• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Réflexions après l’élection présidentielle du 19 novembre 2017 au (...)

Réflexions après l’élection présidentielle du 19 novembre 2017 au Chili

De l'élection présidentielle du 19 novembre qui a vu s'opposer deux méthodes de campagne, on peut tirer un enseignement.

Le candidat de droite S. Piñera a basé toute sa campagne sur les moyens matériels. Effectivement, en plus de la presse écrite dans son ensemble et de bien d’autres moyens de communication, media et sondages notamment, sa candidature a profité de plus de 55 % des ressources financières engagées dans cette élection, ce qui lui a permis d’investir dans une propagande « industrielle » et massive.

En revanche le candidat indépendant A. Guillier, devant le refus de crédit de la part des banques (qui ont été, par contre, très généreuses envers les candidats Piñera et Sanchez), a pris la décision de faire une campagne à l’ancienne. Plusieurs week-ends d'affilée, des dizaines de milliers de bénévoles soutenant sa candidature ont sillonné rues, quartiers et marchés pour développer un contact proche et personnel. Procédé déjà employé avec succès au moment de l’inscription de la candidature indépendante de A. Guillier. En effet, il fallait réunir au minimum 33.000 signatures de non adhérents à un parti politique, et l’action militante quotidienne, populaire et de proximité a contribué à recueillir presque le double du nombre requis.

Et cette élection soulève plusieurs interrogations.

Tous les observateurs s’entendent pour déclarer que tous les instituts de sondage ont failli. Bien que les résultats relatifs aux trois premières places aient été bien prévus, la moitié des pourcentages qu'ils ont donnés s’est avérée erronée, et de manière significative. Ça a été notamment le cas pour les candidatures de Piñera, Sanchez, Kast et Goic.

Le candidat de droite, Piñera, a vu ses résultats à la baisse de près de dix points. Le même écart, mais en sens inverse, s’est produit avec la candidate du Frente Amplio (FA), B. Sanchez. Aussi bien Kast que Goic ont réalisé des scores plus importants que prévu par les enquêtes d’opinion.

L’ensemble des commentateurs, observateurs, spécialistes, envoyés spéciaux français au Chili compris, ont vu leurs prévisions complétement démenties par les résultats. Ce « phénomène » révèle que les politologues, en reproduisant sans réserve ni nuance les résultats des sondages, ont dévoilé leur carence d’analyse de fond. Sans parler des intentions partisanes inavouables de certains de ces analystes.

Aujourd’hui on assiste à des mea culpa publics de la part de certains pronostiqueurs qui, sans le moindre scrupule ont appuyé leurs « analyses » sur les résultats de sondages en vérité peu fiables. Malgré ces aveux la cote de prestige de certains de ces « spécialistes » n’est pas près d’être revue à la hausse. D’après le Collège des Journalistes on est en présence d’une collusion « perverse entre les enquêtes d’opinion et les moyens de communication » ayant pour objectif de déformer la réalité pour influencer le choix des électeurs.

A l'issue du premier tour, les résultats ont fait souffler un vent de doute et d’angoisse dans le camp de Piñera et ont injecté une forte dose d’espoir dans le camp adverse. En effet, si des candidats proches de Guillier - M. Enrique-Ominami, Goic -, ont déjà annoncé leur appui, le FA a prévu de consulter ses adhérents par référendum le 29 novembre quant à l’attitude à adopter. Des négociations programmatiques sont possibles, néanmoins seulement après le référendum. Mais même si ses résultats sont défavorables à un appui à Guillier, beaucoup d’électeurs opteront pour le candidat réformateur.

Si l’on procède à l'addition des pourcentages obtenus par les candidats, on peut s’attendre à un résultat assez serré le 17 décembre. Cependant, même si la participation est souvent moindre au deuxième tour, on peut présager, avant même que les fameux sondages ne commencent à opérer, que le candidat de centre-gauche l’emportera facilement.

Les électeurs du FA, indépendamment de l’opinion de certains dirigeants de ce conglomérat, devraient avoir assez de lucidité pour barrer la route à la droite - les déclarations de quelques-uns des responsables le laissent espérer -, d’autant plus que des représentants du Front ont fait une entrée massive à la chambre des députés. Déjà, le maire de Valparaiso l’a dit : « Beaucoup de gens qui ont voté pour le FA vont voter contre Piñera et non pas pour Guillier ».

La tâche législative et l’efficacité des élus du FA ne seront pas les mêmes si le prochain chef de l’Etat a pour mission d'accentuer les transformations amorcées par l'actuel gouvernement, que si le nouvel occupant de la Casa de la Moneda (palais présidentiel de Santiago) s’attache à faire marche arrière sur toutes ces mesures.

L’élection de dimanche a montré un déplacement à gauche de la société chilienne, démentant au passage l’opinion des analystes qui déclaraient inéluctable la restauration conservatrice de la région. Tous les Chiliens ayant choisi l'une des six candidatures de progrès ont maintenant la responsabilité de bloquer l’arrivée au gouvernement de la droite pour faciliter la poursuite du processus de démocratisation initié dans le pays.

J.C. Cartagena et Nadine Briatte


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • HELIOS HELIOS 25 novembre 00:43

    hmmm... on se demande si les auteurs ont mis les pieds a Santiago et s’ils connaissent la réalité chilienne !


    Aujourd’hui, vendredi, la bourse de Santiago a encore baissé justement parce que Piñera n’a pas atteint le score qu’on pouvait attendre.

    Les chiliens ont tout de suite compris le message, eux qui ont (et auront) une retraite basée sur la valeur de la bourse.
    Ils savent parfaitement que pour leur bien etre futur il faut des investissements chiliens et etrangers dans un pays dynamique. La valeur de marché du cuivre n’est pas suffisante a elle seule.

    Le mandat, qu’on peut qualifier économiquement de catastrophique, ne plaide pas en la faveur du candidat soutenu par Bachelet. L’UF continue de monter allégrement, les prix sont orientés a la hausse et les entreprises exportent plus pour préserver leur marge avec comme consequence d’aligner les prix du marché local sur les marché internationaux.
    Les chiliens qui avaient l’impression de vivre comme le pays leader d’amerique du sud constatent qu’il y a encore loin de la coupe aux lèvres, même si l’immigration non desirée, en particulier les haitiens, vient creer une classe sociale en dessous des plus pauvres donnant la sensation d’une élévation de la classe anciennement la plus pauvre.

    Enfin, psychologiquement, les errements des ministres de Bachelet qui n’ont pas gérés fermement l’aventure de l’acces a la mer de la Bolivie n’aideront pas le candidat de gauche en regard du patriotisme chilien : on ne discute pas de la souveraineté du pays et de ses territoires.. 

    En clair, le Chili n’est pas la France, ni l’Europe... toute analyse basée avec un prisme français ne permet pas de comprendre. il faut aller sur place et voir la réalité... 

    Pour ceux qui lisent l’espagnol et voudraient suivre, je leur conseille de lire sur internet le journal El Mercurio, bien complet et representatif : site www.emol.com


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

BRIATTE


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires