• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Numerama vs Raptor Dissident : Face à la haine, Tipeee doit-il renoncer à (...)

Numerama vs Raptor Dissident : Face à la haine, Tipeee doit-il renoncer à sa neutralité ?

Le magazine Numerama vient de publier, le 25 juin, un long article intitulé « Fiscalité obscure, haine et conspirations : les ombres de Tipeee, le meilleur ami des YouTubeurs ». Il traite de la face sombre de la plateforme française Tipeee, qui permet aux internautes de « laisser un pourboire » (« to tip » en anglais) à près de 21 000 créateurs de contenus, en particulier des vidéastes œuvrant sur YouTube. Je passe sur l'aspect fiscal de l'article. C'est l'autre aspect qui m'a interpellée, celui qui traite des contenus que Tipeee, selon Numerama, devrait censurer.

La journaliste stagiaire Fleur Labrunie pointe du doigt ceux qu'elle nomme les "créateurs de haine" et aussi les "conspirationnistes". Dans la première catégorie, elle cite le Raptor Dissident et Yann Merkado (racialiste, opposé au métissage), qui publie sur le site d’extrême droite Suavelos (aux côtés notamment de Daniel Conversano). Dans la seconde catégorie, elle cite Nuréa TV, une Web TV centrée sur le paranormal, L’esprit Viking, Stop Mensonges, Thierry Casasnovas, et Patrice Pooyard, auteur du documentaire La Révélation des Pyramides. Ce qui dérange la journaliste de Numerama, c'est que ces contenus soient financés par les contributeurs Tipeee. Sans ce financement, ils pourraient enfin disparaître.

Elle déplore que les auteurs qui ont été bannis de YouTube ne le soient pas de Tipeee. Ainsi, Yann Merkado a été suspendu de Twitter, de YouTube et l’est régulièrement sur Facebook ; mais Tipeee ne l'a pas encore banni, ce qui constitue selon elle une anomalie. Sur ce sujet, le directeur général de Tipeee, Samuel Nomdedeu, a un discours clair. Face aux plaintes qu'il a déjà reçues, concernant la présence de personnalités controversées comme le Raptor Dissident, il avance l’argument de la neutralité des plateformes sur internet :

« N’importe qui a le droit de créer une page Tipeee. À partir du moment où nos règles et conditions générales sont respectées et que personne n’a été mis en cause par la justice française sur un contenu, nous n’avons pas vocation à sélectionner les créateurs en fonction de ce qu’ils pensent. Nous ne sommes pas politisés, nous n’avons pas vocation à faire de l’éditorialisation, nous sommes un outil de collecte. »

« La liberté d’expression est donc au cœur de leur activité », écrit la journaliste, en semblant le regretter. Marie Turcan, rédactrice en chef adjointe de Numerama, ne fait pas, quant à elle, mystère de son opinion sur la question : la neutralité des hébergeurs, c'est dépassé, il faut l'enterrer.

Plusieurs Youtubeurs contactés par Numerama pointent « les lacunes de la justice française. D’après eux, si les contenus problématiques étaient plus souvent et mieux condamnés, Tipeee serait moins frileux à l’idée de faire fermer ces pages ». En effet, comme le dit Samuel Nomdedeu, qui ne prétend pas se substituer à la justice : « Si même la justice française ne condamne pas des contenus ou des personnes, ce n’est pas nous qui allons le faire. »

L'article évoque ensuite, avec une certaine bienveillance, la recours de plus en plus fréquent à la « censure privée », c’est-à-dire lorsque des acteurs privés se substituent à l’autorité judiciaire. Et la journaliste de s'interroger : « faut-il continuer à condamner (de manière lente et souvent insuffisante) les sites hébergeant de la haine ou faut-il, à l’aide d’une législation, leur conférer pouvoirs et devoirs renforcés ? »

De telles prises de position pourraient surprendre si l'on oubliait ce que nous rappelle Wikipédia, à savoir que Numerama a changé de ligne éditoriale depuis le départ, en octobre 2016, de son fondateur Guillaume Champeau : à ce moment-là, le site « s'éloigne de son orientation libertaire, alternative et adepte du logiciel libre pour s'ouvrir à de nouvelles thématiques sur la science, l'économie numérique et la pop-culture (films, musique, séries télévisées), avec un focus sur l'actualité des entreprises de la Silicon Valley ».

Les lecteurs de cet article, notons-le, ont majoritairement exprimé leur désapprobation dans les commentaires :

JPEG - 280.4 ko

Ce qui dérange aussi Numerama, c'est que des contenus conspirationnistes ou pseudo-scientifiques soient rangés, sur Tipeee, dans la catégorie « Journalisme ».

Ainsi, lorsque l’on clique sur la catégorie « journalisme  » de Tipeee, Nuréa TV apparaît parmi les 10 premières occurrences. Si l'on visite ce site, on se trouve en présence de contenus sur les lignes de la main, les crop circles, la télépathie, l'ufologie, les vies antérieures, les fleurs de Bach, ou encore les êtres spirituels, « qu’ils soient intra-terrestres, solaires, angéliques et archangéliques, devas, maîtres ascensionnés, dragons ou encore galactiques… » Difficile en effet de parler de journalisme avec de tels sujets, qui semblent assez peu sérieux et relèvent plus de la foi que de l'enquête expérimentale et rationnelle. 

Si l'on peut être d'accord pour dire qu'il y a un problème de catégorisation de ces contenus sur Tipeee, faut-il pour autant souhaiter qu'un site comme Nuréa TV ne puisse plus être financé par son public, comme semble le faire Numerama ? 

« D’autant plus qu’une proposition de loi très discutée est actuellement étudiée par les députés français, et définit ainsi une fausse information : "Toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable constitue une fausse information". Le faux semble proliférer sur ces pages. »

La journaliste de Numerama ne se rend peut-être pas compte de l'énormité de son propos, consistant à vouloir interdire l'expression du faux, ou du non vérifiable. Car, à ce titre, il faudrait interdire l'expression des religions (autrement plus invraisemblables que la plupart des théories du complot), de toutes les spiritualités, voire même des scientifiques anticonformistes, pourtant essentiels au progrès de l'humanité, comme l'explique un article de la biologiste Amandine Bery, paru le 25 février 2018 dans The Conversation :

« Parmi les chercheurs, ils sont peu nombreux à remettre en cause les dogmes et à prendre le risque d’être attaqués, voire marginalisés par leurs pairs. L’histoire est riche, pourtant, de ces scientifiques qui, comme Albert Einstein ou Marie Curie, sont sortis des clous et ont révolutionné leur discipline.

La sélection naturelle semble privilégier le conformisme chez les individus. En même temps, l’évolution préserve une minorité aux idées hors normes, dont la créativité pourrait bien conditionner, ni plus ni moins, la survie de l’espèce. Le mathématicien Cédric Villani et l’ingénieure Thanh Nghiem appellent à valoriser ces individus atypiques. Ils estiment que ceux qu’ils ont rebaptisés les « crapauds fous » sont les plus à même d’inventer de nouveaux modèles dans un monde secoué par le changement climatique, le bouleversement numérique et le terrorisme.

(...) Parmi les chercheurs d’aujourd’hui, on voit se dessiner des profils dont les idées suscitent des réactions de rejet chez leurs confrères. Notamment dans des domaines polémiques comme celui de la maladie de Lyme, infection de plus en plus fréquente transmise par les tiques. Un scientifique solide comme Christian Perronne, spécialiste des maladies infectieuses et tropicales, se retrouve par exemple sous le feu des critiques parce qu’il réclame la reconnaissance d’une forme chronique de la maladie.

Pendant une dizaine d’années, ce professeur à l’université de Versailles-St Quentin en Yvelines a mené un combat solitaire, dénonçant l’abandon dans lequel se trouvaient les personnes souffrant d’une maladie de Lyme non soignée. (...)

À l’automne 2016, l’annonce par le gouvernement d’un plan de lutte contre la maladie de Lyme est venu confirmer les positions de cet iconoclaste. (...)

L’histoire des sciences montre (...) l’importance des anticonformistes pour le progrès des connaissances. (...) On peut espérer que les neurosciences nous viennent en aide pour mieux repérer de tels individus et, à terme, stimuler le progrès scientifique. »

N'offrir la liberté d'expression qu'à ceux qui disent ce qui est déjà reconnu comme vrai, ou ce qui est déjà vérifiable, c'est se priver de tout progrès futur. Le totalitarisme du (déjà-) vrai serait mortifère. Bien sûr, pour un anticonformiste de génie, qui fera faire un pas de géant à l'humanité, il y aura pléthore d'anticonformistes sans talent, délirants, voire dangereux. Mais qui peut faire a priori la distinction ? Personne, et certainement pas une armée de fact-checkers (ces derniers ne pouvant départager le vrai du faux que dans le cadre du déjà-connu).

Et même pour les farfelus, quel mal y a-t-il à ce qu'ils s'expriment, discutent ? « L’esprit Viking, nous dit-on, gagne 245 euros par mois pour produire des vidéos promettant "révélation sur l’histoire occultée de l’humanité, divulgation sur la science des anciens bâtisseurs". » Et alors, serais-je tentée de demander ? A qui fait-il du mal avec ses théories ? Les hommes n'ont-ils pas toujours eu le besoin d'explorer les possibles, de voir « le monde en d'autres perspectives », quitte à finir dans des impasses ? Dari Beliakhov, un historien débunker, se lamente lui aussi : « Quand je vois comment Tipeee réagit face au contenu haineux, si je leur dis qu’il y a des gars sur leur plateforme qui affirment que des aliens ont créé les pyramides je pense qu’ils vont me dire : ‘ Dommage, tant pis. » C'est en effet la seule réponse raisonnable.

Soyons clairs : tous, autant que nous sommes, nous ne supportons pas les gens qui ne pensent pas comme nous, et en particulier ceux qui ne croient pas à la même réalité, qui mettent en cause ce qui nous semble le mieux établi ; cela nous est insupportable. Nous rêvons de faire taire tous ces hérétiques, car ils nous semblent dangereux, oubliant un peu vite que l'on est tous l'hérétique de quelqu'un. Bien sûr, il faut toujours être vigilant, certaines croyances alternatives pouvant mener à des dérives sectaires. Il faut donc être prudent, et débunker si l'on veut, mais certainement pas souhaiter que les créateurs aux idées marginales dépérissent faute d'un financement qu'on aura rendu impossible. Ce serait tourner le dos à nos idéaux démocratiques. Débattre et débunker est certes fatigant, difficile, d'autant que ça ne suffira jamais à convaincre tout le monde. Mais, comme disait le poète Rilke : « Il faut se tenir au difficile, tout ce qui vit s'y tient. »


Moyenne des avis sur cet article :  4.87/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • hunter hunter 26 juin 12:54
    Ils deviennent très cons chez Numerama ou quoi ?

    Si les gens veulent donner sur tipeee pour tel ou tel youtubeur, ceux qui le veulent le font !
    Les autres, que ça n’intéresse pas, ne donnent rien !

    Par contre en tant que contribuables, nous sommes tous obligés de donner de la thune à des canards pourris type le monde ou Libération, parce qu’on ne nous demande pas notre avis, et qu’avec nos impôts, le gouvernement lâche de la maille à ces canards propagandistes de toujours la même soupe ( pro multikulti, pro-migrants, pro-Macron, pro-néolibéralisme....), depuis des décennies !

    Et pourquoi il lâche de la maille.... ? parce que sans la dite fraîche, ces canards auraient mis la clé sous la porte, vu que les gens en ont marre de payer plus d’un euro, pour lire toujours la même soupe, dans tous les dits canards !

    Et là, contrairement à la démarche tipee/internet, on a pas le choix, on doit fermer notre gueule et payer pour des conneries qu’on ne veut pas lire !

    Faudrait dire à la p’tite journaliste citée et si prompte à s’en prendre aux conneries internautiques (quoique, comme le dit le camarade ci-dessus, il n’y a pas toujours que des conneries...), que le vrai scandale est là, de subventionner cette presse moribonde et nullissime, et d’obliger les gens à le faire....

    Bon, je pense que cette jeune femme ira loin, elle sait bien prendre soin du système...doux euphémisme m’évitant de tomber dans la vulgarité crasse, que je pratique par ailleurs, mais là je n’ai pas envie !

    Adishatz

    H/

    • Alren Alren 26 juin 13:13

      @hunter


      D’accord à 100% !

    • hunter hunter 26 juin 13:27

      @Alren


      Merci et salutations.

      H/

    • Albert123 26 juin 14:06

      @hunter


      « Ils deviennent très cons chez Numerama ou quoi ? »

      après le travail phénoménal de Champeau sur hadopi, le site à été revendu au même titre que d’autres sites de presse web comme le Journal du Geek.

      la ligne éditoriale à dès lors sur ces sites pris une direction que le réseau Soros doit apprécier : pro migrant, pro LGBT et pro censure de la critique les concernant aussi (cela va de pair).

      Pour affirmer cette ligne éditoriale de gauche néo con, chacun de ces webzines s’est empressée d’embaucher une ribambelle de rédactrices dont on peut résumer les caractéristiques à ceci :

      - pro LGBT
      - pro migrant
      - néo féministe
      - inculture crasse couplé à un dévoiement de la culture geek initiale désormais dévolue à la promotion des mouvements LGBT et du femellisme le plus hystérique qui soit.
      - orthographe misérable et vocabulaire réduit.

      le tout ayant transformé en moins de 5 ans l’ensemble d’une culture geek potentiellement divergente en salon de thé pour gauchistes crétinisés.

      La seule chose qui rassurent c’est que la mayonnaise prend mal, il faut dire que sortis des plus hystériques et incultes, le discours est tellement délirant qu’il passe assez mal. 




    • hunter hunter 26 juin 14:12

      @Albert123


      Merci de vos explications Albert, j’ignorai tout ça. Je ne fréquentais plus ce site depuis des lustres.

      Indirectement, vous confirmez ainsi l’hypothèse que j’émettais en répondant à Sleeping, tout en la précisant, ce dont je vous remercie encore.

      Adishatz

      H/

    • gueule de bois 26 juin 19:07

      @hunter et @Alren
      Tout à fait d’accord avec vous.


    • Paul Leleu 28 juin 18:44

      @Albert123


      en même temps, fallait être naïf comme un geek inculte, pour croire que le système allait laisser une zone de discidence se créer tranquillement !! 

      Franchement, les geeks j’en ai marre... ils se prennent pour des super-héros qui ont « tout compris » parce-qu’ils sont fondus de pensée numérique 1-2 1-2... mais je pense qu’il leur manque des grosses cases de compréhension et de culture politique. 

      Oui, il était prévisible qu’internet soit repris en main. Car, contrairement à ce qu’affirment les geeks incultes, internet n’est pas un média libre. C’est un média participatif. Comme un courrier des lecteurs. Mais la haute main reste aux groupes capitalistes et aux états. Faurait peut-être un peu sortir de la niaiserie geek... 

    • sleeping-zombie 26 juin 13:13
      Bonjour,

      J’avoue que je ne connais pas Tipeee, et que je ne suis plus Numerama depuis quelques temps...
      Je suis toutefois perplexe au vu de ce qui est expliqué dans l’article. Quel rapport entre la censure de Tipeee (ou Youtube, ou Facebook) et la neutralité du web ?

      Pour rappel, la neutralité du net, ça s’applique aux opérateurs de réseau : Orange, Comcast et consort. Pas aux fournisseurs de services comme Youtube ou Facebook.
      Tipeee peut censurer, Tipeee peut ne pas censurer, ça n’a rien à voir avec la neutralité du net...

      (Paypal ne propose pas de système de micro-paiement ? bizarre...)

      • hunter hunter 26 juin 13:25

        @sleeping-zombie


        Hi,

        Je pense, comme souvent que « neutralité du net », pour ce genre de « journaliste non-chômeuse », signifie en fait apologie du politiquement correct !

        Donc, qu’une plate-forme puisse financer des non politiquement corrects, n’est pour elle pas acceptable, et nuit à la neutralité du net ( que vous définissez parfaitement dans votre post), car le net devient alors une possibilité trop flagrante pour les non-politiquement corrects de s’exprimer, et c’est pour « ceux d’en haut » et leurs vassaux, une vraie menace, un danger, comme l’explique Busan plus haut.

        Pour « ces gens-là », le net doit servir à divertir le populo (comme la télé en son temps), à grands renforts de lol cats, de kikou love, et autres conneries....ce qui est d’ailleurs l’activité de 90 % des internautes mondiaux !

        Mais que le net puisse éventuellement faire réfléchir......mais vous n’y pensez pas mon brave...

         smiley


        Ce n’est qu’une hypothèse, l’auteur choisira d’intervenir et/ou éclaircir, si elle le croit souhaitable.

        Adishatz

        H/

      • Michael Gulaputih Michael Gulaputih 26 juin 15:43

        @sleeping-zombie

        Pour rappel, la neutralité du net, ça s’applique aux opérateurs de réseau : Orange, Comcast et consort. Pas aux fournisseurs de services comme Youtube ou Facebook.Tipeee peut censurer, Tipeee peut ne pas censurer, ça n’a rien à voir avec la neutralité du net...

        Vous avez raison. Mais je pense que la plupart des gens font l’amalgame entre ce qui s’applique aux fournisseurs d’accès et les fournisseurs de services. Ils aimeraient que cette neutralité soit étendue aux GAFA (pour faire court).

        Depuis leur l’apparition (comme le décrit si bien Caroline Faillet) l’accès au contenu est aussi essentiel que l’accès au contenant.

        Et de se faire virer d’une plateforme comme Youtube (comme le Raptor Dissident pour quelques unes de ses vidéos) ou pire encore de Tipee (si d’aventure cette plateforme effectuait une telle censure) est souvent synonyme de mort médiatique. Pour faire un parallèle amusant mais très pertinent : c’est comme de vous garantir le droit de vote mais en ne vous autorisant à ne voter que pour l’un des 4 candidats du même parti.

      • Eric F Eric F 26 juin 19:41

        @sleeping-zombie
        il y a confusion de notions entre d’une part la « neutralité du web », qui consiste à traiter tous les contenus et clients de manière identique, et d’autre part l’absence de censure


      • sleeping-zombie 26 juin 20:53

        @Michael Gulaputih

        c’est comme de vous garantir le droit de vote mais en ne vous autorisant à ne voter que pour l’un des 4 candidats du même parti.

        Je ne sais pas comment je dois l’interpréter, sachant qu’en tant que citoyen j’ai le droit de vote, mais n’ai pas le droit de me présenter aux élections suivantes :
        -municipales
        -régionales
        -européennes
        -présidentielle

        Finalement, je n’ai le droit qu’aux législatives, et visiblement plus pour longtemps vu que la notion de « proportionnelle » a le vent en poupe...

      • sleeping-zombie 26 juin 20:56
        finalement, vos comms rejoignent ma 1ere pensée : du militantisme qui cherche à se faire financer par les institutions.

        Ah, la magie du monde où tout le monde bouffe à sa faim...

      • Dantès 26 juin 14:26

        La neutralité ? Bien sûr ! Mais tant qu’elle arrange notre mise en coupe...

        Mais quand elle pointe les véritiés qui dérangent, alors c’est autre chose.

        Les cons qui nous mentent depuis 50 ans vont trancher pour nous entre

        ce qui est vrai et ce qui est « fake » ? Cette absurdité est telle qu’elle nous

        a mérité la censure de l’article de M.Bruno Guigne sur l’agora. Nous n’en

        sommes pas dupes Bruno. Nous attendons ton prochain fil. Merci à vous


        • foufouille foufouille 26 juin 14:55
          "faut-il, à l’aide d’une législation, leur conférer pouvoirs et devoirs renforcés ? »
          il faut comprendre accepter un article puis faire payer sa censure.


          • Montdragon Montdragon 26 juin 17:03

            Vous oubliez le principal, dans peu le Raptor kabyle va se farcir un vieux fakir antisémite de 60 ans.


            • Jelena Jelena 26 juin 17:27

              La neutralité du web ? Sachant que les champions de la censure sont youtube, wikipedia et le google qui filtre les résultats, la question ne se pose même pas.


              • docdory docdory 26 juin 17:52

                @ Vera Michaïlichenko


                Excellent article. La question qui se pose est « pourquoi certaines idées sont considérées comme si dangereuses que l’on veut empêcher par n’importe quel moyen, même les plus liberticides, leur expression, et par qui sont elles considérées comme dangereuses ».
                D’une certaine façon, c’est considérer les usagers des médias en général et d’internet en particulier comme des enfants dépourvus d’esprit critique qu’il faudrait protéger contre les « mauvaises pensées » et les « fausses nouvelles » dont ils seraient dans l’incapacité intellectuelle de reconnaître le caractère éventuellement nocif ou fallacieux.

                Il faut remarquer qu’il y a eu grosso modo deux époques dans l’histoire contemporaine de la censure.

                La première époque, avant les années 70, au cours de laquelle les films étaient soumis à une commission de censure très stricte, les actualités télévisées, qui étaient exclusivement publiques ne devaient pas déplaire au gouvernement et étaient étroitement contrôlées par lui, et les idées subversives pourchassées. La fin de cette époque a été marquée le 13 décembre 1971 par la fameuse sortie de Maurice Clavel « messieurs les censeurs bonsoir ! » 
                On peut dire qu’avant cette date, la censure était gouvernementale et « de droite » et la liberté d’expression défendue par « la gauche » ( son expression emblématique était alors le fameux slogan de mai 68 « il est interdit d’interdire » )

                La deuxième époque a commencé avec l’apparition de l’idéologie « politiquement correcte » qui est d’une certaine façon une sorte de condensé des « valeurs soixante-huitardes » . Cette époque a commencé le premier juillet 1972 avec le vote de la loi Pleven ( qui fut suivie de quelques autres telles que la loi Gayssot ), loi limitant drastiquement la liberté d’expression telle qu’elle était définie par la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse. Cette loi partait de bonnes intentions : son but était de lutter contre le racisme et la discrimination. Mais on peut dire qu’à partir de cette loi, la censure fut l’apanage de la gauche et ses victimes furent pour la plupart de droite ( exemple : Eric Zemmour ).

                L’application de cette loi est à l’origine de critiques pertinentes et ne fait que transférer le pouvoir de censure auparavant l’apanage du pouvoir exécutif, vers le pouvoir judiciaire. Son application instaure une sorte de gouvernement des juges en ce qui concerne l’expression des idées, tout aussi arbitraire que le contrôle des idées par le pouvoir exécutif. Beaucoup plus grave, cette loi est de plus en plus utilisée pour tenter de rétablir subrepticement le délit de blasphème en France. L’exemple le plus démonstratif est le procès contre Charlie hebdo suite à la publication des caricatures de Mahomet le 8 février 2006. Ce procès fut intenté en vertu de cette loi par l’UOIF, la grande mosquée de Paris et la ligue islamique mondiale. D’une certaine façon, ce procès, bien qu’il ait été perdu par ceux qui l’avaient intenté, fut en réalité une sorte de répétition générale de l’attentat contre Charlie Hebdo de 2015. Si les moyens employés furent différents, l’idéologie (l’islam ) qui a attaqué Charlie hebdo était la même dans les deux cas (procès et attentat ), et le but politique exactement identique : limiter la liberté d’expression et punir le blasphème contre l’islam !

                Ces deux actions contre Charlie hebdo ont marqué le début d’un recul massif de l’idéologie politiquement correcte dans l’opinion publique, qui ne la supporte plus dans de nombreux pays. Cette idéologie, qui tenait sous sa domination et sa poigne de fer la quasi totalité des médias, les écoles de journalisme, l’essentiel des partis politiques, et l’immense majorité du monde universitaire en ce qui concerne les lettres et sciences humaines, vient de subir un certains nombre de défaites électorales majeures et cuisantes dans tout le monde occidental ( Pays du groupe de Visegrad, Autriche, Italie, USA , Danemark, Pays-Bas, Grande Bretagne ) et elle est très fortement menacée dans la plupart des autres pays de l’UE ( Allemagne, France ).

                Cette défaite idéologique n’a été rendue possible que parce que le net était jusqu’ici un espace de non-censure, seul espace ou l’idéologie politiquement correcte post soixante-huitarde a pu être combattue en toute liberté. Malheureusement , l’idéologie politiquement correcte semble régner au sein des directions des grandes entreprises du net ( google facebook youtube etc...) , qui ne supportent manifestement pas les bouleversements politiques issus de sa remise en cause. Ces entreprises ont donc commencé à privatiser la censure, du fait de l’inefficacité et du caractère contre-productif des politiques publiques de limitation de la liberté d’expression, qui ont été incapables de s’opposer à l’effondrement généralisé de l’idéologie post soixante-huitarde ....




                • Yanleroc Yanleroc 30 juin 20:20

                  @docdory


                  "Depuis les réunions secrètes avec M. de Rothschild dans les années 56, et qui avaient pour but de mettre au point le développement, et l’implantation mondiale des « Ordinateurs », il nous est maintenant possible d’entrevoir la mise en place d’un genre « d’Autoroute Internationale » où toutes ces machines seraient reliées entre elles. 
                  Car, comme vous le savez déjà, le contrôle direct et individuel des populations de la planète, serait à tout le moins totalement impossible sans l’usage des Ordinateurs, et leur rattachement électronique les uns par rapport aux autres en un vaste « Réseau Mondial ». 
                  Ces machines d’ailleurs ont l’avantage de pouvoir remplacer des millions d’individus. De plus, elles ne possèdent ni conscience, ni morale aucune ; ce qui est indispensable pour la réussite d’un projet comme le nôtre. Surtout, ces machines accomplissent, sans discuter, tout ce qui leur est dicté. Elles sont des esclaves parfaits dont ont tant rêvé nos prédécesseurs, mais sans qu’ils aient été à même de se douter qu’un jour, il nous serait possible d’accomplir un tel prodige. 
                  Ces machines sans patrie, sans couleur, sans religion, sans appartenance politique, sont l’ultime accomplissement et outil de notre Nouvel Ordre Mondial. Elles en sont la « Pierre angulaire » ! L’organisation de ces machines en un vaste « Réseau mondial » dont nous contrôlerons les leviers supérieurs, nous servira à immobiliser les populations. Comment ? 

                  Comme vous le savez, la structure de base de notre Nouvel Ordre Mondial est composée, dans son essence, d’une multitude de « Réseaux » divers couvrant chacun toutes les sphères de l’activité humaine sur toute l’étendue de la planète. Jusqu’à ce jour, tous ces « Réseaux » étaient reliés entre eux par une base idéologique commune : celle de l’Homme comme étant le « Centre » et « l’Ultime Accomplissement » de l’Univers. 
                  Ainsi, grâce à tous ces « Réseaux » unis par le lien de la « Nouvelle Religion de l’Homme pour l’Homme », nous avons pu facilement infiltrer tous les secteurs humains dans tous les pays Occidentaux, et en modifier la base « Judéo-Chrétienne ». 
                  Le résultat est qu’aujourd’hui, cet Homme, qu’il fasse partie du Politique, de l’Économique, du Social, de l’Éducation, du Scientifique ou du Religieux, a déjà, depuis notre dernière Réunion de fin Juin 67, abandonné son héritage passé pour le remplacer par notre idéal d’une Religion Mondiale basée uniquement sur l’Homme. 
                  Coupé ainsi qu’il est dorénavant de ses racines historiques, cet Homme n’attend plus, en définitive, que lui soit proposé une nouvelle idéologie. Celle-ci, bien entendue, est la nôtre ; celle du "Village Communautaire Global« dont il sera le »Centre". Et c’est précisément ce que nous lui apporterons en l’encourageant à faire partie, « Corps et Ame », de ce « Réseau Électronique Mondial » où les frontières des États-Nations auront été à tout jamais abolies, anéanties jusqu’à leurs racines les plus profondes....."

                • yoyo 26 juin 18:25
                  ... une proposition de loi très discutée est actuellement étudiée par les députés français, et définit ainsi une fausse information : "Toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable constitue une fausse information".

                  Bonne chance à nos valeureux législateurs pour défendre le droit à la religion !


                  • yoyo 26 juin 18:27

                    @yoyo
                    Et je suis pourtant un athée gnostique.


                  • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 26 juin 18:52

                    @yoyo

                    Et moi un gnostique athée. Lol


                  • gueule de bois 26 juin 19:10

                    @yoyo

                    Bonne chance à nos valeureux législateurs pour défendre le droit à la religion !
                    Bien vu !

                  • Eric F Eric F 26 juin 19:45

                    @yoyo

                    "Toute allégation ou imputation d’un fait dépourvue d’éléments vérifiables de nature à la rendre vraisemblable constitue une fausse information".
                    par exemple un enfant qui tombe du 6ème étage, et se rattrape à la balustrade du balcon du 4ème étage.

                  • kalachnikov kalachnikov 26 juin 22:19
                    @ yoyo

                    La liberté de religion est inscrite dans la charte des droits fondamentaux de l’Ue. Avec la restriction implicite de ne pas entraver le Marché.

                  • kalachnikov kalachnikov 26 juin 22:36

                    Sous entendu : entraver le fonctionnement du Marché.


                  • Paul Leleu 28 juin 18:49

                    @kalachnikov


                    franchement, si une religion ne sert pas à entraver le Marché, alors elle ne sert à rien... 

                    les religions ont été inventées pour soustraire des pans de la société au pouvoir du marché... 

                    d’ailleurs, les gens quittent les religions, quand elles ne servent plus à cela... 

                  • TotoRhino TotoRhino 26 juin 19:17

                    Guillaume, ce n’était pas un bonne idée de vendre l’enseigne Numérama à ces hurluberlus, tu vois ce qu’ils en ont fait ?

                    Et si tu ré-ouvrais un site dans l’esprit d’origine ? 
                    Tiens, je vais t’aider un peu car j’ai déjà un nom : Que penses-tu de Ratiatum ? ;)

                    • ceddec 29 juin 10:42

                      @TotoRhino
                      bonjour,

                      Il est chez Qwant ;) Et d’après sont twitter, il a l’air de s’éclater.
                      Voilà la preuve de ce qui se passe quand une régie publicitaire qui tourne à 90% avec des stagiaires rachète un site indépendant. C’est l’exemple même de l’ultra libéralisme : transformer la qualité en un ramassis de vomis. 

                      Il suffit de se rappeler quelques mois après le rachat, la page d’accueil était remplie d’articles sur... Pokemon Go, vlà le niveau. Et je parle même pas du forum qui est désespérément vide. 

                      Dans le genre très bon site francophone qui traite de nouvelles techno, il ne reste plus que next inpact.

                    • Montagnais Montagnais 26 juin 22:42

                      Habile papier .. merci pour un tas d’info’s inhabituelles


                      Spassiba Vera

                      • Attilax Attilax 26 juin 23:56
                        Soit ils se rendent même plus compte de ce qu’ils écrivent, et c’est vraiment grave, soit ils le savent très bien, et c’est encore plus grave.
                        Bravo et merci pour ce post bien foutu qui sort du lot.

                        • Paul Leleu 28 juin 18:52

                          @Attilax


                          les patrons savent ce que les stagiaires écrivent sans le comprendre... ça doit être quelque chose comme ça... 

                          la plupart des journalistes sont recrutés précisément en raison de leur incompétence et de leur esprit bien-pensant... Comme ça, pas besoin de les menacer... la bêtise garde mieux le troupeau que les matraques... 

                        • frugeky 27 juin 11:38

                          Ce qui est sûr, c’est que si je ne devais plus lire sur le net que des articles de Numerama, Libération, Le Monde et consorts, et ne regarder que les rediffusions des chaînes télévisées, je n’aurais plus aucun intérêt à un abonnement internet.


                          • Paul Leleu 28 juin 18:54

                            @frugeky


                            la liberté sur le net est exactement proportionnée à cette équation... comment continer de faire venir les gens (en étant intéressant) sans pour autant les rendre intelligents (avec des contenus trop bons)... 

                            il s’agit d’attirer les gens, mais pas pousser trop loin le bouchon non plus... 

                          • xana 27 juin 15:53
                            Merci Vera pour cet article.
                            Jean Xana

                            • legrind legrind 27 juin 20:10

                              Logiquement Numerama finira aux chiottes, comme Buzzfeed.


                              • yvesduc 27 juin 20:43

                                Excellent article, merci.


                                • Marignan Marignan 28 juin 17:45

                                  Qui fixe la liste (de ce qui doit être dit et de ce qui ne doit pas être dit), là se trouve le véritable pouvoir. Tant que des listes prévaudront, soyons sûrs que la liberté d’expression n’existera pas. Si j’ai bien compris l’idéologie ce cette illustre inconnue (Marie Turcan), dite « l’idéologie de la haine » très à la mode dans les dictatures occidentales modernes, elle est stipendiée pour empêcher l’expression d’idées qui éveilleraient les consciences à propos du système de domination qu’elle défend. Afin d’éveiller autant que possible sa conscience à elle (Mme Turcan), je l’invite à lire Orwell. Si elle est douée d’un minimum de raison, elle comprendra le rôle qu’elle joue dans l’organisation « 1984 » et s’enfuira alors au plus vite pêcher des crevettes en Guyane, si elle est dénuée de cette intelligence-là, elle persévèrera dans sa position de censeur professionnel.


                                  • Paul Leleu 28 juin 19:01

                                    bon article... effectivement, les tentatives de censure du web sont évidentes... et à mon avis ce n’est que le début...


                                    dernièrement, les chaines de plusieurs sites d’extrême-droite ont été fermés par You-Tube ou Faebook (Soral, TV libertés, Génération identitaire)... je ne partage pas l’idéologie de ces groupes, mais si une décision de fermeture doit être prise, elle doit l’être devant un tribunal, de manière proportionnée, et après l’établissement contradictoire d’un délit. Les tribunaux sont là pour ça. 

                                    D’un autre côté, je ne suis pas surpris... il fallait être vraiment naïf pour croire qu’on va laisser s’installer tranquillement une zone de dissidence sur internet ou ailleurs ! ...je me suis souvent fait engueuler par des geeks -assez incultes en fait- qui s’imaginaient que les groupes capitalistes et les états allaient laisser faire... et que soi-disant « internet était incontrolaaaable »... il n’en est rien. 

                                    A mon avis, ce n’est que le début de campagnes de propagandes et de répression soft, pour avancer vers une reprise en main des quelques petits bouts de dissidences sur internet. 

                                    L’autre volant, aussi incompris des geeks, consiste à noyer nos petites dissidences dans un maelstrom de bien-pensance en ligne... ce qui annule à peu près les effets de notre liberté... 

                                    • Luc-Laurent Salvador Luc-Laurent Salvador 30 juin 19:16
                                      Bravo et merci pour cet excellent article et en particulier pour le lien fait avec la censure en contexte scientifique.
                                       
                                      "Soyons clairs : tous, autant que nous sommes, nous ne supportons pas les gens qui ne pensent pas comme nous, et en particulier ceux qui ne croient pas à la même réalité, qui mettent en cause ce qui nous semble le mieux établi ; cela nous est insupportable. Nous rêvons de faire taire tous ces hérétiques, car ils nous semblent dangereux, oubliant un peu vite que l’on est tous l’hérétique de quelqu’un.« 

                                      Superbe ! Il y a une profonde vérité psychologique qui malheureusement échappe à la plupart. Chacun se fait un devoir de penser que celui qui ne partage pas sa réalité est fou.

                                      Une remarque toutefois sur les sectes. Son étymologie renvoie aussi bien à l’idée de »se couper" des autres que de suivre les autres. De ce point de vue, nous pourrions considérer que nous sommes dans une énorme secte, celle qui croit à la matrice de pensée du mondialisme. De mon point de vue, c’est la pire des sectes, la plus dangereuse qui soit.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès