• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Les Gilets Jaunes : vite un programme pour les élections européennes et (...)

Les Gilets Jaunes : vite un programme pour les élections européennes et municipales

Face à la montée de colère du pays, la première réponse d’Emmanuel Macron fut de dénoncer les Gilets Jaunes comme anti-écologistes, puisque refusant la taxe carbone. Argument stupéfiant : c’est tirer de la souffrance des Gilets Jaunes, de notre souffrance, argument contre eux, contre nous tous. Indignation. Mais l’analyse des arguments présidentiels renversent ceux-ci et nous donne les premiers éléments d’un programme politique pour deux échéances importantes : les européennes et les municipales. Explications.

Destruction symbolique d'une statue en plâtre à l'Arc-de-Triomphe

La taxe carbone : une manipulation sémantique et financière

Après avoir donné 200 euros aux gens désireux passer le permis de chasse (voir ici), autorisé le tir avec silencieux, prolongé le glyphosate, retardé de 10 ans la loi de transition énergétique programmant la sortie du nucléaire (voir ici), voici que, soudain, le gouvernement et Emmanuel Macron se font le chantre d’une mesure écologique : l’instauration de la taxe carbone (voir ici le contexte général), devant rapporter plusieurs milliards d’euros et réduire la propension à circuler, donc la hausse des émissions françaises de gaz à effet de serre, qui a été de 3,5% en 2016 (voir ici). Or personne n’a été dupe, puisque notamment, cette taxe, qui n’abondera que de 20 % les dépenses purement écologiques (voir ici) devait financer le déficit public, au lieu d'aider à isoler sa maison, produire son électricité ou acheter une voiture hybride.

Première erreur d'Emmanuel Macron : comment il a perdu sa légitimité à incarner le mouvement « Make the planet great again »

Faire apparaître les Gilets Jaunes comme anti-écologistes a aussitôt desservi l'image de la France, et Donald Trump a pu caricaturer la décision du président de la République et stipendier son renoncement à incarner une alternative à la destruction climatique et au biocide que le chef d’état américain incarne lui-même avec une remarquable indifférence (voir ici ses tweets). Soudain, face à cette catastrophe annoncée, nous nous retrouvons seuls, si toutefois certains d’entre nous avaient pu penser après l’intermède Nicolas Hulot (et même avant) que la France pouvait incarner une opposition à Trump. C’est tout un pan de notre politique diplomatique qui s’est néanmoins détaché.

Deuxième erreur d’Emmanuel Macron : financière, justement

En effet, la transition énergétique a un coût d’investissement, qui s’accroît au fur-et-à mesure que la crise environnementale s’approfondit : coût d’isolation des logements, de changement des véhicules, de changement de modèle agricole, énergétique, de rétrécissement de l’espace utilisable, etc. La nécessité de moins rouler, par exemple, remet en cause la distinction centre-périphérie, cette périphérie où l’on a rejeté les classes moyennes. Le fait de circuler, en soi, est le socle de notre économie : son coût devait être annulé par la croissance, mais celle-ci ne vient plus. Les dépenses du va-et-vient hyper-centres/banlieues sont désormais impossibles à supporter, tout autant que l'envolée du m2 dans les hyper-centres, la hausse des loyers : la fracturation des revenus est une fracturation dans l'espace. En périphérie, le prix du m2 à la revente est bien souvent inférieur au prix du même m2 à la construction. Conséquence : dévaluation des patrimoines, maisons difficilement vendables. Augmentation des dépenses alimentaires, de l’eau potable, de l’électricité (doublement depuis 2008), du gaz, etc., du traitement des déchets, accroissent cette crise qui est une crise dans les ressources elles-mêmes. Plus largement, derrière cette inflation, l’ensemble du modèle économique est à repenser, comme j'ai essayé de le démontrer dans l'un de mes ouvrages : les grands industriels du déchet, par exemple, ont toujours été avantagés dans leurs tarifs hexagonaux pour être compétitifs en dehors du pays. Conséquence : ce sont les classes moyennes qui ont soutenu leur compétitivité, en même temps que ces conglomérats se faisaient champions de l’évasion fiscale. Cela peut-il durer ? Tout autant que l'abus des normes, leur coût qui plombe le bâtiment, ou encore les exigences faites aux toutes petites entreprises, aux PME, qui devront bientôt prélever l'impôt avec la retenue à la source. Ceci s'ajoute au coût de la crise financière de 2008 (qui nous a conduit à un déficit de 140 milliards d’euros en 2009, par exemple, soit 7,5% du PIB), que nous continuons à porter, dix années plus tard, via les charges de remboursement de la dette (même si la politique de rachat de la Banque Centrale européenne a rendu supportable ce fardeau). Emmanuel Macron est l’héritier d’un système structurel qui, de sa propre propre inertie, est en train de buter sur les limites de la planète. Le schéma, ci-dessous, montre bien l’effet de cliquet dans lequel nous sommes collectivement piégés. Si l’on veut assurer notre survie, nous devons probablement faire un effort de dépense supplémentaire de 3 % du produit intérieur brut, portant le déficit à 6 %. Le Président de la République se retrouve donc piégé par cette situation impossible, dans le contexte d’une dette internationale publique et privée qui n’a jamais été aussi élevée. Hors, une dette n’est remboursable que si le système assure sa pérennité dans le temps : il est légitime de penser que nous n’avons plus ce temps (voir également ici).

 

Troisième erreur d’Emmanuel Macron : penser l’écologie dans sa dimension taxe, refuser de la penser dans sa dimension allègement des charges

Les 200 à 300 euros qui manquent dans le budget mensuel des ménages correspondent pratiquement aux bénéfices qu’apportait l’écosystème lorsqu’il n’était pas financiarisé, c’est-à-dire quand personne ne nous faisait payer ses services, bref, « avant », cette ère s'achevant dans les années 1960-1970. Regardez bien vos charges : l’eau potable et son retraitement ont atteint 4 euros du m3 en moyenne ; voyez le coût des ordures, augmenté par le refus des lobby d’en réduire la production à la source, via la diminution des emballages, ou encore le coût du chauffage électrique, pour lequel nous étions poussés à nous sur-équiper ; regardez la difficulté réglementaire à produire sa propre électricité, en partie parce que l’exigence d’intégration des panneaux photovoltaïques pousse le coût des installations à la hausse (une exigence du lobby nucléaire), tandis que le prix d’achat est tombé dans certains cas à 6 centimes d’euros le Kwh, alors qu’en sortie de la centrale nucléaire de Flamanville (l’EPR) le coût du kwh devrait être deux fois supérieur au coût de production de l’électricité solaire (voir ici)... Ce qui fait que ce seront les classes moyennes qui payeront - payent déjà - les mauvais choix d’EDF, poussée hors de la Bourse par les autorités financières elles-mêmes à la suite de l’effondrement sidérant de son action. Or, mon expérience d’ingénieur, d’innovateur, de constructeur de maisons bio-climatiques et d’auteur spécialiste du sujet prouve que ces services pourraient être repris par chacun, dans le cadre de l’habitat individuel et, en partie, collectif : eau, énergie, gestion des déchets. Mais comment les classes moyennes pourraient-elles investir ? L’état pourrait se porter garant des prêt bancaires, inscrivant ainsi en hors-bilan sa garantie (donc n’augmentant pas son déficit), sachant que les banques sont censées investir dans l’économie selon le taux directeur de la Banque centrale européenne, maintenu depuis des années au plus faible niveau. plus exactement, il s'agit du taux directeur, c’est-à-dire du taux auquel la BCE prête des liquidités aux établissements financiers, le principe étant que plus ce taux est bas, plus les banques peuvent prêter, et donc relancer l'économie : c’est la politique de « Quantitativ easing », base de la réforme monétaire amenée par Pierre Bérégovoy sous le premier septennat de François Mitterrand, alternative à la politique keynésienne de relance par la demande, que favorise l'augmentation des salaires, mais qui provoque une inflation. Evidemment, cela invitera certainement non à redessiner le rôle de la BCE, mais à encadrer plus strictement les bénéfices indus que tirent les banques de sa politique de taux (voir ici l'article de Martine Orange sur Mediapart)... Quoi qu'il en soit de la BCE, la propension à consommer des ménages à revenus moyens est importante, donc il serait en effet possible d'opérer une relance par l’investissement écologique, ainsi plus vertueuse qu'une relance aux risques inflationnistes. Cependant, pour que cette relance ne profite pas à des pays qui ruinent leur écologie, comme le Brésil, ou exploitent leur population, il faudrait absolument que les pays de l’Union européenne s’organisent pour taxer l'importation des biens et services selon des exigences sociales et environnementales rigoureuses. Car on ne peut être seuls à être libre-échangistes.

Conclusion

A ces conditions, qui demandent à être précisées ou remises en jeu par le débat collectif, une relance par l’investissement écologique peut être possible. Mais il ne suffit pas d’écouter « le peuple » si l’on est seulement capable d’entendre la voix murmurante des lobbies de l’Ancien monde, de Véolia à EDF. C’est pourquoi les Gilets Jaunes, en nous alertant sur leurs impossibles fins de mois, soulignent les impasses bio-économiques de notre modèle industriel : leurs voix contribuent littéralement à nous sauver d’une catastrophe planétaire. Les amener à se taire, les pister, les diviser, les brutaliser, les harceler juridiquement, c’est un péché originel, capital, « christique », du président Macron : avoir utilisé l’aspiration démocratique pour se porter au pouvoir via un « mouvement » renversant « l’Ancien monde », celui des notables de la politique nationale et locale ; et vouloir faire taire ce mouvement qui ne veut, finalement, que tenir les promesses démocratiques du Président et reprend les fondamentaux du mouvement LREM. Pour lui, c'est le risque d'une seconde déligitimisation, lourde de conséquence quand la planète semble basculer dans un populisme xénophobe et nationaliste.

Pierre-Gilles Bellin, auteur de L’habitat bio-économique, Editions Eyrolles (voir ici)

 

Discours de Monsieur Emmanuel Macron le 10 décembre 2018


Moyenne des avis sur cet article :  3.69/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Le421 Le421 21 décembre 2018 16:06

    Voui...

    Mais ça, on le disait déjà le 17 Novembre...

    Ce n’est pas parce que les médias aux ordres n’en parlaient pas que nous n’étions pas sur le sujet.

    Donc... Un peu obsolète.

    Mais toujours bon à rappeler.

    « Ce n’est pas parce que le peuple se fait prendre pour un con qu’il l’est forcément !! »


    • Pierre-Gilles Bellin 23 décembre 2018 13:16

      @Le421
      Je le sais très bien. C’est pour pousser vers un programme Gilets Jaunes. Pierre-Gilles Bellin


    • André Martin 21 décembre 2018 16:15

      L’humour et les slogans permettent de montrer les injustices et la cupidité des oligarchies qui détiennent le pouvoir. Alors chacun sa pancarte ou son gilet jaune avec son slogan préféré :

      L’argent pour le climat est dans les paradis fiscaux pas dans la poche des prolos
      Regarde bien ta Rolex c’est l’heure de la révolte
      Manu c’est à partir de quand que ça ruisselle ?
      Nul n’a droit au superflu tant que chacun n’a pas le nécessaire
      Gilets jaunes, colère noire
      C’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches
      Quand les riches volent les pauvres c’est du business, quand les pauvres se défendent c’est de la violence
      La vraie violence c’est 9 millions de pauvres, 200 000 SDF et 100 milliards d’évasion fiscale
      Qu’ils partagent ou qu’ils dégagent !
      Les 99% ne tolèrent plus la cupidité des 1%

      Autres slogans sur 


      • Jeekes Jeekes 21 décembre 2018 16:42

        Investir, on entend que ça...

        Un vrai mantra.

        Investissement, ad vitam aeternam...

         

        Et encore investir, ad nauseam !

         

        Mais kiçéki investi ?

        Personne !

         

        Pas les banques, elles magouillent.

        Pas les pauvres, et pour cause.

        Pas les riches, ils spéculent.

         

        Alors, qui est-ce qui reste ?

         

         

         

        Et en aparté, qu’est-ce que j’me marre à regarder les bourses mondiales se casser la gueule jour après jour.

        Des miyards qui s’évaporent.

        D’ailleurs (cf ci-dessus) on les voit bien à l’oeuvre, les ’’z’investisseurs’’ qui se chient dessus et qui retirent en catastrophe tout leur fric avant le grand crack final.

         

        Et qui restera, à se faire enfiler ?

        Les classes moyennes ’’hautes’’, celles qui n’ont pas de trader à leur service, celles qui n’auront pas le temps de réagir et qui vont se faire sucer leurs trois bouts de pain ’’mit de coté’’ pour leurs vieux jours.

         

         Comme d’hab !

         


        • Eric F Eric F 21 décembre 2018 21:07

          @Jeekes
          Assurément, puisque les plus riches qui ont la majorité de leurs revenus sous forme de revenus financiers bénéficient de la flat tax. Ce sont bien les catégories « moyennes+ » qui recevront la facture des mesures gouvernementales.

          Concernant la bourse, eh bien certains spéculateurs arrivent encore à s’enrichir en spéculant à la baisse par des « ventes à découvert », le milieu financier s’efforce de refiler les titres pourris à l’épargnant de base en les fourguant dans les Sicav ou autres (comme c’était le cas des dettes insolvables US « titrisées »).


        • Pierre-Gilles Bellin 23 décembre 2018 13:21

          @Eric F
          Eh oui. Pierre-Gilles Bellin.


        • jeanpiètre jeanpiètre 21 décembre 2018 19:15

          ben voyons, pourquoi pas se syndiquer , tant qu’on y est, quand un mouvement de masse nait, il n’a pas à rentrer dans les cases qu’on conçue les anciens pouvoirs pour le museler.Si les gilet jaunes restent tels qu’ils sont , ils ont un bien plus grand contrepouvoir que s’ils se divisent en 5 micros partis pour les européennes, d’ailleurs il n’est pas impossible que le mouvement français bouscule aussi les autres cheferies européennes, ce qui serait assez paradoxal, les peuples européens luttant tous comme la dictature européiste, personne n’a fait tomber une dictature en créant un parti


          • asterix asterix 24 décembre 2018 10:39

            @jeanpiètre

            Exactement ! Présenter une liste d’un mouvement sans programme unifié aux élections européennes est un leurre. Les gilets jaunes sont la contestation de tout un système, pas un syndicat ni un mouvement politique au sens traditionnel du mot. Ils se diviseront entre pro-Brexit et anti-Brexit, pro-ceci, pro-autre chose et ce sera la fin de la révolte citoyenne, c’est cousu de fil blanc.
            S’il n’y a qu’une seule revendication à mettre en avant, quitte à la faire passer par le referendum, c’est le passage à la proportionnelle. Au moins aura-t-on un pays où la majorité qui gouverne sera une majorité de compromis entre différentes tendances et non le fait du prince. Comment la France peu-elle se targuer d’être une démocratie alors que 75% des députés qui la représentent ne sont que l’émanation de 24% des citoyens ?
            Seconde mesure à prendre, à l’exclusion de toute autre : restreindre les pouvoirs du Président qui doit être responsable devant les Chambres et non un petit dictateur réfugié derrière un fusible qui s’appelle Premier Ministre.
            Tout le reste est discutable : il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs. Les représentants du peuple seront ceux du peuple, pas ceux d’une minorité de celui-ci, ni des clowns placés là par réaction épidermique.
            Le coup de balai, c’est cela et pas autre chose.


          • Pere Plexe Pere Plexe 21 décembre 2018 19:20

            260.000 millionnaires ( en USD) de plus en 1 an.

            2,14 de millionnaires en tout.

            Il y a largement pire.


            • Attilax Attilax 21 décembre 2018 19:25

              @Pere Plexe

              Il y a toujours pire. C’est pas tant le problème que le fait que nos dirigeants se foutent ouvertement de notre gueule depuis bien trop longtemps. Leur mépris ne passe plus du tout, surtout quand ils sont élus avec NOS voix et payés à vie avec NOS impôts, la moindre des choses seraient qu’ils fassent au moins semblant de s’intéresser à leur employeur, à savoir le peuple français, mais même pas !


            • JL JL 21 décembre 2018 20:08

              ’’moins plus moins ça fait plus (sic !)’’ Benjamin Griveaux Secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre.

               

              Vous avez bien lu « moins plus moins » !

               

              Non seulement il est ignare en mathématiques, mais de plus il répète des formules sans les comprendre.

               

              ça des élites ?

               

              Affligeant.


              • Eric F Eric F 21 décembre 2018 20:57

                "les pays de l’Union européenne s’organisent pour taxer l’importation des biens et services selon des exigences sociales et environnementales rigoureuses. Car on ne peut être seuls à être libre-échangistes"

                Absolument ! nos dirigeants mènent une politique de Gribouille en alourdissant continuellement les contraintes et exigences sur la production européenne, tout en ouvrant sans limite aux importations de pays qui ne respectent pas le quart de ces contraintes. C’est se tirer des balles dans le pied au fusil mitrailleur, alors qu’il faudrait bannir certains produits importés, et des taxes différentielles compensatoires sur d’autres. Les deux pays les plus pollueurs du monde ont un prix des carburants moitié du nôtre, certains pays ouvrent encore des centrales à charbon, et certains pays voisins du nôtre continuent à en exploiter.

                Je suis d’accord que la baisse de consommation de produits pétroliers ou substituts doit être l’objectif, on peut se féliciter que la techno automobile a très positivement progressé en ce sens. Pour l’habitation, le point clé est l’isolation des logements. Pour les particuliers propriétaires, elle se rentabilise par la baisse de consommation (quoique qu’il faut parfois plusieurs décennies), mais il n’en va pas de même sur le locatif, où le propriétaire investit et le locataire bénéficie : si on veut les inciter, il faudrait une péréquation du gain par un amortissement au niveau des charges locatives, chacun y gagnera un peu, et la nature beaucoup.


                • Pierre-Gilles Bellin 23 décembre 2018 13:24

                  @Eric F
                  Vous avez raison, on peut passer par l’amortissement des charges locatives pour entrer dans le cadre des exigences bancaires en matière de crédit : mais ceci implique que les autres charges n’explosent pas et ruinent ce gain. C’est à coup sûr ce qui va être tenté, ne serais-ce que parce que les élus locaux vont pouvoir profiter de l’aubaine pour augmenter l’eau, les ordures, les taxes locales. Il faut une instance pour verrouiller tout ça, avec pas juste un pouvoir d’injonction. Pierre-Gilles Bellin


                • Cateaufoncel3 Cateaufoncel3 21 décembre 2018 22:08

                  Comment peut-on être, à la fois, si diplomé et jobard au point de croire un programme possible pour le foutoir flavescent.


                  Pour les tocards de la Communale, l’inteligence des sachant recèle d’insondables mystères


                  • sound of sound of 22 décembre 2018 00:58

                    Ecologie ? Quelle belle invention ! N’est ce pas un terme galvaudé ? l’écologie est une mouvance politico-industrielle à but très lucratif !!! C’est un très jolie terme prônant une notion qui est naturelle, puisque finalement les premiers peuples aussi à leurs façon, avec leurs moyens faisait déjà de l’écologie ... Ils savaient déjà par exemple, qu’il ne fallait pas chasser telle ou telle espèce à outrance, au risque de perde le potentiel de nourriture ... Donc le concept de l’écologie hein ... Bon admettons je chipote un peu ^^. Par contre quand notre gouvernement avec leurs outils de propagande assainissant les consciences ; nous demande de faire le « tri-sélectif » je ne chipote pas du tout ! Et oui, on tri les déchets en amont (main d’oeuvre gratuite !) puis nos chers industriels s’enrichissent sur notre dos !!! Prix de la tonne d’aluminium (canette soda, aérosol ....) 700 euros, prix de la tonne de papier (feuille et emballage simple non plastifié...) 157 euros Prix de le tonne de cuivre (ordinateur, téléphone, électroménager ...) 5460 euros, Prix des journaux et magazine à la tonne 124 euros ... Ce sont des millions de tonnes chaque année recyclées par nos industriels ! Sur le papiers (sans jeux de mots) ça à l’air génial ! Dans les faits, je vous laisse faire le calcul smiley Vous y gagner quoi a part la sois disant bonne consciences ? C’est beau non ?! Attendez, en plus on paye déjà une taxe pour l’écologie !!! Quel tour de passe passe magistral de nos élites non ? ... Nous pourrions évoquer les processus industriels de recyclages de nos déchets qui sont extrêmement polluants. Utilisant des produits fabriqués à base d’énergie fossile extraites souvent par des enfants ou des gens miséreux sous payés (le mot est faible) ou les deux ! Le tout dans un pays asservis par le mondialisme écologico-industriel, manipulé par des financiers aux commandes des marchés, en quête de milliards au détriment de toute forme de vies ...

                     Pour la petite histoire, certaines communes on essayées de récompenser ou réprimer les foyers en fonction du poids des déchets produits. Les incitants ainsi à la bonne conscience de l’écologie fraternelle ! ah l’écologie smiley


                    • Eric F Eric F 22 décembre 2018 09:30

                      @sound of
                      « certaines communes on essayées de récompenser ou réprimer les foyers en fonction du poids des déchets produits »
                      Et certains de mettre leurs déchets dans la poubelle du voisin, ou dans les fourrés....


                    • sound of sound of 22 décembre 2018 10:34

                      @Eric F
                      j’avais pas oser le dire ! ça sent le vécu smiley


                    • sound of sound of 22 décembre 2018 01:32

                      Désolé smiley J’aurais Dû commencer par dire, que c’est un très bon article ouvrant à la réflexion et au débat - !


                      • lloreen 22 décembre 2018 08:34

                        La vraie transition énergétique est celle-ci :

                        https://www.youtube.com/watch?v=TuV24Ccthn4


                        • lloreen 22 décembre 2018 09:05

                          La vraie transition c’est aussi rendre à Rothschild ce qui lui appartient:la dette et rendre aux français ce qui leur appartient:leur or.

                          https://bestofactus.wordpress.com/2013/02/21/dette-rendons-a-rothschild-ce-qui-appartient-a-rothschild/

                          http://www.wikistrike.com/article-comment-sarkozy-a-brade-l-or-de-la-france-89017295.html


                          • Pierre-Gilles Bellin 23 décembre 2018 13:27

                            @lloreen
                            Dans la dette publique, vous avez pour 40% l’épargne des retraités, via l’assurance-vie. Et mettre en avant « Rothschild », alors que 95% des établissements bancaires n’ont rien à voir avec des Juifs, excusez-moi, cela risque de faire un peu anti-sémite. Pierre-Gilles Bellin


                          • lloreen 23 décembre 2018 22:00

                            @Pierre-Gilles Bellin
                            " 95% des établissements bancaires n’ont rien à voir avec des Juifs,

                            "*
                            Où avez-vous lu que j’écrivais que les établissements bancaires ont quelque chose à voir avec les juifs... ?Nulle part.


                          • lloreen 23 décembre 2018 22:03

                            @Pierre-Gilles Bellin
                            "Dans la dette publique,

                            "
                            Il n’y a pas de dette, sauf dans la tête d’escrocs de haut vol.
                            Les banques n’accordent pas de prêts, elles octroient du crédit.


                          • lloreen 23 décembre 2018 22:31

                            @Pierre-Gilles Bellin
                            " cela risque de faire un peu anti-sémite.

                            "
                            Les Rothschild sont d’origine ashkenaze, pas palestinienne et par conséquent pas sémites.Les antisémites sont les colons israéliens.


                          • lloreen 22 décembre 2018 09:10

                            https://www.mesopinions.com/petition/justice/approuver-mandats-arret-delivres-cour-supreme/52273

                            Par Conseil National de Transition Pétition adressée à CITOYEN DU PEUPLE DE FRANCE

                            MANDAT D’ARRÊT

                            Pour haute trahison, atteinte à la sûreté de l’Etat et crime contre l’humanité,

                            La « Cour Suprême » de justice de France, créée pour représenter la « Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen », et animée exclusivement par des citoyens non professionnels, délivre ce jour, 10 novembre 2018, au nom du peuple de France représenté par tous les signataires, ce mandat d’arrêt concernant Emmanuel Macron, né le 21 décembre 1977 à Amiens, fils de Jean-Michel Macron et Françoise Noguès pour,

                            - « Haute trahison » : violation de l’article 9 du préambule de 1946 du bloc de constitutionnalité, en raison de la vente illégale de biens du patrimoine national. Tentative d’établissement d’une dictature absolue par la loi n° 2017-1510 du 30 octobre 2017 visant à supprimer les droits « sacrés, inaliénables et imprescriptibles » pourtant garantis par la plus haute instance juridique de France : La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

                            - « Atteinte à la sûreté de l’état » : organisation d’un programme d’immigration mettant tous les Français en état d’insécurité, en danger de guerre civile, et ce, en violation du « droit à la sûreté » dont toute association politique est pourtant garante (article 2 de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen).

                            - « Crime contre l’humanité » : le Décret n°2018-42 du 25 janvier 2018 obligeant à la vaccination annule le « Droit Parental », fondement de la civilisation humaine. De plus, les études préalables révélaient que les produits injectés affecteraient gravement l’état de santé mental et physique des enfants, c’est donc en toute conscience qu’Emmanuel Macron a usé de son pouvoir pour préjudicier à la vie de centaines de milliers d’enfants français.

                            Ce mandat d’arrêt est étendu à Edouard Philippe, Agnès Buzyn, Jean-Michel Blanquer et Annick Girardin, co-signataires du décret relatif à la vaccination obligatoire ; et à tous les autres membres de ce gouvernement dont il est avéré qu’ils ont participé activement à trahir la France et les droits fondamentaux et inaliénables des Français.

                            Pour exécution dudit mandat, nous mandons et ordonnons à tous officiers ou agents de la Force publique de rechercher, arrêter et conduire chacun de ces individus à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis pour être mis à la disposition de la justice, comme l’état de droit l’exige.

                            Compte tenu du fait que ces individus disposent de nombreux complices dangereux et sont soupçonnés d’appartenir à des réseaux occultes ayant phagocyté plusieurs services des institutions nationales, il est expressément recommandé aux agents de la force publique d’intervenir en collaboration avec les services des forces armées de l’état, civiles ou militaires, respectueuses de l’état de Droit et fidèles à la Constitution.

                            Pour que la Force serve la Justice, le Peuple et la Souveraineté de la Nation Française.

                            Depuis le 18 juin 2015, il existe un conseil national de transition en France, créé par un collectif de français en vertu de l’article 35 de la déclaration des droits de l’homme de 1793.

                            "Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs" (Article 35 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du citoyen, et préambule de la Constitution du 24 juin 1793).

                            https://www.conseilnational.fr/

                            Le programme :

                            https://www.conseilnational.fr/transition-programme/


                            • Fergus Fergus 22 décembre 2018 11:02

                              Bonjour, lloreen

                               smiley

                              Franchement, c’est carrément ridicule ! Sur ces bases-là, plus de la moitié des dirigeants occidentaux seraient sous les verrous !


                            • troletbuse troletbuse 22 décembre 2018 11:06

                              @Fergus
                              Et alors ?


                            • lloreen 22 décembre 2018 11:11

                              @Fergus
                              C’est ridicule de mettre des escrocs et des assassins derrière les verrous...
                              Curieuse conception des choses...mais elle est très actuelle et semble donc vous convenir.Merci Gladio.


                            • lloreen 22 décembre 2018 11:13

                              @Fergus
                              Si l’idée des verrous vous dérange, il y a moyen de remédier à cet inconvénient.
                              Il est possible d’opérer une substitution consistant à leur faire réparer les dégâts:nettoyage à grande échelle à ciel ouvert.



                            • Pierre-Gilles Bellin 23 décembre 2018 12:54

                              @lloreen
                              qu’entendez vous par « nettoyage » : pour un légaliste tel que je le suis, j’entendrais ceci par la possibilité d’aller chercher les 200 traders qui, aux USA, sont responsables de la crise des sub-primes, et en France ceux qui ont mis le pieds du pays dans l’engrenage de la dette. Mais ce pauvre Jacques Chirac pourrait difficilement comparaître, aujourd’hui, vu son état de santé. Pierre-Gilles Bellin


                            • lloreen 23 décembre 2018 13:45

                              @Pierre-Gilles Bellin
                              Bonjour
                              par nettoyage j’entends le sens du terme:remettre en état originel.
                              Surtout déjà enlever les strates et autres déjections dues à la malfaisance des initiateurs d’« ordres » (au sens propre et figuré qui mettent le grappin sur la création.


                            • lloreen 22 décembre 2018 11:10

                              La vraie transition c’est la sortie du système babylonien qui perdure sous d’autres oripeaux mais toujours dans le même but : le contrôle oligarchique et l’asservissement des populations par le meilleur outil qui soit :« l’argent ».

                              La transition est donc un nouveau concept totalement en opposition avec le « Nouvel (vieil) Ordre Mondial consistant à supprimer »l’argent« qui n’existe pas sauf à l’état de minerai, le reste étant une illusion et le résultat d’une programmation mentale ancestrale.La meilleure preuve étant l’invention malfaisante de la »dette" qui plombe l’humanité moderne.

                              https://stopmensonges.com/ubuntu-michael-telling-one-small-town/


                              • zygzornifle zygzornifle 22 décembre 2018 12:45

                                LReM compte la dessus pour se faire élire aux Européennes , autrement c’est bien mal barré pour eux , un soupçon de gilet jaune + un soupçon de sursaut Européen pour conter le RN et l’affaire est dans le sac .....

                                C’est tout bon mon Macron ....


                                • Pierre-Gilles Bellin 23 décembre 2018 12:49

                                  @zygzornifle
                                  Certes, mais contrer et affaiblir le « RN » est fondamental pour les gens de gauche dont je suis. Par ailleurs, au gouvernement ils peuvent avoir la stratégie qu’ils veulent, c’est aux gens de ne pas tomber dans ce type de manipulation, et ce qui se passe prouvent qu’ils ne sont pas dupes. Pierre-Gilles Bellin.


                                • lloreen 22 décembre 2018 12:52

                                  «  »Conformément aux dispositions relatives à la mise en place de l’euro le 1erjanvier 1999, la politique de change est désormais décidée au niveau européen par le système européen de banques centrales et mis en œuvre par les Banques centrales nationales dans le cadre défini par la Banque centrale européenne. "


                                  Cela tombe bien...

                                  http://www.wikistrike.com/article-trois-pays-dans-le-monde-dont-la-banque-centrale-n-est-pas-sous-controle-de-rothschild-117634903.html

                                  http://www.wikistrike.com/article-histoire-du-cartel-des-banques-qui-dirige-le-monde-83803977.html


                                  • Pierre-Gilles Bellin 23 décembre 2018 12:51

                                    Et c’est une bonne chose, car lorsque la politique de change était décidée en France c’était dévaluation sur dévaluation, et sans l’euro nous ne pourrions pas nous payer un endettement à 0,6% sur 10 ans, mais à 10 ou 20%... Donc nous serions tous perdants, forcément. Pierre-Gilles Bellin.


                                    • lloreen 23 décembre 2018 14:00

                                      @Pierre-Gilles Bellin
                                      La politique de change n’ a jamais été décidée en France mais à la City de Londres, état souverain inféodé aux Rothschild. Le fait qu’il existe un bâtiment sur lequel il est écrit « banque de France » n’est qu’un leurre visuel.


                                    • Laurent Trousselle Laurent Trousselle 23 décembre 2018 18:44

                                      Comme il y a le saut en hauteur « Fosbury », il y a désormais la manif Eric Drouet.

                                      La manif Eric Drouet consiste à slalomer joyeusement entre les voitures (forcées de rouler au pas, mais prudence tout de même), et comme ça, pas de lacrymogènes. Elle consiste à opérer par différentes brigades de 200 manifestants, qui se dirigent à vue (ou en se coordonnant grâce aux portables) avec rien de fixe au départ, et comme ça on occupe le maximum de terrain. Elle consiste à faire cavaler la police et puisque leurs équipements sont lourds (ils se protègent, les pauvres) et qu’on les nourrit avec des chips et de la compote, ils fatiguent vite – ils ne les auront pas volés, leurs 300 balles. Monsieur Drouet, vous êtes un inventeur. D’autant plus que depuis Gandhi, personne n’avait rien innové dans le genre. (Par contre pour le baton/matraque sur vous, si c’est vrai, là vous êtes décevant. Pourquoi leur faciliter la vie ?...) Bref. Mais hors de ça, point de salut. Maintenant un programme pour les Européennes ? Mais puisque l’Europe telle qu’elle existe actuellement est à l’origine du problème, il semble illogique de songer à s’en faire le complice. Relisez Lorenzaccio, de Musset. Ou revisionnez La fièvre monte à El Pao, avec Gérard Philippe (quel patronyme, pour un acteur... ?). Il est impossible de se faire l’ami du tyran dans l’espoir d’améliorer la situation de ses victimes...


                                      • cyberfurax 24 décembre 2018 10:52

                                        Bonjour,

                                        pas d’autre programme que sortie de ’Europe, de l’euro, rétablissement de la souveraineté de la France, nationalisation du système bancaire, rétablissement des principes fondateurs du Conseil National de la Résistance. Fin de « l’atlantisation » de la France, révolution européenne, tribunaux pour les traitres à la nation qui nous promènent depuis des années, et tout ça en introduisant en préambule le référendum d’initiative citoyenne dans la constitution, sans restriction autre que les droits de l’Homme et du citoyen. Pas de remise en cause de la peine de mort ou de l’avortement.

                                        Comme dit Ruffin, et vite, avant qu’ils ne nous rendorment

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès