• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Flou persistant

Flou persistant

L'exercice est obligatoire en début de mandature et cet oral que le nouveau Premier Ministre passe devant l’Assemblée Nationale n’apporte jamais de très grandes surprises. Il pourrait même apparaître suranné depuis l’instauration du quinquennat. Comme est toujours identique le scénario d'une opposition vociférante, hurlante les bras levés. Il y en a un peu marre de ces figures de style cent fois vues, remakes insoutenables avec simple inversion des rôles. L'UMP, désormais dans l'opposition, n'a pourtant pas besoin de ces expressions excessives. Un silence de cathédrale, laissant les nouveaux "godillots" du PS et d'EELV, applaudir tout encore imprégnés des joies éphémères de la victoire, eut été préférable. Même Noël Mamère se joint à la claque ; il aurait obtenu des "garanties". La décence responsable d'un Fillon est préférable aux tirs tous azimut d'un Jacob.

Certes l'exercice n'est pas exaltant. Il n’y eut guère dans le passé que Chaban-Delmas prônant une « nouvelle société » qui fit un peu bouger les lignes au pupitre en ulcérant le Président de la République de l’époque, Georges Pompidou. L’auteur en fut d’ailleurs châtié à distance. Ces temps sont bien révolus, les Premiers Ministres restent « sages » : plus question pour eux d’innover. Ainsi l'UMP pouvait se contenter d'un "il aurait pu faire plus court et moins lassant". L’abus des « grandes phrases » creuses et inutiles ne fait guère en effet avancer les choses. A quelques semaines de l’élection présidentielle et de la formation du gouvernement pouvait-on attendre autre chose que l’énoncé réitéré des 60 propositions du candidat Hollande ? Pas vraiment.

Une nouveauté pourtant, elle réside dans la reconnaissance d’une croissance qui s’effondre. Enfin, le Parti Socialiste semble reconnaître que la crise est réelle, profonde et qu’elle ne se réglera pas avec quelques dîners à Berlin, Rome ou Madrid. Mais le constat demeure au simple niveau du descriptif. Ce rendez-vous avec la réalité, n’entraîne aucune révision des promesses de campagne dans le secteur des dépenses en particulier. Pourtant François Hollande lui-même, pendant la campagne, allait répétant que tout serait révisable en fonction de cette satanée croissance.

Il n'est pas nécessaire de hurler pour que nos concitoyens comprennent toute l'ambiguïté du triple NON de Jean-Marc Ayrault à toutes modifications des promesses et sa persistance dans la course aux dépenses supplémentaires. Continuer à pourfendre une augmentation de la TVA pour laisser entrevoir en creux celle de la CSG ne rassurera pas les classes moyennes, au demeurant déclarées "intouchables". Guère besoin de hurler pour qu'elles comprennent bien vite.

L'UMP, plutôt que de se plier à ce rituel dépassé, pouvait par son silence ou ses commentaires ouatés se satisfaire que l’alibi tant attendu de la Cour des Comptes ne soit pas au rendez-vous. Le gouvernement espérait avec l’audit être en possession d'une possibilité d’attaque rétrospective contre l’exécutif précédent permettant de faire avaler les pilules amères. Les socialistes pensent encore qu’ils pourront tenir 5 ans avec seulement l’antisarkozysme comme argumentaire. Pas de chance, le poste des dépenses en particulier a été très rigoureusement tenu par le gouvernement précédent. Le socialiste Didier Migaud, Président de la Cour et les magistrats qui l’entourent objectivent en revanche un besoin de financement à hauteur de 33 milliards d’euros pour le budget 2013 afin d'atteindre les objectifs fixés. Ils ajoutent « qu’il conviendrait d’agir en priorité » sur les dépenses plutôt que sur les recettes.

La véritable surprise eut été de constater la prise en compte des réalités et l’adaptation des projets à ces dernières. Il n’en est rien. Pourtant les élections sont terminées, la chasse à l’électeur est derrière nous. Il serait peut-être temps de dire la vérité. On pouvait attendre autre chose que "Nous ne renonçons à rien", "Je revendique le sérieux, je refuse l'austérité" , "Ce sera difficile mais j'ai confiance"...

La musique ne change pas, le gouvernement réfute la rigueur, nos concitoyens seraient donc incapables d'en appréhender la nécessité. On se demande toujours comment il fera pour maintenir « le sérieux » en même temps que les engagements de campagne. Nous demeurons dans le même flou que tout au long du parcours du candidat François Hollande. Il n'est plus candidat, mais Président ; il faudra bien un jour sortir de l'ambiguïté.

Le BLOG


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • lsga lsga 4 juillet 2012 11:34
    Pas de différence entre la gauche et la droite hein ?
    Ils sont où les FN, le Centristes et les UPR ? 

    Moi même qui n’ai aucune forme de tendresse pour le PS, je ne peux que constater la différence :

    - L’UMP préparait une augmentation de la TVA pendant qu’ils baissaient les impôts des plus riches
    - Le PS réaffirme encore une fois sa volonté de faire payer la crise aux plus grandes entreprises et aux plus riches. 

    La voilà, la différence entre la gauche et la droite. 

    Même si je serais des premiers à sortir dans la rue pour aller bloquer le pays, je ne regrette pas d’avoir voter PS. Je suis heureux qu’aux informations et à la radio, les menaces contre l’Oligarchie aient remplacé la stigmatisation des plus faibles. 

    • clercobscur clercobscur 4 juillet 2012 11:51

      Je ne vois toujours pas de différence entre droite et gauche.

      Dans un cas comme dans l’autre, la France se soumet aux oligarques de Bruxelles et aux marchés financiers en adoptant une politique de rigueur qui nous mènera dans le mur, car ne s’attaquant pas aux causes (libre échange déloyal, une monnaie unique taillée sur mesure à l’économie allemande mais pas à la notre etc...).

      Ce que vous appelez des différences méritent à peine d’être qualifiées de nuances, car au bout du compte ce sont les classes moyennes qui trinqueront, comme d’hab.


    • lsga lsga 4 juillet 2012 12:04

      Ah bon, tu vois pas la différence ?


      Avant le matin, je me levais, j’écoutais la radio et j’entendais :

      ’Les arabes ceci... l’islam cela... la halal tati tata... les fraudeurs à la secu et au chomage nanana... les fonctionnaires blablabla... agression... viol... insécurité... en bref, bouclier fiscal et augmentation TVA

      et maintenant on a droit a du :

      ’C’est la crise économique, le problème est grave, pour des raisons de justice, nous allons faire payer les plus riches et les plus grandes entreprises’

      ça fait du bien aux oreilles, c fou. 
      Bon, on bloquera quand même tout le pays pour imposer nos réformes de communiste. Comme on est minoritaire dans le pays, on est bien obligé smiley

    • clercobscur clercobscur 4 juillet 2012 12:38

      A défaut de changer de politique, on peut toujours changer sa com’. Ravi que cela vous fasse plaisir smiley

      D’autres sont plus exigeants.


    • lsga lsga 4 juillet 2012 12:41

      Oh ? Parceque la montée du Front National du à la banalisation de leurs propos ce n’est pas un problème important ? 


      Le PS au moins montre du doigt le véritable ennemis. Gageons que leur discours va faire baisser le racisme dans le pays. C’est autre chose que tous ces imbéciles qui tentent de convaincre les électeurs FN en étant condescendant avec eux.


    • clercobscur clercobscur 4 juillet 2012 13:36

      La banalisation du discours du front national par Sarko et ses sbires ne les honore pas, mais je n’y vois pas là un problème important. D’autres sujets me préoccupent bien plus...

      Malgrés de nombreux désaccords avec le fn (débat stupide de la viande halal, leurs idées sur les avortements dits de complaisance, l’immigration qui serait responsable de tous nos maux etc...), je ne vois pas ce parti comme mon ennemi.

      Mes ennemis sont les partis européistes et libéraux (ps, ump, modem et eelv), ce sont eux qui nous ont mis dans la mouise et nous envoient aujourd’hui dans le mur, pas le fn.


    • TDK1 TDK1 4 juillet 2012 14:55

      @Isga


      blabla islam ? Ce que vous cautionnez, ce dont vous vous réjouissez, c’est la censure. L’Algérie envoie 120 Imams pour convertir la France à la jolie religion qui détruit Tombouctou, viole les femmes lorsqu’elles sont chrétiennes et punit de coup de fouets les couples non mariés ! 50 de ces 120 Imams arrivent ce mois ci. Est ce « normal » que la presse le taise ? http://www.saphirnews.com/Ramadan-2012-120-imams-d-Algerie-envoyes-en-France_a14705.html

      blabla immigration délinquance ? Une nouvelle fois, ce qui vous fait plaisir d’entendre c’est le silence assourdissant et idéologique d’une presse qui ne fait pas son travail. Mohamed Mehra, le meurtre de deux femmes gendarmes par Abdallah Boumezaar, la prise d’otage dans la banque CIC de Toulouse par Fethi Boumaza, psychopathe se revendiquant d’Al Qaïda, et, la semaine dernière, le meurtre du jeune Kylian par un adolescent tchétchène, sincèrement, il n’y a aucun lien entre l’immigration et l’insécurité ? 

    • lsga lsga 4 juillet 2012 16:12

      Comme je suis heureux que vous n’ayez plus de président pour relayer médiatiquement vos phobies de petites filles... 



    • A. Nonyme A. Nonyme 5 juillet 2012 00:27

      Décidément, la place des cocos est bien dans les livres d’histoire...


    • simir simir 5 juillet 2012 08:38

      « Décidément, la place des cocos est bien dans les livres d’histoire... »

      C’est un honneur quand tant d’autres méritent eux les poubelles de l’histoire

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès