• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Déficit commercial et fiasco de la politique de l’offre (...)

Déficit commercial et fiasco de la politique de l’offre Hollande-Macron

 

Environ cinquante milliards par an de baisses de cotisations sociales et d’impôts pour les sociétés à l’horizon 2022, trois réformes du droit du travail toutes favorables aux entreprises : on ne peut pas dire que Hollande et Macron l’ont joué petits bras pour renforcer la compétitivité de notre pays. Pourtant, comme on pouvait s’y attendre dès les prémices de cette politique, quand Macron n’était encore que conseiller à l’Elysée, cela n’a aucun effet sur notre commerce, dont le déficit a battu des records en 2020.

 

Un coûteux fiasco tristement prévisible

Les chiffres d’EuroStat sont cruels et révélateurs : le déficit commercial de la France a battu tous les records en 2020, atteignant la bagatelle de 82,5 milliards d’euros, de loin le plus élevé de l’UE  ! Plus intéressant, notre pays cumul un excédent de 25 milliards hors de l’UE, avec un déficit abyssal de 107,6 milliards dans l’UE, où nous avons acheté pour 336,6 milliards en 2020 et seulement vendu pour 229 milliards ! En clair, nous achetons 50% de plus à l’UE que nous lui vendons ! Non seulement nous sommes toujours perdants d’un point de vue budgétaire, avec une contribution annuelle croissante, que le plan de relance va empirer, mais en plus, nous sommes considérablement perdants commercialement. La France est toujours perdante dans une UE où nous ne défendons jamais nos intérêts.

Les statistiques d’EuroStat révèlent une autre information très intéressante sur l’Allemagne. Notre voisin a un commerce légèrement déficitaire au sein de l’UE et réalise donc la totalité de son excédent hors de l’UE, près de 200 milliards  ! Cela s’explique par son modèle économique, qui revient à utiliser les pays d’Europe de l’Est comme base arrière où sont délocalisées bien des pièces détachées (et une part des produits finis) pour baisser le coût global, avant d’exporter le tout dans le monde entier avec l’image du « fabriqué en Allemagne ». Cela est facilité par le fait que l’Allemagne profite d’un euro très bon marché par rapport à son économie, facilitant ses exportations dans le monde, alors que ses partenaires européens souffrent d’un euro trop cher pour eux. Cela a été souligné plusieurs fois par le FMI, pour qui l’euro devrait être 18% plus cher pour l’Allemagne, et 7% moins cher pour la France  !

Mais ce qui est frappant, c’est que les très mauvaises statistiques du commerce extérieur devraient pousser à une analyse critique des politiques dites de compétitivité. Depuis le rapport Gallois en 2012, Hollande et Macron ont défendu une baisse du prix du travail et de toutes les contraintes du droit social pour dynamiser notre économie et l’emploi. En cinq ans, notre pays a expérimenté un vrai choc de compétitivité, avec pas moins de 50 milliards de baisse d’impôts et de cotisations pour les entreprises par an : les 41 milliards des deux plans du quinquennat précédent agrémenté de la baisse de l’IS décidée par Macron. Cela représente un effort d’environ 250 milliards sur le mandat Macron ! Et la politique de l’offre était aussi à l’œuvre avec les trois réformes du droit du travail : loi Macron, loi El Khomri, puis ordonnances Macron. De lourdes réformes improprement dites structurelles ont déjà été conduites.

L’augmentation du déficit commercial démontre leur échec complet et devrait amener à se poser la question de leur coût exorbitant. L’issue était prévisible malheureusement. Alors que nous sommes dans un marché unique où le prix du travail peut être 80% plus bas en Roumanie ou en Bulgarie, et que nous échangeons très librement avec des pays où il peut être encore plus bas, le baisser de quelques pourcents n’a aucun impact positif sur la localisation des entreprises en France, surtout quand on continue à ouvrir nos marchés. En outre, les pays de l’UE sont engagés dans une compétition interne qui tire tout le monde vers le bas, sauf pour les rares pays proches du plein emploi. Pour couronner le tout, ces efforts dépriment la croissance puisque leur financement impose hausses d’impôts ou baisse de la dépense publique pour compenser les baisses de cotisations sociales et d’impôts pour les entreprises…

Bref, plus de huit ans après le virage vers la politique de l’offre d’un Hollande dont le conseiller économique était Macron, il est stupéfiant que les records du déficit commercial de notre pays ne suscitent par un droit d’inventaire beaucoup plus approfondi et sévère. C’est toute la politique économique des deux derniers mandats qui est un fiasco aussi complet que prévisible. Pire, cela a été, entre autres, financé par les milliards d’économie sur les hôpitaux qui nous ont tant manqués

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.72/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

48 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 27 février 12:31

    Toutes ces mesures pour faire écrouler la France et justifier la dictature


    • Attila Attila 27 février 12:39

      Comment la Suisse a-t-elle une balance commerciale positive avec son niveau de salaire et un franc suisse au même niveau que l’Euro ?

      .


      • Pere Plexe Pere Plexe 27 février 14:01

        @Attila
        Idem pour l’Allemagne et son l’industrie, qui malgré des salaires supérieurs s’en sort mieux.
        La preuve que « le coût » du travail n’est qu’un paramètre parmi d’autres, loin d’être déterminant comme le Medef et ses obligés veulent le faire croire depuis toujours.
        L’innovation, l’image et aussi un marché domestique dynamique sont au moins aussi important.


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 27 février 14:03

        @Attila
        Grâce à une industrie dynamique dans les secteurs les plus rentables, finance, armement, luxe, santé, éducation...


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 27 février 14:05

        @Opposition contrôlée
        Ps : et une paix sociale, via rétribution, démocratie directe...


      • Attila Attila 27 février 14:11

        @Pere Plexe
        Le salaire moyen annuel est de 44 k€ en France et 49 k€ en Allemagne : léger plus en Allemagne.
        Par contre, la Suisse est à 64 k€.
        Lien
        .


      • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 27 février 14:27

        @Attila
         
         ne pas confondre salaire médian et salaire moyen. Le premier est toujours plus élevé que le second et l’écart relatif est un indicateur des inégalités salariales.
         
         « Tous secteurs et postes confondus, le salaire moyen en France s’élève à 46 481$ selon l’OCDE en 2019, soit 39 250€ par an.
        Tandis que l’INSEE indique un salaire moyen de 2238€ ( 26856 € / an )
        et que le salaire médian s’élève à 1789€
        ( 21468 € / an)  »
         

         


      • Jean 27 février 15:19

        @Attila
        44kE .... pour une personne ? vous rigolez, le salaire médian en France c’est plutôt 22000 ros nets pour une personne


      • Attila Attila 27 février 15:46

        @Jean, Francis,
        L’important est d’avoir un indicateur calculé de la même façon pour pouvoir comparer les pays entre eux.
        La Suisse a un salaire moyen 50% plus élevé que la France avec une monnaie équivalente. Il réussissent à avoir une balance commerciale positive alors que la nôtre est négative.
        Qu’est-ce qui ne va pas en France ?

        .


      • mmbbb 27 février 15:46

        @Opposition contrôlée merci de m avoir censure grosse merde On le sait la Suisse a aussi un bon enseignement et a opte pour une immigration controlee


      • Jean 27 février 16:06

        @Attila
        oui mais la Suisse , il faut une couverture santé et une retraite complémentaire donc comptez 400 à 700 ros minimum par mois, ça calme.


      • mmbbb 27 février 16:16

        @Attila Notre education nationale nos universites gangrenees par l ideologie .
        Ou est on , théorie du genre , racialisme , indiégénisme , écrture inclusive , deni de notre passe
        Notre manque de culture d entreprise , une administration pléthorique qui gréve le taux de marge des entrepreneurs ,un dédain des francais pour l economie ,
        Cette mentalité ou l ETAT est au centre de tout et deja depuis Colbert , un manque d autonomie et d anticipation
        Nos produits ont ete balayes par les produits chinois parce que ceux ci etaient le plus souvent de moyen de gamme . .
        Une désindustrialisation qui avait déja ete entamée depuis les années 1970 1980 et amorcee des les années 1990 puisque notre elite ne voulait que du tertiaire .

        La problématique de ce pays est d avoir un des taux de prélèvèment les plus eleves des pays de l OCDE mais en ayant une economie en berne . Il y a un serieux probleme . Une fiscalité confiscatoire qui commence a etre de moins en moins acceptée

        La France est aussi dirige par des fonctionnaires sortis de l ENA et ayant la même approche , un manque de culture scientifique evident .

        Les francais ont le resultat qu ils méritent !


      • I.A. 27 février 18:28

        @Attila

        « L’important est d’avoir un indicateur calculé de la même façon pour pouvoir comparer les pays entre eux. »



        Pas que. L’indice des prix, vous oubliez ? Avec un smic à près de 4000 euros, on ne vit pas très bien, en Suisse, laquelle fait partie des pays les plus chers du monde...


      • Eric F Eric F 27 février 18:33

        salaire moyen de 44 k€ annuel : c’est sans doute en incluant les cotisations sociales patronales+salariales


      • Attila Attila 27 février 18:36

        @Eric F
        C’est un document de source OCDE. Faut voir la définition de l’OCDE du salaire moyen.

        .


      • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 27 février 20:41

        Je ne sais pas ce qu’il en est aujourd’hui, mais il y a quelques années en Allemagne, tout était deux fois moins cher qu’en France : loyer, nourriture, vêtements... Le salaire ne fait pas tout...
        @mmbbb
        Si tu t’étais abstenu de m’insulter...


      • JulietFox 28 février 10:24

        @Opposition contrôlée

        Machines de taillage de pignons, tours CNC avec bancs en granit, machines a mesurer etc..
        Tout ce que la France a abandonné.


      • pierrot pierrot 27 février 14:20

        La politique de salaire bas n’est qu’un des paramètres pur optimiser les exportations et les ventes domestiques avec :

         imposition faible des entreprises

         taxes faibles,

         produits de bonne qualité et durabilité élevé

         produits innovants issus d’une recherche de pointe

         personnel commercial dynamique,

         politique sociale entrainant un bon climat de travail

        etc...

        Liste non exhaustive.


        • I.A. 27 février 18:33

          Hollande a pulvérisé le parti socialiste français. Dans la suite logique, Macron pulvérise la France.

          Ces deux-là sont les pires saligauds en col blanc qu’on ait jamais vu.


          • L'apostilleur L’apostilleur 27 février 20:19

            @I.A.

            « ...Hollande a pulvérisé le parti socialiste français... »

             Ce ne serait pas plutôt les foireux frondeurs obsédés par leur clientélisme ? 


          • Décroissant 28 février 11:08

            @L’apostilleur

            Bizarre cette volonté de réécrire l’histoire : les prétendus frondeurs étant restés fidèles au programme, le foireux serait plutôt Hollande qui s’est empressé de jeter aux orties ses promesses électorales...


          • titi 27 février 18:38

            @l’auteur

            La France a toujours eu une balance commerciale déficitaire, sauf pendant les 10 ans où l’Allemagne digérait la réunification.

            C’est un problème culturel.

            Incapacité à innover, incapacité à industrialiser, totale naïveté lorsqu’il s’agit de vendre.



            • Eric F Eric F 27 février 19:04

              @titi

              « Incapacité à innover, incapacité à industrialiser, totale naïveté lorsqu’il s’agit de vendre ».

              Pourtant, encore dans les années 90 et jusqu’au début des années 2000, la France avait de grands groupes industriels (production d’énergie, moyens de transports, télécoms, électronique...) et restait un pays fortement exportateur de biens -le déficit venait des matières premières, principalement pétrole-.

              La désindustrialisation a explosé au milieu des années 2000, avec des délocalisations massives (les 35h ont conduit à créer des emplois ...dans les filiales offshore). Des groupes comme Thomson ou Alcatel on peu à peu disparu corps et biens ; dans l’automobile, naguère exportatrice, la France est devenue importatrice de modèles Renaut et PSA fabriqués en Europe de l’Est ; plus d’électro-ménager, plus d’électronique, etc. D’abord les usines sont parties, puis la R&D. Et avec la crise Covid, on a vu qu’on ne produisait plus les équipements ni les composants des médicaments, et on a perdu la main pour fabriquer des vaccins.
              ...me voici devenu « décliniste », sniff.


            • titi 27 février 19:39

              @Eric F
              «  encore dans les années 90 et jusqu’au début des années 2000 ...et restait un pays fortement exportateur de biens  »

              Non, ce n’est pas « encore dans les années 90... » qu’il faut écrire, mais « uniquement dans les années 90... »
              Entre 1976 et 1992, il y a eu un seul excédent en 1986.

              Dire que c’est à cause des délocalisations des années 2000 est donc un peu cavalier.


            • L'apostilleur L’apostilleur 27 février 20:34

              @titi

              « ...Incapacité à innover, incapacité à industrialiser.. »

              Pour avvoir été en contact avec un office national de recherche français pendant quelques années, je peux assurer que nos chercheurs trouvent. Sauf qu’après, une étape cruciale manque, la pré-industrialisation qui va rassurer les PME quant à la faisabilité. 

              En France on n’aime pas trop prendre de risques. 
              Exemple Valneva société biotech française à été soutenue par les britanniques qui recevront 100 000 doses du vaccin avant la France. 


            • véronique 2 mars 23:41

              @titi
              Ce n’est pas ce que j’ai pu voir sur les graphiques. Entre 76 et 92, la balance commerciale est positive 4 fois et souvent proche de zéro. Globalement, jusqu’au début des années 2000, la balance commerciale de la france n’est pas plus mauvaise que celle de l’allemagne, au contraire, et les courbes sont très proches. C’est au début des années 2000 que les courbes divergent, de plus en plus positive pour l’allemagne et de plus en plus négative pour la france
              Et au début des années 2000 ce qui a changé c’est la monnaie.


            • Eric F Eric F 27 février 18:44

              La « politique de l’offre » ne peut être efficace qu’avec une politique industrielle volontariste, or rien de tel n’a été entrepris, on laisse la main invisible du marché venir investir massivement. Sauf que ceux qui viennent « investir » (en recevant moult subventions) ne créent pas d’usines mais achètent un savoir-faire pour le délocaliser.

              Certes, Macron vient de redécouvrir le « plan », en nommant un « haut commissaire », mais c’est Bayrou l’eurolibéral mou qui a été nommé, alors qu’il aurait fallu un souverainiste interventionniste à ce poste. L’Allemagne a une politique industrielle, poussée par les Länder.


              • titi 27 février 19:01

                @Eric F

                >L’Allemagne a une politique industrielle, poussée par les Länder.

                Le dieselgate, c’est l’incapacité des constructeurs allemands à réaliser des gros moteurs diesel performants et respectant les normes pour leurs gros modèles.

                El la conclusion de ce dieselgate, c’est l’interdiction du diesel partout dans les villes françaises.
                On a donc sanctionné les constructeurs Français qui étaient spécialisés sur ce marché alors qu’ils n’avaient pas été mis en cause.

                Et à aucun moment l’Etat, qui a versé des « bonus écologiques » ou qui n’a pas perçu des « malus », lors de la mise en circulation des véhicules « tricheurs », n’a réclamé la moindre compensation.
                Sans parler de l’amende (qui aurait du suivre), juste le remboursement des sommes des bons/malus aurait pu représenter des milliards.

                C’est pas une question de « politique industrielle ».
                C’est une question de nullité intellectuelle.
                La DGCCRF est sans doute trop occuper à emmerder le vendeur de kebab du coin sur la date limite de sa sauce blanche.


              • Eric F Eric F 27 février 19:18

                @titi
                le diéselgate a été monté par les amerloques contre un gros constructeur qui exportait massivement vers les USA. Mais les différents constructeurs avaient tous des astuces pour optimiser les consommations et rejets normalisés, VW avait juste un artifice un peu plus « gros », mais globalement les essais des journaux automobiles montrent bien une conso de 40% en moyenne supérieure aux chiffres théoriques.
                Les écolos ont profité de l’opportunité pour tordre le cou au diésel (qui avait pourtant été favorisé lors du Grenelle de l’écologie avec le bonus basé sur les rejets CO2).

                Le plus gros de l’affaire, c’est que les procédures établissant les consommations normalisées sont abusivement favorables aux voitures hybrides-rechargeables, les essais « en conditions réelles » des magazines automobiles montrent des consommations (et donc des rejets) jusque 4 fois supérieures au chiffre du constructeur(*) . Mais pas d’hybridegate, Greta ne s’en remettrait pas !

                (*) https://insideevs.fr/news/464345/autobild-test-phev-emissions-elevees/


                extrait : T&E (Transport & Environnement) a averti que la plupart des hybrides rechargeables n’étaient que "de fausses voitures électriques, construites pour des tests en laboratoire et des réductions d’impôts, et non pour une véritable conduite eco-responsable".



              • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 28 février 10:17

                @Eric F
                « moults subventions », « ne créent pas d’usines ».

                « Subventions » c’est un langage pour exposer qu’on va pas te prendre de l’argent qu’on te taxe. Quels cadeaux smiley .

                Ou entrer dans la bonne case foireuse.
                Monter en zone Franche, c’est contrôle fiscal assuré dans les 3 ans. Travailler dans des lieux ou le personnel a ses voitures cassées, et prévoir des couts indirects de sécurité renforcé.

                C’est en entretenant ce genre de légendes d’entreprises « ultra-aidées », et cette « haine du profit » qu’entreprendre en France est devenu un enfer entrepreneurial.

                C’est pas les investisseurs qui ont un problème, c’est les Français endoctrinés a la haine de des investisseurs en plus quand on lit ces conneries exposés par ceux qui n’investissent dans rien, ne créent, rien et inventent un monde de subventions totalement fictif qui conforte leurs frustration de ceux qui prennent des risques.


              • JulietFox 28 février 10:31

                @Eric F
                Une C5 hybride, traine 300 kgs de batteries.


              • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 27 février 18:57

                La France n’exporte rien, car on ne peut plus entreprendre dans ce pays. POINT.

                Même après 50 ans de démarches, un votre démocratique on ne peut créer un aéroport (Notre dame des Landes).

                Une extension d’aéroport ? Pas possible ! Roissy sera toujours aussi merdique.

                Un supermarché ou des loisirs, pas possible ! Le projet EuropaCity ne se fera pas

                Une prison pas possible. Tous les projets demandent 20 ans et sont refusés.

                Une usine. Pas possible.

                Une simple usine de frittes ll faut combattre 20 reccours. https://www.leparisien.fr/environnement/nord-200-personnes-manifestent-contre-l-implantation-d-une-usine-belge-de-frites-18-06-2020-8337627.php

                Exporter quoi quand le pays est un enfer à la production et l’initiative privée.

                Même avec des impôts baissés, ca ne modifie pas le contexte des étatistes qui détruisent le pays.


                • Eric F Eric F 27 février 19:28

                  @Spartacus Lequidam
                  L’exemple de la construction d’aéroports n’est certainement pas le plus probant dans la situation actuelle. Par contre, il est vrai qu’il est devenu rédhibitoire de créer une usine en France, un entrepôt ...voire une éolienne, du fait du mille-feuille administratif et des normes dépendant de dizaines d’organismes (environnement, sécurité, etc.).
                  Il existe un étatisme « favorisateur » (le volontarisme qui existait dans les années 60/70), et un étatisme-administratif « inhibiteur ». On a pour l’instant le mauvais modèle !


                • titi 27 février 20:33

                  @Eric F

                  « L’exemple de la construction d’aéroports n’est certainement pas le plus probant dans la situation actuelle. »
                  En fait si.
                  Car les aéroports Français sont les plus mal notés dans les classements internationaux.
                  C’est bien la preuve qu’il y a quelque chose que « l’on ne sait pas faire ».


                • mmbbb 28 février 12:30

                  @Eric F ceux qui reussissent sont les americains notamment AMAZON en l occurrence .

                  La voiture est certes polluante mais les centres villes sont devenus piétons et dévolus aux pistes cyclables.

                  Les maires sont des racketteurs et les PV pleuvent .
                  L automobiliste une bête a abattre ! C est un choix !

                  Je commande désormais en ligne et je n ai aucun etat d ame à commander a l etranger ou les produits sont souvent moins chers

                  Les ecolos vont manisfestes devant les entrepots d Amazon en dénoncant l empreinte carbone Certes mais Amazon cree des emplois en France comme Mac do et d autres enseignes

                  Voila ou en est ce pays !

                  Quant a creer une entreprise dans ce pays , il faut être un peu dingue !

                  Il vaut mieux speculer dans l immobilier , les jeunes diplomes se tirent !

                  Emmanuelle Charpentier ayant recu le co prix nobel de chlmie en 2020 a dû faire ses recherches en Autriche et Allemagne !

                  On a opte pour la tiers mondialisation , qui ne coute rien , une chance inouie pour ce pays On ne peut pas tout avoir !


                • L'apostilleur L’apostilleur 27 février 19:04

                  Hollande et Macron ne sont pour rien dans les décisions prises par Mitterand Kohl et Thatcher.

                  La France a privilégié dans ce deal (lire Verbatim) son agriculture subventionnée au détriment d’une part de son industrie (gros moteurs camions, bateau...) et de ses machines outils. Les conséquences ont mis quelques années avant de se révéler catastrophiques.

                  Macron n’est pas responsable des exportations des industriels non plus. Charger Macron de ce qui ne lui est pas imputable ne sert à rien.

                  Il y a 10 ans les exportations allemandes machines et matériels de transport s’élevaient à 

                  500mds et 160mds pour la France. Macron n’y était pour rien ...

                  Renault et PSA délocalisent plus que les allemands ..

                  Il ne faut pas oublier nos handicaps...

                  Exemple. 

                  Nos dockers ont réussi à renvoyer les compagnies maritimes de la planète qui ont préféré longer les côtes françaises jusqu’aux ports du nord de l’Europe, malgré la position géographique préférable de la France. 

                  Quand les français préfèrent prendre leur ferry en Italie, pour aller en Corse...

                  Etc

                   


                  • véronique 3 mars 00:26

                    @L’apostilleur
                    Les subventions agricoles sont décidées au niveau de l’UE. Donc non la france n’a pas subventionné l’agriculture au détriment de l’industrie. En plus les gouvernements successifs français n’ont jamais ou presque jamais été généreux avec l’agriculture. D’ailleurs on ne les entend que mollement défendre ce secteur pourtant essentiel pour l’industrie agro-alimentaire. 
                    En revanche oui il y a eu abandon du secteur industriel dans bon nombre de domaines, libre-échange oblige. On a préféré le commerce avec la grande distribution, le secteur financier et le tourisme. Et actuellement on peut craindre un recul concernant l’agriculture et l’énergie.

                    L’Allemagne, comme les autres, a tertiarisé et financiarisé, mais a conservé une industrie puissante sans sacrifier son agriculture. D’où une économie plus équilibrée. C’est d’autant plus dommage pour la France qu’elle ne s’en est pas si mal sortie si on tient compte de la structure de sa population, plus jeune que celle de l’Allemagne (d’où des coûts plus importants de formation), sachant qu’en France les retraités sont mieux lotis qu’en Allemagne. 


                  • zygzornifle zygzornifle 28 février 09:02

                    La 5é république est un fiasco total et en plus vient se greffer dessus le fiasco de l’Europe .....


                    • Olivier 28 février 16:15

                      Bravo pour cet article. Il y a malheureusement un problème culturel profond à niveau de nos élites (mais aussi de certains grands patrons) pour qui le niveau national est dépassé et qui pense que notre pays doit se dissoudre au profit d’un grand marché planétaire. On voit le résultat.

                      Les Chinois font exactement l’inverse de nos brillantes élites : volonté de construire et d’innover, planification intelligente, souveraineté monétaire qui leur permet d’exporter, homogénéité ethnique et culturelle etc. 

                      Mais je ne crois que dans la classe dirigeante, ni même d’ailleurs dans l’opinion, il y ait une volonté quelconque de changer ces politiques. Cela remettrait en cause trop d’intérêts et d’habitudes. Les Anglais, eux, ont su choisir et sortir de la nasse sans issue qu’est devenue l’UE. 

                      Bref le bateau va continuer à couler normalement...


                      • titi 28 février 18:56

                        @Olivier

                        En Chine, quand votre télé tombe en panne, le réparateur est disponible H24 J7.

                        Le gars arrive, il a, avec ses outils, des chaussons qu’il met en entrant dans votre appartement pour ne pas salir votre intérieur.

                        En partant, il s’excuse au nom du magasin pour vous avoir vendu un appareil tombé en panne.

                        Vous voyez : le problème culturel n’est pas qu’au niveau de nos élites.


                      • charlyposte charlyposte 28 février 16:39

                        Va falloir céder la France pour 1 euro symbolique à celui qui saura en faire quelque chose ! en mieux , bien-sûr.


                        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 28 février 18:49

                          @charlyposte
                           
                           ’’Va falloir céder la France pour 1 euro symbolique à celui qui saura en faire quelque chose ! en mieux , bien-sûr.’’
                           
                           Les candidats reconstructeurs sont légions : Build back better


                        • charlyposte charlyposte 28 février 19:36

                          @Francis, agnotologue
                          Le choix s’annonce ardu... ! imaginons par les Inuits. smiley


                        • Buzzcocks 1er mars 11:53

                          Monaco ne produit rien, n’exporte rien, mais importe du caviar, des voitures de luxe... leur déficit commercial est catastrophique et pourtant, ils vivent riches et heureux.

                          Brfe, le déficit commercial, on s’en bat les couilles ou presque. C’est résumé ici par un économiste et pas par un gugusse du niveau de spartacus.

                          https://www.liberation.fr/futurs/2008/02/18/l-economie-innovante-ne-se-juge-pas-a-l-aune-de-ses-exportations_65265/


                          • fcpgismo fcpgismo 2 mars 07:02

                            Hollande Macron des criminels de guerre ?


                            • tashrin 2 mars 11:01

                              Ouah le scoop ! 

                              Ca fait juste 40 ans qu’on sait pertinemment que la politique de l’offre et la fumeuse théorie du ruissellement ne sont justifiées par... rien ! Et pour cause, les résultats en sont toujours identiques : un braquage généralisé au profit des dominants économiques et des détenteurs de capitaux et d’outils de production

                              La question, ce serait plutot pourquoi un type proposant ’encore’ la même recette est élu...


                              • Olivier Perriet Olivier Perriet 2 mars 11:45

                                @tashrin

                                après la politique de la demande toute seule ne mène pas très loin non plus...


                              • tashrin 2 mars 16:23

                                @Olivier Perriet
                                keynesianisme
                                Mais la theorie qui consiste à rendre les riches plus riches pour espérer qu’ils veuillent bien distribuer quelques miettes sert de justification théorique à toutes les politiques mensées depuis 20 ans.... Alors qu’aucune étude, je dis bien AUCUNE ne vient étayer ce propos. Voire on constate empiriquement l’inverse

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité