• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > La Macronie à Vaux-le-Pénil

La Macronie à Vaux-le-Pénil

 

Cette petite ville de l'agglomération de Melun d'un peu moins de 12 000 habitants est à gauche depuis 1989.

Depuis ces élections municipales, la Ville s'est modernisée et les municipalités successives dirigées par Pierre Carassus ont conduit une politique, sociale, culturelle et citoyenne.

En 2012, Pierre Carassus a passé la main à son premier adjoint, Pierre Herrero...

La continuité a été préservée jusqu'en 2014

Cette année là le nouveau maire n'a pas voulu reconduire les comités consultatifs et a proposé la privatisation du cinéma municipal.

Au moment de l'élection à la présidence de la République, Pierre Herrero a assumé quelques responsabilités à Paris dans la Macronie.

S'agissait-il d'un choix professionnel ou d'une décision politique ?

Il faut être naïf pour croire que les deux ne seraient pas liés.

Quelques élus et le maire honoraire, Pierre Carassus ont exprimé leur opposition à cette rupture de fait entre un engagement à gauche de la ville et celui, personnel, du maire...

Janvier 2019, Pierre Herrero, à la surprise quasi générale a démissionné de son mandat de maire, pour des raisons personnelles.

Il a proposé qu'à sa place ce soit Henri De Meyrignac, adjoint à la Culture qui devienne le « premier magistrat » de la Ville.

Une équipe militante regroupant deux élus, l'ancien maire et des citoyens de la ville s'est constituée avec l'intention de préparer les prochaines élections municipales.

Pour ces militants et militantes, il s'agissait de promouvoir une orientation sociale, écologique et de construire une réelle démocratie participative.

Les contacts ayant été difficiles entre cette force montante et Henri de Meyrignac, deux listes de « gauche » se sont affrontés au premier tour des municipales.

A la surprise générale, la liste « Vaux-le-Pénil, notre bien commun » menée par Julien Guérin a obtenu plus de 27 % des suffrages exprimés....

Cette « aventure » et l'histoire de Vaux le Pénil sont racontées dans un livre collectif : un printemps pénivauxois :

https://www.critiqueslibres.com/i.php/vcrit/58265

Après le confinement et le report du deuxième tour la question de la fusion des deux listes de gauche s'est posée.

Après un vote serré, la liste « Vaux-le Pénil, notre bien commun » a décidé de fusionner avec celle du maire sortant....

La décision fut difficile d'autant plus que Monsieur de Meyrignac n'a accepté de donner que 5 sièges éligibles au bien commun....alors que la professionnelle voulait que 11 noms soient réservés sur cette liste commune.

Qu'importe, l'essentiel était et est pour cette équipe militante de faire vivre la démocratie participative.

 

L'ironie de l'histoire, c'est que le maire « divers gauche » et sa première adjointe, devenus conseillers communautaires ont décidé de siéger dans le groupe macroniste mené par le maire de Melun, président du conseil communautaire.

Beaucoup de pénivauxois s'interrogent : quelle est la voie suivie par la majorité de la Municipalité ?

 

La politique locale ne doit pas se résumer à des combinaisons politiciennes mais se déployer en respect du mandat donné par la population à la nouvelle municipalité.

Le maire annonce l'installation de 30 caméras de vidéo-surveillance....

Au delà de la question de la vidéocratie, de son intérêt et des risques encourus pour la démocratie, se posent celles des priorités comme la création d'un vrai service social et l'émergence, enfin, d'une démocratie participative .

 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  2.89/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • CHALOT CHALOT 11 janvier 11:18

    Justement, ne dites pas n’importe quoi si la liste VLP notre bien commun a accepté de fusionner et de n’avoir que 5 sièges éligibles au lieu de 11 c’est que justement elle n’a pas voulu entrer dans les magouilles et marchandages !


    • A Paris, les « comités de quartier » n’étaient que des assemblées à sens unique encadrées par les militants du PS. Impossible de parler des vrais problèmes et d’aller contre eux lors des discussions. Espérons que votre conception de la démocratie participative soit différente de celle de vos cousins parisiens...


      • CHALOT CHALOT 11 janvier 21:04

        @France Républicaine et Souverainiste
        J’étais maire adjoint aux associations dans la précédente mandature. Je n’ai pas voulu continuer car à plus de 70 ans on passe la main. C’était le seul comité consultatif ouvert, j’étais souvent seul comme élu, parfois nous étions deux, pas plus. Je ne voulais plus des comités consultatifs « croupion » où les quelques citoyens étaient submergés par les élus convoqués....La parole était libre et nous avons construit des projets.


      • zygzornifle zygzornifle 11 janvier 16:05

        Un politique c’est comme une éolienne, il suit le vent, rien qu’a voir ceux de gauche comme de droite et du centre qui ont étés humer le croupion a Macron .....


        • Jean J. MOUROT Jean J. MOUROT 11 janvier 17:08

          "’ironie de l’histoire, c’est que le maire « divers gauche » et sa première adjointe, devenus conseillers communautaires ont décidé de siéger dans le groupe macroniste mené par le maire de Melun, président du conseil communautaire.« 

          Un vieux militant syndical de l’enseignement disait : »lLes vaches broutent où il y a de l’herbe" !


          •  C BARRATIER C BARRATIER 11 janvier 17:59

            Chacun sa logique, ses hésitations, ses choix provisoires qui sont des tests. Les politiques vivent leur vie, comme tout le monde vit sa vie, originale. Quels qu’ils soient, il faut croire que les citoyens ont besoin d’eux puisqu’ils les élisent. Qu’en disent les abstentionnistes si nombreux ?

            Un Maire, un conseil municipal sont forcément à l’écoute tous azimuts, leurs évolutions suivent ces influences. Finalement c’est bien.


            • zygzornifle zygzornifle 12 janvier 08:25
              La Macronie à Vaux-le-Pénis .....

              • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 13 janvier 11:50

                Collectif “laissons les médecins prescrire”

                 https://manifestes-libertes.org/

                Soutenez cette pétition pour la liberté de prescrire .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité