• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Médias > Retour de flammes nipponnes

Retour de flammes nipponnes

La cocarde de travers.

Les journalistes s'extasient, s'enthousiasment, poussent des cris hystériques, vantent les mérites incomparables de la grandeur tricolore sans jamais prendre de recul ni analyser ce qui se doit. Pourtant ce devrait être leur travail plutôt que de hurler dans un micro. Mais voilà, ils ne sont pas au service de la mise en perspective mais sont tout bonnement les valets du grand triomphe hexagonal.

Nous pouvons naturellement nous réjouir pour les succès individuels des uns et des autres en nous gardant bien d'utiliser ce « On a gagné ! » qui n'a rien à voir avec la réalité. Une médaille aux Jeux Olympiques est avant tout le fruit d'un engagement personnel et non pas une récompense collective. Les seuls à se prévaloir légitimement de ce succès sont les proches, les entraîneurs, les bénévoles des associations, les municipalités éventuellement et les généreux mécènes mais certes pas les gens vautrés dans leurs canapés.

Puis, l'euphorie passée, le triomphe des sports collectifs de salle digéré, il convient de pousser l'analyse plus loin pour mettre en évidence le fiasco et non pas le succès que les médias veulent nous faire avaler pour servir la soupe aux responsables politiques du futur pays organisateur. Tout d'abord, avant de s'enflammer, il convient d'examiner cette performance qu'on nous présente comme formidable, extraordinaire, merveilleuse et toute la longue suite de superlatifs, les seuls éléments du vocabulaire francophones qui sont encore enseignés dans les écoles de journalisme.

Le bilan national a été parfaitement ridicule avec cette spécificité notoire et récurrente que tous ceux qui étaient favoris dans leur discipline se sont lamentablement vautrés ou sont arrivés avec un pet de travers. C'est du grand art quand la chose se reproduit avec cette formidable régularité. Nous pourrions alors nous interroger sur la dimension mentale, sur l'incapacité tricolore à accepter la pression dans la perspective d'une prochaine olympiade à domicile. Mais naturellement ceci remettrait en cause les structures officielles que nous payons fort cher. Il est préférable d'éviter d'évoquer ce qui fâche. Seuls les sports collectifs qui échappent à la surmédiatisation ont trouvé la parade par leur dynamique propre à l'exception du fiasco considérable du football qui mérite le bonnet d'âne toute catégorie.

Les récompenses sont allées vers les sports qui sont manifestement les marqueurs d'aisance financière d'une nation. Il y a certes le mérite de l'athlète mais ce dernier n'entre pas en concurrence avec les ressortissants des pays économiquement en difficulté. À ce petit jeu, rassurez-vous, avec les nations comparables, nous sommes malgré tout toujours en retrait.

Puis il y a la discipline reine des Jeux et celle qui met en avant les qualités naturelles sans trop d'apport technologique : l'athlétisme. Là, c'est le désert ou presque, une situation plus que dramatique pour une nation qui doit recevoir dans trois ans la prochaine édition. C'est là que s'exprime le plus la totale carence d'un système éducatif qui a banni la compétition de l'éducation physique et sportive alors que paradoxalement est demeurée reine dans les enseignements traditionnels. C'est exactement le contraire qu'il faudrait faire mais en France nous avons l'art de marcher sur la tête.

Le cyclisme a effectué une terrible sortie de piste et de route. Il n'y a pas à faire la fine bouche, c'est là la preuve que nos biologistes tout comme pour le vaccin ont un gros train de retard. Dans trois ans, le retard ne sera pas rattrapé, ne nous faisons aucune illusion. Les médailles et les succès continueront de se diriger vers des nations qui ont beaucoup moins de scrupules.

Tout ceci pour que vous reveniez à la réalité. Il est très rare qu'une grosse nation économique, olympiade précédant les jeux chez elle, récolte des résultats aussi médiocres. Ce n'est plus un signal d'alarme car trois ans c'est bien trop peu pour infléchir la donne. Il est déjà trop tard d'autant que durant la crise sanitaire, tout a été fait pour tuer dans l'œuf les petits clubs de sport, vivier des futurs champions.

Nous aurons sans doute une formidable cérémonie d'ouverture, du clinquant et du fastueux, de l'originalité et de l’extravagance, mais le sport ce n'est pas ça, pas plus que les vociférations des journalistes sportifs. C'est une culture qui s'enseigne à l'école et il n'est qu'à voir cette discipline à l'école primaire comme dans l'enseignement secondaire pour se convaincre que nous ne serons jamais une véritable nation sportive.

Participativement vôtre.

Tout ceci serait passé comme une tête sous l'imposte si un pantin de service, médaille en chocolat de l'indignité politique, n'avait proclamé que le triomphe olympien était dû au sport scolaire. Les médaillés eux-mêmes s'en sont étranglés d'indignation quand on connaît l’indigence du sport à l’école. Une fois encore, pour monsieur Blanquer il est plus facile d'enfiler des perles que des anneaux et des propos censés.

JPEG


Moyenne des avis sur cet article :  4.38/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Gégène Gégène 12 août 11:33

    à l’auteur,

    je ne comprends pas vos propos : il était pourtant clair, en écoutant les bulletins d’infos et le journal télévisé, que la France a largement dominé ces jeux. On n’y parlait que des exploits de nos bleus !!!


    • Fergus Fergus 12 août 12:00

      Bonjour, Gégène

      En effet. Et les journalistes qui couvraient les JO ont, comme d’habitude, menti éhontément en affirmant « vous ne manquerez rien » alors que les diffusions étaient très largement centrées sur les seules épreuves où figuraient des Français !


    • Aristide Aristide 12 août 12:12

      @Fergus

      Pour ceux qui n’ont pas de bouquet de chaines de sports, comment faire autrement. Une chaine France 2 et 3 !!!! 


    • Fergus Fergus 12 août 13:05

      @ Aristide

      Je ne disposais moi aussi que des reportages de France Télévision (chaînes 2, 2 et 14). Et désolé, mais en éliminant les trop nombreuses redondances (notamment de matches de sport collectif rediffusés en lieu et place d’autres sports) et en élaguant une partie des fastidieux commentaires d’après-match, il y avait moyen de montrer pas mal d’autres images, avec ou sans Français !


    • C'est Nabum C’est Nabum 13 août 05:12

      @Gégène

      Il est clair désormais que les médias sont devenus un vulgaire un organe de propagande


    • C'est Nabum C’est Nabum 13 août 05:16

      @Fergus

      Le sport se résume à la cocarde


    • Fergus Fergus 12 août 11:58

      Bonjour, C’est Nabum


      « en nous gardant bien d’utiliser ce « On a gagné ! » (exprimé par) les gens vautrés dans leurs canapés ».

      En effet, on use, et même abuse, de cette formule frappée au coin du chauvinisme. Cela dit, rien de bien grave.


      « Le bilan national a été parfaitement ridicule »

      Un jugement quelque peu excessif. Mais le fait est que le bilan  hors sports collectifs  a été mauvais, nettement en retrait des objectifs et sans doute problématique en vue des JO de Paris où, d’ores et déjà, la barre est placée nettement plus haut que les objectifs de Tokyo.


      « un système éducatif qui a banni la compétition de l’éducation physique et sportive »

      C’est vrai, et c’est là aussi problématique, la compétition n’étant pas en elle-même négative dans la mesure où elle fait intrinsèquement partie de l’individu comme l’illustrent les enfants, toujours en situation de se mesurer aux autres, fut-ce dans les jeux de cour d’école. 

      En ce qui concerne l’éducation physique et sportive, je crois d’ailleurs que ce qui est pratiqué dans les écoles n’a guère d’intérêt. Mieux vaudrait à mon avis que cette éducation soit assurée (par exemple les mercredi après-midi) par les éducateurs des clubs en partenariat avec l’éducation nationale.



      • Aristide Aristide 12 août 12:07

        @Fergus

        Un jugement quelque peu excessif. Mais le fait est que le bilan  hors sports collectifs  a été mauvais

        Ouais, et si on enlève les sports individuels c’est pire !!!

        Les italiens, les allemands, ... tous aussi mauvais ....


      • C'est Nabum C’est Nabum 13 août 05:14

        @Fergus

        Mon jugement est nullement excessif

        85 pays ont été récompensés, si on fait le ratio Médailles/ PIB la France est la 70° place

        Vous voyez

        Quant au sport à l’école c’est devenu le club Med


      • lunatique 13 août 10:13

        @Fergus

        En ce qui concerne l’éducation physique et sportive, je crois d’ailleurs que ce qui est pratiqué dans les écoles n’a guère d’intérêt. Mieux vaudrait à mon avis que cette éducation soit assurée (par exemple les mercredi après-midi) par les éducateurs des clubs en partenariat avec l’éducation nationale.

        Bravo, vous êtes totalement en phase avec le gouvernement. C’est exactement son projet.


      • titi 13 août 11:11

        @C’est Nabum

        « 85 pays ont été récompensés, si on fait le ratio Médailles/ PIB la France est la 70° place »

        Sauf à considérer que les banquiers sont tous des grands sportifs je ne vois pas très bien la pertinence de ce ratio.

        médaille / population ça me parait mieux quand même.


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 12 août 12:33

        Feme boutik ! Feme !


        • C'est Nabum C’est Nabum 13 août 05:15

          @Aita Pea Pea

          Vous voulez me faire taire ?

          Dénoncez moi


        • jymb 12 août 12:56

          Loin de la boîte à fric olympique : la France vice championne du monde de voltige aérienne...mais pas de bandeaux publicitaires donc silence médiatique absolu 

          https://www.facebook.com/French-Advanced-Aerobatic-Team-106304544488815/


          • C'est Nabum C’est Nabum 13 août 05:16

            @jymb

            Pourtant en matière de Voltige, le gouvernement se pose en champion


          • lunatique 13 août 10:07

            Quel drôle d’article (drôle n’est pas entendu au sens d’amusant, mais de bizarre) ! Je crois que en voulant critiquer le système vous en utilisiez les pseudo valeurs.

            A Paris, où par un reste d’une vieille histoire, la mairie n’a pas réussi à supprimer les postes de professeur de sport, payés anciennement par le département de la « Seine », qu’elle finance en dehors de l’éducation nationale, avec un statut très solide (ce ne sont pas des animateurs d’associations, mais ce sont des PVP professeur ville de Paris) dans les écoles élémentaires, ainsi que des postes de professeurs d’art visuel et de musique, le sport à l’école a plutôt la part belle. Et s’il n’y a pas de « compétition » comme vous semblez le regretter, il y a par exemple ce que ces professeurs appellent les jeux d’oppositions dans lesquels les enfants sont amenés à se mesurer les uns aux autres. Je dirais que le sport scolaire est plutôt en avance qu’en retard. Car, si on parle des jeux d’oppositions, il y a aussi beaucoup de jeux de « coopération » qui permettent à plusieurs d’atteindre une performance visée.

            On ne peut vouloir le tout et le contraire de tout. « Citius, altius, fortius » est mort, il suffit maintenant de l’enterrer.

            Pourquoi diable, supposez-vous que le pays organisateur des jeux doit être prêt pour des performances significatives ? Significatives de quoi ? Comme pendant la guerre froide le sport serait la démonstration par le nombre de médailles de la supériorité du capitalisme sur le socialisme ou le contraire ou d’un pays sur un autre ?

            Au contraire, ne devrions-nous pas saluer un pays qui organiserait des jeux, juste pour la fête internationale que ce pourrait et devrait être et non la recherche de performances qui laissent supposer que le monde moderne permet à l’être humain un développement infini ? (Peut-être cela fait-il penser à « croissance décroissance ?)

            Avez-vous déjà lu qu’un coureur britannique de 4 fois 100m vient d’être suspendu pour soupçon de dopage ? 

            Avez-vous vu ces records féminins jamaïcains ahurissants ?

            Vous y faites allusion en quelque sorte, en vous interrogeant sur les scrupules qu’aurait le sport français. Le déplorez-vous ou souhaitez-vous que pour la gloire du drapeau on empoisonne la jeunesse ?

            Et encore, vous dites à juste titre qu’il n’y a aucune raison à se glorifier collectivement voire nationalement de victoires qui ne sont que celles des athlètes et de leur entourage, mais vous pensez qu’il y a une faillite »française« dans le mental qui ne serait pas enseigné, pratiqué, à l’école (entre autre). On s’y perd. La victoire ne serait pas un fait de nation, mais la défaite, si ! Quelle mortification. Vous renversez bien entendu le credo du »on a gagné ils ont perdu« en » Ils ont gagné on a perdu« , ce qui, je le reconnais n’est pas banal. Mais au fond les valeurs restent.

            Le »sport" est né avec le capitalisme. S’il meurt, tant mieux, on pourra penser que le capitalisme tousse, ou si le capitalisme exsangue entraîne le sport dans sa chute on ne peut que s’en réjouir. Rien n’empêchera de continuer au contraire même de jouir de son corps, du plaisir physique d’être au monde. Sans médailles, sans records, sans trompettes ni tambours !


            • C'est Nabum C’est Nabum 13 août 11:25

              @lunatique

              Le sport moderne est né du Capitalisme, le sport Antique de la volonté de déifier les athlètes
              Au bout du compte l’argent roi demeure médaille d’Or de ce grand détournement qui transforme des corps sains en bêtes de foire


            • titi 13 août 11:34

              @lunatique

              « Quel drôle d’article »
              Il n’y a pas besoin qu’un article soit construit pour qu’il soit publié sur AV.
              Ce qui compte c’est la conclusion : peut importe comme l’article est articulé.

              Ici, l’auteur conclut en envoyant un Scud au ministre de l’éducation, donc au gouvernement, donc à Marcon.
              Ce qui en fait automatiquement un très bon article.

              Bon c’est vrai qu’il est un peu long : « Macron = caca » aurait suffit à résumer la pensée de l’auteur.


            • C'est Nabum C’est Nabum 13 août 13:24

              @titi

              Désarticulé

              comme ce pantin et naturellement votre serviteur


            • JP94 13 août 14:23

              @lunatique
              Quelle belle analyse ! une analyse critique de l’analyse.

              Les sportifs eux-mêmes avaient rétorqué à Blanquer en ajoutant que parmi les parents pauvres de l’EN on comptait aussi la musique, etc ...et finalement le reste aussi, avec les nouveaux programmes.
              Ce qu’ils ont mis en avant est le sport par les associations 1901, ce qui peut surprendre, vu qu’on aurait pu s’attendre à une promotion de l’INSEP.
              L’idée de confier le sport scolaire à des animateurs est une sacrée réduction d’ambition ! 

              Les profs d’EPS sont avant tout des profs, des pédagogues de formation universitaire qui ont d’ailleurs un état d’esprit plus proche de celui promu par l’Olympisme dans ses principes fondateurs : amateurisme, et à la source, éducation par le sport et non pas sport pour le sport, ni performance à tout prix. Un peu comme science sans conscience, on est en droit de critique le sport sans conscience, qui est pour moi celui développé depuis Samaranch, ex ministre de Franco, par le CIO.

              J’ai connu la transition entre les chargés de sport : on avait une militaire ! et les profs « profs » : l’approche était complètement différente, avec une réflexion pédagogique, motivante, et au besoin, on avait les compétitions scolaires UNSS, pour les volontaires. La finalité de l’EPS n’est pas d’envoyer aux JO, et pas la performance en soi, même si courir le plus vite, sauter le plus haut, voire ( mais plus me concernant) se montrer plus fort ( au lancer ?) nager plus vite, se dépasser devant les camarades est un grand épanouissement, même sans compétition ! et les matchs de hand où l’on fait des combinaisons avec les copains...le prof prodigue aussi des conseils techniques même si ce n’est pas l’essentiel du cours, et puis peut orienter vers la compét...
              Mais tout ceci est vrai pour toutes les matières : mens sana in corpore sano.

              A mon avis, le problème est l’image sociale du sport-fric promue par les médias et cette société : les garçons qui « rêvent » de devenir riches et footballeurs...on est loin de ces champions étudiants en sciences éducatives et sportives, rédigeant des thèses, qu’on avait aux JO dans les années 60 à 70...ça dérangeait certains intérêts et surtout la représentation socio-politique.

              Et à ces JO, que de choses lamentables du fait même des organisateurs, plus encore que des sportifs : la Russie privée de drapeau et d’hymne ; humiliation dictée par les USA, triche arbitrale en boxe et en GRS, peut-être en lutte et aussi en tir... dopage britannique ( dénoncé par les cyclistes français à Londres) dopage médicalisé ... même Simone Biles avec son Rinalin en a pâti : mais le CIO est formel : ce médoc prescrit aux enfants agités ne booste pas les performances ...


            • juluch juluch 15 août 10:11

              Pas trop suivit pour cause de taff en pagaille, mais il me semble que l on s’en est assez bien sortit.

              on verra quand se sera organisé chez nous.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité