• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > 2018 : le budget des riches et du CAC40

2018 : le budget des riches et du CAC40

Ce n’est sans doute pas pour rien qu’Emmanuel Macron, alors ministre, vantait l’envie d’être milliardaire. Le premier budget de son ère est donc, aussi tristement que logiquement, un budget qui comblera ses amis les milliardaires. Et s’il daigne jeter quelques piécettes au peuple ce n’est que pour détourner l’attention du caractère socialement injustifiable et révoltant de sa politique.

 

Prendre au peuple pour donner aux oligarques
 
Pour qui prend un peu de recul, les premiers mois de Macron sont effarants. Finalement, il a osé donner bien plus aux plus riches et au CAC40 que ce qu’avait fait Sarkozy, alors même que les profits battent des records (en 6 mois, le CAC 40 en a engrangé plus de 50 milliards, une progression d’un quart sur un an) et que les inégalités sont au plus hauts. Bref, alors que tout devrait pousser à une hausse de la progressivité des impôts des plus riches et des entreprises, Macron fait un budget qui propose d’accentuer plus encore les inégalités, tout en poursuivant le démantèlement du droit du travail, au plus grand profit de multinationales déjà en position de force avec le chômage de masse.
 
Bien sûr, la majorité des salariés gagneront sur la baisse des cotisations sociales et de la taxe d’habitation. Mais il s’agit d’un tour de passe-passe, Macron cherchant à brouiller les pistes en multipliant les mesures. La seule hausse des taxes sur l’essence devrait annuler la moitié de ces gains… Un bon quart sera compensé par la baisse des APL et il ne faut pas oublier que le gain théorique de pouvoir d’achat des actifs sera compensé par des coupes de dépenses publiques, qui sont aussi autant de services que l’Etat ne leur rendra pas, ce que tout le monde semble oublier un peu vite dans les comptes qui sont faits pour faire la synthèse de ce budget d’oligarques pour oligarques.
 
Le prélèvement forfaitaire unique de 30% va réduire la fiscalité sur les revenus du capital des plus fortunés de plus d’un milliard d’euros  ! Jamais à court d’idées pour alléger la fiscalité de Bernard Arnault, Macron enterre largement l’ISF, osant faire ce que Sarkozy n’avait pas osé, le limitant à sa portion immobilière, soit une baisse de 80%, 3,2 milliards donnés à 340 000 contribuables pas vraiment dans le besoin. Et pour couronner le tout, l’impôt sur les sociétés passera de 33 à 25%, un cadeau de 10 milliards aux entreprises alors même qu’elles ne savent pas quoi faire de leur argent. Même le Monde doit bien reconnaître qu’ « en règle générale, les gagnants sont les gros contribuables  ».
 
Qu’aurait-on dit si Sarkozy avait mis en place une telle politique ? Bien sûr, beaucoup de mesures avaient été annoncées. Mais pour qui prend un peu de recul, la violence du virage politique réalisé par Emmanuel Macron, en faveur des plus riches et du CAC 40, est extravagant alors que leur désertion fiscale est chaque jour davantage documentée ? Comme le rapporte un youtubeur, les cadeaux de Macron représentent plus de 90 000 euros pour les 280 000 Français les plus riches sur 5 ans, ou, selon Marianne un million par an pour les 3 000 les plus riches ! Et pour couronner le tout, Marianne note que les ordonnances de démantèlement du droit du travail aboutissent au CPE, en pire.
 

Macron est et restera le président de l’oligarchie. Elle l’a soutenu sans vergogne et il mène aujourd’hui une politique de classe extravagante. Mais à trop pousser leur avantage dans la lutte économique des classes, même inconsciemment, les élites devraient finir par se méfier des réactions qu’elles pourraient finir par susciter. Que pourrait surgir d’une telle politique oligarchique ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.36/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 3 octobre 09:49

    Macron le Luciférien a été mis en place pour appliquer la politique de Bruxelles , des lobbys, de la finance etc.... et croyez moi il se débrouille très bien , en peu de mois il va faire reculer la France au niveau des années 1900 , tous les acquis issus des luttes sociales contre les différents gouvernements vont êtres balayés d’un revers de main et le pire c’est que ceux qui en seront les victimes ont veautés pour lui , voila de quoi réfléchir les mougeons ..... ha vous êtes incapables de réfléchir mais seulement de couiner alors il a les mains libres le Président du CAC 40 , il a un pont commun avec Sarko et Hollande , il vous déteste ..... 


    • foufouille foufouille 3 octobre 10:04

      Bien sûr, beaucoup de mesures avaient été annoncées..
      ben oui et donc ?


      • Alren Alren 3 octobre 19:27

        @foufouille

        « Bien sûr, beaucoup de mesures avaient été annoncées..
        ben oui et donc ? »

        Ben, il fallait, comme moi et d’autres, appeler à voter Mélenchon-FI au premier tour de la présidentielle !!! C’te bonne blague !!!


      • foufouille foufouille 4 octobre 10:08

        @Alren
        ben, il fallait donc au second tour voter pour macron ?


      • gogoRat gogoRat 3 octobre 10:15

        « la majorité des salariés gagneront sur la baisse des cotisations sociales »

         Qui vous dit que la baisse des cotisations sociales sera durablement basculée en une hausse des salaires ? La loi du marché et le rapport de force entre la demande et l’offre de contrats de subordination ne devrait-elle pas mécaniquement engendrer une baisse des salaires ?!


        • Daniel Roux Daniel Roux 3 octobre 10:16

          C’est une réforme fiscale et un budget de fainéant !

          On prend aux pauvres et on donne aux riches. Facile !

          Une politique qui aurait de la gueule, ce serait :

          - Rendre illégale le commerce des entreprises qui ne paient pas les mêmes impôts que les entreprises françaises paient. C’est ça la concurrence loyale !
          - Supprimer toutes les subventions qui nuisent à la concurrence libre et non faussée.
          - Supprimer toutes les normes imposées par les multinationales pour rendre l’entrée sur un marché trop coûteux pour les PME.
          - Imposer toutes les entreprises au même taux sur leur chiffre d’affaire effectué sur le territoire national.
          - Imposer de façon progressive tous les revenus au-dessus du revenu médian.
          - Faire payer des impôts à tous les Français de l’étranger sur le modèle américain.


          • Nolats Nolats 3 octobre 12:16

            Bonjour. C’est bien le cumul des mesures (ISF devenue IFI, flat tax sur les revenus financiers) qui est l’indicateur de la faveur faite aux fortunes financières. Elles sont présentées comme du carburant pour l’économie, mais elles prélèvent bien plus qu’elles n’injectent.


            • Pierre 8 octobre 13:57

              @Nolats
              Ah ouais, ils vont faire prospérer d’autres économies et investir ailleurs parce qu’ils n’aiment pas notre cuisine ?


            • Nolats Nolats 14 octobre 12:25

              @Pierre
              croyez-vous que ceux qui s’exilent fiscalement en Suisse investissent dans les PME de la confédération helvétique ? Les fonds de placement ne s’occupent pas de l’économie locale, ce sont les mêmes multinationales qui sont cotés sur les diverses places financières. Alors certes, les différents pays font la danse du ventre pour attirer des grosses fortunes qui paieront un impôt réduit mais mais néanmoins bienvenu pour le budget local. Mais ce ne sera jamais assez, il y aura toujours plus bas ailleurs.
              L’ancienne variante de l’ISF comportait déjà l’exonération des placements directs dans les PME françaises, les investisseurs « utiles » étaient donc déjà pris en compte.


            • Pierre 6 octobre 17:59

              Que des arguments du franchouillard moyen bas de plafond qui ne comprend rien à l’économie !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires