• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Politique > Sorcières, juifs, communistes, covidés. A propos des épidémies de déraison (...)

Sorcières, juifs, communistes, covidés. A propos des épidémies de déraison dans l’Histoire

JPEG

 Ce texte est prévu pour être inclus dans mon essai intitulé, Covid-19 Mystery Strain. J’avais publié la pandémie de la peur en 2009 avec le H1N1, jamais ne n’aurais imaginé devoir parler d’une pandémie de déraison (de folie ?) en 2020. Cette analyse rejoint partiellement les interprétations de Foucault sur la biopolitique. Elle tente d’élargir le cadre en exposant en filigrane quelques ressorts conjoncturels et psychologiques de ces événements. Je n’ai pas le temps d’expliciter tout cela. Je fais aussi de l’épidémiologie et de la virologie et Dieu sait s'il y a des choses à connaître

 

 Sorcières, juifs, communistes, covidés

 1) Le jeu est risqué mais il vaut la chandelle car il pourrait bien nous éclairer. Je propose de mettre en perspective quatre périodes traversées par des crises de régime atteignant les appareils d’Etat, les hommes qui en ont la charge et par ricochet les populations. Toute l’Histoire moderne se résume à des régimes en équilibre relatif, paix, stabilité ou alors en crise et souvent en tension face à d’autres régimes, ou alors traversés par des factions internes. Les deux étant souvent associés. En plus des oppositions géopolitiques ou de politique interne à l’appareil (gouvernement et opposition), les hommes de main du régime mènent parfois des opérations contre une partie de la société. Déterminer les causes est difficile, mais l’on peut parler d’une coïncidence systémique. Cette coïncidence n’a rien de contingent. Elle se produit parce que l’appareil et les hommes de main du régime sont en étroite interdépendance avec les populations. La France de 2020 a révélé une "sorte de relation sadomasochiste" entre l’appareil d’Etat et une partie du peuple. En revanche, la France de 1970 a révélé une sorte d’élan collectif vers un monde meilleur, partagé par l’appareil d’Etat et le peuple. Sur le rapport sadomasochiste entre l’Etat et le peuple, je verrais aussi une sorte de nihilisme, qui fonctionne de concert avec un certain sadomasochisme de type sociétal. 

 L’appareil du régime dépend du travail, de l’économie, des agriculteurs, de la paix civile, et plus récemment, de la santé publique, bref, de toute une vitalité sociale et culturelle sur laquelle il exerce son autorité pour garantir le « bon fonctionnement » de l’ensemble. Si en philosophie politique classique la question est celle du meilleur régime, en philosophie moderne, une question est devenue centrale, c’est celle du meilleur Etat. Pour Voltaire, le régime monarchique absolu est le plus adapté pour veiller au fonctionnement optimal de l’Etat et faire en sorte que les citoyens respectent les lois. Le droit indique comment les sujets agissent en étant dans les règles du droit ou en dehors des règles. Le code de l’Etat de droit, c’est permis/interdit. Ce droit pouvant être laïque ou religieux. En Islam politique, il existe un code licite/illicite.

 

 2) La chasse aux sorcières. A l’époque moderne, les régimes se sont appliqués à contrôler le corps social. Cette évolution constitue l’un des composants essentiels de la Modernité. Elle s’est faite avec les progrès de la science. Le marteau des sorcières est un manuel scientifique conçu avec les savoirs de l’époque, c’est un traité de démonologie. Un code en résulte, possédé ou non par le diable (Plus tard, une perversion de l’évolutionnisme conduira le régime nazi à scinder l’humanité en deux, juifs et non juifs. Le maccarthysme traquera l’ennemi intérieur, le communiste). La Modernité est liée aux « sciences de l’homme » conçues comme un savoir-faire dont le but est d’organiser le champ social et politique. Machiavel fut le premier à théoriser ce tournant décisif. Un demi-siècle après la parution du Prince, les guerres dites de religion émergèrent en France avec la Saint-Barthélemy. Selon le philosophe Thierry Ménissier, le machiavélisme influent à la cour de France a pu expliquer la décision d’éliminer les chefs protestants. Tout en soulignant que le massacre n'a pas été planifié, il estime qu'il « constitue le premier massacre de cette ampleur qui se trouve lié avec une politique d'État », et préfigure « de loin les génocides totalitaires ». Cette opinion se discute. En revanche, la chasse aux sorcières représente bien la une préfiguration de l’ingénierie sociale et le contrôle par le régime d’une catégorie de populations jugées comme posant un problème dans la société, comme si une catégorie de gens devait être considérés comme nocifs, malades, contaminés, nuisibles au bon fonctionnement de la société tel que le régime le souhaite.

 Remarquons un détail, la durée de la chasse aux sorcières, entre 1480 et 1680 en France et plus tardivement dans d’autres pays européens. Ce qui indique que la France avait un antidote pour achever cette pandémie de peur évoquée du reste dans mon livre sur H1N1 paru en 2009. Cet antidote, c’est la raison et la philosophie, avec Malebranche en première ligne. Si une pandémie virale disparaît avec le virus, une pandémie de peur ne disparaîtra pas avec le virus et risque de se prolonger durablement. C’est ce qui nous pend au nez

 

 3) Les juifs et la solution finale. Bien avant la solution finale, il s’est passé des événements en Allemagne depuis la fin de la guerre et l’avènement de la République de Weimar. Entre juin 1921 et janvier 1924, c’est la panique, l’hyperinflation qui devient virale. En novembre 1923, un certain Adolf Hitler organisme le putsch de la brasserie, finit en taule et pour occuper ses journées, rédige un livre qui s’écoulera par millions d’exemplaires. Ces événements auraient dû se calmer sauf que la crise économique de 1929, en deux temps, finit par mettre 6 millions d’Allemands au chômage et ce fut la panique, le climat insurrectionnel et une folie qui s’empara de factions politiques. Un régime devenu encore plus fou occupera le pays et la suite est connue. Le nazisme, c’est un modèle d’ingénierie sociale contemporaine, organisation des naissances, contrôle total des existences, économie de guerre, camps de travail et pour finir, camp de la mort. 6 millions de juifs massacrés, plus d’autres populations sans oublier les terrifiantes expériences du docteur Mengele. Cette folie s’est installée à la faveur des deux vagues, celle de l’inflation puis du chômage, avec un « certain » climat de peur installé la décennie précédant l’avènement du régime fou. La solution finale eut comme but de justifier l’existence d’un régime devenu fou, incapable de stopper le processus engagé. Comme si des décisions étaient irréversibles, conduisant au suicide d’un pays.

 

 4) L’Amérique maccarthyste représente un moment de folie ayant émergé dans un régime démocratique que l’on croyait solide. Cette folie est arrivée elle aussi avec un sentiment de crainte et d’inquiétude consécutif au premier conflit satellite lié à la guerre froide. En 1950, Russes, Coréens, Américains s’affrontent et la Chine entre en scène. La Corée est scindée en deux. L’Amérique s’inquiète de prétendus communistes devenus des sortes d’éléments contaminants, des individus pouvant propager de manière virale une idéologie capable de menacer le régime, voire l’anéantir. Des millions d’Américains ont été surveillés alors qu’une véritable paranoïa s’est emparée de l’opinion publique. La contamination du pays par le communisme engendra une panique du régime. La chasse aux rouges fut lancée et nombre d’intellectuels rompus à l’anti-stalinisme se rallièrent au régime. Sauf quelques-uns, le dramaturge Arthur Miller et sa pièce sur les sorcières de Salem.

 

 5) Le Covid-19 aurait-il rendu fou le régime et l’opinion publique ? Visiblement le pays a perdu la raison. Autant on peut comprendre l’affolement et les mesures précipitées pendant la première vague, autant on ne peut ni comprendre ni accepter la prolongation ad aeternam de l’état d’exception et les mesures de confinement prise depuis début novembre. Bien évidemment, il n’est pas question de comparer la situation actuelle avec celle de 1933. On retrouve tout simplement des ressorts faits de peur, renforcée avec un arsenal colossal d’intervenants médiatiques appuyant les mesures liberticides du régime. Le climat intellectuel était en place pour faire un très bon terreau sur lequel le régime fait pousser ses contraintes sanitaires, climat, technologies, terrorisme, collapsologie. La peur de la maladie est devenue une peur maladive. Mais aussi la peur du virus devenue une peur virale. Les tests servent à détecter le démon viral caché, à l’instar du marteau des sorcières. Une ingénierie sociale se dessine pour le bien de tous, organisation des dépistages, contrôle des populations, attestations pour se déplacer, même sous Pétain il n’y a pas eu de telle mesures liberticides. Peut-être vont-ils enfermer les contaminés, bientôt les non vaccinés se verront interdire l’accès aux lieux public comme l’a suggéré Christophe Barbier. Faudra-t-il avoir son certificat de vaccination pour circuler ? Les non-vaccinés privés de remboursement de soins ? Une mutation idéologique dangereuse se dessine. Les Français dorment, comme en 1940.

 Les anti-masques et les rassuristes sont considérés comme les ennemis du régime, les nouveaux communistes. La plupart des intellectuels se sont ralliés à la doctrine du régime. Début novembre, Alain Finkielkraut défendait le confinement sur le plateau de C à vous, défendant Arditi et tous les autres, à l’image de tous ces intellectuels américains ayant défendu le maccarthysme. L'antisémitisme a commencé avec des textes et des discours, puis des mesures de contrainte furent déployée et après… On ne peut pas comparer ces épisodes, néanmoins le contaminé tend à devenir un élément pathogène de la société, un assassin en puissance accusé de propager la mort, de nuire à la société. Dans valeur actuelles on peut lire ceci :

 « Malgré le flou entourant les réalités de cette épidémie, les pouvoirs publics ont pourtant une certitude gravissime : il faut enfermer les Français. Jamais, même sous l'Occupation, ils n'ont vécu une telle restriction de leurs libertés fondamentales. Liberté d'aller et venir, d'entreprendre, de manifester, de culte, de se réunir en famille, même celle de prendre l'air. Tout est à nouveau proscrit, sinon soumis à attestation. Au pays des droits de l'homme, les Français doivent désormais s'habituer à s'asseoir sur ces principes pourtant gravés dans notre Constitution et assurés par toute démocratie. Emmanuel Macron lui-même nous avait prévenus dans son interview du 14 octobre : « On s'était progressivement habitué à être une société d'individus libres. Nous sommes une nation de citoyens solidaires (…) C'est dans le poste de commandement Jupiter, bunker antiatomique enterré à plusieurs mètres sous l'Élysée, qu'Emmanuel Macron a arbitré en faveur de ce tour de vis supplémentaire sur nos libertés. Il a pris l'habitude, ces derniers temps, d'y réunir plusieurs fois par semaine le Conseil de défense. Un cénacle restreint et ultra-confidentiel qui relègue désormais le Conseil des ministres au statut de simple chambre d'enregistrement des mesures qui y sont prises à l'issue de discussions placées sous le sceau du secret défense. « Macron dirige le pays avec des institutions parallèles, des unités d'expertise comme le Conseil scientifique, dont il demeure le membre invariant et qui n'ont aucun fondement institutionnel ! », s'insurge le député LR du Vaucluse Julien Aubert. « Des décisions gravissimes pour les Français sont prises en pleine crise par un seul homme sans consultation préalable des partis d'opposition comme des parlementaires. C'est assez dramatique sur le plan démocratique », s'inquiète de son côté Charles Consigny, avocat pénaliste et ancien chroniqueur de Laurent Ruquier. « J'ai décidé », a lui-même reconnu Macron dans son allocution du 28 octobre dans laquelle il annonçait le reconfinement »

 

 6) En conclusion, nous voyons des similarités (à interpréter avec prudence) entre les trois séquences historiques marquées par des crises, une réponse de type ingénierie sociale, et la courte séquence du Covid-19 qui risque de s’intensifier prochainement. La France a été touchée par les attentats de 2015, puis les gilets jaunes en 2018. Ces événements ont suscité un fond de crise expliquant la réponse sanitaire la plus drastique parmi les pays occidentaux. Comme pour les sorcières, le régime traque les contaminés mais c’est pour le bien de tous. Les contaminés sont parfois stigmatisés, occupant une place symétrique à celle des juifs, mais avec des réponses sans communes mesures. Bien que dans certains pays, on ne rigole pas avec la quarantaine, procédure classique en cas d’épidémie, pratiquée depuis le Moyen-Age mais à une échelle locale. Le contaminé est censé se déplacer sur le territoire national et ailleurs. Les rassuristes, les opposants aux mesures sanitaires, occupent la place des communistes sous le maccarthysme. Ils ne sont pas surveillés, juste secoués par les éditorialistes du régime et pratiquement interdits d’antenne sauf exception. Sommes-nous dans une sorte de "solution finale", de gestion "zoopolitique" du parc humain ? C'est plausible et nous n'avons guère d’espoir au vu du degré de soumission des Français. L’Histoire se fait avec des hommes, quand les hommes ont la vertu, le courage, la force, c’est la gloire, quand ils sont soumis, c’est la débâcle. Rome a décliné à partir du IIIe siècle jusqu’au Ve. A notre ère moderne, la débâcle se dessine en quelques décennies.

 

 Cordialement https://www.youtube.com/channel/UCyL4ILvnC-NIZmZrqpm8rHg


Moyenne des avis sur cet article :  2.77/5   (30 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 18 novembre 10:32

    Ce qui est rassurant, c’est que toutes ces périodes de paranoîas totalitaires ont fini par tomber en léthargie et ne plus se manifester pendant des trèves plus ou moins longues.

    Ce qui est inquiétant, c’est que la bête ne meurt jamais et sort régulièrement de son hibernation.

    L’histoire ne repasse peut-être pas les plats, surtout quand il s’agit d’occasions manquées, mais elle a une fâcheuse tendance à réserver les banquets toujours à la même racaille de l’establishment, quel que soit le nom qu’on lui donne selon la période concernée et à ne laisser que les miettes à « ceux qui ne sont rien ».


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 novembre 11:04

      @Séraphin Lampion
      La trève démocratique en Europe depuis 1945 est achevée, la fête est fini, Elvis swingue avec Prince, Jim, Jimi et Janis, ils doivent bien s’amuser et être ravis de ne pas vivre en 2020. Nous sommes en fin de régime, comme la troisième république en 1940, la quatrième en 1957, la deuxième en 1850, et l’Ancien Régime en 1788. à chaque époque, des hommes se sont levés pour faire l’Histoire. Ne laissons pas le régime en place défaire notre Histoire, nous dire qu’il faut laisser tomber la liberté provisoirement parce que la protection collective de la santé prime, non, ce n’est pas cela la démocratique. Le but de la démocratie moderne, c’est la LIBERTE


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 novembre 12:24

      @Séraphin Lampion
      https://www.youtube.com/watch?v=66BrrEDc5XU&feature=share

      Le 2 octobre, une conférence intitulée “Maintien de l’ordre : du terrain au politique” était organisée à l’initiative de X-Alternative, une association de polytechniciens formée à la suite des gilets jaunes. Elle a pu avoir lieu grâce à un partenariat avec le Dissident Bar, lieu d’expression des dissidents de tous pays, et avec Le Média TV, qui l’a filmée. Et la restitue ici. Deux intervenants étaient à l’honneur : Laurent Bigot, ancien sous-préfet et Bertrand Cavallier, général de gendarmerie ayant quitté le service actif, ancien commandant du Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie de Saint-Astier.

      La conférence s’est ouverte sur une citation : « Je pardonne à celui qui a tiré, que celui-ci l’ait fait accidentellement ou intentionnellement, mais je ne peux pas pardonner à ceux qui ont donné les ordres ». Une phrase prononcée par un mutilé dans le film « Un pays qui se tient sage », de David Dufresne. Elle montre un homme qui a toutes les raisons d’en vouloir aux policiers, et qui au final n’en veut qu’à la hiérarchie.

      Comment se mettent en place les ordres, justement ? En polarisant le débat, sous l’influence du pouvoir, sur la question des bavures, on prend le risque de commettre une erreur : exempter les politiques pour ne charger que les fonctionnaires sur le terrain.

      Ce serait une double faute. On laisserait filer les coupables, et ces coupables ont des noms : Castaner, Nunez, Lallement, et au-delà Valls ou Sarkozy. Par ailleurs on continuerait d’enfermer la police dans un syndrome obsidional.

      Ceci n’aurait pour effet que de contribuer à la cantonner à un rôle de force au service d’institutions délégitimées. On céderait ainsi à la thèse des « deux camps » du préfet Lallement. En posant la question de la hiérarchie politique et des relations de commandement, on questionne au contraire un système.

      Ceci n’exonère pas les policiers de toute responsabilité individuelle mais désigne un responsable “structurel” : celui qui laisse pourrir les commissariats tout en envoyant castagner du manifestant. Manifestant qui, d’ailleurs, manifestent à cause de la politique de ce même responsable.

      Nos invités étaient donc appelés à nous expliquer ces rapports de force entre commandement, syndicats, ministères, préfecture, qu’on ne voit pas souvent et qui se gardent bien de se montrer au grand jour.


    • velosolex velosolex 20 novembre 12:17

      @Bernard Dugué
      Votre article est totalement à la ramasse.
      Un article de propagande, comme il en existe cent ici, faisant écho l’un à l’autre, entretenant une illusion de vie
      . Vous mélangez comme d’hab des choses qui n’ont rien à voir, pour égarer les âmes perdues. J’allais dire les ânes. C’est vrai que le foin les nourrie. 
      On se rappellera que vous criez « à la grippette », avant de vous raviser. Et voilà que dans cette suite de revirements, et d’analyses au « pif », vous repartiez sur le thème de la grande manipulation.
      Aux states, le nombre de contaminés bat tous les records, pour avoir suivi les conseils de cet imbécile parano de Trump.
      On peut décréter qu’un mur n’existe pas jusqu’au jour où l’on se cogne dedans. Mais il semble que pour certains, ça ne suffit même pas !
      « 
      Fake, fake fake ! » Braillent t’ils tous ensemble, comme une conjuration, face aux chiffres, comme les croyant disaient « le blasphème le blasphème ! »
      Fake est le mot de la forclusion magique du réel pour les laïques, à s’en faire une religion
      Brassens qui disait que « la pesanteur est dure mais c’est la loi » en tomberait à la renverse. 


    • pierrot pierrot 18 novembre 10:47

      L’obscurantisme, le complotisme, la haine des étrangers, des homosexuels, des femmes, des Juifs, des Francs Maçons, des Musulmans rennaissent actuellement.

      Il faut lutter méthodiquement, rationnellement contre toutes ses dérives sectaires attisées par l’extrême droite.


      • berry 18 novembre 12:32

        @pierrot
        Vous faites partie de quelle catégorie ?


      • Durand Durand 18 novembre 12:42

        @pierrot

        Ce n’est pas l’extrême droite qui a ratifié les traités européens qui organisent l’immigration et qui dépossèdent l’Etat français du contrôle de sa politique migratoire..., ce sont les socialistes citadins, les Verts citadins, les Républicains (qui ont tous trahis le gaullisme même s’ils osent encore s’en réclamer), etc,... et donc l’ensemble de la classe politique mondialiste.


      • pierrot pierrot 18 novembre 14:11

        @Durand
        certes non mais j’observe que l’extrême droite a et a toujours eu un discours et des actes contre les étrangers depuis plusieurs décennies.


      • pierrot pierrot 18 novembre 14:14

        @berry
        Je ne qualifie comme une personne rationnel et raisonnable.


      • Bendidon Bendidon 18 novembre 15:43

        @pierrot Bref, comme un MOUTON bien obéissant béééééééé smiley


      • Durand Durand 18 novembre 16:21

        @pierrot

        Oh, vous savez, à l’époque de Georges Marchais, c’étaient les communistes qui tenaient un discours contre l’immigration et il ne venait à l’idée de personne de les accuser de racisme... Ils défendaient l’emploi, les salaires et les services sociaux des Français... Aujourd’hui, l’ensemble de la gauche française est sociétaliste et mondialiste et ne défend plus ni le monde ouvrier, ni les paysans et c’est l’extrême droite qui s’y colle, avec dans ses rangs, les 3 ou 4% des fascistoïdes intrinsèques à tous les peuples de la Terre...

        Aux USA, ils sont derrière Trump et on retrouve,en face, cette même gauche sociétalo-mondialiste pro-immigration..

        Si MLP avait gagné en 2017, avec Trump déjà en place à la Maison Blanche, les mondialistes auraient reculé,...et pour longtemps,... et le chômage et la pauvreté également.

        ..


      • Copain 18 novembre 22:42

        @pierrot
        Pour le sioniste : il doit choisir : la Valise ou le Carton recyclable dirigé vers la mecque. Parole de chrétien. Au faite , tu as oublié de citer le chrétien . Tarlouse


      • Copain 18 novembre 22:45

        @pierrot
        Le chrétien tu le mets dans quelle catégorie ? a exterminer ? p’tain si je te croise toi 


      • Traroth Traroth 19 novembre 10:36

        @Copain
        Les chrétiens ne sont pas persécutés en France. Prétendre le contraire, c’est mentir.

        Vous pouvez y aller sur les menaces physiques, vous ne me faites pas peur. Le dernier qui m’a dit « Toi si je te croise... » et qui m’a croisé, il a été dans le plâtre un certain temps, après.


      • Spirit 20 novembre 18:44

        @Copain
        Ce n’est pas très chrétien comme attitude, aimes ton prochain, tend l’autre joue...
        Soit tu est vraiment chrétien et dans ce cas je t’invite à modérer tes propos pour ne pas donner une mauvaise image de ta religion car en plus tu t’en revendiques, soit tu es un trolls et à ce moment j’ai perdu mon temps.


      • pierrot pierrot 21 novembre 22:11

        @Copain
        Encore un extrémiste chrétien.


      • astus astus 18 novembre 12:40

        Bonjour Bernard,

        La période actuelle est effectivement tristement liberticide car il existe une attente forte pour un « droit à la santé », qui n’est en réalité qu’un accès aux soins, ce qui montre bien son substrat imaginaire (car pourquoi pas aussi un « droit à la beauté » ?). Or la place du corps a radicalement changé dans nos sociétés avec les images terribles de la guerre de 14 puis avec le nazisme qui a célébré un culte des corps parfaits censés s’opposer à celui des races inférieures. Or les guerres, l’eugénisme, l’hygiénisme et les progrès de la médecine ont progressivement modifié notre perception du corps pour ancrer dans tous les esprits un refus collectif de la mort, et l’attente d’un État devenu une sorte d’infirmière universelle.

        D’autant que simultanément s’est produit une dématérialisation de ce corps vantée par le transhumanisme. Celui-ci deviendrait non seulement augmenté mais aussi immortel. Pire encore ce corps devait finalement disparaître complètement pour devenir virtuel et toutes les communications sensibles, sans lesquelles les humains n’existent pas, seraient remplacées par des informations sur les réseaux dyssociaux. Cachés derrières des écrans, ils sont faits pour cela, les ordinateurs ordonnent, ils sont aussi faits pour ça, les corps disparaissent pour devenir des abstracts lointains. « Il ne faut pas toucher », c’est ce que l’État dit à présent aux enfants fragiles que nous devenons, et qui n’attendent que cela, mais c’est pour notre sécurité, disent-ils…

         


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 novembre 13:54

          @astus
          Bonjour Chistian, tu soulignes des tendances présentes dans les sociétés. Nous vivons une régression philosophique, un peu à la manière de la révolution conservatrice des années Weimar en Allemagne. Les régressifs : Worms, Pelluchon, Cayron, Servigne, Fleury et au risque de choquer, Bruno Latour.
          Sur ce fond se greffe un régime de plus en plus autoritaires, qui remonte à une dizaine d’années, avec comme cercle de pensée les Gracques. La référence romaine, Jupiter qui commande dans le poste de commandement Jupiter à l’Elysée. Rome, qui a massacré les juifs à Massada, et ensuite les chrétiens


        • Yann Esteveny 18 novembre 12:56

          Message à tous,

          Article de propagande qui vise à ce que chacun n’assume pas ses responsabilités :
          - le Régime qui applique le programme du « Great Reset »,
          - les citoyens qui confortent ce Régime.
          La folie est le système de défense préféré des criminels.

          Bonne chance à tous.

          Respectueusement


          • math math 18 novembre 13:14

            La baisse avec le temps de l’intellect chez l’humain est hélas une réalité que nous voyons resurgir en temps de crise..les cerveaux se vident a vitesse grand-V..d’ou manipulation des masses avec de bonnes propagandes, des mensonges et des fakes news...Nous retrouvons dans les crânes des éponges...


            • Patrick Samba Patrick Samba 18 novembre 13:30

              Intéressant.

              De nombreux parallèles à exploiter.

              Mais dommage qu’il y ait des grosses tâches sur le tapuscrit :

              "Le code de l’Etat de droit, c’est permis/interdit. Ce droit pouvant être laïque ou religieux. En Islam politique, il existe un code licite/illicite«  : qu’est-ce que ça vient faire là ? Et surtout cette distinction permis/licite... ça ne serait pas de la sodomisation de diptères ?

              Et puis, et puis, on n’y voit même pas apparaitre les mots »délire« , »délire collectif« , »bouffée délirante collective", ça manque un peu quand même...


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 novembre 13:49

                @Patrick Samba licite, traduction, halal
                Les mots que vous utilisez sont trop forts. Je m’efforce depuis un moment de modérer la virulence sémantique de mes textes. Il m’arrive de les corriger vers 5 heure du mat, je me réveille et je me souviens du texte, je cours allumer l’ordi et gomme les excès sémantiques pouvant desservir le propos


              • Patrick Samba Patrick Samba 18 novembre 14:28

                @Bernard Dugué
                euh... les mots forts, c’est « enculage de mouche »....


              • il faudrait 18 novembre 14:03

                covidés ou bovidés ? Qui disait « les français sont des veaux » ?


                • Durand Durand 18 novembre 17:14

                  @ Bernard Dugué

                  Un bel exercice, cet article !... Quand on touche les fondamentaux – à l’histoire – ce n’est pas si simple de rester neutre...

                  ..

                  « Selon le philosophe Thierry Ménissier, le machiavélisme influent à la cour de France a pu expliquer la décision d’éliminer les chefs protestants. Tout en soulignant que le massacre n’a pas été planifié, il estime qu’il « constitue le premier massacre de cette ampleur qui se trouve lié avec une politique d’État », et préfigure « de loin les génocides totalitaires ». »

                  ..

                  Si le machiavélisme a inspiré la Cour de France pour agir contre les Protestants, qui donc influait sur la Cour Britannique pour qu’elle finance un complot protestant – en France – contre l’Etat Français ?

                  ..


                  • The Old Snoop The Old Snoop 18 novembre 18:23

                    En gros vous nous expliquez que les communistes ont été victimes du totalitarisme smiley

                    Allez expliquer ça aux polonais, aux hongrois aux tchèques et aux allemandes de l’est !


                    • Durand Durand 18 novembre 20:14

                      @The Old Snoop

                      Marchais représente la dernière vraie gauche française et je m’en tiens là.


                    • Copain 18 novembre 22:59

                      @The Old Snoop

                      Les juifs bolcheviques, possédaient le contrôle quasi total de la Russie. Pendant cette période, les Juifs bolcheviques persécutaient les Russes et, en particulier, les chrétiens orthodoxes avec une haine véritablement génocidaire.
                      Deux siècles ensemble, tome 2, Juifs et Russes pendant la période soviétique, Fayard Paris 2002. Une œuvre documentaire fondée sur les archives accessibles après la perestroïka.
                      Aucune critique dans la presse quotidienne n’a transpiré, pas plus dans les grands hebdos, encore moins sur les grandes radios.... et bien sûr RIEN dans les émissions TV (Vol de Nuit , Guillaume Durand , Yves Calvi, Serge Moati etc..).
                      Pourquoi ?? Pourquoi l’ensemble des media a-t-il occulté la sortie d’un ouvrage de 1200 pages (Tome I et II) d’un prix Nobel, grande conscience actuelle vivante ?
                      Voici ce que j’ai trouvé sur internet au sujet de ce livre interdit.
                      Le crime de Soljenitsyne est d’aborder la place et le rôle des Juifs russes dans les institutions et le mouvement bolchévique. Sujet hérétique frappé d’interdit !
                      On y apprend (tome 2 couvrant la période allant de 1917 à 1972) que plus de 50% des organes essentiels au fonctionnement du Bolchevisme naissant étaient composés de Juifs (Comité Central-Commissaires Politiques - NKVD etc..) Or si l’on rapproche ces informations au fait avéré que les Bolcheviques ont assassiné 20 Millions de Russes, cela équivaut presque à 4 Shoahs, ce qui démontre à la fois la cruauté humaine et le fait que les Juifs n’ont pas le monopole de la victimisation et que le devoir de mémoire devrait aussi s’appliquer aux Russes. Que le livre de Soljenitsyne puisse être boycotté est une forme élaborée et hypocrite de négationnisme et ceux qui liront le livre ont le devoir de le faire connaitre au maximum afin qu’une page de l’histoire ne soit pas passée par pertes et profits.
                      Déjà en 1921, un Journaliste Anglais du nom de WILTON (correspondant du Time à Moscou) avait publié un livre (lui aussi boycotté...déjà) intitulé « La Fin de Romanovs ». Wilton avait moins d’érudition et de talent qu’A.S., mais il dit exactement la même chose. Le chercheur au CNRS Pierre André Taguieff a cité l’ouvrage de Soljenitsyne en référence et a écrit que Deux siècles ensemble était un monument d’érudition et que Fayard avait eu grand mérite de le publier.
                      Autre crime impardonnable : Soljenitsyne tente de montrer que les pogroms sont fomentés par les révolutionnaires (en très grande majorité juifs) (p. 228) et non par des partisans du tsar.


                    • Copain 18 novembre 23:06

                      @Copain
                      En fait, Alexandre Soljenitsyne a écrit un tel livre, intitulé « 200 ans ensemble », mais, en raison de la poigne de fer des sionistes sur les médias anglophones, il n’a toujours pas été traduit en anglais


                    • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 19 novembre 17:03

                      @Copain C’est plutôt le contraire, Two centuries together est disponible depuis longtemps. Un très bon livre historique par quelqu’un qui savait de quoi il parlait comme pour le Goulag.


                    • republicain 18 novembre 18:45

                      excellent, la manipulation des émotions populaires 


                      • Montdragon Montdragon 18 novembre 19:30

                        En étant un brin honnête on constate un implication hallucinante du peuple élu dans tous les les coups sales de l’Histoire.

                        Commençons par les esclavages depuis Charlemagne, lol.


                        • Jean Keim Jean Keim 18 novembre 20:28

                          Par commodité on peut scinder la société en deux groupes, un petit noyau constitué des dominants et la masse constituée des dominés qui ratisse large, depuis les petits boulots jusqu’aux pdg en passant pas les ténors des professions libérales, les officiers militaires supérieurs, les banquiers etc, et vous et moi ; seulement nous avons tous un point commun, ce qui en fait nous réduit simplement à l’espèce, tout ce que nous exprimons, que se soit sur le zinc d’un bistrot, ou dans une docte assemblée, n’est que ce que notre pensée exprime en puisant nos savoirs dans des mémoires.

                          Le comprendre c’est bien, le percevoir est mieux.


                          • Gérard Dahan Gérard Dahan 18 novembre 21:14

                            @ L’auteur
                            1.Traiter le « Maleus Maléficarum » (le Marteau des Sorcières) de manuel scientifique et de traité de démonologie est du pur délire. Je ne pense pas que vous l’ayez lu. C’est en réalité un guide pratique à l’usage des inquisiteurs qui donnait des recettes pour interroger et démasquer les sorcières. Il n’explique rien, ne donne aucune explication de la relation des sorcières avec les démons, il ne fait que donner des recettes et des façon de les interroger pour les démasquer. Ainsi, il conseille de les raser intégralement parce-qu’elles cachent leurs sortilèges dans leurs cheveux et dans leurs poils. Ces recettes présentées comme un protocole d’interrogation paraissent aujourd’hui loufoques, mais elles permettaient de parvenir inmanquablement à la conclusion qu’on était face à une sorcière.
                            2. "la chasse aux sorcières représente bien la une préfiguration de l’ingénierie sociale et le contrôle par le régime d’une catégorie de populations jugées comme posant un problème dans la société« . Vous semblez laisser penser que les sorcières ont existé ? Mais tout pouvoir idéologique a besoin d’inventer des opposants à l’harmonie promise ne serait-ce que pour expliquer pourquoi nous n’y parvenons pas. Ainsi la sorcière, le juif et l’ennemi intérieur sont des inventions nécessaires à la pérénité d’un pouvoir totalitaire.
                            3. »la durée de la chasse aux sorcières, entre 1480 et 1680 en France". La sorcière est une hérétique et vous semblez passablement oublier les Cathares et les Vaudois au 13ème siècle qui précisément ont donné naissance à l’inquisition.

                            Je ne vais pas continuer sur l’avènement du nazisme et de la solution finale qui ne témoigne que de votre méconnaissance de ces mouvements et qui entérine la mise place d’une argumentation bancanle qui fleure le complotisme.


                            • Bernard Dugué Bernard Dugué 19 novembre 13:54

                              @Gérard Dahan
                              Avant de traiter un auteur de délirant, faites l’effort de comprendre son texte et tâchez d’interpréter correctement les faits historiques. L’inquisition contre les cathares n’a rien à voir avec la chasse aux sorcières


                            • alinea alinea 18 novembre 21:50

                              L’état de délabrement, puis de sidération avant l’orage se transforme quand les premières gouttes tombent en soulagement et allégresse.

                              Nous sommes coincés, bloqués, mais ça commence à remuer sérieusement, aussi, n’ayons aucun doute : la débâche sera pour le gouvernement, libre à nous alors de détricoter toutes les horreurs listées depuis Sarkozy, et recommencer !


                              • Jean Keim Jean Keim 19 novembre 07:29

                                @alinea

                                Ben recommencer, vous en êtes sûre ? smiley


                              • alinea alinea 19 novembre 22:51

                                @Jean Keim
                                 ? mot maladroit ? je dis, quand on a raté, on recommence.


                              • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 19 novembre 09:34

                                « En novembre 1923, un certain Adolf Hitler rédige un livre qui s’écoulera par millions d’exemplaires. »

                                 

                                Il paraît que son livre explique clairement pourquoi les Juifs méritent d’être repris. Ce n’est certes pas la première fois dans l’histoire :

                                1226-1242 : Saint Louis (politique anti-usuraire, taxation et extorsions royales, imposition de la rouelle, procès et brûlement du Talmud)

                                en 1242, st Louis fit brûler 24 charretées de TALMUD , parce que ce livre était rempli de blasphèmes anti-chrétiens ; ce qui lui a été révélé par un juif converti qui lui a traduit les passages scandaleux.

                                1290 le décret qui a expulsé la communauté juive d’Angleterre.

                                1306 : Philippe le Bel expulse les Juifs de France.

                                1751 : le pape Benoît XIV promulgue une bulle, A quo primum, qui lui vaudrait aujourd’hui la prison, et est bien sûr introuvable sur le site du Vatican. Il s’y prend avec force aux « juifs maîtres et tyrans de la Pologne ».

                                Napoléon, le 30 mai 1806. « Sur le compte qui nous a été rendu... que certains juifs n’exerçant d’autre profession que celle de l’usure, ont, par l’accumulation des intérêts les plus immodérés, mis beaucoup de cultivateurs dans un état de grande détresse, Nous avons pensé que nous devions venir au secours de ceux de nos sujets qu’une avidité injuste aurait réduits à ces fâcheuses extrémités. »

                                Lois talmudiques et efforts de Napoléon : Prêts à 75 % an par les juifs.

                                Napoléon et les Israélites : https://livres-mystiques.com/partieTEXTES/Lemann/Preponderance/Napoleon.htm

                                Léon Dehon 1843-1925 : Le peuple juif « a conquis notre or et nous tient asservis. Il tient la presse et fait l’opinion. Il remplit nos grandes écoles publiques et vise à s’emparer de l’administration et de la magistrature. C’est une conquête entamée et déjà bien avancée »

                                Voici celui qui se nomme l’historien le plus haï de Grande Bretagne. Pourquoi ? Mais parce qu’il essaie d’ordonner l’histoire telle qu’elle a eu lieu et non telle qu’on voudrait qu’elle fut.

                                http://www.dailymotion.com/video/xqyfe3_hongrie-1956-les-origines-censurees-de-l-insurrection-de-budapest-par-david-irving-1995-extrait-vost_news

                                En 2011, à France-inter, 99 % des employés sont juifs. 


                                • Traroth Traroth 19 novembre 10:39

                                  @Daniel PIGNARD

                                  Et vous êtes antisémite, en plus. Vous êtes vraiment un détestable personnage.


                                • Gollum Gollum 19 novembre 10:44

                                  @Traroth

                                  Y a longtemps que j’avais compris la psychologie intime du bourin.

                                  A la fois très con, bouffi d’orgueil, attendant la vengeance du petit Jésus à l’égard de l’humanité afin de savourer une vengeance froide ô combien jouissive...

                                  Oui c’est un personnage exécrable. 


                                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 19 novembre 11:20

                                  @Traroth

                                  « vous êtes antisémite, en plus »

                                  L’apôtre Paul l’était aussi à ce compte là :

                                  « Ce sont ces Juifs qui ont fait mourir le Seigneur Jésus et les prophètes, qui nous ont persécutés, qui ne plaisent point à Dieu, et QUI SONT ENNEMIS DE TOUS LES HOMMES, nous empêchant de parler aux païens pour qu’ils soient sauvés, en sorte qu’ils ne cessent de mettre le comble à leurs péchés. Mais la colère a fini par les atteindre. » (1 The 2 :14-16)

                                   

                                  Et que penser de Jésus-Christ ?

                                  « Jésus se tourna vers elles, et dit : Filles de Jérusalem, ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous et sur vos enfants. Car voici, des jours viendront où l’on dira : Heureuses les stériles, heureuses les entrailles qui n’ont point enfanté, et les mamelles qui n’ont point allaité !

                                  Alors ils se mettront à dire aux montagnes : Tombez sur nous ! Et aux collines : Couvrez-nous !

                                  Car, si l’on fait ces choses au bois vert, qu’arrivera-t-il au bois sec ? » (Luc 23 :28-31)


                                • pierrot pierrot 19 novembre 15:41

                                  @Daniel PIGNARD
                                  Il est hautement plausible que Jésus soit un personnage purement mythique inventé par des Juifs hellénisés d’Alexandrie, sur la base de prévisions de l’Ancien Testament enrichi de croyances de Mithra et Egyptiennes (mére vierge , miracles, marche sur l’eau ??, philosophie platonicienne.

                                  Mais la croyance est nécessaire pour les individus crédules et faibles d’esprit.


                                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 19 novembre 16:33

                                  @pierrot

                                  « Mais la croyance est nécessaire pour les individus crédules et faibles d’esprit. »

                                   

                                  Est-ce que vous croyez que votre mère est votre mère ? Si oui, vous êtes crédule et faible d’esprit.

                                  Est-ce que vous croyez que Napoléon a existé ? Pfff, crédule et faible d’esprit.

                                  Est-ce que vous croyez que Clovis a existé ? Pfff, crédule et faible d’esprit.

                                  Est-ce que vous croyez que un scientifique qui ne se trompe pas existe ?

                                  Est-ce que vous croyez que les Américains sont allés sur la lune ?

                                  Est-ce que vous croyez que la théorie de la relativité a été prouvée ?

                                  Est-ce que vous croyez que la terre tourne autour du soleil ?


                                • Traroth Traroth 24 novembre 14:31

                                  @Daniel PIGNARD
                                  Je me fous de l’apôtre Paul. Peut-être était-il antisémite, effectivement. Vous croyez me choquer ?

                                  Ma mère existe, je le sais parce que je l’ai vu.
                                  Napoléon et Clovis ont existé, les témoignages sont multiples, détaillées et circonstanciés. Il n’y a rien de tel concernant Jésus. La seule chose que vous montrez, c’est que vous n’êtes pas CAPABLE de faire la différence entre savoir et croyance.

                                  Est-ce que vous croyez que les Américains sont allés sur la lune ? Oui.

                                  Est-ce que vous croyez que la théorie de la relativité a été prouvée ? Oui.

                                  Est-ce que vous croyez que la terre tourne autour du soleil ? Oui

                                  Ces faits sont prouvés.


                                • Eric F Eric F 19 novembre 10:22

                                  Il est intéressant de faire des parallèle sur des méthodes de conditionnement des populations, mais l’auteur reconnait lui-même qu’on ne peut comparer la gravité entre les séquences historiques évoquées.

                                  Je pense que l’épisode épidémique actuel (je veux dire les mesures coercitives prises pour traiter l’épidémie) découle de deux aspects : d’une part une panique mondiale qui s’est propagée de pays en pays, un peu comme la peur de l’an mille. D’autre part une vision technocratique de gouvernement, les « sachants » c’est à dire les autorités hospitalières et les décideurs politiques se considèrent détenteur du bien supérieur, et en droit de l’imposer aux population. C’est l’approche du despotisme éclairé, mais il s’agit d’un éclairage polarisé (en bidouillant parfois les indicateurs de pilotage).


                                  • Traroth Traroth 19 novembre 10:37

                                    Il y a plus de personnes en réanimation pour cause de Covid aujourd’hui qu’en avril.


                                    • Eric F Eric F 19 novembre 11:57

                                      @Traroth
                                      En fait, on compte désormais dans un même indicateurs les lits de réanimation + ceux de soins intensifs + ceux de surveillance continue. Le nombre total de malades « intensifs » est néanmoins inférieur à celui d’Avril, il reste en dessous de 5000, alors que le nombre initial de ces 3 types de lits cumulés est de 19000.


                                    • Bertrand Loubard 19 novembre 11:17

                                      Merci pour cet article. Permettez-moi d’ajouter deux références à éventuellement « explorer ». ( ?)
                                      1 - 2008 – Bouveresse - « Les intellectuels et les média ». (A la Source du Savoir)
                                      https://www.youtube.com/watch?v=oMbTChiAh5E
                                      2 – 15 novembre 2020 - Peter Koenig – « Le monde post-Covid, le projet diabolique du Forum économique mondial : La « Réinitialisation de l’emploi » après » La Grande remise à zéro. Un avenir terrifiant ».
                                      https://www.mondialisation.ca/le-monde-post-covid-le-projet-diabolique-du-forum-economique-mondial-la-reinitialisation-de-lemploi-apres-la-grande-remise-a-zero-un-avenir-terrifiant/5651059

                                      A toutes fins utiles, sans prétention ou prosélytisme, pour l’ensemble de « notre lectorat ». Bien à vous.


                                      • Eric F Eric F 19 novembre 15:14

                                        @Bertrand Loubard
                                        Grand reset ? Décidément les gens prennent les films de fiction au premier degré (cf Matrix Reloaded) !


                                      • Bertrand Loubard 20 novembre 12:01

                                        @Eric F
                                        Avez-vous lu le document référencé sous 2 .... ?
                                        Merci de bien vouloir répondre.
                                        Bien à vous.


                                      • Pierre Chazal Pierre Chazal 19 novembre 12:34

                                        Bonne mise en parallèle. L’identification d’un « ennemi » semble en effet presque inhérent à toute société humaine depuis la préhistoire. Sans ennemis clairement identifiés pour se liguer « contre », aucune société ne serait donc viable ? Cette question mériterait un Que sais-je ? à elle toute seule...


                                        • Bertrand Loubard 19 novembre 12:54

                                          @Pierre Chazal
                                          Vous posez la question : « Sans ennemis clairement identifiés pour se liguer « contre », aucune société ne serait donc viable  ? »
                                          Qui sait ? . En 1991, Gueorgui Arbatov, conseiller diplomatique de Gorbatchev aurait dit : « Nous allons vous rendre le pire des services, nous allons vous priver d’ennemi ! »
                                          Bien à vous.


                                        • Bernard Dugué Bernard Dugué 19 novembre 13:56

                                          @Bertrand Loubard
                                          C’est cela le souci, plus d’ennemi alors ils en ont inventé un, le réchauffement climatique et maintenant un deuxième, le virus. 
                                          En 1992, sommet de Rio, agenda 21


                                        • pierrot pierrot 19 novembre 15:45

                                          @Bernard Dugué
                                          ajouter aussi, ils ont inventé que la Terre est sphérique et le soleil tourne autour, la femme a été créé par une côtelette d’Adam , la Terre a environ 6000 ans...
                                          Que des obscurantistes sur ce site stupide.


                                        • Eric F Eric F 19 novembre 16:52

                                          @Bernard Dugué
                                          Ils n’ont « inventé » ni le réchauffement climatique ni le virus, mais les ont « instrumentalisés » comme motif d’exercer des mesures autoritaires. En fait la raison n’est pas tant le recherche d’ennemi que leur impuissance d’agir sur les questions économiques et sociales dès lors qu’ils se placent dans le cadre de la mondialisation libérale. C’est donc une forme d’activisme de substitution.


                                        • Emohtaryp Emohtaryp 19 novembre 14:17

                                          Enfin, une étude Danoise concernant le port du masque sur 6000 personnes, celui-ci est totalement inutile et même dangereux en conclusion :

                                          https://www.acpjournals.org/doi/10.7326/M20-6817



                                          • pierrot pierrot 19 novembre 15:47

                                            @Emohtaryp
                                            encore un crétinignorant, cela devient pénible tous ces obscurantistes .


                                          • Eric F Eric F 19 novembre 17:16

                                            @Emohtaryp
                                            étude danoise :
                                            Merci pour le lien. mais il faut voir les conditions et limites : ils concluent que dans le cadre d’une population à faible proportion de personnes contaminées (community with modest infection rates), le port du masque n’est pas mesurablement efficace pour protéger ceux qui le portent. Mais ils précisent que ça ne mesure pas la protection apportée contre la contamination des autres par ceux qui portent un masque (no assessment of whether masks could decrease disease transmission from mask wearers to others). Et implicitement, ce qu’il en est dans des populations à forte proportion de personnes contaminantes.

                                            C’est du reste ce que nous disaient « nos » experts médico-politiques en tout début de l’épidémie (jusque début Mars), à savoir que le port du masque « en population » n’était alors pas utile vu la faible proportion de personnes susceptibles d’être contaminantes. Mais ce taux a ensuite augmenté chez nous et d’autres pays, changeant alors la situation. En Chine, pays « fan » du masque, l’obligation de le porter a été levée quand le taux de contamination a été fortement réduit.

                                            Il y a eu chez nous (et dans beaucoup de pays) passage d’un excès à l’autre en préconisant de le porter même en plein air ou encore dès l’âge de 6 ans, mais si c’était intrinsèquement inefficace, il n’y aurait pas depuis des lustres prescription de le porter en milieu hospitalier pour les visite à un patient contagieux, tant par le parient que par les visiteurs.


                                          • fcpgismo fcpgismo 20 novembre 16:47

                                            @pierrot
                                            Pauvre attardé mental scotché sur BFM...


                                          • pierrot pierrot 21 novembre 11:19

                                            @fcpgismo
                                            Je n’ai pas de TV.
                                            Je ne savais pas que BFM avait aussi démontré que Jésus est un personnage mythique comme les autres dieux. !


                                          • Copain 20 novembre 05:40

                                            Les franc-maçons qui étaient des ingénieurs en bâtiment (corporation détruite par la République)
                                            bien avant la Franc-maçonnerie qui a récupéré ce nom pour d’autres idées,
                                            entre autre détruire l’église, la famille et les traditions.
                                            Le compas et l’équerre n’ont rien à voir avec les bâtisseurs de cathédrales,
                                            c’est du détournement de logo pour enfumer les crétins dans votre genre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité