• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Interview d’Aurélie, traitée pour un lupus par #Hydroxychloroquine (...)

Interview d’Aurélie, traitée pour un lupus par #Hydroxychloroquine (#plaquenil) #COVID19france

Hydroxychloroquine, un espoir dans le traitement du coronavirus cov-sars-2 ? Il y a quelques jours nous faisions part des premiers résultats encourageants d’un essai préliminaire mené par les équipes du professeur Raoult à l’IHU de Marseille . Diminution de la charge de virus dans l’organisme, réduction de la durée de la maladie, l’essai mené sur une vingtaine de patients est très encourageant, et d’autres hôpitaux sont en train de compléter l’essai à Lille et Paris, tandis que la Belgique et l’Italie commence également l’utilisation de ce vieux médicament autrefois utilisé contre le paludisme.

JPEG

Évolution de la charge viral en coronavirus selon la durée du traitement – essai de l’IHU
https://www.mediterranee-infection.com/hydroxychloroquine-and-azithromycin-as-a-treatment-of-covid-19/

Le fabriquant français SANOFI a indiqué mettre à disposition des doses permettant de traiter potentiellement 300 000 patients.

Interview de Aurélie*, atteinte d’un lupus et traitée à l’hydroxychloroquine (Plaquenil), préconisé par le professeur Raoult dans le traitement du Covid-19

Si le professeur Raoult, directeur de l’IHU de Marseille, n’a de cesse de proposer l’hydroxychloroquine (Plaquenil) dans le traitement du Covid-19, suite à la démonstration de son efficacité faite dans des publications internationales (chinoises notamment) et aujourd’hui dans son propre laboratoire, la résistance sur l’utilisation de ce médicament par l’ensemble du corps médical fait débat et parait polémique. C’est dans ce cadre que nous jugeons utiles d’apporter le témoignage qui suit.

Une de nos camardes atteinte d’un lupus erythémateux disséminé (LED), maladie de système n’ayant rien à voir avec un coronavirus, ni même un virus tout court, a tenu à témoigner de son cas personnel étant traitée, dans le cadre de sa pathologie, par de l’hydroxychloroquine (Plaquenil).

Il est donc essentiel de bien noter qu’il ne s’agit absolument pas de l’avis d’un praticien hospitalier, ni même d’un membre du personnel soignant, mais du témoignage d’une patiente non atteinte par le covid-19 (pour l’instant…) mais néanmoins traitée à l’hydroxychloroquine dans le cadre sa pathologie. Cette molécule présente des effets secondaires et des contre indications ; elle ne peut être employées en dehors d’une prescription par un médecin. De fait, le PLAQUENIL est soumis à prescription médicale obligatoire.


IC : D’abord, pourquoi apporter ce témoignage ?

Aurélie : J’entends tout et son contraire sur le plaquenil. Notamment, on ne maîtriserait pas la posologie. Ça me chagrine, car je suis traitée avec ce médicament depuis 2004, suivi par un Professeur de renom dans un CHU spécialiste des centres de références dans le domaine de ma pathologie.

IC : Peux-tu nous en dire plus sur cette pathologie qu’est le lupus ?

Aurélie : Le lupus est une maladie auto-immune chronique où le système immunitaire s’attaque aux tissus conjonctifs du corps. Concernant la forme dont je suis atteinte, elle se manifeste par des poussées inflammatoires d’ordres articulaires. Le lupus s’attaque également aux organes. Je crois pourvoir dire qu’il n’a rien à voir de près ou de loin avec le covid-19.

IC : Y a-t-il un traitement ?

Aurélie : Oui. Mais c’est une maladie incurable. On ne peut pas en guérir, juste être en rémission. Et comme toute maladie chronique je suis amenée à prendre un traitement en continu et ce traitement est à base d’hydroxychloroquine, vendu sous le nom commercial de plaquenil.

IC : Le plaquenil, celui utilisé par les équipes du professeur Raoult à Marseille pour lutter contre le covid-19 ?

Aurélie : Oui, le même, enfin sauf s’il existe un homonyme ! (rires) En tout cas mon médicament a bien pour molécule l’hydroxychloroquine et c’est un anti-paludéen. Bref, j’insiste, c’est le même médicament. Ce traitement de fond a été bénéfique pour moi, car, par chance, les effets du lupus sont maîtrisés.

IC : Actuellement, quelle est ta posologie ?

Aurélie : Aujourd’hui, un comprimé de 200 mg tous les soirs.

IC : Tous les jours !?

Aurélie : Oui ! Tous les jours, j’ai une prise quotidienne d’hydroxychloroquine et je la garderai probablement à vie ! Donc vous imaginez mon étonnement quand j’entends dire qu’on ne maîtrise pas la posologie et que c’est un médicament dangereux ! Soyons clair, une nouvelle fois, je ne suis pas médecin, j’ai un lupus qui n’a rien à voir avec le coronavirus. 

Ce médicament a, comme tous médicaments actifs, des effets secondaires, pouvant être incompatibles avec la prise d’autres traitements où avec certaines pathologies, rétinopathie notamment. Mais comme on ne cesse de le répéter partout, c’est un vieux médicament antipaludéen, j’imagine qu’on connaît donc tous ses effets indésirables.

IC : Tu peux nous en dire plus sur les effets indésirables ?

Aurélie : Je reprécise que je ne suis pas une scientifique, ni membre du personnel soignant, je parle dans le cadre de ma pathologie et de mon cas personnel et j’insiste « le cas de l’un n’est pas le cas de l’autre ». Ce médicament est mauvais pour la rétine et la cornée. Je dois faire des examens annuels pour contrôler ma vue. Néanmoins, mon ophtalmologue hospitalier m’a précisé qu’aux doses où je prenais ce médicament le risque était faible. Je rappelle que je prends ce traitement tous les jours.

IC : Tu es suivie régulièrement pour la prise de ce médicament ?

Aurélie : Je suis suivie environ une fois par an, en médecine interne, au CHU. Pour l’instant j’ai de la chance, bien qu’handicapant au quotidien mon lupus est pour le moment sous contrôle. Ouf ! Et le plaquenil joue un grand rôle dans la maîtrise de ma pathologie !

IC : Tu dois être sacrément étonnée de tout ce que tu entends aujourd’hui sur ce médicament !?

Aurélie : C’est le moins que l’on puisse dire ! Surtout sur le fait qu’il soit un médicament dangereux ! Les experts rajoutent toujours « en qu’à de surdosage »… Encore une fois, je ne suis pas médecin, mais avaler une boîte de paracétamol et les conséquences peuvent être fatales ! Bien sûr qu’il y a un risque de surdosage, comme tous médicaments actifs, qui pourrait en douter !? Mais comme je l’ai dit et surtout comme le dit le professeur Raoult (il dit avoir traité 4 000 patients avec ce médicament) : c’est un vieux médicament, j’imagine que le corps médical le connaît depuis le temps ! 

Ajoutons encore un détail non anodin, ce médicament est très peu coûteux, la boite de 30 comprimés est vendu 4,17 € soit 13 centimes le comprimé ! 

IC : Et comment vont tes yeux ?

Aurélie : Je vous rassure, j’y vois encore clair ! Et je vais encore risquer ma vie ce soir en prenant mes 200 mg d’hydroxychloroquine… (rires)

——-

On ne le répétera jamais assez, il s’agit de l’avis d’une personne non atteinte par le covid-19 mais qui prend une prise journalière de plaquenil. Il ne s’agit pas d’un avis scientifique mais de celui d’un patient. Nous jugions néanmoins utile d’apporter ce témoignage dans l’actuel contexte.

*Le prénom a été modifié.

source : https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/interview-daurelie-traitee-pour-un-lupus-par-hydroxychloroquine-plaquenil-preconise-par-les-medecins-chinois-et-le-professeurs-raoult-contre-le-covid-19/

télécharger l'article publié par l'équipe du professeur raoult


Moyenne des avis sur cet article :  4.93/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • njama njama 19 mars 14:11

    Le Plaquenil est soumis à prescription obligatoire que depuis le 13 janvier 2020, ce qui est pour le moins très étrange dans le calendrier de cette pandémie

    L’ Arrêté du 13 janvier 2020 signé du directeur général de la santé, J. Salomon, (Pour la ministre et par délégation)
    Article 1 "Est classée sur la liste II des substances vénéneuses l’hydroxychloroquine sous toutes ses formes."

    https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000041400024&categorieLien=id

    Cet Arrêté fait suite à une proposition d’arrêté de l’ANSM du 8 octobre 2019 portant inscription de la hydroxychloroquine sur la liste II des substances vénéneuses (copie courrier en Annexe 1 du PDF) adressée à l’ANSES qui rend un avis favorable le 12 novembre 2019 : https://www.anses.fr/fr/system/files/ANMV2019SA0175.pdf

    Comme indiqué dans le courrier de l’ANSM, le Plaquenil bénéficiait d’une AMM depuis 2004 et n’était pas soumis à prescription médicale.

    Ce qui est encore plus troublant, c’est que le début de l’épidémie chinoise a commencé officiellement le 17 November 2019. Soit 5 jours après que l’ANSES ait approuvé la mise de la molécule hors de portée du grand public français !

    https://www.msn.com/en-us/news/world/the-first-covid-19-case-originated-on-november-17-according-to-chinese-officials-searching-for-patient-zero/ar-BB119fWJ


    • doctorix doctorix 19 mars 21:03

      @njama
      Souvenons-nous que dès que l’hydrate de chloral a prouvé qu’à faible dose il pouvait prévenir les cancers débutant, au stade de quelques cellules (c’est un anti-cancéreux très faible), selon les travaux de feu mon ami le Dr Gernez, il a été immédiatement interdit comme dangereux, alors qu’il était le constituant d’un sirop pour enfants depuis 50 ans...
      Je ne peux m’empêcher d"établir une corrélation entre ces deux faits.
      L’hydrochloroquine (plaquenil, nivaquine) a 70 ans, et a été utilisé par milliards de doses dans le monde.
      Il peut provoquer des désordres visuels après après 5 ans d’utilisation en continu : mais là, il s’agit de quelques jours.
      C’est un concurrent dangereux pour les antiviraux modernes à 50 euros la boite, et voilà tout.
      Merci à cette jeune femme d’apporter un peu de bon sens à ce débat.


    • jjwaDal jjwaDal 20 mars 03:20

      @njama
      Rien de troublant dans tout ça, juste une corrélation sans aucune causalité comme il en arrive souvent. S’il y avait causalité, il faudrait envisager les conseils d’un voyageur temporel qui venant du futur, savait que les chinois en découvrant cette épidémie allait scanner pour faire vite, les molécules existantes sur leur effet in vitro sur ce coronavirus et découvrir que la chloroquine a un effet, puis faire un essai clinique (protocole compassionnel ou non) et valider les résultats vus in vitro. A partir de là, l’information que cette molécule était efficace contre ce coronavirus ne pouvait que se diffuser mais évidemment pas être connue par l’ANSM le 8 octobre 2019, à moins de penser qu’elle était au courant de l’épidémie chinoise et des résultats du test sur la chloroquine, avant les chinois eux-mêmes (d’où voyageur temporel).
      En résumé à moins de croire aux voyages dans le temps, hypothèse farfelue, qui voit causalité là où il n’y a que corrélation.
      Ceci dit, ce professeur avec son franc parler a dû froisser plus d’une plume au ministère de la Santé et au sommet de l’Etat en général. Ici, c’est le management « top down » qui prévaut, le besogneux bardé de diplômes qui vient vous dire comment faire, on aime pas. Au mieux on ignore, au pire on flingue à vue.


    • Dr Destouches Dr Destouches 20 mars 08:09

      @« n’était pas soumis à prescription médicale.  »
      un médicament pouvant causer une rétinite avec risque de cécité ??Incomprehensible !


    • CN46400 CN46400 20 mars 11:21

      @jjwaDal
      C’est quand même curieux que ce médoc, aussi vieux que Mathusalem, disparaisse des officines dès qu’une sommité médicale en ait venté les mérite...


    • doctorix doctorix 20 mars 13:30

      @jjwaDal

      l faudrait envisager les conseils d’un voyageur temporel qui venant du futur, savait que les chinois en découvrant cette épidémie allait scanner pour faire vite, les molécules existantes sur leur effet in vitro sur ce coronavirus et découvrir que la chloroquine a un effet

      Nul besoin de voyage temporel.
      Raoult travaille sur cette molécule en tant qu’antiviral depuis quatre ans.
      Comme quoi, quand on ne sait pas, on la ferme, au lieu de produire de l’humour à deux balles.


    • jjwaDal jjwaDal 21 mars 21:17

      @doctorix
      Vous oubliez la flèche du temps et le paradoxe temporel énoncé plus haut. Ce médicament n’aurait pas dû être en vente libre (ce n’est pas de la vitamine C que je sache) et donc il y a eu corrélation entre sa délivrance désormais sous prescription et cette épidémie de coronavirus. Corrélation mais non causalité Donc nouvelle théorie à deux balles : c’est parce que le Pr Raoul travaillait sur cette molécule qu’on a voulu la soustraire au libre accès du public.
      Heureusement que le ridicule ne tue pas.


    • jjwaDal jjwaDal 21 mars 21:48

      @jjwaDal
      J’ajoute que si on avait laissé ce médicament en vente libre il aurait instantanément disparu des pharmacies dès l’annonce d’un possible effet thérapeutique contre ce virus au profit d’une population dont 95% n’en aurait eu aucun besoin, quand il aurait pu manquer pour ceux qui eux en avaient impérativement besoin pour se soigner. J’ai vu disparaître les rouleaux de papier toilette des rayons comme si on les russes arrivaient ou que la fabrication allait cesser. Ne jamais sous estimer la myopie humaine et son égoîsme.


    • njama njama 19 mars 14:33

      Évidemment pour un remboursement sécu (et mutuelle ?) du Plaquenil il fallait une prescription médicale.


      • njama njama 19 mars 15:21

        Au début l’hydroxychloroquine n’était pas dans les tuyaux du gouvernement

        Dans une conférence de presse le Pr Yazdan Yazdanpanah a annoncé
        4 traitements en test
        L’un des traitements consistera à faire "les choses habituelles : l’oxygène, la ventilation, etc ...". Un deuxième traitement se fera à base du remdesivir, le traitement antiviral injectable des laboratoires Gilead, un troisième reposera sur le Kaletra, un anti-VIH du laboratoire AbbVie. Le quatrième traitement associera le Kaletra et un interferon bêta du laboratoire Merck car "l’on sait qu’un antiviral peut ne pas suffire", a détaillé Yazdan Yazdanpanah.
        (source BFMTV 11.03.2020)

        Des recherches cliniques étaient-elles en cours sur l’hydroxychloroquine qui auraient pu faire de l’ombre à un anti-viral en cours d’essai ? ou a un projet de vaccin corona ? 

        Les labos n’ont rien à gagné avec le Plaquenil à 4 balles, la « santé », de la naissance à la mort, est un marché dans notre monde capitaliste.

        Le Pr Raoult a gagné sur la communication, il a devancé tout le monde avec ses vidéos, ses propos rassurants qui ont fait le buzz sur les réseaux sociaux, et a réussi à imposer ces essais cliniques.

        mais les autres essais auront certainement lieu.


        • leypanou 19 mars 15:40

          @njama
          Des recherches cliniques étaient-elles en cours sur l’hydroxychloroquine qui auraient pu faire de l’ombre à un anti-viral en cours d’essai ? ou a un projet de vaccin corona ? 

           : vous vous rendez compte si beaucoup de gens se trouvent guéris par un médicament connu alors que des milliards étaient possibles avec un vaccin qu’on peut rendre obligatoire avec la panique ?

          J’ai même lu quelque part que le Danemark envisage de rendre un vaccin obligatoire, à vérifier.


        • doctorix doctorix 19 mars 21:05

          @leypanou
          J’ai même lu quelque part que le Danemark envisage de rendre un vaccin obligatoire
          Mais c’est évident que nous y aurons droit : il sera mondial, au prétexte qu’on ne peut pas recommencer un bordel pareil.
          Et il comportera la puce RFID, but final de toute la manip.


        • The White Rabbit The White Rabbit 19 mars 21:10

          @doctorix

          Vous avez encore oublier de prendre votre régulateur de l’humeur.

          Partagez-vous avec vos confrères votre délire sur cette puce RFiD « but final de la manip » comme vous dites ?


        • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 19 mars 21:34

          @doctorix

          T’es pas au taf en appuis de tes collègues urgentistes ?


        • Yanleroc Yanleroc 19 mars 23:50

          @doctorix C’ est donc que tu penses que la libération de ce virus dans la nature a été volontaire et non pas accidentelle !? Si on est bien dans l’agenda, c’est effectivement l’occasion rêvée, pour nous la refiler, leur puce du diable, avec pour services rendus, toute latitude pour racheter les plus beaux fleurons de l’Economie mondiale à prix cassés ! Soldes privées, gavage en grand, petits porteurs s’abstenir. Alors que, en même temps, les libéraux, valets aux ordres, se voient contraints de renationaliser mdr ! Les 1% vont pouvoir espérer faire la nique à Rotschild qui est pourtant loin devant sur la liste des hommes les plus riches de la planète !! C’ est que c’ est pas donné un voyage inter-planétaire faut les comprendre ...

          Un bien pour un mal pourtant, pendant que les vieux s’étouffent, Gaïa, elle, commence à respirer à plein poumons et nous dit merci !

          C’ est bien foutu quand même ...



        • nono le simplet nono le simplet 20 mars 02:50

          @Aita Pea Pea
           smiley


        • Inquiet 19 mars 15:36

          Le plaquenil est peu cher et dans le domaine public versus un brevet sur un vaccin aluminé.

          Et puis, autant qu’il y ait des victimes en nombre pour motiver les gens à se faire vacciner


          • Ratatouille 2 le retour Ratatouille 2 le retour 20 mars 02:26

            Le centre hospitalier de Grenoble à lui envoyé, dès vendredi 13 mars, un tutoriel à ses employés les invitant à confectionner leur propre masque en tissu, avec des pièces de molleton, indispensables selon le document du CHU. Un tuto qui peut inspirer les personnes les plus exposées. 
             
            Retrouvez ce tutoriel ci-dessous. Et n’oubliez pas : si vous portez un masque (en papier ou en tissu), il est nécessaire de le changer (et de le laver) très régulièrement, d’éviter de le toucher, et bien sûr de ne pas le prêter ou l’échanger. Enfin, un dernier rappel : le meilleur moyen de se protéger et de protéger les autres reste de respecter les distances de sécurité. 

            Téléchargez le tutoriel et le patron ci-dessous : 
            masque-tissu.pdf  (366.14 Ko)

            • nono le simplet nono le simplet 20 mars 02:49

              @Ratatouille 2 le retour
              super bonnes infos et conseils !


            • Garibaldi2 20 mars 07:19

              @ l’auteur

              ’’Les experts rajoutent toujours «  en qu’à de surdosage »’’ ???!!!

              Une excellente vidéo de Didier Raoult : https://www.prevention-sante.eu/actus/11-vaccins-obligatoires-lobjectif-de-95-de-couverture-vaccinale-na-aucune-base-scientifique-le-pr-raoult

              Hélas, la prise de son est à chier ! Les vaccins pour les nuls, explications claires par un vrai spécialiste.


              • njama njama 20 mars 08:38

                @Garibaldi2
                95% de couverture vaccinale n’a effectivement aucune base scientifique puisque l’immunité de groupe n’existe pas.

                «  L’immunité de groupe » : une science de pacotille !

                 Immunité de groupe : mythe ou réalité ?


              • phan 20 mars 08:43
                Trump approuve la chloroquine comme traitement contre le Covid-19 et appelle à éviter les rassemblements de plus de 10 personnes.

                • republicain 20 mars 12:58

                  Vous êtes près de 20 000 à avoir signé la pétition mais ce n’est pas assez … J’ai transféré au professeur la liste des signataires pour qu’il puisse faire valoir que la population est consciente de l’impérieuse nécessité de changer de politique sanitaire. Les savants ne sont pas assez nombreux dans le comité scientifique.

                  Il faut baisser la charge virale pour que les malades ne tombent pas dans un état critique, il faut compléter le traitement par l’antibiotique adapté. Il faut détecter massivement comme en Corée Les machines PCR qui permettent de faire de la détection existent dans beaucoup de laboratoires et il suffit de changer les « amorces » pour détecter le coronavirus.

                  Je suis historien et peux vous assurer que sommes retombés au 19eme siècle, face à l’épidémie de choléra, avec comme seule action la quarantaine et l’absence de soins. Le confinement est nécessaire mais insuffisant .

                  Je fais confiance au meilleur expert scientifique, Didier Raoult, mais il est en bute aux égos des bureaucrates de la médecine .

                  Le pouvoir politique  doit comprendre que les citoyens ne laisserons pas les soignants et les malades face à la mort alors qu’un traitement existe.

                  Aidez le professeur Raoult, diffusez la pétition. Facebook m’a censuré et je ne peux plus directement publier dans les groupes pendant trois mois.

                  Vous devez prendre le relais !

                  https://www.mesopinions.com/petition/sante/faut-ecouter-professeur-raoult/82737


                  • Paco212 21 mars 02:40

                    Une de nos camardes atteinte d’un lupus erythémateux disséminé (LED), maladie de système n’ayant rien à voir avec un coronavirus, ni même un virus tout court, a tenu à témoigner de son cas personnel étant traitée, dans le cadre de sa pathologie, par de l’hydroxychloroquine (Plaquenil). Voirflims


                    • raymond 2 21 mars 09:32

                      Heureusement Trump est arrivé et guerira les ricains avec l’. hydroxychloroquine. Trump n’est pas mon idole.


                      • CN46400 CN46400 22 mars 10:50

                         Depuis la conférence du ministre de la santé les choses sont plus claires. Le confinement est une maneuvre d’attente pour voir arriver d’abord les masques, puis les néo-tests qui seront l’arme d’attaque principale contre la pandémie, la chloroquine venant en second pour traiter rapidement tous les cas positifs. Elle évite les complications mais ne peut les traiter.

                         C’est donc une variante de la stratégie allemande (44 morts le 20/3 contre 371 en France), boostée par la chloroquine qui va être adoptée.

                         Près d’un millier de décès clôtureront alors le bilan des divagations de l’armée politico-sanitaire de Macron. Avec des épisodes qu’on aura du mal à rapprocher d’Autsterlitz :

                         -La pénurie de masques !

                         -la pénurie de tests !

                         -l’essai thérapeutique, européen s’il vous plaît, imposé à un médicament, vieux de 70 ans, présent dans toutes les pharmacies, repéré par un « professeur Tournesol » de Marseille, avant de l’engager sur le front de conv-19.

                         -la comédie du confinement généralisé !

                         Evidemment, ils seront innombrables ceux qui pleureront sur les milliards envolés, les « quoi que çà coûte » qui inventeront alors des recettes à la Matusalem pour que les survivants passent à la caisse avec assez de pommade pour éviter un autre épisode type « gilet jaune » ou « retraite »....


                        • asterdi 26 mars 11:03

                          Ouf, l’état vient d’autoriser la délivrance d’hydroxychloroquine par décret paru ce jour au J.O. (N°2020-314).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès