• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Quel sera le visage d’Internet en 2040 ?

Quel sera le visage d’Internet en 2040 ?

Depuis un petit nombre d'années, la censure sur les réseaux sociaux est à l'ordre du jour. Elle fait ses premiers balbutiements, tâtonne, mais se dirige à l'évidence vers une orthodoxie de pensée qui n'a plus grand chose à voir avec la liberté d'échanges qui prévalait naguère. Vers quelle radicalisation se dirigent Internet et les réseaux sociaux ?

Le Figaro nous informe qu’Internet a vu le jour le 2 septembre 1969. À cette date, « deux calculateurs électroniques parvenaient à échanger leurs données par paquets au travers d'un câble d'une douzaine de mètres ». Mais, dixit Wikipedia, sa conception véritable remonte au début des années 60.

Un petit rappel des étapes les plus marquantes de son développement :

  • 1983 : Adoption du protocole TCP/IP et du mot « Internet ».
  • 1987 : 10 000 ordinateurs connectés.
  • 1989 : 100 000 ordinateurs inter-connectés.
  • 1991 : annonce publique du World Wide Web.
  • 1992 : 1 000 000 d’ordinateurs inter-connectés.
  • 1996 : 36 000 000 d’ordinateurs connectés.
  • 2000 : 368 540 000 d’ordinateurs connectés et explosion de la bulle internet.
  • 2014 : la barre du milliard de sites web est franchie.
  • 2021 : 4 600 000 000 d’ordinateurs connectés.

Mais depuis quelques années, ce qui a véritablement révolutionné notre mode de communication, c’est l’apparition des réseaux sociaux.

Bref historique (document PDF source) :

  • 1997 : Sivdegrees.com (fermé en 2000)
  • 2002 : LinkedIn (réseau professionnel)
  • 2004 : Facebook créé par Mark Zuckerberg (succès en France à partir de 2008).
  • 2005 : Youtube
  • 2006 : Twitter
  • 2009 : WhatsApp
  • 2010 : Instagram
  • 2011 : Snapchat
  • 2013 : Telegram
  • 2016 : TikTok

Nous ne prendrons pas en compte ici le domaine professionnel, mais uniquement la communication entre les humains de base dans leur vie quotidienne.

Quel est le but premier de ces réseaux ? À l’évidence, permettre à toutes les personnes qui les fréquentent de partager leurs opinions, leurs goûts, leurs passions, leurs connaissances, leurs interrogations, leurs émotions… Bref, toutes les composantes de ce qui définit un être humain. À leur création, nous sommes dans la phase expansive et positive de la mission de ces nouveaux modes d’échanges : « Tout le monde, il est beau, tout le monde il est gentil »…

Mais se posent bien sûr alors les deux questions qui dérangent :

  • Est-il possible de tout dire sur ces réseaux ?
  • Et, si ce n’est pas le cas, qui doit intervenir pour rétablir la légalité ?

La première question à elle seule peut occuper des milliers de pages où partisans acharnés de la liberté d’expression se déchireront avec les censeurs de tous poils. Ce débat éternel et sans fin appartient aux domaines de la sociologie et de la philosophie. Il n’a pas sa place ici.

La seconde question est de plus en plus d’actualité depuis quelques années, et l’évolution des réponses qui lui sont apportées a de quoi préoccuper toutes celles et tous ceux qui voient avec inquiétude certaines dérives autoritaires amplifier chaque jour leurs emprises sur l’humanité.

La réponse la plus basique à la seconde question paraît être celle-ci : l’intervention doit venir des autorités policières et/ou judiciaires de chaque pays.

Sauf que, à l’évidence, cette solution est totalement inadaptée au problème. Les services spécialisés dans la criminologie sur Internet ont déjà des difficultés énormes pour endiguer et réprimer un phénomène aussi cerné que la pédophilie, ce n’est pas pour se plonger dans les milliards de tweets et autres échanges qui apparaissent chaque jour sur la toile.

Puisque les états sont dans l’incapacité de surveiller les publications, qui est capable d’effectuer cette tâche ? Les services secrets, bien sûr. Avec, en première ligne la CIA, comme l’a révélé, le 6 juin 2013, Edward Snowden. L’évolution fulgurante des technologies permettra très vite à toutes ces instances de repérer presque en temps réel toutes les informations classées dans leurs banques de données comme « suspectes » ou dangereuses », même si elles se heurtent à des experts en informatique capables de bloquer ou de retarder leurs investigations. Mais cette surveillance est principalement axée sur les domaines qui menacent la sécurité intérieure. Malgré sa puissance, la CIA n’a sans doute pas les moyens de surveiller en permanence les échanges de « Turlu Tutu » avec « Cédan Lapoch », à propos du dernier tweet publié par « Merlot Ponti » sur le sujet de la déforestation à Borneo. Qui plus est, ce genre d’organisme n’est bien sûr pas censé espionner chacun d’entre nous, surtout si nous ne sommes pas citoyens américains, même si plus personne ne croit vraiment à cette illusion de l’impunité.

La solution était toute trouvée : les modérateurs. Mais avec cette solution, naît un nouveau problème, majeur : la subjectivité.

Lorsqu’il s’agit de photos pédopornographiques, d’appels au meurtre ou à la préparation d’un attentat, l’hésitation et le doute ne sont pas permis.

Mais, heureusement, ces situations extrêmes ne constituent pas l’essentiel de ce qui défile à longueur de journée sur les réseaux sociaux. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la censure sur Internet n’est pas récente. Dans la page Wikipedia qui est consacrée à celle-ci, nous apprenons que « entre 1999 et 2004, cette association (Reporters sans frontières) s'est même fait l'écho d'une augmentation spectaculaire du filtrage d'Internet  ». Selon Barry Lynn, de la New America Foundation, « Google essaye de censurer les journalistes et les chercheurs qui luttent contre les monopoles dangereux ». 

Cela n’est guère surprenant, lorsqu’on connaît la puissance de frappe des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Mais, jusqu’à une date récente, monsieur tout le monde pouvait avoir l’impression qu’il échappait encore à cette censure.

Ce n’est plus le cas aujourd’hui, et ce changement est une des multiples conséquences de la pandémie de Covid 19 qui sévit depuis plus d’un an et demi.

Les premières alertes, surprenantes, reconnaissons-le, sont apparues lorsque Donald Trump s’est fait virer de Twitter et de Facebook ! (Éditorial du Monde du 11/01/2021). Que les propos de l’ancien Président aient été, comme à son habitude, bruts de décoffrage, extrêmes, voire dangereux, c’est une évidence. Mais de là à le priver totalement de communication, c’est une décision pour le moins étonnante. Inquiétante, même, pour la simple raison qu’elle n’intervient pas sur un ordre né d’une décision judiciaire, mais par la décision simple des dirigeants de réseaux sociaux. Sans compter que l’on sait aujourd’hui, à la suite de multiples enquêtes sur les possibles fraudes électorales, que certaines de ses accusations n’étaient peut-être pas sans fondements.

En ce 18 août 2021, vient de paraître sur France Info un article intitulé : « Désinformation : Twitter souhaite que ses usagers signalent les messages ‘trompeurs’ ». Voilà qui interpelle à plus d’un titre.

→ D’abord par son libellé : « message trompeur ». « Trompeur » par rapport à quoi ? Qui va se permettre de décider que tel message rentre ou non dans cette catégorie ? S’il s’agit d’un hurluberlu qui affirme que la terre est plate, ou d’un révisionniste qui affirme que les millions de déportés n’ont jamais existé, la tâche est facile. Mais lorsqu’il s’agit de travaux médicaux, de débats sur des essais cliniques, de considérations sur les effets secondaires des vaccins, qui va se donner le droit de cataloguer tel tweet comme « trompeur » et tel autre comme « convenable » ? Lorsque, dans les premières semaines de la pandémie, le gouvernement expliquait que : « Le port de masque, en population générale dans la rue, ça ne sert à rien », Édouard Philippe, Premier ministre, TF1, 13 mars (cité par Marianne en date du 28/04/2020), tous ceux qui auraient prôné le contraire se seraient vu exclus pour propos « trompeurs ». Aujourd’hui, c’est l’exact opposé !

Il serait possible de multiplier les exemples. Il faut donc comprendre que « trompeur » dans le sens utilisé par Tweeter, signifie « en désaccord avec ce qui est édicté en haut lieu à un instant ‘t’ donné ». Ce qui, à l’évidence, est fort différent pour un habitant de la Suisse, où règne une démocratie qui voit les habitants s’exprimer par référendum, plusieurs fois par an, sur des sujets vitaux, ou pour un habitant de Corée du Nord, qui a juste le droit de fermer sa gueule.

Cette dérive de la surveillance à tout prix, qui prend de plus en plus d’ampleur, ne peut qu’interpeller la conscience de celles et ceux dont le cerveau n’a pas encore été complètement lavé par le « mentalement correct » des multinationales et des gouvernements qui leur sont de plus en plus inféodés.

Il suffit de faire un petit tour sur les commentaires qui s’affichent à la publication de n’importe quel article pour prendre peur devant les jets de haine et de mépris qui y pullulent. Sans doute cela arrange-t-il certains gouvernements, puisque l’une des clés pour gouverner a été, est, et demeurera sans doute encore longtemps : « diviser pour régner  » (« Divide et impera », 'divise et règne', chez Machiavel). Un processus qui est parfaitement à l’œuvre (volontairement ou non ?) depuis le début de la pandémie.

Nous avons pris deux exemples dans une suite de commentaires parue à la suite d’un article de France Info paru le 16/8/2021 : « Comment des citoyens luttent contre les fake news des antivaccins sur le Covid-19 ».

Extrait 1/ « Si vous croyez aux "true news" de France infos, cherchez plutôt sur Internet "Vladimir Zelenko" et vous verrez si ce qu'il dit à propos du danger qui guette l'humanité à cause de ces vaccins ARN, vite conçus et vite vendus pour des milliards de dollars, c'est de la ‘fake news' ». (Un « complotiste »).

Extrait 2/ « C'est pour protéger la population vulnérable de ce genre de salmigondis pseudo scientifique de comptoir qu'il faut établir la responsabilité pénale des anti-vaccins qui font du prosélytisme. Ils fonctionnent comme une secte, ils iront jusqu'au bout de leur délire complotiste en se fichant des milliers de morts qu'ils causent. Il faut les stopper. Maintenant ». (Un adepte du « cliniquement correct »).

Le premier, « complotiste » assumé, sera classé sans conteste dans la catégorie des « trompeurs », et donc tout à fait dénonçable pour tout individu convaincu par la mission salvatrice que lui confient désormais les réseaux sociaux.

Le second est un fidèle représentant de la « bonne parole » transmise par les médias mainstream. Rien à redire a priori. Il ne sera pas étiqueté « complotiste ». Sauf que… La manière brutale dont il exprime ses idées ne manque pas d’interpeller. « Secte », « il faut les stopper ». « Maintenant »… Si le fond est conforme au politiquement correct, en est-il de même pour la forme ? Et, pour cette menace pas même voilée, va-t-il être dénoncé comme « trompeur » ? A priori, non, puisque non seulement il ne trompe personne sur ses convictions, mais il les assume même avec hargne. Est-il moins dangereux pour autant que son adversaire « complotiste » ? Rien n’est moins sûr !

Le deuxième point qui interpelle dans ce projet de Twitter, au moins aussi important que le premier, réside dans l’appel à la délation. Car il faut bien appeler les choses par leur nom. Lorsque vous êtes témoin d’une agression, et que vous faites appel aux forces de l’ordre, il s’agit d’une question de vie ou de mort immédiate. Lorsque vous avez connaissance des agissements d’un pédophile et que vous en informez la justice, vous sauvez peut-être des dizaines de victimes potentielles. Mais lorsqu’un réseau social vous charge de dénoncer les messages « trompeurs » parus dans une discussion, vous n’êtes plus, quoi qu’en dise l’auteur de la citation 2, un sauveur de l’humanité, mais un juge qui dénonce une personne, simplement parce qu’elle est en désaccord avec les instances dirigeantes. Il est tout à fait concevable d’être intimement persuadé que la vaccination est la seule solution pour enrayer la pandémie, ou, à l’inverse, qu’elle est avant tout mise en avant au détriment de médicaments qui n’ont pas été étudiés pour laisser le champ libre à Pfizer ou autres Moderna. L’avenir nous apportera peut-être des éclaircissements sur ce débat qui n’a pas fini de pourrir la vie intime des Français (entre autres).

Mais prenons un exemple récent. En 1997, la revue « Prescrire » évoque pour la première fois les effets indésirables sous anorexigènes et attire l'attention sur le Mediator, vendu comme antidiabétique, mais largement prescrit comme coupe-faim. Le médicament y avait déjà été mentionné, en 1986, avec le commentaire : « il n'y a toujours pas de preuves qu'il est utile dans le traitement du diabète  ». Pourtant, ce n’est qu’à partir de 2010 que la pneumologue Irène Frachon (du CHU de Brest) parvint à convaincre les autorités de santé de la dangerosité du médicament. On connaît la suite.

Ce qui signifie que, durant vingt-quatre ans, toutes les personnes qui osaient mettre en doute les qualités du Mediator, tant vanté de manière mensongère par les laboratoires Servier, auraient été cataloguées comme « complotistes », si le mot avait été à la mode, ou tout simplement comme générateurs de « messages trompeurs ».

Dans la scandaleuse affaire du « sang contaminé  », il est opportunément rappelé sur la page Wikipedia « qu’elle est révélée dans plusieurs médias grâce à la protection des sources des journalistes, ce qui a permis d'éviter que les personnes ayant révélé l'affaire ne soient inquiétées, mais le délai qui s'est écoulé avant l'adoption de mesures de prévention adéquates a provoqué la contamination, souvent fatale, de plusieurs centaines de personnes ». La fonction de lanceur d’alerte est souvent périlleuse. Mais elle permet de mettre au jour d’innombrables tromperies qui, sans leur courage, seraient restés dans l’ombre. Vous trouverez sur cette page Wikipedia, une liste des principaux scandales sanitaires.

C’est le 25 avril 1991 qu’un article de « L’Évènement du jeudi » rend public le rapport de la réunion confidentielle du 29 mai 1985 du CNTS, donnant naissance à l’un des plus gros scandales sanitaires français. Cela signifie que toute personne dénonçant ces faits dans les six années précédentes aurait été un « complotiste » dangereux.

Alors, oui, il est fort possible que nombre des mises en garde ou déclarations plus ou moins sensationnelles publiées par les opposants à la politique sanitaire officielle présente soient inexactes ou carrément fausses. C’est même à souhaiter tant certaines informations font froid dans le dos. Mais n’est-il pas tout aussi dangereux de considérer tout ce qui n’est pas conforme aux données officielles comme aberrant, voire « criminel », selon les mots de certains médecins ?

Quant à l’encouragement à la délation, qui commence à faire son chemin dans les esprits, non seulement il est immoral, odieux, porteur de souvenirs qu’on aimerait enfouis à jamais dans les limbes de l’Histoire, mais surtout il semble annoncer une orientation vers la « pensée unique conforme  », telle qu’elle est pratiquée en Chine ou en Corée du Nord. Les pratiques sociales de ces deux régimes paraissent à nos yeux très éloignées de nos conceptions démocratiques européennes et appartenir à un monde dystopique que nous ne connaîtrons jamais.

Avons-nous raison d’afficher cette certitude ? Qui aurait imaginé possible, il y a deux ans, qu’un Qrcode soit demandé pour aller faire ses emplettes à l’hypermarché du coin ? Nous l’avons accepté sans trop de problèmes, pour la prétendue « bonne cause ». Lorsque nous aurons accepté de dénoncer ‘Truc Muche’ qui a publié un post dans lequel sont évoqués des effets secondaires graves, non reconnus par la HAS (Haute Autorité de Santé), serons-nous très loin de l’habitant de Shanghaï ou de Pyongyang qui reçoit des bons points ou une gratification parce qu’il a dénoncé son voisin pour n’importe quel motif ? Certainement pas, car, une fois certains paliers franchis, les marches qui suivent sont imperceptibles.

À quoi ressembleront Internet et les réseaux sociaux en 2040 ? Comme l’explique le physicien Philippe Guillemant dans cette vidéo, le futur dépend de nous et de notre acceptation ou refus de ce qui nous est présenté par les Multinationales et les États comme un but aussi radieux qu’inéluctable : le « Great reset » conceptualisé par Klaus Schwab, créateur du WEF (Forum économique mondial) de Davos, associé au « Transhumanisme » (voir l’article très complet sur Wikipedia), financé en partie par Google.

En fait, sous les dehors de conflits momentanés entre pro et anti vaccins, entre défenseurs du pass sanitaire et acharnés de la liberté, nous sommes en réalité, sans nous en rendre vraiment compte, devant une bifurcation qui va décider du futur que vivront nos enfants et petits-enfants  :

→ Soit l’acceptation de toutes les contraintes qui vont nous être progressivement imposées « en douceur », sous les dehors affriolants de bénédictions salvatrices pour l’humanité. « Big Brother » décidera à notre place, pensera à notre place, conduira nos existences à notre place. Nous ne connaîtrons plus le risque de tomber dans les pièges d'un « complotiste », puisque cette race aura été éradiquée. C'est ce que souhaitent celles et ceux qui sont victimes de la peur, qui appellent de leurs voeux un monde aseptisé, sans risques, sans maladies, sans écueils, et, si cela était possible, sans mort. Si l'humanité s'engage dans cette voie, demain ou après-demain nous serons réduits, comme le montrent nombre de fictions cinématographiques, à l’état d’êtres aux capacités physiques sans doute augmentées artificiellement, mais robotisés, zombifiés, et dépourvus de conscience intérieure. . (La grande majorité des adeptes du transhumanisme sont athées).

→ Soit nous empruntons l’autre voie, dans laquelle la conscience de notre réalité intérieure se développera sans qu’il soit besoin d’une quelconque intervention de l’artificialité informatique, mécanique ou chimique. L’être humain grandira, mais cette expansion se fera en esprit et non dans la manipulation du corps physique.

En conclusion, il est intéressant de mentionner un extrait de l’un des ouvrages de Rudolf Steiner, « La chute des esprits des ténèbres », (disponible ici), qui compile 14 conférences faites à Dornach entre le 29/09/1917 et le 28/10/1917. On y trouve ces lignes pour le moins étonnantes (page 105) :

 Voilà quelques lignes qui semblent tragiquement prophétiques. Il est bon aussi de rappeler, que ce même Steiner, dans un texte dont j’ai oublié les références, expliquait aux environs de 1920, que si les bovins étaient nourris par des sources animales, ils développeraient une pathologie grave. L’histoire de la « vache folle  » en 1990 a hélas confirmé pleinement cette prédiction.

Quelle apparence prendront Internet et ses différentes composantes en 2040 ? Peut-être ce visage sinistre :

JPEG

Tout dépend de nos choix. Mais désormais, il devient de moins en moins impossible de voir se réaliser une hypothèse qui pouvait être considérée, jusqu'à une période encore récente, comme totalement impossible. À savoir que la faille entre les deux voies envisagées ci-dessus perdure ou même s'aggrave, et que, de ce fait, l'humanité se fracture en deux fractions incompatibles. L'une s'enfonçant vers une matérialisation toujours plus invasive, sous la conduite de Google et de ses successeurs. L'autre développant une spiritualité vivante et progressant vers la reconnaissance de sa conscience pure originelle.


Moyenne des avis sur cet article :  3.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • Laconique Laconique 19 août 10:47

    « L’humanité se fracture en deux fractions incompatibles. L’une s’enfonçant vers une matérialisation toujours plus invasive, sous la conduite de Google et de ses successeurs. L’autre développant une spiritualité vivante et progressant vers la reconnaissance de sa conscience pure originelle. »

    C’est si beau. Et si concret. Vivement !


    • Ruut Ruut 19 août 12:11

      Vue que la mondialisation est une secte déconnectée du Réel.....

      Une I.E.M. (Guerre) ou un Blackout géant (Continuation des politiques énergétiques actuelles) remettra les pendules à l’heure.

      Pour le moment l’âge des ténèbres de la secte Mondialiste virtuelle Cloudienne est en Marche.


    • Ceux qui ont une âme risquent effectivement de se voir couper les ailes..... Mais le commerce doit continuer. Et quand de nombreux comptes seront bloqués. Ils le seront aussi sur le plan commercial. Ayant longtemps détesté internet (ni Facebook, ni Twitter, Agora reste un îlot préservé, considéré comme complotiste, il n’est que peu fréquenté et c’est tant mieux,...). Pour vivre heureux vivons cachés. quoiqu’en disent les personnes convaincues du bienfait de la sociabilité ; On ne voit jamais aussi bien la lumière que dans le noir ou l’obscurité....


      • babelouest babelouest 19 août 11:01

        Je suis assez perplexe à la lecture de cet article. Si je ne me trompe pas, il s’agit assez probablement d’un croyant. Mais les critiques qu’il soulève sont souvent bien molles. Voudrait-il ménager quelqu’un ?

        .

        Autrefois j’ai été modérateur : il arrivait qu’entre modés, nous nous concertions pour l’acceptation de tel ou tel article, sachant que nos critères étaient fort loin de ceux du Nouvel Obs, par exemple ; ils seraient encore bien plus loin des incompréhensibles sélections de certains sites actuels (suivez mon regard). Quant aux « réseaux sociaux » abreuvés de « culture US », on ne cherche même plus à comprendre leurs « j’aime » et leurs « j’aime pas » qui témoignent d’une tout autre vision de la vie.


        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 13:02

          @babelouest bonjour,
            Ah, vous aussi. Je me rappelle aussi de cette époque des débuts à partir de 2005.
            Il y a la virtualité des choses et la réalité actuelle des choses qu’il ne faut pas confondre sinon, c’est la désespérance assurée. On peut tomber de très haut.
            Les Américains ont mené la danse depuis le début d’Internet.
            Le premier ordi était là pour comptabiliser les votes des élections.
            Il fallait tellement d’énergie à ce genre de machine que l’électricité a disjoncté ou s’est affaiblie.
            Aujourd’hui, c’est la même chose dans l’exploitation des réseaux. 
            J’ai lu un article qui disait que la maintenance des eMails, coûtaient la même énergie ou la même pollution qu’un avion supersonique. 



        • Clocel Clocel 19 août 11:04

          L’internet directement accessible, c’est à peine 25% du réseau, le reste se joue en coulisse, c’est à mon avis de là qu’émergera le réseau de demain, l’actuel a atteint ses limites, corrompu jusqu’à l’os, totalement dans les mains des lobbies, il tombera à la première secousse significative.


          • @Clocel ou comme APPEL, la pomme pourrie...


          • babelouest babelouest 19 août 11:32

            @Clocel c’est une hypothèse intéressante. Le Net a tellement éclaté en de multiples directions, dont manifestement certaines sont des impasses ! A mon avis également, les « réseaux sociaux », du moins les plus connus, en font partie.


          • Freud posant le pied en Amérique de dire, je leur apporte le choléra (ou la peste).. Retour à l’envoyeur...Boutons les anglais hors de France...Parce qu’il le valent bien. Et de BELL (1961, la nature redeviendra BELLE et sans artifice....Un cycle de 60 ans...Du Pentagone nous passerons à L’HEXAGONE. Nombre parfait selon Pythagore. amusant, mais les timbres que je viens de recevoir, sentant venir le virage montre le Pentagone, mais en regardant plus bas de voir : 2022 ; L’HEXAGONE. il n’y a pas beaucoup de bâtiment en forme d’HEXAGONE. Citons en un seul : le plus merveilleux : LE BALARD (ou chevalier Baillard) à Paris : une forteresse écologique...L’HEXAGONE représente l’âme du monde. ET VERO FACTUM EST. Et le verbe se fait chair.....Jean 1-14. 


            • Logique : 2 +2+2 donne 6.......


              • Jeekes Jeekes 19 août 16:45

                ’’Trompeur par rapport à quoi ? Qui va se permettre de décider que tel message rentre ou non dans cette catégorie ?’’

                 

                Moi j’en vois bien quelques-uns ici-même.

                 

                Dois-je en faire la liste ? Vaste travail !

                 

                Quelques exemples (pas forcément) au hasard :

                nonoss

                piou-piou

                pénible

                ZX truc machin-chose

                lapin albinos

                ferguguss

                gronichou

                nanard 29

                mimi drouet

                le roquet snoopy

                aita pipi

                 ???

                 

                Que ceux que j’oublie me pardonnent. Je sais qu’ils sont nombreux et qu’ils en baveraient d’envie si on leur rendait la chose possible...

                 

                 

                 


                • byle 19 août 17:40

                  Temoignage personnel d’un abonné a la censure..

                  Les questions qui derangent, les ’analyses’ qui depassent un peu du cadre etc, sont systematiquement effacés pour ma part..

                  Alors j’avoue avoir reperé 2 types de moderation, l’automatique qui fonctionne par mot clés, et, usant parfois de mots fleuris j’en fais regulierement l’experience, meme si je me soigne.. Evidemment l’autre forme est plus active, mais je suis joueur, je copie colle souvent mes commentaires ... Toujours est il que censuré pour censuré, je repère tout un tas de commentaires de merde, parfois insultants, souvent a la limite de la loi, qui eux ne le sont pas ...

                  Faudrait tout de meme pas que les gens se mettent a reflechir, non ?


                  • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 11:41

                    @byle,
                      Vous êtes vous déjà posé la question de savoir qui vous donne accès à la publication d’un article que vous passer à la modération sur cette antenne ?
                      En 2007, j’ai joué au modérateur pendant un an.
                      Je n’étais pas le seul mais comme j’étais connu pour le faire, je peux dire que j’ai eu beaucoup de contacts amicaux qui me demandaient pourquoi leur 7ème merveille sous forme d’article n’avait pas encore passé le cap.
                      J’avais déjà des difficultés pour répondre.
                      Le problème, j’étais au four et au moulin et j’ai abandonné toutes les modérations d’articles.
                      Aujourd’hui, la modération, c’est une affaire entre copains. 
                      On devient modérateur sans même lire l’article puisqu’on devient modérateur à partir du 4ème article publié sur l’antenne


                  • rhea 1481971 19 août 17:59

                    Dans un ordinateur on ne peut pas faire rentrer pi avec de nombreux

                    chiffres derrière la virgule, donc on ne peut pas tracer un cercle avec un

                    ordinateur, c’est toujours un polygone avec de très petits cotés. Le

                    numérique ses limites.


                    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 11:34

                      @rhea 1481971
                      Quel ordinateur ?
                      Un ordinateur numérique ou analogique ?
                      L’un et l’autre sont complémentaires et se retrouveront dans l’ordinateur quantique.
                      C’est là que l’explosion va se passer avec une vitesse incroyable et que l’homme pourra aller se rhabiller. smiley
                      Beaucoup de compétiteur en ligne pour être le plus rapide.
                      Encore ce matin, je recevais une nouvelle info à ce sujet qui disait : 
                      Cette percée ouvre la voie à des ordinateurs quantiques beaucoup plus puissants et compacts

                      Des ingénieurs australiens sont récemment parvenus à surmonter un obstacle majeur, ouvrant la voie au développement d’une nouvelle génération d’ordinateurs quantiques beaucoup plus performants et compacts.

                      UN DÉFI DE TAILLE
                      Bien que d’impressionnants progrès aient été réalisés ces dernières années dans le domaine de l’informatique quantique, la gestion simultanée d’un grand nombre de qubits représente un défi de taille pour ce type de machines. Dans le cadre de travaux publiés dans la revue Science Advances, des chercheurs de l’université de Nouvelle-Galles du Sud (UNSW) ont trouvé un moyen d’en contrôler plusieurs millions à la fois.
                      Les ordinateurs classiques stockent et traitent les données sous forme de bits binaires (0 ou 1). De leur côté, les machines quantiques utilisent des « qubits », ou bits quantiques, pouvant exister dans une superposition simultanée de ces deux états, ce qui a pour effet d’augmenter leur puissance de calcul de façon exponentielle.
                      Dans les processeurs quantiques en silicium, les informations sont encodées dans le « spin » d’un électron (c’est-à-dire la propriété qui lui confère son magnétisme), avec des spins ascendants et descendants représentant des uns et des zéros, généralement obtenus grâce à un champ magnétique produit par des fils disposés le long des qubits. Problème : ces fils prennent énormément de place et génèrent également beaucoup de chaleur, ce qui limite actuellement le nombre de qubits par puce à quelques dizaines.

                      DES MILLIONS DE QUBITS CONTRÔLÉS SIMULTANÉMENT
                      L’équipe de l’UNSW a récemment développé une nouvelle approche permettant d’appliquer un champ magnétique à un grand nombre de qubits à la fois. Celle-ci repose sur un prisme de cristal appelé résonateur diélectrique, placé juste au-dessus de la puce de silicium. Les micro-ondes sont dirigées vers ce prisme qui réduit leur longueur à moins d’un millimètre, ce qui crée un champ magnétique contrôlant les spins des qubits situés en dessous.
                      « Deux innovations majeures interviennent ici », explique Jarryd Pla, auteur principal de l’étude. « Premièrement, nous n’avons pas besoin d’utiliser beaucoup d’énergie pour obtenir un champ magnétique puissant pour les qubits, ce qui signifie essentiellement que nous ne générons pas beaucoup de chaleur. Deuxièmement, le champ produit s’avère très uniforme, de sorte que les millions de qubits présents sur une puce en silicium bénéficieraient tous du même niveau de contrôle. »
                      Jusqu’à présent, ce champ a permis d’inverser les états des qubits individuels, et des travaux supplémentaires seront nécessaires pour obtenir la superposition de deux états à la fois. Selon l’équipe, une telle méthode devrait à terme permettre de contrôler jusqu’à quatre millions de qubits simultanément


                    • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 11:13

                      @Sellier Bonjour,

                        Dans un billet de fin 2020, j’ai introduit qui s’appelait « Tous crétins digitaux ? », j’ai introduit ce qu’avait écrit comme idées de futur à ce sujet un Science et Vie Junior

                        Ce n’est pas uniquement chez les magazines pour adultes qu’il faut chercher des réponses.

                        Il y a plusieurs schémas ou options comme vous pourrez le voir.


                      • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 11:29

                        Le numérique et internet sont des sujets qui me sont sensibles, puisque j’ai fait partie de ceux qui en ont été les pionniers.
                        Un jour de Noël, j’ai écrit un billet qui avait pour titre « J’ai honte ».
                        Attention, il ne faut pas confondre Internet et le Web.
                        Internet existe en effet depuis très longtemps. Il ne faut pas non plus confondre les applications développées pour le Web et ce qu’on appelle informatique qui existe aussi depuis bien plus longtemps. A la base, il y avait les armées et les universités qui étaient intéressées par la puissance des machines. Les commerciaux ont suivi. 
                        On créait au départ des applications qui n’avaient pas besoin d’Internet. IBM était alors le plus puissant avec un gap colossal avec ses suiveurs. C’était pour des professionnels. Jamais pour le commun des mortels.
                        Ce qui a changé en 1980, c’est qu’il y a eu des visionnaires comme Bill Gates et Steve Jobs qui ont vu la possibilité d’étendre cela par le PC et le Mac. 
                        Ce qu’il fallait pour dire « Plug and Play » c’est la customisation, le user friendly ness.
                        Un bel écran en couleur de préférence. Une souris pour parler à l’écran.
                        C’était la pelote de laine qui s’est effilochée.
                        La boîte de Pandore que l’on a ouverte.
                        Tout allait arriver au delà des espérances.


                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 août 12:01

                        Et toujours pas, ni dans l’article ni dans les commentaires, la moindre proposition d’un (au moins) réseau internet de service public  !


                        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 13:53

                          Mon cher Pierre Régnier
                           Un réseau internet de service public ?
                           Où le trouvez-vous ?
                           Très souvent sur Facebook parfois sur LinkedIn. 
                            


                        • Gollum Gollum 20 août 13:55

                          @Pierre Régnier

                          Je ne comprends pas bien votre demande puisque le service public est bien sur internet que ce soit les services fiscaux, la sécu, etc... les avis de décès et j’en passe...


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 août 14:39

                          @Gollum

                          Vous confirmez le succès des campagnes de Droite extrême aux pouvoirs (le pluriel est voulu) durant les années précédentes...

                          Succès auprès de la « Gauche » comme de toutes les autres formations politiques.


                        • Gollum Gollum 20 août 15:42

                          @Pierre Régnier

                          Ouch ! J’avoue que me voilà interloqué car je ne comprends pas bien où vous voulez en venir...

                          Concrètement parlant c’est quoi votre service public  ?


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 août 16:50

                          @Gollum

                          Il existait des services publics - à améliorer, ils étaient loin d’être parfaits - de la radio, de la télévision, de la communication téléphonique.

                          Ils ont été, pour l’essentiel, privatisés. Explicitement, dans le cas de la première chaîne de télévision, vendue à un entrepreneur du bâtiment par Chirac, Premier ministre de droite et Mitterrand, Président “de gauche”. Les autres ont été privatisés par leur obligation grandissante de se faire financer, notamment par la publicité commerciale, comme les entreprises “de communication” à but avant tout lucratif.

                          C’est, selon moi, principalement dans l’acceptation de ce double scandale que la Gauche a cessé de l’être.

                          Et depuis, comme la Droite, extrême ou pas, elle trouve normal que les nouvelles entreprises de communication, engendrées par des progrès techniques, soient en totalité privées.


                        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 17:26

                          @Pierre Régnier
                           Permettez-moi de revenir à vous.
                           Je me doutais qu’on allait mêlé le problème du paradigme numérique à une question politique partisane.
                            Or, cela n’a rien à voir. Que ce soit de gauche ou de droite, tous les partis y ont trouvé leur compte en oubliant de signaler ce qu’ils ont perdu dans l’opération.
                            Rien n’a jamais été parfait. Tout ce qu’a créé l’homme dans son histoire, a été une suite bénéfices et de ratages, de gains et de pertes.
                            Même la médecine a progressée plus rapidement grâce aux nouvelles technologies. Bien sûr, cela coûtait de plus en plus cher pour être à la page dans les hôpitaux. Les assurances hospitalisations ont monté en flèche avec les soins.
                          Cela m’a beaucoup amusé de lire que les vaccins on construit des couilles en or pour leurs vaccins. Mais voyons, la santé n’a pas de prix, dit le dicton...
                            Pourquoi les entreprises publiques ne sont pas dans le lot ?
                            Pourquoi, les ordinateurs sont construits par des entreprises privées ?
                            Les raisons se tiennent pour le comprendre si on n’est pas innocent.
                            C’est du « do it yourself and take the responsibily of what you are doing ».
                            Les gens se sont rués sur Facebook. Ah, oui, on avait un besoin psychologique de contacts, d’amis... Ils ont mis leur vie avec photos & Co sur Internet. Pas besoin d’une société d’espionnage de Cambrige Analatyca pour ça.
                            Good shot Mr Zuckerberg... 
                            Le Covid a accentué cela. On ne se voit plus entre 4 yeux. On travaille sur Internet. 
                            Vous avez entendu le nouveau truc Pegasus qui permet d’espionner votre smartphone à distance qui a été inventé en Israël. Oui, bien sûr, c’est entre les Etats. Jusque quand ? 
                            On finit toujours par trouver tout sur Internet.
                            Les réseaux hackers sont très outillés aujourd’hui.
                            La cyberguerre qui ne coute presque rien, est enclenchée. 


                        • Gollum Gollum 20 août 17:57

                          @Pierre Régnier

                          Ok je comprends mieux, merci.

                          Bon, je suis partagé. La vente de TF1 ne me choque pas particulièrement, d’autant plus que le public s’est étoffé après ça...

                          Il restait FR2 et FR3, on a rajouté Arte, FR4, FR5, il y a même eu une chaîne pour les dom-tom (dont j’ai déjà oublié le nom) qui a finalement été abandonnée... et il est question de laisser tomber FR4..

                          Garder du public c’est être dans l’obligation d’augmenter la redevance ou si on la supprime de répercuter les frais dans les impôts...

                          Donc tout cela est assez discutable. Bref, rien n’est simple.

                          Ce qui me semble plus grave par contre c’est la privatisation de secteurs stratégiques, le téléphone en fait partie à mon sens..

                          Sinon pour internet c’est difficile c’est un secteur quasi en entier aux mains des américains...

                          Raison pour laquelle les russes tentent de créer un internet bien à eux en raison des tensions américano-russes..

                          On devrait p’têt en faire autant.


                        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 18:30

                          @Gollum bonjour,
                           Savez-vous qui paye chez nous, les chaînes de télé ?
                           Vous pensez peut-être que c’est ce que l’utilisateur paye comme redevances annuelles. Partiellement faux.
                           Parmi les chaînes privées, certaines sont gratuites et financées par la publicité, d’autres sont payantes et donc financées par les abonnements.  En revanche, c’est la contribution à l’audiovisuel (anciennement appelée la redevance) qui finance les télévisions publiques.

                            La pub tout comme cette antenne Agoravox qui parfois demande un peu d’argent quand les publicitaires sont en manque.
                            Rien n’est gratuit en définitive. L’argent circule de main en main par des transaction mais plus en sonantes et trébuchantes.
                            Vous n’avez pas encore remarqué que les grandes surfaces poussent plus les clients à payer par cartes bancaires plutôt que de recevoir du cash qu’il faut compter, pièce par pièce, billet par billet ? 


                        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 18:42

                          @Gollum,
                           « On devrait p’têt en faire autant. »
                            Savez-vous le montant qu’il faut mettre sur la table pour lancer un Internet à son image ?
                           Il y a les chaînes internationales qui tournent 24h sur 24.
                           La française France24 et la LN24 que nous avons depuis peu.
                           Cette une véritable lutte pour survivre avec de l’info en continu. 
                           Elles rivalisent avec Al Jazeera plus efficace qu’on le pense. 

                           La Péninsule arabiqueparfois transcrit en français al-Jaziraal-Jezira ou al-Djezira est une chaîne de télévision satellitaire qatarienne qui émet en général en arabe, en anglais, en turc et en serbo-croate.

                          En 2013, la chaîne revendique 25,23 millions de spectateurs dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord, sur la base de deux sondages.

                          Avec l’arrivée des Talibans, cela va chauffer sur cette chaîne.


                        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 18:47

                          Le problème qu’on oublie de même qu’ici est révélé dans cette sorte de contre-pub vidéo


                        • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 20 août 21:47

                          A voir ce qu’était les télé des années 90 ce soir sur FR3
                          Intéressant de voir les différences avec aujourd’hui


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 août 22:21

                          @Réflexions du Miroir

                          C’est une union d’entreprises publiques et privées, et européennes (françaises et allemande) qui a, la première au monde, mis au point les moyens de réalisation d’une vidéo numérique, et qui a réalisé la première production TV numérique pour une chaîne.

                          Mais c’est surtout l’absence de réalisations et d’échanges interpersonnels de service public qui me révolte aujourd’hui.

                          Énorme régression démocratique et culturelle.


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 20 août 22:45

                          @Gollum

                          Comme je l’ai dit ci-dessus à Réflexions du Miroir la France avait les moyens techniques de créer un système semblable à internet avant que ça devienne un secteur quasi entier aux mains des américains.

                          Mais les gouvernants européens, ceux de la la France en tête, et tous les partis politiques ont, là comme ailleurs, démissionné pour, aujourd’hui, pleurnicher en constatant le monopole des GAFA(M) et de leurs petits également américains.

                          Les citoyens français et européens ne doivent pas prendre pour modèles ces destructeurs de nos pays soumis aux américains. Comme dans les autres domaines, ils doivent construire l’avenir numérique en arrachant la culture au capitalisme mondialisé qui la soumet à la technique et au profit financier.

                          Il faut (ré)apprendre aux jeunes à raisonner en fonction des nécessités culturelles, spirituelles (au sens laïque du terme), démocratiques, et plus généralement humanitaires.


                        • Gollum Gollum 21 août 12:00

                          @Réflexions du Miroir

                          Merci pour ces réflexions. Je réagis juste sur ceci :

                          tout comme cette antenne Agoravox qui parfois demande un peu d’argent quand les publicitaires sont en manque.

                          Justement ils ont demandé de l’argent si je me souviens bien peu après la crise financière de 2008...

                          Or  très curieusement  et alors que la fréquentation est au plus bas  plus de demande d’argent...

                          Bref, je me demande si ceux qui ont banqué à l’époque ne se sont pas fait gruger..


                        • Gollum Gollum 21 août 12:02

                          @Pierre Régnier

                          Oui la France a très souvent gâché des opportunités je suis bien d’accord... smiley

                          Mentalité de soumission vis à vis de nos « alliés »..


                        • Gollum Gollum 21 août 12:03

                          @Réflexions du Miroir

                          Savez-vous le montant qu’il faut mettre sur la table pour lancer un Internet à son image ?

                          Je me doute bien que ce ne doit pas être simple, c’est évident..

                          Mais en étalant sur le long terme peut être que..


                        • SELLIER SELLIER 21 août 05:08

                          Est-ce que vous avez vu cet article publié le 20/08/2021 (https://lecourrierdesstrateges.fr/2021/08/20/scoop-quest-ce-que-le-great-reset-recherche-vraiment-avec-le-passe-sanitaire/) par le « Courrier des stratèges », qui expose clairement le but final visé par les gouvernements à travers ces actuels « passes sanitaires » qui ne sont qu’un premier essai à grande échelle pour ensuite atteindre le Graal absolu : réduire l’être humain à une identité numérique totale. Et la société THALES est en première ligne dans la réalisation de ce sabordage absolu de la liberté. Il suffit de lire sa page d’accueil reproduite ici. (https://imagesetmots.fr/Files/other/thales_identite_numerique.pdf). ÉDIFIANT !!!


                          • cettegrenouille-là cettegrenouille-là 21 août 07:02

                            @SELLIER

                            Bonjour

                            Merci pour les liens.

                            Bonne journée


                          • Legestr glaz Legestr glaz 21 août 08:15

                            @SELLIER

                            Seule une méta-position permet de comprendre les objectifs en cours aujourd’hui.

                            Cette réunion « secrète » de l’année 2009 est un fait qu’il faut examiner de près.
                            https://solidariteetprogres.fr/IMG/pdf/billionaires_1_.pdf

                            Il est temps d’annoncer très clairement le projet en cours ! Ne vous y trompez pas : selon les élites eugénistes, nous sommes trop nombreux sur terre et il convient de prendre toutes les mesures, même contraignantes, pour ramener celle ci à de « justes proportions ». 

                            L’hystérie de l’injection génique expérimentale, sous autorisation conditionnelle, c’est qu’elle offre la possibilité d’introduire dans l’organisme humain toutes sortes de « nanoparticules ». 

                            https://www.mondialisation.ca/eug-nisme-et-agenda-mondial-de-d-population/?print=1

                            A lire avec une extreme attention. : le point numéro 7.

                            https://www.academia.edu/13526952/Reprotoxicité_des_nanoparticules


                          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 21 août 08:46

                            @SELLIER
                             
                             Alain Damasio a donné une description assez probable de cette société de contrôle, dans un roman qu’on peut encore appeler une dystopie : « La zone du dehors »
                             
                             Bientôt, de nombreuses dystopies nous paraitront aussi désuètes mais moins réjouissantes que les romans de Jules Verne.


                          • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 août 09:15

                            @Legestr glaz

                            C’est une évidence, la population mondiale doit fermement diminuer. Mais je ne crois pas à la mise en place d’une opération assurant cette diminution par empoisonnement des individus... Même s’il y a probablement des scientistes cinglés qui le proposent.

                            Il faut une dénatalité organisée dans les pays pauvres et surpeuplés.

                            Mais cela doit évidemment se faire en même temps qu’un enrichissement de ces pays par transfert de richesses prises dans les pays les plus riches.


                          • Legestr glaz Legestr glaz 21 août 10:50

                            @Pierre Régnier

                            Ce sont les « nanoparticules » contenues dans les produits injectables le vrai problème.

                            Je poste à nouveau ce document qui fait référence à la « reprotoxicité » des nanoparticules, et toutes les études scientifiques qui l’évoquent (elles sont dans les références du document, il y en a 73 ! C’est une revue de la littérature qui date de 2014 ). Point numéro 7.

                             Cette « hystérie de l’injection génique expérimentale » est démente. La seule « hypothèse » pour la justifier, et la pression qui est mise sur les Peuples pour l’accepter, c’est de comprendre l’usage des nanoparticules qui sont introduites dans les produits injectés. Le SARS-COV2 a disparu, il a muté. Les injections ne peuvent pas être efficaces contre les variants. C’est une hérésie de le penser. Alors pourquoi cette hystérie et cette continuité ? Parce qu’elle permet d’agir sur l’organisme humain, d’une certaine façon.

                            D’ailleurs, il y a déjà plusieurs années que certains « vaccins » ont défrayé la chronique alors qu’ils rendaient infertiles certaines populations. 

                            https://www.academia.edu/13526952/Reprotoxicité_des_nanoparticules


                          • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 21 août 12:06

                            Quel sera le visage d’Internet en 2040 ?

                            « L’internet des corps » par nanoparticules ? ^^

                            Depuis 2018, Microsoft a breveté un « système de cryptomonnaie utilisant des données d’activité corporelle » (WO2020060606) :

                            L’activité du corps humain associée à une tâche fournie à un utilisateur peut être utilisée dans un processus de minage d’un système de cryptomonnaie. Un serveur peut fournir une tâche à un dispositif d’un utilisateur qui est couplé de manière à communiquer avec le serveur. Un capteur couplé de manière à communiquer avec un dispositif de l’utilisateur ou compris dans ce dernier peut détecter l’activité corporelle de l’utilisateur. Des données d’activité corporelle peuvent être générées sur la base de l’activité corporelle détectée de l’utilisateur. Le système de cryptomonnaie de la présente invention couplé de manière à communiquer avec le dispositif de l’utilisateur peut vérifier si les données d’activité corporelle satisfont une ou plusieurs conditions définies par le système de cryptomonnaie, et attribuer une cryptomonnaie à l’utilisateur dont les données d’activité corporelle sont vérifiées.

                            ICI


                            • Mellipheme Mellipheme 21 août 18:03

                              Les histoires des GAFAM qui censurent ne sont que des balbutiements pour faire frémir les bonnes âmes.

                              Le Net de 2040 est déjà en gestation dans les bons labos de Chine, des US, du Japon, de Corée et d’Europe. (bons labos publics et privés, ils travaillent ensemble).

                              Le plus prometteur est un internet des objets connectés de plus en plus sophistiqués, plus divers et plus incontournables. D’ores et déjà en Chine on ne peut plus faire des achats ou prendre le train sans smartphone. Aux US on ne peut pas entrer dans certaines salles de réunions sans sa montre connectée. En France on ne peut pas aller boire un coup au bistrot ou prendre un train sans un QR-code sur son smartphone, etc...

                              Ce ne sont que les prémisses. Demain, les serrures seront à reconnaissance de fond de l’œil : votre porte (bureau ou domicile) ne s’ouvre que si le visiteur est bien dans vos contacts (ou ceux de l’entreprise), avec son empreinte de fond de l’œil dument enregistrée.

                              L’argent de votre salaire est à validité limitée dans le temps (faut pas thésauriser Monsieur, faut dépenser !), une partie n’est utilisable que chez certains commerçants ou pour certains types d’achats, et uniquement dans votre pays ou dans les pays « amis ».

                              La géolocalisation de chaque individu et de chaque véhicule sera permanente et universelle, au moins dans certains pays : Chine très vite, USA et UE un peu plus tardivement. Je vous laisse deviner pour la Corée, Singapour, etc. Il y a déjà ce qu’il faut à bord des Tesla, les autres constructeurs sont prêts. La Chine vient de prendre un décret pour interdire à Tesla (et aux autres) d’exporter les données de géolocalisation recueillies sur son territoire.

                              Pour la puce d’identité implantée en intra-musculaire, voyez votre médecin habituel à partir de 2028. A moins que ne soit préféré l’implant dans la boite crânienne, plus complexe à réaliser mais impossible à retirer au marché noir. En cours de test sur des gorets. Très prochainement sur des volontaires humains. Elon Musk investit beaucoup sur ces technos d’implants craniens « intelligents ».

                              On teste aussi les applis intelligentes qui refusent d’envoyer des mails, des messages ou quoique ce soit qui contredise des règles « morales et civiques » encodées dans les serveurs.

                              Pour ceux qui aime la techno, je recommande la lecture du JoWUA, « Journal of Wireless Mobile Networks, Ubiquitous Computing, and Dependable Applications », dispo dans les biblis universitaires, sections sciences de l’information.

                              Le « Brave New World » n’est pas un possible, c’est une certitude.

                              Il existe toujours un petit coin de ciel bleu et de liberté pour ceux qui savent et qui veulent dire « non », en pratique fuir le monde moderne, cultiver son jardin dans un coin tranquille et surtout se déconnecter : pas de smartphone, pas de réseaux sociaux, pas de GPS communiquant dans la poche ou dans la voiture, le moins possible d’achats en ligne. Pour les 20 ans à venir ça devrait rester possible. Au delà c’est moins certain...

                              Vous pouvez déjà vous entrainer si vous êtes allergique au Brave New World smiley

                              Mais réfléchissez bien : dans le BNW, les gens sont heureux : ils baisent , ils mangent, ils regardent des gentilles vidéos ou des matchs de foot, ils jouent à des petits jeux marrants en ligne, que demander de plus ? Moins d’insécurité ? Des vaccins plus efficaces ? Mais justement on y travaille Monsieur ! Aidez-nous par votre enthousiasme à adopter le progrès ! smiley


                              • pemile pemile 21 août 18:27

                                @Mellipheme "D’ores et déjà en Chine on ne peut plus faire des achats ou prendre le train sans smartphone. Aux US on ne peut pas entrer dans certaines salles de réunions sans sa montre connectée. En France on ne peut pas aller boire un coup au bistrot ou prendre un train sans un QR-code sur son smartphone, etc..."

                                Si, aujourd’hui la version papier suffit, d’ici 2040, j’en doute aussi !


                              • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 août 09:56

                                @pemile et @Mellipheme

                                L’important c’est de travailler, parallèlement, à l’élargissement du combat contre ce monde de cinglés scientistes et mortifères.

                                Il faut refuser ces trois attitudes partout présentes :

                                - le négationnisme (mais non ces horreurs n’existent pas)
                                - le fatalisme (c’est l’évolution normale du monde humain)
                                - le défaitisme (c’est foutu, on n’y peut rien, c’est trop tard etc...)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité