• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Phéromones

C’est le printemps… On a le nez en l’air. Quelque chose palpite. Les grues sont repassées en sens inverse. Il fait jour plus tard. La France a beaucoup de prétendants. C’est le printemps.

Marine : Elle a fait une fixette. Elle aime la France, c’est maladif. Elle la voit tout comme elle, blonde, le teint pâle, les yeux bleus. « On est pareilles toutes les deux, hein ? » Marine n’en doute pas. Marine, c’est une copine. Un truc de maternelle. La France ne sait même plus très bien pourquoi elle persiste à la revoir. Marine l’appelle tout le temps, elle insiste. Un peu masculine, étrangement exclusive, super possessive, limite sado-maso. Inquiétante dans ses colères subites, ses accès de violence. Trop névrosée Marine. Comme cette fois là, au restaurant, elles buvaient un verre. Elles ne s’étaient pas vues depuis des mois. Un mec se pointe. Ténébreux. Demande une clope pour lier connaissance. Pas mal du tout ce type d’ailleurs ... Marine se met à parler fort, à hurler presque : « Putain ! Tous les mêmes hein ! Polygames. Plutôt rester seule que mal accompagnée pas vrai ?… Regarde moi quand je te parle ! ». C’est décidé, la France ne la reverra pas tant qu’elle n’aura pas entamé une thérapie. C’est trop la honte. En public en plus…

Jean-Luc : Il lui dit tout. Il la regarde dans les yeux. C’est un romantique, un littéraire. Il lui écrit des lettres enflammées, sublimes, bouleversantes. Il n’a pas peur de se prendre un « râteau ». Il sait que la vie à deux c’est difficile et que la vie tout court réserve des épreuves, que tout ça c’est sans issue. Il ne croit pas en dieu. Il est pour l’union libre. Il n’aime pas les mariages. Trop bourgeois. Avec lui, La France rêve de partage, de fraternité et d’égalité, de nuit à la belle étoile, d’amour et d’eau fraîche. Pourtant, parfois elle a un peu peur de lui, surtout quand il s’emporte, quand il parle de tout foutre en l’air, et serre le poing un peu trop fort, les yeux dans le vide …

François B. : Elle le connaît depuis toujours. Ils ont fait leur première communion ensemble, et au lycée, ils étaient dans la même classe. Les parents se connaissent bien. François, c’est celui qui lui filait les cours trop souvent séchés, les exos de maths à rattraper, les dossiers d’inscription pour les bonnes écoles… Il est travailleur François, mais pas très drôle. Il est devenu dentiste. Grosse baraque à la campagne, un chien, des chevaux. Maintenant, ils se voient rarement. Une fois tous les 5 ans… pour un détartrage.

François H. : Il est poilant. Tellement sympa. Presque irrésistible. Avec lui rien n’est jamais grave. On fait la fête. Tout s’arrange. Ils se sont connus à la fac. Ils ont tout imaginé ensemble : la grande vie, le grand tralala, écrire des romans, faire des films, monter une boîte de pub. François a plein d’idées amusantes, de grands projets d’avenir, des trucs en route, en cours, du fric qui va bientôt tomber, des contrats bientôt signés, un plan sûr pour faire le tour du monde. Finalement, elle s’est retrouvée déjà deux fois à Tulle pour l’été. Pas grave. Y’a la piscine municipale. Et puis la Corrèze c’est déjà presque le Sud…

Nicolas : ça fait 5 ans. Elle a les clés de son appart à Neuilly. Des hauts, des bas, une histoire tumultueuse. Elle kiffe son côté « mec ». Ils se font des scènes incroyables. Elle aime bien ça. Il l’énerve. Mais c’est quand même un super coup. Il l’a trompé. Bêtement. Depuis, elle lui en fait baver : les portes claquent. Il a tout claqué justement… trop joueur. Un vrai panier percé Nico. En plus, la boîte a eu des problèmes… Elle a aimé les voitures de sport, les voyages, les cadeaux fous, le côté cramé. Puis, il y a eu la secrétaire, la masseuse, la voisine, et puis… Marine. Sa copine à problèmes ! Là Nicolas, ça va trop loin. Elle ne peut plus pardonner. Vendredi à Marseille, il lui a dit qu’il l’aime, qu’il a changé, qu’il a compris… tout ça sous la pluie, devant tout le monde, là au milieu de la rue. Elle croit qu’elle l’a même vu pleurer. Elle est remontée dans la voiture. Elle se donne jusqu’aux vacances de Pâques pour réfléchir… C’est le printemps…

Le Blog


Moyenne des avis sur cet article :  2/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • gordon71 gordon71 24 février 2012 11:20

    Bonjour

    bien torché votre article
    juste un détail, vous avez oublié un prétendant

    http://www.democratie-royale.org/categorie-11936928.html

    il faut dire qu’il est un peu timide

    et un peu "old style
    mais il ne manque pas de charme non ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires