• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Gilets jaunes : le syndrome du Fouquet’s

Gilets jaunes : le syndrome du Fouquet’s

« Il y a trois sortes d’hommes politiques : ceux qui troublent l’eau ; ceux qui pêchent en eau trouble ; et ceux, plus doués, qui troublent l’eau pour pêcher en eau trouble. » (Arthur Schnitzler, 1987 posthume).



En feu. Le fameux restaurant où Nicolas Sarkozy avait passé sa soirée d’élection le 6 mai 2007 en bonne compagnie. Un symbole pour certains extrémistes de ce qu’ils haïssent le plus et qui, pourtant, n’est qu’un restaurant comme les autres, avec sa clientèle qui existe et qu’il sert, et qui fait vivre de nombreuses familles. Au moins, un restaurant ne vend pas d’armes.

C’est sûr que deux images se sont télescopées avec le très violent acte 18 des gilets jaunes de ce samedi 16 mars 2019. D’une part, la présence du très léger Ministre de l’Intérieur Christophe Castaner dans une boîte de nuit dans la nuit du 9 au 10 mars 2019 (quelques heures après l’acte 17), et, d’autre part, la journée de ski du Président Emmanuel Macron à La Mongie le 15 mars 2019, à la veille d’une journée qui était annoncée comme très difficile et violente. Personne ne devrait reprocher aux responsables de l’État de se détendre entre deux stress, mais les images font mal et la moindre des décences reste qu’il leur aurait fallu se détendre avec discrétion et pas en fanfaronnant, volontairement ou pas.

C’est peut-être ce qui est reproché le plus à Emmanuel Macron, sa trop grande confiance en lui, penser que la résolution de la crise des gilets jaunes va passer par le grand débat national dont on ne sait pas vraiment s’il est déjà clos ou s’il joue aux prolongations. Déjà, ceux qui ont participé n’ont pas le même profil sociologique que ceux qui manifestaient au début sur les ronds-points. Ensuite, si la participation a été très élevée, et il faut le saluer, ceux qui ont participé n’ont aucune représentativité du peuple français, en tout cas, pas plus, mais pas moins non plus, que les gilets jaunes. Les sondages peuvent être trompeurs. Ils ne sont jamais faux, mais ils ne révèlent qu’une photographie instantanée d’un état d’opinion très versatile, très volatile, qui se périme très vite.

Le gouvernement a limogé le 18 mars 2019 le préfet de police de Paris. Il était déjà dans le viseur du gouvernement lors de l'affaire Benalla. Christophe Castaner a annoncé le même jour des sanctions dans la hiérarchie policière ; pense-t-il à lui-même ?

Samedi 16 mars 2019, les Parisiens ont vécu la même ultra-violence que le samedi 1er décembre 2018. Des actes honteux. Mise à sac. Vandalisme, notamment sur une plaque commémorative honorant la mémoire d’un policier victime de l’attentat du 20 avril 2017 aux Champs-Élysées, à quelques jours du premier tour de l’élection présidentielle (probablement par homophobie). Le pire fut l’incendie d’un bâtiment en présence, au deuxième étage, d’une mère et son enfant, particulièrement éprouvés mais heureusement sauvés. Ce n’est rien d’autre qu’une double tentative d’assassinat, ou même, car c’est bien le but, un acte terroriste. Le but de ces groupes violents d’extrême gauche qui ne représentent qu’eux, c’est de terroriser les Français, les dirigeants politiques, les institutionnels.

Ne parlons pas de l’image déplorable de la France à l’étranger ni même des effets économiques de la crise des gilets jaunes (au moins 70 000 pertes d’emploi en quatre mois). Car c’est trop tôt pour en parler, il faut d’abord arrêter cette hémorragie de l’intelligence collective de toute urgence. Le seul bilan qu’il faut réduire au maximum, c’est le nombre des personnes blessées ou tuées. Le bilan humain était déjà désastreux. Le bilan politique est autre chose, mais ce qu’on peut imaginer sans trop se tromper, c’est que, quelles que soient les mesures prises à l’issue du grand débat national, rien n’arrêtera ces manifestations de la violence tous les samedis dans les centres-villes, d’autant plus que le printemps apporte un temps plus clément qu’en hiver.

_yartiFouquet02

Je reviens au bilan humain. Il n’y a eu, à ce jour, heureusment aucun "Malik Oussékine", mais les provocateurs cherchent à ce qu’il y en est. C’est tout l’enjeu de la politique de sécurité que le gouvernement essaie de mettre en place. Il peut se rassurer sur les critiques qui lui sont adressées : si à gauche, pendant ces dernières semaines, on lui a reproché d’être trop violent, trop répressif, de blesser trop de manifestants avec des séquelles parfois irréversibles, à droite, on lui a reproché exactement l’inverse, de ne pas avoir assez riposté, d’avoir laissé faire les casseurs, d’être trop mou.

La vérité, c’est qu’aucun de ceux qui font ce genre de reproches ne ferait mieux que le gouvernement, même si le gouvernement pourrait sans doute mieux faire, et c’est ce qu’essaie de faire le Premier Ministre Édouard Philippe ce lundi 18 mars 2019 (notons qu’Édouard Philippe semble être redevenu le Ministre de l’Intérieur effectif, et qu’il semble compétent à ce poste).

Pourquoi ai-je écrit cela ? Parce qu’il n’y a pas à se voiler la face : ou les forces de l’ordre empêchent réellement les casseurs de casser, au point d’avoir contact et donc, confrontation physique, ou elle laisse faire. Dans la première hypothèse, il n’est pas exclu qu’il puisse y avoir des morts. D’où, pour l’instant, la seconde hypothèse qui a prévalu jusqu’à maintenant.

Dans sa chronique du 18 mars 2019, Laurent Joffrin explique assez clairement cette dualité : « Le gouvernement se pose en défenseur de l’ordre : il apporte donc une réponse avant tout répressive. Avec cette hantise compréhensible, qui est à son honneur : s’il provoque la mort d’un manifestant, il portera ce décès comme une croix et la situation risque de lui échapper encore plus. D’où les consignes contradictoires données aux forces de l’ordre : réprimez, mais pas trop. » ("Libération").

Il faudra aussi que les gilets jaunes prennent leurs responsabilités. C’est évident qu’il ne faut pas confondre gilets jaunes et casseurs, mais il est aussi clair que certains gilets jaunes sont des casseurs, et même, que beaucoup de gilets jaunes laissent faire d’un œil bienveillant. Sans gilets jaunes qui entourent les casseurs, les casseurs seraient plus facilement appréhendables.

On entend d’ailleurs beaucoup de gilets jaunes "pacifiques" dire qu’ils sont contre la violence, mais… : "c’est déplorable, mais la violence est le seul moyen de se faire entendre". "Se faire entendre" ? Mais que disent-ils vraiment ? Pour l’instant, on n’a toujours pas la réalité de "se faire entendre", quelles sont les revendications concrètes et explicites des gilets jaunes, à part être contre les institutions démocratiques ? Et vu comment les 15 milliards d’euros alloués le 10 décembre 2018 ont été accueillis, il est difficile de savoir ce qui satisferait réellement tous les gilets jaunes (en sachant en plus que les caisses de l’État sont complètement vides). J’écris bien "tous les gilets jaunes", car sinon, la crise se poursuivrait.

C’est cela aussi le terrorisme : face à des terroristes, un gouvernement même lâche ne pourra jamais leur montrer qu’il les a entendus. On frappe, on casse, on détruit, on tue seulement pour montrer qu’on peut le faire, certainement pas pour se faire entendre. Heureusement, on n’est pas encore au stade de tuer, mais les discours belliqueux de certains sur les réseaux sociaux peuvent faire craindre le pire.

Peut-être que c’est différent en termes d’échos : les médias sont plus friands d’actes violents que d’actes pacifistes, il suffit de voir comment la manifestation "pour le climat" (?) a été couverte en comparaison, alors qu’il y avait dix fois plus de participants.

Quatre-vingt-onze boutiques ont été détruites. S’en prendre aux boutiques et restaurants de luxe des Champs-Élysées (et même aux kiosques à journaux !), serait-ce vraiment le meilleur moyen de se faire entendre ? Au-delà des clichés habituellement entendus à cette occasion ("la plus belle avenue du monde") qu’on peut conjuguer simultanément avec des néologismes dont l’auteure est friande ("ensauvagement" selon Ségolène Royal le 17 mars 2019, mot qui existe déjà mais est très nouveau dans le vocabulaire politique, qui rappelle les "sauvageons" évoqués par Jean-Pierre Chevènement), ces dégradations s’en prennent autant aux riches qu’aux pauvres (au point d’avoir mis en danger la vie d’une famille), mais aussi révèlent l’archéo-idéologie de certains commentateurs.

Par exemple, comment peut-on parler de "lutte des classes" alors que ce sont des groupuscules extrémistes très violents qui ne représentent rien en termes démographiques ou sociologiques ? La grande délinquance et le crime organisé seraient-ils aussi l’illustration d’une "lutte des classes" ? À part le jeu d’enfants du gendarme et des voleurs, je ne vois pas où se situe la lutte des classes. Mais elle peut se révéler effectivement dans les commentaires de certains gilets jaunes disant en substance qu’ils ne vont pas pleurer le sort du propriétaire du Fouquet’s. C’est à cela qu’on perçoit les germes de totalitarisme et du terrorisme : quand la jalousie l’emporte sur l’État de droit.

Le gouvernement semble aujourd’hui changer de doctrine et le nouveau préfet de police de Paris va sans doute donner des consignes de confrontation directe avec les casseurs. Il y a un réel danger de bain de sang. Les responsables ne seront pas le gouvernement mais ceux qui, en actes ou seulement en paroles, prêchent depuis quatre mois la violence contre les institutions.

On a souvent moqué le "pas d’amalgame" entre terroristes islamistes et musulmans pacifiques. Pour éviter l’amalgame entre casseurs et gilets jaunes, il est temps que chaque gilet jaune dise clairement dans quel camp où il veut se placer : celui du droit ou celui du sang.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (18 mars 2019)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Gilets jaunes : le syndrome du Fouquet’s.
Le vandalisme des radars par les gilets jaunes coûte cher en vies humaines.
Alain Finkielkraut, l’antisémitisme et la bêtise.
Gilets jaunes : les gros sabots de François Berléand.
Les risques d’un référendum couplé aux européennes.
Quatre idées reçues du Président Macron.
Grand débat national : un état des lieux plutôt que des opinions.
Marianne en gilet jaune sans filtre : Emmanuel Macron face aux citoyens.
L’incroyable prestation d’Emmanuel Macron à Grand-Bourgtheroulde.
Le grand n’importe quoi national selon Emmanuel Macron.
80 km/h : 116 vies humaines sauvées en 6 mois.
Vers la suppression de la limitation à 80 km/h ?
Rosa Luxemburg aurait-elle été gilet jaune ?
Institutions : attention aux mirages, aux chimères et aux sirènes !
Les vœux du Président Emmanuel Macron pour l’année 2019.
L’an 2019, la peur jaune et l’état d’urgence économique et sociale.
Gilets jaunes : un référendum sur l’ISF ? Chiche !
Strasbourg : la France, du jaune au noir.
Allocution du Président Emmanuel Macron le 10 décembre 2018 à l’Élysée (texte intégral).
La hotte du Père MacroNoël.
Ne cassons pas nos institutions !
Vive la Cinquième République !
La réforme Macron des institutions.
Non à la représentation proportionnelle aux élections législatives !
Gilets jaunes : angoisse versus raison.
Allocution du Premier Ministre Édouard Philippe le 4 décembre 2018 à Matignon (texte intégral).
Gilets jaunes : est-ce un soulèvement ?
La Révolution en deux ans.
Discours du Président Emmanuel Macron le 27 novembre 2018 à l’Élysée (texte intégral).
Gilets jaunes : Emmanuel Macron explique sa transition écologique.
Christophe Castaner, à l’épreuve du feu avec les "gilets jaunes".
L’irresponsabilité majeure des "gilets jaunes".
Gilets jaunes : démocratie des urnes et grognement des rues.
Les taxes sur les carburants compenseraient-elles la baisse de la taxe d'habitation ?
Le bilan humain très lourd de la journée des "gilets jaunes" du 17 novembre 2018.
Gilets jaunes, au moins un mort et plusieurs blessés : arrêtez le massacre !
Emmanuel Macron, futur "gilet jaune" ?
Le Mouvement du 17-novembre.

_yartiFouquet03
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.34/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

84 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 19 mars 11:29

    Je suis d’accord sur l’analyse des faits et le rappel d’un certain nombre de principes, mais très pessimiste sur la suite des événements. Le gouvernement, qui essaie pitoyablement de surnager depuis le naufrage de sa crédibilité, sans jamais rien comprendre à ce qui est en train de se passer, compte apparemment sur un effet dissuasif de mesures répressives adoptées trop tardivement, mais elles risquent de susciter des provocations encore plus violentes : quelques morts ici ou là arrangeraient bien les affaires de ceux qui rêvent d’un plus grand chaos.

    L’Europe, qui a depuis longtemps perdu l’habitude de regarder la réalité en face, a entrepris de se suicider ; elle ressemble à quelqu’un qui, les yeux bandés, entreprendrait de traverser le champ des rails à l’entrée d’une grande gare. Dans ce beau programme, la France est en train de montrer l’exemple.


    • baldis30 19 mars 13:54

      @Christian Labrune

      bonjour
       avec votre permission ... + 1000


    • Taverne Taverne 19 mars 17:31

      @Christian Labrune

      Il y avait deux voies possibles :

        1 Une réduction progressive et appropriée des moyens répressifs qui sont à l’origine des mutilations (et pas une suppression totale d’un coup) et leur remplacement par d’autres solutions et moyens. A la faveur du grand débat, cela était encore possible. Moins de lanceurs de balles et plus strictement contrôlés, moins de grenades incendiaires, et plus de mesures de prudence et de prévention (fouille, pédagogie, mesures tactiques, décisions politiques répondant aux principales revendications, etc.)

      2 Une montée en violence jusqu’au-boutiste. En persistant dans cette voie qui aboutit à crever des yeux, à arracher des mains, à stigmatiser les Gilets jaunes, en traitant le peuple de tous les noms (peste brune, antisémites, etc.), on a créé plus de détermination que jamais chez les ultras dont certains, j’en suis sûr, sont prêts désormais à devenir des martyrs. Et donc, on franchira un cran supplémentaire et ensuite une autre...

      On nous annonce des confrontations directes et des morts ! On « programme » en quelque sorte un bain de sang funeste. Je ne reconnais plus là mon pays.


    • Le421 Le421 19 mars 20:44

      @Taverne
      Il y avait une troisième voie...
      Non dite, impossible à réaliser car non désirée par « les chefs ».
      Arrêter ceux qui foutent réellement le bordel et arrêter de massacrer les manifestants pacifiques. Sans parler des médias msm qui jettent, non pas de l’huile, mais de l’essence sur le feu !! Un scandale.
      Hélas... A qui profite le crime ?
      Encore et toujours, parmi les « casseurs », il est plus que certain qu’il y a des gens en « service commandé ». Donc, on ne touche pas !! Sinon, il n’y a rien à y comprendre.
      Et cela ne fait que transformer des gens ordinaires en contestataires haineux.
      Prenez les gens pour des cons. A force, ils le deviennent !!

      Avez-vous vu un seul casseur avec un œil arraché ??
      Un flic avec une main en moins ?

      Par contre, chez les gens ordinaires, sans antécédent judiciaire, les sanctions tombent comme à Gravelotte.
      Attisant la haine.
      Boucle sans fin menée par des incapables irresponsables... Castaner, Macron, Belloubet, etc, etc.


    • Dom66 Dom66 19 mars 23:33

      @Le421

      Salut Le421,

      entièrement d’accord, ils (le marcon et ses sous-fifres ) vont finir par interdire les manifs.

      Projet de cette dictature : Toutes personne participant à une manif où il y a de la casse, sera considéré comme complice !! C’est pas ti beau ça ??? hein ?

      Si ça continu comme ça je vais aller en Birmanie ou en Corée du nord. smiley


    • machin 20 mars 05:57

      @Taverne
      .

      La priorité des priorités, c’est de supprimer la violence sociale.

      C’est une violence qui engendre et justifie tous les désordres.

      .


    • baldis30 20 mars 09:35

      @Dom66

      bonjour,
       « Projet de cette dictature : Toutes personne participant à une manif où il y a de la casse, sera considéré comme complice  !!  »
      projet insuffisant !
      Toute personne regardant les images d’une manif sera immédiatement placée en garde à vue !


    • julius 1ER 20 mars 11:25

      @Le421
      cette théorie de la violence d’Etat qui entraîne la violence des masses vive et versa et réciproquement ainsi cette spirale devient mortifère et entraîne inévitablement la société vers la Révolution cette vision assez mécaniste n’a que peu été mise à l’épreuve de l’Histoire , ce type de réaction en chaîne a souvent été très incomplète car il faut d’autres facteurs déterminants jamais mentionnés ....c’est la vision de la minorité agissante qui pense avoir toutes les armes en mains !!!
       
      ce qui n’est pas le cas avec les gilets jaunes car il ne suffit pas d’être minoritaire (ou majoritaire pour avoir raison) .... il faut avant tout fédérer sur des projets ou des objectifs communs visibles et atteignables mais surtout irréfutables et surtout faire preuve d’imagination et définir d’autres formes d’action (le gilet jaune ) était une vraie idée mais il faut se renouveler et trouver d’autres idées pour susciter une adhésion populaire ...aller casser semaine après semaine même des symboles n’ a rien de génial, c’est plutôt un signe d’usure et de limite intellectuelle !!!

      je ne suis pas Théoricien mais se donner RDV dans un village de l’Aude pour déblayer un village sinistré par les intempéries et pas encore reconstruit aurait bien plus d’impact auprès du public et surtout ferait la démonstration de l’incurie des pouvoirs publics .... et des assureurs qui n’oublient pas d’augmenter les primes ???,

      en termes d’images, c’est tout bénef surtout cette année, où nos zélés assureurs n’y sont pas allés de main-morte avec les dégâts climatiques !!!!

      allez les think-tanks retraités ... creusez-vous les méninges !!!


    • Traroth Traroth 20 mars 11:25

      @Christian Labrune
      Au contraire, les Gilets Jaunes sont une tentative de changer les choses, enfin ! Le peuple s’est laissé endormir pendant trop longtemps. Ceux qui les appellent « terroristes », toujours dans l’outrance, sont les mêmes qui donnaient ce nom aux résistants pendant l’occupation.


    • Christian Labrune Christian Labrune 20 mars 14:02

       Ceux qui les appellent « terroristes », toujours dans l’outrance, sont les mêmes qui donnaient ce nom aux résistants pendant l’occupation.

      ........................................................
      @Traroth
      Faites gaffe : Pink Marilyn ne devrait pas tarder à vous reprocher d’atteindre le point Godwin !
      Vous avez de la chance de savoir ce que sont les « gilets jaunes ». Moi, je ne le sais pas. Ca doit être un mélange du pire et du meilleur, mais ce qu’on a déjà vu trop souvent, hélas, c’est bien le pire.


    • Christian Labrune Christian Labrune 20 mars 14:13

      On nous annonce des confrontations directes et des morts ! On « programme » en quelque sorte un bain de sang funeste. Je ne reconnais plus là mon pays.

      =====================================
      @Taverne

      J’ai aussi entendu cela, qui est consternant. Mais il y a longtemps que la France est devenue un je-ne-sais-quoi qui n’a plus aucun rapport avec l’idée qu’on s’en était faite.
      Plus bas sur cette page, les conspirationnistes de service s’emploient à échafauder des hypothèses délirantes sur les intentions machiavéliques du gouvernement, mais on en viendrait presque à regretter que cela soit impossible : pour réussir dans le machiavélisme, il faut un minimum d’intelligence, mais en la circonstance, elle fait cruellement défaut. La connerie seule est au pouvoir, et ça n’en est pas moins inquiétant.


    • Traroth Traroth 20 mars 16:58

      @Christian Labrune
      La rhétorique officielle prétend que si les Gilets Jaunes ne sont pas parfaits, c’est que ce mouvement ne vaut rien. C’est évidemment une manière de discréditer ce mouvement et, d’avance, tout mouvement populaire. Le peuple est divers et imparfait. Les élites aussi, mais eux, on ne le leur reproche pas.


    • Chantecler Pink Marilyn 19 mars 11:37

      L’incendie du Reichstag, en allemand : Reichstagsbrand, est l’incendie criminel du palais du Reichstag, siège du parlement allemand à Berlin, dans la nuit du 27 au 28 février 1933.

      Immédiatement exploité par les nazis à des fins politiques, il est suivi par la proclamation de la Reichstagsbrandverordnung qui suspend sine die les libertés individuelles et par une campagne de répression dirigée contre les communistes allemands.

      L’identité du ou des incendiaires a fait l’objet de nombreux débats. 


      • @Pink Marilyn
        D’abord considéré comme une manipulation nazie, il s’est avéré que le dénommé Van der Lubbe avait agi seul. Toutefois, les services de police connaissaient ses intentions... L’incendie du Reichstag est donc un grand classique de la manipulation politique.


      • Chantecler Pink Marilyn 19 mars 12:45

        @France Républicaine et Souverainiste

        et l’incendie du Fouquets’s ?


      • Trelawney Trelawney 20 mars 08:29

        @Pink Marilyn
        Le Reichstag a été incendié et les pompiers n’ont pas réagit parce que sur les pelouses du bâtiment il y avait un panneau indiquant « pelouse interdite »


      • Traroth Traroth 20 mars 11:32

        « Quel était à Berlin, le 27 février au soir, l’homme qui détenait les clés du Reichstag ?
        Quel était l’homme qui en commandait la police ?
        Quel était l’homme qui pouvait en activer ou en arrêter la surveillance ?
        Quel était l’homme qui détenait la clé du souterrain par lequel on semble avoir pénétré ?
        Cet homme, c’était à la fois le ministre de l’Intérieur de Prusse et le président du Reichstag : c’était Hermann Göring »


      • machin 21 mars 06:59

        @Pink Marilyn

        @France Républicaine et Souverainiste

        et l’incendie du Fouquets’s ?


        Et les 9 millions sous le seuil de pauvreté ?

        Et les gens qui meurent dans la rue ?


        vous vous trompez de priorité.


        Le Fouquets, c’est juste un minuscule détail sans importance de ce qui nous attends nous les petits nantis aveugles...




      • Il est évident que la mise à sac des Champs-Elysées était un coup monté, à l’ancienne, pour discréditer définitivement un mouvement qui agace le pouvoir depuis quatre mois. Il suffisait de bloquer les gares et les péages pour contrer les « rebelles », en fait manipulés ou orientés par des policiers infiltrés pour venir casser. Tout cela n’est qu’une manipulation grossière. Complotisme ? Que M.Castaner et ses amis arrêtent de nous prendre pour des imbéciles ! Merci...


        • Sparker Sparker 19 mars 12:35

          @France Républicaine et Souverainiste

          C’est surtout pour justifier l’escalade de la répression face à la critique internationale et ne plus être comparés aux dictatures...


        • Ruut Ruut 19 mars 12:46

          @France Républicaine et Souverainiste
          A voir les flics ne pas réagir aux pillages c’est extrêmement choquant.
          Heureusement que les GJ filment en continues ce n’est pas BFM qui vas le montrer....
          Et comme les flics réagissent rapidement aux ordre, leurs attentisme durant les pillages est clairement un ordre.


        • Chantecler Pink Marilyn 19 mars 12:46

          @Sparker

          les deux ne sont pas incompatibles, ils sont même complémentaires.


        • lejules lejules 19 mars 21:02

          @France Républicaine et Souverainiste
          ne pas dire monsieur castaner mais monsieur Gaz Ta Mere et nous serons plus proche de la réalité


        • Trelawney Trelawney 20 mars 08:36

          @France Républicaine et Souverainiste
          Il ne vous est pas venu à l’esprit qu’au ministère de l’intérieur, il y a 2 têtes (dont une avec plein de vent dedans) et que pour l’instant personne ne sait qui fait quoi. Et qu’en dessous, personne n’a eu d’instruction pour réagir.
          Ne pensez pas une seconde que Castaner et Nunez soient capables de coup tordu. Ils ne sont pas assez intelligent pour cela.

          On est dans le cas tragique d’un ministre qui ne pense qu’à baiser sa secrétaire et d’un adjoint qui se dit qu’il n’est pas là pour prendre des responsabilités et des préfets subalternes qui se disent « quoiqu’on fasse on sera quand même viré, alors autant laisser faire ».
          En fait rien n’est sous contrôle et dans quelques temps les preuves sortiront


        • Clocel Clocel 19 mars 12:33

          P’tain !

          Z’ont foutu le feu à la roulante à Bismuth, sont vraiment pas Charlie ces pauvres gilets jaunes !

          France, pays de barbouzes !? smiley

          Va falloir que ça cesse, le caviar n’est plus digéré convenablement, faudrait pas que les égouts de Paris soient infestés d’esturgeon !


          • Dom66 Dom66 19 mars 23:37

            @Clocel

            Vouai, mais moi qui pensai allez bouffé dans ce petit resto smiley


          • JulietFox 24 mars 10:12

            @Dom66
            Elève Dom, au piquet
            Moi qui pensaiS aller BoufeR !!!


          • JulietFox 24 mars 10:13

            @JulietFox
            Oh fan de chichoune Bouffer avec 2 effes Je sors..............................


          • jymb 19 mars 12:44

            Pas besoin de tordre le réel dans tous les sens 

            Macron et sa clique ont plongés le pays dans le feu et le sang 

            Il s’est entouré d’un ramassis d’arrivistes a qui il faut reconnaître un mérite, celui d’avoir bénéficié et retenu des cours de com’ magistraux, pour manier avec brio le pipotron, l’incantation creuse et l’anathème 

            Depuis nous plongeons...interdits, autophobie, hypertaxation, misandrie, communautarisme, gaspillages en c...dispendieuses...le kit complet de la mise à genoux d’un pays 


            • Pere Plexe Pere Plexe 19 mars 18:18

              @jymb
              Sous la cinquième république la règle en cas de contestation populaire est 

              • de changer de gouvernement
              • de dissoudre l’assemblée nationale
              • de proposer un référendum
              • la démission du President
              Macron n’a voulu d’aucune de ces solutions préférant le défi sécuritaire et le pourrissement.
              Que lui et ses groupies assument !

            • Le421 Le421 19 mars 20:48

              @Pere Plexe
              De toute façon, ça va finir par péter grave ta mère.
              C’est juste la question de savoir quand.
              Il faudrait (malheureusement) un ou deux gilets jaunes à terre avec une balle plus ou moins perdue.
              Mais ça va venir...
              Et là !!
              No comment.


            • lejules lejules 19 mars 21:08

              @Pere Plexe
              merci je ne pourrais dire mieux ! mais nous sommes sous une 5eme édulcorée qui n’a rien a voir avec celle de 58.
              hélas ! hélas !

              3fois hélas !

              ce n’est plus la France qui décide mais Bruxelles !


            • lejules lejules 19 mars 21:10

              @Le421
              ne pas dire "De toute façon, ça va finir par péter grave ta mère.

              « mais De toute façon, ça va finir par péter »gaze ta mère".


            • JulietFox 24 mars 10:14

              @jymb
              27 sur 577 pour donner ADP au privé.


            • lala rhetorique lala rhetorique 19 mars 13:07

              Le fameux Fouquets, rapté aux réels héritiers.... où l’on voit des pauvres serveurs en contrat d’apprentissage, suer sans et eau sous le joug du chef, si bien qu’ils finissent par faire des erreurs. Fouquets où l’on va pour se montrer en bonne compagnie, mais où les tables sont tellement serrées qu’on se croirait dans une vulgaire brasserie. Reflet de la blingblinguerie. Sûrement plus précieux, cet établissement, que la vie d’un peuple ! Le choix politique est fait ! des drones sur les gilets jaunes, et je peux parier que nous allons payer sur nos impôts la réfection dudit estaminet !


              • Le421 Le421 19 mars 20:49

                @lala rhetorique
                Et le pauvre Sylvain qui pleure les larmes de son corps... Vous y pensez, hein ??  smiley



                • Ruut Ruut 20 mars 08:25

                  @L’enfoiré
                  N.S est quand même un des grand responsables de la situation actuelle.


                • Et hop ! Et hop ! 19 mars 13:50

                  «   »c’est déplorable, mais la violence est le seul moyen de se faire entendre« . »Se faire entendre«  ? Mais que disent-ils vraiment ? Pour l’instant, on n’a toujours pas la réalité de »se faire entendre« , quelles sont les revendications concrètes et explicites des gilets jaunes, à part être contre les institutions démocratiques ? »


                  Vous êtes de très mauvaise foi, les revendications de Gilets Jaunes sont très claires, il n’y en a que deux :

                  — remonter de 40 % le pouvoir d’achat des 20 % des Français les plus pauvres, et mettre fin a la gabegie énorme des deniers publics en réduisant de 40 % le nombre et le coût de tous les hauts salaires et contrats de la fonction publique.

                  — mettre en place un référendum d’initiative citoyenne permettant au peuple de reprendre en main son pouvoir législatif et d’empêcher le gouvernement de faire des lois scélérates qui font l’unanimité contre elles comme de vendre les barages d’EdF à des fonds vautours américains.




                  • Le421 Le421 19 mars 20:51

                    @Et hop !
                    Vous ignorez peut-être que l’autisme crée des conditions d’hyper-attention sur des points précis alors que d’autres restent totalement inconnus.
                    L’auteur en est certainement atteint.
                    La mauvaise foi, à ce stade là... Pas possible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès