• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Choléra, Dieu ou l’Esprit invisible, hygiène, eau potable et eaux (...)

Choléra, Dieu ou l’Esprit invisible, hygiène, eau potable et eaux usées et … la guerre !

recommandations actuelles de l’OMS pour lutter contre le choléra :

« La vaccination ne doit pas perturber la mise en œuvre d’autres interventions de santé hautement prioritaires destinées à préve­nir ou combattre des flambées épidémiques de choléra.

La prise en charge adéquate des cas, les interventions en faveur de l’eau, l’assainissement et l’hygiène, la surveillance et la mobilisation des communautés demeurent les pierres angulaires de la lutte contre le choléra.

 La vaccination se veut complémentaire des autres mesures de lutte et devrait être mise en œuvre dans les contextes pertinents dans le cadre de stratégies globales de lutte contre le choléra ou pendant l’élaboration des autres activités. »

[1] OMS Relevé épidémiologique hebdomadaire 25 AOÛT 2017, 92e ANNÉE No 34, 2017, 92, 477–500 http://www.who.int/wer

Choléra, Dieu ou l’Esprit invisible, hygiène, eau potable et eaux usées et … la guerre !

 Le point au XXI nième siècle.

Dans l’imaginaire populaire, cette maladie diarrhéique qui peut tuer en quelques heures constitue « la deuxième peste », celle qui terrorisa l’Europe du 19ème siècle. C’est une toxi-infection intestinale strictement humaine due à des bactéries de l’espèce Vibrio cholerae découverte par Pacini à Florence en 1854.

 Qu’est ce que le choléra ?

Cette maladie se transmet uniquement par contamination féco-orale, les selles d’un malade ou d’un porteur sain[1] contaminant l’eau de boisson ou des aliments des futurs malades. Les principaux réservoirs de la bactérie sont l’homme et les milieux aquatiques propices à la prolifération d’algues comme l’eau saumâtre et les estuaires. Il n'y a pas d'immunité naturelle, mais la maladie confère une protection brève (3 mois environ) dès le 7e jour de la maladie et les nouveau-nés allaités sont protégés.

Après une courte incubation silencieuse (deux heures à quelques jours), l’entrée dans la maladie se caractérisée par des diarrhées aqueuses brutales, incolores prenant un aspect « eau-de-riz » d'odeur fade, sans fièvre.

La confirmation biologique du diagnostic (outre l’évidence clinique dans le cadre d’une épidémie) repose sur la culture de germes à partir des selles. L’examen au laboratoire met en évidence un vibrion du groupe antigénique O1 ou O139[2] dont la toxine[3] entraîne la majorité des symptômes. Il existe aussi des tests rapides basés sur des techniques immunologiques permettant de confirmer le diagnostic en 15 minutes.

Dans les formes les plus graves les diarrhées, très abondantes et fréquentes (50 à 100 par jour) peuvent entraîner la mort en quelques heures par déshydratation sévère, insuffisance rénale, hypokaliémie, œdème pulmonaire et collapsus cardio-vasculaire.

Chez les malades qui guérissent, le vibrion disparaît des selles spontanément en 7 à 14 jours. C’est la contagiosité considérable[4] de la maladie et sa rapidité d’évolution qui est à l’origine de la peur qu'elle a toujours inspirée à juste raison.

 Le choléra dans l’Histoire

« Depuis l’Antiquité déjà, les premières civilisations sédentaires se sont attachées à l’évacuation de leurs eaux usées. À l’époque, les épidémies se propagent rapidement et la nécessité de faire sortir les eaux de la ville se fait ressentir. Sur tous les continents, on voit alors naître les premiers systèmes d’égouts. Ainsi, L’Empire Romain, l’Egypte ou encore les cités d’Harappa (Pakistan actuel) étaient déjà équipés de réseaux de canalisations, de latrines et de fosses d’aisances au IIIème siècle avant J-C. À cause des guerres et des difficultés politiques de l’Empire romain, ces ouvrages sont abandonnés à partir du IIIème siècle de notre ère.

Au Moyen-Âge, toutes ces installations sont complètement abandonnées. La plupart des habitations n’ont pas de fosses d’aisances et les égouts n’existent pas, alors on jette tout dans la rue : les eaux usées domestiques sont jetées par la fenêtre auxquelles viennent s’ajouter les déchets issus des activités urbaines. Il y règne une odeur putride et les épidémies de peste, de choléra et de typhus ravagent la population durant des siècles. Et cette situation durera jusqu’au XVIIIème siècle… »[5]

Historiquement, les épidémies[6] de choléra, ont touché des dizaines de millions de personnes et causé des centaines de milliers de décès. Le choléra est endémique[7] dans le bassin du Gange depuis plus de deux millénaires, ainsi qu’en attestent les textes indous du Susruta conçus quelques siècles avant J-C et rédigés aux alentours du second siècle de notre ère. La maladie était alors confinée à l’actuel Bangladesh et les contrées limitrophes, mais une épidémie a été observée à Java au 15ème siècle.

Le récit d’un officier de Vasco de Gama racontant une épidémie de diarrhées, responsable en quelques heures de 20000 morts à Calicut en 1503 constitue la première description de la maladie par un Européen.

Jusqu’en 1817, le choléra est resté confiné aux Indes, mais le développement du commerce maritime et les échanges intercontinentaux ont permis l’apparition de pandémies et nécessité l’organisation d’un réseau de surveillance internationale pour les limiter.

La première pandémie (1817-1825) partie de l’océan indien s’est étendue aux pays adjacents, puis à l'Asie Mineure, la Russie, et l'Europe.

La seconde pandémie née à la Mecque en 1826 a contaminé l'Égypte, puis l'Europe dont la France. En France l’épidémie fit 100 000 morts en 1832 dont près de 20 000 à Paris comme Eugène Sue le décrivit[8] :

« le parvis de Notre-Dame était presque chaque jour le théâtre de scènes terribles, la plupart des malades des rues voisines que l'on transportait à l'Hôtel-Dieu affluant sur cette place ... A chaque instant, des civières, des brancards apportaient de nouvelles victimes ... Les brancards n'ayant aucune couverture, quelques fois les mouvements convulsifs d'un agonisant écartaient le drap, qui laissait voir une face cadavéreuse ».

C’est à l’issue des obsèques du général Lamarque, victime de cette épidémie, qu’ont débutées les émeutes décrites par Victor Hugo dans « Les Misérables ». Gavroche aurait pu chanter « si j’suis tombé par terre c’est la faute à Voltaire, la tête dans le ruisseau, c’est la faute à Vibrio ».

La troisième pandémie (1846-1861) s’est propagée plus rapidement grâce aux navires à vapeur. Partie de Chine, elle a atteint le Maghreb, puis l'Europe, dont à nouveau la France en 1853. Lors de l’épidémie de Londres, John Snow, étudiant la diffusion du choléra autour de Broad Street a montré que l’eau constituait le vecteur primordial dans la propagation de la bactérie[9].[10]

La quatrième pandémie (1863-1876) a touché l'Europe du Nord, puis la France : Marseille et la Normandie (en 1865), Paris, Caen, Le Havre (en 1873), l'Afrique du Nord et l'Amérique du Sud.

La cinquième pandémie (1883-1896) : partie de l'Inde vers plusieurs continents, et la France : Paris, Marseille, Toulon.

En 1884, Guy de Maupassant écrivait :

le choléra c’est autre chose, c’est l’invisible, c’est un fléau d’autrefois, des temps passés, une sorte d’Esprit malfaisant qui revient et qui nous étonne autant qu’il nous épouvante, (La peur. Le Figaro, 1884).

La sixième pandémie (1899-1923), de l'Asie, l'épidémie se répand en Russie et de là en Europe centrale, mais épargne les grandes cités d’Europe occidentale et d’Amérique du Nord récemment protégées par leurs travaux d’urbanisme et les progrès de l’hygiène.

La septième pandémie, partie de de l'archipel des Célèbes en Indonésie en 1961, a touché successivement le Moyen-Orient et une petite partie de l'Europe de l’Est puis l’Afrique, et l'Amérique latine en 1991.

 La guerre, pourvoyeuse d’épidémie : le Yémen depuis 2016, trois vagues épidémiques, de l’ordre d’un million de personnes touchées.

« Le choléra est causé par la propagation d'une bactérie via les eaux usées. En temps normal, on guérit facilement du choléra, grâce à la réhydratation des patients et à des antibiotiques. Pour nous, l'étendue de l'épidémie et sa gravité sont directement liées à la guerre au Yémen et à ses effets collatéraux. C'est-à-dire ?

Le choléra se développe quand les conditions d'hygiène sont dégradées. Elles le sont particulièrement au Yémen, déjà le pays le plus pauvre du monde arabe, en raison de la destruction des infrastructures, causée par les combats et les bombardements. 50% des établissements de soins qui ne sont plus fonctionnels, soit parce qu'ils ont été détruits par la guerre, soit parce que les personnels soignants manquent. »[11] 

 Quand un logiciel prévoit les épidémies pour aider la distribution de moyens ! « En 2017, le choléra a tué plus de 2 200 personnes au Yémen. Face à cette tragédie, des chercheurs ont mis au point un programme qui cherche à prédire les épidémies. Pour cela, le logiciel combine les données météo fournies par les satellites de la NASA et les informations sur la densité de population et l’accès à l’eau sur le territoire yéménite. Cela permet de déterminer quatre semaines à l’avance le début d’une crise épidémique.

L’observation des précipitations est cruciale car les pluies importantes submergent le réseau d’égouts, endommagé par la guerre, et participent en grande partie à la propagation de la bactérie du choléra.

Les informations fournies par le programme sont alors transmises à l’Unicef, qui distribue aux endroits sensibles kits d’hygiène, comprimés de chlore et conseils pour prévenir la propagation de la maladie. Le nombre de malades a diminué cette année, mais l’ONU craint cependant une troisième vague épidémique. Trente mille personnes meurent du choléra chaque année dans le monde, principalement en Asie du Sud et en Afrique »[12].

Une information en direct de l’Organisation mondiale de la santé ce début aout 2018 inquiète à nouveau.

 « Plus de 1,1 million cas présumés de choléra ont été enregistrés au Yémen depuis 2017 avril, selon les derniers chiffres de l'OMS, et plus de 2 300 décès associés.

L'avertissement d'une probable nouvelle épidémie est venu un jour après les frappes aériennes à Hodeidah- attaquée par une coalition internationale dirigée par l'Arabie saoudite qui a frappé un marché du poisson occupé et l'entrée du plus grand hôpital du pays, Al-Thawra  »[13].

La campagne de vaccination orale n’a pas endigué le risque : « La phase initiale de cette campagne préventive de vaccination vise plus de 350.000 personnes dans quatre districts de la grande ville d'Aden, dans le sud du Yémen, a précisé la branche yéménite de l'OMS dans un tweet. L'opération est soutenue notamment par le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) et par la Banque mondiale.

Vendredi, des chercheurs ont averti que le Yémen, pays pauvre ravagé par une guerre depuis plus de trois ans, risque de voir son épidémie de choléra repartir de plus belle avec la saison des pluies. Plus d'un million de cas suspects avaient été détectés l'an dernier. Les précipitations aggravent la contamination, a souligné une étude publiée dans la revue The Lancet Global Health. Plus de la moitié des régions yéménites, peuplées au total de 13,8 millions de personnes, risquent d'être touchées ».[14]

 Récemment, une épidémie a été reconnue en Algérie :

« le 23 août 2018, les autorités algériennes ont finalement reconnu l’existence d’une épidémie limitée de choléra. L’épidémie, circonscrite à la province de Blida (sud-ouest d’Alger), aurait pour foyer unique une source d'eau naturelle contaminée à Hamr Al Ain, sur la bande côtière entre les villes d’Alger et Tipaza. Sur les 172 cas suspects admis à l’hôpital, 61 ont été à ce jour confirmés, dont deux décès ».[15]

 Pour les locaux, l’épidémie serait due à l’épandage illicite d’eaux usées sur des champs de fruits et légumes, alors que le gouvernement affirme que le réseau d’assainissement est globalement fonctionnel. Néanmoins des habitants dénoncent le retard, la lenteur, voire l’arrêt des travaux qui « durent et perdurent » [16][17]

Situation à risque en ce fin du mois d’août 2018 et la sécheresse de l’été en Algérie : « Situation environnementale, risque du retour d'autres épidémies :

Le choléra met aussi sous le feu des projecteurs une réalité sur laquelle des militants écologistes ne cessent d'alerter depuis des années. « Ayant parcouru des wilayas, cet été, j'ai pu constater que des égouts se déversent dans les oueds. Du côté de Tipaza, j'ai pu voir des agriculteurs pomper les eaux usées pour irriguer leurs exploitations », affirme Amar Adjili, qui milite pour un environnement propre en organisant régulièrement des collectes de déchets avec des volontaires à travers tout le territoire national. » [18]

 Facteurs de transmission du choléra

À côté des facteurs essentiels de la transmission de la maladie (contamination de l’eau de boisson ou des aliments et manque d’hygiène), il faut souligner le rôle joué par la mondialisation et les progrès techniques des transports dans l’apparition des pandémies.

 Les deux premières pandémies sont nées du commerce international, via les voyageurs qui ont voyagé durant des semaines ou des mois sur des bateaux à voile. Les quatre suivantes ont été favorisées par la révolution industrielle transportant plus rapidement le vibrion par les navires à vapeur jusqu’au cités ouvrières surpeuplées et insalubres.

La septième a emprunté l’avion, pour aller en quelques heures d’un continent à l’autre grâce à des passagers porteurs du vibrion. C’est un avion ramenant des pèlerins de La Mecque à Conakry en 1970 qui a réintroduit le choléra en Afrique occidentale. C’est également le transport par avion des soldats de l‘ONU qui a importé d’Asie le choléra en Haïti fin octobre 2010, illustrant dramatiquement la menace que constitue ce fléau dès que la distribution d’eau potable et l’assainissement des eaux usées ne sont plus assurés.

 Prévention : l’hygiène

L’arme principale contre la diffusion de la maladie est comme toujours la prévention par l’hygiène empêchant notamment le croisement de la chaîne alimentaire avec la chaîne des excréments.

La constitution d’un réseau de traitement des eaux usées assurant l'élimination des bactéries pathogènes des selles, et d’un circuit de distribution d’eau potable de qualité représentent les moyens de prévention collective les plus efficaces.[19]

L’élimination des mouches, vecteurs possibles de vibrions peut aussi être utile.

L’établissement et l’application de lois définissant des règles d’hygiène pour l’industrie, le commerce et la manipulation sans risque des produits alimentaires sont essentiels pour prévenir le choléra.

Des campagnes d’éducation visant à promouvoir le lavage des mains avec du savon sont également importantes.

Pour les voyageurs en pays d’endémie, quelques précautions indispensables méritent d’être rappelées :

Lavage soigneux des mains tout particulièrement avant la cuisine ou les repas

Nettoyage et désinfection de tout ce qui a pu être au contact de matière fécale

Utilisation d’une eau potable pour la boisson et le lavage des aliments, en particulier des fruits et légumes qu’il est prudent de peler.

 Utilisation exclusive de l'eau de bouteilles encapsulées ou à défaut une eau bouillie ou javellisée.

Ne pas consommer de fruits de mer, glaçons, crèmes glacées et sorbets dont on ne connait pas avec certitude l’origine.

 Traitement

En résumé, assez simple en milieu favorisé disposant d’eau potable et moyens de réhydratation par la veine dans les cas graves, et d’antibiotiques pour stopper la propagation. Compliqué, voire impossible en zone de guerre.

Quand la maladie survient, 80 % des épisodes sont bénins ou de gravité modérée et moins de 20 % des malades présentent une diarrhée aqueuse grave avec des signes de déshydratation.

Sans traitement, près d’un malade sur deux atteint de cette forme grave décède, contre moins de 1 % après une prise en charge moderne.

 Le traitement curatif du choléra déclaré consiste essentiellement à compenser les pertes digestives d’eau et d’électrolytes par l’administration orale d’une solution de réhydratation.

En cas de déshydratation prononcée, on préfère la voie intraveineuse (pour maintenir le patient en vie) jusqu’à la guérison qui peut être facilitée, dans les cas graves, par une antibiothérapie.

Les antimicrobiens permettent des améliorations des symptômes cliniques en réduisant le volume et la durée de la diarrhée, et réduisent la durée d’excrétion du vibrion, quelle que soit la gravité du cas. Les cyclines comme la doxocycline et la tétracycline sont les plus fréquemment prescrites. La ciprofloxacine ou l’azithromycine peuvent être utilisées en cas de résistance à la doxycycline.

 Pourquoi le choléra existe-t-il encore au XXI nième siècle ?

Alors qu’on pourrait éliminer tout risque d’épidémie par des mesures sanitaires élémentaires de fourniture d’eau potable et de traitement des eaux usées, le choléra tue encore beaucoup.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, il y aurait chaque année 1,3 à 4 millions de cas de choléra, entrainant 21000 à 143 000 décès[20].

A défaut d’eau potable, envisager les vaccins ? 

 La mise en œuvre des mesures d’hygiène qui permettent d’éradiquer les épidémies de choléra, risquant de ne pas être réalisée avant plusieurs décennies dans les pays qui en souffrent, il serait utile de disposer d’un vaccin efficace, sans danger et offrant une protection durable, ce qui n’est malheureusement pas le cas aujourd’hui.

Deux types de vaccin anticholérique oral (VCO) sont actuellement disponibles :

le WC-rBS, vaccin monovalent préparé à partir de germes entiers tués (Dukoral®)37 et le WC, vaccin bivalent (O1 et O139) préparé à partir de germes entiers tués (ShancholTM, Euvichol® et mORCVAXTM).

Mais l’efficacité et la durée de protection conférée par ces vaccins restent insuffisantes.

 Les programmes d’aide devraient se concentrer d’abord et avant tout sur les réseaux d’eau potable et d’évacuation des eaux usées, sans mélange possible.

Une comparaison coûts/avantages des investissements dans l’amélioration de l’approvisionnement en eau et dans les programmes de vaccination anticholérique au niveau commu­nautaire a montré que des interventions d’amélioration de l’ap­provisionnement en eau associées à un programme de vaccina­tion anticholérique ciblée avaient beaucoup plus de chances de produire des résultats coûts/avantages favorables qu’un programme de vaccination au niveau communautaire seul[21].

Les recommandations actuelles[22] de l’OMS le rappellent :

« La vaccination ne doit pas perturber la mise en œuvre d’autres interventions de santé hautement prioritaires destinées à préve­nir ou combattre des flambées épidémiques de choléra.

La prise en charge adéquate des cas, les interventions en faveur de l’eau, l’assainissement et l’hygiène, la surveillance et la mobilisation des communautés demeurent les pierres angulaires de la lutte contre le choléra.

 La vaccination se veut complémentaire des autres mesures de lutte et devrait être mise en œuvre dans les contextes pertinents dans le cadre de stratégies globales de lutte contre le choléra ou pendant l’élaboration des autres activités. »

On peut regretter que l’ONU et l'Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (Gavi) oublient d’accompagner leur campagne de vaccination sans précédent (2 millions de vaccinés) des infrastructures de distribution d’eau car, comme aurait pu le dire Mao :

« Quand on donne un vaccin à une communauté, on la protège en partie quelques années mais quand on lui apprend l’hygiène et on lui fournit l’eau potable on la met définitivement à l’abri  »

De même, le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France ne recommande pas le vaccin anticholérique chez les voyageurs, pour qui la première prévention contre le choléra demeure le respect des mesures d’hygiène.

 En conclusion, si les causes du choléra ne sont plus à chercher dans la main de Dieu ou de l’esprit invisible au XXIème siècle, nous ne sommes pas à l’abri d’épidémies nouvelles, si nous négligeons quelque peu les règles d’hygiène bien connues individuelles, mais aussi collectives, comme la propreté des villes, l’évacuation des eaux usées, l’existence de lieux d’aisance accessibles pour tous facilement et gratuitement dans les grandes villes comme Paris[23],[24] autant qu’en banlieue et Province. 

Eviter les guerres est évidemment un objectif majeur dont la réalisation bien qu’utopique devrait rester une obsession pour les Humains de tous pays !

Seul le respect par TOUS de ces consignes d’hygiène nous mettra à l’abri d’épidémies toujours possibles, pour lesquelles les moyens hospitaliers de plus en plus réduits seraient possiblement vite débordés.

 Ne perdons pas un instant notre vigilance face à ces fléaux d’un autre temps, mais qui nous guettent en permanence et pour lesquels les campagnes vaccinales ne protégeront personne. L’hygiène, toujours l’hygiène comme pour la Peste. Et la Paix !

 


[1] Personne infectée ne présentant pas de signe de maladie mais susceptible de disséminer la bactérie.

[2] Il n'y a pas d'immunité croisée entre les souches O1 et O139 ce qui complique l’utilisation des vaccins

[3] Identifiée comme la choléragène, qui inverse le flux hydrosodé au niveau de l’épithélium de l’intestin grêle par activation d’un enzyme, l’adénylcyclase.

[4] L 'épidémie est parfois explosive comme à Goma en 1994 où ont été constatés environ 30 000 cas en 9 jours

[5] http://www.ma-micro-station.fr/histoire-traitement-eaux-usees-evacuation-depollution.html

[6] Une flambée épidémique de choléra est définie par la survenue d’au moins un cas confirmé biologiquement de choléra, avec une transmission locale avérée.

[7] Une zone d’endémie du choléra est définie comme une zone dans laquelle des cas confirmés de choléra, résultant d’une transmission locale, ont été détectés au cours des 3 dernières années

[8] Eugène Sue, "Le Juif errant"

[9] Snow J. The cholera near Golden-square, and at Deptford. Med Times Gaz 1854 ;9 :321–322.

[10] L ’assainissement des eaux

« Il faut attendre la terrible épidémie de 1854 à Londres, pour qu’un certain John Snow découvre l’origine du choléra. Cette découverte mène à une réflexion sur l’évacuation des eaux usées de la ville et sur les premières idées de création de canalisations enterrées. Tout doucement, avec la croissance de l’urbanisation, les villes développent leur système d’égouts unitaire. Toutes les eaux s’y retrouvent mélangées. Mais cette histoire est celle de la première ville équipée… En Europe, tout n’avance pas de la même manière. La situation est fort différente dans les grandes villes par rapport aux plus petites mais aussi d’un pays à l’autre. En France par exemple, seulement 12% de la population est reliée au tout-à-l’égout en…1960, alors que le premier traité pour l’assainissement de Paris est signé en 1350 ! Les problèmes politiques du Pays vont ralentir fortement les progressions en matière d’hygiène » http://www.ma-micro-station.fr/histoire-traitement-eaux-usees-evacuation-depollution.html

[11] /www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/epidemie-de-cholera-et-famine-au-yemen-un-test-pour-la-diplomatie-de-macron_1908343.html

[12] https://www.lemonde.fr/planete/video/2018/08/29/un-logiciel-predit-les-epidemies-de-cholera-au-yemen_5347635_3244.html

[13] « More than 1.1 million suspected cholera cases have been recorded in Yemen since April 2017, according to the latest WHO figures, with more than 2,300 associated deaths.

The warning of another epidemic came a day after airstrikes in Hodeidah — which has been under assault by a Saudi-led international coalition fighting Houthi rebels — hit a busy fish market and the entrance to the country's largest hospital, Al-Thawra. » https://edition.cnn.com/2018/08/03/middleeast/yemen-cholera-hodeidah-intl/index.html

[14] http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/05/07/97001-20180507FILWWW00145-yemen-vaccination-orale-contre-le-cholera.php

[15] https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/26718-Cholera-Algerie-mesures-precaution-destination-voyageurs

[16] https://twitter.com/news_ouargla

[17] « La ville sombre dans les eaux usées et d'égouts au vu et su de l’exécutif, #SOS_Ouargla »

[18] http://afrique.lepoint.fr/actualites/l-algerie-ce-que-revele-le-retour-du-cholera-29-08-2018-2246740_2365.php

[19] « Dès 1914, des scientifiques anglais mettent au point un système de bassin où les bactéries présentes vont traiter les eaux usées grâce à leur capacité de dégradation. Aujourd’hui encore, nos stations d’épurations fonctionnent sur ce principe : maintenir les boues dans un bassin et activer par oxygénation les bactéries naturellement présentes dans ces boues pour dégrader le carbone, l’azote et le phosphore. Et c’est également le cas de nos micro-stations. » http://www.ma-micro-station.fr/histoire-traitement-eaux-usees-evacuation-depollution.html

[20] OMS Relevé épidémiologique hebdomadaire Septembre 2017

[21] Jeuland M et al. Cost-benefit comparisons of investments in improved water supply and cholera vaccination programs. Vaccine. 2009 ;27(23) :3109–3120.

[22] OMS Relevé épidémiologique hebdomadaire 25 AOÛT 2017, 92e ANNÉE No 34, 2017, 92, 477–500 http://www.who.int/wer

[23] http://french-francais-rag.com/les-rues-de-paris-et-lhygiene-a-travers-les-siecles/ « C’est le Préfet de la Seine Eugène Poubelle qui va prendre deux arrêtés (en 1883 et 1884) qui vont obliger les propriétaires d’immeuble à mettre à la disposition des locataires des récipients communs munis d’un couvercle et ayant une contenance pouvant aller jusqu’à 120 litres.

Paris, à cette époque, a 2 millions d’habitants et de nombreux immeubles collectifs. Progressivement, les Parisiens vont apprendre à remplir leur récipient avec couvercle qu’ils vont spontanément appeler « poubelle ». (Ce mot entre dans le Grand Dictionnaire Universel en 1890). »

[24] « Avec plus de 6 millions d’individus estimés dans la capitale, les rats sont en train de devenir un véritable phénomène à Paris. Selon les statistiques, on compte aujourd’hui environ 1,75 rat par habitant. Les rongeurs se reproduisent à une vitesse incroyable. Toutes les conditions semblent être d’ailleurs réunies pour les encourager dans ce sens : la nourriture, le refuge et la sécurité.

Et même si le nombre de la population de nuisibles est stable dans certaines régions, les habitants craignent une forte hausse dans les prochaines années. La crue de la Seine et les travaux publics d’aménagement aggravent le problème puisqu’ils poussent les rongeurs à se déplacer encore plus dans les jardins et les lieux touristiques. » https://www.deratisation.com/rats-envahissent-paris.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • cathy cathy 4 septembre 12:06

    Le choléra oblige les algériens a nettoyer leurs quartiers et leurs villes, envahis par les poubelles et détritus en tout genre, la peur à du bon :


    • alinea alinea 4 septembre 21:40

      @cathy
      Une politique qui entretient les réseaux et en crée d’autres, qui s’occupe du ramassage d’ordures, et qui éduque, c’est pas mal non plus !


    • cathy cathy 4 septembre 22:40

      @alinea
      A Marseille, la ville est semblable à une ville algérienne.


    • Montdragon Montdragon 4 septembre 23:34
      Les bobs futurs morts se jettent sur les 11 vaccins obligatoires car il n’est point de salut que dans la migration.
      En 2050 leurs enfants les étoufferont dans leur sommeil, ces vieux crevards trop ouverts.

      • bob14 bob14 5 septembre 08:38

        Avec le réchauffement climatique, dans les 10/15 ans qui viennent il y aura des millions de morts par les épidémies diverses et avariées...Le début de l’extinction de la « race » humaine...Vous avez voulu bouffer la planète ce sera la planète qui vous bouffe !


        • popov 7 septembre 12:42

          @bob14 

           
          épidémies diverses et avariées ??????

        • zygzornifle zygzornifle 5 septembre 09:23

          Surtout du pognon pour que les habitants vivent dans de bonnes conditions, mangent correctement et se lavent avec de l’eau non croupie et des capotes pour éviter 7 gosses par femmes .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

delepine

delepine
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès