• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Recomposition – Le populisme comme nouvelle force politique (3/4) (...)

Recomposition – Le populisme comme nouvelle force politique (3/4) (billet invité)

Billet invité de Marc Rameaux, qui a publié « Portrait de l’homme moderne  », suite de la 1ère partie et de la 2ème partie

 
Simplistes ? Démagogues ? Irresponsables ? : de qui parle-t-on ?
 
Je vais maintenant aborder les cinq derniers chapitres de « Recomposition » non en les examinant un par un, mais en développant un fil directeur qui paraît les relier. Il ne s’agit pas d’expédier rapidement cette partie : elle est au contraire essentielle. Si elle fait l’objet d’un traitement montrant la cohérence des ces chapitres entre eux, c’est parce qu’elle semble marquer une césure dans l’ouvrage, la phase observationnelle cédant le pas au diagnostic et au jugement.
 

Les thématiques des « premiers de cordée » et du mépris afférent, de la vague migratoire en Europe, des « démocraties illibérales » formulées par Victor Orban, du possible démantèlement de l’UE et enfin de la tentative de renouer le lien brisé entre le peuple et les élites me semblent avoir un point commun : celui d’un retour en boomerang du comportement des élites mondialisées, expliquant le phénomène populiste.

Une symbiose existe entre les deux camps, beaucoup plus profonde qu’il n’y paraît. L’un n’existe que par l’autre, et les reproches faits aux populismes se retrouvent des années auparavant et bien plus puissamment chez les mondialistes, qui se trouvent sans s’en rendre compte en train de condamner des défauts qu’ils portent en eux-mêmes bien plus fortement.
Alexandre Devecchio a parfaitement vu ces étranges effets de miroir.
 
Trump est-il l’inverse de Macron ou est-il son portrait de Dorian Gray, l’inconscient refoulé du soft power, qui n’assume pas ses propres démons intérieurs ? Ceci expliquerait la fascination réciproque qui semble établie entre les présidents Français et Américains.
 
Lors de l’étalage des frasques extra-conjugales de Donald Trump pendant sa campagne contre Hillary Clinton, au plus bas des sondages, le leader républicain finit par avouer : « Je ne suis pas un ange ». Rétrospectivement, cette sincérité le fait passer pour un collégien turbulent et un bad boy amateur, attirant presque la sympathie, face à des adversaires ayant fait dix fois pire mais se drapant dans un impeccable costume de respectabilité.
 
Le populisme apparaît non pas seulement comme une révolte contre les élites, mais également comme le retour à l’envoyeur mondialiste de ses propres pratiques.
Je formulerai à cette occasion une critique sur « Recomposition », qui n’obère en rien la grande qualité de son analyse.
 
Dans sa tentative finale de réconciliation, Alexandre Devecchio peut paraître encore trop gentil avec les « élites » ayant mené à l’effondrement de la démocratie qui nous menace, qu’ils dénoncent mais dont ils sont les principaux responsables.
 
C’est un simple bémol, car ceci Alexandre Devecchio l’a parfaitement vu et ne ménage nullement les mondialistes et européistes dans leur part écrasante de responsabilité.
 
Ma seule divergence vient du fait que je suis plus pessimiste : nous avons franchi un point de non-retour : les « élites » mondialisées sont irrécupérables dans leur aveuglement, leur arrogance et leur narcissisme. Elles ne pourront jamais admettre leurs torts : il leur faudrait pour cela des qualités dont elles ont montré la totale absence depuis des décennies.
 
L’intention d’Alexandre Devecchio est évidemment louable de tenter de recoller les morceaux et de sauver ce qui est sauvable : un chaos total ne laisse aucune garantie de récupérer nos libertés civiques à la sortie.
 
Mais je pense qu’il faut souligner que la montée des populismes a été précédée d’un autre phénomène d’égale ampleur : l’abaissement des « élites » décisionnaires à un niveau de médiocrité, de bassesse intellectuelle et morale rarement atteint dans l’histoire.
 
Si ce jugement paraît exagéré à certains, l’excellent blog de Maxime Tandonnet en tient une chronique d’une merveilleuse pertinence et impertinence[1].
 
Alexandre Devecchio est conscient de ce point et ne ménage pas ses attaques. Notamment dans le chapitre consacré aux similarités avec les années 1930 brandies par « l’élite », il leur renvoie le compliment : Si similarité il y a, elle est entre eux-mêmes et les dirigeants de la débandade de Munich 1936, face à une violence des nazislamistes factuellement beaucoup plus inquiétante que celle de quelques débordements populistes. Les européistes devraient prendre garde à ne pas abuser de la comparaison avec l’entre-deux guerres : l’on s’apercevra qu’elle est très pertinente mais pas dans le sens qu’ils souhaitent, le principal point de rapprochement étant leur veulerie munichoise, ainsi que des pratiques d’impunité totale contre une corruption croissante, comme l’actualité immédiate le démontre.
 
Il faudrait expliquer comment des stratégies vulgaires de jeu sur les apparences, de démagogie, de bassesses tactiques sont devenues le plus sûr chemin et presque le seul pour atteindre les niveaux les plus élevés de la décision politique. Le philosophe Alain Deneault en livre quelques clés dans son excellent ouvrage « La Médiocratie » [2]. Le populisme apparaît comme une réaction de survie contre des « élites » qui ne méritent plus leur titre.
Je pense donc que la sortie de crise proviendra d’un retour à une élite digne de ce nom aux commandes, non d’une main tendue à celle qui en usurpe tous les attributs et qui ne peut plus être réformée.
 
Cela ne retire rien à la finesse d’analyse de « Recomposition » sur les chapitres qui vont être commentés. Si j’en ai un peu remanié l’ordre de présentation, ces points sont analysés en profondeur par Alexandre Devecchio. Notre seule divergence porte sur le caractère définitif du départ de ceux qui doivent céder la place.
 
Ennemis mais miroir inverse l’un de l’autre, mondialistes et populistes luttent sur le jeu des apparences et sur leur rapport à l’exercice du pouvoir.
 
Passons à travers le miroir, et voyons comment Alexandre Devecchio nous révèle d’où proviennent les véritables dangers démagogiques. J’ai pris la liberté de rajouter quelques exemples illustratifs, qui complètent son propos.
 
 
Qui a tenu des discours simplistes ?
 
L’on reproche souvent aux populistes de tenir des discours simplificateurs pour s’adresser directement au peuple, de réduire des situations complexes à quelques mots d’ordre.
 
Mais dans le domaine de l’économie, territoire considéré comme une chasse gardée par les mondialistes, discipline nécessitant finesse et réflexion complexe, où se trouve le simplisme et où se trouve la profondeur ?
 
Lors d’opérations d’offshoring, il est tentant de bénéficier de coûts salariaux diminués de moitié voire plus, en délocalisant certaines activités dans des pays faiblement développés. De même, la directive Bolkestein a introduit la possibilité aux travailleurs détachés de travailler dans toute l’Europe, en conservant les coûts salariaux de leur pays d’origine.
 
La plupart des opérations d’offshoring ou d’usage des travailleurs détachés font l’objet de dossiers de décision complexes présentés par des consultants au costume et à la mine austère. En réalité, quel que soit l’apparat avec lequel on enrobe ces décisions, elles sont prises sur la base d’un raisonnement qui ne nécessite que quelques secondes de réflexion : une règle de trois sur les coûts salariaux. La première chose à savoir lorsque l’on fréquente les sphères décisionnelles de haut niveau, institutionnelles ou entrepreneuriales, est de ne pas se laisser bluffer par un décorum faisant croire qu’une réflexion élevée les guide. Ces milieux sont extrêmement entrainés à jouer la comédie de la complexité et la comédie du sérieux, bien plus que de faire preuve de ces qualités réelles.
 
Les décisions concernant l’offshoring ne dépassent généralement pas le premier stade d’une analyse véritablement profonde, à savoir connaître les qualifications exactes des personnes à qui l’on sous-traite, ce qu’il est possible de leur demander et ce qu’il faut toujours laisser en compétences internes à la maison-mère. Mais pour ceci, il faut dépasser une simple vue externe et rentrer dans le fonctionnement organique de l’entreprise, connaître les hommes, les métiers et le détail technique des moyens de production. Beaucoup de sphères décisionnelles, européistes, économiques ou gouvernementales, semblent ne surtout pas vouloir rentrer dans ces niveaux, tiennent à les contrôler à distance par des indicateurs chiffrés, comme si la réalité organique leur faisait peur.
 
Il est vrai que lorsque l’on analyse au-delà des ratios salariaux, l’on s’aperçoit que des professionnels d’élite existent effectivement en Inde, en Roumanie ou ailleurs, … mais qu’il n’y a pas de miracle, la compétence se paie. Particulièrement dans le domaine du numérique, les très bons ingénieurs indiens ou roumains sont parfaitement au courant des grilles salariales pratiquées dans nos pays, et ont tôt fait d’aligner leurs exigences sur celles-ci. D’autant que le coût de la vie dans les enclaves technologiques créées dans ces pays rejoint le nôtre : la Silicon Valley indienne de Bangalore offre tout le confort moderne de pays développés, ce qui a nécessairement un coût.
 
Les décisions d’offshoring ou de travailleurs détachés ne rentrent presque jamais dans ce niveau élémentaire. Au lecteur sceptique qui ne peut croire que les « élites » puissent faire preuve d’une telle superficialité, nous conseillons de lire ce qui est arrivé à la Royal Bank of Scotland en 2012 [3]. L’article pré-cité de Computer Weekly fait d’ailleurs état d’erreurs similaires dans tout le secteur bancaire, pas uniquement chez RBS. L’erreur est toujours la même : le niveau exécutif tient quelques réunions prestigieuses fort coûteuses, assorties de dossiers donnant l’apparence du sérieux et délayés sur quelques heures de présentation, pour n’expliquer finalement qu’une règle de trois. L’actualité économique récente fourmille d’exemples d’offshoring exécutés de façon superficielle, ayant tourné à la catastrophe. Si « l’élite » semble avoir très peur de rentrer dans une véritable analyse, c’est à la fois parce que celle-ci démentirait ce qu’ils ont envie d’entendre et également parce qu’elle révèlerait que la véritable compétence se trouve dans l’encadrement opérationnel situé en dessous d’eux.
 
Un second exemple de la frivolité des « élites » nous a été donné très récemment avec la crise des gilets jaunes. Un an avant l’éclatement des premières manifestations, une note de conjoncture de l’INSEE [4] avait alerté Bercy sur les conséquences désastreuses des nouvelles taxes, notamment sur le diesel.
 
Le ministère des finances a choisi délibérément d’ignorer cette alerte, sur la base d’un raisonnement faux : le relèvement des prix du diesel devait inciter les ménages à changer de moyen de transport ou à acheter des véhicules équipés d’autres moyens de propulsion. Bercy contesta ainsi le calcul de l’INSEE selon l’argument que le calcul d’imposition devait être fait sur une assiette beaucoup plus réduite, la partie de la population qui n’aurait pas opérée de substitution de ses moyens de transport.
 
Nul besoin d’une maîtrise d’économie pour relever les failles évidentes de ce raisonnement : les ménages en question n’ont nullement les moyens de renouveler leur voiture et habitent dans ces déserts français décrits par Christophe Guilluy, qui se voient dépossédés de la plupart des services élémentaires, dont les moyens de transport.
 
Le « raisonnement » de Bercy n’intègre aucune échelle de temps et « d’élasticité » pour reprendre un vocabulaire économique, calculant rigoureusement en combien de temps la population concernée pouvait raisonnablement renouveler son parc de véhicules.
 
A ce calcul sérieux, il semble que les décisionnaires du ministère des finances ont préféré de vagues généralités sur l’avenir de la planète, arguant que la disparition des énergies fossiles s’inscrivait dans le sens de l’histoire : posture valorisante, se gorgeant du prestige de la réflexion « stratégique » et parfaitement creuse et simpliste. Il va de soi qu’en économie, ce ne sont jamais les cibles finales qui posent question mais le moyen d’y arriver dans les phases intermédiaires.
 
Le contraste entre l’INSEE et Bercy est emblématique de la différence entre le vrai et le faux sérieux, entre la rigueur d’analyse et ceux qui s’en donnent toutes les apparences extérieures mais ne cultivent dans le fond que narcissisme et pensées gadget. Le haut fonctionnaire austère et vêtu de gris du ministère des finances ne doit pas faire illusion : il ne cache qu’une sorte d’être frivole n’ayant aucune compétence véritable. L’article pré-cité du Figaro résume parfaitement cette imposture dans une conclusion lapidaire et méritée :
L'exécutif français a fait preuve d'un manque stupéfiant de finesse politique et plus encore d'expertise technique. Mais y a-t-il des économistes dignes de ce nom dans les cabinets ministériels peuplés quasi exclusivement d'énarques calibrés comme des petits pois et n'ayant d'autre culture économique que le vernis acquis à Sciences Po ?
 
Troisième exemple montrant la confrontation entre une pseudo-élite et une élite véritable, la passe d’armes qui a eu lieu récemment entre la commission Européenne et Carlos Tavares, le patron de PSA, sur la promulgation forcée des véhicules électriques [5].
 
Sans rentrer dans les détails techniques du bilan écologique de la propulsion électrique, l’opposition entre un véritable capitaine d’industrie tel que Tavares et les armées de juristes et écologistes en gants blancs est révélatrice de notre époque. Les arguments écologiques du patron de PSA sont d’une précision et d’une pertinence sans comparaison possible avec ceux des instances européennes [6].
 
Là encore, c’est la construction du chemin intermédiaire et opérationnel qui pêche chez les tenants de la mondialisation heureuse. Il s’ensuit un véritable dialogue de sourds où commission et parlement européens ne parlent que de cibles à 10 ou 15 ans en se contentant de marteler leur importance sur fond de culpabilisation et où un véritable professionnel bâtit les scénarios pratiques permettant ou non d’atteindre ces objectifs. Le sérieux de l’analyse des professionnels de l’industrie tranche avec les quelques mots d’ordre de la commission, appuyés par des rapports ne contenant que du vent.
 
Les fréquentes passes d’armes entre instances européennes et capitaines d’industrie nous indiquent ce qui est en jeu : le clivage entre une vraie et une fausse élite, la préemption des leviers des décisions par des imposteurs et usurpateurs, théâtralisant à merveille le sérieux et la responsabilité, n’ayant aucune de ces qualités dès qu’une personne connaissant authentiquement son sujet leur porte la contradiction.
 
Le simplisme est également de mise concernant le sujet très politique de l’immigration. Résumé à un affrontement entre gentils ouverts et méchants fermés, toute réflexion de fond sur les conditions d’intégration est interdite. De même, la réalité de territoires dans lesquels le droit français ne s’applique plus, la police n’ose pénétrer et les enfants juifs et chrétiens désertent les écoles ou sont brimés s’ils y restent, est purement et simplement niée.
 
Même la future présidente de la commission européenne, Ursula von der Leyen, doit faire face en ce moment à une levée de boucliers en suggérant de renommer la commission en charge de la migration, « protection de notre mode de vie européen ». Pour une fois que la commission de l’UE faisait un effort de réalisme, il est ahurissant de voir avec quelle vitesse une véritable police de la pensée s’est ruée contre sa future présidente, jusqu’à l’ancien président Jean-Claude Juncker, se disant préoccupé du lien fait entre immigration et menace sur le mode de vie occidental.
 
L’immigration pose la difficile question de la tension entre identité et ouverture. Cette problématique ne se résout pas en coupant brutalement l’un des deux termes pour dire que l’un est le bien l’autre le mal : il est aussi stupide de défendre l’ouverture dans l’absolu que l’identité dans l’absolu. Si ce sujet est aussi sensible, c’est qu’il touche à la réalité des rapports humains : l’ouverture aux autres ne se fait jamais sans conflits et résolutions de ceux-ci, qui passent par le marquage de part et d’autre des limites du respect. L’ouverture aux autres n’est pas une qualité béate consistant à être indéfiniment accommodant.
 
Beaucoup de politiques, par un mélange de lâcheté et d’opportunisme, tolèrent sans limite des comportements de prédation de la part des communautés islamistes, et ce depuis au moins quarante ans. Nul mystère à ce qu’un engrenage mortel se soit déclenché dans nos sociétés, entraînant dans son sillage les musulmans également : face aux extrémistes, ils doivent se soumettre ou se démettre, ce qui signifie dans le dernier cas une vie de persécutions que très peu de personnes auront le courage d’affronter. L’absence totale de soutien du gouvernement français auprès de musulmans modérés pour les aider à ce que ce ne soient pas les franges Fréristes qui l’emportent sonne comme une trahison, faisant grossir encore un peu plus les mauvais rangs.
 
Aborder de telles questions vaut une stigmatisation médiatique immédiate à l’extrême droite, voire même par le simple fait de soulever la question. Le simplisme avec lequel les succès électoraux du Rassemblement National sont traités est atterrant. Si ce parti représentait moins de 5% de l’électorat, il pourrait être encore possible de les assimiler à ses franges dures d’origine. Mais à partir de scores au-dessus de 20%, faisant de lui le parti en tête lors de la plupart des élections, il faut admettre que la grande majorité de ses électeurs est maintenant constituée de républicains sincères demandant seulement que leur quartier ne soit pas régi par la charia ou par la loi des caïds. Si l’on suit le « raisonnement » de la social-démocratie mondialiste, il faudrait penser que d’honnêtes républicains se sont soudainement transformés en monstres pustuleux à l’instant où ils glissaient un bulletin RN dans l’urne. Cet infantilisme atteint des niveaux insupportables et dangereux à tous points de vue, le déni de parole engendrant l’apparition cette fois de véritables extrémismes beaucoup plus virulents.
 

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 26 octobre 10:11

    Peuple, nation... deux magnifiques concepts corrompus par des suffixes... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès


Derniers commentaires