• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > La malbouffe ! un désastre social, humain et sanitaire....

La malbouffe ! un désastre social, humain et sanitaire....

La « malbouffe », la bien nommée provoque en France trois fois plus de morts que le tabac et cinquante fois plus que les accidents de la route.

Si les carences alimentaires sont l'une des causes de cette catastrophe nationale, la responsabilité essentielle de ce fléau incombe aux 80% des aliments consommés qui sont industriels.

Ils sont « souvent trop gras, trop sucrés, trop salés et contenant beaucoup de produits chimiques. »

La France est le premier pays d'Europe pour la consommation de pesticides et le quatrième à l'échelle mondiale. C'est le triomphe des grands industriels de l'agroalimentaire et des « producteurs » de ces « aliments » qui ne s'appellent plus aujourd'hui des herbicides, des pesticides ou des fongicides, mais des phytos....D'ailleurs nos empoisonneurs ne parle même plus du phytosanitaire mais du « produit de défense de la santé végétale » !

Pendant longtemps, j'ai cru naïvement que le bio était réservé aux bobos... Certes, actuellement ces produits sont chers mais nous pouvons et devons par notre action faire en sorte que à la fois que leur prix baisse grâce à des aides qui n'iraient plus aux productivistes et à la fois empêcher que les sols et les consommateurs ne soient les victimes de cette folie du toujours plus au moindre prix de revient.

Les livres comme celui d'Isabelle Saporta méritent d'être connus et soutenus.

 

« Le livre noir de l'agriculture

Comment on assassine nos paysans

notre santé et l'environnement »

essais d'Isabelle Saporta

Éditions Pluriel

250 pages

janvier 2012

 

Une enquête à nous faire perdre l'appétit …..

Le voile a commencé à se lever timidement, les bouches commencent à s'ouvrir ... De nombreux consommateurs commencent à entrevoir la vérité : la productivité à outrance mène au pire.

Dans ce livre, l'auteure-journaliste va plus loin dans son enquête afin de montrer et de démonter les effets désastreux pour l'agriculture, les agriculteurs et les consommateurs des choix effectués pour nous et surtout malgré nous par les entreprises agro alimentaires et tous les producteurs des pesticides et fongicides.

« Dans le cochon tout est bon » voici ce qu'on entend encore dans nos campagnes... Aujourd'hui rien n'est moins vrai que ce dicton : les cochons souffrent, sont maltraités, les petits qui viennent au monde avec le mauvais calibre sont éliminés et dans notre assiette, « il est la poubelle de toutes les industries du monde ».

Quant à la pollution de la nappe phréatique et du développement des algues vertes, n'en parlons pas...

Les subventions publiques permettent aux éleveurs de poursuivre dans leur course au rendement à la détérioration de la nature et de réparer les dégâts occasionnés sur l'état de l'eau....

Ils sont pollueurs et aussi les payés et non les payeurs ! Cherchez l'erreur....

Les choix actuels sont fortement critiqués, qu'il s'agisse du développement de la culture du maïs, « mauvais pour la terre, mauvais pour l'environnement, mauvais pour l'eau, mauvais pour les bêtes », du choix opéré pour la production des pommes de terre, du blé ou des fruits, tout est basé sur la rentabilité à outrance au dépend de la qualité.

« On est passé d'un problème de recherche fondamental à un problème de santé publique ».

L'agriculteur est la première victime du productivisme : il se surendette pour s'équiper et pour acheter les produits chimiques, il nuit à sa propre santé et il ne voit pas le bout du tunnel.

Lui et le consommateur sont empoisonnés par des doses de plus en plus fortes de pesticides et autres produits médicamenteux qui se trouvent dans les assiettes.

Une autre logique est possible, souhaitable et indispensable, celle qui consiste à favoriser la culture bio pour tous.

C'est une alternative que nous ouvre l'auteure mais il est vrai qu'il faut du courage politique de la part de nos élites qui devraient écouter les petits paysans, les associations de consommateurs et arrêter de faire les yeux doux à une FNSEA acquise à cette fuite en avant....

L'enquête nous coupe l'appétit.... Peut-être …. à moins qu'elle ne nous invite à manger autrement et à changer le cours de l'histoire.
 

Jean-François Chalot


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (83 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • CHALOT CHALOT 2 mai 2012 14:12

    C’est curieux, ce texte obtient des votes négatifs sans que les « exprimés » n’émettent d’avis.
    Serait ce quelques trolls ou des amis des productivistes ?


    • INsoMnia insomnia 2 mai 2012 23:51

      @ CHALOT,

      Je suis allée voir le film de Coline Serreau « Solutions Locales pour un Désordre Global » en janvier 2011 où était intervenue Mme Coline Serreau, un moment magique et plein d’espoir.
      Prenons conscience pour un futur meilleur pour nos enfants et ceux avenir.
      Ici des trolls ou amis des productivistes pullules car formatés dans cet ensemble.

      Cdt


    • Ruut Ruut 2 mai 2012 15:13

      .
      Les organismes d’état et européens de contrôle sanitaire ont un sacrés problème.
      Soit ils sont incompétents soit ils sont corrompus.
      .
      En effet depuis l’américanisation de la France ce problème grandit tous les jours.
      A quand un cours de nutrition dés l’école.


      • CHALOT CHALOT 2 mai 2012 15:38

        C’est la logique libérale qui l’emporte, aucune entrave au marché et s’il y a des dégâts trop élevés on subventionne les réparations : la manne européenne et française servent à cela.
        On le voit clairement pour l’eau : au lieu de demander aux éleveurs de revenir à la paille et d’arrêter l’élevage concentrationnaire, les autorités laissent faire et ensuite versent des fonds pour se débarrasser des algues vertes et pour traiter l’eau.
        Ce serait intéressant qu’il y ait des cours de nutrition à l’école et aussi que les collectivités fassent des efforts, quand elles le peuvent pour se détourner des produits nocifs.
        a Vaux le Pénil, nous organisons une fête champêtre avec un pique nique, je vais demander qu’on remplace les poulets classiques ’ aux hormones) par des poulets fermier. Surcoût : 2 € par panier...C’est une goutte d’eau - bien timide- mais il faut le faire.


        • Politeia 3 mai 2012 17:33

          « Surcoût : 2 € par panier...C’est une goutte d’eau - bien timide- mais il faut le faire. »

          Et pourtant le plus gros du problème est là. Dénoncer la malbouffe et l’industrialisation de l’agriculture c’est bien mais le fond du problème se trouve entre l’assiette et la chaise. J’entend plein de gens autour de moi se plaindre de la malbouffe mais combien change réellement leur façon de consommer ? Combien échange leur cadis par des paniers fermiers ? Combien préfère le low cost au bio ? Le libéralisme n’est pas le problème, il n’est que l’outil qui a amené à cette situation.

          Il reste donc peu de solution pour changer tous ça.

          1/ « Raisonner » le libéralisme en sachant que cela reste un traitement symptomatique

          2/ « Raisonner » le consommateur

          Dans les deux cas je vous souhaite bien du plaisir.

          Un petit lien en bonus.

          http://www.dailymotion.com/video/xarhpm_l-ile-aux-fleurs-ilha-das-flores_news#


        • ZenZoe ZenZoe 2 mai 2012 16:12

          Bonjour Chalot,
          Bien sûr que vous avez raison. Presque tous nos problèmes de santé proviennent d’erreurs d’alimentation. Problème d’autant plus épineux qu’on a affaire à des victimes consentantes. Les agriculteurs Français d’abord, qui ne se pressent décidément pas pour nous proposer du bio ou simplement réduire leurs épandages de produits nocifs, alors que d’autres pays ont senti le vent tourner. Les consommateurs eux-mêmes ensuite en redemandent, de la malbouffe ! Les chariots en sont pleins. Conclusion : les pouvoirs publics, comme dans tous les domaines, se bougeront vraiment le derrière quand une majorité de gens le leur demanderont, pas avant.


          • Bilou32 Bibi32 2 mai 2012 17:37

            Je suis éleveur, je fais de l’agneau label, et je suis prêt à faire du bio, le jour où cela vaudra le coup ! Et en plus c’est une surcharge de boulot administratif. Le bio sert surtout à engraisser quelques organismes de contrôle (les cotisations sont très chères...) et encore plus les intermédiaires et les détaillants. Seuls ceux qui ont les moyens peuvent se payer du bio. On peut acheter du porc noir gascon label rouge ou bio, par exemple, mais a un prix 10 fois supérieur à la promo du jour d’un hyper quelconque. Pour celui qi est un peu juste, le calcul est vite fait. Mais je vous rassure, tous les agriculteurs ou éleveurs ne sont pas des productivistes, et je tiens à dire que l’Etat et l’Europe encourage les filières de qualité et respectueuses de l’environnement. Des primes intéressantes nous sont versées si nous limitons nos apports d’engrais et si nous favorisons les prairies permanentes, par exemple.


          • kassandra 2 mai 2012 18:49

            En effet, les consommateurs achètent de la mrd et ils s’en félicitent « c’est pas cher et on en a beaucoup ». Le pire est qu’ils en donnent à leurs enfants et condamnent ainsi leur capital santé ! Mais ils s’en foutent : le but c’est d’avoir plein d’enfants non ?
            là aussi, les femmes jouent la carte ’quantité au détriment de la qualité’ : de la production intensive de mioches, empilés les uns au-dessus des autres dans des chambres de 8m2 et à table on leur donne à bouffer de la mrd surtout si la mère est une célibataire au RMI !
            Exactement dans les élevages intensifs d’animaux, estropiés, drogués destinés à ce type de consommateurs...
            Des consommateurs sans cervelle qui contribuent à l’enrichissement des trusts agro-alimentaires... et qui s’appauvrissent nutritionnellement parlant avec des maladies graves de moins en moins remboursées...


          • Ensor 2 mai 2012 22:13

            Bonsoir ZenZoé,

            Non, les consommateurs de malbouffe n’en redemandent pas, car la majorité n’a pas d’autres choix et se nourrir bio coutent cher. Il faut compter en moyenne 300 à 400€ (c’est mon budget) par personne et par mois, ce qui n’est pas à la portée de tout à chacun. Le problème de fds est qu’en France, le bio c’est le parent pauvre (2% des terres cultivables) et que les gouvernements qui se sont succédés à la tête de ce pays depuis + de 30 ans,ont privilégié l’agriculture FNSEA, à la différence de l’Autriche ou l’Allemagne, pour ne citer que les + connus. Même les 2 maraîchers qui vendent leur production sur le marché de la ville voisine à la mienne utilisent des engrais chimiques et des pesticides.


          • roro46 3 mai 2012 09:49

            "Le bio sert surtout à engraisser quelques organismes de contrôle (les cotisations sont très chères...) et encore plus les intermédiaires et les détaillants.« 

            Si c’est cela qui dé-motive votre passage au bio, arrêtez tout de suite le »conventionnel« , parce que de ce point, ils battent le bio à plate couture.

            Quant au prix : quand le bio sera subventionné à la même hauteur que le  »conventionnel"...


          • roro46 3 mai 2012 09:52

            « Il faut compter en moyenne 300 à 400€ (c’est mon budget) par personne et par mois, »

            Si c’est bien votre cas, vous devez vous faites avoir quelque part.
            Mon budget est moitié moindre du votre, pour... 5 personnes.


          • alberto alberto 2 mai 2012 16:38

            Cher Chalot : bien sûr que tu as raison !

            Mais derrière tout ça, il y a des montagnes de fric !

            Le comble, c’est que grâce à la PAC, on subventionne notre agriculture dont les produits, les poulets par exemple, aux bas prix viennent concurrencer ceux des pays du sud déjà lourdement handicapés...

            Nota : info du jour, quelle entreprise française a profité le plus de la PAC ? Doux, les poulets, bingo !!!

            Pour la bouffe on te fiche des graisse hydrogénées un peu dans tout, dans le sud on plante des palmiers à huile à tout va, on défriche la forêt, on exproprie les petits cultivateurs, on traite les cultures à grands coups d’insecticides, fongicides, et autres merdicides, on te rajoutes quelques additifs dans le produit fini, à l’arrivée les actionnaires des sociétés fermières, des firmes de produits phytosanitaires et de la grande distribution s’en seront foutu plein les poches !!! Elle n’est pas belle la vie ?

            Les pharmaciens malin t’attendront pour te vendre des pilules contre le cholestérol, des remèdes contre l’obésité ou l’hypertension et tout le monde de la finance est content !

            Pour info, va voir « les RDV de l’Agora » clique sur la « Belle Verte » interview de Colline Serreau : instructif...

            Bien à toi.

             


            • jlbahanba 4 mai 2012 06:44

              Oui mais ça nous donne des oranges qui se conservent 1 an sur le frigo sans bouger.

              IL serait aussi intéressant de se pencher sur les faux produits car en Asie c’est légion :
              fausses pâtes,
              faux poulet
              fausses carottes
              faux moutons

              et même de la viande végétarienne estampiée organic hallal haccp et tout ce que tu peux lui donner si si c’est possible ! on vous offre une carte de fidélité et des pins plus verts qu’un baril radiocatif.

              Tiens d’ailleurs en a-t-on déjà parlé une fois quelque part ?

              Merci pour l’article


            • roblin 2 mai 2012 17:20

              J’ai publié un article récemment sur agoravox.tv qui développe les raisons de ne plus acheter de produits industriels :


              • Bilou32 Bibi32 2 mai 2012 17:43

                Avant le problème de la malbouffe, il faudrait peut-être évoquer le problème de la surbouffe...
                En attendant chacun peut se faire un petit potager, même sur un balcon...
                Pour ce qui est des aides et subventions, il serait bon que vous vous renseigniez dessus, l’europe encourage les productions de qualité, plus que les productions industrielles. Pas de primes pour les porcs ou les volailles en batterie (ou même de plein air)... Seuls les élevages à base « herbe » sont aidés.


                • roro46 3 mai 2012 09:55

                   smiley
                  inutile, je connais (trop) bien le système des aides, hélas.
                  (mon expérience ne me montre pas les mêmes chiffres que ceux que vous citez, d’ailleurs......)

                  Mais chacun peut se renseigner


                • roro46 3 mai 2012 09:56

                  pas « chiffres », mais « aides », voulais-je écrire


                • Bilou32 Bibi32 3 mai 2012 20:34

                  Vous êtes agriculteur ou éleveur alors ? Jusqu’à présent, je sais de quoi je parle, puisque je suis directement concerné !!! Je me tâte pour passer au bio, car çà vaut vraiment le coup finacièrement ! 100 à 200 € /ha. Sur mes 40 petits ha de coteaux, çà fait 6000 €... Mais si vous prétendez le contraire ... Ce qui me retiens c’est les contraintes administratives. A noter que mes agneaux sont déjà quasiment éligibles au « bio ».
                  Et que pensez vous des filiaires bio qui importent du soja « bio » de Chine dopé à la mélamine ?


                • foufouille foufouille 4 mai 2012 11:42

                  la vente directe est plus rentable que le label « bio », surtout en demi gros
                  en plus les gens qui achetent connaissent l’agriculteur
                  ils peuvent donc juger les conditions d’elevage
                  mais faut pas nettoyer l’etable tous les 6 mois ...........


                • La râleuse La râleuse 2 mai 2012 17:58

                  Bonsoir Chalot,

                  Bravo pour ce très bon article et, quoique n’étant pas (plus) fumeuse, j’apprécie qu’il commence par une comparaison entre les nuisances de la « malbouffe » et les nuisances du tabac.
                  Je crois que, malheureusement, la situation n’ira pas en s’améliorant.
                  Ceux qui engraissent leurs comptes bancaires grâce à cette « malbouffe » auront toujours beau jeu de prétendre être contraints à certaines pratiques au prétexte de trouver des solutions pour nourrir des populations affamées.

                  Et les gouvernements, eux, se dédouanent en préconisant de manger 5 fruits et légumes par jour ce qui est garant de bonne santé quoiqu’on nous donne à « bouffer » par ailleurs smiley

                  Cordialement,


                  • Lisa SION 2 Lisa SION 2 2 mai 2012 18:04

                    Bonjour Chalot,

                    « trois fois plus de morts que le tabac et cinquante fois plus que les accidents de la route » merci d’éveiller l’attention sur la gravité issue tout droit du monde sensé être agricole. A ce sujet, Bové avait fait 1.67 % en 2002, et Joly 2.02 % en 2012, dans cinquante ans à ce rythme,on atteindra peut être le score du FN...Sauf peut être si EJ devient notre ministre socialiste de la justice. D’où l’importance du vote prochain...


                    • Croa Croa 2 mai 2012 22:55

                      « Bové avait fait 1.67 % en 2002, et Joly 2.02 % en 20122 »

                      Les écolos représentent autant que le FN et forcément une majorité lorsque les médias parleront vraiment des problèmes les plus graves dont le sujet du présent article ne constitue qu’un faible aperçut.

                      Les écolos attendent juste des gens qui les représentent vraiment, pas des guignols présentés par les Verts !
                      (Quant on voit la manière dont ces arrivistes corrompus se sont arrangé pour disqualifier Hulot on comprend l’insondabilité de l’impasse où ces gens mènent l’écologie.)


                    • foufouille foufouille 2 mai 2012 18:23

                      pour le momment le bio reste trop cher pour la plupârt des francais
                      il faudrait se passer des hypers sans aller vers un prix equivalent aux hypers


                      • kassandra 2 mai 2012 18:35

                        Et ce n’est qu’un début de la malbouffe...
                        7 milliards d’humains qui se reproduisent toute anarchie sur une planète aux ressources en extinction... les terres arables n’en peuvent plus d’être sursollicitées dont apauvries et polluées de produits chimiques qui générent malformation et cancers dès l’enfance !

                        Société productiviste, capitaliste du toujours plus au détriment de la qualité de l’air, des terres, des mers, lacs, rivières et de tous les écosystèmes dont nous sommes dépendants à 100% !
                        Quand va-t-on inverser la tendance ? Quand les humains arrêteront d’être naifs et de jouer aux autruches pour ne pas voir ce qu’il conviendrait de faire dès l’échelle individuel :
                        Vous : arrêtez d’acheter des produits non bio, refusez les produits made in china, écrivez aux services des consommateurs des groupes pour leur signifier votre mécontentent !
                        Jusqu’à présent ils nous fourguent de la mrd, c’est tout à fait normal puisque nous l’achetons sans rechigner !!


                        • kassandra 2 mai 2012 18:38

                          Faux le bio est bien moins cher, c’est un produit qualitatif respectueux de l’environnement qui préserve la santé de ceux qui l’on produit. Regardez au-delà de votre nez !
                          La mrd pas chère et qui rend malade j’en veux pas !!


                          • ideesneuves 3 mai 2012 03:11

                            Tout à fait d’accord… je préciserai même qu’à « poids » égal, l’on est beaucoup plus vite rassasié, et bien rassasié (nutriments, oligo éléments…) qu’avec la nourriture « chimicalisée ».

                             Mangez un burger-frites-coca… 30 minutes plus tard vous avez faim ! Je ne sous entends même pas les conséquences désastreuses sur la santé (donc médicalisation, ce qui ne coûte rien à la collectivité, on est d’accord…). Je vis à l’autre bout de la planète… au paradis, diront certains. Mais le taux d’obésité ici avoisine les 35 %, et ce, depuis que les fastfood ont remplacé la solide nourriture traditionnelle.

                            Diabète, goutte, et autres problèmes du type longues maladies sont devenus tellement courants ici, que la caisse de prévoyance sociale locale, il y a encore 5 ans, largement bénéficiaire, se trouve aujourd’hui dans un gouffre financier. Ce n’est pas la seule raison, mais ces maladies handicapantes en sont tout de même l’une des principales.


                          • Clojea Clojea 2 mai 2012 18:47

                            Bonsoir Chalot : Merci pour cet article. Un lien :

                            et aussi :
                            Ca donne un aperçu de la main mise des cartels et des labos sur la santé, la nourriture et les énergies.

                            • kassandra 2 mai 2012 18:50

                              En effet, les consommateurs achètent de la mrd et ils s’en félicitent « c’est pas cher et on en a beaucoup ». Le pire est qu’ils en donnent à leurs enfants et condamnent ainsi leur capital santé ! Mais ils s’en foutent : le but c’est d’avoir plein d’enfants non ?
                              là aussi, les femmes jouent la carte ’quantité au détriment de la qualité’ : de la production intensive de mioches, empilés les uns au-dessus des autres dans des chambres de 8m2 et à table on leur donne à bouffer de la mrd surtout si la mère est une célibataire au RMI !
                              Exactement dans les élevages intensifs d’animaux, estropiés, drogués destinés à ce type de consommateurs...
                              Des consommateurs sans cervelle qui contribuent à l’enrichissement des trusts agro-alimentaires... et qui s’appauvrissent nutritionnellement parlant avec des maladies graves de moins en moins remboursées...


                              • foufouille foufouille 2 mai 2012 19:53

                                essaye de bouffer bio au RMI .........


                              • T.REX T.REX 2 mai 2012 20:01

                                N’exagérez pas Kassandra, il n’y a pas de productivisme dans l’élevage des humains !
                                Vous êtes un oiseau de mauvais augure qui portez bien votre pseudo !!


                              • stereo 2 mai 2012 20:49

                                @ kassandra

                                Dans ce domaine, il est trop facile de jeter la pierre au consommateur... Dans les grands centres urbains, a t-il réellement le choix ?
                                Que ce soit dans les cantines scolaires ou d’entreprises ce ne sont pas les « clients » qui choisissent ce qu’on leur met dans l’ assiette...
                                Où achètent les restaurants leur nourriture qu’ils vous servent « en grande pompe » avec une pub alléchante ?!...
                                Notre société n’a de démocratique que le nom dans beaucoup de domaines... et celui-ci peut prétendre au podium... Bouffez de la mrd, l’industrie des labos ne s’en portera que mieux !

                                L’ économie est un tout calculé à nos dépends... 

                                Ah oui, bon appétit !


                              • Croa Croa 2 mai 2012 23:06

                                à Foufouille « essaye de bouffer bio au RMI ......... »

                                Il suffit de remplacer le poulet pâle à 2 € de Leader-Price par les légumes du jardin. (Même au RMI on n’a pas envie de prendre un outil à ce prix là et là est l’erreur justement .)


                              • roro46 3 mai 2012 10:04

                                STEREO :

                                ce sont pourtant les parents qui payent la cantine ; les gens qui mangent de la m... au restaurant, etc...

                                Qui empêchent les parents de se regrouper et d’aller dire « bon, c’est pas bientôt fini de servir de la m... à nos gosses ? »...

                                La démocratie - dont vous déplorez à juste raison l’existence en trompe-l’oeil - ne s’use qui si l’on ne s’en sert pas.
                                « Le pouvoir au peuple », qui peut l’utiliser sinon le peuple ?


                              • kassandra 3 mai 2012 10:55

                                Un consommateur a une cervelle, il sait lire et écrire, il a aussi un pouvoir d’achat et une conscience à gérer !
                                Il peut faire les bons choix !
                                Maintenant s’ils préfèrent croire au père noël et ne pas voir la réalité c’est un problème grave car il est alors complice de cette poubelle monstrueuse qu’est devenue la planète !
                                Personnellement, j’ai un tout petit pouvoir d’achat (1200€ net/mois) et bien je me suis abstenue de me reproduire en n exemplaire et de donner de la mrd à bouffer à mes mômes  !
                                Je cuisine et mange bio autant que possible (céreales, légumes, fruits, légumineuses) et je scrute toutes les étiquettes et remets en rayon tous ce qui n’est pas sain pour la santé ! et je m’en sors très bien avec mon budget !

                                Bref quand on veut... on peut !


                              • kassandra 3 mai 2012 11:14

                                Et comment expliquez-vous la politique nataliste de nos gouvernements depuis Pétain :
                                1/ allocations familiales et collatérales selon la production intensive de mioches par mère ?
                                2/ le quotient familiale ?
                                3/ les réductions et primes diverses pour les familles nombreuses
                                4/ la propagande nataliste qui consiste à nous faire croire qu’il est nécessaire d’avoir des enfants pour qu’ils deviennent des consommateurs, électeurs et contribuables si possible ?

                                L’être humain est devenu un produit, un enjeu, une variable d’ajustement ! ou un citron à presser !


                              • kassandra 3 mai 2012 11:16

                                Production intensive de mioche = HLM, supermarchés, autoroutes, voitures à gogo...
                                On y est : 7 milliards d’humain la moitié crève la dale !


                              • foufouille foufouille 3 mai 2012 11:26

                                @croa
                                non on peut pas au rmi
                                meme en etant radin
                                le poulet pac a 2€, meme apres avoir fondu, est toujours plus gros que le « bio » a 6-7€/kg
                                les legumes c’est pareil
                                patates pas cher versus bio

                                avec un jardin, c’est mieux


                              • stereo 3 mai 2012 11:59

                                Je comprends trés bien vos réactions et elles sont justifiées, mais ce qu’il faut comprendre, c’est que l’industrie agro-alimentaire impose ses propres règles (lois, codex alimentarius à l’échelle du marché planétaire,...) et surtout table sur la loi du nombre. En effet combien de consommateurs prennent le temps de lire les étiquettes et (ou) choisissent de refuser cette « fatalité imposée » ?
                                J’habite à la campagne, moi-même je fais mon petit jardin devinez pourquoi ?
                                Vos réactions sont saines mais combien ont la même que la votre ? Si c’était la majorité, les fabricants réviseraient par obligation tous leurs produits, et ceci dans un but salutaire pour leurs clients.

                                D’autre part, il serait bien aussi d’attaquer le problème à la source !
                                Demander à un paysan pourquoi il fait de la mrd, immanquablement il vous répondra : « C’est faut je fais de la qualité ! ». Le lendemain envoyer une autre personne lui demander : « Pourquoi utilisez-vous tous ces produits ? ». Immanquablement et sans sourciller il répondra : « C’est parce-que l’on m’oblige à faire de la mrd ! »

                                Partant de là, ce n’est pas demain que le problème de la malbouffe se réglera !... 


                              • reprendrelamain reprendrelamain 2 mai 2012 19:05

                                Juste un avis en passant...

                                Peut être une solution à tous ces désastres…le boycott citoyen

                                http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/le-boycott-citoyen-un-reve-une-107635


                                • T.REX T.REX 2 mai 2012 19:58

                                  Bon article et bonnes courses allez Chalot !!

                                  Vous oubliez un autre point noir du productivisme : l’utilisation des antibiotique dans les élevages intensifs ! C’est peut-être encore plus dangereux que le reste.

                                  Ah et puis les Cultures OGM...MOSANTO....NO SANTé ! Hélas innocenté par la froide justice !
                                  Just Ice !


                                  • Le printemps arrive Le printemps arrive 3 mai 2012 07:19

                                    C’est l’accumulation de tous les éléments qui est nocif et qui en fait un cocktail explosif pour la santé tant humaine, qu’animale et végétale.

                                    Notre pouvoir, celui de pouvoir choisir notre consommation (à mon avis plus puissant qu’un bulletin de vote).

                                    Mangez sain revient moins cher que de manger industriel, c’est indéniable.
                                    Ma définition du manger sain : végétarien le plus cru possible sans céréale sans traitement et produits localement le plus possible .
                                    testée et approuvée par moi-même :

                                    Résultats :
                                    - vu le medecin 1 fois depuis 3 ans (pour certificat médical ) et une liste impressionnante de disfonctionnements physiologiques et physiques qui ont disparu.
                                    - budget alimentaire en nette regression : un kg de légumes bio, vaut beaucoup moins cher qu’un kg de viande, fromage ou produit céréalier


                                  • bo bo 2 mai 2012 20:23

                                    A l’auteur,

                                    Le pire dans la chaine c’est l’emballage « sous vide » du produit prêt à consommer...
                                    la règle il doit rester appétissant et vendable en réalité presque 6 semaines (fabrication, stockage, distribution, mise en rayon)...ce n’est pas triste non plus pour les produits « frais » qui sont aussi préparés pour rester un certain temps en rayon appétissant.
                                    Un bon conseil ne consommer jamais du sous-vide ( ils sont traités pour qu’aucune bactérie ou larves ne se développe...) ....et laver abondement les produits dits frais...(traités un aussi)....et surtout les produits importés ...le traitement des ananas est à faire frémir......et ne pas oublier de laver en trois eaux ...le riz ect...tous les produits qui ont été « fumigénés » pour leur transport.....
                                    vaste sujet à développer et totalement ignoré de la presse...mais bien connus des professionnels..........
                                    a+


                                    • joletaxi 2 mai 2012 21:50

                                      Flute, voilà un article qui ne va pas faire plaisir à Cabanel, lui qui voit la source de tous nos problèmes dans le nucléaire.

                                      Faut-il que l’humain, cette nuisance, soit résistant !
                                      Et en plus la longévité n’en finit pas de croître,les gestionnaires de nos pensions ne savent plus à quel sein se vouer.

                                      Je ne retrouve plus cette étude américaine( je vous promets, je vais chercher) qui au grand étonnement des chercheurs concernés, qui voulaient faire l’inventaire des résidus de pesticides dans le « panier de la ménagère »,ont trouvé que 98 % des pesticides, dont certains franchement cancérigènes,étaient produits par la plante elle-même !

                                      Mais vous avez raison, il faut se méfier, surtout des produits importés, qui sont cultivés dans des pays où il est improbable que la paysan aie la moindre idée de la nature des produits qu’il emploie,quand il sait lire la notice !
                                      Les paysans sont très concernés, et croyez-moi, ils n’utilisent ces produits avec précaution et parcimonie(question de coût aussi bien sur) et le plus souvent avec l’aide d’ingénieurs qui les guident dans le traitement.
                                      mais dame nature est bonne, il suffit de retourner un peu en arrière pour apprécier l’ampleur des épidémies, maladies, dues à la mauvaise qualité sanitaire des aliments.

                                      Et rien ne vous oblige à bouffer des plats préparés.Soit vous avez un job,et des moyens, et vous pouvez manger des produits de qualité, soit vous êtes hors circuit, vous avez tout votre temps pour mitonner des petits plats vraiment pas chers.
                                      Vous voulez des recettes ?


                                      • Croa Croa 2 mai 2012 23:12

                                        « Et en plus la longévité n’en finit pas de croître »

                                        Elle a crû longtemps mais c’est fini, justement !  smiley


                                      • foufouille foufouille 3 mai 2012 11:28

                                        "Les paysans sont très concernés, et croyez-moi, ils n’utilisent ces produits avec précaution et parcimonie(question de coût aussi bien sur) et le plus souvent avec l’aide d’ingénieurs qui les guident dans le traitement.« 

                                        dans »food inc" c’est pas le cas


                                      • stereo 3 mai 2012 12:14

                                        <<...ils n’utilisent ces produits avec précaution et parcimonie...>>

                                        Vos théories modernes sont dépassées, les « paysans » dignes de ce nom ( ! ) utilisent des hélicoptères pour répandre leur mrd...
                                        C’est pourtant connu, les pesticides volent au vent et s’incruste partout, mais vous n’êtes pas, bien sur, riverain d’un de ces paysans « respectueux » de l’environnement, mot qui vous semble totalement étranger, Olivier Cabanel en sait quelque chose !


                                      • jacques lemiere 2 mai 2012 22:57

                                        Il faudrait un peu arrêter avec ce terme malbouffe....c’est aussi fourre tout que écologie ( tout le monde puis personne n’est écolo) ...ou « environnement...ça permet des diatribes pas très claires avec des sourcils froncés ( ça fait grave les sourcils froncés)...

                                        Primo faut pas pousser mémé dans les orties,malbouffe il n’y a pas si longtemps encore c’était ne pas avoir grand chose à bouffer... Le végétarisme était subi.... du lard salé de temps en temps....poisson salé ou fumé...mais des anguilles, des lapins et des poules...

                                        salé/ fumé : cancérigène avéré et mesurable : mal bouffe ???
                                        quant au poulet coupé en deux et conservé dans le garde manger....les moules sous le tonneau...
                                        hem.. alors tout doux dans la critique systémique...je ne devrais pas, mais je vais rappeler les effets funestes de quelques graines fermées....mère nature n’est pas si douce que cela...

                                         secundo, Il est difficile d’incriminer les industriels à la place des consommateurs...Les industriels ne forcent pas les gens pas plus que les supermarchés ne forcent les gens....
                                        Alors il faut pousser le raisonnement plus loin....

                                        Mal bouffe..vous insistez sur la mal nourriture alors que le problème de santé évident est le mal manger... l’obésité est un énorme problème, mais il est simpliste de ne regarder que du cote de l’assiette il faut regarder le mode de vie.... faut supprimer les bagnoles ? diminuer la mécanisation ???? remettre les gens au champ ?
                                        si oui jusqu’à quel point ?

                                        C’est incroyable la capacité des rédacteurs d’agoravox de dénoncer sans avoir de solution de rechange et surtout sans savoir comment ALLER vers cette solution.

                                        Ok vous mangez sainement....( mais peut être fumer vous et buvez vous ? ) comment faites vous pour faire qu’un gosse accro à son portable élevé en ville se mette à manger sainement ?
                                        Vous croyez que les gens qui bouffent au mac do tous les jours ignorent que c’est »pas bon pour leur santé ??« vous vous trompez....

                                        Fumer ce n’est pas sain..nous sommes d’accord...tout le monde le sait..et pourtant, il y a toujours des fumeurs....direz vous que c’est la seule faute des compagnies de tabac ? mon oeil !

                                        Vous allez faire quoi ? légiférer sur ce que les gens doivent manger ???
                                        mac do interdit ??? vous croyez que ça suffira ? vous irez jusqu’où ? Sur quels critères ? taux de gras ( pas de fromage et de beurre ?)

                                         En fait, je présume que vous voulez trouver un moyen pour réinventer une petite paysannerie  »respectueuse de l’environnement« produisant moins de sorte que les gens ne puissent moins se payer de sucre et de gras...mais vous faites comment ? et qui sera paysan ???

                                        Soyez plus modeste..établir les effets sur la santé public d’une molécule  »naturelle« ou »artificielle" (ça aussi c’est flou..) est déjà assez délicat...

                                        A force de produire des articles militants ou moralisateurs vous n’aurez plus que des convaincus qui vous liront et vous serez content avec des plus... et .même si vous écrivez des mensonges pour peu que ces mensonges servent la Cause.




                                        • joletaxi 2 mai 2012 23:45

                                          Ils n’auront pas besoin de lois, au train où vont les choses, nous serons confrontés à la décroissance forcée,avec tout ce que cela va engendrer de misères et de recul de notre bien être.
                                          Nos amis allemands, qui ne sont pas particulièrement concernés par la crise, et qui sont très en pointe sur les balivernes vertes commencent à en mesurer les effets :

                                          http://notrickszone.com/2012/05/01/germany-succeeds-making-energy-unaffordable-for-15-of-its-population-600000-households-disconnected-annually/

                                          et j’adore cette ritournelle qui revient comme un mantra,basée sur une étude statistique US,que la longévité aurait régressé,ce qui n’est certainement pas le cas en France.Ils se jettent là-dessus comme des affamés, tant ils voudraient voir se réaliser leur rêves de catastrophe qui leur donnerait raison, alors qu’ils ont tort, depuis 50 ans, sur toute la ligne.
                                          A remarquer que ,pour autant que l’on puisse donner crédit à une seule étude, elle survient après une crise très dure aux USA, où une partie de la population n’a plus eu les moyens de se nourrir correctement et surtout de se soigner, une décroissance subie quoi


                                        • CHALOT CHALOT 3 mai 2012 00:15

                                          Actias !
                                          Merci de votre explication. Ce n’est pas un texte d’analyse que j’ai écrit mais une chronique de lecture commenté et présenté.
                                          Je ne suis pas un spécialiste de ces questions mais un « révolté » qui s’interroge.
                                          Quand je maîtrise un sujet je vais plus loin comme sur la vie associative par exemple ou l’éducation populaire.
                                          Par contre j’ai apprécié les commentaires et aussi les documents en liens directs ou indirects.
                                          Merci à toutes et à tous et que le débat se poursuive....


                                          • fcpgismo fcpgismo 3 mai 2012 00:16

                                            Tout à fait d’ accord avec l’ article à ceci près que je considère que le consommateur est le principal coupable de cette situation il aurait pu refusé cette logique que nous dénoncions il y a 40 ans en école d’ agriculture et aujourd’hui, en centre de formation c’ est la dictature productiviste qui l’ emporte encore.La meilleure alimentation est la moins onéreuse de façon directe, bio et équilibré. Je dépense 170 € par mois en bio et je complète dans les moyennes surface et les marchés pour une personne. 


                                            • foufouille foufouille 3 mai 2012 11:33

                                              ca s’est fait petit a petit
                                              les gens ont donc perdu le sens du gout
                                              faire une bonne cuisine prend aussi du temps
                                              pareil pour les courses, faut regarder les etiquettes sans garantie


                                            • fcpgismo fcpgismo 3 mai 2012 00:22

                                              Un rajoût, la principale cause de l’ allongement de la durée de vie est la baisse de mortalité infantile, les progrès de la médecine et la quantité de l’ alimentation, pour aller plus loin il faut améliorer l’ hygiène alimentaire en qualité et en quantité en fait la trop grande quantité d’ aliment est néfaste à l’ allongement de la durée de vie. (en bonne santé)


                                              • lulupipistrelle 3 mai 2012 03:28

                                                Au moins pour l’intro, merci : je mange bio, et je fume du tabac noir , sans adjuvant, cultivé sans engrais ou pesticides chimiques (ça existe)... alors me voilà dédouanée... non je ne suis pas un danger pour la SS.


                                                • lulupipistrelle 3 mai 2012 03:30

                                                  PS : et je n’ai pas de bagnole personnelle, je marche à pieds...ce qui minimise encore ma dangerosité.


                                                • foufouille foufouille 3 mai 2012 11:34

                                                  c’est quoi la marque du tabac ?
                                                  en blond, on a fleur du pays


                                                • lulupipistrelle 4 mai 2012 22:50

                                                  Fleur du pays... en brun.


                                                • Big Polar Bear Big Polar Bear 3 mai 2012 08:22

                                                  Faites vos calculs... Un foyer doit bouffer 30 poulets, 2 dindes, 1 agneau, 1/4 de vache ; 10 poissons, etc... par année. Imaginez donc, 1 couple avec 2 enfants qui devraient produire tout ça pour eux... Carrément impossible. Pour satisfaire ces besoins gargantuesques ; une industrialisation totale du secteur alimentaire est inéluctable. Il faudrait revenir à des quantités plus raisonnables.
                                                  La solution est simple : diffuser des reportages sur l’industrie alimentaire en boucle montrant comment ça se passe.
                                                  Ça marche... Dans mon cas, après quelques reportages de ce type dont un sur Arte, j’ai terminé par devenir presque végétarien... et je fais très attention à ce que j’achète. Même augmenté le budget aliments pour manger moins et mieux.
                                                  Évidemment, le lobby alimentaire fera tout pour censurer ces reportages et continuer de gaver les consommateur avec des pubs... C’est donc une décision politique.
                                                  Un peu comme avec les photos sur les paquets de clopes... sauf qu’à la place de quelques photos, c’est des vidéos détaillées de 1 ou 2 heures.
                                                  En fait, c’est juste de dire la vérité aux gens qui réglerait le problème :).
                                                  A la différence des clopes, il n’y a pas de nicotine dans les steaks, c’est donc, nettement plus facile de s’en passer.


                                                  • ottomatic 3 mai 2012 09:24

                                                    « Imaginez donc, 1 couple avec 2 enfants qui devraient produire tout ça pour eux... »


                                                    C’est la réaction d’un citadin qui n’a jamais du mettre un pied à la campagne...
                                                    Il est tout a fait possible de vivre sans se priver de viande tout en mangeant très bien...
                                                    Et même sans jardins... 
                                                    Suffit d’aller voir de petit producteur intelligent comme ça se développe en ce moment : exemple, plus de 100Kg de cochon préparé pour moins de 3€ le kilo (abattus légalement en respectant les normes) et du vrai cochon plus que bio !

                                                    Ce qui est catastrophique dans l’agriculture intensive (hors de tout l’aspect chimique et co), c’est la concentration sur une trop petite surface de trop d’animaux qui favorise maladie, pollution et autres.

                                                    Un bon jardin avec des poules qui mangent les restes (épluchures et co) et un animal un peu plus gros faisant office de tondeuse naturelle et vous voilà autonome pour les oeufs, les poules, et de la viande quand la tondeuse a assez grandit ! Y a plus qu’a dépanner le voisin en oeuf qu’il vous rendra quand le cochon qu’il éléve passera à la casserole !!

                                                  • foufouille foufouille 3 mai 2012 11:37

                                                    "Faites vos calculs... Un foyer doit bouffer 30 poulets, 2 dindes, 1 agneau, 1/4 de vache ; 10 poissons, etc... par année. Imaginez donc, 1 couple avec 2 enfants qui devraient produire tout ça pour eux... Carrément impossible."

                                                    avant ca se faisait tres bien
                                                    en plus grand et sans machine


                                                  • stereo 3 mai 2012 12:24

                                                    Exact Foufouille, mais il ne faut pas tomber dans l’extrême, on peut tout de même, en ville, faire pousser du persil, des fraisiers,... dans des pots de fleurs et on apprécie d’autant sa petite production ! Expérience personnelle, lorsque j’habitais en ville, il y a maintenant quelques paires d’années !...


                                                  • Domino Domino 3 mai 2012 11:09

                                                    Coline Serreau a réalisé un trés bon document à ce sujet « Solution locale pour désastre global » sans aucune promo hélas

                                                    http://www.solutionslocales-lefilm.com/accueil


                                                    • Le péripate Le péripate 3 mai 2012 19:17

                                                      La dernière fois que j’ai mangé des asperges mon urine puait. C’est grave ?


                                                      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 3 mai 2012 19:26

                                                        Ca ,si on asperge et qu’on nettoie pas,le lendemain ça pue !


                                                      • Bilou32 Bibi32 3 mai 2012 20:41

                                                        Je ne voudrais pas vous attrister, mais il existe du bio industriel, et parfaitment anti-écologique. Il y a eu le cas il y a quelques années de soja bio importé de Chine, dopé à la mélamine, qui avait nourri des élevages de bovins bio en Bretagne... Le bio est devenu un business comme le reste ! Si vous voulez manger « correct », allez donc rendre visite aux producteurs, vous verrez que tous ne sont pas des salauds... même chez ceux qui ne sont pas en « bio »...


                                                        • Denzo75018 4 mai 2012 08:31

                                                          Personne ne nous obligent à ne manger QUE des aliments Industriels !

                                                          C’est un CHOIX de VIE PERSONNEL ...mais qui implique des prolétarisations dans sa vie et de passer un peu de temps dans sa cuisine, pour laver, éplucher et faire mijoter.

                                                          Qu’est-ce donc que 15 minute par jour en moins passées devant sa TV ou PC pour au moins préparer le repas du soir avec des produits frais et le partager avec une partie de sa famille ???

                                                          Enfin, vous vous trompez de débat, il ne faut PAS OPPOSER le BIO à la Mal-bouffe, c’est un faux débat !


                                                          • ricoxy 4 mai 2012 09:44

                                                            On ne peut même pas se fier au bio, pour la bonne raison que l’air est pollué. A moins de faire des cultures sous serres, avec filtrage de l’air ...

                                                            Donc nous sommes tous plus ou moins condamnés à périr de cancers divers et variés. 2012, odyssée de l’espèce ?


                                                            • Liline 4 mai 2012 13:56

                                                              Nous consommons trop de viande. Quand l’idéal serait d’en manger au maximum 3 fois par semaine, beaucoup en mangent à chaque repas (y compris parfois au petit déjeuner.)
                                                              Quand on voit comment est nourri le bétail élevé pour sa viande, il y a de quoi s’inquiéter : farines animales, soja OGM, et j’en passe. De plus, on leur administre énormément d’antibiotiques, qui se retrouvent plus tard dans l’organisme des consommateurs. Enfin, pour des raisons de rentabilités, les animaux sont souvent élevés dans des endroits exigus et confiné, ce qui est propice au développement de germes diverses. Au niveau de l’environnement, quand on sait qu’il faut 10 kg de céréales pour produire 1 kg de viande, on peut se demander si le fait de produire moins de viande ne permettrait pas de nourrir plus de monde et d’économiser l’eau nécessaire à l’agriculture intensive qui manque parfois aux gens qui vivent dans la région car occasionnant des détournement de cours de rivière. Bref, si nous consommions moins de viande, mais de meilleure qualité, nous protégerions notre organisme de nombreux problèmes que nous n’identifions pas forcément comme tels, mais qui existent (allergies alimentaires, résistance aux antibiotiques, intoxications alimentaires, maladies telles que la vache folle,...), tout en préservant les ressources. Pourtant, ce changement n’est pas prêt de se faire, la viande étant considérée dans la gastronomie française comme le plat de base, et les légumes, négligés au rang de simples garnitures et souvent ma accommodés. 


                                                              • foufouille foufouille 4 mai 2012 21:07

                                                                une cocotte, ca manges pas 10kg


                                                              • C/T... 5 mai 2012 09:29
                                                                Au départ il y a des mots :
                                                                Pesticides, fongicides, insecticides, herbicides and cie…
                                                                « Un pesticide est une substance répandue sur une culture pour lutter contre des organismes nuisibles. C’est un terme générique qui rassemble les insecticides, les fongicides, les herbicides, les parasiticides. Ils s’attaquent respectivement aux insectes ravageurs, aux champignons, aux mauvaises herbes et aux vers parasites.
                                                                Le mot pesticide vient de l’anglais, le suffixe -cide (latin -cida, du verbe latin caedo, caedes, caedere, caedi, caedum : « tuer »), et sur la base du mot anglais pest (animal, insecte ou plante nuisible), lequel provient (comme le français peste) du latin pestis qui désigne notamment un animal nuisible. »  Wikipédia
                                                                L’idée de tuer le vivant est bien là.
                                                                On comprend mieux pourquoi « on » a préféré parler de « produits phytosanitaire ». Ca résonne mieux  que pesticide !...

                                                                Et la terre devint stérile ? Fiction ou réalité ?


                                                                • Evenstood Evenstood 5 novembre 2016 02:05

                                                                  4 ans après la rédaction de cet article, celui-ci possède toujours une résonance avec des chiffres des personnes en surpoids qui ne cesse d’augmenter en France avec 1 français sur 2 selon une étude récente de 2016 (cf. article LeMonde.fr sur la malbouffe en France).


                                                                  L’obésité et la malbouffe sont deux choses liées, là où plus d’un milliard de personnes souffre de la faim dans le monde, cette société marche sur la tête...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès