• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Nouvelle-Calédonie : un timide oui à la France

Nouvelle-Calédonie : un timide oui à la France

« Ce jour était le rendez-vous que les Calédoniens et l’État s’étaient donné à eux-mêmes pour surmonter les divisions. Je veux relever ici la promesse tenue depuis trente ans, sans considération des changements de majorité à Paris ou en Nouvelle-Calédonie. (…) Avec le gouvernement, nous avons tenu à la stricte neutralité de l’État dans cette consultation ; et à la plus grande transparence de l’ensemble du processus électoral. Nous avons garanti la loyauté et la sincérité de ce scrutin qui s’est fait sous le regard d’observateurs envoyés par l’Organisation des Nations Unies et les pays voisins. » (Emmanuel Macron, le 4 novembre 2018 à l’Élysée).

Nouvelle-Calédonie

Le référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie est l’aboutissement d’un long processus de dialogue et de réconciliation qui a commencé en juin 1988 avec les Accords de Matignon. Ce cheminement de trente ans a permis l’installation d’une paix réelle dans un territoire qui était en état de "guerre civile" entre 1984 et 1988.

C’est pourquoi il faut se réjouir des deux éléments qui font que règne en Nouvelle-Calédonie une démocratie apaisée : aucune violence n’a été observée (fort heureusement) et le taux de participation a été particulièrement élevé ; 80,6% des 174 999 électeurs inscrits sont allés en effet voter. De plus, il n’y a pas eu plus de 2% de bulletins blancs ou nuls. Ces deux dernières données montrent que la règle du jeu a été acceptée par tous.

Cependant, les résultats du référendum sont contrastés (voir les résultats officiels ici). Selon les résultats définitifs sur les 284 bureaux de vote, le "non" à l’indépendance l’a emporté avec 56,7% des voix (soit 78 734 votes) contre 43,3% (60 199 votes) en faveur du "oui".

Si le maintien de la Nouvelle-Calédonie au sein de la République française l’a largement emporté, il l’a emporté avec environ dix points de moins que ce que les sondages laissaient prévoir. Il n’y a eu que 45,0% des électeurs inscrits qui se sont prononcés contre l’indépendance.

Le score est donc beaucoup plus "juste" que prévu, et le retournement de 9 300 électeurs aurait suffi à faire basculer la Nouvelle-Calédonie dans l’aventure de l’indépendance. Aventure, car socialement et économiquement, malgré une économie dynamique avec le nickel, la population tient socialement grâce à la structure sociale et financière que lui apporte la France.

Si l’on regarde plus en détail les résultats, c’est-à-dire localement, la situation est encore plus contrastée. Les collectivités où habitent très majoritairement les populations d’origine kanake sont très majoritairement favorables à l’indépendance : la Province Nord a voté à 75,8% pour le "oui", encore plus la province des Îles Loyauté à 82,2%. Les communes de Hienghène à 94,8%, Lifou à 79,9%, Ouvéa à 84,2%, Koné à 64,3%, Poindimié à 79,3%, Thio à 83,1%, etc. En revanche, la Province Sud a voté contre l’indépendance à 73,7%, et la commune de Nouméa contre à 80,5%.

_yartiNouvelleCaledonieB02

Il faut pondérer ce grand contraste géographique avec l’abstention car si les deux Province Nord et Sud ont beaucoup voté (respectivement 86,0% et 83,0% de participation), les Îles Loyauté ont eu beaucoup d’abstention, 41,1%, or les Îles Loyauté ont deux fois plus d’électeurs que la Province Nord (et deux fois moins que la Province Sud).

Cette fracture territoriale va donc nécessiter la poursuite d’un dialogue constructif pour réduire les inégalités en Nouvelle-Calédonie. Les anti-indépendantistes vont avoir du mal à convaincre le gouvernement d’annuler la possibilité de deux autres référendums d’autodétermination d’ici à 2020 et à 2022, comme l’impose l’Accord de Nouméa du 5 mai 1998 négocié par Lionel Jospin.

Après sa visite officielle au Vietnam, le Premier Ministre Édouard Philippe s’est rendu en Nouvelle-Calédonie ce lundi 5 novembre 2018 pour tirer les premières conclusions de ce référendum dont il avait fixé la date et la question à la suite du dernier Comité des Signataires de l’Accord de Nouméa après une longue nuit de négociation du 27 au 28 mars 2018.

_yartiNouvelleCaledonieB05

Édouard Philippe, accompagné de la Ministre des Outremers Annick Girardin, a rencontré, à Nouméa, les forces politiques, le Comité des Sages, la commission de contrôle des opérations de vote, les étudiants de l’Université de Nouvelle-Calédonie, et s’est déplacé à Koné pour rencontrer également Paul Néaoutyne, le président de la Province Nord, et Daniel Goa, le président de l’Union calédonienne (parti indépendantiste, composante du FLNKS).

Pour Édouard Philippe, ce référendum est un « véritable succès démocratique et populaire » et il a donné rendez-vous à toutes les forces politiques néo-calédoniennes à Paris en décembre 2018 pour se focaliser sur les sujets économiques et sociaux : « Il faudra que nous trouvions aussi le temps et la méthode pour échanger, État et forces politiques, sur ces enjeux de société. ».

_yartiNouvelleCaledonieB04

Si le "oui" a été si faible, c’est peut-être parce que le gouvernement a refusé de prendre position. Pour Emmanuel Macron et Édouard Philippe, l’enjeu était également international. L’ONU considère que la Nouvelle-Calédonie est un territoire colonisé et la stricte neutralité du gouvernement français ainsi que la sincérité du référendum sont des éléments visant à rejeter cette critique de colonisation.

Dans son allocution télévisée (dont on peut lire le texte intégral ici) qui a eu lieu ce 4 novembre 2018 à 13 heures, heure de Paris, et donc 23 heures, heure de Nouméa, Emmanuel Macron a cependant exprimé sa fierté du résultat : « Les électeurs ont pu choisir souverainement, en connaissance de cause, la relation entre la Nouvelle-Calédonie et la France. Ils se sont exprimés aujourd’hui, majoritairement pour que la Nouvelle-Calédonie reste française. Je dois d’abord dire l’immense fierté que nous ayons ensemble passé cette étape historique. Je veux aussi dire la fierté pour le chef de l’État que la majorité des Calédoniens ait choisi la France. C’est pour nous une marque de confiance dans la République française, dans son avenir et dans ses valeurs. Cette fierté, chacun peut la ressentir et la partager. ».

_yartiNouvelleCaledonieB03

S’adressant aux indépendantistes qui ont échoué : « Je veux dire que l’État est engagé au côté de la Nouvelle-Calédonie, pour garantir dans la durée, la dignité de toutes les composantes de la société autour des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité. Ces valeurs sont celles de la République française, comme elles sont celles de l’Océanie. Nous pouvons les partager au-delà de nos divergences dans l’humilité et dans le respect. ».

L’Exécutif va devoir faire preuve de beaucoup d’habileté pour rassurer les anti-indépendantistes sur les perspectives d’autres référendums d’autodétermination et les indépendantistes sur la notion d’une plus grande égalité sociale et économique. Le feu peut toujours se rallumer, ce qui explique l’extrême prudence du gouvernement pendant cette campagne référendaire.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (06 novembre 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Nouvelle-Calédonie : un timide oui pour la France.
Allocution télévisée du Président Emmanuel Macron le 4 novembre 2018 sur la Nouvelle-Calédonie.
Résultats du référendum du 4 novembre 2018 en Nouvelle-Calédonie.
Paris à l’écoute de la Nouvelle-Calédonie.
Discours du Président Emmanuel Macron le 5 mai 2018 à Nouméa.
Discours du Premier Ministre Édouard Philippe le 5 décembre 2017 à Nouméa.
L’assaut de la grotte d’Ouvéa selon Michel Rocard.
Jacques Lafleur.
Dick Ukeiwé.
Emmanuel Macron.
Édouard Philippe.
Lionel Jospin.
Michel Rocard.
Edgard Pisani.

_yartiNouvelleCaledonieA03
 


Moyenne des avis sur cet article :  1.17/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • aimable 6 novembre 13:59

    un tel score est excellent pour la négociation future , maintenant la balle est dans le camp des politiques pour atteindre les 90% et ils savent ce qu’il faut faire donc aucune excuses ne seront validées .


    • Zaza Zaza 6 novembre 15:18

      Vote à 90% racial. Le destin des sociétés multiethniques. Elle est loin la lutte des classes...


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 novembre 16:19

        @Zaza

        il y a comme une contradiction à regretter le racisme tout en appelant à des sociétés 100% homogènes smiley


      • Zaza Zaza 6 novembre 16:54

        @Olivier Perriet
        il y a comme une contradiction à regretter le racisme tout en appelant à des sociétés inhomogènes
         
        vous croyez que Soros est un philanthrope ? vous êtes niais et bobo à ce point ?


      • Sergio Sergio 6 novembre 20:47

        Tout ça c’est : Je t’aime, moi non plus, je vais et je viens et je me retiens ! Oh ouiiii, non, reste !

        En Martinique, je me suis un peu frité avec des militaires à l’ancienne caserne à Saint-Pierre, ils ont dit : « Ramener le caldoche », j’ai fait dans mon froc ! N’empêche que s’ils veulent rester français et c’est pas forcément une référence, sachons, bande de petits réac, leur dire merci. Sinon, qu’est ce qu’on dirait des Corses.

        Et puis, j’aime pas quand on fait chier Aita !


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 novembre 21:01

          @Sergio

          Salut. Dans le marais audomarois ça vit encore. Vu aujourd’hui des cannards emmerder les cannes...merde un peu de retenue, nous sommes en automne , même s’il fait 18 degrés ...tout se perd ...sniff


        • Cyrus CYLON CYRUS 6 novembre 21:06

          @Aita Pea Pea
          Apres le poulet aux hormone le canard aux hormones ...
          Vive l’ audomarois y a pas de galet ...


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 6 novembre 21:14

          @CYLON CYRUS

          Sous le galet , le solex !


        • Cyrus CYLON CYRUS 6 novembre 21:26

          @Aita Pea Pea

          Sous le galet ...écrasé le gringalet


        • Aéroclette Aéroclette 6 novembre 23:57

          France est dorénavant un mot vide. Les reliquats de l’empire français tout le monde s’en fout. ça coûte un pognon de dingue, Mayotte une porte d’entrée de plus à l’invasion, et des colonies on en a dorénavant en métropole, c’est suffisant  smiley


          • jesuisdesordonne jesuisdesordonne 7 novembre 00:55

            François Asselineau invité de RT France pour commenter la victoire des partisans du maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France au référendum d’autodétermination.



            • kirios 7 novembre 12:54

              @jesuisdesordonne

              Asselineau ?

              un nationaliste français qui lutte pour l’indépendance de son Pays et milite pour la colonisation des autres Pays !
              drôle d’éthique ......


            • placide21 7 novembre 08:29

              Nous finirons bien par nous débarrasser de ce trou à allocations et subventions (d’autres référendums son prévus).


              • kirios 7 novembre 12:49

                @placide21
                « Nous finirons bien par nous débarrasser de ce trou à allocations et subventions (d’autres référendums son prévus). »
                vous croyez vraiment que la France colonise la Kanakie , depuis tant d’années , par pure magnanimité ? vous le croyez vraiment ?
                la France (comme tous les états colonisateurs ) )a toujours tiré profit des Pays qu’elle a colonisé !


              • zygzornifle zygzornifle 7 novembre 10:09

                Oui a la CAF , au RSA , au chômage , a la CMU et autres aides payés par le con-tribuable continental .....


                • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 8 novembre 00:08

                  @zygzornifle
                  Oui a la CAF , au RSA , au chômage , a la CMU .

                  Perdu ! Il n’y a pas de RSA en NC. Le chômage, c’est 8 ou 10 mois max, après plus rien. Donc soit tu bosses, soit t’es un SDF. Ou soit tu restes en tribu faire la pêche et le champs.

                  J’en suis d’ailleurs très étonné que les Kanaks ne demandent pas plus d’aides sociales qui sont bien moins importantes qu’en métropole.

                  Pour faire court, la NC ressemble plus aux USA qu’à la France : économie locale ultra libérale, très peu d’aides sociales et beaucoup d’obèses dans des 4x4.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès