• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Tibet : le 10 mars 2019 marque le soixantième anniversaire du soulèvement (...)

Tibet : le 10 mars 2019 marque le soixantième anniversaire du soulèvement tibétain à Lhassa

Le 60ème anniversaire du soulèvement tibétain du 10 mars 1959 est l’occasion de rappeler la question tibétaine. Partout dans le monde, les Tibétains en exil commémorent pacifiquement ces évènements, de Paris à Bruxelles, pour promouvoir par la non-violence la résolution du conflit sino-tibétain.

JPEG - 52.5 ko
Manifestation à Paris en 2008

Le soulèvement des Tibétains à Lhassa en 1959 fut sévèrement réprimé entraînant l’exil de 100 000 Tibétains en Inde. Au Tibet, plusieurs dizaines de milliers de Tibétains furent tués par les militaires chinois. Des dizaines de milliers furent incarcérés. Un grand nombre de Tibétains sont morts en prison, à la suite de tortures, de travaux forcés ou de la famine. Encore de nos jours, les droits de l'homme au Tibet ne sont pas respectés. Ainsi, les manifestations de 2008 au Tibet furent lourdement réprimées : plus de 200 morts et 5 000 prisonniers, condamnés à de lourdes peines de prisons et à des exécutions. Depuis 2009, au moins 155 Tibétains se sont immolés par le feu au Tibet pour demander la liberté et le retour du Dalaï-lama. Agé de 83 ans, il a mis en place la démocratie pour les 150 000 Tibétains en exil, avant de démissionner de toute fonction politique en 2011. Aujourd'hui, le premier ministre tibétain Lobsang Sangay et les représentants tibétains élus démocratiquement continuent de proposer aux autorités chinoises de dialoguer sur un statut d’autonomie réelle du Tibet, pour la sauvegarde de la culture tibétaine, en association avec la Chine, lui laissant les Affaires étrangères et la défense.

A Paris, vendredi 8 mars 2019 de 15h à 19h, à la salle des Expositions de la mairie du 2ème, 8 rue de la Banque, l’association Étudiants pour un Tibet Libre et le journal ‘Le Courrier du Tibet’, organisent une exposition photo à partir de 15h. Il sera ensuite possible d’assister à une conférence-débat où sera abordée la situation des Tibétains et des Ouïghours en Chine de nos jours, à partir de 16h50 avec la participation de la tibétologue Katia Buffetrille, du journaliste au Monde Brice Pedroletti, et de la sinologue Marie Holzman.

Le dimanche 10 Mars 2019 à 13h30, place du Trocadéro à Paris, nous pouvons aussi démontrer notre solidarité en participant à la manifestation de la Communauté tibétaine en France. Elle sera suivie d’une marche vers l’ambassade de Chine, 20 rue Washington, dans le 8ème.

A Bruxelles, à la même date, dimanche 10 mars 2019, un rassemblement européen est aussi organisé par 15 communautés tibétaines d’Europe avec le soutien d’International Campaign for Tibet Europe et la Swiss-Tibetan Friendship Association. Le rassemblement débutera à 10h30 à la Gare du Nord et sera suivi de 11h à 12h30 d’une marche de la Gare du Nord au Mont des Arts où des discours des représentants du gouvernement tibétain en exil et du Parlement européen, des interventions d’ONG et d’artistes tibétains se dérouleront jusqu’à 16h.

Ce 60ème anniversaire est l’occasion de remarquer les réalisations de la lutte non-violente des réfugiés tibétains : d’une part, ils ont adopté la démocratie, d’autre part, ils ont conservé leur culture. Loin de disparaître, les Tibétains en exil se sont développés. S’ils ne peuvent toujours pas retourner au Tibet en raison des risques d’arrestation, ils gardent l’espoir d’un dialogue avec la Chine quand celle-ci aura évoluée sur le plan de la démocratie et droits de l’homme. A l’issue de négociations entre les Tibétains et les Chinois, nul doute qu’une majorité des réfugiés rentrera au Tibet. 

 


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Alren Alren 6 mars 17:48

    Le soulèvement en question entièrement financé par la CIA avait pour objectif de déstabiliser la Chine à l’exemple de sa tentative actuelle au Venezuela.


    • Paul Leleu 6 mars 18:13

      @Alren

      aujourd’hui les tibétains ne sont plus vraiment à la mode... ils sont même intégrés au « bloc boudhiste » oppresseur dans certains articles de propagande américains... ce « bloc bouddhiste » comprend la Birmanie et la Chine et autres.

      Les nouvelles victimes sont les Ouïgours et les Roynghas, dont personne n’avait jamais entendu parler... en 2013, la Chine a enclenché son projet « Nouvelles Routes de la Soie »... ce projet passe par chez les Ouïgours et les Roynghas... depuis cette époque, les médias ont donc trouvé de nouvelles victimes.

      Les Ouïgours se trouvent sur le tracé terrestre de la Route de la Soie (par le Xinjiang). Les Roynghas se trouvent sur le tracé maritime du « collier de perles » par l’Océan indien.

      Le projet de Gaozoduc sino-iranien passant par le Pakistan vient de déclencher « par hasard » un conflit frontalier au Cacehmir, qui déstabilise le Pakistan, dont les américains ne veulent pas qu’il rejoigne l’orbite chinoise.


    • sls0 sls0 6 mars 17:51

      Dans les années 80-90 j’aidais pour le Tibet en Belgique. Efficace et apolitique.

      Le but à l’époque le Daïla Lama à Strabourg et Bruxelles, on y est arrivé. Chiant et efficace comme des mouches à merde. Technique de salopards, demander aux communes si elles étaient d’accord pour mettre un drapeau tibétain qu’on leur fournirait et prévenir les gendarmes qu’un arrêté royal de 75 n’autorisait les drapeaux étrangers qu’en cas de visite officielle d’un représentant du pays. Le Daïla Lama n’étant pas un représentant officiel, 15 jours de polémique dans les journaux, sacré pub gratis.

      Après s’être mis en place dans la peau des différents interlocuteurs, on s’est aperçu que les tibétains avaient raison ainsi que les chinois. Il suffisait de changer les dates de références historiques.

      C’est plutôt la manière d’appliquer son raisonnement qui passait mal coté chinois.

      Je peux certifier qu’il n’y avait aucun contact ou influence US ou autre étant bien placé pour le savoir.

      Ici je vois que c’est associé aux ouïgours, j’y vois plus de l’anti chinois que de la défense culturelle. 

      Je ne dirais pas que c’est du copié/collé du département d’état US, mais essayez de vous démarquer.

      Analysez en regardant les différentes visions, faites vous un but apolitique.

      C’est quoi votre but au fait ?

      Si c’est que les tibétains puissent vivre leur culture sans entraves ça me va.


      • Tibet Libre Tibet Libre 6 mars 23:24

        @sls0 Le but est expliqué dans l’article : outre apporter des informations, il s’agit de promouvoir les négociations entre les Tibétains et les Chinois. Concernant les Ouïghours, c’est dans le programme de la conférence-débat à la mairie du 2e arrondissement (Turkestan oriental)  : http://www.a-e-t.org/documents/8mars2019Paris.jpg
        Bien à vous. 


      • Ouallonsnous ? 7 mars 06:50

        @Tibet Libre

        Vous ignorez volontairement que le Tibet est une province autonome de la République populaire de Chine, où vous vous faites les coursiers de la NED/CIA/Département d’état US ?


      • Tibet Libre Tibet Libre 7 mars 23:02

        @Ouallonsnous ? Le Dalaï-lama a déclaré en 1988 à Strasbourg qu’il cherchait une véritable autonomie pour le Tibet, dans une proposition appelée la « voie médiane ». Le parti communiste chinois a rejeté sa proposition, qui est soutenu par nombre de membres de la communauté internationale, notamment les États-Unis et l’Union européenne. Son successeur, Lobsang Sangay reprend la même proposition, malheureusement sans réponse du gouvernement chinois. 


      • Ouallonsnous ? 11 mars 16:36

        @Tibet Libre

        Quelle est la légitimité du Dalaï Lama, pantin manipulé par les anglo-européo-yankees ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès