chez toi  ! »

Depuis la pause (relative) dans les combats et la stabilisation de la ligne de front en 2015, la Russie a continué de soutenir économiquement les deux Etats autoproclamés d’Ukraine orientale, et aussi avec des armes. Et les proclamations d’amitié ne sont pas rares.

Mais ce que cet agent de premier rang de l’appareil médiatique d’Etat de la Russie décrit, c’est un appel à une annexion ouverte. Et encore une fois, ses protestations de « simple journaliste » qui a bien le droit de donner « son opinion personnelle » ne sont pas crédibles une seconde, vu son poste.

« Mère Russie, ramène le Donbass chez toi  ! »
L’annexion comme distraction  ?

Que prépare donc Vladimir Poutine  ?

Deux interprétations, qui d’ailleurs ne s’excluent pas. Poutine peut préparer deux options, garder deux fers au feu, à utiliser suivant les circonstances :

1 - D’une part, l’intimidation des pays occidentaux qui envisageraient des sanctions, par exemple financières contre le groupe dirigeant russe et ses avoirs et propriétés en Europe

A demi-mot, leur faire comprendre que l’option de la force n’est pas exclue. Et dans le même temps, crédibiliser cette option en semblant la préparer, sur le front évident c’est-à-dire en Ukraine orientale.

Non pour la déclencher, mais pour que la menace protège les intérêts financiers du groupe dirigeant – pendant éventuellement qu’il « fait ce qu’il faudra » contre le mouvement anti-corruption mené par Alexei Navalny.

L’habile Poutine utilise d’ailleurs la carotte comme le bâton, et dans le même discours il a vanté les rapprochements possibles avec l’Europe. Le message est clair : si vous ne cherchez pas à me gêner, si vous ne critiquez pas trop sérieusement ce que je ferai pour conserver le pouvoir, vous trouverez en moi un partenaire commode.

2 - D’autre part, la distraction et la gloire pour le peuple russe

Après que les militaires russes ont forcé le parlement de Simferopol la capitale de la Crimée à organiser un référendum sur l’union avec la Russie en mars 2014, référendum dont le résultat fut appliqué tambour battant, Poutine a connu un grand regain de popularité.

Alors, pourquoi ne pas réitérer l’opération dans le Donbass  ? Surtout si le mouvement Navalny devait prendre trop d’ampleur. Voire en préventif  ?

Il suffirait après tout d’inviter les responsables des deux Républiques populaires à organiser des référendums sur la question du rattachement. Ils ne se feraient sans doute guère prier, et le résultat des référendums serait éminemment prévisible s’agissant de territoires appauvris, où tout le monde parle russe, dans un pays qui est par ailleurs le plus pauvre d’Europe. Un pays où le niveau de vie russe peut faire envie. La Fédération de Russie y gagnerait deux membres supplémentaires.

Militairement, l’opération ne serait pas vraiment risquée. La ligne de front est stable après tout, quelques violences sont toujours envisageables, mais qui à Kiev a vraiment envie de mourir dans une guerre perdue d’avance  ?

Diplomatiquement, l’opération serait désastreuse pour la Russie. L’éloignant davantage du reste de l’Europe, gelant les initiatives pour rapprocher les deux parties du continent comme celle initiée par le président français en 2019, elle mettrait la Russie encore davantage dans les mains du pays dix fois plus riche et dix fois plus peuplé qu’elle avec lequel Poutine fait semblant de pouvoir maintenir un partenariat équilibré. Fiction à laquelle Xi Jinping fait bien entendu semblant de croire, puisqu’elle le sert.

Mais certes, le président russe pourrait en espérer un regain de popularité – au moins l’espérer, car il n’est pas sûr que tous les Russes se laisseraient prendre au piège, et les circonstances ne sont pas les mêmes qu’en 2014. D’autre part, le sentiment obsidional d’être entouré d’ennemis pourrait en être renforcé – et il sert le président russe.

S’il estime que la survie de son pouvoir passe par là, Vladimir Poutine reculera-t-il vraiment devant le risque d’infliger un désastre diplomatique à son pays  ? Il est hélas permis d’en douter.

 

Entre Russie et Chine, un rapport de forces pour l’économie et la population encore plus déséquilibré qu’entre France et Etats-Unis
Et un « partenariat » équilibré  ?


Moyenne des avis sur cet article :  1.44/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er février 09:50

    Il faut dire que diriger run pays avec des millions d’alcooliques...


    • tonimarus45 1er février 10:23

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.-contrairement a ce que vous dites ce n’est pas en russie ou il y a le plus d’alcooliques


    • tonimarus45 1er février 10:33

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.-Concernant l’alcoolisme la france figure dans le top 20 des pays les plus alccoolises .alors « pouet » , « pouet » ;Et le pays le plus alcoolise n’est pas la russie ????????


    • samy Levrai samy Levrai 1er février 10:33

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
      N’est ce pas de la propagande perverse de consommateurs d’opiacés pédophiles et sodomites ?


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er février 10:49

      @tonimarus45 Ah mais j’aime bien l’âme russe : Lire la Montagne magique de Thomas Mann....


    • gruni gruni 1er février 10:17

      Intéressant cet article sur les options poutinesques. Mais, à mon avis trop de Russes soutiennent Poutine pour que les choses changent en profondeur en Russie. 


      • samy Levrai samy Levrai 1er février 10:30

        @gruni
        oui , en gros + de 80% vs moins de 1 %, il n’y a que chez nous que Navalny représente quelque chose et ce n’est pas a cause d’une non exposition médiatique.


      • tonimarus45 1er février 10:37

        @gruni et loui c’est ballot ’les russes soutiennent poutine« , entre 60 et 70% ??,et notre »caudillo" combien


      • troletbuse troletbuse 1er février 10:44

        @tonimarus45
        Y’a deja Grounichou et Fergus  smiley


      • gruni gruni 1er février 13:17

        @samy Levrai

        27% au municipal de Moscou quand même. 

        « il n’y a que chez nous que Navalny représente quelque chose », ça pourrait changer. 


      • samy Levrai samy Levrai 1er février 13:47

        @gruni
        bah... tu penses peut être à l’exemple Juan Guaidó devenu président à l’insu de son peuple ? Le pillage de la Russie est encore beaucoup trop frais et l’agent occidental Navalny ne fait rêver que les amateurs de films hollywoodiens. 


      • tonimarus45 1er février 15:59

        @troletbuse

         fergus— a qui j’ai repondu quand a mon sectarisme et mon objectivite et dont j’attends la reponse ?????

      • tonimarus45 1er février 16:02

        @gruni ce ne sont que des municipales ??????chez moi, dans mon village, le « fn » est le premier part inational et de loin ,pourtant a chaque municipale il fait un score ridicule


      • Alexis Toulet Alexis Toulet 1er février 17:55

        @gruni

        La vidéo détaillant le palais construit par Poutine sur deniers publics pour son confort personnel en est à 106 millions de vues.

        Et presque 1,7 million de commentaires, pratiquement tous en russe, ce qui confirme que l’essentiel de ceux qui visionnent la vidéo sont russophones. Ceci dans un pays de 147 millions d’habitants, enfants compris.

        Quant à la teneur des commentaires, il suffit d’utiliser la traduction automatique de son navigateur pour s’en faire une idée…

        Disons qu’il n’y a pas beaucoup de défenseurs de Vladimir Poutine smiley


      • Philippe Huysmans, Complotologue Philippe Huysmans 1er février 17:59

        @Alexis Toulet

        Vidéo « Gangnam style » : 4 milliards de vue.

        So what ?


      • Furax Furax 1er février 18:16

        @gruni
        Et puis,c’est bien connu, les élections, en Russie sont truquées !
         smiley  smiley  smiley



      • Fantômas Fantômas 1er février 19:47

        @Alexis Toulet 

        et voici la vidéo d’un journaliste qui s’est rendu dans le « palais de Poutine » : https://www.youtube.com/watch?v=vBcWdHe8j_g
        Attention, c’est un peu moins clinquant que sur les images de synthèse de Navalny.
        D’après le Times :
        « On ne sait pas très bien avec quelle fréquence Poutine se rend dans cette résidence. Selon FBK, tout le personnel, sauf le personnel essentiel, est écarté lorsqu’il la visite. Plusieurs sources ont dit à FBK que Poutine emmenait des invités « triés sur le volet », dont des dirigeants mondiaux, au palais pour « vraiment s’amuser », après les réunions dans sa résidence officielle à Sotchi, ce que le site d’information indépendant Proekt a confirmé, selon Pevchikh. »
        Après avoir visionné la vidéo, c’est embarrassant. (Pour ces auteurs). 

        « On ne sait pas très bien avec quelle fréquence Poutine se rend » sur le chantier. Ou quelle source « a dit à FBK que Poutine emmène des invités « triés sur le volet », dont des dirigeants mondiaux », pour en admirer les murs en béton. 
        Bref il faudrait que tu arrête de prendre pour argent comptant la propagande néoconservatrice, si il y a bien une constance chez ces gens là, c’est que tu sait de manière certaine quand ils mentent : il suffit de regarder leurs lèvres, si elles bougent, c’est qu’ils sont en train de mentir.


      • tonimarus45 1er février 20:06

        @Alexis Toulet vous savez tres bien que le vrai proprietaire c’est declare et que par exemple les images montrant poutine nageant dans la piscine son fausses ainsi que les images de la bibliotheque, ainsi que les images interieures de cette residence alors qu’elle est en travaux


      • V_Parlier V_Parlier 1er février 20:10

        @gruni
        Intéressant cet article ? Même Libé fait plus subtil. Non seulement l’auteur croit vraiment au coup de l’empoisonnement râté sans séquelles suivi d’une expédition en Allemagne pour le faire constater, mais de plus il complète sa performance en faisant les louanges d’une véritable racaille politique que personne ne supporterait en France (surtout les bobos exportateurs de démocratie) : Navalny le « combattant anti-corruption », tout au culot, qui insulte et accuse à tout va et exploite tous les problèmes pour les mettre sur le dos de Poutine.

        Moi j’ai une chose à reprocher à Poutine : Il est trop gentil et il ferait mieux de faire chier la France et les USA avec toutes leurs manifestations et surtout avec tous les polémistes sulfureux pas assez bien traités... (Là on serait au même niveau).


      • tonimarus45 1er février 10:22

        bonjour—Aux tartuffes russophobes------Imaginez poutine faire empoisonner navalny et apres l’avoir sorti d’affaire en russie l’envoyer en allemagne afin de deceler le fameux « novitchoc » poison extremement violant ,et qui rate a tout les coups sa cible.Pensez vous le fsb russe heritier du kgb assez bete pour faire cela et surtout ne pas savoir eliminer une cible plus intelligemment.Mais aussi imaginez poutine n’ayant pas assez de mesures de restrictions pour en avoir besoin d’autres ???Quand a ce palais on sait maintenant qui en est le proprietaire


        • V_Parlier V_Parlier 1er février 20:29

          @tonimarus45
          Mais non seulement l’auteur y croit dur comme fer mail il le reconnait, alors que la propagande officielle du « monde libre » le sous-entend avec des détours pour que ça ne choque pas trop.

          Par ailleurs, alors que je vois le Donbass revenir dans les sujets anti-Poutine en vogue...
          1) Si on commence déjà par le commencement :
          https://youtu.be/EANq3MzOxWc?t=109

          2) Puis j’aimerais rappeler comment la soi disant patrie réelle des habitants du Donbass les considère :
          https://www.youtube.com/watch?v=ZYoOCz65KY8
          https://www.youtube.com/watch?v=fGCNKNFy5Do
          https://www.youtube.com/watch?v=zy_IurNbMdQ


        • samy Levrai samy Levrai 1er février 10:28

          La vache, un article complotiste neuneu fabriqué à partir de propagande incroyablement stupide.

          Nous avons affaires avec un cas école de nettoyage du bulbe rendant parfaitement inepte, une compilation d’affirmations sans preuve.


          • Darks67 Darks67 1er février 10:32

            Quelle tocard l’auteur, si Poutine voulais la peau de quelqu’un il ne le louperais pas. C’est comme si Macron voulais la peau d’Asselineau, si on compare les scores. Et sinon oui Poutine est très largement soutenu par sa population, et Macron ?


            • Bertil 1er février 10:38
              • Un « flop » plus ou moins cuisant est possible, par exemple un épuisement progressif des manifestations demandant la libération de l’opposant, même si à voir l’attention qu’il a attirée sur lui et la taille des manifestations du 23 janvier – moyennes d’un point de vue français, grandes pour la Russie où l’habitude de la manifestation est fort loin d’être ancrée – ce scénario dont Vladimir Poutine rêve sans doute ne semble pas le plus probable, du moins dans l’immédiat

              A quelle auge vous nourrissez vous ? Le flop cuisant a eu lieu. Les chiffres sont fantaisistes (40’000 manifestants à Moscou). Regarder les vidéos, il y a plus de policiers que de manifestants, et les manifestations se font dans de petites rues étroites, probablement pour obtenir un meilleur effet sur les images, sans grand succès. Il faut vous rendre à l’évidence que si vous puisez vos informations dans nos médias « officiels », l’Europe et les USA étant très ouvertement anti-russes, vous n’aurez que des récits propagandistes à vous mettre sous la dent. Ouvrez les yeux ! Mais peut-être tentez-vous plutôt l’effet contraire ?


              • tonimarus45 1er février 12:39

                @Bertil ce qui est amussant les memes personnes prennent en france les chiffres du ministere de l’interieur et nient les chiffres donnes par les organisteurs des manifs par contre pour la russie ce sont les chiffres donnes par les opposants qu’ils previlegient.On pourrait croire qu’il donneraient des chiffres d’un juste milieu entre ceux de la police et ceux donnes par les manifestants , mais ,non -Etonnant quand meme


              • tonimarus45 1er février 10:40

                bonjour Et pas un mot sur l’ingerence averee PAR DES PREUVES de l’ambassade « us » en russie ; indiquant aux possibles manifestants les itineraires et lieux de rassemblement ainsi que d’un soutient sans faille aces derniers


                • samy Levrai samy Levrai 1er février 10:41

                  C’est rigolo cette propension à penser que les Etats Unis et l’UE représenteraient la « communauté internationale » quand on connait ce qu’ils représentent de la population humaine , le poids de leur dette, le déficit complet de democratie, l’industrie , la natalité, l’étique...


                  • JC_Lavau JC_Lavau 1er février 10:46

                    Et votre tête ? A quoi elle vous sert ? A accrocher votre chapeau ?

                    Nikita Hrouchiov, oeuvres orales.

                     

                    Cet article ne mérite pas davantage de commentaire.


                    • Pere Plexe Pere Plexe 1er février 11:05

                      Si, comme c’est prévisible, l’UE ira piteusement quémander le vaccin russe à Vladimir, il y a fort à parier que nos médias/dirigeants se détournerons de Navalny comme il l’ont fait, par exemple, avec les Kurdes et le très marketing Rojava.

                      La petite musique US devrait alors connaitre un sérieux bémol. 


                      • robert 1er février 11:22

                        @Pere Plexe
                        « Si, comme c’est prévisible, l’UE ira piteusement quémander le vaccin russe à Vladimir »
                        Ah ! comme j’attends ce moment ! on va bien rigoler.... Je plains les négociateurs.


                      • oncle archibald 1er février 12:15

                        @robert

                        Ben c’est que ... pour le moment Spoutnik V n’est pas homologué dans l’UE, son homologation n’est même pas en cours d’examen, et surtout il faudrait qu’il en ait de reste le bon Valdimir pour pouvoir en proposer ... Peut être quand l’Inde en fabriquera en masse parce que pour le moment ... Il y en a juste assez pour faire vacciner une partie de la population Russe, un million de vaccinés à ce jour contre un million et demi en France, plus quelques doses exportées dans des pays amis pour faire un peu de propagande .

                        Alors avant que nous allions « piteusement » quémander du vaccin à Vladimir on va commencer par obliger les laboratoires qui ont contracté avec l’UE à livrer les doses convenues au prix convenu au lieu de les vendre cinq à dix fois plus cher à ceux qui acceptent de payer le prix fort. Ce sera beaucoup plus efficace !


                      • Pere Plexe Pere Plexe 2 février 15:08

                        @oncle archibald
                        Je vous laisse à vos certitudes.
                        Mais ne pariez pas trop !


                      • Zeb_66 2 février 20:05

                        @oncle archibald
                        Pourquoi parler de vaccin, alors que ça n’a rien à voir avec la technique des vaccins ?
                        Il s’agit en réalité de traitements utilisant des procédés de thérapie génique,
                        associés à des nanoparticules ; personne ne sait exactement le but poursuivi mais à voir l’acharnement mis à forcer le monde entier, on peut affirmer sans risque de se tromper que ce n’est pas pour notre bien...
                        Le vaccin Russe est un vrai vaccin et c’est pourquoi l’ « oxident » fait tout pour empêcher sa diffusion.


                      • oncle archibald 1er février 11:13

                        Le Dombass annexé comme la Crimée et l’annexion validée par un referendum bidon, le scénario parait tout à fait plausible puisqu’il y a un précédent. Seul l’avenir nous dira si l’auteur de ce billet a fait une bonne analyse ou pas.


                        • Attila Attila 1er février 12:28

                          @oncle archibald
                          Participation : 83%
                          Résultat : 97% en faveur du rattachement à la Russie.

                          .


                        • tonimarus45 1er février 12:41

                          @oncle archibald— "archibald -,vous deraillez


                        • Samson Samson 1er février 15:04

                          @oncle archibald
                          "Le Dombass annexé comme la Crimée et l’annexion validée par un referendum bidon, le scénario parait tout à fait plausible puisqu’il y a un précédent. "
                          Inutile même de le bidonner ! Succès assuré pour le rattachement à la Russie, comme en Crimée. Et Poutine s’appuyera comme de coutume sur le précédent kosovar, adoubé en son temps à l’unanimité par l’Occident !


                        • oncle archibald 1er février 15:59

                          @Attila :

                          Ça n’est pas le résultat du referendum qui pose un problème c’est son organisation par un pays tiers sur un territoire appartenant à une autre nation ....

                          Vous imaginez les allemands organisant un referendum en Alsace et décrétant l’Alsace rattachée à l’Allemagne si le résultat était dans ce sens là ?

                          Cela s’appelle piétiner le droit international.


                        • tonimarus45 1er février 16:09

                          @Attila oui et gruni va nous dire le score du refendum au kosovo ?????? qui c’est declare unilateralement independant ??,a ce moment là j« avais dit vous avez ouvert la boite de pandore ; s’en est suivi la crimée et dans une plus petite mesure » la catalogne« dont on ne comprends pas que l’on ne lui reconnaisse pas l’independance comme le kosovo ???????et peut etre un jour »la corse"


                        • Attila Attila 1er février 18:37

                          @oncle archibald
                          Le référendum a été organisé par les autorités légales de la Crimée.

                          .


                        • oncle archibald 1er février 19:40

                          @Attila

                          Les autorités de Crimée, province de l’Ukraine, ont compétence pour régler des problèmes au sein de la province, pas pour décider d’amputer le pays d’une de ses provinces. Et ce sera idem le cas échéant pour le Donbass. Et vous le savez bien, mais axiome fondamental : Poutine a toujours raison !


                        • Attila Attila 1er février 19:53

                          @oncle archibald
                          Contrairement à ce que vous avez affirmé plus haut, ce n’est pas un pays tiers qui a organisé le référendum mais les autorités légale de Crimée.
                          Ça n’est pas le résultat du referendum qui pose un problème c’est son organisation par un pays tiers sur un territoire appartenant à une autre nation "

                          .


                        • tonimarus45 1er février 19:59

                          @oncle archibald A la suite du coup d’etat ces regions ne l’on pas accepte et ont decide de faire secession ; c’etait leur droit.Et le kosovo avait t’il competence pour se declarer unilateralement independant et sans consulter sa population et alors que l’onu garantissait, l’integrite de la serbie ?????


                        • Zeb_66 2 février 20:12

                          @oncle archibald
                          Le droit international n’existe plus !
                          Réduit en miettes par un oxident décadent et ruiné.
                          Ce qui les arrange beaucoup, ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent, sans limites.


                        • slave1802 slave1802 1er février 11:50

                          On peut dire ce que l’on veut de la Russie mais on ne peut en aucun cas mettre en doute l’efficacité de sa cellule riposte...


                          • Bendidon Bendidon 1er février 12:20

                            Vous avez dit NAVALNY ? https://youtu.be/TK1lNpbD52Y


                            • Furax Furax 1er février 13:05

                              Les « démocrates » américains ont révélé leur ADN à 4 segments :

                              Fraude-Corruption- Censure-Propagande.

                              Les rois du progressisme !!!

                              Il faudra laisser couler de l’eau sous les ponts avant d’aller faire la morale à qui que ce soit.

                              Et Soros qui n’est même plus foutu de financer un « fake » correct :

                              https://www.youtube.com/watch?v=cOQ59brvukU



                                • Rinbeau Rinbeau 1er février 13:56

                                  Je me demande combien Soros débourse pour fomenter ses troubles dans les pays de l’EST. Mais je ne m’inquiète pas pour Poutine, il ira chercher cette vermine financière fasciste jusque dans les chiottes !

                                  Et puis tant pis pour cette saloperie d’humanité, s’ils t’emmerdent trop, te gênes pas mon pot envoie nous sur la gueule quelques ogives nucléaires. Le problème sera vite résolu !


                                  • binary 1er février 14:34

                                    Cliquez sur le site de l auteur. Un vrai recueil tous azimuts, de désinformation politiquement correcte. 


                                    • Zeb_66 2 février 20:18

                                      @binary
                                      non, je n’irai surement pas sur son site, j’ai déjà une chi otte chez moi...


                                    • Samson Samson 1er février 14:55

                                      « Ces manifestations avaient très probablement été l’élément déclencheur de la décision du président russe de faire empoisonner son opposant le plus en vue. »

                                       ???

                                      Son opposant le plus en vue en Occident - qui rêve bien évidemment d’une énième « révolution de couleur » visant, sinon à renverser directement Poutine, au moins déstabiliser ses principaux alliés ou satellites (Lybie, Ukraine, Biélorussie, Syrie, ... Vénézuela, Bolivie, Cuba, ...). L’Occident a tellement - par réseaux sociaux interposés - abusé de la ficelle qu’elle a fini par se retourner contre ses principaux instigateurs : suffit de voir le chaos pré et post-électoral régnant actuellement au centre de l’Empire pour se faire une idée.

                                      L’« empoisonnement » de Navalny lui a certes créé une visibilité en Russie, ce qui ne fait que rendre plus douteuse encore l’éventuelle main du Kremlin dans cette « mascarade ».

                                      « Le scénario de rêve pour Alexei Navalny, c’est-à-dire une transition démocratique non violente, est-il réaliste  ? »

                                      Très douteux ! Les « transitions démocratiques non violentes », c’est plutôt, en étroite collaboration avec les services de renseignement occidentaux, le business de Georges Soros et son « Open Society Fundation », dont Navalny n’est jamais que l’actuelle marionnette ! D’une part, il faudrait que la population russe suive ! D’autre part, la Russie ne tolérant plus la politique atlantiste du chaos et la déstabilisation de ses alliés, difficile d’imaginer qu’elle tolère un seul instant la sienne propre.

                                      Que je sache, il y a proportionnellement bien plus d’opposants en France, en €urocratie et en Occident contre la Pensée Unique néo-libérale qu’il n’y en a de partisans en Russie, pour une politique qui avait déjà mené le peuple russe à la famine avant que Vlad Poutine ne vienne redresser la situation et remettre bon ordre.

                                      « Diplomatiquement, l’opération serait désastreuse pour la Russie. L’éloignant davantage du reste de l’Europe, ... »

                                      Pas forcément ! L’éloignement €uropéen relève bien plus des diktats U$ et atlantistes que de la volonté russe, et la reprise du Donbass sous giron russe n’y changerait en définitive pas grand chose, sinon ré-affirmer à la face du monde et surtout des membres de l’OTAN le respect dû à une souveraineté russe qui peut pleinement s’appuyer sur sa supériorité, déjà largement soulignée lors de son intervention syrienne, en matière stratégiques et de technologies militaires.

                                      Quant aux industriels allemands ordonnateurs et principaux bénéficiaires de notre belle €urocratie, je doute fort que les principes « humanistes » à la base (paraît-il !) de la construction €uropéenne, la solidarité avec leurs partenaires ou le sort dévolu par Poutine à Navalny suffisent un seul instant à les dissuader d’importer du gaz russe !

                                      En vous présentant mes respectueuses salutations ! smiley


                                      • QAmonBra QAmonBra 1er février 16:40

                                        Article pétillant de pensée formatée, un « must » pour clientèle sous informée à souhait

                                        et amatrice de masturbation mentale, type lecteur « fan » du ci devant Rakotoarison !

                                        Hélas,(*) espèce en voie de disparition sur AV qui, a proprement parler, ne peut pas être considéré pourtant comme un site « complotiste ». . .

                                        .

                                        .

                                        (*) Ben oui ! On va se marrer de moins en moins.


                                        • Laurent Courtois Laurent Courtois 1er février 17:50

                                          "Ces manifestations avaient très probablement été l’élément déclencheur de la décision du président russe de faire empoisonner son opposant le plus en vue".

                                          Quand tu as lu ça, tu ne peux que regretter d’avoir survécu au covid-19...


                                          • alinea alinea 1er février 20:14

                                            @Laurent Courtois
                                            C’est ce que je me dis aussi, encore si c’était les mots de nos ennemis... enfin si, ils sont nos ennemis même si pas estampillés comme tels.


                                          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 1er février 17:58

                                            Navalny a menti sur le château attribué à Poutine. Navalny a menti sur son empoisonnement. Il mérite son emprisonnement.

                                            https://francais.rt.com/international/83341-l-opulent-palais-de-poutine-presente-par-navalny-confronte-a-des-images-tournees-sur-place


                                            • Fanny 1er février 18:43

                                              L’auteur propose-t-il une analyse politique, ou simplement un résumé des a priori occidentaux ? Il y a un peu des deux.

                                              Considérer les empoisonnements des Skripal (que sont-ils devenus ?) et de Navalny comme les performances d’équipes de tueurs « bras cassés » commandités par Poutine, c’est se faire le rédacteur d’un « Reader’s Digest » des années 50 version 2021. C’est un choix, mais ça ne relève pas de l’analyse.

                                              Ce style « Reader’s Digest » s’affirme d’ailleurs quand l’auteur explique que Poutine a tenté de tuer Navalny parce que des Biélorusses ont manifesté l’été dernier. L’auteur se prétend « ingénieur » : on peut le regretter car là, il fait honte à une profession qui a plutôt une bonne image en France, et c’est assez justifié.

                                              Il est vrai que les relations Occident/Russie de 2021 sont aussi mauvaises que celles entre les USA et Staline dans les années 50, ce qui prédispose à un journalisme style « Reader’s Digest ». Ce niveau de rivalité et de détestations, réelles ou surjouées, est d’ailleurs assez curieux, Staline et Poutine ne relevant pas de la même idéologie. Nos « journalistes » se gardent bien d’analyser les causes de ce niveau élevé de rivalité, mis à part Zemmour qui y voit une conséquence du maintien du contrôle politico/militaire de l’Europe par les USA. Ce contrôle suppose, et c’est vital pour les USA, de tenir la Russie à distance de l’Europe en tant qu’ennemi, d’où la décision des USA de qualifier la Russie « d’ennemi N°1 » des USA, alors que dans la réalité, c’est évidemment la Chine qui objectivement tient ce rôle avec la tension militaire autour de Taïwan et les enjeux économiques Chine/USA.

                                              Plus intéressant est le relevé par l’auteur des déclarations de Poutine à Davos, et la tentative de décryptage de ses propos. Poutine annonce une montée des tensions Occident/Russie, ce qui est probable avec le retour des Démocrates au pouvoir aux USA et les tensions mondiales liées au Covid 19. Le relevé des déclarations de la patronne de RT est judicieux. Cela annonce-t-il un changement de position de Poutine qui jusqu’à présent avait exclu la reconnaissance du Donbass comme entité indépendante de l’Ukraine ou son annexion à la Russie ?

                                              L’annexion par la Russie paraît exclue, contrairement à ce que prétend l’auteur de l’article, mais la reconnaissance par la Russie du Donbass-Lougansk comme entité indépendante, sur le modèle des provinces géorgiennes devenues indépendantes, est une carte que Poutine garde sans doute en réserve pour le cas où les relations Occident/Russie deviendraient dramatiques, ce qui est envisageable. Mais même cela ne serait pas encore la guerre, juste un renforcement du mur Occident-Russie avec lequel nous vivons depuis 1945 (avec ou sans béton). Ce mur n’a jamais disparu, il s’est juste déplacé vers l’Est après l’effondrement de l’URSS. Ce qui reste vrai est que le risque d’une confrontation militaire avec utilisation d’armes nucléaires entre les USA et ses rivaux/ennemis ne cesse de croître objectivement, comme le soulignent des analystes américains, et que Poutine, obsédé comme ses compatriotes par WWII, garde à l’esprit. Mais cela demeure un risque.

                                              Quant aux perspectives de « révolution orange » en Russie à la mode ukrainienne, une « navalniade » en quelque sorte, l’auteur semble n’y croire pas trop. Ignorant comme beaucoup la crédibilité de Navalny dans le peuple russe, malgré les 100 millions de vues de la vidéo sur « le Versailles de Poutine ». Beaucoup de Russes pensent sans doute que Staline fut un terrible tyran, et en même temps qu’il a gagné la guerre contre le fascisme. Peut-être soupçonnent-ils aujourd’hui Poutine d’être un voleur, comme le clame Navalny, tout en lui reconnaissant la capacité de guider la nation russe et de confronter ses partenaires/adversaires/ennemis idéologiques, politiques et militaires (les Anglo-saxons principalement).

                                               

                                               


                                              • Laurent Courtois Laurent Courtois 1er février 21:59

                                                @Fanny
                                                Reader ’s digest = CIA, une belle publication pour laver les cerveaux...


                                              • Fanny 1er février 23:44

                                                @Laurent Courtois

                                                Le Reader’s Digest est toujours publié, depuis 1922, avec une diffusion énorme. Engagé à l’époque dans le combat contre l’URSS, il fut en effet proche de la CIA, c’était du moins sa réputation incontestée. Même Wikipedia s’en est rendu compte.

                                                Aujourd’hui, un ancien journaliste allemand a écrit un livre où il décrit l’emprise de la CIA sur la rédaction de son journal. Pas tout à fait surprenant compte tenu de l’histoire de l’Allemagne après-guerre.

                                                On peut se poser la question concernant la presse française et la CIA. Le Monde et Libé paraissent les mieux placés pour relever d’un pilotage par la CIA. Mitterrand l’aurait suggéré concernant Le Monde dirigé par Plenel. Mais je crois que Le Monde n’a pas besoin d’être piloté par la CIA pour décliner les intérêts américains (plus que les français), il fait ça tout seul, comme un grand, par pure passion idéologique et par mimétisme rapport au Washington Post.


                                              • damocles damocles 1er février 18:54

                                                Je ne vois vraiment pas l’intérêt de faire un article aussi long pour nous balancer les banalités propagandistes anti-poutine qu’ une dépêche de l’ AFP ou une brève de France-info nous distribue en 3 lignes ou en 30 secondes !


                                                • altaos 1er février 19:12

                                                  Bonjour

                                                  Vous en faites pas les gars

                                                  Le premier parti d’opposition en Russie est le parti communiste

                                                  Le guaido russe made in uk us va vite passer dans le tout à l’égout des eaux usées moscovites

                                                  Les armées russes et leur nostalgie de l’URSS  tapent du pieds et s’impatientent pour aller en découdre et éradiquer une fois pour toutes la puanteur planétaire de l’état profond yankee 


                                                  • alinea alinea 1er février 20:13

                                                    Autant de bêtise en si peu de phrases ! mais bon, c’est le discours occidental !!

                                                    Je ne souhaite pas à la Russie le départ imminent de Poutine, mais, malicieusement, je le souhaiterais aux occidentaux pour que ces discours et ceux qui les tiennent, aient la preuve de leur ignorance et parti pris, de leurs erreurs de jugement, et de leur œillères !!

                                                    Autant d’ignorance qui s’affiche, c’est affligeant.


                                                    • Albert123 2 février 08:41

                                                      En fond comme en forme cet article est mauvais

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité