• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Plan banlieues : une grande claque pour Borloo : face à un Président je (...)

Plan banlieues : une grande claque pour Borloo : face à un Président je sais tout, j’ai tout vu

Le Président Macron a revêtu les habits du grand timonier, "pour mettre à bas" la plupart des propositions judicieuses du Plan Banlieues, rapport dirigé par Borloo et soutenu par des élus de tous bords politiques. Pour une fois, les propositions contenues dans ce plan faisaient pratiquement l'unanimité d'une grande partie de l'échiquier politique, des maires de banlieues et des acteurs sociaux.

Mais voilà, le grand timonier a démantibulé au sens littéral du terme, ce document, n'hésitant pas, plein de morgue, à se moquer des propositions et des rédacteurs, allant jusqu'à proclamer que lui "il savait" ce qu'il fallait faire… INEDIT !

Comme d'habitude avec Macron, on fera appel au "mécénat" des grandes entreprises (quelles compensations auront-elles en retour ?).

En fait, l'ensemble de son "one man show" revient à entériner "la gentrification de la société française", à l'image de la technocratie qui a pris le pouvoir en mai 2017.

Gentrification : regroupement des habitants des classes moyennes et supérieures dans les mêmes quartiers, notamment dans les centres villes et fonctionnant dans l'entre soi. Les gentrificateurs se sentent peu liés "au collectif" et méfiants à l'égard des mouvements visant à transformer les rapports sociaux… Autrement dit, Macron "gèle" la situation pour causes d'économies, abandonnant d'une part les quartiers au repli communautaire et identitaire et d'autre part, aux maffias qui les ont mis en coupe réglées… (Marseille). Tout cela favorisant les discours d'extrême droite et de la droite extrême… Pour celui qui veut recomposer le paysage politique, on peut s'interroger sur le but final !

Nous sommes là au cœur de la question sociale et républicaine. Macron, ce jour-là, mardi 22 mai, a rompu le pacte social et le devoir de solidarité que nous devons à ces quartiers ! Pourtant le rapport Borloo employait des mots très forts "réconciliation nationale", "égalité républicaine", "millions d'âmes invisibles", à propos des quartiers d'habitats sociaux. De plus, Borloo "fléchait" le financement de ses mesures par l'argent, fruit des privatisations… a-t-il été dans le sacrilège ?

Le CNAFAL ne le pense pas. Et il convient de revisiter les constats officiels, les mesures phares et les plus innovantes, pour ne pas les enterrer et en faire un outil alternatif :

  • Financement et investissement : le plan précédent de rénovation urbaine a généré 48 Mds de travaux, financés à 3% par l'Etat, mais cela a rapporté 4 milliards de TVA à son budget, 6 milliards de cotisations aux autres comptes publics et généré 40 000 emplois pendant 10 ans !

  • 19 programmes pilotés par une ou deux personnalités reconnues dans leur domaine, afin de lutter contre les inerties administratives et politiques.

  • Développer le réseau des crèches et mini crèches en quartier prioritaire et y développer la formation professionnelle pour les parents et particulièrement les femmes seules.

  • Scolarisation en maternelle, réclamée par le CNAFAL, depuis des décennies.

  • Relancer les "programmes de réussite éducative" (PRE), qui ont fait leurs preuves, là où ils ont été correctement appliqués.

  • Former et recruter 5000 coachs d'insertion. C'est essentiel et le CNAFAL peut en témoigner. En 1982, après le rapport de la commission Dubedout, un programme de formation au développement social de jeunes issus de quartiers en difficulté et sans diplômes, avait été lancé : objectif, un Diplôme d'Etat à la Fonction d'Animateur (DEFA), au bout de 3 ans et les "réinjecter" dans les quartiers. Cette innovation intéressante a été abandonnée malheureusement en 1986, lorsque Jacques Chirac est devenu 1er Ministre… Reprendre l'idée de coach, n'a rien de saugrenu.

  • Tutorat, coaching et accompagnement à l'emploi, une mesure essentielle, face aux discriminations pour les publics issus de l'immigration et l'Association de la Fondation Etudiante pour la Ville (AFEV) a un savoir-faire sur ce sujet incontestable.

  • Mettre en place des quartiers d'excellence numérique et mobiliser massivement les clauses d'insertion des marchés publics qui sont trop souvent oubliées par les élus locaux.

  • La mesure phare et innovante des "propositions Borloo" c'est sans doute la création d'une nouvelle grande école réservée aux jeunes des quartiers défavorisés, sans diplôme préalable… La haute technocratie s'en est offusquée : cri du cœur égoïste d'une nomenclature.

Il existait auparavant dans "l'ancien monde", mais supprimé par un gouvernement de gauche, des filières privilégiées et rémunérées d'accès à l'éducation nationale, pour les éléments méritants et favoriser "l'école du peuple". Recrutement dès la seconde, pour les écoles normales d'instituteurs, recrutement avec les IPES des futurs professeurs… Ces filières permettaient une ascension sociale, mot oublié et enfoui par les socialistes libéraux !

  • Renforcer le rôle des associations, mouvements d'éducation populaire et la lutte contre les discriminations dans ces quartiers.

 

Au fond, c'est la popularisation de ces propositions qui doivent faire peur "au petit bras" de Macron.

 

Jean-Marie Bonnemayre, Jean-François Chalot,
Président du CNAFAL. Secrétaire général du CNAFAL.


Moyenne des avis sur cet article :  2.77/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 25 mai 20:07

     
     
    « VIVE LE BÉTON ! VIVE L’IMMIGRATION »
     
    Bobo Crassanel, écolo bétonneur qui a peur de son cancer pesticide (il veut polluer vieux)
     
     
     
    8,4 ENFANTS PAR « FEMME » RECORD MONDIAL DE SURPONTE
     
    MARADI, NIGER (7,6 en moyenne),


    • waymel bernard waymel bernard 25 mai 21:28

      Cessez de réciter des stupidités, plus on arrose d’argent les banlieues, plus les zones de non-droit s’étendent. Il faut cesser ce gaspillage, le contribuable honnête n’en peut plus.


      • zak5 zak5 26 mai 05:55
        putain ! profitez de ce libéralisme débridé, créez des banques avec votre frics et faites un plan banlieue. Faites des places dans vos appartement et vos baraques pour les migrants qui vivent dehors, au lieu de demander à l’état de les balancer dans les banlieues.

        Pourquoi voulez-vous a chaque fois associer tout le monde a votre obsession humanitaire ?


        • zygzornifle zygzornifle 26 mai 11:12

          Sacré Borloo , quand il était ministre des affaires sociale il a essayé de faire casser 2 fois le jugement comme quoi l’Alstom de Belfort était une entreprise a risque au niveau de la contamination par l’amiante voulant privé des milliers d’ouvriers de leur juste pension amiante .....


          Pas étonnant qu’il tète le Macron .....

          • zygzornifle zygzornifle 26 mai 11:15

            De toute façon des milliards ont étés investis dans ces 1100 cités de non droit , on a repeint les façades , planté des haies refait les passages piétons , les municipalités et les assoces se sont gavées au passage et le reste du pognon c’est la pègre qui se l’ai partagé .....


            • avec tout les milliards qui a été investit en zones sensibles , combien de zones rurales non désertées , de services public et d’ hôpitaux sauvés , et d’ infrastructures auraient pût être réalisées ?


              • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 26 mai 12:20

                Il semble qu’il y a des gens qui ne tirent aucune leçons du passé même si il est clair que les énormes sommes dépensées pour les « banlieues » n’ont pas résolu le problème.


                • Spartacus Spartacus 26 mai 16:50

                  Peux t-on laisser les gauchistes du CNAFAL financés par l’argent du contribuable faire de la politique ?


                  Croyez vous que l’argent destiné aux familles est bien utilisé quand on voit qu’ils préfèrent faire du prosélytisme politicien avec cet argent ?

                  La France utilise 16% de la dépense mondiale en redistribution. 
                  Voit on moins de misère ou voit on juste des associations dégueuler l’argent en politique gauchiste.


                  Les gauchistres en armée d’occupation des associations volent l’argent destiné aux pauvres....

                  Ces gauchistes sont abjectes !

                  Ils utilisent la misère pour utiliser l’argent de tous en tribune politique.




                  • foufouille foufouille 26 mai 17:24
                    « La mesure phare et innovante des »propositions Borloo« c’est sans doute la création d’une nouvelle grande école réservée aux jeunes des quartiers défavorisés, sans diplôme préalable… La haute technocratie s’en est offusquée : cri du cœur égoïste d’une nomenclature. »

                    trop fort ta connerie : des futurs haut fonctionnaires emplois fictifs, au mieux un refuge pour copains et autres indics oayés 1700€ par mois.
                    sinon, il a été pas ministre ton pourri ?


                    • zygzornifle zygzornifle 27 mai 17:39

                      pas borl’eau mais borvin ......

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès