• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Autres moeurs

Autres moeurs

Cette maladie de l’accusation qui laisse toujours des traces, même se révélant infondée, est inhérente à sa circulation accélérée par le Net et à la multiplication des sites dédiés. Le progrès montre dans ce domaine comme dans beaucoup d’autres ses limites, surtout devrait engager à certaines disciplines, un développement de l’esprit critique, une réserve. Les reprises immédiates de telles informations par les réseaux sociaux plus ou moins partisans ne font qu’amplifier la dérive.

Médiapart fait partie de ces sites qui essayent d’attirer la « clientèle », c’est payant, par de l’info « exclusive » et provocatrice.

La « chasse » déclenchée contre Jérôme Cahuzac et son hypothétique compte en Suisse, ou ses villas ici ou là est détestable comme le furent d’autres hallalis vis-à-vis de membres de l’ancien gouvernement.

Cahuzac fait face, soutenu par Ayrault et l’ensemble du gouvernement de gauche, tout comme il y a quelques mois la droite défendait les accusés de son camp. Le film change assez peu et comme toujours on en appelle à la justice de son pays. Quel que soit le verdict de cette pauvre justice, mise à toutes les sauces ; il interviendra bien tard et même s’il est « positif » pour le plaignant ; il sera politiquement obsolète et le mal sera fait.

Dans l’épisode actuel qui touche le Ministre du budget socialiste Cahuzac, une seule différence avec des épisodes antérieurs mérite d’être soulignée. Quand la droite était au pouvoir, Médiapart s’ornait d’une « reliure Biblique » pour l’opposition de gauche : c’était dans Médiapart, donc c’était la vérité révélée. Il semblerait que tout à coup les appréciations changent sur la qualité du média. Pour ce qui me concerne elle reste la même : du Plenel, c’est tout dire ! Autre changement on entend guère les mots démission" pour vous défendre !

Je réitère, ces pratiques sont détestables. En revanche la scène « éternelle » de l’arroseur arrosé est toujours aussi drôle. Rappelons qu'Eric Woerth était également ministre du budget, le poste serait donc à hauts risques, qu’il n’a pour l’instant été condamné pour rien ; qu’il demeure pourtant coupable pour le plus grand nombre et que Mr Cahuzac ne fut pas parmi les derniers à lui jeter la pierre.

Woerth, lui, prend la défense de Cahuzac. L’ancien ministre du Budget de Nicolas Sarkozy, était en fonction au moment où aurait été évoquée, à Bercy, l'existence du compte secret supposé de l'ancien député PS par Rémy Garnier, un « vérificateur » fiscal du Sud-Ouest. « Rien, ni mon directeur de cabinet ni moi n'avons jamais entendu parler d'un tel compte. » « Je ne vais pas crier avec les loups », confirme Éric Woerth … Autres mœurs !

Ainsi, une fois de plus attendons la suite ! Puisque c'est ainsi que l'on fait de la politique de nos jours. Si toutefois, comme le prétend toujours M'ame Daube ou encore M'ame Michu, "il n'y a pas de fumée sans feu", le coup contre Cahuzac doit partir de son propre camp : "protège-moi de mes amis, mes ennemis je m'en occupe"

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • Yohan Yohan 6 décembre 2012 10:32

    Médiapart, c’est la presse puante, méchante. Balancer pour faire du pognon. Dans le genre , le Canard, à côté, c’est presque bisounours. J’aurai toujours plus confiance dans le deuxième.


    • devphil30 devphil30 6 décembre 2012 11:34

      C’est sûr que Woerth est un saint qui n’a jamais rien fait de mal ......


      Si Médiapart sort une info , c’est pas pour du flan quoique l’on pense de ce journal , il dérange car c’est encore un des seuls et derniers à faire sortir des affaires , c’est un des seuls et derniers a oser braver le pouvoir , à ne pas être asservi aux intérêts politique et financier.

      Je dis BRAVO à MEDIAPART au moins les politiques sont incités à être intégre sinon l’épée de Mediapart les menace de révéler leurs magouilles et arrangements et je suis certain qu’elles sont très nombreuses.

      Ne parlez pas de droite ou gauche , mais de magouille qui doivent être révélés et c’est très bien.

      Quand dans votre profil vous indiquez avoir un blog libre affranchi ouverts à toutes les voix impertinentes , je suis très étonné de la teneur de cette article qui est en contradiction avec ce que vous semblez défendre

       
      Philippe 

      • Mycroft 6 décembre 2012 12:13

        Il y a tellement d’abus de la liberté d’expression que condamner ici Mediapart, qui fait pourtant un travail de journalisme. Il n’est pas acceptable qu’une telle affaire soit tue. Bien sur, s’il s’agit de calomnie, alors il doit y avoir sanction. Ça tombe bien, c’est ce que la loi prévoit.

        Les citoyen sont égaux devant la loi, mais cette même loi tiens compte des circonstance. Un geek de base qui tue quelqu’un pour se défendre est moins inquiété qu’un boxeur professionnel qui fait de même. C’est tout à fait logique.

        De même, un personnage publique, influent, ne doit pas bénéficier du même degré d’indulgence vis à vis de la population. Que les juges le traitent comme le veut la loi et qu’on ne les enferme pas si on manque de preuve est une chose, mais que ce soit à eux de prouver leur innocence s’ils veulent être élu, c’est autre chose.

        La seule chose vraiment désolante dans ces histoires, c’est que, malgré tout, les gens continue à voter pour des gens qui sont peut être coupable de chose gravissime.


        • devphil30 devphil30 6 décembre 2012 13:01

          Cahuzac a été nommé ministre mais effectivement il a eu des mandats électoraux.


          Le problème dans cette histoire qui c’est qu’il prend comme défense la position tenue précédemment par Woerth de déni si il s’avère que les faits sont exacts , Cahuzac sera discrédité.

          Soit en son âme et conscience , il sait que c’est vrai et alors il prétexte pour sa défense de démissionner soit c’est faux mais il n’a aucun moyen d’avancer des preuves qu’il n’a pas ou qu’il n’a pas eu de compte à l’UBS.

          Je doute que Médiapart sorte un article sans avoir de preuve et ce n’est pas leur genre de faire du racolage pour vendre.

          Je pense que Cahuzac a du souci à se faire et la droite va se délecter de cette situation.

          Le financement de son appartement semble être litigieux aussi.

          C’est vraiment une honte ces politiciens de tous bords intéresser uniquement a contourner les lois qu’ils promulgent

          Philippe 





        • mic0741 mic0741 6 décembre 2012 17:18

          Je ne veux pas prendre parti, mais, objectivement, si l’on en croit l’article de Sud-Ouest, les éléments d’accusation me paraissent bien minces. Et même si cette conversation était authentifiée, la loi française interdit-elle à un français d’ouvrir un compte en Suisse ? je ne le crois pas. Elle impose seulement de déclarer des transferts à l’étranger supérieurs à 10000 Euros - me trompe-je ?

          Donc : avait-il un compte en Suisse ? si oui, de combien était-il approvisionné ? Sinon, JC ne pourrait être accusé que de mensonge en niant avoir eu un compte en Suisse.
          Dans l’état actuel de l’instruction journalistique, cette accusation ne s’apprenne-t-elle pas à de la volonté de nuire ?
          Le problème c’est qu’il est beaucoup plus difficile de prouver son innocence que de se faire accuser.
          Je ne nie pas à Mediapart le droit de mettre au grand jour des affaires douteuses, mais n’y en a-t-il pas de plus graves que celle-ci ? Je crains bien que oui, mais dont il serait peut-être considérablement plus risqué de parler ! La France n’est-elle pas classée au 22e rang mondial des pays les moins corrompus ?

        • BA 6 décembre 2012 14:23
          Jeudi 6 décembre 2012 :

          Enregistrement clandestin : Jérôme Cahuzac pris dans la tourmente.

          « Ça me fait chier d’avoir un compte ouvert là-bas, l’UBS c’est quand même pas forcément la plus planquée des banques (...). Surtout qu’il n’est pas exclu que je devienne maire au mois de mars, donc je ne tiens vraiment pas du tout à ce qu’il y ait la moindre ambiguïté. »

          Se pose naturellement la question de l’authenticité et de l’origine de cette bande-son. Celui qui la détient a toujours confié depuis des années à son proche entourage et quelques amis sûrs qu’elle résultait d’un incroyable scénario.

          Les propos attribués à tort ou a raison à Jérôme Cahuzac remonteraient à l’époque où le ministre s’apprêtait à briguer avec succès la mairie de Villeneuve-sur-Lot, vers la fin de l’année 2000. Jérôme Cahuzac, alors qu’il était semble-t-il dans les locaux de l’Assemblée nationale, aurait eu une conversation avec une personnalité du Lot-et-Garonne.

          Après avoir raccroché, il aurait fait une fausse manœuvre et rappelé son interlocuteur sans s’en apercevoir et sans que ce dernier ne s’en rende compte. C’est un peu plus tard que son correspondant aurait découvert en écoutant son répondeur les fameux propos que Jérôme Cahuzac aurait tenu à une personne présente à ses côtés.

          Selon nos informations, après les avoir fait extraire de son répondeur par un expert, son interlocuteur les aurait fait déposer chez un notaire. Selon toute vraisemblance, l’original de la fameuse bande-son se trouve aujourd’hui en Lot-et-Garonne. L’utilisation de cette conversation piratée ne va pas sans poser des difficultés juridiques.

          Raison pour laquelle son détenteur, honorablement connu, refuse toujours de dévoiler son identité. Mais pourra-t-il résister longtemps à la pression médiatique et à la nécessité de vérifier si cette bande-son est authentique ou pas ?


          • Romain Desbois 6 décembre 2012 15:22

            En lâches qu’ils sont les français aiment lyncher ceux qu’ils ont mis au pouvoir. Ils aiment avoir quelqu’un à détester, ca donne de l’intérêt à leur petite vie triste et mesquine.

            Enfin pas tous les français... les autres aussi smiley


            • jmdest62 jmdest62 6 décembre 2012 16:12

              Pauvre Jérôme ...aller mettre son fric chez UBS , il aurait du écouter son frangin (Antoine) : HSBC est nettement plus performant dans les montages « off-shore » :

              "......Antoine Cahuzac connaît bien les grandes entreprises puisqu’il a été responsable de la direction des grands clients de HSBC France en 1998, ainsi que le secteur de l’énergie : il a été co-responsable du secteur ressources naturelles et Utility pour les grands clients à Londres pour HSBC dans le monde, et patron de la division Global Banking à Dubaï pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord......."

              @+


              • MARMOR 6 décembre 2012 16:28

                si tu n’es pas coupable, Cahuzac, applique le vieux proverbe tuareg : « le chien aboie, la caravane passe ». S’il y a un doute, tu t’insurges et tu montes au créneau. Alors ? pour le moment, tu montes au créneau........ Si tu n’as rien à craindre, laisse dire, ton poste n’est pas en danger, le soufflet se dégonflera tout seul, mais sinon. Woerth, en place au budget, n’a jamais eu d’informations concernant Cahuzac . En aurait-il eu qu’il n’aurait pas bougé une oreille ! Les loups pratiquant la même chasse, ne se mangent pas entre eux. Quand il s’agit d’argent et d’honorabilité, les clivages politiques sont vite oubliés. Les protetations de la gauche, dans l’affaire Woerth ont été bien molles, surtout pour l’hipporome d Compiegne


                • Michel DROUET Michel DROUET 6 décembre 2012 19:04

                  Une vaguelette dans la tourmente médiatique, dans la course au scoop vrai ou faux...

                  Compte tenu des délais « d’instruction » de ce genre d’affaire (cf Woerth), l’intéressé n’a juste qu’à attendre que se calme cette « tempête » et nous à attendre la prochaine info « digne de foi » qui discréditera pour un moment, un moment seulement, telle ou telle personnalité au nom du « droit d’informer », etc, etc,...


                  • BA 6 décembre 2012 21:40
                    Compte suisse : Cahuzac aurait un moyen simple d’écarter les soupçons.

                    Mediapart accuse Jérôme Cahuzac d’avoir eu un compte en Suisse, dans la banque UBS. Le ministre du Budget, estimant son honneur atteint, a indiqué qu’il allait poursuivre notre confrère en justice. Avec des mots très forts :

                    « Je n’ai pas, je n’ai jamais eu de compte à l’étranger. »

                    Il y aurait un moyen assez simple pour le ministre de pulvériser les soupçons : délier l’UBS du secret bancaire.

                    C’est ce qu’avait fait l’essayiste Alain Minc en 2004. A l’époque, dans le cadre de l’affaire Clearstream, un corbeau avait publié une liste de personnalités ayant prétendument touché de l’argent de façon illégale. Il y figurait (la liste se révèlera bidon). Le 9 juillet, Alain Minc avait écrit au juge Van Ruymbeke pour affirmer qu’il autorisait :

                    « Tous établissements bancaires suisses, luxembourgeois, ou sis dans un autre Etat étranger à fournir toutes informations et tous documents sur le ou les compte(s) prétendument ouverts auprès d’eux. »

                    Si Jérôme Cahuzac est soupçonné à tort, une telle déclaration permettrait d’éloigner les soupçons avec bien plus d’efficacité que tous les démentis outragés. Pas besoin d’un juge pour cela : il lui suffit d’une lettre recommandée à la banque suisse concernée, en l’occurrence l’UBS.

                    L’UBS refuse de commenter publiquement l’affaire, jugée sensible. Mais un banquier suisse me confirme la règle :

                    « La loi nous interdit de dire si une personne est cliente ou bien n’est pas cliente chez nous. La seule possibilité dans laquelle nous sommes autorisés à le faire, c’est le cas où cette personne nous délie explicitement de cette obligation. Si Jules Tartempion nous autorise à dire à un média qu’il a chez nous un compte, ou bien qu’il n’a pas de compte, nous pouvons le faire sans déroger à la loi. »

                    A vous de jouer M. Cahuzac...



                    • Romain Desbois 7 décembre 2012 00:02

                      Il me semble que ton banquier est peu averti des lois, car le fisc et la justice peuvent aussi forcer une banque à donner le nom de ces clients et de la totalité.


                    • thierry3468 7 décembre 2012 08:54

                      Certains semblent regretter que la presse ne soit pas muselée ,réduite à exposer les faits divers,faire la promotion des gouvernements ,parler de la pluie et du beau temps ,et surtout nous faire découvrir le collectionneur de boutons de culotte du coin ....Médiapart fait son boulot d’investigation ,tape à droite ,à gauche....Qui a oublié la photo de Coppé dans la piscine d’un certain trafiquant d’armes ....Cahuzac peine à se défendre ,se prend les pieds dans le tapis Triste spectacle pour des politiques qui jouent les donneurs de leçon aux Français.....


                      • gaston gaston 8 décembre 2012 00:40

                        Pour qui roulez-vous cher ami pourfendeur de Médiapart ? Il est heureux qu’une presse

                        d’investigation existe.« Le Canard » existe ,lui,depuis longtemps.Il est absent du « net ». Pourtant
                        tout au long de son impressionnante carrière,il en a dénoncé des scandales !
                        Quelle presse voulez-vous cher ami ? Celle du « tout va très bien Madame la Marquise »
                        Patientez un peu. Elle est réhabilitée en Hongrie...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires