• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Macron est-il à l’origine de la mort politique de François Fillon ? (...)

Macron est-il à l’origine de la mort politique de François Fillon ? (1)

Ce texte est extrait de mon livre Emmanuel, les Autres et les grenouilles ; Regard d’un quidam sur l’Affaire Fillon

La première note fut posée par le journal Le Canard Enchaîné qui publia le premier article « Les 600 000 euros gagnés par Pénélope qui empoisonnent Fillon », le 25 janvier 2017, puis qui donna le tempo. Isabelle Barré, journaliste au Canard Enchaîné, qui est à l’origine de ce qui devient l’Affaire Fillon expliquait à Patrice Drouelle dans l’émission La Veste[1] (France Inter) comment elle et ses collègues avaient procédé pour traiter cette affaire : « On a fait avec F. Fillon ce qu’on fait avec tous les candidats aux présidentielles, on reprend un peu tout depuis le début, on a fouillé des aspects de sa vie qu’on n’aurait peut-être pas encore bien regardés, on s’est intéressé à son patrimoine, à son activité de consultant, et on est parti d’éléments qui n’existaient au moment où il était à Matignon comme sa déclaration de patrimoine et à partir de là on a tiré plusieurs fils notamment le fil concernant Pénélope puisqu’il devait déclarer les emplois de son épouse et on a vu qu’elle travaillait pour la Revue des Deux Mondes, ce qui nous a surpris puisqu’on pensait comme tout le monde qu’elle était mère au foyer… on s’est dit que Pénélope était un personnage qu’on avait assez peu étudié jusque-là…  ». Si on comprend bien les propos de la journaliste on peut accepter comme étant vraie cette démarche d’investigation journalistique, mais on a plus de difficulté pour acquiescer à la réponse qu’Isabelle Barré fait à Patrice Drouelle lorsqu’il lui demande : « Est‑ce que vous avez fait le même travail pour tous les candidats ? » : « Oui c’est une tradition. » Chacun a pu observer que François Fillon a bénéficié d’un régime particulier alors que les autres candidats étaient laissés de côté, par le Canard Enchaîné comme par les autres médias notamment audio‑visuels, seul Médiapart a rappelé l’enquête publiée sur son site en 2014[2] concernant l’emploi par les parlementaires d’un membre de leur famille comme assistant parlementaire. Une fois encore, qui a réellement enquêté sur le financement de la campagne électorale des différents candidats notamment celle d’Emmanuel Macron ? On ne peut que constater aujourd’hui l’état d’enfouissement, par la justice et le silence de la presse, de l’affaire de la réception à Las Vegas dans laquelle sont impliquées l’Agence Havas et Muriel Pénicaud[3] qui fut ministre d’un des gouvernements d’Emmanuel Macron. Quand certains journaux dits alternatifs ont, par exemple, pointé le rôle de Gérard Collomb et de son ami organisateur d’évènements qui concédait des prix anormalement « amicaux » lorsqu’Emmanuel Macron louait une salle pour ses meetings, la presse (la grande presse) se satisfaisait de quelques déclarations de procureurs et de classements sans suite, mais point d’investigation alors qu’il y avait matière. Faut-il voir là la manifestation d’une presse servile ou le résultat de la stratégie de conquête d’un individu particulièrement narcissique ?

 

Pour que les journalistes parlent d’un sujet il leur faut deux éléments : leur volonté d’inscrire ce sujet à l’agenda médiatique, et des informations fournies par des informateurs. Les informateurs agissent soit en livrant l’information soit en permettant l’accès à l’information. Il n’y a aucun doute quant à la volonté des journalistes d’inscrire l’Affaire Fillon à l’agenda médiatique, d’autant mieux qu’il était le candidat inattendu. Emmanuel Macron lui aussi était un candidat inattendu, toutefois la lecture des commentaires de l’époque montre que la plupart des politologues et des journalistes ne croyait pas à une victoire d’Emanuel Macron comme l’énonce bien les auteurs de “L’entreprise Macron”[4] : « Comme la plupart des commentateurs, journalistes, acteurs politiques, etc., les politistes, dans leur grande majorité sans doute, n’ont longtemps pas cru possible la victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle de 2017. Ces paroles de politistes, glanées dans les couloirs des universités ou ces propos que nous avons nous mêmes tenus sur des scènes plus ou moins académiques, en disent long sur la légèreté avec laquelle cette hypothèse a été considérée [...] Jusqu’à janvier 2017 et ladite “affaire Fillon” qui a bouleversé la donne d’une campagne déjà imprévisible (pour la première fois sous la Cinquième République, le président sortant ne se représentait pas), l’incrédulité est de mise. Rien, en apparence, ne semble déjouer le scénario d’une alternance gauche droite devenue quasi automatique et que laisse d’ailleurs augurer le succès considérable de la primaire de droite (quatre millions de participants au second tour). » Dans un tel contexte, encore plus que dans un temps « normal » à quoi bon s’appesantir sur les candidats habituels quasi traditionnels : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, quant aux autres candidats leurs chances de réussites étaient si faibles qu’ils ne présentaient qu’un piètre intérêt médiatique. François Fillon, candidat lui aussi inattendu, vainqueur d’Alain Juppé et de Nicolas Sarkosy, qui se présentait comme un « Monsieur propre » de la politique, un chevalier blanc qui allait sauver la France, François Fillon était un sujet ou un objet médiatique idéal, quasi archétypique. Les journalistes l’inscrivirent à l’agenda médiatique. Mais un grand flou demeure quant à l’origine des informations qui ont permis la mise en feuilleton de l’Affaire Fillon et surtout l’incertitude est grande quant à la méthode pour obtenir ces informations puis pour les analyser, en outre d’où venaient ces informations. Patrice Drouelle interroge Isabelle Barré à ce sujet : « Comment ces informations ont pu être sorties vérifiées … quelle était la méthode ? » La journaliste se contenta de rappeler que l'investigation avait suivi une démarche habituelle qui consiste à dérouler la situation comme on le ferait d’une pelote de laine et de tirer chaque fil. Qui étaient les fils et d’où venaient-ils ? Isabelle Barré rappelle la règle qui veut qu’un journaliste ne divulgue pas ses sources.

 

Comme en voyant un tableau dans un musée nous savons qui a peint l’œuvre, nous connaissons la toile mais nous ignorons qui a fabriqué la peinture. Pour l’Affaire Fillon nous pourrions nous demander qui a fabriqué les informations ? Nous connaissons l’artiste : le journaliste. On voit bien que la toile, celle sur laquelle les journalistes vont peindre c’est la scène politique habituelle. Mais la peinture ‑la matière et le substrat informatifs‑ ne se discerne pas à première vue, elle s’est constitué, dans le secret des salons et des réceptions, que par un ensemble de renseignements récupérés dans les écuries de la République et dans celles du « Microcosme » comme l’appelait Raymond Barre que Pierre Bourdieu[5] évoquait ainsi : « Parler de champ politique, c’est dire que le champ politique (et pour une fois je citerai Raymond Barre) est un microcosme, c’est-à-dire un petit monde social relativement autonome à l’intérieur du grand monde social  ». Si le monde de la politique constitue un microcosme, celui des journalistes aussi et on est à même de constater une ample zone de recoupement de ces deux microcosmes, à tel point que les sociologues en arrivent aujourd’hui à décrire un microcosme politico‑journalistique avec ses caractéristiques propres. À moins que, comme Pierre Bourdieu, on considère que les journalistes plus particulièrement ceux dits « politiques » sont eux‑mêmes membres du « microcosme » : « La dépossession corrélative de la concentration des moyens de production des instruments de production de discours ou d’actes socialement reconnus comme politiques n’a cessé de s’accroître à mesure que le champ de production idéologique gagnait en autonomie avec l’apparition des grandes bureaucraties politiques de professionnels à plein temps et avec l’apparition d’institutions (comme, en France, l’Institut des sciences politiques et l’École nationale d’administration) chargées de sélectionner et de former les producteurs professionnels de schèmes de pensée et d’expression du monde social, hommes politiques, journalistes politiques, hauts fonctionnaires, etc., en même temps que de codifier les règles du fonctionnement du champ de production idéologique et le corpus de savoirs et de savoir-faire indispensables pour s’y conformer. » Comme le rappelle Erik Neveu[6] la profession est passée « d’une population de journalistes d’origine plutôt populaire, liée biographiquement au mouvement syndical, à une génération de diplômés de Science Po plus familiers des hauts fonctionnaires ». Les journalistes ont aussi une fréquentation assidue des espaces policiers et judiciaires, ils campent dans les palais de justice et dans les commissariats comme dans les annexes des ministères. Roger Colombani[7], ancien grand reporter, décrit bien cette pratique : « Je me trouvais ce jour‑là au ministère de l’intérieur dans la partie « moderne » de la rue des Saussaies réservées à la police. […] Sur le palier du troisième étage, je rencontrai […] un commissaire que je connaissais les suivait, je l’arrêtais au passage : - Pourquoi tout ce remue-ménage ? demandais-je, […] - On vient d’alerter le directeur général qui en a informé le ministre, mais ne parlez de rien pour l’instant ». Donc, pour faire simple et rapide, les journalistes n’ont aucune difficulté pour trouver matière à « information » auprès des autres membres du microcosme. Comme les policiers ont des « indics » les journalistes ont les leurs ; les cocktails et les cérémonies sont autant d’occasions de rencontres et d’échanges d’informations. On se rappellera, par exemple, les dîners de François de Rugy, alors président de l’Assemblée nationale, et de son épouse, journaliste, auxquels assistaient des stars du show-business mais surtout des stars du « journalisme » tel l’éditorialiste Jean-Michel Aphatie. Cette proximité ne devrait pas empêcher un vrai travail d’investigation et une confrontation des sources permettant ainsi un compte rendu de la vie politique sinon objectif du moins le plus exhaustif possible. Là ne semble pas être la méthode des journalistes comme l’indique l’association ACRIMED[8] : « Comme nous l’écrivions en plein mouvement des gilets jaunes, “plusieurs éléments entrent en compte pour expliquer la prégnance de cette forme de journalisme [...]. Le premier concerne la proximité et la dépendance des journalistes vis à vis de leurs sources policières. Le second concerne une certaine conception du journalisme comme partie prenante du maintien de l’ordre social.” » 

 

C’est donc dans ce maelström qu’est née et que s’est développée l’attaque contre François Fillon. Dans quelle mesure Emmanuel Macron, s’il n’en fut pas l’instigateur ni le stratège, fut-il informé des délations vraisemblablement mises en œuvre par son entourage comme par d’autres politiciens peu scrupuleux ? E. Macron aurait-il pu être écarté de la distribution généreuse d’informations nocives pour François Fillon ou épargné par un entourage actif en matière de communication ? Il convient donc de s’interroger sur ces politiciens et sur l’entourage d’Emmanuel Macron comme autant d’informateurs possibles des journalistes.

 

 

[2] Mathilde Mathieu, L'Assemblée a rémunéré 52 épouses, 28 fils et 32 filles de députés en 2014, Médiapart, 27 juillet 2014 https://www.mediapart.fr/journal/france/270714/lassemblee-remunere-52-epouses-28-fils-et-32-filles-de-deputes-en-2014

[3] Source Wikipédia consultée le 20/04/2021 : Muriel Pénicaud est une dirigeante d’entreprise, haute fonctionnaire et femme politique française.

À partir de 2002, elle occupe des postes de direction au sein de grandes entreprises : directrice générale adjointe de Dassault Systèmes (2002-2008) puis directrice générale des ressources humaines du groupe Danone (2008-2014). En 2014, elle participe à la création de Business France, dont elle est directrice générale jusqu'en 2017. Parallèlement à ces activités, elle siège dans différents conseils d'administration d'entreprises (Orange, la SNCF et Aéroports de Paris), associations et fondations.

Ministre du Travail de mai 2017 à juillet 2020 dans les gouvernements Philippe I et II, elle est remplacée dans le gouvernement Castex par Élisabeth Borne. En septembre 2020, elle est nommée ambassadrice, représentante permanente de la France auprès de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

[4] Beranrd Dolez et coll., L’entreprise Macron, Presses Universitaires de Grenoble, 2019.

[5] Pierre Bourdieu, Propos sur le champ politique, PUL, 2000.

[6] Erik Neveu, Le pouvoir des médias, in Les grands enjeux du monde contemporains, Sciences humaines, 2017.

[7] Roger Colombani, La vérité piégée, les carnets d’un grand reporter, Calman-Lévy, 1979, cité par M. Lecerf, op cit.

[8] Médiacritiques, Le Parisien coiffe le képi dans les quartiers populaires, n° 35, avril-septembre 2020.


Moyenne des avis sur cet article :  2.7/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

61 réactions à cet article    


  • confiture 10 octobre 17:44

    C’est si important que cela ?


    • amiaplacidus amiaplacidus 11 octobre 13:06

      @confiture
      Effectivement, Macron, Fillon, c’est blanc bonnet, bonnet blanc.


    • Le421... Refuznik !! Le421... Résistant 11 octobre 17:59

      @confiture
      Et toujours rien sur Las Vegas, Alstom/GE ou les irrégularités sur les comptes de campagne de 2017 par exemple...
      Ah oui, cette fameuse immunité présidentielle.
      Un jour ou l’autre peut-être...


    • Schrek Docteur Faustroll 10 octobre 17:54

      C’est prêter à Tartiflette un rôle qui n’est certainement pas le sien.

      Son rôle, c’est « prince charmant », « jeune premier », la star de la superproduction en technicolor qui est diffusée tous les soirs au JT.

      Le scenario et la réalisation, c’et=st une autre affaire, à ça n’est pas son truc, et le casting non plus !

      Par contre, ceux qui l’ont choisi comme premier rôle sont certainement les auteurs du raid, une opération menée comme dans les romans de John le Carré. Leur cible n’était pas un homme, mais une organisation, et les évolutions actuelles montrent que l’objectif a été atteint. Il s’agissait de saper à la base les édifices politiques hérités de l’histoire, et en priorité les deux plus gros : PS et LR, et de transformer la scène médiatique en créant un mouvement ramasse-tout sans base mais attitrant les abonnés à la gamelle comme un miroir aux alouettes grâce à un arôme d’euros plus concentré qu’ailleurs. Mouiller dans le gouvernement centriste, gaullistes et socialistes a été plus efficace pour achever la décomposition de leurs appareils qu’une attaque frontale.


      • amiaplacidus amiaplacidus 11 octobre 13:07

        @Docteur Faustroll

        Qu’avez-vous contre la tartiflette ?

        La tartiflette, c’est bon, très bon même. Alors que Macron ...


      • Schrek Docteur Faustroll 11 octobre 16:58

        @amiaplacidus

        Je note quand même que vous avez compris de qui je parlais.
        Je ne vais quand même pas l’appeler « Zigounette » !


      • Le421... Refuznik !! Le421... Résistant 11 octobre 18:00

        @Docteur Faustroll
        Attendez, un type qui s’engage dans une campagne présidentielle avec 35€ au Crédit Agricole, c’est quand même un champion, non ??


      • Clocel Clocel 10 octobre 17:59

        Il se trouve du monde pour regretter Fillon !?

        Que le pangolin les emporte !


        • Iris Iris 10 octobre 23:28

          @Clocel
          Tout de même, on ne peut que regretter sa tête de joyeux drille et sa proximité avec le peuple.



        • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 11 octobre 09:04

          @Clocel Pas d’accord, on a eu à faire à un véritable coup d’Etat médiatico-judiciaire qui a volé aux Français l’élection présidentielle en éliminant le principal concurrent de Macron dans les semaines précédent le vote. La justice qui est d’ordinaire si lente a procédé à la vitesse de la lumière la main dans la main avec le Canard.
          On peut penser ce que l’on veut de Fillon mais son élimination pour ouvrir la voie à un second tour Marine Le Pen  Macron est un vrai scandale.


        • Clocel Clocel 11 octobre 09:31

          @Bernard Mitjavile

          La cinquième République aussi était un coup d’état, manifestement le populo s’en accommode et ne réclame pas une grande intégrité pour ses élites, on a ce qu’on mérite, en 2005 chacun est retourné à ses petites affaires...

          La négation des résultats du referendum est juste la négation du peuple qui n’a plus que des représentants corrompus pour s’exprimer.

          Donc, out, on sort de l’Histoire.

          La justice ? Au singulier ? Une blague ?


        • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 11 octobre 10:35

          @Clocel D’accord mais le non respect du référendum de 2005 est aussi anti-démocratique que l’attaque contre Fillon quelques semaines avant l’élection. Le « populo » comme vous dites doit bien continuer à bosser mais n’oublie pas si facilement que les « élites » le pensent..


        • zygzornifle zygzornifle 11 octobre 10:52

          @Bernard Mitjavile
           qui a volé aux Français l’élection présidentielle

          Pas volé grand chose vu le nombre d’abstention


        • Clocel Clocel 11 octobre 11:45

          @Bernard Mitjavile

          Entre nous, la démocratie...

          Mettez-là en vente sur le Coin-Coin ou sur Ebay et vous aurez l’exacte mesure de sa valeur, perso je ne foutrais pas une tune dans cet attrape-couillons issu des loges plus ou moins maçonniques, l’Histoire est bavarde lorsqu’elle est sortie de l’école à tonton Ferry...


        • Valas Valas 11 octobre 11:46

          @Clocel
          François Fillon était gênant pour plusieurs raisons :
          1°/ A part cette ficelle trouvée et surtout rafistolée par des scribes, il n’avait pas de casseroles importantes, ce qui est fâcheux pour des marionnettistes de l’ombre habitués à garder le contrôle sur les politiques via le chantage.
          2°/ Ce qui n’a pas du tout plu aux « mondialistes », dont les cibles principales sont situées en Asie, c’est l’engouement de ce candidat à la présidentielle française pour un rapprochement avec la Russie...

          Il devenait donc urgent de mettre cet « électron un peu trop libre » hors course et de mettre le tapis rouge médiatique pour un poulain, obéissant et finalement prêt à la tâche, en provenance de la maison mère.


        • Clocel Clocel 11 octobre 11:48

          @Bernard Mitjavile

          Oui, les cocus ont la réputation d’avoir de la mémoire, mais ça ne change rien à leur statut.


        • Clocel Clocel 11 octobre 11:52

          @Valas

          Premier Ministre de Sarkozy, ce n’est plus une casserole qu’il a au cul, c’est un faitout.


        • roby roby 11 octobre 12:31

          @Iris
          Et son honnêteté proverbiale...


        • Zolko Zolko 11 octobre 12:48

          @Bernard Mitjavile

          La justice qui est d’ordinaire si lente a procédé à la vitesse de la lumière

           
          vous plaisantez ? Fillon a abusé du système pendant 20 ans !!! Le problème n’est pas pourquoi ils l’ont chopé en 2017, mais pourquoi ils ne l’ont pas fait AVANT.

        • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 11 octobre 15:22

          @Clocel Comme disait Churchill « la démocratie, c’est le pire des régimes à l’exception de tous les autres ».
          Quand on voit des groupes de pression minoritaires (féministes radicales, « anti-racistes », immigrationnistes, gauchistes, européistes, mondialistes etc..) manipuler dans l’opacité et la corruption

          la majorité contre sa volonté, on se dit qu’un peu de transparence démocratique ne ferait pas de mal.


        • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 10 octobre 18:35

          Combat d’arrière garde.


          • Michel VIDAL Michel VIDAL 10 octobre 19:03

            C’est certain mais peu importe maintenant...


            • Fergus Fergus 10 octobre 22:23

              Bonsoir, Latouille

              Peu importent les rôles tenus par les un set les autres dans cette affaire, le seul fait qui compte véritablement est que Fillon a été avant tout la victime de sa cupidité maladive.


              • ZenZoe ZenZoe 11 octobre 09:42

                @Fergus
                Fillon a été avant tout la victime de sa cupidité maladive.

                Tout à fait. Sale type. La France n’a rien perdu.


              • troletbuse troletbuse 11 octobre 19:05

                @Fergus
                Fillon, victime de sa cupidité


                Mais Fergus, cela fait presque 5 ans que vous nous dites que c’est Le Nain qui était derrière ce complot. Vous avez changé d’avis ? Faudrait savoir ?


              • troletbuse troletbuse 11 octobre 19:08

                @ZenZoe
                La France n’a rien perdu.


                Mais elle n’a pas du tout plus gagné !
                Car je ne pense pas que Fillon recevait ses ordres de toute la créme du NOM comme Gates, Soros ; Schwab, ...



              • chantecler chantecler 11 octobre 03:58

                Nos libertariens étaient si enthousiastes par les premières déclarations du candidat Fillon  :

                « je vais dégager 500 000 fonctionnaires ».

                Excellent début !

                Très bon diplomate .


                • Fillon comme Macron sont des personnalités doubles. De toutes façons, les électeurs furent ou auraient été trahis....Exemple : Fillon d’un côté estimait qu’il n’était pas normal qu’un plombier (perso, j’aurais dit un trader,..) gagne plus qu’un médecin et ed l’autre en bon Thatchérien il voulait s’attaquer au fonctionnaires dans le médical....C’est nom en « ON » décidément ne valent rien pour la France. Je les avais compté à l’époque : Fillon, Macron, Mélenchon, Hamon Manquait plus que TARTEMPION. Seul Lasalle me semblait un homme de coeur. Mais comme d’ab ce sont toujours les plus pervers qui gagnent. TRAITRES AU PEUPLE...


                  • Corrigé, Fillon comme Macron sont des personnalités doubles. De toutes façons, les électeurs furent ou auraient été trahis...Exemple : Fillon d’un côté estimait qu’il n’était pas normal qu’un plombier (perso, j’aurais dit un trader,..) gagne plus qu’un médecin et de l’autre en bon Thatchérien il voulait s’attaquer au fonctionnaires dans le médical....Ces noms en « ON » décidément ne valent rien pour la France. Je les avais compté à l’époque : Fillon, Macron, Mélenchon, Hamon. Manquait plus que TARTEMPION. Seul Lasalle me semblait un homme de coeur. Mais comme d’ab ce sont toujours les plus pervers qui gagnent. TRAITRES AU PEUPLE...


                    • zygzornifle zygzornifle 11 octobre 08:34

                      La les médias qui sont le fer de lance de la macronnerie vont se déchainer sur Zemmour ...

                      Macron utilise les médias comme un poison qui s’infiltre dans le cerveau déneuroné du mougeon ....


                      • @zygzornifle difficile d’abattre un pervers. ils ont un atout : n’être pas encombré par leur SURMOI... Son signe chinois est le serpent...on a tout compris : il fascine. Mais Zemmour aussi... Certes Zemmour a une forme de misogynie. Mais j’avoue l’être un peu aussi. Quand il s’en prend à Taubira, Schiappa, bientôt la psychotique Virginie Despentes. Toutes ces femmes femmes qui se croient libérées parce qu’elles exposent leur cul dans des livres, ne font pas honneur au féminin...


                      • JEAN Lasalle EST VRAIMENT UN HOMME BIEN et réellement de gauche, proche des gens, opposé au mariage homosexuel et toutes les autres conneries...


                        • Non, je n’aime pas la femme actuelle. Elles veulent tout réussir : un emploi, la reconnaissance sociale, les enfants, un mariage mais si possible sans la présence du mari ou du père. Aux femmes de l’ombre qui soignent et sont dans l’amour. Pas d’hystérie en Prada ou Liboutin.. Et au final, elles ont tout raté....Etre femme, c’est justement ne pas vouloir ressembler aux hommes : laissons leur la compet...elles ont une énorme chance que les hommes n’ont...



                            • La femme n’est pas l’égale de l’homme. Mais complémentaire.....


                              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 11 octobre 10:08

                                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                 
                                Si la femme n’est pas comme l’a chanté Jean Ferrat, l’avenir de l’homme, pourrait-on dire que le féminin l’est ?
                                 
                                Peut-être, quand on entend cette chanson : « Qu’elle est belle la Bretagne, quand elle pleut »


                              • @Francis, agnotologue je revendique mon droit à être une femme. Mélusine ou l’éternel féminin d’AUDREY FELLA . Bon j’imagine les commentaires salaces. /-))


                              • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 11 octobre 10:44

                                @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                 
                                ’’ je revendique mon droit à être une femme ’’
                                 
                                Quelqu’un vous l’aurait-il contesté ? Dépossédée ?


                              • @Francis, agnotologue les féministes masculinoïdes (si cela se dit....). Je fus souvent classée comme traitre à la cause féminine... Cela qui m’a valu de n’être pas engagées dans de nombreux emplois....Dites que les femmes entres elles sont bien plus garces que les hommes entre eux..


                              • @Francis, agnotologue
                                 les femmes adoraient Brel. Et pourtant, il était misogyne... les hommes « déconstruits » ne m’intéressent pas.


                              • nemesis 11 octobre 09:49

                                Il se dit que Culbuto donnait des infos au Canard pour monter les enchères au fur et à mesure des arguments de la défense de Fyon...

                                Fyon n’affichait pas d’aversion contre Poutine (CIA pas contente, comme avec notre Général qui avait reconnu la Chine de Mao)

                                De toutes façons, Culbuto et Talonnettes ont toujours été les 2 doigts de l’UMPS, que ce soit contre la Syrie ou contre la souveraineté française.

                                En Syrie :

                                Talonnettes / Bush puis,

                                Culbuto / Obwama

                                En UE :

                                Talonnettes / Culbuto au Congrès parlementaire anti Referendum_2005

                                Vois-tu électeur de France, le chemin parcouru par la doxa populaire depuis le Général ?

                                PS : Hier, avant de zapper instantanément, j’ai encore entrevu le faciès porcin de Dany le Rouge (alias Mouton-rochild )


                                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 octobre 10:03

                                  Macron n’a pas été désigné par les urnes comme l’étaient les Présidents précédents :

                                  L’esprit de l’élection présidentielle doit permettre que les candidats aient l’égalité des chances,

                                  -qu’ils soient traités par les médias convenablement,

                                  « La loi garantit les expressions pluralistes des opinions et la participation équitable des partis et groupements politiques à la vie démocratique de la Nation. » (art. 4 Consti 1958)

                                  (Macon a fait la une de tous les journaux et télés pendant des jours, Les interviews étaient tournées à son avantage et les autres à leurs désavantages),

                                  -qu’ils ne soient empêchés par aucune gêne mais cela doit se passer dans la sérénité,

                                  « Si, dans les sept jours précédant la date limite du dépôt des présentations de candidatures, une des personnes ayant, moins de trente jours avant cette date, annoncé publiquement sa décision d’être candidate décède ou se trouve empêchée, le Conseil constitutionnel peut décider de reporter l’élection. Si, avant le premier tour, un des candidats décède ou se trouve empêché, le Conseil constitutionnel prononce le report de l’élection. » (art. 7 Consti 1958)

                                  Fillon a été empêché de se présenter sereinement puisqu’il était harcelé par la justice violant la présomption d’innocence et le secret de l’instruction.

                                  Or la Constitution prévoit qu’un empêchement doit faire reporter l’élection et il doit donc être éviter en frappant sévèrement ceux qui ont violé la présomption d’innocence et le secret de l’instruction.

                                  -qu’il n’y ait pas tricherie sur les urnes. On a relevé de nombreuses présomptions dans ce sens

                                  Soupçons de trucage ; Voir aussi les commentaires :

                                  http://www.medias-presse.info/le-premier-tour-des-presidentielles-a-t-il-ete-truque/73153/

                                  Soupçons de transfert de votes nuls sur Macron

                                  http://se-preparer-aux-crises.fr/macron-a-ete-elimine-au-premier-tour-mais-le-gouvernement-a-falsifie-le-resultat/

                                  Soupçons toujours :

                                  https://lesmoutonsenrages.fr/2017/04/28/une-zone-dombre-sur-6-millions-delecteurs/

                                  -qu’il ne fasse aucun doute que c’est bien le peuple qui a désigné ce président et l’Assemblée Nationale

                                  « La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. » (art. 3 Consti 1958)

                                  Elections législatives 2è tour : Abstention+blanc+nul 2017 : 61,56 % 2012 : 46,74 %

                                  Conclusion : L’Assemblée Nationale de Macron n’a été choisie qu’avec 38,44 % des inscrits soit environ avec 30 % des « en âge de voter ».

                                  Ceci veut dire qu’elle est rejetée par 61,56 % des inscrits et environ 70 % des Français en âge de voter.

                                  « Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s’en attribuer l’exercice. » (art. 3 Consti 1958)

                                  Il est indéniable que la section du peuple représentée par les riches s’est attribuée l’avènement du candidat Macron et par là son exercice.


                                  • Valas Valas 11 octobre 12:31

                                    @Daniel PIGNARD
                                    Ayant participé au dépouillement des urnes pendant les 2 tours des dernières présidentielles, je peux vous affirmer qu’il y a beaucoup de personnes qui ont voté pour Macron. Au niveau local, notamment dans un bureau de vote, la triche est impossible et malheureusement le constat était là et les chiffres à l’échelle nationale étaient similaires aux résultats locaux, les résultats en provenance des bureaux de votes voisins étant globalement tous similaires.
                                    Il y a peut-être eut tricherie au premier tour, avec éventuellement des chiffres après la virgule, tellement les résultats étaient serrés mais ça n’aurait pas pu être possible si il n’y avait pas eut autant de vote pour le poulain d’Attali.

                                    Le problème est que la majorité des votes en sa faveur provenait essentiellement des moutons qui se font laver le cerveau avec la télé. Bien évidemment qu’il y a un certain nombre de « collabos », dont les pattes sont bien grasses, satisfaits de cette situation mais ils ne constituent pas la majorité de la population et ne se « mélangent » pas avec les gueux.
                                    D’autres personnes sont conscientes de ce qui se passe mais ne votent pas/plus, généralement par dépit en se disant que le vote est finalement inutile. C’est dommage car au premier tour, il y a des candidats pour certains peu connus et au fond intéressants qui auraient pu obtenir quelques voix, permettant éventuellement de s’éloigner de ce monopartisme « bi-couleur » actuel.

                                    Donc le problème principal provient du ministère de la propagande, pardon de la communication :
                                    Radio, télé et donc médias totalement contrôlés.


                                  • Fergus Fergus 11 octobre 15:29

                                    Bonjour, Daniel PIGNARD

                                    « la Constitution prévoit qu’un empêchement doit faire reporter l’élection »

                                     smiley Celle-là, c’est la meilleure ! Cette disposition ne vaut évidemment pas pour les agissements d’un candidat présumé délinquant. 


                                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 octobre 15:35

                                    @Fergus

                                    ART. 9. — Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable. (Déclaration 1789)

                                    Innocent = qui ne nuit pas ; Présumé innocent veut donc dire que l’on doit considérer qu’on ne nuit pas tant que cela n’est pas démontré.

                                    L’article 9, imposant la présomption d’innocence c’est à dire de « non nuisance », démontre que la charge de la preuve est à ceux qui nous accusent de nuire à autrui. Elle est donc à la charge de l’Etat.

                                    Cet article interdit donc de considérer un candidat potentiel comme nuisant à autrui.

                                     

                                    Et non seulement cela, mais la publication de cette affaire n’avait pas le droit d’avoir lieu. Le Conseil Constitutionnel aurait dû attaquer aussitôt les médias qui ont publié cela ainsi que les magistrats qui l’ont fait fuiter.


                                  • Fergus Fergus 11 octobre 15:52

                                    @ Daniel PIGNARD

                                    Votre argumentation ne tient évidemment pas. Si l’on devait reporter une élection dans le cas d’un (présumé smiley ) délinquant comme Fillon, elle serait reportée durant des années, le temps du jugement en première instance, puis en appel, puis en cour de cassation et même, en dernier recours, en cour européenne des Droits de l’Homme. 
                                    Vous n’êtes pas sérieux ! smiley


                                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 octobre 16:39

                                    @Fergus
                                    Pas du tout. Il aurait fallu reporter jusqu’à l’arrestation de ceux qui ont divulguer et Macron n’aurait peut-être pas été épargné.
                                    Bon, quant au jugement, il peut être rapide quand il le faut. Les gilets jaunes qui donnent des coups aux flics ou à Macron sont jugés illico presto.


                                  • Fergus Fergus 11 octobre 16:50

                                    @ Daniel PIGNARD

                                    Les jugements ne sont jamais rapides quand il s’agit de personnalités politiques ou du monde des affaires servis par une brochette d’avocats particulièrement retors et procéduriers.


                                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 11 octobre 16:57

                                    @Fergus

                                    Un Président à poigne aurait pu se targuer de ces passages de la Constitution pour la faire respecter avant de faire respecter les droits de la défense.

                                     

                                    « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. » (Art.5 Constitution de 1958)

                                    « Le Président de la République est garant de l’indépendance de l’autorité judiciaire. » (Art.64 Constitution de 1958)

                                    Avec un Président faible, vous avez des faiblesses forcément.


                                  • Aristide Aristide 12 octobre 07:48

                                    @Fergus

                                    Allons, Pignard a effectivement tort sur cette affaire de report de l’élection. Mais votre constant argument de la « présomption de culpabilité » est le contraire de notre droit, et pas seulement du notre. Même les pays aux régimes les plus contestables n’usent pas de ce que vous ne cessez de solliciter dans vos argumentaires ; présumé délinquant !!!
                                    C’est assez indigne comme méthode, c’est la porte ouverte à tous les dénis de justice, la mise en cause sans pouvoir se défendre en s’opposant aux accusations , en quelques sorte vous inversez le principe même de la justice. Pour vous, c’est au mis en cause de démontrer son innocence en place de la démonstration de sa culpabilité par la justice.


                                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 octobre 09:22

                                    @Aristide

                                    « Si, dans les sept jours précédant la date limite du dépôt des présentations de candidatures, une des personnes ayant, moins de trente jours avant cette date, annoncé publiquement sa décision d’être candidate décède ou se trouve empêchée, le Conseil constitutionnel peut décider de reporter l’élection. Si, avant le premier tour, un des candidats décède ou se trouve empêché, le Conseil constitutionnel prononce le report de l’élection. » (art. 7 Consti 1958)

                                    Fillon a été empêché de se présenter sereinement puisqu’il était harcelé par la justice violant la présomption d’innocence et le secret de l’instruction.


                                  • Aristide Aristide 12 octobre 10:29

                                    @Daniel PIGNARD

                                    Personne ne peut contester l’influence de cette affaire sur le résultat. En tout état de cause pas moi. 

                                    Oui mais, il est assez contestable, à mon sens, les conditions de report n’étaient en aucun cas remplies. Je crois que vous parler de « se présenter sereinement », c’est une notion assez difficile à juger en vertu : de quelle loi ? Vous voyez bien que cette histoire de report ne peut tenir.

                                    Combien de candidat ont fait face à des coups bas, des révélations, des insinuations, des accusations, ..., moins grave je vous l’accorde, mais enfin vous savez très bien que ces périodes de campagne sont propices à tous ces débordements. 


                                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 octobre 14:48

                                    @Aristide
                                    il faut toujours commencer par un premier exemple pour éviter que cela ne se reproduise. Coffrer les responsables auraient eu beaucoup d’allure.


                                  • zygzornifle zygzornifle 11 octobre 10:55

                                    Qui sera l’auteur de la mort politique et surtout publique de Macron ?

                                    J’attend avec impatience pour le féliciter ....


                                    • ETTORE ETTORE 11 octobre 13:54

                                      Attendons donc, la rubrique « nécrologie » à Rakotonanobis...

                                      Qui ne devrait tarder à paraître, avec les derniers faire parts, avant cérémonie.

                                      Professionnel de l’enfouissage en grande pompe, depuis la « mise à bas » de son poulain, et qui semble ignorer, ou feint d’ignorer, qu’on achève bien les chevaux.,

                                      Surtout, ceux qui ont été entrainés pour la course d’obstacles ( haines), et qui se font éliminer, pour allure irrégulière ( corruption)....en passant au trot devant le poteau d’arrivée ( Déplacé, en toute impunité, pour convenir au mieux à la performance de l’heureux gagnant préalablement, désigné par les bookmekers !)

                                      Combien de ces vieilles carnes, avons nous, dans notre haras républicain ?

                                      De même, que ces étalons, ne se reproduisant plus, mais que l’on garde pour la saillie électorale ( on ne sait jamais, le geste, peut encourager les hongres, à jouer la comédie de la sauterie républicaine ) et qui pèsent un poids certain, puisque fourrés au bon « fourrage » Républicain.

                                      Tous ces acharnés du picotin, avec le s(C)eau de l’hypocrisie, bien accroché à leurs museaux, et qui remonte en butant, sur des oeillères pudiques, tout en ayant leurs gros sabots, bien plantés, dans leurs excréments.


                                      • zygzornifle zygzornifle 11 octobre 17:05

                                        Il est loin d’etre mort le Fillon :

                                        François Fillon a trouvé un nouveau travail, loin de la politiqueL’ancien candidat de la droite à l’élection présidentielle a été nommé président de la Commission Constructeurs de la Fédération internationale de l’automobile.

                                        Faudra simplement que son nouvel employeur surveille bien son tiroir caisse et la Pénélope si elle passe voire son jule, les LR ont des serres a la place des mains, toujours prompt a piquer le pognon .... 


                                        • Esprit Critique 11 octobre 17:13

                                          Premier Element de réponse : A qui a profité le crime ?

                                          Deuxiémement :les elemnts chiffrés des declarations de revennus des époux Fillon. sur toute leur vie, sont stockés dans des endroits differrents, sous de formes et formats différents, Seul des dirigeants au plus haut niveau du ministére des finances peuvent avoir fait effectuer ce travail, long et meticuleux. Aller dans des sous sols pour rechercher des dossiers poussiéreux et les canner c’est pas simple faut savoir ou aller et avoir accés aux clefs. Rentrer dans des ordinateurs faut les codes, et les codes d’entrée dans les bureaux ...

                                          Le coupable n’est donc pas le Pape !


                                          • troletbuse troletbuse 11 octobre 19:28

                                            Fergèue, je vois que quand on ne parle pas de Taelouzette, vous êtes comme un poison dans l’eau et vous êtes omniprésent. smiley


                                            • placide21 12 octobre 07:38

                                              Je pense qu’un truc « diabolique » est déjà dans les cartons des officines macroniennes pour dynamiter la candidature de Zemmour (mc Kinsey ou autre).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité