• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > « Grand débat » : Macron se tend un piège !

« Grand débat » : Macron se tend un piège !

L’annonce du Grand débat, son cadrage par Macron dans sa « Lettre aux Français », et ses modalités d’organisation, rien ne trouve grâce aux yeux des caciques du Rassemblement National, de Debout la France et de la France Insoumise. En ouvrant la voie à cette initiative inédite sous la Ve République, le président vient pourtant de mettre en place un piège potentiellement redoutable pour… lui-même.

Comme l’on pouvait s’y attendre, l’annonce du Grand débat et le texte jupitérien qui l’a accompagné en ce début de semaine sous la forme d’une « Lettre aux Français  » ont été accueillis par de nombreuses et virulentes critiques, tant du côté des partis de l’opposition qualifiée de « populiste » par les médias mainstream que dans les rangs des Gilets jaunes les plus radicalisés. Aux accusations d’« enfumage » ou même de « piège à cons » se sont ajoutées des consignes de boycott.

Rien là de très surprenant de la part de personnalités politiques qui, depuis l’émergence des Gilets jaunes, n’ont eu de cesse de tenter de récupérer ce mouvement dans l’espoir de provoquer la chute de Macron ou, à défaut, la dissolution de l’Assemblée nationale. Des espoirs jusque-là déçus et qui risquent d’être ruinés par le lancement de ce Grand débat grâce auquel nos compatriotes vont avoir la possibilité inédite de s’exprimer quasiment sans tabous sur tous les sujets qui leur tiennent à cœur en matière de gouvernance du pays. 

Ce boycott a-t-il des chances de fonctionner ? On peut en douter. Hormis le Rassemblement National, Debout La France et La France Insoumise, toutes les formations politiques, du Parti Communiste aux Républicains modérés appellent en effet à participer à cet ample débat démocratique qui est d’ores et déjà observé avec beaucoup de curiosité et d’intérêt dans les autres pays occidentaux. Nombre de Gilets jaunes se déclarent eux-mêmes prêts à déposer leur contribution, et il suffit de prendre connaissance des « doléances » déjà exprimées dans les mairies pour s’en convaincre.

Les participants croient-ils pour autant en la sincérité de Macron et de ses amis ? Non, bien sûr car les Français ne sont pas dupes de la stratégie élyséenne. Celle-ci vise à l’évidence à gagner du temps et à imposer tacitement dans l’opinion publique l’idée que le mouvement des Gilets jaunes n’a plus de légitimité tant que la démarche entreprise n’est pas allée au bout du processus et que des annonces n’auront pas été faites, une fois digérées par l’exécutif les contributions de nos compatriotes.

Dès lors, il est facile de comprendre ceux qui appellent au boycott pour ne pas cautionner une initiative qui, selon eux, ne débouchera sur rien, ou au mieux sur des mesurettes sans rapport avec les légitimes attentes des classes populaires. Mais il est clair qu’on est là sur un procès d’intention. Certes ! les gouvernements successifs ont souvent trompé les Français en leur faisant miroiter la possibilité d’avancées socioéconomique ou institutionnelles, et il n’est pas étonnant qu’une partie d’entre eux puisse réagir comme le « chat échaudé » du proverbe.

En refusant de participer à cet exercice démocratique, nos compatriotes commettraient pourtant une énorme faute stratégique ! Au-delà de la parole libérée que cette démarche induit dans la population, le Grand débat pourrait effectivement devenir une arme redoutable contre l’exécutif. Et, pour peu qu’un large consensus populaire se dégage sur plusieurs points (par exemple l’ISF* et le RIC*), se révéler un piège potentiel pour Macron contraint, du haut de son Olympe, de choisir entre la reddition sur quelques-unes des revendications emblématiques de la France des « oubliés » ou, conformément aux pratiques de l’« ancien monde », le recours à des annonces vides de contenu.

Dans le premier cas, le pays devrait sans trop de difficultés recouvrer son calme, même si le feu ne sera pas totalement éteint sous la cendre, eu égard à la très grande défiance des Français à l’égard de l’exécutif. Dans le deuxième cas, les classes populaires, s’estimant une fois de plus flouées par le gouvernement, pourraient durablement, et de manière beaucoup plus violente que lors des semaines passées, basculer dans une insurrection dont Macron aurait créé les conditions par sa surdité et son aveuglement.

À l’évidence, il y a avec ce Grand débat une chance à saisir par tous ceux qui souffrent. Nul doute à cet égard qu’une part importante des Français s’emparera de ce débat sans tabous ni pathétiques réserves politiciennes pour exprimer des attentes longtemps méprisées et mettre ainsi l’exécutif au pied du mur.

Rappelons-nous Stéphane Hessel. Lorsqu’il a écrit « Indignez-vous !  », tout le monde a applaudi ce texte et salué son auteur. Or, dans le contexte actuel de graves tensions sociales, ce Grand débat est enfin, et sans recours à la violence, l’occasion de verbaliser cette indignation si largement partagée par nos compatriotes, et notamment par ceux de la « ruralité », petites villes comprises, et de la « France périphérique  ».

On ne peut sans cesse réclamer d’être entendu et refuser, le moment venu, de s’exprimer lorsque cette possibilité est offerte !

ISF : Impôt de Solidarité sur la Fortune  ; RIC : Référendum d’Initiative Citoyenne


Moyenne des avis sur cet article :  1.71/5   (51 votes)




Réagissez à l'article

312 réactions à cet article    


  • Julien S 16 janvier 08:25

    Imaginez qu’un RIC repousse l’ISF ? 


    • Fergus Fergus 16 janvier 09:06

      Bonjour, Julien S

      Le RIC, s’il voit le jour  et c’est de plus en plus probable  ne sera applicable qu’à des des domaines limités, par la force des choses. En seraient notamment exclus les questions régaliennes et la remise en cause des Droits de l’Homme.

      Organiser un RIC sur une question fiscale n’est pas évident tant ce domaine est fait d’équilibres difficiles à trouver entre les recettes et les dépenses de l’Etat. Ce serait donc très improbable.


    • Aristide Aristide 16 janvier 10:35

      @Fergus

      SVP, un exemple de RIC qui ne mettrait pas le bordel dans nos institutions en laissant croire qu’il suffit de dire OUI ou NON pour être dans une « démocratie participative ».

      Allez une question subsidiaire, peut importe la question, que croyez vous que répondraient les insoumis et autres rassemblés ? Vous savez très bien que l’on ne répond pas à la question posée mais simplement si on approuve ou non la politique de celui qui la pose. 


    • jmdest62 jmdest62 16 janvier 10:36

      @Fergus
      Organiser un RIC sur une question fiscale n’est pas évident tant ce domaine est fait d’équilibres difficiles à trouver entre les recettes et les dépenses de l’Etat.


      °
      Il n’est pas question d’entrer dans ces détails ...
      Pour les recettes : il est juste question de se déterminer une répartition plus équitable des tranches d’imposition et les moyens de contrôler que tout le monde paye sa contribution. (cf : Carlos , Mulliez , Arnaud , Draghi etc etc)
      Pour les dépenses : Pouvoir intervenir (si besoin !) sur la répartition des budgets par ministère et contrôler « réellement » l’efficacité des politiques mises en place.
      °
      Il ne faut pas des mois de discussion pour mettre ça en place et il n’est pas nécessaire d’attendre la fin de tous les débats pour commencer à oeuvrer dans ce sens.....
      A partir du moment où le peuple aura repris le contrôle par le RIC , le reste suivra.
      °
      Dire que c’est trop compliqué ...c’est une autre manière de signifier que nous ne sommes pas capables de comprendre donc de nous prendre pour des truffes
      @+


    • jmdest62 jmdest62 16 janvier 10:43

      @Aristide
      Vous pré-supposez que la question soumise à référendum serait forcément posée par le GVt. que nenni !
      @+


    • Croa Croa 16 janvier 14:07

      À Fergus « ne sera applicable qu’à des des domaines limités » Autant dire qu’il n’y aura pas de RIC  ! 


    • Fergus Fergus 16 janvier 14:19

      Bonjour, Croa

      Si, il peut y avoir un RIC portant possiblement sur de nombreux sujets, tant au niveau national qu’au niveau régional ou départemental. A noter que, même dans les pays où il existe, le RIC n’est pas applicable à tout !


    • TotoRhino TotoRhino 16 janvier 14:37

      @Croa

      Pas mieux !



    • Et hop ! Et hop ! 16 janvier 15:46

      @Fergus :

      Vous commencez à censurer le Peuple qui n’aurait pas le droit de légiférer sur certains sujets, comme Macron, sauf vous c’est c’est les lubies de la Gauche.

      Personne n’a l’intention de remettre en question la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, il faudrait par contre plus l’appliquer.

      Par contre la Déclaration universelle votée en 1948 sous l’égide de Eleanor Roosvelt, c’est une machine à servir l’impérialisme américain et à détruire les nations, c’est le fondement juridique du mondialisme.

      Quand aux questions régaliennes, si le peuple français veut virer cette classe dominante malfaisante de politicards, de syndicalistes, de journalistes, d’universitaires, de hauts fonctionnires, de publicitaires,.. qui abandonne la souveraineté qui lui a été confiée à des institutions étrangères, pour reprendre notre pouvoir sur notre vie et sur notre destinée, il va bien falloir faire des référendums pour reprendre notre défense et notre diplomatie à l’OTAN, notre monnaie à la BCE, notre pouvoir législatif à la Commssion Européenne, nos frontières à l’OMC. Il va bien falloir réouvrir les tribunaux fermés et recadrer les juges. Recadrer aussi policier dans leur mission qui n’est pas de punir et de tuer les présumés malfaiteurs, mais de les arrêter pour les remettre à la justice, puis d’exécuter les décisions de justices, il va bien falloir faire appliquer la Constitution dans sa forme et dans son esprit, recadrer le président de la République dans son role d’arbitre et de mainteneur des institutions et lui interdir de s’immiscer dans les actes de gouvernement, interdire aux hauts fonctionnaires de briguer des mandats législatifs, réinterdire aux hauts fonctionnaires d’avoir des liens d’intérêts avec le secteur privé, interdire tous les avantages fiscaux et sociaux que se sont octroyé les députés, les sénateurs, les hauts fonctionnaires, il va bien falloir nationaliser les banques et les transformer on banques mutuelles ou coopératives ou administratives qui ne distribuent pas de bénéfices, etc.

      « Le prolétaire est celui qui n’a pas de pouvoir sur sa vie et qui le sait. » Il n’a plus besoin de la gauche pour le représenter et le trahir, il a mis un gilet jaune pour qu’on le voit, il va reprendre le pouvoir sur sa vie. 


    • Fergus Fergus 16 janvier 17:45

      Bonjour, Et hop !

      Je ne « censure » personne. Mais je vois mal un RIC organisé sur la politique militaire de la France ou les Affaires étrangères !!!

      « il va bien falloir faire appliquer la Constitution dans sa forme et dans son esprit, recadrer le président de la République dans son role d’arbitre et de mainteneur des institutions et lui interdir de s’immiscer dans les actes de gouvernement »

      J’ai longtemps pensé comme vous sur cette question, mais elle est dépassée. Depuis l’instauration du quinquennat, les constitutionnalistes ne différencient plus le président du gouvernement. Et c’est d’ailleurs directement sous son autorité que se tient le Conseil des ministres, le PM n’étant que le plus gradé d’entre eux !


    • Dan22 17 janvier 15:48

      @Croa
      Tout à fait !
      Et puis , de toutes les façons , Macron a bien dit qu’il ne détricotera pas ce qui a été fait !
      Donc : enfumage et par voie de conséquence : boycott de ce piège à c..s .
      Et idem pour les européennes ; car les gilets jaunes vont être ridicules s’ils se retrouvent avec 10% !
      Car n’en doutons pas , la campagne électorale sera une chasse ouverte contre les gilets jaunes de la part des médias et de TOUS les partis politiques !
      Il faut continuer le mouvement sans rentrer dans le système .....


    • Fergus Fergus 17 janvier 16:07

      Bonjour, Dan22

      « la campagne électorale sera une chasse ouverte contre les gilets jaunes de la part des médias et de TOUS les partis politiques »

      Erreur ! LREM et le Modem ne diront au contraire pas un mot contre un éventuel parti des Gilets jaunes. Et pour cause : il affaiblirait la FI et surtout le RN qui pourrait être devancé par le parti présidentiel !

      « continuer le mouvement sans rentrer dans le système »

      Cela semble mal barré : Haik Shahinyan a d’ores et déjà entrepris les démarches pour officialiser sa liste de Gilets jaunes et compterait au moins  selon lui 14000 adhérents.


    • sylvain 17 janvier 19:01

      @Dan22
      ca ne veut pas dire qu’il ne faut pas participer, on peut reaffirmer ce qu’on veut
      Si ce n’est pas appliqué, ca rassemblera pour continuer et ils ne pourront pas prétexter que les gens veulent seulement raler sans participer
      Si c’est appliqué, tant mieux
      Par contre il faut dire tout ce qu’on veut : l’ISF, la démission de macron, le CT....
      il ne faut pas se limiter à ce qu’on aurait le droit de demander


    • Fergus Fergus 17 janvier 19:26

      Bonsoir, sylvain

      100 % d’accord avec vous ! C’est très exactement le sens de mon article.


    • JL JL 17 janvier 19:57

      @sylvain
       
       ’’il ne faut pas se limiter à ce qu’on aurait le droit de demander ’’
       
      Mais bien sûr. Seulement Macron n’en verra rien, ce sera poubellé bien avant d’arriver jusqu’à lui ; motif : « hors sujet » ! Faut pas contrarier Jupiter !
       
      Ce débat n’a d’autre buts que de reprendre la main, gagner du temps, épuiser les contestataires. Les promesses n’engagent que ceux qui y croient.


    • Fergus Fergus 17 janvier 20:18

      Bonsoir, JL

      « ce sera poubellé bien avant d’arriver jusqu’à lui ; motif : « hors sujet » ! Faut pas contrarier Jupiter ! »

      Pas si simple pour l’exécutif : ce débat sera scruté de très près par beaucoup de monde (médias, associations, maires) et il est peu probable que les revendications importunes pour le pouvoir soient passées à la trappe.
       


    • ASTERIX 20 janvier 16:48

      @jmdest62

      manu ce n’est pas le grand débat qu’il organise mais le GRAND DEGAT :

      LUI ET MARCHE ARRIERE CONFIRMENT LEUR MEPRIS DE CLASSE POUR LE PEUPLE D’ EN BAS (sans dents !!! traverser la rue vous trouverez du boulot
      il faut que les francais soient plus courageux...un pognon dingue pour le social ) ILS NE S ADRESSENT NI AUX CITOYENS NI AUX GILETS JAUNES  !!!!!!!
      QU’ A DES ELUS TERRITORIAUX aimant se faire mousser !!!!!!!!!!et INDEMNISES §§§

      mme buzyn Weil levy ( santé ) la PLUS GRANDE LOBBYISTE DE BIG PHARMA
      1000 MILLIARDS DE BENEFICE EN 10 ANS ( anti K KORRUPTION °)


    • mmbbb 20 janvier 19:59

      @jmdest62 Mulliez il s en fout il est en Suisse . et je lui donne raison au regard des commentateurs de ce site 


    • jmdest62 jmdest62 16 janvier 08:31

      Salut Fergus

      Hier , lors des questions aux gouvernement E Philippe a très clairement réaffirmé que « tout ce qui entre dans le cadre de la lettre de Manu sera examiné par le Gvt ».

      En clair , vous pouvez palabrer sur tout ce qui vous chante tant que vous restez dans les (nos) clous.

      Manu a déclaré devant les maires qu’aucun sujet n’était tabou et qu’on pouvait discuter de tout ....« discuter » , ça mange pas de pain n’est-il pas ?

      @+


      • jmdest62 jmdest62 16 janvier 08:49

        @Fergus
        Votre « stratégie » part du postulat erroné que Manu aurait le sens de l’honneur et de sa fonction ....
        or, il démontre le contraire depuis plus de deux mois par ses invectives et ses brutalités ,
        or, il est en train de démontrer son double langage , en ce moment même à l’assemblée , en faisant passer , sans concertation , de nouvelles lois sur la justice .
        or, il est en train de démontrer son double langage

        en faisant piloter et encadrer le débat par ses « petits copains » .
        @+


      • Fergus Fergus 16 janvier 09:13

        Bonjour, jmdest62

        Le fait est qu’il y a eu un net décalage  dans le bon sens entre la lettre et les propos de Philippe et ceux que Macron a tenus devant les maires normands.

        « Votre « stratégie » part du postulat erroné... »

        Ma « stratégie » est qu’il faut profiter de ce débat pour instaurer un rapport de forces. Si c’est le cas, et si les Français sont nombreux à se porter sur des revendications identiques, Macron sera obligé d’en tenir compte, sauf à susciter une colère encore plus grande que celle des semaines passées, avec tous les risques que cela ferait courir au pays et à sa propre majorité !

        « en faisant piloter et encadrer le débat par ses « petits copains » »

        Les deux ministres ne sont là que pour assurer l’organisation du débat et ses modalités pratiques. Il sera toujours temps de faire ce procès si les « garants » qui vont être désignés ne sont que des potiches !


      • jmdest62 jmdest62 16 janvier 09:50

        @Fergus
        A) Vous pouvez croire qu’il y a un décalage mais il n’y en a pas ...on peut discuter sans tabou de l’ISF .... discuter OK ! mais « pas touche au grisbi ! »
        B) 2 ministres pour animer/encadrer + sur 5 « garants » : 2 désignés par le Gvt + 1 désigné par R. Ferrand .....
        est-il nécessaire de poursuivre ?
        @+


      • Parlez moi d'amour Parlez moi d’amour 16 janvier 13:07

        @Fergus

        Si c’est le cas, et si les Français sont nombreux à se porter sur des revendications identiques, Macron sera obligé d’en tenir compte,

        C’est vous qui allez vérifier l’importance et la fréquence des revendications ? Nos gouvernants nous ont habitués à la trahison, le bilan de ce « débat » sera celui que souhaitent les dirigeants actuels ...


      • Fergus Fergus 16 janvier 14:25

        Bonjour, Parlez moi d’amour

        « C’est vous qui allez vérifier l’importance et la fréquence des revendications »

        Non, mais il ne fait aucun doute que les médias  au moins une partie d’entre eux s’empareront de ce sujet, ne serait-ce que pour booster leurs audiences ou leurs ventes. 
        *
        « le bilan de ce « débat » sera celui que souhaitent les dirigeants actuels »

        C’est en effet un risque que je ne nie pas. Mais on ne pourra en avoir la certitude qu’au bout du processus ! Et lesdits dirigeants savent désormais que le peuple français à l’épiderme sensible, et qu’à trop vouloir le chatouiller il s’expose à de périlleux retours de flamme !


      • Et hop ! Et hop ! 16 janvier 15:59

        @Fergus :

        Macron a besoin de justifier de poursuivre sa politique de réforme malgré l’opposition de 80 % de la population.

        Ce grand débat va avoir comme conclusion que les Gilets Jaunes se plaignent du chômage, du pouvoir d’achat, de la lenteur de la justice, du coût de l’éléctricité, de la pollution, de l’encombrement des hôpitaux, du foutoir de l’é« ducation ntionale, etc.. et que c’est justement pour remédier à tout ça qu’il fait son grand programme de réforme.

        Aucune contre-proposition de réforme ne sera mentionnée, Grivaux a dit qu’il n’était » pas question de détricoter les réformes faites depuis deux ans" (dont la loi Travail), et Macron qu’il était hors de question qu’il change de cap.

        Et puis mettez-vous dans la tête que c’est Macron le révolutionnaire, que le parti révolutionnaire est arrivé au pouvoir à la fin des années 1980, notamment avec le gouvenement Balladur de la droite libérale, mais aussi la gauche libérale avec Jacques Delors et avec l’OMC du socialiste Lamy, que la Révolution est libérale et bourgeoise, et que le mouvement des Gilets Jaunes est une contre-révolution.


      • Michel DROUET Michel DROUET 16 janvier 18:05

        @Fergus
        Bonjour Fergus
        Je partage votre point de vue. Il faut participer et instaurer un nouveau rapport de force ce qui signifie qu’il ne faut pas faire des propositions uniquement dans le cadre fixé et oser aller au delà. Plus les propositions sortiront du cadre et plus Macron sera coincé.


      • Fergus Fergus 16 janvier 19:05

        Bonsoir, Michel DROUET

        Merci pour votre commentaire. Comme l’a souligné Gruni, c’est la voix du « bon sens ». 


      • Dan22 17 janvier 15:55

        @Parlez moi d’amour
        Exact !
        Un peu comme les résultats du premier tour des présidentielles !!!!!
        Je n’arrive toujours pas à y croire ......


      • ASTERIX 20 janvier 16:54

        @jmdest62

        C ’EST MAINTENANT CERTAIN IL FINIRA DICTATEUR  !!!!!!!

        les gendarmes ont les chars et les fusils d’assaut MARCHARRIERE OFFRIRA LES BALLES  !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
        et sa campagne pour l’EUROPE NOUS LA PAYERONS AVEC NOS IMPOTS ET LA TIPP TVA ECT............ VIVE LE ROITELET MANU 1ER 1ER TAXEUR DU MONDE !!!!!!!!!!!!!!


      • Fergus Fergus 20 janvier 17:08

        Bonjour, ASTERIX

        Un tantinet excessif, non ?


      • math math 16 janvier 08:44

        Débat de dupes..Arrêtons cette mascarade...

        Donnons nous la main pour investir l’élysée et bouter hors du trône ce pantin pitoyable...La France mérite mieux...


        • Fergus Fergus 16 janvier 09:15

          Bonjour, math

          Lorsque je lis des commentaires comme le vôtre, je vois un personnage de bande dessinée, une sorte de Tartarin ou de Matamore péremptoire mais velléitaire !


        • math math 16 janvier 09:40

          @Fergus...Bonjour Fergus...bof..les vôtres sont digne de la IV république...genre réponse de Normand..le cul entre deux chaises..mais vos chaises ont seulement trois pieds..ça balance dur..
          Avec un peu de bon sens, vous pourriez aussi avoir un raisonnement sensé, mais vos choix vous regarde bien sur..bonne journée !


        • Fergus Fergus 16 janvier 14:28

          @ math

          « vos chaises ont seulement trois pieds »

          Ne vous inquiétez pas pour moi : étant jeune, j’ai été habitué en Auvergne à traire les vaches sur des « selles à traire », précisément équipées de trois pieds. Et j’y étais parfaitement à l’aise !  smiley


        • Et hop ! Et hop ! 18 janvier 19:29

          @Fergus

          Il y en a avec un seul pied qui s’attachent avec une courroie, beaucoup plus pratiques.

          Et des pantalons à une jambe.


        • Fergus Fergus 18 janvier 19:56

          Bonsoir, Et hop !

          Permettez-moi de préférer les trépieds. smiley


        • gruni gruni 16 janvier 09:09

          Bonjour Fergus

          On ne peut sans cesse réclamer d’être entendu et refuser, le moment venu, de s’exprimer lorsque cette possibilité est offerte !

          Du pur bon sens. Seulement Fergus, lorsque pas mal de citoyens sont obsédés par la démission de Macron, discuter avec eux devient mission impossible. Même si, comme tu le fais comprendre, tout le monde en a marre de se faire rouler dans la farine, je crois qu’il faut saisir l’occasion qui est donnée. Et si ce débat est une farce, le "piège pourrait se refermer. Macron serait-il assez stupide pour ne pas tenir compte du débat qu’il a proposée ?


          • Fergus Fergus 16 janvier 09:24

            Bonjour, gruni

            « lorsque pas mal de citoyens sont obsédés par la démission de Macron, discuter avec eux devient mission impossible »

            Certes ! Mais combien sont ces « pas mal » ? Ne surestime-t-on pas leur nombre en confondacnt l’écume et la vague ?

            Je discute pas mal dans ma ville, et mis à part quelques rares Gilets jaunes ou proches sympathisants, je ne rencontre personne qui soit sur cette ligne radicale. Et il y a des Gilets jaunes dissidents qui portent désormais leurs revendications dans les cahiers de doléances. Idem pour quelques Insoumis que je connais.

            « si ce débat est une farce, le »piège pourrait se refermer.« 

            Comme toi, je pense que ce débat va »obliger" Macron. Sans doute n’ira-t-il pas au bout des revendications, d’ailleurs très nombreuses et pour certaines contradictoires. Mais je ne vois pas comment il pourrait ne pas prendre d’initiative significative à l’issue de ce processus. Et (à titre d’exemple) même s’il ne revient pas sur l’ISF  c’est un totem pour lui —, je le verrais bien accepter l’idée qu’il faille en compensation instaurer une tranche supplémentaire d’impôt sur le revenu.


          • gruni gruni 16 janvier 09:44

            @Fergus

            « Mais combien sont ces « pas mal » ? Ne surestime-t-on pas leur nombre en confondacnt l’écume et la vague ?  »

            Effectivement, il est très difficile de les chiffrer. « Macron démission » est devenu un slogan, et rares sont ceux qui croient vraiment en cette possibilité. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès