• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Libye : Haftar ou pas Haftar

Libye : Haftar ou pas Haftar

Etat des lieux

JPEG - 21.4 ko

Depuis la mort de Muammar Kadhafi le dirigeant de la "Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste", après 42 ans de pouvoir, en octobre 2011, la Libye (superficie de plus de 3 fois la France) est dans une crise générale qui dure depuis 8 ans.

Des milices ont pris pied dans différentes villes, menaçant les populations et le pouvoir qui remplace Kadhafi, le bédouin devenu colonel.

L'état libyen est coupé en 2 avec des rivalités ouest-est. C'est une véritable déliquescence généralisée.

 

Actuellement la situation de la Libye peut se résumer en 8 points :

1) l'absence d'un état capable de réguler et aussi de lutter contre la violence avec les multiples attentats contre les institutions, les personnalités de la société civile, les intellectuels, les militaires, avec les réglements de compte, les enlèvements, les mises au secret, les assassinats de policiers. A plusieurs reprises des associations civiles ont manifestées contre l'insécurité totale et les violences perpétuelles : Forum national de l'Etat civil, Organisation libyenne pour l'action nationale, Société pour la protection de la patrie.

2) l'existence de 2 pôles politiques, géographiques, l'un à l'ouest, avec le gouvernement d'union nationale à Tripoli et l'autre à l'est et au sud ouest avec l'Armée nationale libyenne et le parlement de Tobrouk. Les 2 pôles se déclarant légitimes.

3) la prolifération des milices le plus souvent antagonistes qui règnent en maitresses sur les localités au gré de leur obédiences.

4) des interventions étrangères en tous sens, Algérie, Tunisie, Egypte, Emirats, Qatar, Europe, ONU, Russie, USA.

5) des groupes djihadistes bien implantés, territorialisés, porteurs de la charia et pour certains de la création d'un califat, soumis à l'état islamique global. Des conseils locaux de notables peuvent s'associer aux organisations djihadistes. On notera aussi la présence d'Al Qaïda au Maghreb islamique AQMI depuis le Mali, de Boko Haram depuis le Nigéria, des mouvements armés du nord du Tchad, de l'Armée de libération du Soudan ALS.

6) une logique tribale qu'il faut toujours garder à l'esprit si l'on veut comprendre le pays. Sous le roi Idriss, avant l'arrivée au pouvoir de Muammar Kadhafi, on comptait plus de 150 tribus et clans. Sous Kadhafi 11 élections ont eu lieu sur la base tribale avec des députés qui ne défendent pas la communauté nationale. Kadhafi a utilisé les tribus pour identifier les besoins des populations, diffuser ses messages et injonctions révolutionnaires, veiller au développement de la production, donner des racines à la jeunesse bien ancrée dans leurs tribus respectives.

7) le pétrole et une production pétrolière d'importance mondiale, que se dispute les chefs militaires et politiques, les milices, les clans et les aventuriers.

8) dans le no man's land de l'immense sud du pays une immigration clandestine intense, venue d'Afrique noire, encouragée par les mafias locales, qui continue à perturber gravement l'Europe notamment du sud, comme on le sait.

Et on ne parlera pas du chaos économique et des soubresauts de la production.

 

Un homme semble émerger au milieu de ce chaos, le maréchal Khalifa Haftar, s'appuyant sur les forces de défense de Benghazi berceau de la révolution, à l'est, avec leurs capacités organisationnelles depuis la lutte contre le régime de Kadhafi. Haftar peut compter sur le soutien d'une population qui n'en peut plus des attentats, de la violence, des luttes de clans,des risques pour sa vie quotidienne, de la désorganisation ambiante.Il a rallié les Emirats arabes unis, l'Egypte, la Jordanie.

Haftar a été un des "officiers libres" qui ont participé au coup d'état de Kadhafi en 1969, qui a renversé le roi Idriss. Dans la guerre contre le Tchad en 1987 il a été fait prisonnier par les troupes d'Issène Habré. Libéré, il fait défection au régime de Kadhafi ; il ne rentre en Libye qu'en 2011 au moment de la révolution et il commande l'armée de terre. En 2013 il est mis à la retraite, victime des luttes internes pour le contrôle du pouvoir. Et en 2014 il réapparait avec la volonté de reconstituer une armée nationale libyenne avec, d'après ses dires, une seule idée en tête : "pour qu'il y ait démocratie, il faut qu'il y ait paix sociale, sécurité, réconciliation nationale. L'armée professionnelle doit rétablir la sécurité du pays. L'ordre public doit permettre le retour des services de sécurité et de justice dans toute la Libye. La démocratie pourra alors s'appliquer".

La communauté internationale semble lui faire confiance. Elle souhaite tenter la reconstruction du pays avec de vraies élections présidentielles et législatives, en s'appuyant sur le maréchal Haftar et surtout sur une conférence nationale inclusive avec toutes les parties de la composante libyenne, sous l'égide de l'ONU, qui doit déboucher sur une vraie politique de réconciliation.

Aux dernières nouvelles le maréchal Haftar a lancé ses troupes de l'est, vers la capitale Tripoli. Ce que récuse cette même communauté internationale.

On se rappellera pour finir ce tour d'horizon de la situation libyenne que la chute de Muammar Kadhafi a été précipitée par une coalition franco-anglaise, sous l'impulsion du président Nicolas Sarkozy et du premier ministre anglais David Cameron, sous l'égide de l'ONU, de l'OTAN, de la Ligue Arabe, alors que le colonel Kadhafi noyait dans le sang la rébellion contre son régime, dans l'est du pays. François Hollande pour sa part stoppa toutes les actions enclenchées par la France pour accompagner la Libye dans sa transition démocratique, suite à la mort de Kadhafi et au changement de régime. Les mesures économiques pour assurer une transition efficace furent également abandonnées.


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 6 avril 18:19

    Quand Haftar a chassé les jhiadistes vers le Tchad, les mirages 2000 ont pilonné la colonne jhiadiste.

    Après une remonté assez facile pour l’instant il est bloqué à 30km de la capitale par la milice zawiya.


    • JC_Lavau JC_Lavau 6 avril 19:07

      Problème : la narrative OTAN est mensongère depuis le début.


      • Odin Odin 7 avril 12:05

        Bonjour,

        Je pense que cet article est une propagande pour ce « maréchal »

        d’opérette, alors que celui-ci :

        « le maréchal Khalifa Haftar, s’appuyant sur les forces de défense de Benghazi berceau de la révolution »

        Forces qui ont reçu la bénédiction de BHL / Sarkozy.

        « il ne rentre en Libye qu’en 2011 au moment de la révolution »

        Un militaire qui fuit son pays pour se mettre à la disposition d’une coalition qui souhaite détruire son pays, ce n’est rien d’autre qu’un félon responsable de la situation actuelle :

        « la population qui n’en peut plus des attentats, de la violence, des luttes de clans,des risques pour sa vie quotidienne, de la désorganisation ambiante. »

        Où sont les preuves de ce mensonge :

        « alors que le colonel Kadhafi noyait dans le sang la rébellion contre son régime, dans l’est du pays. » 

        Quelques questions :

        Que reste-il des 143,8 tonnes d’or et des milliards d’avoirs financiers gelés à l’étranger qui devaient servir à établir une monnaie commune en Afrique (Dinar/or) pour ne plus utiliser le $ ainsi que le franc CFA ?

        Qui s’occupe de la gestion des hydrocarbures et pour le profit de qui ?

        La situation aujourd’hui est elle toujours la même :

        Sous Mouammar Kadhafi, la Libye était le pays le plus prospère d’Afrique. Le pays était engagé dans un processus de transformation socio-économique important. Le PIB/hab était de 13 300 dollars, soit le 81e rang mondial, avant l’Argentine, l’Afrique du Sud et le Brésil. La Libye a également instauré un programme de prestation sociale lancé en mars 2008 par Mouammar Kadhafi lui-même. La même année, le Guide, comme on l’appelait chez lui, proposait de distribuer les revenus du pétrole directement et de façon égalitaire aux citoyens. Dans le rapport sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) 2010, la Jamahiriya fut félicitée pour les avancées réalisées dans l’exécution du plan mondial visant à réduire la pauvreté et à promouvoir les droits de la personne humaine. La même année, la croissance dépassait les 10 % et le PIB par habitant augmentait de 8,5 %. À la veille de l’intervention de l’OTAN, le pays de Kadhafi a été félicité par le FMI pour ses performances macro-économiques.

        Une enquête intéressante sur un site « complotiste » de Patrick Mbeko :

        https://www.egaliteetreconciliation.fr/Sous-Kadhafi-la-Libye-etait-le-pays-le-plus-prospere-d-Afrique-Entretien-avec-Patrick-Mbeko-50937.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès