• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > France Inter. L’éditorialiste Thomas Legrand dénonce « le cercle de (...)

France Inter. L’éditorialiste Thomas Legrand dénonce « le cercle de la raison et du mensonge » (23/01/19)

Les Français persistent à déclarer leur défiance vis-à-vis du travail des journalistes qui se plaignent eux de la toxicité des fake-news dont ils seraient le remède. Un vrai ou un faux débat ?

Thomas Legrand s’interroge sur les difficultés du métier de journaliste. Il se sent victime et piégé par les multiplications de fakes-news mais pas concerné. Les vérités seraient devenues relatives et les diffuseurs difficiles à disqualifier parce qu’ils renvoient leurs contradicteurs à leurs propres pratiques et leur partialité. Thomas semble un peu découragé et pessimiste. Pourtant, il connaît le conte "Pierrot et le loup". A force de mêler avec une élégante maîtrise rhétorique la réalité des faits et la subjectivité de leur interprétation, à force d’attirer l’attention sur certains points en évitant d’autres qui y sont associés. Même avec de l’habileté, la crédibilité s’effrite et le doute s’installe. Ce n’est pas une contorsion déontologique de plus qui va rendre le contorsionniste plus crédible.

 Il y a pourtant des gestes simples que vous connaissez parfaitement. Dire son opinion comme une opinion assumée, l’expliquer, proposer une analyse fondée sur des faits établis, vérifiables et des arguments charpentés. Pas juste une sélection de faits mis en scène dans le choix d’un contexte approprié au service d’une opinion ou d’un jugement. Avec comme label de qualité, une forme d’évidence associée à la supériorité d’un savoir ou d’une position. La simple et claire distinction des faits et du point de vue comme une ouverture à la réflexion et au débat. Un des outils de base du journalisme.

Ne pas se contenter de dénoncer les mensonges du Rassemblement National à propos du traité franco-allemand mais dire aussi que c’est une propagande mensongère qui répond à une autre propagande qui tente de cacher son jeu par exemple. Cela évite de se faire instrumentaliser par tel ou tel camp et enrichit le débat démocratique. Et bien sûr, ne pas le faire une seule fois pour être dédouané mais à chaque fois que le sujet se présente. En ne le faisant pas, vous confortez en réalité les deux parties et la perpétuation de leurs jeux. Le citoyen qui n’est pas qu’un gentil auditeur que l’on remercie s’y retrouvera mieux et se sentira plus respecté.

 Citoyen Legrand, avec tes confrères, exerce simplement ton métier tel que d’authentiques chartes de journalisme le prescrivent et déroule tes arguments et analyses. Tu n’échapperas pas à la controverse mais tu seras respecté et écouté.

En principe, dans le service public, tu es au bon endroit. Prends garde avec tes collègues. A force de ne plus savoir si tu es un journaliste ou autre chose, d’autres vont se charger à leur façon de faire le boulot que tu fais. Comme Schiappa et Hanouna avec leurs offres de service.


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • Le Sudiste Le Sudiste 24 janvier 16:40

    J’ai presque essuyé une larme.

    C’est vrai que la vie de collabo ou de pute du système est difficile.


    • JulietFox 25 janvier 12:47

      @Le Sudiste
      Hier soir par exemple Arte a« reporté » la grève des enseignants, et a montré une comparaison des salaires des enseignants Français et Allemands.
      Sur la 2 Mâme Lapie qui chante (la gloire macronniste) n’a fait qu’effleurer le sujet et ne surtout pas comparer, car c’était fâcheux.
      Allemagne 44 800:an...France 24500/ an.
      C’est vrai que chez nous il n’y a que des fainéants, des kinesonrien, etc...


    • Le421 Le421 25 janvier 20:49

      @Le Sudiste
      TSS TSS TSS !!
      Allons, voyons !!
      Vu que les journalistes (msm) disent tous la même chose, ils ne peuvent que dire la vérité, voyons... Celle de l’AFP !!
      Le journalisme d’investigation est mort et enterré.
      Je me demande comment fait Élise Lucet !! Ceci dit, ça lui a chauffé au cul quelques fois... Les pétitions ont atteint des sommets !!
      Reste aussi le Canard... Sinon, c’est « peau de balle et variétés » !!


    • Le Sudiste Le Sudiste 26 janvier 11:51

      @Le421
      « Le journalisme d’investigation est mort et enterré. »
      Pas tout à fait. Aujourd’hui Il n’y a pas (ou très peu) de journalistes d’investigation dans les médias dominants.
      Aujourd’hui, ceux qui « investiguent », ce sont des citoyens, ils sont sur Internet et en fait ils cherchent d’abord à essayer de comprendre le monde qui les entoure.

      Aujourd’hui, les journalistes d’investigations sont quasiment tous indépendants, leurs enquêtes sont des bouquins que très peu achètent entre autre parce que personne ne les connait. Et mieux, ces mecs ne sont que très rarement soutenus par ces cloportes qui se font passer pour des journalistes. Et quand ces cloportes en parlent c’est souvent en plus pour les déglinguer vu qu’ils amènent une version des faits qui ne correspond pas aux objectifs de cette valeureuse presse libre et indépendante.

      Elise Lucet aurait effectivement un petit côté extraterrestre au milieu de ce cloaque. Mais pas tant que ça en fait même si elle doit être un peu transgenre vu la paire de couilles qu’elle cache sous sa jupe !
      Mais le problème c’est que cette femme peut donner l’illusion que le travail journalistique est fait, que les journalistes n’ont pas peur, qu’ils sont courageux... et ce n’est pas du tout le cas. Il suffit de penser par exemple à Jean-Michel Aphatie... qui d’ailleurs s’était fait déglinguer sur Agoravox quand il était venu nous expliquer il y a maintenant plus de 12 ans (et oui, déjà) la différence entre « Journaliste professionnel et journaliste citoyen ».

      La presse n’est pas, ou n’est plus si tant est qu’elle l’ait déjà été un jour, un contre pouvoir. Aujourd’hui la presse est financée en partie par les impôts d’un peuple à qui ils mentent du matin au soir à hauteur de 40 000 euros par an et par journaliste. C’est la voix du pouvoir, la voix de l’écrasement des peuples, la voix qui protègent le pouvoir qui organise ces massacres rituels que sont le 11 septembre 2001, Londres en 2005, le Vendredi 13 au Bataclan etc...).
      Et pour le coup, quand on pose la question à Elise Lucet sur le 11 septembre quelques mois après le Vendredi 13, je trouve ses réponses pour le moins surprenantes compte tenu de l’enjeu que représente la connaissance par les peuples de ceux qui s’ingénient à les massacrer pour accélérer la venue du Messie... 

      S’il a été vivant un jour, le journalisme est sans contestation possible mort dans les mois qui ont suivi le 11 septembre et il faut souvent remonter avant cette date pour avoir un travail courageux et réellement indépendant.
      Néanmoins, il reste donc quelques journalistes d’investigations qui ont encore le courage et la force d’affronter les emmerdes que leur amènent leurs enquêtes.

      Alors je ne suis pas trop calé en permaculture ou en plongée sous-marine, m’étant plutôt intéressé aux sujets les plus abjectes et donc ceux déterminants pour comprendre la réalité du pouvoir, ses objectifs, ses moyens...

      Quelques exemples rapidos qui me viennent en tête sur certains de ces sujets :
      Serge Garde « Outreau, l’autre vérité »
      Elise Lucet / Pascale Justice en 1999 « Viols d’enfants : la fin du silence »
      Jean-Loup Izamber « 56 » sur le soutien français dans l’organisation et la création du terrorisme « islamique »
      Denis Robert « Les prédateurs » ou sur l’affaire Clearstream...
      Et puisque qu’on y est, un documentaire que j’ai revu récemment d’Yves Boisset « Les mystère sanglants de l’Ordre du Temple Solaire. »

      Mais n’oublions pas aussi que l’on n’est pas tout seul et que si la presse française est certainement l’une des plus collabo de part sa composition, il y a aussi des journalistes qui bossent dans d’autres pays confrontés à la même destruction de leur peuple et de leur société.



    • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 27 janvier 04:42

      @Le Sudiste
      C’est vrai que la vie de collabo ou de pute du système est difficile.

      Mais cette vie facile et tellement agréable , il est très difficile de s’en affranchir comme toutes les addictions.

      Alcoolique, héroÏnomane du pouvoir quelle belle posture, n’est pas journaliste qui veut .
      Seul quelques uns en sont réellement, de vrai journaliste, notamment Denis Robert....98 % des prétendants et prétendantes ne sont que des collabos bon pied bon oeil....  

      La règle à respecter qui fait la différence ’ Publier un document que personne ne veut voir ’ ....


    • samy Levrai samy Levrai 24 janvier 16:49

      France Inter et la charte de Munich de 1971... ça ne colle pas du tout, du tout, c’est une radio de pure propagande , mais c’est le cas pour la totalité des médias de masse chez nous, les danseuses du CAC40 quand ils ne sont pas « publics », subventionnées par les gueux en partie ou en totalité.


      • Le421 Le421 25 janvier 20:49

        @samy Levrai
        France Inter = Radio Paris
        A quelque chose près...


      • Arthur S François Pignon 24 janvier 16:52

        Excellent.

        Le premier mensonge du système dont 90% des journalistes actuels sont les scribes, les goûteurs et les oracles, consiste à présenter les intérêts privés des familles les plus puissantes comme les intérêts du pays, et donc de la population !

        Toutes les analyses économiques présentées au JT ou dans les colonnes des quotidiens et des magazines à de rares heureuses exceptions, consistent à examiner la « croissance », le « PIB » et les fluctuations des marchés commerciaux et boursiers qui sont des indicateurs sur la profitabilité du capital et non pas une mesure de la bonne santé d’une économie dont le but serait de satisfaire les besoins de la population évoquée plus haut.

        Le discernement de cette même population s’améliorent, il est de plus en plus difficile de la convaincre qu’elle doit tout faire pour le bien de ceux qui lui tondent la laine sur le dos.

        La presse se comporte comme les commerciaux des banques qui argumentent auprès de leurs bons clients pour les convaincre d’acheter les produits financiers qui sont tellement bons pour la banque que ce sont justement ceux qui souscrivent qui sont grugés en croyant faire des affaires. CF livret A et subprimes.


        • Albert123 24 janvier 17:10

          « Citoyen Legrand, avec tes confrères, exerce simplement ton métier tel que d’authentiques chartes de journalisme le prescrivent et déroule tes arguments et analyses. Tu n’échapperas pas à la controverse mais tu seras respecté et écouté. »


          Quand cette génération de journaliste aura passé l’arme à gauche nous jetterons une oreille discrète à leurs successeurs, juste pour voir si le ton change ou pas.


          en attendant écouter des perroquets rabâcher les « fake news » de l’AFP n’a aucun intérêt. Je peux les lire tout seul.


          Pas besoin d’écouter des gens subventionnés par un état totalitaire et criminel, que ce soit dans le secteur de la presse, de la culture, de la TV ou du cinéma.


          ce monde là peut et doit crever, pour permettre à la civilisation française de renaître enfin.





          • Nowhere Man 24 janvier 19:08

            @Albert123
            « Quand cette génération de journaliste aura passé l’arme à gauche.. »

            Mon pauvre ami, ils sont increvables : Elkabbach 81 ans ! etc.

            Et quand ils se barrent ils sont remplacés par plus minables : Cohen/Demorand...Guetta/Haski là c’est du très lourd :

            https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/asselineau-se-fache-contre-france-80257


          • Albert123 25 janvier 13:50

            @Nowhere Man

            increvable ou pas, rien n’oblige à les écouter.

            la mort médiatique est peut être pire que la mort pour ces types là, 

            un exemple concret, pour l’avoir lu en décembre, Christophe Barbier qui réclamait la fin de la redevance TV pour que les gens continue gratuitement d’écouter ses fadaises.

            d’après vous avec une réaction pareille qui à le plus besoin de l’autre, m’est avis que le public est moins dépendant de Barbier que Barbier du public.


          • Attila Attila 24 janvier 17:58

            « En principe, dans le service public, tu es au bon endroit »

            Le service public est aux mains du gouvernement qui est lui-même aux mains des mêmes qui possèdent les médias privés :

            Pas de différence en pratique.

            .



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Octave Lebel


Voir ses articles







Palmarès