• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Religions > Quelques réflexions sur les religions et la laïcité

Quelques réflexions sur les religions et la laïcité

A) Bref rappels historiques

 

Acte I : en France, pendant longtemps, nous eûmes un régime monarchique, de droit divin, avec une personnalité (le roi) sacrée, tandis que les évêques jouaient le rôle de seigneurs locaux. Le point de départ fut bien sûr le baptême de Clovis, qui conférait ainsi à celui-ci le soutien de l’Église catholique, et donc une certaine légitimité. Le pouvoir royal, utilisant le soutien catholique, était né. Au Moyen-Age, la religion emplissait la vie quotidienne, ne serait-ce que parce que la foi était fortement répandue. Cela n’excluait pas des conflits réguliers entre les autorités civiles et ecclésiastiques : problèmes de mariage et de nullité de mariage des rois, conflits sur la nomination des évêques (devait-elle dépendre du Pape ou du roi), désastreux régime de la Commende (supérieur du monastère nommé par le roi, uniquement là pour encaisser les revenus), question de la taxation du clergé, destination des revenus des évêchés vacants (affaire de la Régale), autonomie ou non de l’Église de France par rapport au Pape (Quatre articles, Pragmatique sanction de Bourges), voire affrontements encore plus hostiles sous Philippe le Bel vis-à-vis du Pape Boniface VIII (la bulle Ausculta filii mettant le feu aux poudres, et conduisant à l’Attentat d’Agnani, tentative d’enlèvement ratée du pape, mais qui se solda par son décès peu de temps après).

 

Néanmoins, aussi aigus soient ces conflits et querelles incessantes, il n’en demeurait pas moins que l’emprise du catholicisme demeurait forte, quoique malmené vers la fin du Moyen-Âge, d’abord par les réformes luthériennes et calvinistes, mais aussi par la Renaissance, volonté de tourner le dos au Moyen-Âge chrétien pour privilégier la culture gréco-romaine païenne, basée davantage sur l’Homme.

 

Acte II : La Révolution vint frapper ce bel édifice. Les révolutionnaires s’en prirent à la monarchie, au nom des principes de liberté, égalité et fraternité, et à ce qui étaient perçus comme ses soutiens, à savoir l’Église catholique. Les persécutions qu’elle eut à endurer (au nom de la lutte contre la « superstition » et le « fanatisme ») furent innombrables. Persécutions financières, avec la confiscation des biens du clergé, dans une volonté destructrice (par exemple, les églises en bois étaient utilisées pour stocker du salpêtre, qui avait pour effet de détériorer les structures en bois).. Persécutions politiques, avec l’obligation de jurer serment civique et l’abrogation des vœux religieux. Persécutions physiques, contre les prêtres réfractaires, les religieux et religieuses, les réfractaires étant persécutés, chassés et exécutés (noyades à Nantes, décapitation des religieuses de Compiègne, exécution du Bienheureux Noël Pinot, encore revêtu de ses vêtements ecclésiastiques, la liste des martyrs est longue !). Même le calendrier fut changé, avec l’abandon de la semaine traditionnelle de 7 jours et son dimanche. Etc., le tout au nom de la « liberté ».

 

Acte III : Les malheurs des catholiques français ne sont pas terminés. Après l’Empire, puis la Restauration de la monarchie, puis la République, puis le IIe empire, arrive la Troisième République. De nouveau, la gauche radicale / socialiste, parfois maçonnique, reprit ses projets de persécution contre l’Église catholique, qui culmina en 1905 avec la loi de Séparation de l’Église et de l’État, et une nouvelle confiscation des bâtiments religieux, et l’expulsion des Congrégations. Encore arriva-t-on à échapper à certaines mesures, comme l’obligation de demander l’autorisation de rassemblement pour chaque messe dans n’importe quelle église…

 

Acte IV : Jusqu’alors, le catholicisme était extrêmement majoritaire, et sans réel rival. Les minorités juives et protestantes ne cherchaient pas à affronter le pouvoir (enfin, la plupart du temps tout au moins) et restaient discrètes. Mais au XXe siècle émergea alors une nouvelle religion, l’islam. Du coup, qu’allaient faire les descendants du petit Père Combes et des révolutionnaires ? Allaient-ils maintenir leurs principes laïcs, ou montrer qu’ils étaient surtout anticléricaux ? De fait, la gauche progressiste bobo avant l’heure chercha à se faire bien voir des immigrés du Maghreb et musulmans pour leur grande majorité, a contrario de la gauche ouvrière communiste, refusant la concurrence déloyale qui tirait les salaires vers le bas et endurant réellement cette présence (que l’on se souvienne de Paul Mercieca, maire PCF de Vitry-sur-Seine, rasant au bulldozer un foyer de travailleurs maliens immigrés la veille de Noël, le 24 décembre 1980, et soutenu par un communiqué du parti lors de la polémique qui s’ensuivit).

Mais finalement, la volonté de s’opposer à la « bête immonde », les aspirations internationalistes comme quoi tous les prolétaires sont frères, les arrières-pensées électoralistes devant le départ des ouvriers pour le FN de substituer les ouvriers et artisans par les immigrés, firent que, globalement, la gauche entière soutint activement l’immigration, hurlant, tels les Troyens devant Cassandre ouvrant la bouche, contre toute personne, et particulièrement tout élu de droite, qui dénoncerait un tant soi-peu l’immigration ou l’islamisation, ce dernier point n’ayant l’air de gêner absolument personne, malgré les premières alarmes : premières affaires du voile, attentats islamistes de 1995...

 

Acte V : Quand il advint que la population maghrébine musulmane, forte de son nombre de plus en plus important, commença à contenir dans son sein des gens de moins en moins recommandables, quand il n’était plus possible de se contenter des incantations habituelles d’ « incidents isolés commis par des déséquilibrés dont on ne devait pas trop parler pour ne pas faire le jeu de l’extrême-droite » devant le nombre d’attentats islamistes commis sur le sol français et revendiqués par des groupes fanatiques, la gauche se divisa.

Une première branche se contentait de condamner le catholicisme par réflexe anticlérical absolu, et encensait tout ce qui pouvait s’y opposer, y compris les maghrébins, sur lesquels on se bornait à voir l’incarnation des nouveaux damnés de la Terre, victimes de l’impérialisme, du racisme, du colonialisme, et de l’extrême-droite.

Une deuxième branche, tout aussi virulente dans son anticléricalisme, commençait à s’émouvoir des problèmes que pouvaient poser les revendications bien peu progressistes de diverses associations musulmanes.

La tension et les désaccords de ces groupes allait croissant.

 

Acte VI : On peut considérer qu’il y eut deux déclencheurs principaux, sur l’ensemble des attentats, très nombreux, commis par des islamistes au nom de l’islam. Le premier, ce fut l’assassinat des journalistes de Charlie Hebdo. Le second, ce fut la décapitation d’un professeur d’histoire, Samuel Paty. Dans les deux cas, les victimes étaient les vaches sacrées de la gauche : des journalistes d’un « journal » anticlérical et blasphémateur contre la religion catholique, le deuxième, un de ces « hussards noirs » de la République.

Il est intéressant de constater que ni l’assassinat du Père Hamel, ni l’assassinat d’élèves juifs dans une école, ni l’assassinat de trois fidèles catholiques dans une cathédrale, dont tout le monde a oublié les noms et dont personne ne se souvient, ne déclencha la même émotion, ni même l’attaque de Nice qui fit des dizaines de morts.

 

Et donc la loi « confortant le respect des principes de la République » est présentée au vote.

 

B) Les erreurs de la gauche

 

Il est quand même intéressant de constater que la gauche (c’est le camp le plus intéressé aux questions de société et de religion, même si ses préoccupations sont partagées parfois par l’autre camp) s’est, une fois de plus, lourdement trompée.

 

La première erreur, c’est d’avoir oublié que la seule force idéologique capable de lutter contre l’impérialisme musulman (car, oui, ce ne sont pas que les Américains et les Croisés qui sont impérialistes ; la conquête de l’Afrique du Nord jusqu’à l’Espagne et les attaques contre l’Europe furent bien le fait des populations arabo ou turco musulmanes) fut historiquement la Chrétienté. Qu’elle ne l’a pas forcément fait avec tout le doigté requis ou avec les meilleures intentions du monde, c’est possible : mais il n’empêche que le Pape joua un rôle non négligeable dans cette lutte, tout comme les divers royaumes de l’Europe (sauf, parfois, la France pour diverses raisons).

 

La deuxième erreur, c’est que cela fait depuis des décennies que le FN, ou d’autres personnalités d’ « extrême-droite », alertent sur le problème de l’immigration, de l’islamisation, défendent le principe du droit du sang, veulent que les immigrés soient assimilés (et non seulement intégrés). Que n’a-t-on pas entendu comme cris d’orfraies ! La gauche se rend compte qu’elle a une fois de plus eu complètement tort. Mieux vaut tard que jamais.

 

La troisième erreur, c’est de croire à l’Homme universel, débarrassé de tous ses attachements déterministes, culturels et historiques, de croire que n’importe qui pourrait se fondre dans la France, se contenter des pseudo valeurs de la République, tellement floues que personne n’a été capable de les définir, de croire que les immigrés se contenteraient que l’on les parquât dans des ghettos pourris, avec comme seuls horizons les aides sociales, le trafic de drogue, et une école ou des professeurs soixante-huitards diraient à leurs élèves qu’ils doivent construire leur propre savoir, et que n’importe quel groupe de rap est aussi digne d’éloge qu’un auteur du XIXe (oui, je caricature, mais c’est l’idée). Or, la Nature a horreur du vide, c’est bien connu. Et les incantations, telles un mantra, répétées de « démocratie », « tolérance », « solidarité », qu’on répète d’autant plus qu’on ne les met pas en pratique, ne nourrissant pas intellectuellement ni intérieurement, il faut bien se raccrocher à autre chose, par exemple la religion, l’opium du peuple.

 

La quatrième erreur, c’est la flagellation permanente, qui a un moment allait être pris au mot. A force de répéter que tous les blancs sont méchants, racistes, colonialistes et génocidaires, que l’islam était le parangon de la Civilisation face à la décadence européenne, à force de leur servir une histoire tronquée et partiale, on a ouvert la porte à toutes les revendications communautaristes et « réparatrices ».

 

La cinquième erreur, c’est de n’avoir rien compris à l’islam. Si l’on prend les griefs qu’a le camp progressiste contre le catholicisme, de son point de vue, l’islam devrait être nettement pire.

Sur les droits de la femme : chez l’islam, elle peut être répudiée (pas dans la religion catholique, qui proscrit le divorce), un homme peut avoir plusieurs femmes (pas le cas dans la religion catholique, qui considère que le mariage doit unir un homme et une femme, qui se doivent fidélité) mais pas l’inverse, elle peut n’hériter que de la moitié de ce qu’hérite un homme (aucune disposition analogue dans le catholicisme), son témoignage vaut la moitié de celui d’un homme (idem), elle peut être tuée en cas d’adultère (idem, avec en plus la mention de cette page d’Evangile où Jésus s’oppose à la lapidation de la femme adultère).

Sur les droits des homosexuels : la peine de mort peut être prévue dans certains pays musulmans, aucune peine pénale n’est prévue dans la religion catholique, la condamnation (de plus en plus inaudible) n’étant que religieuse.

La peine de l’apostasie dans l’islam peut être la mort, tandis que dans le catholicisme, la peine n’est que religieuse (il s’agit de l’excommunication, ce qui n’est finalement que la reconnaissance d’un état de fait voulu par l’ex-catholique).

Les attentats motivés par l’islam, en France, foisonnent ; on est à 263 morts depuis 2015, sans compter les blessés ; en cherchant bien du côté catholique, on arrivera sans doute à nous sortir l’incendie d’un cinéma en 1988 qui fit... 0 mort.

Etc.

Or, la gauche dans sa quasi-totalité réserva ses flèches, son ostracisme et, osons-le, sa haine, envers le catholicisme. Réflexe atavique de la gauche biberonnée à 1789 et 1905 et rêvant de poursuivre l’Église aux cris de « à bas la calotte ! » et « écrasons l’Infâme ».

 

C) La loi « confortant le principe des respects de la République »

 

On peut bien sûr faire l’examen détaillé des mesures comprises dans cette loi, mais attardons-nous plutôt sur un examen global.

 

« Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde » (Camus). Or, cette loi ne mentionne pas précisément quel est le problème. Comment donc espérer le résoudre ? Si c’est l’islam, il faut l’inscrire quelque part. La République ne souhaitant (pouvant ?) pas faire de distinction entre les différentes religions, elle promulgue donc un texte qui s’applique à toutes les religions, traitant de manière égale des religions différentes et posant des problèmes différents. Une école coranique (le mot « taliban » vient de « taleb », désignant les étudiants dans les madrasas, les écoles musulmanes) pose-t-elle les mêmes problèmes qu’une école catholique privée hors contrat ? Si ce n’est pas le cas, pourquoi les mettre sur le même plan et exiger les mêmes choses ?

 

En fait, si l’on regarde bien, on s’aperçoit que c’est même pire que cela : la loi a été présentée le 9 décembre 2020, 115 ans jour pour jour après le 9 décembre 1905, loi de persécution des catholiques, de vol de leurs bâtiments, de restriction du culte. Ce n’est pas un hasard, cela a été fait délibérément, et c’est même souligné lourdement dans la communication du Ministère : https://www.gouvernement.fr/conseil-des-ministres/2020-12-09#respect-des-principes-de-la-republique Ainsi, même si un enseignant est assassiné par un fanatique musulman lui reprochant d’avoir critiqué Mahomet, le principe est de lutter, encore et toujours, contre le catholicisme.

 

Par ailleurs, cette neutralité forcée a l’air de s’appliquer exclusivement aux religions. Les divers courants philosophiques, et en premier lieu la franc-maçonnerie, ne sont pas concernés. Pourquoi ? Le risque séparatiste ne serait-il faisable qu’au prisme de la religion, et pas d’une idéologie, fût-elle athée ? Deux des principales idéologies du XXe siècle, le communisme et le nazisme, embrigadèrent des millions de gens et firent des dizaines de millions de morts, et elles étaient athées...

 

Alors que le principe de neutralité voudrait que la République ne se préoccupe pas ni ne prenne partie entre les diverses religions et la laïcité (pour ne pas dire l’athéisme), ne créant aucune hiérarchie entre eux et ne se souciant pas de savoir qui était sans religion et qui ne l’était pas, ici la République met en avant un seul système de pensée, sous l’appellation fumeuse de « neutralité », la laïcité. On est donc totalement en dehors de toute « neutralité », mais face à un choix imposé, la République laïque.

 

Comme on ne sait pas contre quoi on lutte ni exactement où sont les problèmes, difficile d’évaluer la pertinence et le réalisme des mesures de ce projet de loi. Il y a, on ne va pas le nier, des mesures qui ne sont pas nocives, voire vont dans le bon sens ; on ne peut qu’approuver le principe de lutter contre l’exclusion, par exemple !

 

Mais traitant de la même manière des choses différentes, cette loi est vouée à l’échec. Elle utilise différents événements tragiques, comme les attentats terroristes islamistes, pour faire valider des mesures qui n’ont strictement rien à voir. Cette loi part du principe que tout peut être réglé par une loi, sans voir que les racines du problèmes sont religieuses, culturelles et civilisationnelles ; qu’un Etat ne sachant pas ce qu’il est et ce qui le définit, qui ne transmet rien, et se repent en permanence, ne peut pas donner envie à quiconque, à moins qu’il soit particulièrement motivé, d’y être fidèle.

 

Ajoutons enfin que la seule mesure que j’attendais, à savoir, enfin, l’étiquetage obligatoire permettant de distinguer la nourriture abattue selon des rites religieux (hallal, kacher), n’a pas été pris, conduisant les Français à manger de la viande abattue selon des techniques dangereuses pour l’hygiène, bénie par des imams ou des rabbins, et finançant les réseaux juifs ou musulmans. Une occasion ratée, donc.

 

D) La République contradictoire

 

Les mesures prises par la République pourraient déconcerter certains, et sur de nombreux points.

 

Ainsi, la République nous explique que l’avortement est un droit puisque le corps des femmes leur appartient. Sans s’attarder au fait que d’une part, notre propre corps ne nous appartient pas totalement (il est par exemple interdit de vendre son sang), et que d’autre part ici on parle du corps du bébé qui est clairement distinct du corps de sa mère, il convient de noter que la République, dans le même temps, veut interdire les certificats de virginité : pourquoi donc ? Le corps appartiendrait-elle à la femme dans le cas de l’avortement mais pas pour un certificat de virginité ? Aucun sens

 

On nous explique que les homosexuels étaient discriminés parce qu’ils ne pouvaient pas se marier (ce qui était bien sûr inexact, personne ne leur interdisant de se marier, le fait d’être hétérosexuel ou homosexuel n’ayant jamais été exigé pour se marier), et que comme ils s’aimaient, c’était un droit pour eux de se marier ; mais dans ce cas, pourquoi refuserait-on et serait-on si sévère avec la polygamie ? Ils s’aiment, ils ont le droit de se marier : non ? Encore un cas de géométrie variable !

 

On nous indique que le port du voile serait condamnable, mais à côté de cela des plages nudistes sont créées. Quelle logique ?

 

Il ne s’agit ici pas de réclamer le mariage polygame bien entendu, il s’agit simplement de noter la schizophrénie de la République, totalement inconstante, qui raisonne au gré de ses humeurs, ou plutôt ne raisonne pas. Et cette absence totale de cohérence ne peut qu’alimenter le ressentiment de l’autre côté.

 

E) Que faire ?

 

Soyons pragmatiques quelques instants. Les rêves de certains voulant « mettre dehors » les immigrés arabo-musulmans sont, au-delà de toute considération morale, totalement fantaisistes et irréalisables. En 2019, 31 400 étrangers en situation irrégulière ont été reconduits. Donc vouloir reconduire (sous quel motif au juste ?) des millions de personnes est impossible.

L’éducation civique voulue par l’État ne réglera absolument rien ; trop creuse, trop floue, ne pointant pas les bonnes thématiques, et aggravée par l’image donnée d’un Occident décadent, délabré, immoral (et même amoral), terre-à-terre, ayant évacué toute notion de transcendance au profit, au mieux, d’un vague gloubi-boulga sur la tolérance, quand il ne s’agit pas des aides de la CAF et des films pornographiques à la télévision ou un concert de rock (le fameux « panem et circenses » de Juvénal).

Et donc ? Il aurait pu être intéressant de rêver un peu à ce qu’aurait pu donner une conversion des immigrés arabo-musulmans au christianisme ; si la gauche eût certes poussé des cris d’horreur, nous n’eussions au moins pas ces attentats à longueur de temps, un plus grand respect pour l’autre, une meilleure compréhension de la dignité féminine, etc. Si, certes, certains dans l’Église ont l’air d’être plus intéressés par le tri des déchets que le baptême des non-chrétiens, il n’en demeure pas moins qu’un discours plus axé sur des règles morales solides et éprouvées d’une religion abrahamique du point de vue musulman que les lubies de l’instant du ministre au pouvoir aurait peut-être plus de chance de fonctionner.

Et c’est en fait le point-clé : qu’avons-nous le droit, voire le devoir, d’imposer, et que doit-on laisser à l’appréciation de l’autre ? Si, pendant des années, il était « interdit d’interdire », et que tout devait être accepté au nom du droit à la différence, on arrive maintenant à un retour de balancier assez strict, qui paraît parfois excessif et inapplicable, car beaucoup trop opposé aux racines culturelles des populations arrivées : par exemple, un musulman devrait pouvoir penser qu’il n’y a aucun droit à se déshabiller en public, et que les plages nudistes devraient être interdites, sans que l’on essaye de lui « laver le cerveau » pour qu’il pense l’inverse.

C’est ainsi que je propose la voie catholique, conciliant aussi bien certains principes moraux qu’une adaptation au mode de vie occidentale. De toute manière, il n’y a pas d’autre issue. Entre les talibans et la Gay pride, essayons de trouver une troisième voie : « in medio stat virtus ».


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

100 réactions à cet article    


  • Jonas Jonas 28 août 11:09

    « Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi. »
    Jean 14:16
    La religion, c’est la base, le pilier, le socle de toute civilisation. Sans la religion, il n’y a plus de vérité, donc plus de stabilité, tout dépérit et sombre dans l’anarchisme en l’espace de quelques décennies.
    La vérité, la contemplation du beau, sa préservation, ont été remplacées par le souffle de l’esprit cartésien, dont le but est de « nous rendre maîtres et possesseurs de la nature ».
    Si vous enlevez la religion, seul subsiste l’esprit humain et son arbitraire, qui conduit rapidement à la ruine.
    Un exemple concret : dans la civilisation européenne, le mariage est une institution sacrée de l’Église catholique qui unit un homme et une femme, union fusionnelle basée sur la confiance, la sécurité, la cellule familiale. Ce fut la base de la civilisation européenne.
    En sécularisant la société, on abolit cette institution millénaire. Un homme peut aujourd’hui épouser un homme. Mais puisque l’on a détruit ce serment sacré, au nom de quoi un homme ne pourrait-il pas se marier avec plusieurs femmes, ou une femme se marier avec plusieurs hommes ?
    Pourquoi ne pourriez-vous pas épouser votre chien, si vous vivez ensemble depuis des années ? Ou faire la promotion de la pédophilie, comme l’a fait la gauche progressiste pendant plus d’une dizaine d’années ?

    Une nouvelle loi vient d’être adoptée, un enfant peut venir au monde sans père, donc contre la loi naturelle. Quel sera son avenir ? Une machine consommatrice à produire, sans passé, sans héritage, sans patrimoine, ni enracinement ?

    En Espagne, un projet de loi est en cours pour choisir votre genre sans aucun certificat médical. Vous pourrez être homme les lundis, mardis, mercredis, et devenir femme les jeudis, vendredis, samedis et dimanches !

    Ce délitement progressif de la société a créé un monde anarchique, la volonté de l’homme à vouloir modeler un Monde nouveau sans Dieu a généré les idéologies révolutionnaires totalitaires telles que le marxisme, le socialisme, le communisme, le léninisme, le trotskisme, le stalinisme, le national-socialisme, le castrisme, le maoïsme,.. qui ont fait plus de 100 millions de mort en moins d’un siècle par la répression, la mise en place de camps de concentration, et l’extermination de femmes, enfants, vieillards, civils, militaires qui refusaient de se plier à la doctrine de l’état social.

    Qu’a apporté l’athéisme militant socialiste ?
    Être conditionné dès son enfance afin d’accepter au nom du bien-être, de ne plus montrer de montrer son visage, ne plus pouvoir boire une bière sans posséder une preuve écrite que l’on est en bonne santé ?
    La destruction en masse des forêts, l’annihilation des espèces végétales et animales en recouvrant la Terre de milliers de km2 de bitume ?
    Le mariage pour tous, le génocide de masse à l’échelle industrielle avec 220 000 avortements chaque année en France ?
    La pornographie sans limites sur Internet ?
    La pollution et l’empoisonnement de la nature et de la nourriture avec pesticides, gaz nocifs, édulcorants, émulsifiants, exhausteurs de goûts, colorants, polyphosphates ?
    L’élevage intensif à la chaîne de millions de bêtes élevées et abattues dans des conditions abominables ?
    Le multiculturalisme, l’islamisation de ses quartiers, l’immigration de masse ?


    • @Jonas oui mais dans la vidéo de Guy Boulianne, il parle bien de la conversion de Descartes au Roses-Croix.. totalement censuré..Vive la Saint-HERMES. ...l’hérétique.


    • Wladimir 28 août 12:19

      @Jonas
       Je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au Père que par moi. »
      Jean 14:16
      la vérité et non pas la liberté
      le mot Père et non pas Dieu
      l’évangile de Jean est gnostique
      bien remarquer que la phrase citée démarre après une question de Thomas ,
      ce qui est très important !!!
      et dans tout le texte fort long qui suit , Jésus utilise souvent le mot Père et rarement le mot Dieu qui a alors des sens particuliers ...
      à comparer avec Evangile de Thomas
      le catholicisme n’est pas la bonne référence , la vérité il faut  la chercher hors du catholicisme 


    • Wladimir 28 août 18:51

      @Jonas
      Le sentiment religieux , c’est différent de la religion . Un courant religieux , c’est plus large qu’une religion . Les religions ne sont pas dans la vérité ... car selon la première phrase tirée de l’évangile de Jean , il faut avoir parcouru individuellement le chemin pour connaitre la vérité ... la religion est collective et de plus liée à des croyances alors que le chemin individuel doit devenir connaissance (gnosis , gnostique) ...  
      Spiritus animus corpus ... Spiritus est notre élément supérieur ... Il ne faut pas confondre esprit et mental (raison , intellect , cérébralité) ... il faut mieux choisir les mots .
      Le mariage a dans toutes les grandes civilisations une grande importance . Dans la religion catholique , ce n’est pas une institution sacrée puisque le clergé ne se marie pas . Le catholicisme respecte si peu le mariage qu’il nie le fait que Joseph est le père terrestre de Jésus ... qu’il refuse le mariage au clergé , qu’il approuve les moines ... Le mariage n’est qu’un sacrement dans le catholicisme . Et un vrai mariage est basé sur l’amour !!! La confiance , la sécurité dont vous parlez ne sont pas l’amour !!!
      Il y a beaucoup de graves égarements dans le catholicisme . Pour commencer , il faut comprendre que l’évangile de Jean ne correspond pas au catholicisme ; mieux dit , il le conteste !!! 


    • Pascal L 29 août 10:58

      @Wladimir
      Ben non Jean n’est pas gnostique, même si des gnostiques se sont appuyés sur l’Evangile de Jean pour leur hérésie. L’Evangile de Jean ne se lit pas seul, de même que celui de Matthieu qui est référencé par les hérésies messianistes. Quand Jésus dit « Nul ne va vers le père... » que pouvait-il dire d’autre, puisqu’il est également Dieu. La Trinité, c’est un Dieu en trois personnes : le Père, le fils et l’Esprit-Saint. Il est donc normal que Jésus parle du Père lorsqu’il se réfère au Père créateur. En fait, il est assez simple de rencontrer Jésus qui est Dieu que nous pouvons rencontrer face à face. De même nous pouvons assez facilement voir les effets de l’Esprit-Saint qui est Dieu agissant en nous et qui est différent de nous. La personne du Père est plus difficile à rencontrer, même si nous adressons quotidiennement à lui. De ces rencontres nait la certitude de l’existence de la Trinité et aussi de la justesse des Evangiles, les quatre Evangiles et pas les apocryphes. Ces rencontres avec Dieu sont faciles à obtenir, mais il y a quelques conditions, ce qui fait qu’il faut souvent attendre des années avant un tel événement ou ne jamais obtenir ces rencontres. La première est l’humilité. L’orgueil est toujours le résultat de l’influence de Satan et s’oppose à l’amour de Dieu. Or si Dieu veut nous offrir le salut, celui-ci est une intégration à son amour absolu et inconditionnel. A cet amour, nous ne pouvons répondre que par l’amour. Or Dieu n’imposera jamais son amour et c’est encore un geste d’amour. La recherche de la Vérité est également une condition liée à la première. On ne peut aimer si nous voulons cacher nos manques d’amour. Avec l’orgueil, nous n’aimons que nous même et ce n’est pas l’amour selon Dieu.
      Le salut est le cadeau de Dieu. Le salut ne vous enlève rien de votre vie présente car cela reste votre choix. Sans Dieu, il n’y a pas de péché, car pas de transgression de la volonté de Dieu. Si vous considérez qu’il n’y a rien après la mort et que vous pouvez vivre selon votre volonté, rien ne vous sera enlevé... mais aussi rien ne vous sera donné en plus dès la vie présente.


    • Gollum Gollum 29 août 11:51

      @Pascal L

      La première est l’humilité.

      Aïe.. Vous êtes recalé là...

      mais aussi rien ne vous sera donné en plus dès la vie présente.

      Après avoir bien bla-blaté sur l’amour dont il ignore tout, notre militant finit son speech sur une phrase révélatrice qui montre de façon claire qu’il veut être rémunéré en monnaie sonnante et trébuchante..

      Notre gars est clairement intéressé. Aucun spirituel vrai ne parlerait d’un salaire (ce fut le tort de Jésus d’ailleurs d’évoquer cela mais passons)

      Je préfère Spinoza qui nous dit que la Vertu est salaire en soi et se suffit à elle-même pas besoin d’y rajouter quoique ce soit d’autre..


    • Jonas Jonas 29 août 12:42

      @Wladimir « Dans la religion catholique , ce n’est pas une institution sacrée puisque le clergé ne se marie pas . »

      Le mariage d’un homme et d’une femme fait des partie des 7 sacrements de l’Église catholique.
      Le clergé ne se marie pas puisqu’il consacre sa vie à Dieu, il n’est pas de ce Monde, son but est de guider les hommes et les femmes vers la Parole de Dieu.
      C’est la séparation entre les clercs et les laïcs, que vous semblez ignorer.


    • Jonas Jonas 29 août 12:53

      @Wladimir « Le catholicisme respecte si peu le mariage qu’il nie le fait que Joseph est le père terrestre de Jésus ... »

      Est-ce que vous êtes déjà un jour rentré dans une Église ? Savez-vous que l’année liturgique 2021 est consacrée à Saint Joseph, le Père terrestre de Jésus ?

      --------------------------------
      « il faut comprendre que l’évangile de Jean ne correspond pas au catholicisme ; mieux dit , il le conteste !!! »

      L’évangile de Jean, c’est la Parole de Dieu reportée par les Témoin du Christ et donc par l’Église catholique. En quoi l’Évangile de Jean conteste-t-il le catholicisme ?


    • Pascal L 29 août 14:46

      @Gollum
      Encore merci pour ces remarques qui élèvent le niveau de la spiritualité humaine. Mais diantre, qui vous a parlé de rémunération ? 


    • Gollum Gollum 30 août 10:08

      @Pascal L

      https://viechretienne.catholique.org/meditation/9847-toucher-sa-recompense

      Vouloir une récompense est déjà une perversion spirituelle.

      Se comporter en juste (ce que Spinoza appelle la Vertu) devrait être déjà en soi récompense et se suffire à elle-même.

      Et donc Jésus en parlant de récompense attire tous les pseudos-spirituels qui veulent être rémunérés... (mon image de monnaie sonnante et trébuchante était une... parabole bien évidemment), et tous les hypocrites.


    • Pascal L 30 août 14:07

      @Gollum
      Qui vous parle de vouloir une récompense ?


    • Gollum Gollum 30 août 16:28

      @Pascal L

      C’est bien de vouloir jouer à l’idiot mais faudrait voir à ne pas abuser quand même..


    • Pascal L 30 août 17:09

      @Gollum
      Sophisme, quand tu nous tiens... Qui a perverti mes propos ?


    • sylvie 28 août 11:11

      Sur mesure pour Pignard cet article.


      • Gollum Gollum 29 août 09:34

        @sylvie

        Yep mais ça manque de remise en cause de l’évolution, de l’héliocentrisme, du Big Bang, de mammouths et de ptérodactyles... 

        Ceci dit Pignard est un exemple type des ravages mentaux que l’abus de religion peut asséner...

        Un vrai boulet donc pour ses coreligionnaires...


      • Jonas Jonas 28 août 11:16

        «  Donc vouloir reconduire (sous quel motif au juste ?) des millions de personnes est impossible. »

        Cela n’a pourtant pas posé de problèmes aux Turcs qui ont viré des centaines de milliers de Grecs au début du XXème siècle de la Turquie, ni aux Algériens qui ont mis à la porte avec menace de mort par épuration ethnique des centaines de milliers de Français après l’indépendance en 1962.


        • Eratosthène 28 août 12:59

          @Jonas
          Tout à fait ! Mais ce qui était faisable en 1962 dans une société arabo-musulmane ne l’est plus forcément soixante ans après dans une France biberonnée aux droits de l’homme...


        • mmbbb 31 août 10:00

          @Eratosthène j ai eu une education catholique , les esprits n etaient pas tres ouverts , et je ne vais pas pleurer parce que l Eglise de mon village est désormais fermée .


        • Étirév 28 août 11:18

          Les religions et la laicité, c’est la lutte des hommes pour le pouvoir spirituel.
          Pendant que les plus audacieux s’emparaient du pouvoir religieux, d’autres formaient un parti d’opposition, un pouvoir laïque, en perpétuelles luttes avec les premiers, et toujours leurs discordes avaient pour prétexte « la Vérité » que ni les uns ni les autres ne possédaient.
          Les Prêtres prétendaient l’enseigner, en se basant sur une tradition qu’ils avaient altérée. Les laïques leur montraient leurs erreurs et voulaient substituer à leurs dogmes des dogmes nouveaux, fondés sur des hypothèses forgées de toutes pièces dans leur imagination et qu’ils enseignaient au nom de la raison, quoique ces dogmes laïques, instables du reste, n’avaient pas plus de valeur que ceux des Prêtres. Ils en avaient même moins parce que, au fond du dogme religieux, on retrouvait la science antique.
          En réalité, ces luttes n’avaient qu’un but : conquérir le pouvoir en dirigeant l’Instruction publique et en enseignant aux jeunes générations que le gouvernement des vainqueurs était le meilleur des régimes.
          Et il faut bien remarquer que c’est toujours quand la Vérité est altérée, cachée, quand l’erreur triomphe, qu’on en impose l’étude à la jeunesse.
          BLOG


          • Eratosthène 28 août 12:59

            @Étirév
            Merci de ne pas utiliser vos commentaires pour faire de la publicité pour votre blog.


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 28 août 19:56

            @Eratosthène
            En quoi cela vous gêne-t-il qu’il fasse de la publicité pour son blog. Vous faites bien de la publicité pour Eratosthène et vous ne vous condamnez pas.


          • Gollum Gollum 30 août 10:10

            @Daniel PIGNARD

            Pignard tout à coup devenu voltairien et qui veut qu’une ennemi acharnée de sa religion puisse s’exprimer...

            Bravo Pignard vous ne me décevez jamais.


          • il faut couper la tête des complotistes catholiques Guy Boulianne entre autre) qui rejette la faute sur les Rose-Croix.. La tombe de Nicolas Flamel a été saccagée au cours de la révolution de 1789. Jamais un R.C. n’aurait commis un tel geste..


            • Oui les Roses Croix se sont inspirés de l’Orient pour l’alchimie. Mais c’était la période d’AVANT LE CALIFAT. 


              • Quand on se sent menacés. J’ai analysé de nombreux sites complotistes. La plupart ne désigne pas les franc-maçons, mais les ROSES-CROIX. Ce sont les rose-croix qui ont inspiré Marx et le communisme. Perso, je ne vois pas comment. Je déconseille l’achat du livre : https://www.youtube.com/watch?v=G9U9smSLA18


                • Erreur : A écouter juste pour comprendre la psychologie des complotistes : https://www.youtube.com/results?search_query=Guy+boulianne


                  • Je pense qu’il est totalement censuré..


                    • Les Roses-Croix auraient-ils détruits les églises inspirées de l’art Gothiques. FAUX...CHARTRES, NOTRE-DAMES et tant d’autres : des lieux alchimiques..


                      • Docteur Faustroll Lampion 28 août 12:15

                        D’habitude, les prédications, oraisons et sermons sont mieux écrits que ça, mieux construite, et les faux syllogismes sont présentés plus habilement, mais de toutes façons, ils ne peuvent maintenir dans la bigoterie que ceux qui y sont déjà. Le temps des missions est révolu. les évangélistes sot les seuls à continuer à faire des conversions dans les pays déshérités. Mais pour ça, ils ont des arguments sonnants et trébuchants.


                        • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 28 août 12:30

                          @Lampion
                          Pas que dans les pays déshérités. Et leur succès vient aussi du monopôle américain sur la « culture », même dans des feuilletons insignifiants, des block-buster etc, on peut retrouver énormément de références typiques du calvinisme américain. C’est un facteur de « subversion philosophique » des masses qui accompagne très efficacement le discours des évangélistes américains (il faut préciser américain, parce qu’il existe un courant dit « évangélique » allemand qui n’en a pas les caractéristiques) 


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 28 août 14:44

                          Il y a bien des vérités dans ce long article. Il y a de bonnes remaques, aussi et comme toujours, dans le long commentaire de Jonas.

                          Mais toujours pas la moindre demande d’un ferme rejet, au sein de la croyance chrétienne, de la prétendue “bonne violence” commandée par le Dieu des chétiens pour de prétendues “bonnes raisons”.

                          C’est, une fois de plus, un retour à l’église catholique trahissant le pacifique Jésus de Nazareth qui est ici proposée comme alternative aux égarements des athées anti-religieux, lesquels sont lâches et belliqueux.


                          • Mellipheme Mellipheme 28 août 15:18

                            @L’auteur :

                            J’approuve tout le début de votre texte mais pas sa conclusion : il y a en France des protestants, des juifs, des bouddhistes, des spinozistes, des athées pur sucre, des adeptes de micro-religions peu connues, qui tous en en commun :

                            de ne pas être anti ou pro catholiques, en fait, le catholicisme ils s’en fichent ;

                            d’être clairement allergique à l’islam lorsque celui-ci au nom de ses traditions fait preuve de sectarisme ou de prosélytisme ;

                            qui rêvent d’un monde apaisé où chacun soit libre du choix de sa foi, de la façon dont il pense la transcendance, sans vouloir imposer quoique ce soit aux voisins en raison de cette foi. Cela s’appelle la tolérance.

                            J’ai espéré toute ma longue vie que la laïcité était la mise en pratique au plan politique de cet idéal. Je vois bien que cet idéal n’est plus compris et partagé par tous, je le regrette beaucoup mais cela ne fera pas de moi un catholique ni même un chrétien.


                            • Pierre Régnier Pierre Régnier 28 août 17:36

                              L’important, dans votre commentaire, c’est : ils s’en fichent.

                              Rester dans la simple indifférence face à la culture, à l’enseignement, à la justification de la prétendue “bonne violence” de Dieu, qui a conduit ses adeptes à massacrer massivement, c’est une très mauvaise tolérance. Il faut la détruire.

                              Ce ne sont pas les athées haïssant les croyants, ni ceux qui “s’en fichent”, ni les croyants eux-mêmes qui la détruiront s’ils refusent de la reconnaître et de la combattre très explicitement. Quand ces croyants persistent à donner la priorité au dogme, fut-il criminogène, directement ou indirectement, au sein de leur religion, ils sont aussi destructeurs de la paix et de l’amour que les athées haineux.

                              Tous alimentent aujourd’hui la pratique, par l’islam, de la criminalité prétendument divine, relancée et justifiée par cette religion, six siècles après que le croyant juif Jésus de Nazareth ait donné sa vie pour la détruire.


                              • Pierre Régnier Pierre Régnier 28 août 21:18

                                Ceci était une réponse au commentaire de Mellipheme du 28 août à 15h18


                              •  C BARRATIER C BARRATIER 28 août 20:13

                                le cléricalisme fabrique l’anticléricalisme. Le clérical tente de profiter des situations politiques pour imposer ses idées jusqu’à la violence : le massacre des vaudois ou des cathares, par les catholiques, papes en tête, plus récemment des protestants avec les dragonnades, ceux ci ayant pu répondre ici et là par un cléricalisme inversé. En Israël, des juifs cléricaux, partout, des musulmans cléricaux.Au diable les cléricaux qui font tant de victimes. Les athées sont Heureusement majoritaires en France, mais peuvent aussi être cléricaux quand ils s’en prennent aux croyants ou crédules comme vous voudrez.

                                Dans le pire, il y a aussi les ’Etats qui se mêlent de diriger les religieux, voir les concordats napoléoniens, ou les religieux qui se mêlent de diriger l’Etat, comme en Iran.

                                Notre république sociale répond au voeu de Victor Hugo, l’Eglise chez elle, l’Etat chez lui. C’est la loi de séparation (1905), c’est la laïcité qui protège les cléricaux comme .les autres citoyens. L’état est laïque mais n’oblige pas les citoyens à être laïques. C’est la liberté de conscience et d’expression, la fraternité souhaitée..


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 28 août 21:31

                                  @C BARRATIER

                                  Le voeu de Victor Hugo, si souvent répété, est presque toujours interprété comme une volonté d’interdire la libre expression des croyants dans l’espace public, espace dans lequel un état laïque démocratique devrait permettre à toutes les pensées de s’exprimer.

                                  C’est l’une des conceptions imposées par les athées anti-religieux
                                  que l’indispensable réforme de la laïcité républicaine doit faire disparaître.


                                • Eratosthène 28 août 21:40

                                  @C BARRATIER
                                  Liberté de conscience et d’expression ? La fraternité ? Allons donc !
                                  On a vu comment la République pratiquait la laïcité : obligation de prêter serment, massacres et noyades de prêtres, religieuses passées à la guillotine, saisine des biens de l’Eglise (à la Révolution et en 1905), interdiction de porter la soutane, expulsion des congrégations, fichage des officiers sur leur idéologie catholique par la franc-maçonnerie,... Si c’est cela votre fraternité et votre liberté, je vous les rends.
                                  Et n’oubliez pas que le nazisme et le communisme étaient athées.

                                  L’Etat n’a pas à être laïc, car c’est s’engager déjà dans une voie précise. En quoi l’Etat devrait-il privilégier la laïcité à, je ne dis même pas la religion catholique, mais a minima la neutralité ?
                                  Si quelqu’un est végétarien, il souhaitera que l’Etat insiste là-dessus : par exemple, des plats végétariens dans les cantines. Et on ne lui dira pas « non, par principe, l’Etat est omnivore »
                                  Si quelqu’un est opposé (ou favorable, peu importe) à l’immigration, il souhaitera que l’Etat adopte ses vues. Et on ne lui dira pas « non, par principe, l’Etat est pro (anti) immigration ».
                                  Hé bien les catholiques ont donc parfaitement le droit de souhaiter la fin de la laïcité ou plus exactement de l’athéisme radical qui règne. Les francs-maçons influencent les lois de l’Etat, il n’y a aucune raison que les catholiques n’aient pas ce droit.


                                • chantecler chantecler 28 août 22:15

                                  @Eratosthène
                                  Mais vous confondez tout !
                                  Sous la révolution il n’y avait pas de laïcité puisqu’il s’agissait d’extirper la religion un peu trop « compromise » avec l’ancien régime .
                                  La laïcité permet à n’importe qui de croire ou de ne pas croire .
                                  C’est libre et privé .
                                  Par contre elle refuse une religion d’état .


                                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 29 août 09:33

                                  @chantecler

                                  La laïcité, lorsqu’elle se cantonnait à rester dans les lois morales naturelles promues par la chrétienté ne posait pas trop de problème de conscience aux chrétiens. Maintenant que la laïcité est devenu le laïcisme en s’éloignant des lois naturelles de la procréation, de la famille, de la vie, de la liberté de conscience, de la liberté d’examiner et de critiquer, de la liberté d’aller et venir et de travailler, alors, elle est devenu une religion avec ses nouveaux dogmes contre nature, avec ses magistrats prompts à vous mettre en procès si vous ne suivez pas leurs nouvelles lois contre nature.


                                • chantecler chantecler 29 août 09:41

                                  @Daniel PIGNARD
                                  "La laïcité, lorsqu’elle se cantonnait à rester dans les lois morales naturelles promues par la chrétienté ne posait pas trop de problème de conscience aux chrétiens. "
                                  ...
                                  C’est ça vous avez tout compris !
                                  Merci pour votre contribution .
                                   smiley


                                • Gollum Gollum 29 août 09:41

                                  @Eratosthène

                                  les catholiques ont donc parfaitement le droit de souhaiter la fin de la laïcité

                                  Bien sûr. Vous pouvez souhaiter ce que vous voulez. Reste à savoir si les autres, largement majoritaires, vous laisseront faire...

                                  Le temps du catholicisme majoritaire ne reviendra jamais plus tant les paradigmes culturels ont changé et ce profondément depuis plusieurs décennies..

                                  Et c’est très bien ainsi vive la biodiversité..


                                • Gollum Gollum 29 août 09:45

                                  @chantecler

                                  On se demande d’ailleurs pourquoi des lois naturelles ont besoin d’être promues si elles sont... naturelles...

                                  Mais la logique et ce bon Pignard.... smiley C’est vrai qu’il en est encore au géocentrisme il lui faut du temps...



                                •  C BARRATIER C BARRATIER 29 août 17:58

                                  @Pierre Régnier
                                  Les protestants, alors seconde religion de FRANCE étaient pour la loi de séparation (1905), je ne connais pas la pensée de Victor Hugo en dehorsde ce qu’il exprime.


                                •  C BARRATIER C BARRATIER 29 août 18:10

                                  @Eratosthène
                                  c’est très bien que les cléricaux s’expriment et je donne raison aux catholiques de le faire. C’est très bien que les athées s’expriment, je leur donne aussi raison. De nombreux chrétiens ont défendu la laïcité, les protestants qui ont été longtemps la seconde religion de France, maintenant c’est peut être les musulmans, je ne sais pas.

                                  On peut être croyant ou athée et défendre la laÏcité, c’est ce qui se passe

                                  voir par exemple, aujourd’hui, dans la table alphabétique des news

                                  Laïcité chrétienne

                                  http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=219


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 30 août 08:15

                                  @C BARRATIER

                                  Je connais mal les protestants. Ce qui m’apporterait un peu d’espoir ce serait d’apprendre que ceux-ci, contrairement aux catholiques, ont cessé de justifier et d’enseigner les prétendus « bons massacres » prétendument « commandés par Dieu » avant l’arrivée de Jésus.


                                •  C BARRATIER C BARRATIER 30 août 20:18

                                  @Pierre Régnier
                                  effectivement, ils reprochent même à jean calvin d’avoir fait condamner à Genève un théologien espagnol qui fut exécuté.Ce fut le seul,et les protestants ont condamné et condamnent toujours cette exaction. Pour les protestants il faut s’en tenir aux consignes de jésus Christ. Il n’y a jamais eu de massacre par les protestants sauf pendant les guerres de religion, après la révocation de l’édit de Nantes. Les protestants ont approuvé la loi de séparation, 1905, et défendent sans faille la laïcité depuis. je ne prêche pas pour ma chapelle, je suis athée.


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 30 août 21:17

                                  @C BARRATIER

                                  Merci pour ces précisions


                                • Arnes Arnes 31 août 08:46

                                  @C BARRATIER
                                  "Il n’y a jamais eu de massacre par les protestants sauf pendant les guerres de religion, après la révocation de l’édit de Nantes. Les protestants ont approuvé la loi de séparation, 1905

                                  "
                                  Les guerres de religion ont malheureusement entrainé des massacres de part et d’autre, mais après la stupide révocation de l’édit de Nantes en 1685, les protestants ont subit un siècle de persécutions : mise à mort systématique des prédicants, galères ou prison pour les participants aux assemblées ; seule la rébellion des Cévennes a alarmé le pouvoir, mais elle fut écrasée dans le sang.
                                  Quand à la loi de 1905, non seulement elle a été approuvé par les protestants, mais Ferdinand Buisson, protestant libéral, apporta une contribution essentielle aux côtés d’Aristide Briand pour son élaboration.


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 31 août 10:26

                                  @Arnes

                                  Mais je maintiens ma question :

                                  Aujourd’hui, les responsables protestants ont-ils, contrairement à la hiérarchie catholique, cessé de justifier et d’enseigner les appels à massacrer massivement qui sont attribués à Dieu dans l’Ancien Testament ?


                                • Arnes Arnes 31 août 11:27

                                  @Pierre Régnier
                                  Désolé, mais il n’y a pas de hiérarchie idéologique chez les protestants contrairement au système catholique où le dogme défini à Rome descend en cascade jusqu’au fidèle de base. La base du protestantisme est la bible où chacun trouve sa vérité (sacerdoce universel), d’où l’infinie variété de courants.


                                • Eratosthène 31 août 12:47

                                  @Pierre Régnier
                                  Ah parce que les responsables catholiques appellent au meurtre maintenant ? C est nouveau.
                                  Je sais bien que c est votre marotte et que quel que soit le sujet de l article vous parlez de cela mais ce n est pas en répétant 300 fois la même chose que cela vous donnera plus raison.
                                   La fois où j ai voulu creuser avec vous vous avez préfère botter en touche et mettre fin à la discussion en vous défilant.
                                  Donc soit vous êtes capable de justifier vos assertions , soit vous évitez de re raconter une histoire a dormir debout que vous avez inventée et ressassez jusqu a plus soif.


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 31 août 21:40

                                  @Arnes

                                  Merci pour ces précisions.

                                  Je crois donc que les pacifistes protestants doivent, comme ceux de toutes les religions, affirmer très explicitement un ferme rejet des dogmes indirectement criminogènes qui persistent dans la croyance d’autres chrétiens.

                                  Ça aiderait ceux-ci à avancer dans la même direction.


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 1er septembre 18:05

                                  @Eratosthène

                                  Vous n’êtes pas le seul - et pas seulement sur Agoravox - à penser que je ressasse jusqu’à plus soif une histoire à dormir debout que j’ai inventée, ce que vous appelez ma marotte.

                                  Je crois cependant que tous ceux qui pensent ainsi, dont vous-même évidemment, espérez comme moi qu’un jour viendra où cesseront les violences diverses - dont de très grands massacres - engendrées par des religions ou par ceux qui les combattent. Mais j’insisterai toujours sur ce point : ce monde enfin religieusement pacifié ne pourra être obtenu que si les débâts divers lancés par des femmes et des hommes qui le veulent se développent dans une double nécessité :

                                  - le respect des positions réellement exprimées par les uns et les autres

                                  - l’abandon de toute volonté de dissimuler des positions dérangeantes pour les uns ou les autres.

                                  Vous ne m’avez jamais vu dire que les responsables catholiques appellent au meurtre.

                                  Dans une réponse à un commentaire d’un de vos articles vous écrivez, le 25 juillet à 15h03, Je rappelle que le Livre de Josué a été écrit par les Juifs, les chrétiens se sont contentés de l’incorporer dans la Bible. Ce que je répète jusqu’à plus soif, et en agaçant beaucoup de lecteurs d’Agoravox, c’est que l’église catholique n’a pas seulement “incorporé” le Livre de Josué dans la Bible, ELLE A TOUJOURS ATTRIBUÉ À DIEU – AU DIEU DES CHRÉTIENS ! – LES GIGANTESQUES MASSACRES ATTRIBUÉS À LEUR DIEU PAR LES AUTEURS JUIFS DU LIVRE DE JOSUÉ… ET DE BIEN D’AUTRES ÉPOUVANTABLES VIOLENCES VÉTÉROTESTAMENTAIRES.

                                  Pour que “la religion catholique” devienne enfin “la plus belle et la plus réconfortante” (ce que le titre de l’article évoqué ci-dessus prétend qu’elle est) c’est, selon moi, cette erreur gravissime qu’elle doit, explicitement, fermement et publiquement reconnaître et rejeter. Cette erreur qui constitue - j’emploie régulièrement le mot à dessein - une trahison du pacifique et pacifiant Jésus de Nazareth.


                                • Eratosthène 1er septembre 18:34

                                  @Pierre Régnier

                                  Vous écriviez : « Aujourd’hui, les responsables protestants ont-ils, contrairement à la hiérarchie catholique, cessé de justifier et d’enseigner les appels à massacrer massivement qui sont attribués à Dieu dans l’Ancien Testament ? »
                                  Ce qui veut dire que les responsables de la hiérarchie catholique justifient et enseignent les appels à massacrer massivement, selon vous.

                                  je vous prie de nous indiquer précisément quels responsables catholiques, dans quels textes, et par quelles déclarations, justifient et enseignent les appels à massacrer.

                                  Merci


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 1er septembre 22:11

                                  @Eratosthène

                                  Ils ne justifient pas et n’enseignent pas des appels à massacrer aujourd’hui, et pas n’importe quels appels, comme pourrait le laisser penser votre dernière ligne. Je ne dis pas cela.

                                  Mais oui, ils justifient et enseignent les appels à massacrer massivement qui sont attribués à Dieu dans l’Ancien Testament. Plus précisément, ils continuent de justifier et d’enseigner ces appels à massacrer que l’Ancien Testament fait prononcer par Dieu il y a 3OOO ans. C’est bien cela que je dis.

                                  Mais c’est vous qui précisez, fidèle en cela à l’église catholique, que “les chrétiens se sont contentés de l’intégrer dans la Bible”. Mais ceci n’est pas un point de détail, c’est le fond du problème, de la dramatique incompréhension des disciples de Jésus, incompréhension qui les conduit à ignorer LE PLUS IMPORTANT de la révolution spirituelle qu’il a apportée.

                                  Certes, Jésus ne rejette pas la croyance dans les “bons massacres” commandés “par Dieu” dans l’AT en critiquant les textes qui la justifient, comme le fera plus tard, par exemple, le philosophe Spinoza, mais il le fait clairement en donnant jusqu’à sa propre vie pour que les humains “s’aiment les uns les autres” sans la moindre exclusive, les croyants étant seulement appelés à donner l’exemple. Sans cette compréhension le christianisme n’a plus aucun intérêt.


                                • Eratosthène 3 septembre 00:11

                                  @Pierre Régnier
                                  Ah, donc ce que vous reprochez aux catholiques, c’est d’avoir maintenu dans la Bible le livre de Josué.
                                  En fait, je ne comprends vraiment pas votre fixation là-dessus : est-il rappelé, ce passage ? Est-il lu à la messe ? Est-il enseigné, proclamé ? Encore une fois, les chrétiens (catholiques comme protestants et orthodoxes) n’ont pas cherché à « faire le tri » dans la Torah. Ils ont tout pris en bloc. Et cela n’entraîne aucune ignorance de quoi que ce soit.
                                  Je prends un exemple :
                                  « 

                                  32 Alors que les fils d’Israël étaient dans le désert, on trouva un homme ramassant du bois le jour du sabbat.

                                  33 Ceux qui l’avaient trouvé ramassant du bois l’amenèrent à Moïse, à Aaron et à toute la communauté.

                                  34 On le mit sous bonne garde, car il n’y avait pas de décision sur ce qu’on devait lui faire.

                                  35 Alors le Seigneur dit à Moïse : « L’homme sera mis à mort : toute la communauté le lapidera en dehors du camp. »

                                  36 Comme le Seigneur l’avait ordonné à Moïse, toute la communauté le fit donc sortir hors du camp, on le lapida et il mourut. » (Nombres 15, 32-36).

                                  Or, l’attitude de Jésus est totalement contraire à celle-là, comme en témoignent les nombreuses guérisons réalisées le jour du Shabbat, ou ses discours sur le fait que c’est le Shabbat qui est fait pour l’Homme et non l’Homme pour le Shabbat, ou ses reproches aux Pharisiens qui vont quand même, le jour du Shabbat, tirer le boeuf ou l’âne tombé dans le puits.

                                  Est-ce une ignorance ? une incompréhension ? Les catholiques qui se sont succédé en 2000 ans se sont bien rendus compte de la contradiction entre les deux passages. Et pourtant, on a gardé les deux dans la Bible, et l’Eglise ne s’est pas trompée dans son enseignement : elle n’enseigne pas à lapider les gens qui travaillent le dimanche, elle accepte tout à fait dans certains cas les travaux dominicaux, etc., tout en rappelant néanmoins de manière mesurée que le dimanche était fait pour le Seigneur ou pour la vie familiale lors des projets de libéralisation du travail le dimanche.

                                  Le point-clé, pour les catholiques, était de manifester et reconnaître que les Juifs étaient bien le peuple élu de Dieu, de l’Alliance, et qu’ils avaient bien Dieu le Père pour Dieu, et que les Ecritures étaient inspirées par Dieu. Cela n’a jamais été de se perdre dans des instructions archaïques prises au pied de la lettre.

                                  L’Ancien Testament doit être compris à la lumière du Nouveau testament, de l’interprétation donnée par les Pères de l’Eglise, le Magistère, la Tradition. Il ne s’agit pas, en aucun cas, de prendre l’Ancien Testament au pied de la lettre.

                                  Donc, faire grief aux catholiques, parce qu’ils ont gardé ce passage de la Torah dans leur Bible, sans l’enseigner spécifiquement ni le promouvoir, bien même en proclamant l’inverse par la lecture de l’Evangile comportant les attitudes de Jésus qui y sont opposées, et en adoptant, dans le débat public, des attitudes et opinions à mille lieux de celles-là, c’est ridicule. A-t-on déjà vu une personne travaillant le dimanche être massacrée par des catholiques assoiffés de sang poussés au meurtre par des évêques féroces agitant haineusement leur crosse ?? Enfin, un peu de sérieux quand même !

                                  Par ailleurs, j’en viens à douter quelque peu de la sincérité de vos accusations, puisque j’ai l’impression que vous vous focalisez exclusivement sur les catholiques alors que les protestants, les orthodoxes et les juifs ont exactement le même passage.





                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 septembre 17:31

                                  @Eratosthène

                                  Je l’ai dit, je connais mal la théologie actuelle des protestants. Je connais tout aussi mal celle des orthodoxes et celle des juifs. Mais je les crois tout aussi persévérants dans la même erreur et, malgré cela, tout aussi bien intentionnés (j’ai assisté à un office religieux dans une synagogue, c’était aussi pacifique que les nombreuses messes catholiques auxquelles j’ai assisté pendant ma jeunesse, lorsque j’étais un catholique fervent).

                                  Je ne crois plus en Dieu (dans le Dieu des religions) mais je crois toujours, et même plus que jamais, dans le caractère avant tout pacifiant du croyant juif Jésus de Nazareth. Son principal objectif était de pacifier la violente religion juive d’il y a 3000 ans dans laquelle il vivait, en conservant ce qu’elle avait de bénéfique pour l’humanité et en rejetant ce qu’elle avait de criminogène.

                                  C’est seulement si ceux qui se croient sincèrement ses adeptes comprennent enfin cela que la violence religieuse très concrètement pratiquée actuellement dans le monde pourra faire place à une croyance en Dieu seulement pacifiante …/…


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 septembre 17:54

                                  @Eratosthène

                                  …/… Ce que je reproche réellement aux catholiques c’est d’avoir maintenu comme Paroles de Dieu, donc forcément justes, les textes du livre de Josué qui appellent à massacrer au nom de leur Dieu (de celui, bienfaiteur et criminel dont ils ont fait leur Dieu).

                                  Mais pas seulement. Il y a dans l’AT beaucoup d’autres textes aussi monstrueux, comme ceux du Livre des Rois qui montrent l’égorgement, par “le bon prophète Élie”, de 450 “mauvais croyants”. Comme l’autorisation donnée à Esther, dans le Livre du même nom, de faire massacrer 75000 de ses ennemis (c’est ici “moins révoltant” car il s’agit d’éliminer ceux qui étaient supposés répondre positivement à un appel à massacrer le peuple d’Esther, mais ce n’est peut-être pas nécessaire d’en faire éternellement une juste manière qu’a Dieu de protéger ou/et de venger les siens).

                                  Comme l’Église l’a toujours fait, c’est en chicanant sur des détails ridicules, que vous fuyez la remise en question fondamentale de la conception indirectement mais bien réellement criminogène de la “Parole de Dieu”.

                                  Non sans raison, le pape Jean-Paul 2 a voulu une nouvelle publication, pour le troisième millénaire, du Catéchisme de l’Église. Hélas ses rédacteurs y ont répété et justifié, avec son accord, la folle conception tri-millénaire de la « Parole de Dieu ». Parce que ça concerne tous ceux qui réfléchissent sur la laïcité, je vais reproduire en commentaire à votre article un exemple flagrant de cette fuyante obstination au sommet de la hiérarchie catholique.


                                • Eratosthène 7 septembre 13:30

                                  @Pierre Régnier

                                  Vous dites que :
                                  -le livre de Josué contient des appels à massacrer émanant de Dieu (vous n’avez d’ailleurs toujours pas été capable de me citer explicitement les références, donc admettons temporairement ce point)
                                  -les catholiques ont repris l’Ancien Testament (ce qui est vrai, et c’est une bonne chose selon moi)
                                  -vous prenez le CEC qui a déclaré Dieu comme étant auteur de la Bible (je ne conteste pas votre citation)

                                  Je conteste les conclusions : est-ce qu’il y a une violence ACTUELLE des catholiques en tant que catholiques ? Si oui, provient-elle et se base-t-elle sur le livre de Josué ? Pour moi, la réponse est non.
                                  Donc, dire « il faut répudier le livre de Josué et le condamner pour mettre fin à la violence religieuse » n’a pour moi aucun sens, et partir sur une dénonciation d’appels « criminogènes » est fausse puisqu’il n’y a rien d’actuel.
                                  Je conçois en revanche que l’idée que l’on puisse attribuer à Dieu le massacre de civils peut vous heurter. Et c’est pour cela que ce serait Mieux de fournir les citations afin de voir ce qu’il en est réellement.

                                  Bonne journée


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 7 septembre 19:19

                                  @Eratosthène

                                  Dans mon article d’Agoravox L’église catholique le confirme : c’est bien son Dieu qui appelle à massacrer massivement dans l’Ancien Testament j’ai reproduit à la fois de nombreux textes rapportant des appels explicites à massacrer, explicitement attribués à Dieu dans l’AT, et des textes de l’Église donnant par la suite, jusqu’à maintenant, la prétendue “bonne interprétation”.

                                  Par exemple : Allez massacrer tous les habitants de ces cités de Canaan  en veillant à ce qu’il ne reste pas un seul survivant, ça signifie simplement, pour les catholiques d’aujourdhui, que les Cananéens sont, par Dieu, “frappés d’anathème”.

                                  Dans nos échanges de ces dernières semaines, j’ai complété par une citation du nouveau Catéchisme de l’Église catholique (publié en 1998 et voulu guide spirituel pour les chrétiens du troisième millénaire par le pape Jean-Paul II). Cette citation répète que les textes de l’Ancien Testament disent la véritable Parole de Dieu puisqu’ils ont été écrits par des auteurs humains choisis par lui.

                                  Ça ne vous suffit pas. Pour prouver mon honnêteté dans ma démarche il faudrait que je reproduise des textes des chefs de l’église catholique dans lesquels ils auraient ajouté Donc nous appelons les chrétiens à massacrer aujourd’hui encore”. Je n’ai évidemment jamais repoduit et ne reproduirai jamais de tels textes puisqu’ils n’existent pas, et puisque, comme je l’ai toujours dit, je suis convaincu qu’il n’y a pas, et qu’il n’y a jamais eu, si peu que ce soit, une telle volonté chez les responsables catholiques, ou plus généralement chrétiens.

                                  Il est clair que nous n’avons pas le même sens des mots et le même usage de la langue française. Mais je vous crois honnête et vous invite à continuer d’y réfléchir.

                                  Je vais, pour le moment, cesser d’essayer publiquement de convaincre les chrétiens que leurs folles interprétations contribuent à faire durer la violence effectivement pratiquée au nom de Dieu. J’ai, en effet, mieux à faire. J’ai appris récemment qu’un de mes proches, que j’aime beaucoup, envisage de se faire prêtre. Je vais voir comment je peux l’en dissuader tant que l’Église persistera dans sa conception et son enseignement de la prétendue “bonne violence” prétendument “commandée par Dieu”. Quand elle aura enfin abandonné son fol entêtement je l’encouragerai, au contraire, à donner suite à sa vocation dans une Église devenue, dans ce cas, réellement chrétienne.

                                  Cordialement.


                                • Eratosthène 8 septembre 12:55

                                  @Pierre Régnier
                                  Je ne conteste ni vos citations du livre de Josué, ni vos citations du Catéchisme de l’Eglise catholique.
                                  Nous sommes d’accord pour dire que la Bible contient des passages décrivant Dieu qui appelle à un massacre ; nous sommes d’accord pour dire que le CEC considère que Dieu est l’auteur de la Bible. Soit.

                                  Et je vois ce que vous voulez dire dans votre autre article : vous estimez que, plutôt que de donner une interprétation possible du texte, l’Eglise aurait mieux fait de renier ces textes ou s’en débarrasser.
                                  Et c’est là-dessus que nous ne sommes pas d’accord :
                                  -on doit reconnaître que Jésus est bien celui annoncé par les prophètes
                                  -on doit reconnaître que c’est bien Dieu le Père qui a annoncé le Décalogue
                                  -on doit reconnaître que Jésus est le Fils de Dieu le Père
                                  -que les juifs sont bien le peuple élu de Dieu

                                  Si on coupait toutes les racines juives de la religion chrétienne, ne serait-ce pas dramatique ? Quand on lit le Psaume 21, n’est-ce pas une préfiguration de la Passion ? Quand on lit le récit du sacrifice d’Isaac, n’est-ce pas aussi une autre préfiguration ? Quand on lit l’épisode du Chêne de Mambré, n’est-ce pas une première approche de la Trinité ?
                                  Certes, on aurait pu faire du découpage, retenir certains livres, certains textes, rejeter certains passages, etc. Mais franchement, cela aurait pris du temps, aurait été plus ou moins arbitraire, et surtout sans aucune utilité. Il est curieux qu’alors que vous dénoncez la judéophobie du catholicisme, vous êtes celui qui encouragez le plus à une rupture avec le même judaïsme...

                                  Quant à la question de l’interprétation, une fois que le texte figure dans la Bible, il faut bien savoir qu’en faire. Si on le prend au pied de la lettre, c’est quand même moyen. La littérature juive a montré la voie de l’interprétation et la lecture des textes et c’est quelque chose que l’Eglise (pas judéophobe contrairement à ce que vous pourriez croire) a repris. Donc je pense que c’est à porter au crédit de l’Eglise que d’avoir cherché à donner les bonnes clés de lecture. Je rappelle d’ailleurs que si l’Eglise (contrairement aux protestants) a été pendant très longtemps rétive à ce que les fidèles lussent la Bible, c’était pour éviter qu’ils prissent tout cela au pied de la lettre. La Bible devait être expliquée par le prêtre, justement, parce que l’on sait que l’on a des passages parfois difficiles à comprendre.

                                  Ok, cela ne résout pas le problème fondamental qui est qu’effectivement on a un texte de massacre ordonné par Dieu et dont Dieu est l’auteur, mais au moins cela permet de relativiser les accusations d’enseignement criminogènes ou de bonne violence pour la période actuelle.

                                  Cela dit Dei Verbum reconnaît également que certains passages peuvent être imparfaits et provisoires, ce qui revient implicitement à également tempérer le principe que Dieu est l’auteur par le fait que les hommes ont pu également altérer quelques passages.

                                  Bref pour conclure je dirais que :
                                  -votre point (massacre ordonné par Dieu / Dieu en est l’auteur) est intéressant
                                  -que pour autant je pense que l’on a bien fait de garder l’ensemble de l’AT
                                  -que le fait de proposer diverses interprétations me paraît une bonne chose
                                  -et que l’on ne peut sûrement pas en déduire un enseignement à la violence ou criminogène comme vous le faites allègrement
                                  -et qu’à ma connaissance aucun catholique n’a assassiné quiconque en se basant sur le livre de Josué, donc même un abandon du texte ne réduira pas la violence
                                  -qu’il existe aussi une violence athée


                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 9 septembre 15:55

                                  @Eratosthène

                                  Vous pouvez continuer utilement votre réflexion dans la lecture du grand écrivain François Brune (pas le prêtre, l’autre) dont le nom véritable est Bruno Hongre. Je vous conseille tout spécialement le “songe” qu’il a publié ce jeudi 9 septembre sous le titre Que peut vouloir dire “perdre la foi” ?

                                  C’est ici   :

                                  http://www.editionsdebeaugies.org/snpo12.php?l=76


                                • Bombe Bombe 29 août 04:04

                                  « Donc vouloir reconduire (sous quel motif au juste ?) des millions de personnes est impossible. »


                                  La remigration ou la décolonisation de l’Europe est le mythe fondateur de la nouvelle génération de la droite Européenne.

                                  Un mythe qui deviendra réalité.

                                  Le motif est celui de la survie ethnique et RACIALE des Européens en Europe, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

                                  Nous chasserons les Usa dégénérés et détruirons la république, ce sera 20 millions de colons extra-européens qui seront déchus de la nationalité française qu’ils usurpent à cause de l’état républicain colonial et qui seront expulsés façon fln.

                                  Les cosmopolites de cette immonde gauche, de la république, de la maçonnerie, du vatican, les universitaires, les artistes, les journalistes, radio, tv, presse, les politiques etc.. seront intégralement épurés, c’est un nouvel ordre qui s’imposera.

                                  Nous nous ferons l’Europe, la vraie.

                                  Tout ça ne se discute pas, c’est l’avenir, la seule chose qui doit motiver le jeune français.


                                  • babelouest babelouest 29 août 04:43

                                    @Bombe sauf que l’Europe, cela n’existe pas, et cela n’existera pas. Où est le rapport entre un Estonien et un Portugais ? S’il n’y avait pas le détail de la religion, bien plus anecdotique qu’on ne le dit, entre un Marocain et un Espagnol il y a peu de différences, pareil entre un Tunisien et un Italien. Il importe d’avoir un passé commun au moins sur certains points, une langue vernaculaire proche.
                                    .
                                    Il faut se réapproprier une ambiance de vie où parler d’argent ne peut être que le pis-aller peu ragoûtant lié à certains aspects triviaux d’une vie bien plus riche que cela. Notre culture en est à des lieues. Un beau coucher de soleil, cela emplit le cœur, et c’est gratuit.


                                  • Pierre Régnier Pierre Régnier 29 août 09:49

                                    @babelouest

                                    Quand Bombe proclame qu’une Europe du racisme et de la haine est le seul avenir valable pour le jeune français, il alimente la conception guerrière qui, à droite, n’a jamais vraiment disparu. Et probablement, comme c’est le plus souvent le cas, il “part en guerre” dans les mots sans quitter son fauteuil.

                                    Mais votre conception du détail de la religion, bien plus anecdotique qu’on ne le dit révèle un aveuglement stupéfiant quand des fidèles de l’islam viennent d’ajouter, en Afghanistan, une nouvelle conquête “spirituelle” d’un monde qui, depuis des décennies, recule partout devant leur violente religion.

                                    Détruire dans toutes les religions la justification et l’enseignement d’une “bonne barbarie” prétendument “voulue par Dieu” doit être la principale forme de résistance à opposer à la très concrète barbarie mise en application par l’islam. Pas sa négation dans (ou avec) une “Gauche” dégénérée, stupide et lâche.


                                  • babelouest babelouest 29 août 09:59

                                    @Pierre Régnier il est difficile de mettre dans le même panier des Afghans plutôt rigoristes dans leur acception de la religion, et des Marocains qui « ont mis de l’eau dans leur vin » si l’expression n’était inadéquate. Le catholicisme du XVIIe siècle valait-il mieux ? L’Islam est plus jeune.
                                    .
                                    Ne nous leurrons pas : les religions monothéistes SONT le problème, y compris celle de l’Argent. C’est, je pense, dans cette direction-là qu’il serait judicieux de creuser.


                                  • Pierre Régnier Pierre Régnier 29 août 10:40

                                    @babelouest

                                    Oui, la « religion » capitaliste est l’autre problème grave de la société contemporaine, surtout maintenant que les « Gauches » s’y sont ralliés.

                                    Mais le maintien du caractère sacré, y compris au sein du « christianisme », des prétendus appels « de Dieu » à massacrer, reste l’un des principaux obstacles à la pacification du monde.

                                    Face à cette réalité, le persistant nouveau négationnisme, très répandu, est une erreur grave. Il faut cesser d’y adhérer.

                                    Mais il faut aussi - c’est au moins aussi important - cesser de diaboliser la croyance, monothéiste ou pas, en Dieu. C’est seulement la persistance dans la croyance en la violence de ce Dieu qui est dramatique.


                                  • ChrisWiss ChrisWiss 29 août 15:46

                                    @Bombe
                                    Va falloir nous expliquer comment expulser 20 millions de personnes .


                                  • Aimable 29 août 16:17

                                    @ChrisWiss
                                    L’homme en lui même n’est pas a expulser , ce sont les religions et les croyances qu’il faut éradiquer .


                                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 29 août 16:56

                                    @ChrisWiss

                                    Eh bien, la fin de la République en France est décrite dans Daniel 7 :9-14 avec deux jolis cataclysmes (Luc 17 :22-30) pour que les élites se rentrent bien ça dans la tête.

                                    https://www.biblegateway.com/passage/?search=Daniel+7%3A9-14%3BLuc+17%3A22-30&version=LSG


                                  •  C BARRATIER C BARRATIER 29 août 18:14

                                    @Daniel PIGNARD

                                    Il lit dans le marc de café, Daniel ??
                                    Des rois, des empereurs, ont déjà supprimé la République. Je ne pense pas que cela se reproduise, car en France la République renait toujours, à l’inverse de l’AFGANSITAN.


                                  • ChrisWiss ChrisWiss 30 août 00:28

                                    @Aimable
                                    La je suis d’accord , mais toutes alors . On a besoin d’aucun être suprême , surtout aussi nul . Quand on voit les maux de l’humanité , on peut juste se dire que comme ingénieur il ne vaut pas tripette .


                                  • ChrisWiss ChrisWiss 30 août 00:31

                                    @Daniel PIGNARD
                                    Celle que j’admire dans la bible , c’est Marie . Faire croire à son crétin de mari après s’être fait engrosser par un autre que son fils est le fils de dieu , je dis chapeau .


                                  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 30 août 16:54

                                    @ChrisWiss
                                    Ce que j’admire dans la bible, c’est que tous les méchants et les blasphémateurs vont recevoir leur rétribution.

                                    « Tu ne craindras ni les terreurs de la nuit, Ni la flèche qui vole de jour, Ni la peste qui marche dans les ténèbres, Ni la contagion qui frappe en plein midi. Que mille tombent à ton côté, Et dix mille à ta droite, Tu ne seras pas atteint ; De tes yeux seulement tu regarderas, Et tu verras la rétribution des méchants. » (Ps 91:5-8)


                                  • Eratosthène 3 septembre 01:25

                                    @ChrisWiss
                                    Le mari ne le croyait pas, d’ailleurs. Il a fallu un songe pour qu’il y crût enfin.


                                  • Remarquons que les pays les plus athées ont le plus haut taux de suicides.


                                    • babelouest babelouest 30 août 08:43

                                      @Mélusine ou la Robe de Saphir. et ?


                                    • @babelouest Réjouissons-nous de l’apocalypse à venir. Ce monde était de toutes façons devenu irrespirable. Les jours sont comptés..... Pour tout le monde. Et c’est mieux ainsi.


                                    • babelouest babelouest 30 août 09:04

                                      @Mélusine ou la Robe de Saphir. c’est là où l’on voit que, dieux ou pas, c’est pareil.


                                    • @babelouest Un prof sans masque a contaminé la moitié des élèves. La rentrée sera épouvantable... Dans la bible, il est bien aussi question d’Apocalypse...


                                    • chantecler chantecler 30 août 09:11

                                      @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                      Je vais vous dire mélusine, mais ce n’est pas une demande pour entamer une discussion avec vous ....
                                      Il a été constaté qu’en mai 68 , au moment où les gens discutaient,(« parlez à votre voisin »... sortaient , se rencontraient partout dans les facs , dans les usines et ailleurs, le taux de suicides était particulièrement bas .
                                      Ce sont les périodes bloquées , de perte d’espoir , de replis qui sont contemporaines à la remontée des suicides .
                                      Le confinement est lié aussi à une multiplication des tentatives de suicides .


                                    • @chantecler la différence entre vous et moi. C’est que je crois bien que le Covid est une sanction divine....


                                    • babelouest babelouest 30 août 09:23

                                      @Mélusine ou la Robe de Saphir..... à moins que ce ne soit le waxxxin ......


                                    • @babelouest les deux. Ceux qui ont bien connu guy Guy Debord. Comme la mère de mon amie, n’avait au fond qu’une idée en tête : être comme Hitler et que société de spectacle de merde disparaisse. Ses voeux seront réalisés..


                                    • @chantecler après la lune de miel, la lune de fiel...Nous avons connu le meilleur et laissons la mrd pour le no-futur..



                                      • Gollum Gollum 30 août 10:15

                                        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                        Seriez vous la fille adultérine de Mao au QI de 160 MINI ?

                                        Les chiens font pas des chats à ce qu’on dit... smiley


                                      • Les hôpitaux seront saturés. Et si vous tombez malade. N’espérez pas être soignés...


                                        • babelouest babelouest 30 août 09:25

                                          @Mélusine ou la Robe de Saphir. vous oseriez, vous, aller à l’hôpital ? Pas moi, « à dieu ne plaise » comme on disait au moyen âge.


                                        • @babelouest Non... mort garantie...


                                        • Gollum Gollum 30 août 10:16

                                          @babelouest

                                          Elle aurait trop peur de tomber sur un psychiatre, risque d’HP sous haute surveillance pour le restant de ses jours... smiley


                                        • Restera plus que des trolls merdeux comme Gollum. Bonne chance la jeunesse ; Retour à l’âge pré-historique reptilien..


                                          • Gollum Gollum 30 août 11:34

                                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                                            Restera plus que des trolls merdeux comme Gollum.

                                            Vous nous quittez ? Des promesses, toujours des promesses... smiley


                                          • macchia 31 août 12:42

                                            malheur aux femmes, continuerons à être

                                             les bêtes noires des religions


                                            • macchia 31 août 13:39

                                              continueront


                                              • zygzornifle zygzornifle 1er septembre 14:49

                                                La religion c’est le pouvoir et elle se comporte comme les politiques ....


                                                • Pierre Régnier Pierre Régnier 3 septembre 18:13

                                                  Réanimation contemporaine du dogmatisme catholique indirectement criminogène (c’est moi qui souligne) :

                                                  Dieu a inspiré les auteurs humains des livres sacrés. « En vue de composer ces livres sacrés, Dieu a choisi des hommes auxquels il eut recours dans le plein usage de leurs facultés et de leurs moyens, pour que, Lui-même agissant en eux et par eux, ils missent par écrit, en vrais auteurs, tout ce qui était conforme à son désir, et cela seulement  » (106)

                                                  Les livres inspirés enseignent la vérité, « Dès lors, puisque toutes les assertions des auteurs inspirés ou hagiographes doivent être tenues pour assertions de l’Esprit Saint, il faut déclarer que les livres de l’Écriture enseignent fermement, fidèlement et sans erreur la vérité que Dieu a voulu voir consignée pour notre salut dans les Lettres sacrées  » (107)

                                                  Ces versets du nouveau CATÉCHISME DE L’ÉGLISE CATHOLIQUE (1998) s’appliquent aussi bien à l’Ancien qu’au Nouveau Testament, comme le précise le verset précédent : « Notre Sainte Mère l’Église, de par sa foi apostolique, juge sacrés et canoniques tous les livres tant de l’Ancien que du Nouveau Testament, avec toutes leurs parties, puisque, rédigés sous l’inspiration de l’Esprit Saint ils ont Dieu pour auteur et qu’ils ont été transmis comme tels à l’Église elle-même » (105)


                                                  • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 septembre 17:59

                                                    Le principal responsable de cette horreur est le cardinal Ratzinger, nommé par Jean-Paul II directeur du goupe de rédaction du Nouveau Catéchisme. Il deviendra le pape Benoît XVI puis, se sentant trop fatigué pour exercer correctement sa mission, il y renoncera et sera remplacé par l’actuel pape François.

                                                    Celui-ci ne remettra pas en question l’attribution à Dieu des massacres commandés dans l’AT. Vers la fin de son encyclique FRATELLI TOUTTI (3 oct 2020) il répètera le gros mensonge des chefs religieux : La vérité, c’est que la violence ne trouve pas de fondement dans les convictions religieuses fondamentales, mais dans leurs déformations (282). Il se dit heureux de le partager, ce mensonge, avec le Grand Imam Ahmad Al-Tayyeb, qu’il a rencontré : ensemble ils ont déclaré fermement que les religions n’incitent jamais à la guerre et ne sollicitent pas des sentiments de haine, d’hostilité, d’extrémisme, ni n’invitent à la violence ou à l’effusion de sang. (285)


                                                  • Pierre Régnier Pierre Régnier 4 septembre 18:11

                                                    Dans cette déclaration commune du pape des “chrétiens” et du responsable de l’islam - la religion qui, six siècles après l’auto-sacrifice du pacifiant Jésus de Nazareth a relancé, pour l’avenir, la croyance des juifs de l’Ancien Testament en la bonne violence commandée par Dieu - on peut voir une conception semblable à celle des gouvernants “laïcs” de l’actuelle France républicaine : La vérité n’a aucun intérêt en elle-même. C’est l’art de présenter de manière séduisante sa falsification qui fait la bonne politique.

                                                    LA PRATIQUE DE LA VIOLENCE RELIGIEUSE A TOUJOURS UN BEL AVENIR DANS LE MONDE MODERNE.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité