• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > De Gaulle vs Mitterrand

De Gaulle vs Mitterrand

Qu’est-ce qui sépare l’un de l’autre à part la réponse spontanée : ‘tout’ ?

Au cours des années 1940-41-42 quelques dizaines de milliers de Français sur 41,6 millions estimèrent qu’il était de leur devoir de résister à la plus organisée des barbaries jamais connues. Vers la fin de la guerre, on comptera 300 000 résistants : moins de 1% de la population aura finalement pris part à la résistance.

L’appel du 18 Juin 1940 prononcé par le général de Gaulle sur les ondes de la BBC à Londres essaya de fédérer les élans. Ce discours fut très peu entendu sur le moment. Il donna lieu à une publication reprise par quelques journaux français. Fin juillet 1940, un peu plus de deux mille cinq cent personnes l’auront rejoint : « Une poussière de soldats ».

Aux élections qui suivirent la guerre, les communistes recueillirent 26,2% des voix, les démocrates-chrétiens 23,9%, les socialistes 23,4%. De Gaulle dirigera brièvement le pays après la Libération, mais favorable à un pouvoir exécutif fort, il s’oppose aux projets parlementaires et démissionne en 1946. Il revient au pouvoir en mai 1958, dans les remous de la guerre d’Algérie.

Il édicte une nouvelle constitution, il refuse la domination des États-Unis en mettant en avant une force nucléaire autonome, il pose son véto à l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE (future UE), il met en place le programme spatial français, il accorde l’indépendance à l’Algérie tout en perdant le soutien d’anciens combattants luttant pour l’Algérie française, il est la cible d’attentats terroristes de l’OAS, il réprime peu avant l’indépendance de l’Algérie des manifestations animées par le FLN, les harkis, désarmés par la France, sont abandonnés à leur sort, il instaure le suffrage universel direct pour l’élection présidentielle, il promeut l’Europe des Nations, il fait rapatrier la part de l’or de la Banque de France déposé à New York à la Banque fédérale de réserve…

Il surmonte les ‘événements’ de Mai 68, puis engage son mandat par un référendum en 1969 sur la réforme du Sénat et la régionalisation. La victoire du ‘non’ conduira à sa démission.

F. Mitterrand s’engage en politique après la Seconde Guerre mondiale au sein de l’Union démocratique et socialiste de la Résistance considéré comme un parti socialiste libéral. Il sera député de 1946 à 1958, puis sénateur de 1959 à 1962 et à nouveau député de 1962 à 1981, il est onze fois ministre sous la IVe République. Candidat du Parti socialiste à l’élection présidentielle de 1981, il est élu au second tour face à Valéry Giscard d’Estaing. Il sera réélu en 1988.

Après avoir conduit une vague de nationalisations et impulsé une augmentation de 27% des dépenses publiques, il met en oeuvre un ‘tournant de la rigueur’ afin de se conformer à une ‘culture de gouvernement’.

Il abolira la peine de mort, autorisera des radios locales privées, créera la Haute Autorité pour la communication, fera passer la majorité sexuelle à 15 ans pour tous, abolissant ainsi la distinction entre rapports homosexuels et hétérosexuels, procédera à la régularisation des étrangers en situation irrégulière, initiera la décentralisation administrative, créera les zones d’éducation prioritaire, supprimera les notions de ‘bonne moralité’ et de ‘bonnes mœurs’ du statut général des fonctionnaires, créera les premières chaînes de télévision privées, instaurera (provisoirement) un scrutin proportionnel aux élections législatives, fera une loi pour limiter le cumul des mandats, créera le revenu minimum d’insertion (RMI), fera une loi interdisant les propos négationnistes et luttant contre le racisme, interdira les écoutes administratives, délocalisera certains organismes publics en banlieue parisienne, ramènera le service militaire à 10 mois, fera un moratoire sur les essais nucléaires, fera une loi condamnant l’entrave à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) et dépénalisant l’avortement…

L’un aimait la France, l’autre voulait être aimé des Français. Aimer, être aimé, l’un est-il compatible avec l’autre lorsqu’on s’adresse à un peuple ?

C’est François Mitterrand, avec beaucoup d’autres, qui a fait école en France comme ailleurs et qui a imposé un mode d’action aux démocraties. Gagner les élections implique de satisfaire les droits ou/et les appétits du plus grand nombre. Les processus électoraux demandent des trésors d’imagination pour séduire et convaincre les foules. Un savant mélange de convictions et de rouerie est proposé lors des votations actuelles : revenu universel (d’activité ou pas), abaissement des droits de succession, augmentation du SMIC, prime à l’emploi, allocation logement, prime de Noël, indemnité inflation, prime de pouvoir d’achat, prime « Coup de pouce Chauffage et/ou Isolation », allègement d’impôts, suppression de l’ISF, baisse de cotisations salariales, patronales, suppression de la taxe foncière, baisse de la TVA…

Pourtant les bénéfices de l’instant ne permettent pas d’obtenir le respect de tous par chacun si un partage, même minime, du pouvoir n’est pas mis en place.

Le Général de Gaulle a constaté en son temps que les gens fortunés ne l’avaient pas rejoint à Londres : « Les possédants sont possédés par leurs possessions ». En 1948 il énonce que : « Nous, peuple français, nous voulons que les travailleurs deviennent des sociétaires, au lieu d’être des salariés. », ce qui entraînerait que les cadres, les chefs, les ouvriers devraient pouvoir fixer ensemble entre égaux leurs conditions de travail. En 1967, le général de Gaulle signera une ordonnance qui instaurera la participation pour les entreprises de plus de 100 salariés (50 salariés depuis 1990) si elles ont réalisé un bénéfice.

En France, les sociétés du CAC40 versent 68,2 milliards de dividendes à leurs actionnaires soit plus des deux tiers de leurs bénéfices. À peu prés deux millions et demi de travailleurs touchent le SMIC (1269,45€ net par mois) et six millions de personnes vivent de minima sociaux. Si la totalité des dividendes était versée aux personnes qui en ont le plus besoin, ceci représenterait 668€ par mois pour l’ensemble des personnes concernées. Il reste à déterminer les parts respectives du travail et du capital. De plus, la participation des salariés aux conseils d’administration permet l’accès à la dignité en plus des apports financiers précédents.

Aimer la France c’est surtout aimer l’égalité de respect et de traitement entre tous ceux qui la constituent. Aimer les Français c’est distribuer des subsides aux plus méritants quelquefois, aux plus bruyants souvent.


Moyenne des avis sur cet article :  2.82/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Lynwec 5 février 13:02

    Un qui a mis en place un système tyrannique, l’autre qui en a profité et l’a modifié en utilisant le joker de l’extrême-droite, dans le même but de pouvoir personnel.

    Aucun respect ne saurait être dû ces deux personnes.


    • chantecler chantecler 5 février 13:18

      @Lynwec
      Va raconter ça au FN , vous qui vous plaignez sans arrêt de ne pas être représentés .
      Vous êtes contre la proportionnelle ?
      Vous préférez le scrutin majoritaire ?

      Si oui, d’accord ,mais arrêtez de vous plaindre .
      Si non fermez vos gueules et arrêtez de vous défouler sur le PS 81 au nom d’un gaullisme légendaire ...

      .
      Car à l’époque c’est ce que l’opposition réclamait. , la proportionnelle ce que F. Mitterrand a accordé .
      Oui, oui !
      Et renseignez vous directement , et non via votre mentor : sur le net c’est possible ....
      En ce temps là on pouvait encore parler de démocratie , de liberté d’expression, d’opposition , de représentativité démocratique ....

      Vous êtes vraiment des nazes à rabâcher toujours les mêmes inepties .
      Encore si votre gourou avait la moindre chance mais non !

      Votre entrisme et votre fanatismes sont tristes à pleurer .

      C’est bien la peine de vous référer à l’histoire ...
      Laquelle ?
      Celle de l’ancien régime ?
      Vous agitez , vous semez le trouble ,mais vous n’avancez pas ....
      Même pas votre cause ...
      Vous radotez .


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 février 13:46

      @Lynwec

      J’ai naturellement tendance à respecter tout le monde, j’ai seulement un peu plus de mal avec les Hommes politiques.


    • Lynwec 5 février 17:41

      @chantecler

      Respirez profondément, expirez. Tout va bien. Inutile d’en faire tout un drame. Nous pouvons débattre sans agressivité ni amalgames.

      Pour info, je préconise la sortie de l’UE, de l’Otan et la réappropriation de la création monétaire, alors la phrase
      « Va raconter ça au FN , vous qui vous plaignez sans arrêt de ne pas être représentés .
      Vous êtes contre la proportionnelle ? »

      Je ne me sens pas du tout concerné.

      De Gaulle a mis en place la constitution de 1958 dans laquelle les pouvoirs ne sont pas du tout séparés en réalité, ils ne le sont qu’en apparence et c’est facilement démontrable, on l’a vu en application sur les deux passes nazitaires.

      Mitterrand a certes utilisé la proportionnelle, mais quand il l’a fait, c’était avec l’objectif d’affaiblir la droite en gonflant le FN, tactique payante, jusqu’à un certain point.
      Mentor, gourou, entrisme, fanatisme, nazes sont des mots que vous assénez vigoureusement, mais ils ne constituent en rien des arguments solides.

      Vous pouvez présenter tous les arguments que vous voudrez, il n’en est pas moins vérifiable qu’avant l’entrée dans l’UE et la fin du financement de l’état par la Banque de France, la situation économique du pays était bonne.

      Depuis, elle ne l’est plus et loin de là. On peut continuer sur la même voie avec d’autres personnes en pensant que ça s’améliorera, mais il me semble que cette méthode a été l’objet d’une citation :" La folie, c’est de faire toujours la même chose et de s’attendre à un résultat différent ». La citation est attribuée à Albert Einstein.


    • vaietsev1 5 février 18:07

      @Jacques-Robert SIMON

      réponses spontanées ?!!!
      Pour des hommes de lettre qu’ils étaients ,ils parlaient bien LE FRANCE je crois !

      Les républicains sont spontanées ,sauf on le sait pas .
      Allez chatouillez chaque répoublicains comme ses étrangers et ses sales fils de la das et de putes de blancs l’ont fais pour moi ,et vous verrez qui sont les plu spontanées .
      Y’a de grandes chances que les répoublicains arrive en tête ,regardez dans le milieu du show biz ,y’en à un paquet de spontanées ,ne reste plu qu’a les chatouiller et leur nuire ,alors vous constaterez le niveau ,lol ,rhalala le niveau lol .
      Pas meilleur que Vassily ,nettement pire c’est certain lol

      Vassily 


    • chantecler chantecler 5 février 18:15

      @Lynwec
      "Mitterrand a certes utilisé la proportionnelle, mais quand il l’a fait, c’était avec l’objectif d’affaiblir la droite en gonflant le FN, tactique payante, jusqu’à un certain point.« 
      C’est un procès d’intention , un mensonge mille fois répété ...
      Il n’a pas décidé un beau matin :
       »tiens je vais faire la proportionnelle , ça me permettra de conserver le pouvoir ad vitam ...."
      Non il l’a fait car c’était une demande générale de la classe politique de l’époque qui y voyait peut être justement un moyen de rééquilibrer les institutions quant à leur représentation et affaiblir le PS .
      ....
      Et vous , à l’UPR , vous comptez faire quoi pour rétablir un peu de démocratie ,représenter les partis minoritaires , pour empêcher les assemblées godillots quand vous serez au pouvoir et aurez obtenu le frexit ?...
      ...
      L’UE : de Gaulle en parlait sans enthousiasme , Pompidou s’y est intéressé , Giscard l’a enclenché et vous savez très bien que le fait d’emprunter au privé a été le fait de la loi Giscard Pompidou ...
      ...
      La réunification de l’Allemagne a entièrement rebattu les cartes : assez rapidement l’Allemagne a pris le leadership de la construction UE et imposé ses vues ordolibérale , à commencer par les règles régissant l’euro qui devait être à l’abri de toute dévaluation , le cauchemar soi disant des Allemands....
      ...
      Et pour terminer , vous êtes combien sur ce site à assurer la promotion de l’UPR , vanter son leader , et nous rabâcher votre le frexit , comme point de départ de tout ? 
      ....
      Je dirais une bonne quinzaine à asséner toujours les mêmes slogans, les m^mes arguments à coups de dizaines de milliers de commentaires , sans parler des entorses systématiques aux vérités historiques .
      ...
      Alors merde : Agx n’est pas un site UPR , il est théoriquement pluraliste et chacun doit pouvoir exprimer ses idées .
      Tout en ayant conscience que l’on ne peut pas y aborder tous les sujets pointus comme ceux concernant les structures du pouvoir, ce qui serait véritablement décapant .
      Mais ça imposerait de sortir d’un ronron finalement bien pratique pour réveiller justement les gens .


    • Lynwec 5 février 18:58

      @chantecler
      « Alors merde : Agx n’est pas un site UPR , il est théoriquement pluraliste et chacun doit pouvoir exprimer ses idées . »

      C’est ce que vous faites et personne ne vous en conteste le droit. Pour autant, personne n’est non plus obligé d’approuver votre vision.

      J’observe que vous ne répondez pas sur la perspective d’obtenir des changements en persistant dans le système actuel avec d’autres personnes-pions.

      J’observe également que vous faites vous aussi ( à supposer que mon jugement à propos de l’introduction de la proportionnelle soit inexact, mais les faits historiques sont là pour montrer qu’il y a eu un réel bénéfice ) un procès d’intention en partant du principe qu’au pouvoir, l’UPR ne permettrait pas de changement des institutions, et là, je parle de procès d’intention à juste titre puisqu’il s’agit de l’avenir.

      Pourtant, l’unique demande de destitution de macron provenait bien de ce parti,basée principalement sur la critique de la dérive de la fonction présidentielle.

      Il ne m’appartient pas de dire ce que ferait l’UPR une fois en responsabilité, ils ont un site avec un programme détaillé et suffisamment de conférences vidéo pour se renseigner quand on le souhaite vraiment.


    • ZXSpect ZXSpect 5 février 19:08

      @Lynwec
      .
      .
      « Lynwec 5 février 18:19
       »allant jusqu’à exiger de faire torturer un bébé de quinze mois par voie nasale pour autoriser l’accès à la crèche, exemple vécu"

      .
      merci de témoigner plus précisément


    • Lynwec 5 février 21:10

      @ZXSpect
      Ce commentaire ne correspondant pas au fil de discussion, je n’en tiendrai pas compte.
      Respectueusement.


    • LeMerou 6 février 08:25

      @Lynwec

      Bonjour,

      Je pense que vous n’avez pas compris hors contexte de « couleur » politique la différence fondamentale entre ces deux hommes.

      « L’un aimait la France, l’autre voulait être aimé des Français ».

      C’est la grande différence. 
      Et de toute façon, il n’y aura jamais de conscensus avec 67 millions d’individualités.

      Si j’osais le comparatif entre le Général De Gaulle et M. Macron qui représente tout ce que haïssait le général, ce pur produit de la dérive « énarquienne » qu’il subodorait, malgré les louanges de Debré.
      « L’un aimait la France, l’autre la dépèce, la détruit ».

      M. MACRON n’aime pas la France, il la considère comme une vieille entreprise, qu’il faut dynamiser, comme un fond boursier. Il se comporte comme un repreneur, il faut casser les traditions, le fonctionnement, les idéaux de son personnel, etc.
      La vision unique est l’argent, la compétitivité à tout prix.

      Le libéralisme chez M. MACRON est son Dieu unique, son veau d’Or, ne convertissant à son dogme que les opportunistes du moment, tous sont dans le déni, malgré qu’ils sachent fort bien que le modèle est obsolète, qu’il ne mène nulle part, à part un enrichissement irréel de certains.
      Tant que les peuples ne se rendront pas compte de l’anarque globale et les mensonges qui l’accompagnent (le fameux avenir meilleurs) ce système perdurera.

      L’accession au pouvoir de l’homme à la rose en 81, à été rendu possible par un raz le bol de la présence de la « Droite » au pouvoir depuis trop longtemps. Si les lendemains ont chanté après 81, beaucoup ont déchantés après. Mais le machiavélique homme à la rose à su se maintenir.. 7 ans de plus, brisant les miroirs de l’illusion.


    • Doume65 6 février 12:43

      @Lynwec
      De Gaulle s’est retiré au premier référendum perdu. Si c’est ça un tyran, que penses-tu de tous ceux depuis qui se sont bien gardées de faire des référendums, ou qui se sont assis dessus ?


    • Lynwec 5 février 13:04

      Rectification : le premier des deux a au moins eu l’honneur de respecter les résultats contraires d’un référendum. La notion d’honneur a ensuite disparu des horizons politiques hexagonaux.


      • Séraphin Lampion Schrek 5 février 13:10

        Commentaire de De Gaulle sur la candidature de Mitterrand en 1965 : « Mitterrand, c’est le type du ``politichien``. Il n’a absolument rien pour lui que l’ambition, le désir de prendre la place le jour où il le pourrait. »

        A la même occasion, il l’avait baptisé : « Le Rastignac de la Nièvre ? »

        Dommage que sa lucidité ne se soit appliquée qu’à autrui.


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 février 13:49

          @Schrek

          M. Mitterrand était habile mais « les habiles finissent toujours par avoir tort. »


        • L’un était catholique et l’autre rose-croix.... (on appelait Mitterand : le Sphinx, ce n’est pas pour rien).. Chacun par contre ont une face sombre. Les liens de de GAULLE avec l’OAS. Et le passé trouble du Mythe....


          • Séraphin Lampion Schrek 5 février 13:39

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            « Les liens de de GAULLE avec l’OAS »

            Vous devez confondre avec les SAC, justement mis en place pour contrer l’OAS sur le même terrain.


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 février 13:50

            @Schrek

            Effectivement, il doit s’agir du SAC.


          • @Schrek Merci, ... dire que la mère de mon compagnon, journaliste qui en 1965 travaillait au canard enchaîné et avait avec elle un dossier brûlant contre de Gaulle a peut-être été assassinée. En plus mon amie qui est amie de la nièce de Mitterand reste muette sur le sujet. Johan Dreue lui démontre bien le lien entre Mythe Errant et Rose-CROIX... Ce qu’il a fait construire durant son mandat était bien destiné à la postérité : https://www.amazon.fr/majeurs-portails-temporels-Johan-Dreue/dp/B07NVJT579. Plus troublant. Pourquoi Attali un juif kabbaliste était proche d’un soi-disant antisémite.... ? 


          • sylvain sylvain 5 février 13:57

            un gros ego de droite vs un gros ego de gauche .Quand on a ce tempérament, autant être de droite, ça nécessite moins d’hypochrisie


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 février 14:44

              @sylvain

              Il faut seulement savoir qui est « de droite » et qui est « de gauche »


            • sylvain sylvain 5 février 16:23

              @Jacques-Robert SIMON
              c’est pas dur, c’est écrit dessus .je ne parle pas de convictions, je parle d’étiquettes


            • Mythe Errant est allé à l’île Elephantine pour garantir son immortalité. Deux mandats avec un cancer...



                • L’un était un véritable plutonien et l’autre un uranien.... tous les deux scorpions. On connâit la désir de puissance de ses deux signes. Même en Chine. Les signes du scorpion ne sont pas engagés à des emplois du fait de leur forte personnalité qui risquerait de menacer le régime... le Point : https://www.lepoint.fr/insolite/chine-pas-d-embauche-pour-les-demandeurs-du-signe-du-scorpion-et-de-vierge-25-11-2011-1400514_48.php


                  • Le mythe de Mitterrand errant s’est arrêté en 1986. quand il fut obligé de pactiser avec Reagan et THATCHER...


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 février 15:01

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                      Il aurait peut-être pu rester ou devenir socialiste.


                    • Venceslas Venceslas 6 février 03:48

                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                      A propos de Thatcher, Chirac avait eu une saine réaction lorsqu’il s’était demandé si cette « mégère » voulait ses « couilles sur un plateau » (sic). Oui, c’était plein de bonne santé !!!


                    • @Jacques-Robert SIMON attention au mot socialiste. Le nazisme ne s’appelait-il pas : nazionale socialisme.... 


                    • zygzornifle zygzornifle 5 février 15:14

                      On en est ou maintenant ?


                      • Claude Simon Claude Simon 6 février 11:59

                        @zygzornifle

                        J’ai bien peur que le régime de tite Purge fasse deux mandats. Il serait de bon ton de lui faire blocage par une cohabition.

                        Y’a pas moins cher, désolé.


                      • chantecler chantecler 5 février 16:17

                        C’est idiot : j’ai écrit un commentaire pour répondre à un autre , sans avoir lu l’article ...

                        Non « le tournant de la rigueur » n’a pas obéi à une « culture de gouvernement » ce qui ne veut rien dire , mais à des nécessité financières et économiques : après dévaluations , fuite des capitaux , sabotage économique ...

                        Peut être que si les citoyens s’étaient mobilisés pour défendre le programme commun contre la rage de la bourgeoisie les choses auraient elles été toutes autres .

                        C’est pas le tout d’être élu « progressiste » , mais sans un rapport de force favorable et permanent rien n’est possible...

                        Le gouvernement Blum de front populaire avait duré un an .

                        Quand on est conservateur , « réformiste libéral » il en va tout autrement .


                        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 février 19:57

                          @chantecler

                          Ce n’est pas grave.


                        • voxa 5 février 19:49
                          Accueil du site > Actualités > Politique > De Gaulle vs Mitterrand

                          #30 des Tendances

                          De Gaulle vs Mitterrand
                          par Jacques-Robert SIMON
                          samedi 5 février 2022

                          Qu’est-ce qui sépare l’un de l’autre

                          La Francisque ?


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 février 19:57

                            @voxa

                            En particulier.


                          • voxa 5 février 20:03

                            @Jacques-Robert SIMON

                            désolé, mais le traitement de texte sur agora est une calamité....


                          • Doume65 6 février 12:58

                            @voxa
                            « le traitement de texte sur agora est une calamité »
                            Agoravos est basé sur l’antique « Système de gestion de contenu » SPIP qui n’est plus mis à jour depuis 2008 ! Faut pas trop lui en demander !


                          • voxa 5 février 19:50

                            « Qu’est-ce qui sépare l’un de l’autre »

                            La Francisque ?


                            • Venceslas Venceslas 6 février 03:52

                              @voxa
                              Excellent !!!


                            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 février 07:49

                              @voxa

                              Entre autres choses.


                            • Moi ex-adhérent 5 février 20:14

                              Tout opposait De Gaulle à Mitterrand, déjà et même surtout pendant l’occupation allemande. De Gaulle fut condamné à mort par contumace par Pétain pour haute trahison, tandis que Mitterrand à la même période, était décoré de la francisque par Pétain, excusez du peu. A la libération De Gaulle fit le ménage avec les collabos. Mitterrand les engagea sous le gouvernement très socialiste de Mendès France. De Gaulle en 1958 s’entoura de gaulliste. Mitterrand avait toujours à sa table à Latché l’ancien collabo Bousquet, pas encombrant du tout.

                              De Gaulle fit la Vème République, Mitterrand l’accusait de coup d’état permanent.

                              Une fois élu, il s’aperçut que la Vème lui allait comme un gant. Bon, j’arrête sinon autant faire un article.


                              • Venceslas Venceslas 6 février 03:54

                                @Moi ex-adhérent
                                Dommage que vous ayez arrêté, justement ! Ça méritait bien un article. Perso, j’en redemande, histoire de rafraîchir quelques mémoires. Soit dit en passant, je ne suis pas gaulliste pour autant, mais j’ai voté Mitterrand à deux reprises, et je suis aujourd’hui confondu de ma naïveté de jeunesse. 


                              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 février 07:49

                                @Moi ex-adhérent

                                Je ne conteste rien de tout ceci, d’ailleurs en prologue j’indique que tout les sépare.


                              • voxa 6 février 09:53

                                @Venceslas
                                « 
                                 »je suis aujourd’hui confondu de ma naïveté de jeunesse" 

                                98 %des électeurs du PS en sont là.

                                Ils sont les dindons de la farces, tandis que les éléphants roses du PS,
                                ceux qui responsables mais coupables,
                                ceux qui transportaient des sacs de riz,
                                ceux qui achetaient des montres à 5000 euros avec le fric des mutuelles,
                                ceux qui, pédofiles avérés n’ont jamais été inquiétés,
                                ceux qui violaient les femmes de chambre...

                                Bref tout ce petit monde de scélérats prérorent encore de non jours à des postes de sénécures créés, sur mesure, pour eux, genre « ambassadrice du pole nord » à des salaire mensuels qui frisent les 2 ou 3 années de smic...

                                ...


                              • Venceslas Venceslas 7 février 06:16

                                @voxa
                                Oui, Voxa, avec ma voix, en plus... Mea culpa.


                              • Le livre de la rentrée à lire : Les Bienveillantes de Jonathan Littell a créé l’événement de la rentrée littéraire Études réunies par 2006 en France à sa publication. Selon l’auteur, la portée du roman dépasse le seul génocide des Juifs pour revêtir une dimension universelle. Par ailleurs, le roman a été comparé à de grandes oeuvres russes, notamment à Guerre et Paix de Tolstoï, à Vie et destin de Vassili Grossman. Outre Eschylle, Jonathan Littell reconnaît sa dette à d’autres tragiques grecs comme Sophocle et son Électre, mais aussi Euripide, dont l’Oreste est rendu fou par les Érinyes. Les angles d’approche dans Les Bienveillantes de Jonathan Littell sont aussi nombreux que variés sans prétendre à l’exhaustivité. Ce recueil n’est pas un jugement de l’oeuvre, ni une interrogation sur sa recevabilité, pas plus qu’une assertion sur les limites de sa légitimité en tant que roman ou une justification, mais ce recueil est novateur puisque le premier à se concentrer sur le texte des Bienveillantes. Jusqu’à présent la discussion concernant ce roman a largement été déterminée par les études monographiques d’un auteur dont l’examen littéraire s’est avéré monologique. Le présent recueil offre un éventail plus riche d’angles d’approches, sociologiques, culturelles, historiques, poético-rhétoriques, interdisciplinaires, intertextuelles, sans exclure l’approche freudienne. Ainsi les analyses ont-elles, par exemple, accentué les personnages dont le narrateur, les personnages historiques, les personnages fictifs avec la famille du narrateur - soeur jumelle et parents, beau-père - et tous les autres personnages dont fourmille le roman. Mais aussi, les aspects formels, comme le point de vue du narrateur, le style, l’architecture du roman, son esthétique et les influences littéraires voire la réécriture des mythes. Et encore, les thèmes tels le parricide, l’homosexualité - qui ne va pas sans poser de problèmes pour un nazi qui veut faire carrière - avec, bien entendu, l’antisémitisme et la Shoah représentés, la « solution finale » que le narrateur juge inutile. L’idéologie impliquée se devait d’être interrogée également. Un autre thème crucial du roman est la manière dont le massacre des Juifs est posé en tant que « problème à résoudre », problème de statistique et problème de comptabilité. Ce qui amène la question entre le Bien et le Mal et la banalisation de ce dernier, l’Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale. La réception de l’oeuvre et les raisons de son succès qui lui valu plusieurs grands prix littéraires a été abordée ainsi que les éléments du grotesque que certains n’ont pas manqué de remarquer.


                                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 février 07:47

                                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                  Merci de l’indication.


                                • Je suis Tocquevillienne pas jacobine. Tocqueville n’aimait pas beaucoup la démocrassie versus amérique....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité