• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Le déni de Castaner : On est dans le mensonge d’Etat !

Le déni de Castaner : On est dans le mensonge d’Etat !

David Dufresne, un journaliste contre le bavardage médiatique ...
Le journaliste David Dufresne, qui compile méthodiquement depuis le début du mouvement des Gilets Jaunes les cas de "violences policières", refuse de participer à des émissions de "café du commerce" entre journalistes. Et de pointer la part trop grande laissée dans les médias aux commentateurs et éditorialistes.

https://www.marianne.net/medias/david-dufresne-gilets-jaunes-violences-policieres

La majorité écrasante des victimes du LBD 40 ne sont pas des casseurs ni des gens violents !

Le nombre de blessés s'est envolé avec la mobilisation des "Gilets Jaunes" : le ministère de l'Intérieur a dénombré jusqu'ici plus de 9.228 tirs de LBD.
https://www.liberation.fr/checknews/2019/01/31/combien-y-a-t-il-eu-de-tirs-de-lbd40-depuis-le-debut-du-mouvement-des-gilets-jaunes_1706515

Le gouvernement ne poursuit pas une mission de maintien de l’ordre de manière mesurée mais celle d’une répression féroce, relayé par les forces de l’ordre, contre les Gilets Jaunes. Le but est d’intimider / dissuader la population française de rejoindre les manifestations ! 

Le gouvernement à peur de perdre le pouvoir et l’oligarchie de perdre les privilèges abusifs ! 

Le 7 janvier, sur son compte Twitter, David Dufresne se fend d’un message à l’adresse de BFMTV : « Merci pour vos invitations en plateau. Mais c’est non. J’aime débattre avec des gens qui savent. Pas des commentateurs qui pérorent. De plus, puis-je vous demander une faveur ? Retirez-moi de votre fichier  ».

Pérorer : faire des discours trop longs et prétentieux.

"Balance ton post" : le journaliste David Dufresne n'ira pas...
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/02/01/97001-20190201FILWWW00166-balance-ton-post-le-journaliste-david-dufresne-n-ira-pas.php

Une fois de plus, ces faits confirment le divorce d’une grande majorité des Français entre le monde politique et celui des grands médias qui s’est accentué ces dernières années.

En Allemagne, en Angleterre, les forces de maintien de l’ordre ont mis en place tout un processus de dialogue avec les manifestants, et de désescalade. La France a fait le choix inverse, dont découlent ces drames : environ 2 000 manifestants blessés depuis le début du mouvement des « Gilets Jaunes », à la mi-novembre 2018.
https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/01/16/violences-policieres-on-est-dans-le-mensonge-d-etat_5409824_3224.html

Que retenez-vous de ce silence autour des violences policières ?

Aujourd’hui, ce n’est plus du silence, c’est du déni.
M. Castaner lui-même [le ministre de l’intérieur], lundi soir le 14/01/2019, nous explique qu’il ne connaît « aucun policier qui ait attaqué un “Gilet Jaune” » : on est dans le mensonge d’Etat.
Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=k5FSX13NYp0&t=7m58s

Ce qui est aussi alarmant, c'est l'attitude de l’ IGPN [inspection générale de la police nationale]

David Dufresne : La police républicaine ne peut pas tirer sur la foule sans avoir de comptes à rendre. Mais j’ai reçu quelques procès-verbaux d’auditions à l’IGPN [inspection générale de la police nationale] : elle va faire son travail d’étouffoir.

On le voit bien avec l’affaire de Jérôme Rodrigues, éborgné à la manifestation des Gilets Jaunes à l’acte XI le 26/01/2019 à Paris !

David Dufresne : Le silence médiatique fait aussi partie de la violence exercée, c’est ce qui remonte des témoignages que j’ai reçus. La police s’autorise aussi ces coups parce qu’il n’y a pas de répercussion médiatique. Ce déni politique et médiatique est antirépublicain.

Vous effectuez un comptage des blessés, quel est votre objectif ?
David Dufresne : Ce recensement est parti d’un effet de sidération devant les violences policières exercées et devant le silence politique et médiatique. C’est une démarche de documentariste, d’observateur de la police et de lanceur d’alerte. J’essaie de contextualiser au mieux les images que je repère. De plus en plus, les victimes ou leur famille m’envoient directement des informations. Je signale au ministère de l’intérieur les violences, mais aussi les manquements à la déontologie policière. Tous ceux qui sont blessés au visage peuvent porter plainte, car, comme l’expliquent les manuels de maintien de l’ordre, il est interdit de viser la tête.
https://www.lemonde.fr/societe/article/2019/01/16/violences-policieres-on-est-dans-le-mensonge-d-etat_5409824_3224.html

Ici je m’adresse à ceux qui ont été atteints au visage et je répète la phrase précédente en ajoutant les deux mots « et doivent » :
Tous ceux qui sont blessés au visage peuvent et doivent porter plainte, car, comme l’expliquent les manuels de maintien de l’ordre, il est interdit de viser la tête.
 

David Dufresne : La sortie se fera par le politique, pas par la répression, c’est évident. Tous les samedis, des gens partent manifester en sachant qu’ils peuvent perdre un œil. Tout est fait pour les dissuader de venir, ils viennent quand même.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2019/02/01/97001-20190201FILWWW00166-balance-ton-post-le-journaliste-david-dufresne-n-ira-pas.php

Puis depuis la semaine dernière, voire la publication du dernier baromètre accablant de la méfiance des Français envers les hommes politiques et les grands médias, on constate un timide changement dans la présentation des événements.

Selon la nouvelle édition du baromètre annuel du journal « La Croix », la confiance atteint même son plus bas niveau depuis le premier sondage en 1987.
https://www.lepoint.fr/medias/les-francais-font-de-moins-en-moins-confiance-aux-medias-24-01-2019-2288592_260.php

Vous avez largement permis la médiatisation des violences policières, ces trois dernières semaines. Comment expliquez-vous cet intérêt soudain de nombreux médias ?

David Dufresne : Le plus étonnant n'est pas cet intérêt soudain mais bien, à quelques exceptions près, le silence assourdissant pendant plus d'un mois et demi. Silence d'autant plus coupable que les reporters de terrain faisaient remonter ce qu'ils voyaient : une répression inégalée depuis 50 ans. Aujourd'hui, les mutilations à répétition, les éborgnements, les tabassages, les manquements à la déontologie sont si massifs, si documentés, que plus personne ne peut les ignorer. Même le gouvernement a commencé - timidement - à infléchir son discours, après deux mois de déni et de mensonge d'Etat.
https://www.lci.fr/social/david-dufresne-le-maintien-de-l-ordre-en-france-plus-qu-ailleurs-est-affaire-de-politique-2111415.html

L’arme LBD 40 est une arme qui est fabriquée en Suisse. Elle possède une visée extrêmement précise, contrairement à ce qui est dit dans les médias !

Le LBD 40 GL06 "Une précision de tir indéniable"
Brügger & Thomet (B & T) est le fabriquant du lanceur de balles de défense utilisé par les forces de l'ordre françaises.

Selon le fabricant, les tirs accidentels dans la tête commencent à devenir assez improbables. Avec un écart de 10 centimètres à 50 mètres selon le fabricant, avec un viseur EOTech permettant une "précision de tir indéniable", avec un réglage du viseur bloqué par des scellés, il faut visiblement être un très mauvais utilisateur pour rater son tir.

C'est donc en s’appuyant sur les munitions que B & T tente de s'en sortir. Selon Brügger & Thomet, Paris n'utilise pas ses munitions : "le LBD40 GL06, en combinaison avec les cartouches SIR fabriquées par nous, présente une bonne précision et un faible risque de blessures (...) les munitions utilisées en France n’ont pas été conçues, fabriquées ni livrées par B&T AG.".

Une autre interrogation surgit lorsque l'on parcourt l'argumentaire de vente du LBD de B & T. Selon le fabricant, ses munitions ne pénètrent pas les chairs et ne brisent pas les os.

Les munitions françaises sont fabriquées par la société Alsetex ( http://www.alsetex.fr/ ), dont le site Web fait preuve d'une pudeur de jeune fille tant il est vide de toute information, en dépit d'un certain nombre de mauvaises pratiques.

Ces munitions sont-elles moins souples que celles de B & T ? Plus dangereuses ? Moins précises ?
La question mérite d'être posée et un comparatif de tirs tant pour la précision que pour les effets s'impose. Le défenseur des droits, en pointe depuis des années sur l'usage du LBD, serait sans doute bien inspiré de s'intéresser à ce point particulier. Une seule certitude : comme nous l'avions écrit précédemment, les blessés éborgnés par les forces de l'ordre ne le sont pas par accident.

Pour résumer, force est de constater que le LBD40 (GL06), en association avec les munitions SIR fabriquées par B&T, est un moyen d’intervention précis et efficace avec un faible risque de blessures. En cas d’utilisation de munitions des autres fabricants, il y a le risque que la précision baisse et le risque de blessures augmente considérablement.

https://reflets.info/articles/le-fabricant-du-ldb-40-sur-un-volcan

Je déduis de ces informations que par la modification délibérée du LBD40 GL06 sous le commandement des autorités françaises, l’Etat français a certainement voulu rendre l’arme plus agressive pour infliger de manière systématique des blessures graves, mutilantes, aux personnes prise dans la cible du viseur EOTech d’un LBD40 ! J’ai du mal à m’imaginer que le gouvernement français à ordonnée l’utilisation des munitions « fabrique en France » sans y faire des tests au part avant pour savoir quelles sont les effets, les blessures qui sont provoque par cette munition made in France !

La blessure de Jérôme Rodrigues, une figure bien connue des Gilets Jaunes, peut-elle, selon vous, entraîner une hausse des tensions entre manifestants et forces de l'ordre ? Si oui, comment enrayer celle-ci ?

David Dufresne : Je constate que samedi, place de la Bastille, Jérôme Rodrigues a été visé, tandis qu'au même moment Maxime Nicolle était interpellé à Bordeaux. Les deux filmaient et diffusaient en direct.
Les deux sont des figures du mouvement, aisément reconnaissables. Les événements dramatiques de la Bastille ont été immédiatement perçus par les autorités qui, séance tenante, ont saisi l'IGPN. Chose rare depuis novembre 2018... C'est au ministère de l'Intérieur qu'il incombe de faire la vérité : ces deux moments concomitants sont-ils le fruit du hasard ? Pour le reste, ne nous y trompons pas : le maintien de l'ordre, en France plus qu'ailleurs, est affaire de politique. Les fluctuations de la tension se régleront par la politique, la police n'étant que son bras armé.
https://www.lci.fr/social/david-dufresne-le-maintien-de-l-ordre-en-france-plus-qu-ailleurs-est-affaire-de-politique-2111415.html

Les Gilets Jaunes subissent une répression politique, policière et judiciaire inégalée dans notre histoire depuis 50 ans !

59 avocats racontent les difficultés majeures qu'ils rencontrent à exercer correctement les droits de la défense dans les dossiers de plusieurs "Gilets Jaunes".

Les droits de la défense sont-ils bafoués si on porte un gilet jaune ? Alors que, début janvier 2019, plus de 5000 personnes ont fait l'objet d'un placement en garde à vue depuis le début du mouvement, donnant lieu à plus de 800 comparutions immédiates, les avocats des "Gilets Jaunes" se disent inquiets. Dans une tribune publiée, samedi 2 février, sur france info, 59 avocats* mettent en garde contre "les dérives" qu'ils ont pu constater dans le traitement de ces dossiers.

Expulsions et délogements "totalement illicites", auditions sans présence d'avocats, grande sévérité des peines prononcées... Ces avocats alertent sur d'éventuelles "atteintes aux droits individuels et aux libertés publiques dans notre pays". Ils s'expriment ici librement.
https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/droit-et-justice/tribune-une-soixantaine-d-avocats-denoncent-les-derives-dans-le-traitement-judiciaire-des-gilets-jaunes_3170679.html

La séparation des pouvoirs n'existe plus en France !

Le 22 nov. 2018 une circulaire a été adressée par Mme la Ministre de la Justice au Procureur de la République prônant une sévérité extrême dans le traitement des affaires des Gilets Jaunes.
Une copie de cette circulaire a été adressée aux tribunaux de grande instance QUI SONT CENSÉS ÊTRE COMPLÈTEMENT INDÉPENDANTS !

Signataire : La Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Nicole BELLOUBET
http://circulaire.legifrance.gouv.fr/index.php?action=afficherCirculaire&hit=1&retourAccueil=1&r=44133

Je fais ici référence à un de mes articles précédents daté du 8 décembre 2016 :
Fin de la séparation des pouvoirs en France
https://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/fin-de-la-separation-des-pouvoirs-187328

Monsieur Castaner, Ministre de l’Intérieur, d’autres membres de l’Exécutif mais aussi Monsieur le Président de la République, Emmanuel MACRON, ayant indiqué, dans des tweets ou par voie de presse, que des réponses judiciaires sévères seront apportées par la Justice. Il convient ici de rappeler que constitutionnellement, le Président de la République est le gardien de l’indépendance de la Justice. De sorte que la sévérité ainsi demandée aux magistrats constitue une atteinte manifeste à leur indépendance.
http://www.vududroit.com/2019/02/tribune-repression-gilets-jaunes-libertes-publiques-danger/

Des contrôles judiciaires "très contraignants"

De manière tout aussi fréquente, sont mises en place des procédures de convocation par procès-verbal remis par les procureurs et donc plaçant les mis en cause sous contrôle judiciaire, parfois de longs mois avant leur jugement. Ces contrôles judiciaires, très contraignants, comportent parfois des obligations ayant des conséquences graves, comme des interdictions de paraître dans certaines villes alors qu'il s'agit du lieu de travail des mis en cause, ou encore des obligations de soins sans lien avec les faits reprochés ou même des interdictions de conduire tout véhicule bien que sans lien avec les faits reprochés. Nous avons même pu constater une interdiction de quitter le domicile à certaines heures de la journée !
https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/droit-et-justice/tribune-une-soixantaine-d-avocats-denoncent-les-derives-dans-le-traitement-judiciaire-des-gilets-jaunes_3170679.html

Le gouvernement n’est pas seulement dans le déni mais il fait aussi massivement usage du mensonge, surtout quand il s’agit des chiffres concernant le nombre des manifestants Gilets Jaunes durant les manifestations du samedi !

Voici un des journaux « perroquets » qui relaie les faux chiffres avancés par le gouvernement :
https://www.lejdd.fr/Societe/acte-12-les-gilets-jaunes-defilent-pour-contre-les-violences-policieres-plusieurs-incidents-a-paris-3850388
 

Pour contrer ce faux chiffre avancé par le gouvernement pour l’acte XII, qui prétend que nous étions seulement 58 600 manifestants dans toute la France, voici le chiffre qui s’approche bien plus de la réalité avancé par le syndicat France Police - Policiers en colère

Estimation de la participation à l’acte 12 des Gilets Jaunes à 16 h : 290.000 manifestants à travers toute la France selon le syndicat France Police – Policiers en colère
https://france-police.org/2019/02/02/estimation-de-la-participation-a-lacte-12-des-gilets-jaunes-a-16-h-290-000-manifestants-a-travers-toute-la-france-selon-le-syndicat-france-police-policiers-en-colere/

Donc le nombre des manifestants n’est pas en baisse mais bel et bien en hausse en ce qui concerne l’acte XII !


 
Le syndicat France Police – Policiers en colère félicite le service d’ordre interne des Gilets Jaunes à Paris pour avoir expulsé du cortège une vingtaine de casseurs à 11H55 à l’angle Félix Eboué – avenue Daumesnil.

Le vice-président des Républicains, Guillaume Peltier, a dénoncé une "manipulation des chiffres" par le ministère de l'Intérieur, qui selon lui "minimise l'immense colère populaire".
https://www.europe1.fr/politique/gilets-jaunes-guillaume-peltier-denonce-une-manipulation-des-chiffres-par-castaner-3802220

La mobilisation des Gilets Jaunes ne s’essouffle que pour le gouvernement manipulateur de Macron ainsi que dans les médias dominants.

Aujourd’hui on est dans l’action avec l’idée d’obtenir des mesures concrètes pour améliorer la vie des gens immédiatement.

La base des revendications des Gilets Jaunes est le RIC qui est une composition de 4 types de référendums.
1. Le référendum constituant
2. Le référendum pour proposer une loi
3. Le référendum pour abroger une loi
4. Le référendum révocatoire

Sans le RIC nous sommes exposé au « bon vouloir de l’oligarchie financière » sans aucune possibilité de pouvoir influencer la politique décide par les riches, de défendre nos intérêts et nos droits, de protéger notre pays des gens qui sont entrent de spolier / brader les biens public par les dites privatisations imposé par Bruxelles. Si les services publics sont démantelés, c’est parce que nous y sommes contraints par l’article 106 du TFUE, qui sert les intérêts des grands groupes privés.

Un message motivant pour vous remonter le moral, une dernière vidéo dans cet article absolument à regarder….
Gilets Jaunes : ce sera la victoire du peuple FRANÇAIS et de personne d'autre :

Le souverain dans ce pays ce n’est pas le Premier Ministre ni le président de la République, c’est le peuple !

Souvenons-nous de l’article 3 de notre Constitution de la Vème république … voici les deux premiers paragraphes :

La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s'en attribuer l'exercice.

Mais comme Marcon & Co gardent le CAP, malgré l’immense protestation populaire, je vous donne
RDV samedi prochain pour l’acte XIII.
On lâche rien !
 

Ps. Date de transmission pour publication sur Agoravox : 04/02/2019

Merci à Gérard pour la correction orthographique de cet article.

 

* Liste des 59 signataires :
Sophia ALBERT-SALMERON, avocate à Avignon - Khalida BADJI, avocate à Clermont-Ferrand - Georges BANTOS, avocat à Marseille - Betrand BEAUX, avocat à Montélimar - Myriam BERLINER, avocate à Paris - Marjorie BEREZA, avocate à Strasbourg - Avi BITTON, avocat à Paris - Sandrine BLEUX, avocate à Cambrai - Alexandra BODEREAU, avocat à Arras - Annabelle BOURG, avocate à Clermont-Ferrand - Joëlle CABROL, avocate à Toulon - Christine CASABIANCA, avocate à Aix-en-Provence - Brigitte CHARLES, avocate à Nice - Régis DE CASTELNAU, avocat à Paris - Cyril DE GUARDIA DE PONTE, avocat à Perpignan - Philippe DE VEULLE, avocat à Paris - Christine CLAUDE-MAYSONNADE, avocate à Tarbes - Clotilde COURATIER-BOUIS, avocate à Paris - Mathieu CROIZET, avocat à Paris - Mathilde SANSON, avocate à Rouen - Estelle DELATTRE-ARENA, avocate à Bethune - Richard DOUDET, avocat à Limoges - Aziza DRIDI, avocat à Grasse - Christophe DUMEZ, avocat à Montpellier - Anne DUNAN, avocate à Toulon - Alix ESTUBLIER-ADAMO, avocate à Toulon - Mazen FAKIH, avocat à Paris - Yoave FENNECH, avocat à Toulon - Olivier FERRI, avocat à Toulon - Saphia FOUGHAR, avocate à Nîmes - Mireille GODARD, avocate à Aix-en-Provence - Charline GAIA, avocate à Toulon - Guylène GRIMAULT, avocate à Evreux - Charlotte GRUNDMAN, avocate à Paris - Anne GUTTADORO, avocate à Cannes - Marie-jeanne KAHN, avocate à Montpellier - Jacques LABROUSSE, avocat à Toulon - Charline LHOTE, avocate à Colmar - David LIBESKIND, avocat à paris - Alfonso M.DORADO, avocat à Paris - Christophe MACONE, avocat à Toulon - Alexandra MAILLOT, avocat à Saint-Denis (La Réunion) - Melissa MARIAU, avocate à Rennes - Sandra MOLINERO, avocate à Rouen - Nathalie MOULINAS, avocate à Tarascon - Léa N'GUESSAN, avocate à Paris - Michèle NAUDIN, avocate à Marseille - Salomé PERRIER, avocate à Nîmes - Sandrine RAGALD, avocate à Saint-Aimé (Martinique) - Elisabeth RAMACKERS, avocate à Nîmes - Virgile RENAUD, avocat à Marseille - Anouk ROZZI, avocate à Dijon - Lizzie SACCHERO, avocate à Toulon - Karim SEBIHAT, avocat à Paris - Maïdou SICRE, avocat à Toulouse - Anthony SUTTER, avocat à Mont de Marsan - Cendrine TOBAILEM, avocate à Perpignan - Karine VICENTINI, avocate à Saint Quentin - Prisca VITALI, avocate à Marseille.

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.79/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

76 réactions à cet article    


  • Emohtaryp Emohtaryp 4 février 11:53

    Pour Gazetamère, le ridicule n’est pas un obstacle !

    80 000 policiers pour soit disant 69 451 manifestants dans toute la France.... smiley

    Cherchez l’erreur ! ah ah ah !

    Krikri le chimique a les neurones complètement gazés.....« l’après » va pas être triste... ! Condamné à vivre avec 50 gardes du corps jusqu’à la fin de sa vie et même pas sûr que ça suffise......


    • placide21 4 février 19:18

      @Emohtaryp
      Ce qui pourrait beaucoup changer les choses c’est le fait que Mr Macron ce narcisse despotique tout puissant ,dans les jupes de sa mère et bien protégé par les oligarques de tous bords, comprenne que la vindicte du peuple le suivra jusqu’a la fin de ses jours et qu’il ne pourra plus vivre sans la crainte .Nous devrions adopter a son encontre la devise du Québec « Je me souviens ».


    • damocles damocles 5 février 01:11

      @Emohtaryp
      « Gazetamère » c’est le surnom de Castagneur ?


    • ASTERIX 5 février 14:01

      @damocles
      JE NE RECONNAIS PLUS MA FRANCE :: :: :: :

      le castagneur a depassé les bornes quel menteur !!!! ce filleul OU héritier de PASQUA FORME UN NOUVEAU SAC ///

      MANU LUI A T IL ORDONNE DE FAIRE DEVIER NOTRE FRANCE VERS UNE GUERRE CIVILE  ?????????????


    • germon germon 6 février 08:19

      @Emohtaryp
      Bonjour,
      Les gilets jaunes sont entrain de se faire avoir, manipuler par les LREM et la droite libérale. Grand débat = pipo RIC = escroquerie
      Quand on entend des gens dire qu’ils n’iront plus voter et avec 70 % d’abstention en 2017 on est certain qu’ils vont encore gagner.
      Donc 2 (deux) possibilités :
      M..... RÉVOCATION et non pas démission car il garderai ses avantages ’acquis’
      Vote «  »CONSEILLÉ«  » aux Européennes puisqu’il y a 74 députés Français au parlement et que 72 suivent « AVEUGLÉMENT » la majorité libérale de droite et 2(deux) pauvres isolés pour s’opposer à eux.
      Oh, y a t’il encore des hommes d’honneur dans ce pays ou que des « VEAUX » ?


    • michalac michalac 4 février 12:25

      "

      On le voit bien avec l’affaire de Jérôme Rodrigues, éborgné à la manifestation des Gilets Jaunes à l’acte XI le 26/01/2019 à Paris !

      David Dufresne : Le silence médiatique fait aussi partie de la violence exercée,

      « 

      Quel silence médiatique ?
      Comment peut-on encore parler de silence médiatique ?

      Il n’est pas un jour, pas une chaîne où l’on entende pas parler du LBD40, des éborgnés, des mutilés en tous genres !

      Vendredi dernier encore, sur France 5, on repassait les images de l’accident deJérôme Rodrigues à Bastille, une semaine après les faits !

      Qu’est-ce qu’il vous faudrait pour ne pas crier au »silence des médis«  ? Que l’on traite de la question des violences policières à longueur de journée ? On en a jamais autant parlé, ce dont je me félicite !

      Car avant l’apparition des gilets-jaunes, les violences policières ne scandalisaient personnes ! Aucun de ceux qui allaient devenir des gilets-jaunes ne trouvait à se plaindre du »silence médiatique" sur les questions de violences policières.

      Les Gilets-Jaunes découvrent les violences policières ! Et s’offusque d’y avoir affaire comme d’autres avant eux !

      Pourquoi une telle exigence de médiatisation aujourd’hui ?

      S’il ne s’agit, une fois de plus, que de pointer du doigt des médias coupables... On aurait pu en rester là.


      • JL JL 4 février 13:14

        Pour tout pouvoir (in)digne de ce nom, par définition pourrait-on dire, ça passe ou ça casse.

         

        Mais il ne se casse pas : les « Macron démission » sont vains.

         

        La marge est encore grande avant que le pouvoir macronien qui est le nom de tant de pouvoirs économiques, financiers, ésotériques et lobbyistes divers ne casse.


        • JL JL 4 février 13:21

          @JL
           
          Les roitelets de l’Empire font montre d’une solidarité et une discipline exemplaires, et ce n’est pas Maduros qui dira le contraire.
           
          Mondialisation libérale est le nom que l’on donne aujourd’hui à l’Empire.


        • michalac michalac 4 février 13:42

          « Fin de la séparation des pouvoirs en France »

          En a-t-il été différemment auparavant ?

          Cette remarque s’inscrit dans la suite d’autres du même type qui tendent à prétendre qu’avant, autrefois, on ne sait quand, la France était un état de droit parfait. Que depuis ces temps révolus, la situation institutionnelle de la France s’est dégradée.

          Or, bien peu savaient ou pouvait savoir, il y a encore 30 ans, ce qu’il en était du fonctionnement de l’Etat et des institutions. En ce temps là, ces chers « médias qui nous trompent » étaient bien moins libres de révéler et d’organiser la polémique qu’ils ne le sont aujourd’hui. Et internet n’existait pas. Des sujets autrefois tabous, tel que les violences policières, étaient interdit de presse, ce au risque de s’attirer l’ire des institutions mises en cause. On aurait pas eu idée d’invectiver un ministre comme on peut le faire aujourd’hui.

          Faut-il rappeler au plus anciens les années Peyrefitte durant lesquelles les rédactions de l’audiovisuel étaient en lien direct avec l’Elysée et placées sous la coupe du Ministre de l’information ci-avant nommé.

          Il n’était alors pas question d’évoquer impunément la « fin de la séparation des pouvoirs » en France. Et pourtant, les parquets étaient alors tout-puissants. La Cour européenne n’était pas encore intervenue pour raviver la Constitution française de toute son efficience. Constitution que l’autorité judiciaire française baffouait et baffoue aujourd’hui encore au profit systématique de l’Etat dominant et de ses agents.

          Les arrêts de la Cour de Strasbourg ont depuis pointé du doigt la dépendance des parquets de la Chancellerie, donc du pouvoir exécutif. Ils se sont aussi inquiétés de l’impunité des agents de l’Etat, notamment des policiers. Des arrêts à l’origine d’une jurisprudence qui a redonné à la Constitution française son lustre d’origine, l’esprit qui avait inspiré les rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’homme de 1789.

          Poursuivre un ex-ministre était, autrefois, une excentricité inimaginable. Poursuivre un policier relevait, tout autant, de l’utopie républicaine... Ce qui explique, en grande partie, la colère récente des policiers, rétifs à toute idée d’y laisser un pouvoir arbitraire et l’ impunité consécutive.

          Notre république n’est que celle héritée d’usages de l’Ancien Régime.

          Il n’y a donc pas « fin de la séparation des pouvoirs en France ». Tout au contraire, elle n’a jamais été si bien garantie, si effective. Mais il faut et faudra encore lutter pour qu’elle atteigne celle promise par l’esprit de la Constitution.

          Plus généralement, l’état institutionnel de la France n’est pas pire aujourd’hui qu’autrefois. Il n’y a que les nostalgiques d’une France qui n’a jamais existé pour s’y laissés prendre.


          • Marc Filterman Marc Filterman 4 février 14:09

            Tous les chiffres sont divisés au moins par 3 par le ministère de l’intérieur. Nous avons aussi de plus en plus de mal pour touver le nombre de manifestants ville par ville, car une addition permettrait de voir tout de suite les mensonges d’état. Il y a des petites de villes de provinces dont la télé ne parle jamais alors qu’il y avait plus de 1000 ou 2000 manifestants comme à Morlaix par exemple.


            • Eric F Eric F 4 février 16:29

              @Marc Filterman
              Il faudrait presque demander des « observateurs internationaux » pour établir les chiffres de participation, surtout quand la différence autorités vs organisateurs est de l’ordre de 1 à 4. Par défaut, je fais la demi-somme


            • nono le simplet nono le simplet 4 février 14:42

              superbe article

              et bravo à David Dufresne qui sauve, un peu, l’honneur de cette profession avec quelques autres ...

              je viens de lire la bio de ce journaliste et je lis qu’il a été rédacteur en chef à I.télé où il n’est pas resté ... j’arrive bien à comprendre pourquoi !

              Castaner, démission !


              • pipiou 4 février 16:24

                @nono le simplet
                Il est pas idiot Dufresne (voire son CV sur Wikipedia) : il flaire les bons coups pour se faire de la thune.


              • Feste Feste 4 février 18:25

                @pipiou
                par contre toi... pas besoin de flair pour savoir à quel point tu es idiot... smiley


              • Le Panda Le Panda 4 février 15:06

                eau-de-robinet bonjour

                La nuit du 4 août 1789 été censée voir la séparation des pouvoirs ce fut le plus grand vol de toute l’histoire de France. Castaner je n’arrive pas à comprendre comment ce dit « Simplet » et encore c’est un avant que lui donnez ces copains d’école. C’est du plus juste, tu nous fait un article fort détaillé ce qui démontre encore une fois que ce ne sont pas les diplômes qui font la valeur des gens. A ne pas en douter Collomb est parti comme je l’ai écrit ici, mais Castaner veut jouer au Calife à la place du Calife et cela lui reviendra dans les dents.Lien sa devise préférée « Coincé du trou du cul » authentique sa propre déclaration aussi à 20 minutes.

                Bien à toi

                Le Panda


                • Marc Filterman Marc Filterman 4 février 15:25

                  @Le Panda Salut
                  Il y a plus de séparation des pouvoirs,
                  Procureur de Paris nommé par Macron
                  CSA nommé par Macron, etc, cetc
                  idem pour tout le reste...
                  La présidente du CSA qui était invité chez Morandini disait, que si nous n’étions pas content de notre Télé, nous n’avions qu’à mettre l’écran face à la fenêtre comme ils l’avaient fait en pologne, Gros malaise !! de morandini...


                • Le Panda Le Panda 4 février 15:50

                  @Marc Filterman Salut
                  J’ai effectivement entendu cela aussi, quant à la séparation des pouvoir nous le verrons le jour ou CRI verra réellement le jour, car si les élus sont tous sur des sièges éjectables pour le moment c’est bien nous qui subissons que le contre coup d’un faux « empereur » pour le moment nous entassons mensonges sur mensonges. Morandini m’a surprit mais le jour où l’orientation des interrogations cesseront peut-être ne paieront nous plus aucune taxe…..Mais merci ne pas oublier que les préfets sont nommés par l’Etat...Tu vois ce que je veux dire à force trafiquer les chiffres nous allons manger de la viande de vaches plus que folles !


                • michalac michalac 4 février 16:39

                  @Le Panda

                  « à force trafiquer les chiffres nous allons manger de la viande de vaches plus que folles ! »

                  J’ignorais que trafiquer les chiffres pouvait mener à de telles extrémités. Aussi, je découvre la réalité de la condition d’une France « plus que » d’en bas...


                • michalac michalac 4 février 15:48

                  « Procureur de Paris nommé par Macron »

                  Ca a toujours été comme ça... Le président nomme les procureurs... Ca n’était pas autrement, avant... Il n’y a pas moins de séparation des pouvoirs qu’avant...

                  « CSA nommé par Macron »

                  Non, une partie des membre seulement...

                  « idem pour tout le reste... »

                  Non, ça n’est pas la même chose pour le reste...

                  Quand on y voit pas clair, forcément...


                  • pipiou 4 février 16:21

                    Quand les manifestations sont déclarées et réellement pacifiques, voire l’acte XII par exemple, il n’y a pratiquement aucune violence, incroyable, non ?

                    L’auteur est du genre à aller donner des coups de pieds à un chien pour ensuite se plaindre de l’intolérable (effroyable ?) répression du clebs qui a osé le mordre. Mouarf !!


                    • Eric F Eric F 4 février 16:23

                      Concernant les LBD, il semble que ce ne sont pas les CRS qui sont auteurs des tirs blessants, mais des forces de l’ordre non entrainées à cet arme (BAC notamment)

                      https://www.valeursactuelles.com/societe/les-gendarmes-tirent-rarement-au-lbd-contrairement-la-bac-103585

                      Donc le Conseil d’Etat aurait du au moins conditionner son usage à un entrainement spécifique, et interdire l’utilisation des projectiles mentionnés dans le présent article (information intéressante), plus dangereux que ceux du fabriquant.


                      • michalac michalac 4 février 16:42

                        @Eric F

                        C’est déjà le cas mais la police, ça s’improvise autant que ça se prévoit... D’où certaines erreurs...


                      • Emohtaryp Emohtaryp 4 février 17:02

                        @michalac

                        « D’où certaines erreurs... »

                        Je vous en foutrais, des « erreurs ».....

                        macro/philippe/gazetamère sont les PREMIERS responsables et auront à répondre devant une cour de justice en temps voulu (entre autres, pour ça...mais pas que....)


                      • michalac michalac 4 février 16:51

                        « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants »

                        Un rappel de l’article 3 de la Constitution intéressant.

                        Car il semble déléguer aux représentants le pouvoir du peuple. Aussi peut-on s’étonner qu’à maintes reprise dans ces colonnes, il soit reproché au Président de la République de disposer d’un pouvoir et d’en user.

                        « C’est le président qui nomme le Procureur de Paris... », « c’est le Président qui nomme des membres du CSA », « C’est le président qui contrôle les policiers qui tirent au LBD40 », « c’est le Président qui contrôle les médias »..., « c’est le Ministre de l’Intérieur qui fabrique les chiffres des manifestations »...

                        Nous faut-il des élus sans pouvoir pour que tout aille mieux ?


                        • samy Levrai samy Levrai 4 février 17:15

                          @michalac
                          quand tu cites va jusqu’au bout ... : 

                          « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

                          Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. » car cela change tout...

                          Quels sont les pouvoirs autres que repressifs et de surveillances qui restent aux « députés de la nation » ? 


                        • michalac michalac 4 février 17:11

                          " 1. Le référendum constituant
                          2. Le référendum pour proposer une loi
                          3. Le référendum pour abroger une loi
                          4. Le référendum révocatoire "

                          Tout un programme !

                          Les gilets jaunes ont-ils aussi prévu d’armer des compétences requises tous les votants.

                          Car je me déclare moi-même incompétent à juger des tenants et des aboutissants d’une loi sur les cultures OGM, de ceux d’une loi sur l’aménagement à venir de la structure du réseau internet en France ou encore de celle sur le statut mouvant des intermittants du spectacles...

                          Tout ça parce je ne sais pas de quoi je parle. Et tout ça parce que nul n’est omniscient.

                          Les Gilet Jaunes prévoient-ils ainsi de substituer aux compétences du Législateur la foule de ceux qui n’ont pour compétence que la prétention de savoir ce qu’ils veulent ?

                          La IIIème et la IV république s’étaient déjà révélées ingouvernables, et leurs présidents fantoches...

                          Il semble que l’on s’oriente ici vers une expérience encore plus extrème...

                          Les marchés apprécieront...

                          Mais après tout, à quoi ça sert, les marchés ?...

                          Pusqu’ils ne seront plus là pour décider...


                          • samy Levrai samy Levrai 4 février 17:18

                            @michalac
                            Tu vois avec le RIC/RIP même les déficients pourront voter et ta voix sera prise en compte. 


                          • michalac michalac 4 février 17:18

                            @michalac

                            Une question me taraude...

                            Lorsque le peuple aura, via référendum, décidé de tout et de n’importe quoi, y aura-t-il, comme dans le cas des gouvernants, une chasse aux responsables ? Des responsables que l’on pourrait traduire devant une cour de Justice ?

                            Est-ce qu’on pourra virer le peuple ?

                            Non. Le peuple sera l’auteur souverain de ses mauvais choix... L’idiot souverain, en somme...

                            Ah... C’est beau la démocratie participative.


                          • samy Levrai samy Levrai 4 février 17:39

                            @michalac
                            Si tu n’es pas au service du peuple au service de qui es tu ?
                            Sommes nous en democratie ? La France est elle indépendante ? souveraine ? qui dirige la France ? au service de qui la politique economique est elle orientée ?

                            Pourquoi veux tu nous faire croire que les « experts » qui ont mis notre pays dans l’etat dans lequel il est , feraient mieux que n’importe quel autre chien avec un chapeau , vu qu’ils n’ont plus de pouvoir ? Seul le peuple peut reprendre son pouvoir des mains des enfoirés qui lui ont confisqués, et il va le faire.


                          • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 5 février 06:08

                            @michalac
                            Car je me déclare moi-même incompétent à juger des tenants et des aboutissants d’une loi sur les cultures OGM, de ceux d’une loi sur l’aménagement à venir de la structure du réseau internet en France

                            Parce que les professionnels de la politique, eux, savent ? Quelle bonne blague !

                            Il est inutile d’être un ingénieur biochimiste ou un doctorant en topologie des réseaux numériques pour pouvoir se forger une opinion sur un sujet en particulier. Il suffit de saisir le concept général (les détails protocolaires et techniques étant inutiles), de peser le pour le contre et on en tirera les conclusions qui s’imposent, mais bien sûr cela demande un peu de temps et d’énergie pour s’informer préalablement. Et dans le pire des cas, même si une erreur est commise et que l’on se rend compte que l’on a pris une mauvaise direction, rien n’empêche de faire machine arrière. D’ailleurs, on se rend compte que les alternances politiques sont du flan car personne ne détricote ce que les la majorité précédente a faite.

                            Les décisions populaires ne me font pas peur et d’ailleurs j’aimerais beaucoup y participer.

                            On va l’avoir notre vraie démocratie ! Longue vie aux GJ et vive les Français ces indécrottables empêcheurs de tourner en rond !


                          • Werner Laferier Werner Laferier 4 février 17:21

                            Les gilets jaunes, c’est une maladie, je dirais même une tâche du Kremlin contre les démocraties et leurs valeurs. RT agitant ses gilets jaunes et fait leur propagande. Tout est orchestré et bien ficelé pour déstabiliser tout ce qui représenterait de près ou de loin les droits de l’homme, la démocratie, la liberté d’expression, c’est a dire les gouvernements républicains et démocratiques, les pays de l’Union Européenne et bien entendu les USA. En fait seul 8% de la population française seulement soutiennent les gilets jaunes et 0,001% manifestent. Ces pauvres gens se font manipuler mais ils n’en sont pas conscients.

                            Si les gilets jaunes parvenaient à mettre à bas la République, leur xénophobie les opposerait naturellement aux cités et à l’immigration qui se trouveraient être alors les meilleurs alliés des démocrates et défenseurs des libertés.Ce sont des armes pour les démocraties. Interdiction totale des gilets jaunes et arrestation des agitateurs , des casseurs et autres chefs durant la nuit par les forces spéciales françaises , ce qui ramènerait de l’ordre, puis une justice d’exception, militaire contre ces gens la qui ne doivent pas être jugé en temps que citoyens européens, mais en temps que traitres au service d’une puissance étrangère en loqurence la Russie, comme l’a été Snowden.


                            • Cadoudal Cadoudal 4 février 17:33

                              @Werner Laferier
                              Et Sitting Bull travaillait pour le Tsar...

                              Ceci explique cela...

                              Moi je m’appelle Geronimo Lagadec, kenavo et bon retour chez vous...


                            • samy Levrai samy Levrai 4 février 17:41

                              @Werner Laferier
                              débile complotiste.


                            • damocles damocles 5 février 01:17

                              @Werner Laferier
                              vous êtes ressorti de votre flacon de formol ?


                            • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 5 février 06:12

                              @Werner Laferier
                              Tout est orchestré et bien ficelé pour déstabiliser tout ce qui représenterait de près ou de loin les droits de l’homme, la démocratie, la liberté d’expression, c’est a dire les gouvernements républicains et démocratiques, les pays de l’Union Européenne et bien entendu les USA.

                              Encore un colonisé mental gavé de séries hollywoodienne qui prend pour argent comptant ce que la boîte à cons lui enseigne.


                            • michalac michalac 4 février 17:38

                              Il y aurait peut-être une manière habile et resposabilisante de poser les questions soumise à référendum...

                              En prenant l’exemple du nucléaire civil, dans le cadre d’une consultation populaire, on peut imaginer poser la question fatidique :

                              « Voulez-vous, OUI ou NON de toutes les conséquences d’un abandon de l’énergie nucléaire en France ? »

                              Cette question, avant même de poser celle d’un abandon du nucléaire...

                              Ainsi, nous le peuple, serions véritablement les auteurs d’un futur inéluctable. En matière d’autodétermination, on a raremant fait mieux...

                              Ce faisant, nous le peuple, endosserions l’entière responsabilité de nos choix et de leurs conséquences. Ce qui a pour habitude de nous déplaire souverainement...

                              La question de l’abandon du nucléaire ne viendrait qu’après... Après que le choix d’en assumer les conséquence ait été exprimé majortairement...

                              Ainsi pourrait-on parler de vote en connaissance de cause et de démocratie participative efficiente.

                              Et ça nous ferait un beau pays de gens responsables...


                              • samy Levrai samy Levrai 4 février 17:47

                                @michalac
                                Tu peux imaginer les questions que tu veux et les reponses que tu veux, souvent ceux qui prennent les autres pour des cons devraient se regarder... Tu es qui toi si la majorité veut quelque chose ? tu es plus malin que la volonté d’un grand nombre ? des modalités doivent etre mises au point mais le principe de pouvoir du peuple lui n’est discuté que pas les petits dictateurs fascisants.


                              • michalac michalac 4 février 18:42

                                « Des contrôles judiciaires »très contraignants«  »

                                Que les contrôles judiciaires soient très contraignants n’a rien de nouveau. Ca peut parfois se montrer utile...

                                Il n’est rien de scandaleux en soi à en faire usage. Seul l’abus est grave. Et le ressenti d’un justiciable sous le coup d’une telle procédure n’en fait pas l’abus.

                                Ce qui importe ici, c’est que la procédure soit fondée sur des « éléments réels et serieux » et non, seulement, sur des faits imaginaires ou des risques purement spéculatifs. C’est hélas trop souvent le cas. La période ayant suivi les attentats de 2015 et l’instauration de l’Etat d’urgence ont été le terreau d’abus multiples. Il ne se trouvait alors aucun gilet jaune pour s’en émouvoir. On allait même jusqu’à se féliciter dans les milieux populaires de ce que la police et la Justice cesse de « faire des manières » avec ceux dont « on sait bien que... » tout ça, tout ça...

                                Ensuite, le contrôle judiciaire, dans ses modalités, doit respecter un principe de proportionnalité. Par exemple, on ne peut pas priver une personne de sa liberté d’aller et venir sans que l’exercice de cette liberté constitue un risque réel et sérieux d’atteinte à l’intégrité de l’enquête. Où réel et sérieux signifie qu’il en serait ainsi jugé par une majorité, au regard d’éléments tangibles et sur la base du bon sens commun. Voyez la place de l’arbitraire judiciaire dans cette histoire...

                                Cependant, un« principe de proportionnalité » énoncé de manière stricte par l’Article préliminaire du Code de procédure pénale. Autrement dit, un article directeur auquel est subordonnée l’application de tous les autres. Et où strict signifie qu’il n’y a pas de place pour les spéculations des uns et des autres quant à la survenance de telle ou telle éventualité. Seulement, le juge de la proportionnalité à toute autorité et toute liberté pour juger de la proportionnalité des actes des police comme de ceux de l’Autorité judiciaire... Voyez, là encore, la place de l’arbitraire judiciaire et l’effectivité, en conséquence, des principes légaux et fondamentaux.

                                C’est sur ce dernier point, semble-t-il, que la mise en application des procédures de contrôle judiciaire dérape.

                                Et qu’ainsi, toutes les procédures en question sont susceptibles de n’être que des moyens de contrainte arbitraires sous couvert de légalité.

                                Une fois de plus, si un justiciable, courageux et acharné, venait à pousser la procédure au principal jusqu’à la Cour de Strasbourg, la France s’en trouverait probablement condamnée pour « détention arbitraire »...

                                Les Gilets jaunes se plaindront-ils alors de ce que l’Europe ait accouru à la rescousse de leurs droits fondamentaux, en correction des décisions de la Justice nationale et française et souveraine ?


                                • michalac michalac 4 février 19:13

                                  Pour lutter efficacement contre les violences policières et toutes les violences illégitimes de l’Etat, il faut jouer des nuances et des articulations de Loi comme en jouent les policiers et les magistrats.

                                  Crier au scandal à la moindre procédure de « contrôle judiciaire ne suffit pas .

                                  Car on s’adresse ici à des personnes bien plus aguerries que nous le sommes en matière de procédure.

                                  Mais surtout, il y a le nerf de la guerre !
                                  Pour que les policiers et les magistrats soient contraints de ne pas agir contre le Droit ou de ne pas statuer en faveur des uns et à l’encontre du Droit, il faut qu’ils aient à craindre de le faire.

                                  N’importe quel policier se montrera plus respectueux des droits de ceux qui paraissent les connaître, déterminés à les faire valoir devant une juridiction ultérieurement et ayant les moyens financiers d’y pourvoir.

                                  N’importe quel juge statuera rapidement en faveur d’un plaignant paraissant déterminé et avoir les moyens financiers de conduire sa plainte jusqu’au bout, c’est à dire jusqu’à Strasbourg.

                                  Ceux qui ploient devant l’IGPN ou dès la première instance sont foutus.

                                   » Malheur aux pauvres " est le titre de l’ouvrage d’un magistrat y décrivant les fonctionnements de la Justice française...


                                • eau-du-robinet eau-du-robinet 4 février 19:36

                                  Bonjour,

                                  .

                                  Un « big-bang électoral » pour sortir de la crise sociale et politique provoquée par la révolte des gilets jaunes ? Emmanuel Macron envisage de frapper fort en fixant au dimanche 26 mai le rendez-vous crucial où se jouera la suite de son quinquennat. Interrogé par plusieurs médias, dont Libération, il a confié jeudi qu’il n’écartait pas l’idée de faire coïncider le renouvellement du Parlement européen avec une consultation où les électeurs seraient invités à trancher sur plusieurs questions soulevées par le grand débat.
                                  https://www.liberation.fr/france/2019/02/03/referendum-macron-tate-le-scrutin_1707234

                                  .
                                  Mr Macron il suffit de poser une seule question durant le soit disant référendum que vous souhaitez organiser.

                                  Voulez vous la démission du gouvernement Marcon ? OUI   NON

                                  .

                                  Vous verrez le retour du boomerang du « big-bang électoral » que Macron prendra dans la figure !!!
                                  .

                                  Ce qui réclament les gilets Jaunes, soutenue par 70% de la population, c’est la démission du gouvernement !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès