• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Aliments « ultra-transformés » et risque de cancers : 3 règles d’or (...)

Aliments « ultra-transformés » et risque de cancers : 3 règles d’or pour sauver notre santé

Une récente étude associant des chercheurs de l’Inserm, de l’Inra et de l’Université Paris 13 suggère une association entre la consommation d’aliments ultra-transformés et le sur-risque de développer un cancer. Plus précisément, une augmentation de 10% de la proportion d’aliments ultra-transformés dans le régime alimentaire s’est révélée être associée à une augmentation de plus de 10% des risques de développer un cancer au global et un cancer du sein en particulier.

Face à un tel constat, deux attitudes sont possibles : pester contre les industriels et ne rien changer à notre comportement (c'est le plus facile) OU faire quelques efforts sur nous-mêmes et, si nous sommes nombreux dans cet effort, forcer les industriels (guidés par leur seul intérêt) à nous suivre.

Commençons par donner la définition de ce qu'on appelle des « aliments ultra-transformés » (AUT).

La classification NOVA catégorise les aliments selon quatre groupes, en fonction de leur degré de transformation industrielle :

1/ aliments peu ou pas transformés (exemples : légumes, tubercules, racines ou fruits nature, riz, graines de blé, jus de fruits frais ou pasteurisés sans substances ajoutés, plantes aromatiques, viande fraîche ou séchée, œufs frais et en poudre, yaourt à base de lait et ferments lactiques, sans sucre ni ajout de lait en poudre, thé, tisanes, café...). 

2/ ingrédients culinaires transformés (exemples : huiles végétales, graisses de noix de coco et graisses animales, sucre de table, sirop d'érable 100%, mélasse et miel, sel de table).

3/ aliments transformés (exemples : conserves de légumes, légumes secs, fruits en boîtes et bocaux, noix et graines salées, poisson fumé ou salé, jambon fumé ou salé, sardines et thon en boîte, fromages, vin, bière, cidre...).

4/ aliments ultra-transformés (AUT).

Un AUT, selon le Dr Anthony Fardet, chargé de recherche en alimentation préventive et holistique, « c’est un aliment dont on ne peut même pas reconnaître l’origine naturelle tellement sa matrice est modifiée. Vous aurez beau chercher, vous ne tomberez jamais sur un élevage ou un champ de barres chocolatées ! Ce sont des aliments créés de toutes pièces par l’homme ».

Le groupe des « aliments ultra-transformés » comprend, pêle-mêle : les pains et brioches industriels, les biscuits apéritifs, les sodas et boissons sucrées aromatisées, les nuggets de volaille et de poisson, les plats préparés, les plats surgelés, la pâte à tartiner, les barres énergétiques, les saucisses, les poissons reconstitués, certaines marques de céréales, les yaourts aux fruits, les hamburgers, les hot dog, la margarine, les préparations pour nourrissons (petits pots, purée...), les soupes instantanées, et tous produits transformés avec ajout de conservateurs autre que le sel (nitrites par exemple), ainsi que les produits alimentaires principalement ou entièrement constitués de sucre, de matières grasses et d’autres substances telles que les huiles hydrogénées et les amidons modifiés.

Pour distinguer les « aliments transformés » des « aliments ultra-transformés », prenons quelques exemples.

Les compotes de fruits avec seulement du sucre ajouté sont considérées comme des « aliments transformés », tandis que les desserts aux fruits aromatisés avec du sucre ajouté, mais également des agents texturants et des colorants sont considérés comme des « aliments ultra-transformés ». De même, les conserves de légumes uniquement salées sont considérées comme des « aliments transformés » alors que les légumes industriels cuits ou frits, marinés dans des sauces et/ou avec des arômes ou texturants ajoutés (comme les poêlées industrielles de légumes) sont considérés comme des « aliments ultra-transformés ».

En février dernier, une étude réalisée en France (cohorte NutriNet-Santé), et publiée dans le British Medical Journal suggérait donc que la consommation d’aliments dits "ultra-transformés" accentuait le sur-risque de cancer. Une augmentation de 10% de la proportion d’aliments ultra-transformés dans le régime alimentaire est associée à une augmentation de 6 à 18% du risque de développer un cancer en général et de 2 à 22% pour le risque de cancer du sein. Plus spécifiquement, "les graisses et sauces ultra-transformées et les produits et boissons sucrées sont associés à un risque accru de cancer globalement, et les produits sucrés ultra-transformés étaient associés à un risque de cancer du sein", selon les auteurs.

Selon le Dr Anthony Fardet, "il faut réaliser que l'explosion des maladies chroniques dans les pays occidentaux [à l'instar du diabète sur le long terme] a été concomitante avec l'arrivée massive des aliments ultra-transformés dans les grandes surfaces depuis les années 1980". Mais ce n'est probablement pas la seule cause : l'ajout de substances dont certaines sont toxiques (nitrite de sodium, dioxyde de titanium...), les emballages qui peuvent libérer des substances toxiques (bisphénol A dans les emballages en plastiques...) et la modification de la flore intestinale, le microbiote, sont vraisemblablement impliquées dans ces problèmes.

Selon un rapport de l’Insee publié en 2008 : "En 45 ans, la part de l’ensemble des plats préparés à base de viande, de poisson et de légumes au sein du repas [autrement dit, des produits ultra-transformés] a plus que doublé pour atteindre 41 % en 2006" en France, au détriment des produits demandant davantage de préparation personnelle.

Les AUT représenteraient, selon Anthony Fardet, jusqu'à 80 % des produits vendus en grandes surfaces aujourd'hui.

Le succès de ces produits tient au fait qu’ils sont peu coûteux et faciles à consommer. Un avantage non négligeable dans une société pressée, obsédée par le gain de temps et les résultats instantanés.

Dans une interview à Lyon Capitale, Michael Moss (lauréat du Prix Pulitzer) déclare :

"Si vous me demandez si l’industrie agroalimentaire peut fabriquer des aliments plus sains, je pense que oui, pourvu qu’ils y affectent leurs meilleurs scientifiques et que les gens soient prêts à les acheter. Car Wall Street sera là, à attendre les chiffres des ventes : si les produits plus sains ne se vendent pas bien, Wall Street va presser les entreprises pour reprendre leurs versions moins saines".

Alors, que faire ?

Le Dr Fardet nous enjoint à modifier massivement nos comportements de consommateurs, seul moyen de forcer les industriels à s'adapter aux exigences de leurs cibles.

Il conseille de ne pas consommer plus de deux portions d'aliments ultra-transfomés par jour : "Je n'y suis pas farouchement opposé. Simplement, je pense qu'il faut prendre conscience qu'il ne faut surtout pas en abuser au risque d'être victime de divers maux chroniques". En clair, les AUT devraient servir à nous dépanner (ou à nous faire plaisir) occasionnellement, mais ne surtout pas constituer la base de notre alimentation.

Dans la vidéo ci-dessous, Anthony Fardet explique sa vision holistique de la nutrition, qu'il oppose à l'approche réductionniste en vogue dans les sciences depuis Descartes. En gros, les nutriments contenus dans un aliment brut valent plus - de par leur synergie - que la somme de ces nutriments s'ils sont destructurés dans un produit ultra-transformé.

Il livre aussi ses trois règles d'or pour une alimentation saine, durable et éthique :

1. Ne pas manger plus de 15% de calories animales par jour, soit une portion quotidienne, accompagnant les légumes (qui devraient être la base du repas).

2. Une base alimentaire peu ou pas transformée (85%). Ne pas dépasser 15% de produits ultra-transformés.

3. Manger diversifié, mais surtout des aliments peu ou pas transformés, qui contiennent les micronutriments protecteurs.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

53 réactions à cet article    


  • Decouz 13 avril 10:27

    Beaucoup des ajouts des industriels dans les yaourts par exemple, sont totalement superflus, car avec un minimum d’efforts il est facile et préférable de mettre soi-même, si on tient à améliorer le goût, les produits qui sont rajoutés par les industriels, fruits par ex, à un prix prohibitif. Un simple yaourt sucré coûte plus cher, alors qu’il n’est pas très compliqué de mettre soi-même du sucre en poudre bien moins onéreux.
    Il en est de même de beaucoup de produits, mais par faute de temps, par oubli d’un minimum de savoir faire en cuisine, et du fait de la publicité agressive, les consommateurs ont oublié les recettes simples.
    Protéines : attention au carences, 0,8 g par kg de poids en moyenne, mais besoins variables, supplémentation pour les jeunes, les femmes enceintes, les personnes âgées, les sportifs.
    Donc diminuer la viande, surtout rouge, mais remplacer par une autre source.


    • velosolex velosolex 14 avril 10:51

      @Decouz
      Les yaouts on peut facilement les faire soi même. Et surtout ne pas ajouter de sucre. Pendant trois semaines vous trouverez les aliments amers, et puis vous vous habituerez. Même les pommes de terre vous paraîtrons ensuite sucrés. 


    • zygzornifle zygzornifle 13 avril 10:55

      Que fait l’UE ? que fait le ministère de la santé ? 


      Ha le pognon distribué par les industriels circule donc ils s’en battent les c......s

      • zygzornifle zygzornifle 13 avril 10:58

        Ouf j’ai eut peur, nos politiques ne sont pas concernés car ils ont les moyens de manger du top , pas de ces plats a l’Élysée ni au parlement ni au sénat .....


        • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 11:04

           toute l’alimentation est contaminée par des micro plastique l’eau en bouteille aussi. 


          • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 11:25
            Les Îles Poubelles, bientôt le 196ème pays membre de l’ONU ?

            .

            Chaque année, entre 6,5 et 8 millions de tonnes de déchets plastique sont déversés dans les océans, selon Planetoscope. La partie la plus visible de cette amoncellement se situe dans la Pacifique Nord. Il s’agit du « septième continent », une zone de 3,5 millions de km2 de déchets. 

            Ces rejets de déchets affectent l’environnement marin : les animaux s’emprisonnent dans les plastiques. En 2103, cela en a tué plus d’un million d’après le Figaro. De plus, ceux-ci mangent le plastique ou les microparticules, ce qui est également potentiellement mortel.
             
            LadBible et Plastic Oceans Foundation se sont donc unis pour lutter contre cette pollution. Si le septième continent est considéré comme un pays, celui-ci devra être nettoyé d’après les traités environnementaux signés par les membres de l’ONU.

            Une pétition destinée au secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, compte à ce jour plus de 130 000 signatures. Al Gore, ancien vice-président des États-Unis, soutient ce projet et a même obtenu le statut de citoyen d’honneur.

            Pour cette campagne, LadBible et Plastic Oceans Foundation ont travaillé avec le designer Mario Kerkstra. Ce dernier a imaginé une monnaie nommée « Debris », un drapeau et des passeports pour les personnes appuyant le projet.

            Plus de déchets que d’animaux marins
            Même s’il est peu probable que la campagne aboutisse à la création d’un pays, l’ONG espère sensibiliser un maximum de personnes. 

            D’après une étude réalisée par la fondation Ellen McArthur, en 2050 il y aura plus de déchets plastiques que de poissons dans les océans.

            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 13 avril 12:31

              @Ratatouille

              C’est bien nous qui creusons nos tombes, les industriels en nous imposant leurs façons de faire , ben ,nous ont rendus de plus en plus cossards .

              La vieille tige que je suis, se rappelle encore il y a une trentaine d’années, les bouteilles de vins en verre étaient consignées,... et le Géant ( casino ) ou je demeurais dans le Var les reprenait, même que souvent j’en récupérais des bouteilles vides abandonnées dans la nature pour les rendre au magasin !

              Des années avant, c’était les bouteilles de lait, pour ce qui concerne les bouteille d’eau minérale en verre, je n’ai pas de souvenirs !

              ...mais sur le web, j’ai trouvé ces infos

              http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/11/15/recyclage-comment-la-consigne-a-disparu-en-france_5215413_4355770.html


              et également celui-ci

              https://www.20minutes.fr/planete/2217167-20180208-temps-instaure-consigne-bouteilles-plastique-france

              Ben l’article mentionne la consigne des bouteilles en plastiques, je pense que c’est bien,car même si certains gougnafiers continueront à jeter leurs bouteille plastique vides dans la nature, rien empêchera de les récupérer pour ensuite les déconsigner, bon moyen pour certains comme les mômes dans le temps de se faire de se faire un peu d’argent de poche !

              Un bémol quand même la matière des bouteilles plastiques d’eau minérale contamine l’eau contenu dans ces bouteilles !résultats Google.


              @+ P@py


            • mmbbb 13 avril 19:10

              @Gilbert Spagnolo dit P@py J ai connu les consignes Quant au lait nous allons le chercher à la fruitière qu il fasse beau ou qu il pleuve Le lait etait transporte dans une berthe Quant au pain le boulanger le faisait cuit au four Un bon pain Je ne voyais pas d obeses ( uniquement des cas de maladie ) et nous n avions jamais entendu parler d allergie alimentaire ( un gamin est encore mort récemment à la suite d un choc anaphylactique ) . Il a ete aussi démontre que toutes ces substances alteraient le developpement normal Quant aux spermatozoides occidentaux , ils n arrivent plus a se mouvoir . Ne parlons pas de la pollution par le plastique et autre residuts en tout genre Tres beaux resultats


            • velosolex velosolex 14 avril 11:09

              @mmbbb
              Gamin je me faisais pas mal d’argent de poche en récupérant les consignes de bouteille que les gens laissaient en ville, à l’abord des stades ou des plages, le long de la rivière. Les plages étaient des endroits aménagés pour la baignade l’été où les gens laissaient leurs saloperies.

              . Souvent les alcoolo laissaient les bouteilles de bière ou de pinard six étoiles près des bancs. On allait jeter aussi un coup d’œil du coté de la décharge fumante. Les familles de la base américaine tout proche y laissaient parfois des trésors inimaginables. 
              On découvrait la ville à travers cette exploration, traînant à pas dix ans, des sacs qui nous faisaient déhancher sur le trottoir. C’état de la poésie à la Doineau qui me revient là. On se moquait gentiment des amoureux qui s’embrassaient, timidement : « Ouh les z’amoureux ! »
              Pour finir souvent, on sacrifiait l’argent des consignes que nous donnait l’épicier en allant acheter « des bombecs »...Mistral gagnant, malabar, boules de coco, réglisses, bombons krema.....
              Je me souviens de mon premier de cigarettes achetées ainsi, et du buraliste : « T’es sûr que c’est pour ton père ? »
              Tout cela a disparu, les consignes de bouteille, les gamins livrées à eux mêmes, les amoureux timides, les épiceries, le vin six étoiles, les clodos bucoliques, les bancs mêmes.
              On les remplacé par la semaine du vin à leclerc, les gamins attachés à leur console, les SDF.....Même les amoureux je vous l’assure semblent avoir changé, ont perdu cette grâce malhabile....Les américains sont partis, le vin est devenu meilleur, mais le gout n’est plus le même....Sans doute ai je vieilli, mais il me semble que l’époque encore davantage, 

            • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 11:26
              Chaque jour, pas moins de 25 millions de bouteilles en plastique sont utilisées en France... Un gâchis écologique mais aussi une absurdité économique. La preuve avec cette infographie.

              https://www.wedemain.fr/Infographie-Pourquoi-il-faudrait-bannir-les-bouteilles-plastique-des-maintenant_a2995.html


              • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 11:31
                TOUT EST POURRI
                Des microplastiques retrouvés dans la majorité des bouteilles plastiques d’eau minérale contaminées.même dans l’air

                Deux nouvelles études Américaines (Mason 2018) et Allemandes (Schymanski 2018) ont révélé la présence de microplastiques dans l’eau minérale de nombreuses marques. L’étude d’OrbMedia montre que 93% des échantillons d’eau en bouteille étaient contaminés. Ces microplastiques pourraient provenir de l’emballage lui-même ou du processus d’embouteillage par abrasion du plastique. Les bouteilles plastiques à usage unique et en verre sembleraient contenir moins de ces particules plastiques.

                La présence de microplastiques dans l’alimentation et l’environnement est un sujet récent et émergeant. Les microplastiques concernent des particules diverses (fragments, fibres, sphéroïdes, granules, perles ou paillettes) avec une taille de 0,1 à 5mm. Ces particules sont issues de l’abrasion ou de dégradation des plastiques issus des emballages, objets en plastiques, vêtements en fibres synthétiques, des microbilles contenues dans les produits cosmétiques (les solutions de gommage en particulier), … Dans la nature, la photolyse est le principal processus de dégradation et fragmentation

                lire la suite

                https://quoidansmonassiette.fr/microplastiques-bouteilles-d-eau-plastiques-contaminees-minerales/


                • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 11:34
                  Et quid des nanoparticules ? (aucune étude donc pas de souci)

                  Les nanoparticules sont des particules avec une taille inférieure à 0,1 μm. Actuellement, aucune étude n’a regardé la présence des nanoplastiques dans les aliments.

                  Il n’existe pas de méthode validée capable de quantifier et identifier les nanoparticules dans les matrices alimentaires.

                  D’autres questions sur la santé et les impacts environnementaux sont toujours en suspense à cause du manque de d’étude sur le sujet. Il est important de mieux caractériser le devenir de ces microplastiques et nanoplastiques dans les aliments dans l’intestin ainsi que leur toxicité.


                  • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 11:37
                    pas de sorti possible
                    A votre santé ! L’eau de nos robinets est polluée par des micro-particules de plastique.

                    Une équipe de scientifiques américains a procédé à l’analyse de l’eau du robinet dans plus d’une douzaine de pays du monde. Elle conclut que 83 % des échantillons sont pollués par de minuscules particules de plastique. Des milliards de personnes boiraient donc quotidiennement une eau contaminée par le plastique dans le monde, et l’Europe n’est guère épargnée.

                    https://fr.express.live/2017/09/06/eau-robinet-micro-particules-de-plastique/


                    • colibri 17 avril 10:07
                      @Ratatouille
                      filtres à eau BERKEY ou STEFANI pour eau pure

                    • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 11:39
                      DTC
                      Cotons-tiges et micro-billes en plastique, bientôt interdits à la vente.

                      https://beautecherie.com/cotons-tiges-micro-billes-interdits/


                      • Konyl Konyl 13 avril 13:40

                        Merci pour cet article.

                        Il faut aussi prendre ses responsabilité, déjà, la première chose à faire c’est supprimer la télévision des foyers (en tout cas l’antenne). Un écran pour voir des films, des documentaires, jouer à des jeux de temps en temps suffit ! Et là vous verrez que l’attitude en face d’un produit en supermarché n’est plus la même. Cela fait deux and et demi que je n’ai plus de TV et c’est comme arrêter de fumer, on se sent libre.

                        Quand on subit ce matraquage publicitaire il est plus difficile de résister, sans , c’est une partie de plaisir. Le reste c’est le gout de l’effort, oui éplucher des carottes c’est plus long que d’ouvrir des lasagnes ultra-transformées sans aucun gout. Oui acheter un poulet, le cuire, l’assaisonner demande quelques notions de cuisine (et encore). Transmettre ce savoir est crucial pour la santé de nos enfants.

                        Personne ne nous met un pistolet sur la tempe, dans votre supermarché, pour acheter une bonne boite de nuggets qui n’ont plus rien d’un beignet de poulet : Merci Jamie


                        • sweach 13 avril 13:54

                          La prise de conscience sur l’alimentation serait une bonne chose, mais il est relativement difficile de trouver des aliments de qualité, sauf si on le fait nous même, hors nous n’avons pas le temps de produire notre alimentation et de participer au reste de la société en même temps.


                          Supposons que :
                          - je ne veille pas de saccharose, car ce sucre n’existe presque pas à l’état naturel
                          - je ne souhaite pas d’acide gras trans (produit par l’extraction à chaud)
                          - je ne souhaite pas d’aliment ultra cuit (stérilisation)
                          - je ne souhaite pas de pesticide
                          - je ne souhaite pas de légume et fruit hybride
                          - je ne souhaite pas de ferment industriel comme (lactobacillus acidophilus)
                          - je ne souhaite pas de sulfite, de carbonate et d’une quantité incroyable de produit chimique
                          - je ne souhaite pas de plastique, ou tout dérivé d’hydrocarbure

                          bref je suis face à une impasse, car même en boutique BIO je ne trouverai pas de produit, le seul moyen est de faire mon propre potager et élevage.
                          Et encore ça difficile de trouver de bonnes graines et un environnement qui ne me pollue pas.

                          • Konyl Konyl 13 avril 15:03

                            @sweach
                            La solution est donc d’essayer le plus possible de se rapprocher de l’idéal culinaire.
                            Ente produire tout soi-même et acheter des légumes pour les cuisiner il y a une sacré différence de timing, c’est un bon compromis.


                          • sweach 13 avril 15:23

                            @Konyl
                            Oui effectivement on peut toujours faire mieux, mais je déplore un gros manque de temps pour cela.


                            Quand j’étais enfant, ma mère avec ses 39H rentré de son travail vers les 17H30 et on passait à table vers les 20H, elle avait donc 2H30 pour faire plein de chose dont le repas.

                            Moi aujourd’hui avec mes 35H, je ne suis pas rentré chez moi avant 18H45 et j’ai gardé l’habitude de manger à 20H, je n’ai donc que 1H15 pour faire plein de chose dont mon repas.

                            A l’époque de ma mère une salade coûtait 2F, aujourd’hui difficile d’en trouver une à moins de 1 euros et à peut prêt tout le rayon fruit et légume les prix ont plus que doublé.
                            A coté de ça j’ai des plats tout prêt qu’il suffi juste de réchauffer et le comble c’est que pour certain c’est largement moins chère que si je le faisais moi même.

                            Aujourd’hui plumer une volaille ou bien vider un poisson ça commence à devenir problématique pour certain, malgré une bonne éducation et une sensibilisation, je suis incapable de connaitre toutes les saisons des fruits et des légumes.

                            On va encore avoir beaucoup de cancer avant une véritable prise de conscience.

                          • Konyl Konyl 13 avril 16:56

                            @sweach
                            Oui c’est vrai, le temps manque et manger sain (le plus possible) coûte de plus en plus cher.
                            L’exemple de la salade est tellement juste.

                            J’ai opté pour la mutualisation des taches et ça fonctionne pas mal, le dimanche j’essaye de préparer un maximum de truc d’avance :) les légumes, une fois cuits se gardent 5 jours sans problème, une marinade vite fait, quelques patates épluchées dans de l’eau, ça fait un bon kit de démarrage :).


                          • Ar zen Ar zen 13 avril 21:26

                            @sweach

                            C’est tellement vrai !

                          • Zolko Zolko 13 avril 13:57

                            @ l’auteur : c’est un peu évident, tout-ça, non ?


                            • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 13 avril 15:15

                              Si vous avez le temps écoutez d’Yves Pascalet qui a écrit le bouquin : « L’humanité disparaîtra , bon débarras »

                              J’écoute en ce moment son son interview sur une radio, je la trouve très très intéressante, pour info elle dure prés de 2 heures.

                              https://www.youtube.com/watch?v=59qih-4Ty-M


                              Pour résumer, nous en avons pas assez pris dans la tronche,il nous faut ( surtout pour les générations qui arrivent en prendre encore plus sur la gueule !!


                              @+ P@py


                              • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 16:19

                                @Gilbert Spagnolo dit P@py
                                .merci pour le lien je regarderai plus tard.
                                by


                              • mmbbb 13 avril 19:17

                                @Gilbert Spagnolo dit P@py Je pense que nous sommes encore dans une situation intermédiaire ce sera les futures generations qui risquent de beneficier du fruit de notre croissance


                              • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 17:40
                                L’état préoccupant de la biodiversité en chiffres

                                — Environ 41% des amphibiens et plus d’un quart des mammifères sont menacés d’extinction

                                — Près de la moitié des récifs coralliens a disparu ces 30 dernières années

                                — Les populations de 3.706 espèces de poissons, oiseaux, mammifères, amphibiens et reptiles ont diminué de 60% en seulement 40 ans à partir de 1970

                                — 25.821 des 91.523 espèces, figurant sur la « Liste Rouge » établie par l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) et actualisée en 2017, ont été classées comme « menacées »

                                — Sur ce total, 5.583 étaient « sévèrement » en danger, 8.455 « en danger » et 11.783 « vulnérables »

                                — Le nombre d’éléphants africains a chuté d’environ 111.000 entre 2006 et 2016, à 415.000 spécimens

                                — Notre planète compte environ 8,7 millions d’espèces de plantes et d’animaux selon des estimations, dont 86% des espèces terrestres et 91% des espèces marines restant à découvrir

                                — De celles qui sont connues et répertoriées, 1.204 espèces de mammifères, 1.469 d’oiseaux, 1.215 de reptiles, 2.100 d’amphibiens et 2.386

                                — Notre planète compte environ 8,7 millions d’espèces de plantes et d’animaux selon des estimations, dont 86% des espèces terrestres et 91% des espèces marines restant à découvrir

                                — De celles qui sont connues et répertoriées, 1.204 espèces de mammifères, 1.469 d’oiseaux, 1.215 de reptiles, 2.100 d’amphibiens et 2.386 de poissons sont menacées

                                — Sont aussi menacées 1.414 espèces d’insectes, 2.187 de mollusques, 732 de crustacés, 237 de coraux, 12.505 de plantes, 33 de champignons et six d’algues brunes

                                — Les pertes économiques dues à la déforestation et à la dégradation des forêts représentent jusqu’à 3,6 billions d’euros (4,5 billions de dollars)

                                Sources : Rapport pour une planète vivante du WWF, Liste Rouge de l’IUCN, revue scientifique PLoS Biology, Compte-rendus de l’Académie nationale des sciences des Etats-Unis, CBD, Groupe d’étude de l’économie des écosystèmes et de la biodiversité (TEEB)


                                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 13 avril 19:45

                                  @Ratatouille

                                  Concernant la disparition des éléphants, outre la réduction de leur habitat, la cause première et le braconnage pour récupérer leur ivoire, idem pour les rhinocéros, me font sacrément chier ces chinetoques !


                                  @+ P@py


                                • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 20:14

                                  @Gilbert Spagnolo dit P@py
                                  ils sont fous,combien coutera la dernière défense d’ivoire ?
                                  pour le thon il monte 6000 euros le kilos


                                  Un thon rouge a été vendu l’équivalent d’1,3 million d’euros lors d’enchères au marché de Tsukiji, à Tokyo, le plus grand marché de poissons au monde.

                                  Un thon rouge de 222 kg, pêché au nord-est du Japon, a été vendu sur le fameux marché de Tsukiji, à Tokyo,1,3 million d’euros à Kiyoshi Kimura, un patron de restaurants spécialisés dans les sushis. A ce prix, le kilo de poisson revient à 6000 euros, soit quelque 260 euros le sushi ! Mais l’acquéreur rassure ses consommateurs : il compte bien commercialiser la bouchée de riz et poisson à 3,50 euros la pièce. 

                                  Un thon de 222 kg a été vendu sur le marché de Tsukiji à Tokyo, au Japon, le 5 janvier 2013. Il a été acheté par un patron de chaîne de restaurants spécialisés dans le sushi 155,4 millions de yens, soit 1,3 million d’euros.

                                  Toru Hanai/Reuters

                                  https://www.lexpress.fr/styles/saveurs/le-thon-le-plus-cher-du-monde-adjuge-155-millions-de-yens-a-tokyo_1206508.html


                                • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 13 avril 21:44

                                  @Ratatouille

                                  Encore les chinetoques qui foutent la merde avec leur consommation excessive de thon

                                  Comme tous les poissons,le thon il est une source de protéines complètes.

                                  • Le thon regorge d’éléments nutritifs, dont le phosphore, le sélénium, les vitamines A et D, ainsi que celles du groupe B.

                                  https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=thon_nu


                                  Nettement moins chères les sardines avec autant de qualités que le thon !

                                  La sardine est un poisson gras qui contient certains principes actifs ayant des effets intéressants sur la santé, le principal étant assurément son contenu en acides gras oméga-3. Sans oublier les nutriments contenus dans ce poisson, tels que le calcium, le sélénium, le phosphore, la vitamine D et des vitamines du groupe B, ce qui en fait un aliment à intégrer plus souvent à notre alimentation.

                                  https://www.passeportsante.net/fr/Nutrition/EncyclopedieAliments/Fiche.aspx?doc=sardine_nu


                                  Pour l’instant son exploitation par la pèche est juste limite !

                                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Sardine


                                  http://www.lemonde.fr/ressources-naturelles/article/2016/02/10/mobilisation-contre-la-surpeche-en-mediterranee_4862918_1652731.html


                                  Pas bon, pas bon tout ça !


                                  @+ P@py









                                • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 13 avril 22:00

                                  @Gilbert Spagnolo dit P@py

                                  En Polynésie il y a dix ans je payais en moyenne douze euros le kg le thon rouge...Plus cher pour de la big mamma (ce que recherchent souvent les Japs ) .En poisson cru miammmm Mais le meilleur est le Mahi Mahi ,a tomber, cru au lait de coco ...


                                • foufouille foufouille 13 avril 18:10

                                  « il faut réaliser que l’explosion des maladies chroniques dans les pays occidentaux [à l’instar du diabète sur le long terme] »

                                  maladie qui existes dans tous les pays depuis des milliers d’années.

                                  en -10000, tout le monde vivait 200 ans et dans une belle grotte.


                                  • sweach 16 avril 09:51

                                    @foufouille
                                    Alors une « explosion » ça veut dire une forte augmentation, pas l’absence de la maladie.


                                    En -10000 notre organisme c’est adapté à son environnement et à sa disponibilité alimentaire, aujourd’hui les aliments et l’environnement ont changé et notre organisme n’est pas adapté.

                                    Je pense que vivre vieux n’intéresse pas grand monde, par contre vivre en bonne santé est quelques chose vers lequel il faut tendre.

                                    Petite parenthèse, le diabète encore aujourd’hui est mal compris, mais visiblement il s’agirait d’une maladie auto-immune en relation direct avec la flore intestinal donc avec notre alimentation. On en est encore très loin, mais visiblement une fécalothérapie + un changement alimentaire pourrait guérir cette maladie comme de nombreuse autres.

                                  • foufouille foufouille 16 avril 14:07

                                    @sweach
                                    de nos jours, on a une analyse de sang dispo.

                                    « visiblement une fécalothérapie + un changement alimentaire pourrait guérir cette maladie comme de nombreuse autres. »

                                    complètement débile vu que c’est le pancréas qui fonctionne mal.


                                  • sweach 17 avril 09:22

                                    @foufouille
                                    *complètement débile vu que c’est le pancréas qui fonctionne mal*

                                    Tu prouve que tu n’y connais rien.

                                    Dans le diabète de type 1 le pancréas est détruit par une auto-immunité et il devient incapable de produire de l’insuline.

                                    Dans le cas d’un diabète de type 2, l’organisme fini par développer une « résistance » à l’insuline, celle-ci devient moins efficace jusqu’à épuiser le pancréas qui surproduit de l’insuline.
                                    Cette « résistance » est encore mal comprise, mais il est indéniable quand modifiant la flore intestinal on rétablie une fonction normal de l’insuline.

                                    Le system immunitaire et la flore intestinal sont intimement lié, même si ça nous dépasse.
                                    La flore intestinal dépend de notre alimentation.

                                    Donc non, je ne me foule pas trop en affirmant que la fécalothérapie + un changement alimentaire peut guérir de nombreuse maladie.

                                  • Maitre Ratatouille Ratatouille 13 avril 20:34
                                    une couche de déchets de 15 mètres de hauteurLe saumon d’élevage – l’un des aliments les plus toxiques au monde

                                    http://www.sante-nutrition.org/saumon-delevage-lun-aliments-plus-toxiques-monde/.

                                    .

                                    Sous les fermes de saumon parsemées à travers les fjords norvégiens, il y a une couche de déchets de 15 mètres de hauteur, débordante de bactéries, médicaments et pesticides. Bref, tout le fond marin a été détruit, et puisque les fermes sont situées dans des eaux libres, la pollution de ces fermes n’est nullement maîtrisée.

                                    Une ferme de saumon peut contenir plus de 2 millions de saumons dans un espace assez restreint. Cette surpopulation entraîne des maladies, qui se propagent rapidement chez le saumon stressé.

                                    Selon Oddekalv, les poux de mer, la maladie du Pancréas (PD) et le virus de l’anémie infectieuse du saumon (ISA) se sont répandus à travers la Norvège, mais les consommateurs ne sont pas informés et la vente de ces poissons malades se poursuit toujours.

                                    En Suède, les poissonniers sont maintenant tenus d’avertir les clients au sujet de la toxicité potentielle des poissons de la Baltique. Selon les recommandations du gouvernement, vous ne devriez pas manger des poissons gras comme le hareng plus d’une fois par semaine, et si vous êtes enceinte, les poissons de la Baltique doivent être évités.


                                    • Ar zen Ar zen 13 avril 21:22

                                      Le sucre et, en général, « les glucides » sont à l’origine des maladies dégénératives, Alzheimer et Parkinson par exemple, des maladies métaboliques, des cancers, de la pandémie d’obésité, du diabète de type 2 et des maladies inflammatoires. 


                                      Les produits transformés, outre qu’ils sont chauffés et qu’ils ont perdu la majeure partie de leurs oligo-éléments et vitamines, contiennent pratiquement tous du « sucre ». La nourriture proposée en grandes surfaces est, à 80%, bonne pour la poubelle. 

                                      Si vous devez lire un seul livre, lisez « pourquoi on grossit » de Garry Taubes. Un ouvrage d’une telle portée vous en trouvez un tous les 50 à 100 ans ! Le titre n’est pas du tout approprié au sujet. Il devrait être « pourquoi le sucre nous rend malade et nous tue ».

                                      Quant à la recommandation citée par l’auteur de l’article : « 1. Ne pas manger plus de 15% de calories animales par jour, soit une portion quotidienne, accompagnant les légumes (qui devraient être la base du repas) », et bien, je ne la partage absolument pas. 

                                      L’être humain s’est développé sur cette planète, je parle du chasseur cueilleur, en mangeant pratiquement pas de sucre et des aliments d’origine animale, pendant 2 millions d’années. L’agriculture date de 10.000 mille ans. Il ne faut certes pas dépasser 15 à 20% de protéines par jour, mais le « gras » animal est bon pour la santé à la seule et unique condition de ne pas consommer de glucides. 

                                      A titre personnel j’ai arrêté de manger des glucides (pain, pâtes, céréales diverses, sucre de toute nature, fruits, pommes de terre, riz, etc) que j’ai remplacés par le gras animal et végétal. Tous mes indicateurs de santé sont au beau fixe. Ceux de ma famille qui vivent selon ce mode d’alimentation ont tous constaté un véritable mieux dans leur état de santé général et une perte de poids, des réserves graisseuses plus exactement, hors du commun, et ce en mangeant à satiété tout le temps. Alors....

                                      • foufouille foufouille 14 avril 16:56

                                        @Ar zen
                                        "

                                        Le sucre et, en général, « les glucides » sont à l’origine des maladies dégénératives, Alzheimer et Parkinson par exemple, des maladies métaboliques, des cancers, de la pandémie d’obésité, du diabète de type 2 et des maladies inflammatoires. "

                                        toujours aussi taré ...............



                                      • sweach 16 avril 10:33

                                        @Ar zen
                                        Globalement je suis d’accord sur les glucides, on en mange beaucoup trop, mais il ne faut pas devenir fou pour autant, il en faut quand même.


                                        Certe l’homme est parti d’un chasseur cueilleur, mais son explosion démographique ainsi que la prolongation de son espérance de vie est lié à l’exploitation des céréales.

                                        Le problème ce n’est pas les glucides en eux même, mais les glucides industriel.

                                        Le saccharose est un sucre qui n’existe pratiquement pas dans la nature, il y a de nombreux autres OSE mais pas celui là.

                                        L’amidon dans la nature est associé avec des fibres alimentaires, donc normalement on devrait avoir un bon pourcentage de fibre en même temps, ce que l’industrie nous prive.

                                        *A titre personnel j’ai arrêté de manger des glucides ... que j’ai remplacés par le gras animal et végétal.* 
                                        Limiter les glucides est une bonne chose, mais les stopper totalement fini par poser des problèmes.
                                        Le régime cétogène a des failles, vous augmentez le risque de consommer d’avantage d’acide gras trans, ainsi que trop de sel (charcuterie et fromage), globalement ce type d’alimentation sans fuit augmente le stress oxydatif. Ce régime force le cerveau a tourner au ralenti, il y a une perte cognitive ainsi qu’un état dépressif. Les muscles finissent par fondre par la néoglucogénèse.

                                        Tant que vous êtes en bonne santé ce régime alimentaire n’est pas un problème surtout si vous faite des écarts glucidiques de temps en temps pour compenser ces lacunes.

                                        Par contre si vous êtes malades et que vous avez des corticoïdes en traitement, cela devient dramatique. Vous augmentez considérablement le risque d’un syndrome de cushing et de dénutrition, tout est lié au Cortisol que le régime cétogène fait fortement augmenter.

                                        Tout comme le régime Vegan est bien en mangeant un peu de viande, le régime cétogène est bien en mangeant un peu de glucide.

                                        L’idéal est de manger de tout, mais aussi de changer de temps en temps, en suivant les saisons est la disponibilité alimentaire naturel par exemple.

                                      • gaston gaston 13 avril 21:29

                                        Très bon article....mais en même temps l’espérance de vie ne cesse d’augmenter ,même en bouffant de la merde !!!
                                        La médecine fait des progrès ,même si ca va pas vite !
                                        Dans l’temps y avait moins de cancer .... tu m’étonne tout le monde calanchait à 50 ans !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Darth Walker

Darth Walker
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès