• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Notre-Dame-des-Landes : la faute politique de Macron

Notre-Dame-des-Landes : la faute politique de Macron

 

Photo Sipa Press {JPEG}

Le mercredi 17 janvier, Édouard Philippe annonçait, en porte-parole du président de la République, l’abandon définitif du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une décision moins motivée par des considérations environnementales que par la crainte de désordres persistants sur le site, potentiellement vecteurs de victimes, et plus encore porteurs d’une dégradation de l’image d’autorité de l’exécutif. Une « faute » pour nombre d’observateurs...

Des observateurs en l’occurrence lucides qui n’ont pas manqué de souligner que ce peu glorieux renoncement ne changerait rien à la résolution des zadistes, bien déterminés à rester dans la place, qu’il y ait ou non construction de l’aéroport. Et de fait, la suite des évènements a donné raison à ces observateurs, comme l’ont montré les violents affrontements dans le bocage de Notre-Dame-des-Landes la semaine passée et sous les remparts du château de Nantes le samedi 14 avril. Des désordres qui ne sont pas prêts de cesser, eu égard à la combattivité des plus radicaux des zadistes, désormais encadrés par des éléments radicaux proches de ces « black blocks » qui interviennent partout où peuvent être mis en difficulté les pouvoirs publics.

On peut penser ce que l’on veut de la pertinence (ou non) du projet d’aéroport, et les débats contradictoires n’ont pas manqué durant ces dernières années, principalement alimentés par des arguments économiques et environnementaux. Mais il est un fait que ce projet, très largement porté par les élus du Grand ouest – tous bords confondus – et validé à une nette majorité (55,17 %) par les habitants de Loire-Atlantique lors de la consultation du dimanche 26 juin 2016, avait été soutenu à différentes reprises, et notamment lors de son passage dans « L’émission politique » du jeudi 6 avril 2017 par Emmanuel Macron, alors candidat à la présidence de la République.

Macron a donc « mangé son chapeau » en faisant acter le renoncement au projet d’aéroport par son Premier ministre. Ce faisant, il bafouait non seulement ses prises de position antérieures, mais jetait aux orties les avis et l’implication de tous ces élus du Grand ouest qui se battaient depuis des années pour doter la région d’un outil comparable à ceux de nombreuses métropoles régionales européennes en remplacement de Nantes-Atlantique, voué à une inéluctable saturation. De même, Macron bafouait-il la volonté majoritaire de ceux qui s’étaient exprimés en grand nombre dans les urnes, sans oublier les décisions de Justice constantes qui, en 189 occasions, avaient toujours donné raison aux tenants du futur aéroport. Élus, habitants, magistrats, tous ont de facto été trahis par le revirement de Macron et gardent sans doute aux lèvres un goût amer.

« Tout ça pour ça  ! », serait-on tenté de dire. Car il ne faut pas se leurrer : si Macron a renié sa propre parole, c’est – en « politicien avisé », diront les uns ; en « opportuniste cynique » diront les autres – après avoir évalué les avantages et les risques encourus. Et force est de reconnaître que le stratège élyséen s’est complètement « planté » dans ce dossier. Macron a fait le pari d’une évacuation relativement facile après l’annonce du renoncement, quitte à susciter pas mal de ressentiment ici et là. Au final, il a la colère des partisans de l’aéroport déboutés et doit – en même temps ! – faire face à Notre-Dame-des-Landes et Nantes à des zadistes jusqu’au-boutistes qui n’entendent pas céder un pouce de terrain alors même que la cause de leur « combat » a disparu.

Et ce n’est pas l’irréfléchie destruction par les forces de l’ordre de la « ferme des 100 noms » sur le site de NDDL qui va apaiser les esprits dans la mesure où ceux qui exploitaient cet espace étaient, semble-t-il, porteurs d’un projet agricole ni plus ni moins élaboré que d’autres jusque-là épargnés par les gendarmes mobiles. En bonne logique, et malgré la présence sur place d’éléments agitateurs, ce projet aurait dû, comme les autres, bénéficier des mesures de mise à l’étude d’une éventuelle régularisation dans le cadre des dispositions du Code rural. On peut donc parler de « bourde » de la part du commandement de l’opération d’évacuation, et en cela les satisfecit exprimés par Gérard Collomb tombent à plat, c’est le moins que l’on puisse dire.

Que va-t-il se passer maintenant ? Les néo-ruraux installés dans la ZAD vont-ils officialiser leurs demandes de régularisation dans le délai imparti par la préfète de Loire-Atlantique ? Et, si oui, accepteront-ils les décisions administratives qui seront prises après instruction des dossiers et qui, dans les cas positifs, déboucheront, conformément aux dispositions de la loi, sur des signatures de contrats de fermage passés avec les collectivités propriétaires des lieux ? Que feront en outre ceux qui seront déboutés et se verront signifier des arrêtés d’expulsion ? Que feront surtout les agitateurs infiltrés qui n’ont, à l’évidence, rien à faire des projets d’expérimentation agricole alternative et pour lesquels les trois lettres Z.A.D. signifient moins « Zone À Défendre » que « Zone d’Autorité à Détruire » ?

Autant de questions qui, dans le contexte actuel, et compte tenu du climat de rejet de toute initiative légale qui prévaut à Notre-Dame-des-Landes, laissent augurer des lendemains très difficiles et, malheureusement, de prochains épisodes de violence dont personne ne peut présager les conséquences. Nul doute qu’en cette mi-avril Macron doit amèrement regretter cette décision de janvier qui apparait de plus en plus comme une faute politique majeure. N’est pas Machiavel qui veut ! Pas plus que Jupiter ! 


Moyenne des avis sur cet article :  1.77/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

234 réactions à cet article    


  • zygzornifle zygzornifle 16 avril 08:45

    La faute incombe a ceux qui ont élus Macron .....


    • Fergus Fergus 16 avril 09:06

      Bonjour, zygzornifle

      Sur ce dossier, Macron ne s’est pas différencié de ses prédécesseurs.


    • velosolex velosolex 16 avril 13:59

      @Fergus

      Bonjour
      Décidément, vous êtes enkysté dans les mêmes arguments. Passons une fois de plus sur un référendum aberrant, taillé sur mesure pour obtenir un résultat positif. Pour un aéroport « grand ouest » qui faisait les poches des contribuables bretons et des pays de loire, l’honnêteté aurait été de faire le référendum sur ses bases géographiques. Les sondages indiquaient alors que le non l’emportait. C’est dommage qu’il en n’a pas été ainsi : Cela aurait donné une sortie glorieuse au gouvernement, sous influence d’élus défendant « Vinci »....Tout le monde a compris les renvois d’ascenseurs vers les apparatchiks. ....Après la pack, c’aurait été désastreux en terme d’image gribouille. Il est dommage que l’état, comme en 68, ne comprenne rien aux temps actuels et à ses enjeux environnementaux. Certaines personnalités eux, l’ont compris, et tentent d’influencer maintenant ces pauvres politiques, droits dans leurs bottes...Les blindés face aux jardiniers ?...Dark vador contre des jeunes filles ! n’y a t’il pas à l’ENA un cours sur la stratégie de l’image dans les luttes...Luther king a utilisé avant tout le monde ces images de disproportion pour son combat, qui n’était qu’une répétition de Goliath face à david...Notre dame des landes nous dit bien des choses....
      Notre-Dame-des-Landes : Francois de Beaulieu - François de BeaulieuDes architectes et des paysagistes défendent la ZAD de ... - Le Monde

    • Fergus Fergus 16 avril 16:24

      Bonjour, velosolex

      « Décidément, vous êtes enkysté dans les mêmes arguments »

      Je pourrais vous renvoyer le compliment ! smiley

      Car votre propos est celui d’un « anti-NDDL » - une position que je respecte - qui me laisse dubitatif, moi qui n’ai jamais été ni pro ni anti, mais en revanche légitimiste, et donc favorable in fine à un choix conforme aux 189 décisions de justice.

      « Notre dame des landes nous dit bien des choses »

      C’est vrai, et notamment que les pouvoirs publics ne peuvent se permettre de voir prospérer des zones de non-droit, surtout lorsque la possibilité est donnée aux néo-ruraux sincères de régulariser leur situation d’exploitant sur les terres de NDDL moyennant un contrat de fermage en bonne et due forme.


    • Le421 Le421 16 avril 23:09

      @Fergus
      As t-on seulement demandé à des professionnels de l’aviation les tenants et les aboutissants ?
      Créer un aéroport, cela veut dire des zones aériennes (TMA, etc...) différentes, des adaptations de couloirs aériens et j’en passe. On ne parle pas de dévier la traversée de St Cyprien en Dordogne ou de monter une piste ULM.
      Alors oui, ces consultations ont été faites.
      Et non, elles n’ont été ni diffusées grand public, ni prises en compte.
      Juste une histoire politique accompagnée d’un lobbying indécent des bétonneurs.
      Les exemples de créations inutiles ne manquent pas...
      Toujours les mêmes qui casquent, toujours les mêmes qui engrangent.
      Et si Macron a refusé ce projet, la rentabilité s’est probablement avérée piètre... Pour les investisseurs !!
      Faut pas rêver.


    • Fergus Fergus 16 avril 23:18

      Bonsoir, Le421

      C’est bien possible. Mais on en est de toute façon plus là et il est temps de passer à autre chose en redonnant à ce terroir sa sérénité d’antan, avec ou sans néo-paysans.


    • julius 1ER 17 avril 08:16

      @velosolex

      je suis d’accord avec toi VS, 
      de plus pour un aéroport avec 1 piste, Genève fait pratiquement le triple de Nantes en termes de passager, alors quand à la justification du projet de NDLL par Fergus au nom d’une future saturation de l’aéroport de Nantes .... 

      il y a loin de la coupe aux lèvres !!!!!

    • Fergus Fergus 17 avril 09:03

      Bonjour, julius 1ER

      Vous comparez Nantes et Genève, et cela n’a pas grand sens compte tenu des infrastructures de Cointrin. Car à Nantes-Atlantique, ce sont d’ores et déjà l’aérogare (de surcroit très vétuste) et les parkings qui sont en limite de saturation alors que le trafic est sur une dynamique de croissance de 8 à 10 % par an.

      Cela dit, je ne soutiens pas particulièrement NDDL, et l’abandon du projet ne m’a aucunement posé de problème, si ce n’est le bras d’honneur adressé aux habitants de Loire-Atlantique et à la Justice. Rien d’autre.


    • confiture 18 avril 17:31

      @zygzornifle
      bonsoir, vrai et faux en même temps.... les gens votent surtout « contre » un candidat, et ensuite ce que fera « l’élu » personnne ne le sait, il manque le contrat...........


    • cassini 16 avril 08:53

      Alors qu’avec l’aéroport le vacarme des avions aurait fait partir en douceur les zadistes. 


      • Fergus Fergus 16 avril 09:10

        Bonjour, cassini

        Vous avez raison, les zadistes ne seraient pas partis en douceur si le projet avait été maintenu. Mais le paradoxe est que, le projet d’aéroport annulé, le problème de l’évacuation de la ZAD par les personnes qui n’ont rien à y faire, faute de projet agricole et de demande de régularisation, reste entier et peut-être de manière encore plus aigue.


      • bob14 bob14 16 avril 09:40
        la faute politique ?..les fautes politiques il me semble..

        • Fergus Fergus 16 avril 09:49

          Bonjour, bob14

          Je parle d’un dossier, pas des autres !


        • bob14 bob14 16 avril 10:31

          @Fergus....Exact, et plusieurs fautes politique dans le même dossier...il me semble.. !


        • velosolex velosolex 16 avril 14:09

          @bob14
          Les révolutionnaires en 89 n’ont pas demandé une demande type à la préfecture.....Un politicien un peu éclairé aurait compris là la formidable opportunité en terme d’image, qui permettrait à ces zadistes de continuer leur expérience, maintenant internationalisée. 

          On remarquera que les paysans utilisant leurs produits mortifères, ne sont pas inquiétés. Mais que deux mille hectares, sauvés de la catastrophe, par l’effort conjugué des zadistes et d’une contestation sans faille, permette à des jeunes de se lancer dans une expérience innovante, voilà qui est intolérable à nos puissants. 
          Je vous le dis, à l’heure où tout le monde se félicité de l’esprit 68, en disant « j’y étais », voilà en live un autre événement qui contera dans l’histoire. Notre dame des landes s’inspire en fait d’un vieil état d’esprit qui régnait dans les landes, précisément.... Ce qu’on appelait « les communs », territoires offerts à tous les membres d’une communauté villageoise. 
          Richesses des landes de Bretagne - France Inter

        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 avril 14:18

          @velosolex Salut . Ça existe encore chez moi. Aller à la pêche à l’anguille et se retrouver face à un taureau gavé de testostérone...souvenirs d’enfance. Très formateur.


        • velosolex velosolex 16 avril 14:26

          @Aita Pea Pea
          Les taureaux de l’air nouvelle n’ont pas de couilles 

          Ni de cornes, 
          Mais possèdent un bel habit de dark vador. 


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 avril 14:47

          @velosolex

          J’ai des gros pépères dans le coin . Un des éleveurs a disparu il y a peut. La race est en danger et ça me fout les boules ...le cheval boulonnais...une merveille de puissance et de bonhomie... Youtube.


        • velosolex velosolex 16 avril 15:05

          @Aita Pea Pea
          Dans le champ derrière moi, un postier breton me regarde.

           Comme quoi on trouve hors le facteur de Tati de bien beaux spécimens de la poste française.
          Le matin, ils sortent de la brume entre les roches ronds, puis s’immobilisent comme des chats, aux aguets, quoique moins craintifs bien sûr, mais tout autant bondissant...
          .Et c’est étonnant de voir ses grosses masses se mettent à courir comme des pur sang, et s’arrêter net, devant un grillage qu’ils casseraient nets s’ils le voulaient. ...
          Orwell, encore lui, eut l’intuition savante de « la ferme des animaux » en voyant un de ces chevaux énorme emmené au prés, par un tout petit garçon, le poussant d’un bâton. 
          Il pensa à cette capacité qu’ aurait ces animaux s’ils prenaient conscience de leur force, et de leur nombre, pour se libérer. 
          Mon cheval me dévisage sans vergogne, l’oreille tendue aux hérissement d’un autre, se rependant comme des coqs, quoique déréglé de l’heure. 
          Car le temps ne semble pas leur souci, et j’ai du mal à croire qu’ils sont mortels. 
          Ce matin sur mon vélo, j’ai vu aussi des rochers qui ressemblaient à des mammouths. 
          Mais je crois les avoir vu bouger. Je ne savais plus qu’en penser ;
          Une côte opportune m’a remis les idées à plat, du coté de Comana. 
          Et un calvaire m’a rappelé la souffrance du monde. Mais le soleil m’a rendu l’allégresse. 

        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 16 avril 15:44

          @velosolex

          Les canards au pied de chez moi s’activent. Les cannes font leurs bégueules comme d’hab... Qui va gagner ? Le printemps est une saison qui m’apprend tous les ans .


        • Le421 Le421 16 avril 23:11

          @velosolex
          Vous avez raison à cent pour cent.
          Il ne faudrait surtout pas que des zadistes non belliqueux arrivent à démontrer qu’on peut vivre sans Monsanto...


        • Fergus Fergus 17 avril 17:12

          Bonjour, Le421

          Avec ou sans ZAD, il est déjà démontré par de nombreux agriculteurs que l’on peut vivre sans Monsanto et faire un bras d’honneur à la FNSEA.


        • malitourne malitourne 16 avril 09:44

          Ne pas trouver un bon compromis pour éviter ces affrontements est une incompétence politique. En revanche, envoyer illégalement des missiles sur la Syrie, ça c’est une faute suprême. Mais évidemment pour vous le sort de la ZAD est bien plus important que la paix du monde....


          • gruni gruni 16 avril 09:53

            @malitourne


            Vous avez sans doute une idée de « bon compromis » ?

            Quant au sujet de l’article, vous trouvez qu’il n’y a pas assez d’article sur la Syrie, vous en voulez 30 par jour tous les jours ? Vous n’avez jamais entendu parler de pluralisme.




          • Fergus Fergus 16 avril 09:59

            Bonjour, malitourne

            Le bon compromis consiste, pour sortir de l’illégalité, à donner une possibilité de régularisation officielle dans le cadre du Code rural aux néo-paysans de NDDL qui ont un projet, et c’est très exactement ce qui a été fait.

            Le problème est que les zadistes concernés, instrumentalisés par les plus radicaux pour des motifs politiques hors-sujet, font bloc pour obtenir une régularisation de tous qui n’aurait aucun sens sur le plan agricole et contreviendrait aux dispositions du Code rural sur les modalités d’attribution d’espaces de culture.

            « pour vous le sort de la ZAD est bien plus important que la paix du monde.... »

            Il y a suffisamment de monde pour commenter les évènements en Syrie, ne croyez-vous pas ?

            Sachez à ce propos que je désapprouve l’intervention française. Quant à parler de la paix du monde, elle n’est pas menacée, et vous le savez : tout cela n’est qu’un grand cirque politico-militaire dont toutes les parties connaissent les limites et en jouent !


          • malitourne malitourne 16 avril 10:00

            @gruni
            Ai-je le droit de penser que le traitement politique de la ZAD relève de l’incompétence politique alors que le traitement politique de l’affaire syrienne relève du crime de guerre ? Le titre de l’article c’est « LA » faute politique de Macron... Pour moi « LA » faute politique majeur de Macron est dans l’alignement atlantiste criminel contre la paix mondiale. Pas pour Fergus, ni pour vous manifestement...


          • gruni gruni 16 avril 10:19

            @malitourne


            Vous avez le droit de penser ce que vous voulez, et Fergus d’écrire sur un sujet d’actualité qui lui convient si bon lui semble. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’on ne se préoccupe pas de la situation internationale.

          • malitourne malitourne 16 avril 10:26

            @gruni
            Mais je ne lui ai pas contesté ce droit monsieur l’avocat. Je suis aussi pluraliste que vous monsieur le moralisateur


          • Fergus Fergus 16 avril 10:56

            Bonjour, gruni

            Ce type de reproche est récurrent sur le site. Manifestement, certains intervenants n’ont toujours pas compris qu’AgoraVox est, comme tu le soulignes, un site pluraliste. Si tel n’était pas le cas, il perdrait d’ailleurs beaucoup d’intérêt.

            Merci pour ton commentaire.


          • Fergus Fergus 16 avril 11:00

            @ malitourne

            Si j’avais voulu écrire « LA faute politique », je l’aurais écrit ainsi. Or, ce n’est pas le cas, et ce « la » se rapporte uniquement à ce dossier, et ne fait aucune référence à l’ensemble de la politique de Macron.

            Déformer les propos relève de la tentative de manipulation !


          • malitourne malitourne 16 avril 11:04

            @Fergus
            Mais vous faites front avec courage et panache. Vous êtes si indispensable savez-vous ?


          • velosolex velosolex 16 avril 14:24

            @Fergus
            Sauf que dés le premier jour, les zadistes se sont sentis trahis, par la démolition stupide d’un bâtiment de la zad : La ferme des cent noms, qui possédait bien un projet agricole. Même le journal Ouest france, plutot conservateur, à qui on ne peut reprocher sa radicalité, s’est ému. 

            LA FERME DES CENT NOMS DETRUIT ;....TOUT BASCULE
            Zad de Notre-Dame-des-Landes. Les 100 Noms ... - Ouest-France
            Extrait : Il y a 7 jours - Les gendarmes n’auraient-ils pas fait une erreur stratégique en touchant aux 100 Noms ? Ce lieu agricole et d’élevage n’hébergeait pas des radicaux. Les opposants comptaient en faire un exemple de l’avenir de la Zad. Il n’existe plus....

            Les zadistes effectivement se sont sentis trahis, et ont bien compris la stratégie. Cliver, détruire par à coups, faire de vagues promesses....Ce ne sont pas des imbéciles. Mais des gens souvent diplômes, formés à la lutte, et qui en ont soupé, les pieds dans la terre, la tête un peu dans les nuages c’est vrai. Mais c’est justement le portrait robot de l’homme providentiel, d’un modèle pour la jeunesse. 
            «  »Le problème est que les zadistes concernés, instrumentalisés par les plus radicaux pour des motifs politiques hors-sujet...."
            Je m’abstiendrai de commenter ce qui m’apparaît un délire, une théorie du complot fallacieuse. Car c’est porter ombrage et suspicion aussi à tous les citoyens, et il sont nombreux, de tous ages, solidaires de ce projet citoyen. 
            Je dirais que chaque ville, ou du moins chaque département aurait besoin d’une utopie fédératrice. 

          • velosolex velosolex 16 avril 14:51

            @Fergus
            En quoi votre avis sur la Syrie ou sur la suisse est il pertinent dans ce problème ?

            On voudrait désespérer les jeunes entrepreneurs qu’on s’y prendrait pas autrement. ..
            .La disproportion des forces est parlante. 
            Si j’étais contre la zad, je serais catastrophé ; le pire est en exécution, et risque fort de se retourner effectivement contre Macron !
             Mais dire que c’est le but visé est une escroquerie intellectuelle, puisque c’est le pouvoir qui a le choix des cartes, et de la paix...
            Ils gâchent à mon avis une formidable opportunité. 
            Mais il n’y a pas de monsieur zad. Comme il y en a pour les banlieues. 
            On n’a pas présagé du coup, ni du coût...On ne repeindra pas la zad comme on le fait des tours en banlieue, en donnant quelques subventions à de pseudo éducateurs recyclé des vélos et de la colle à rustine pour acheter la paix sociale !
            Ne parlons pas de ces 2500 dark vador en blindés pour une campagne d’écrasement des carottes et des cabanes. Une honte lamentable !
             Ces jeunes ne veulent pas être assistés, ils veulent vivre d’un travail et d’une terre dont ils sont fiers.


          • Cadoudal Cadoudal 16 avril 15:16

            @velosolex
            Ces jeunes ne veulent pas être assistés, ils veulent vivre d’un travail et d’une terre dont ils sont fiers.

            « On veut pas avoir à se lever tous les matins, pour gagner de l’argent, pour le re-dépenser, payer des taxes, des impôts »

            https://twitter.com/afpfr/status/985574978782416898?ref_src=twsrc%5Etfw

            À ce moment, les femmes de Plogoff ont joué un rôle déterminant dans l’impact de la mobilisation. Souvent épouses de marins de commerce, elles s’y sont investies fortement, suscitant la surprise et l’admiration.
            http://bcd.bzh/becedia/fr/la-mobilisation-de-plogoff

            Chacun ses références...


          • Fergus Fergus 16 avril 16:27

            @ velosolex

            J’ai évoqué la « ferme des 100 noms » en qualifiant sa destruction de « bourde ». Il s’est même agi d’une connerie.


          • Fergus Fergus 16 avril 16:35

            @ velosolex

            Je vous fais humblement remarquer que ce n’est pas moi qui ai mis la situation internationale sur le tapis, et si j’ai répondu à Malitourne, c’est de manière très synthétique car il s’agit effectivement d’un hors-sujet.

            « Ces jeunes ne veulent pas être assistés, ils veulent vivre d’un travail et d’une terre dont ils sont fiers »

            Ceux-là ne sont pas visés par les mesures d’expulsion et sont invités à demander la régularisation de leur situation dans le cadre du Code rural, ce qui est la moindre des choses, l’objet initial de l’occupation illégale ayant disparu !

            Quant aux radicaux qui n’ont rien à voir avec l’agriculture et ne veulent en réalité que l’affrontement avec les pouvoirs publics, leur place n’est pas là : ces individus doivent être expulsés afin que les autres puissent mener leur projet dans la sérénité et la légalité !


          • velosolex velosolex 16 avril 16:54

            @Cadoudal
            Non seulement j’ étais au Larzac, mais aussi à Plogoff. Et même aussi à Malville....Là le gouvernement s’est raidi, à fait ce surgénérateur qui nous a couté la peau des fesses, avant de l’abandonner vingt ans plus tard. 

            Pour Plogoff, s’il avait été construit, nous en serions dans la même situation maintenant qu’à Fessemheim. 
            Tous les réacteurs vont être maintenant plus ou moins rapidement à démonter, pour un choix étatique qui a été fait. Nous allons nous trouver devant une ardoise incroyable. Le risque est alors grand de voir le démantèlement remis sans cesse à plus tard, à notre grand péril

          • velosolex velosolex 16 avril 17:05

            @Fergus

            Ces démolitions ont été mûrement réfléchis et obéissent à des objectifs de clivage, parmi les zadistes. Séparer le mauvais grain de l’ivraie. Le problème c’est qu’il a renforcé la solidarité des zadistes, l’indignation de l’opinion, de biens des intellectuels, et fait resurgir la pertinence de cette exécution. 
            Il y a quelque chose de kafkaïen, dans les méandres de cette administration tatillonne, qui emploie les blindés et les bulldozers d’une façon honteuse. Car dans ce pays, bien des situations à régulariser n’entraîne pas pareil traitement. 
            Ce qui n’échappe à personne. je ne parle même pas de l’économie parallèle des banlieues où on laisse là la police se faire lyncher. 

            La morale est la suivante : Mieux vaut vendre du shit que du fromage de chèvre en attente d’homologation. 

          • foufouille foufouille 16 avril 17:20

            @velosolex
            des barrages ont tué 150 000 personnes en chine dans les années 60, il faut démolir tous les barrages très dangereux.


          • velosolex velosolex 16 avril 17:51

            @Fergus
            Effectivement, 1000 excuses.

            La syrie est hors sujet mais ce n’est pas vous qui l’aviez évoqué
             J’ai le clavier trop rapide. Et je n’avais pas lu les autres posts. 

            Pour la suite, je pense qu’il faudrait sortir des cases habituelles. 
            La ruralité dans son ensemble peut très bien saisir ces projets collectifs, qu’il faut rendre possible. Nous nous accommodons pour le moment d’une agriculture globalement prédatrice, dont nous payons la facture dans notre assiette. 
            On sait aussi que les maladies dégénératives, et sans doute l’"alzeimer sont associés aux pesticides. 
            Dans toute action définir le but, les moyens, et les actions. 
            Pour le moment, c’est l’économie sans morale qui domine. Il faut inverser ses rapports. NDDlandes est un laboratoire d’idées que certains proposent de pérenniser. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès