• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Santé > Le référent ne fait plus référence

Le référent ne fait plus référence

Retrait sans ordonnance.

Pas de médecin traitant,

plus de traitement

Voilà, c’est fait ; mon médecin traitant, et néanmoins référent, vient de mettre la clef sous le paillasson pour jouir, à son tour, d’une retraite méritée. Je reste le bec dans l’eau, sans solution de repli. Il n’y a plus de généraliste disponible dans notre belle ville, si proche de la Capitale, que les jeunes loups de la faculté préfèrent à l’austère cité Johannique, à moins qu’ils n’aillent chercher le soleil du grand sud.

Que faire désormais ? Renoncer en dépit de l’obligation légale qui m’est faite de désigner un médecin référent pour accéder à la jungle des spécialistes cupides ? Battre la campagne avoisinante pour trouver la perle rare, le jeune praticien qui voudrait bien se charger d’une vieille baderne ? Accepter d’attendre des heures dans les maisons médicales impersonnelles des quartiers périphériques ?

L’ordonnance est dure à avaler, la potion est amère, et désormais, je vais devoir me contenter, comme tant de mes concitoyens, de faire le siège des urgences au moindre dérèglement intestinal ou la première angine venue ! Qui a conçu ce plan machiavélique pour détruire le système de santé national par l’asphyxie des généralistes ? Quel imbécile a décrété ainsi de pousser l’absurdité à ne faire qu’une médecine de spécialistes, attirés surtout par les gains financiers ? Qui a signé ma mort certaine par carence médicale ?

La santé publique, nos responsables n’en ont cure. Le sujet a tout juste été évoqué lors de la dernière élection lorsqu’un candidat avait dessein d’abattre la Sécurité Sociale. Il a dû faire machine arrière, sans que les autres nous expliquent pourquoi défendre ce qu’ils détruisent méticuleusement depuis tant d’années. L’hypocrisie est la règle du jeu en la matière.

Les électeurs n’ont pas besoin d’une piqûre de rappel. Ils ne trouvent plus de médecins pour prescrire la chose. Le cercle vicieux de la désertification médicale va de pair avec la financiarisation des cliniques et maisons de retraites. Quelques jolis salopards, prétendument actionnaires, sont là pour faire du fric sur la maladie, la vieillesse et la mort avec l’odieuse complicité des pouvoirs publics. L'hôpital public est désormais en état de mort clinique, la belle ironie que voilà !

Se soigner est devenu, non seulement un casse-tête impossible, mais aussi et surtout, un gouffre financier. Que les salauds de pauvres aillent crever en silence loin des centres-villes et de ceux qui instrumentalisent la santé ! C’est un recul sans précédent de notre société ; avec la complicité des élus, des institutions, des partis politiques et de nos chers carabins, toujours plus experts en dépassements astronomiques.

Je ne vais plus me soigner, à moins que je me contente d’auto-médicalisation ou d’alternatives douces. C’est bien le but recherché ; et je ne vais pas pleurer pour trouver celui qui voudra bien prendre en compte mon cas, si précieux à mes yeux. Plus de médecin traitant, personne pour prendre le cabinet de celui qui avait fini par n’être plus qu’un prescripteur de médicaments, expédiant les patients à une cadence folle ; je ne serai pas mieux ausculté demain qu’hier. Tout va bien pour moi, merci bien !

Pour les inquiétudes secrètes, les maux qui me tracassent, les douleurs insidieuses, je ferai comme tout le monde : une consultation virtuelle sur un site médical qui me donnera un diagnostic incertain, pour me rassurer, m’inquiéter ou bien simplement me fournir une réponse purement aléatoire. Savoir ou faire semblant de savoir devra suffire à me mettre sur la voie de la guérison.

Pour trouver des médicaments un peu plus efficaces que ceux qui me sont autorisés dans notre bonne pharmacie, j’irai faire mes achats sur la toile, sur des officines douteuses, étrangères et non certifiées. Bienvenue dans la jungle ; l’avenir est incertain, la vie ne tient qu’à un fil, et plus personne ne veut prendre en charge le risque de suivre mon dossier médical.

Le conseil national de la Résistance est mort et enterré. Le petit banquier veut soigner le pays à coups d’ordonnances. La belle farce que voilà pour ces milliers d’individus qui, comme moi, n’ont plus accès à ce petit papier blanc, rempli d’une écriture illisible, pour rendre visite à la pharmacie du coin ! Le pays est bien malade, la purge s’impose, et elle passera par l’austérité médicale.

Ordonnancement sien.

fidelite.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (33 votes)




Réagissez à l'article

59 réactions à cet article    


  • juluch juluch 22 mai 2017 09:24

    Votre généraliste n’a pas eu son cabinet repris ??


    Sinon il doit bien y avoir quelqu’un de par chez vous.....

    ma mère est dans un petit village dans l’Hérault elle trouve pour se soigner....

    • C'est Nabum C’est Nabum 22 mai 2017 10:42

      @juluch

      Non
      Orléans est un désert médical

      Beaucoup de gens sont désormais dans mon cas


    • François Vesin François Vesin 22 mai 2017 11:12

      @juluch
      Comme précisé dans l’article de Nabum

      l’Hérault est globalement plus proche de
      la méditerranée que de la mer du Nord !!!

    • JL JL 22 mai 2017 12:46

      @C’est Nabum
       

       il n’y a pas de médecins, à Orléans ?

    • juluch juluch 22 mai 2017 13:03

      @François Vesin

      Oui, mais le village est dans la montagne et le médecin se déplace là bas.....

      Le coin n’est pas au bord de la mer.

    • Alren Alren 22 mai 2017 17:49

      @juluch

      Certains généralistes préfèrent avoir une vie plus tranquille dans les régions rurales du sud que de se surmener dans certaines villes du nord. N’oublions pas que pour leur installation, ils suivent l’avis de leur famille, épouse ou mari et enfants.

      C’est aussi la raison pour laquelle beaucoup d’étudiants en médecine essaient de devenir spécialistes : outre des revenus supérieurs, quand ils ont décidé que leur carnet de consultations était plein, leur secrétaire repousse le rendez-vous à une date si éloignée que certains patients annulent celui-ci. C’est aussi le cas pour les dentistes et les ophtalmologistes. Certains vont même jusqu’à refuser de nouveaux patients en estimant qu’ils en ont assez comme ça pour travailler à temps plein mais sans surmenage.

      Les généralistes en revanche ne peuvent pas se permettre de refuser une consultation à une personne qui se plaint au téléphone de symptômes inquiétants. Moralité, certains travaillent 70h par semaine, n’ont pratiquement plus de vie de famille et sont en permanence à la limite du « burn out ».

      C’est pour mettre fin à cette situation que le programme l’Avenir en commun propose de rémunérer des étudiants en médecine pour qu’ils soient ensuite installés dans les zones de pénurie, suivant un contrat entre eux et l’État comme pour le instituteurs d’écoles normales autrefois.


    • hervepasgrave hervepasgrave 22 mai 2017 11:58

      Bonjour, j’adore le dessin qui accompagne cet article.A lui tout seul il faisait l’article.
       Pour ce qui est de la médecine aujourd’hui ce n’est que du business bien mal odorant,pour ma part. J’en sais quelque chose déjà en tant que patient et aussi parce qu’il y a déjà quelques années je travaillais régulièrement pour des cliniques et aussi accessoirement des hôpitaux, Intérieurement , extérieurement et en plus avec du black pour arrondir les fins de mois chez quelques médecins.Et oui ! il faut bien bouffer.
      Maintenant avoir un médecin généraliste ,oui ! est-ce suffisant ? ,heureusement comme dans toutes choses ,il y en a des bons. Car aujourd’hui comme le dis justement Robert Lavigue ,c’est une histoire de gros sous.Les généralistes sont devenus un passage obligatoire et’ils ne se font pas chier ,ils délèguent pour le moindre bobo chez les spécialistes ;Ils sont devenus des promoteurs ,des agences de réservations en quelque sorte !
       Reste les malades et là ce n’est que normalement l’essentiel du sujet ,c’est évidemment un problème ,mais certainement pas pour la médecine ni les médecins qui eux se focalisent sur la rentabilité. Ils ont depuis longtemps perverti l’essence même de leur métier. Mais c’est dans tous les corps d’états la même chose.Les entendre pleurer ,c’est franchement pathétique, car si les gens savaient ce qu’ils nous coute ?mais c’est facile de se placer en victime ,c’est la loi universel des marchands .Se soigner efficacement , devient difficile ,et pour beaucoup de pathologies nous ne pouvons raisonnablement rien faire par nous même et la cela devient un piège difficile a parer. cestpasgrave ! c’est cela le capitalisme en marche.


      • C'est Nabum C’est Nabum 22 mai 2017 12:44

        @hervepasgrave

        Nous sommes pris au piège d’une médecine libérale qui ne pense qu’à s’enrichir


      • hervepasgrave hervepasgrave 23 mai 2017 21:08

        @C’est Nabum
        Comme d’habitude j’aime bien revenir sur les sujets et je reste perplexe sur les étoiles négatives ! si ce n’est que pour me plomber au cas ou je voudrais faire un article ,c’est franchement nul,car je n’en suis pas capable à l’heure actuelle.Alors je me demande pourquoi ils votent de cette manière alors qu’ils auraient la possibilité de répondre a mes âneries par des chose plus intelligentes.Ils se montreraient en éducateurs.Bizarre car ce n’est pas le cas ,alors a quoi cela sert de venir sur ce site d’information libre ? mystère et boule de gomme,pas vrai Nabum .Je suis un enquiquineur,mais cestpasgrave !


      • foufouille foufouille 22 mai 2017 12:31

        que veut tu, l"époque où le médecin voulait plein de fric et recevait de la clientèle 70h par semaine est terminé. beaucoup font 35h de nos jours ou moins.
        comme solution, tu as aussi SOS médecin.
        pour l’automédication, tu as les pharmacies belges ou en mieux, car pas cher, anglaises qui livrent en France.


        • C'est Nabum C’est Nabum 22 mai 2017 12:45

          @foufouille

          Je ne considère pas que c’est la France dont je rêve


        • foufouille foufouille 22 mai 2017 14:30

          @C’est Nabum
          moi non plus.
          surtout que c’est pire quand tu es malade de partout ou que ta maladie est rare.


        • babelouest babelouest 23 mai 2017 05:27

          @foufouille
          Ouais ! Je me souviens d’un médecin qui faisait effectivement 70 heures par semaine. C’était il y a 16 ans. Et puis un jour alors que j’allais au cabinet (ils y étaient 4 toubibs, dans un quartier populaire) la secrétaire qui me connaissait bien m’a annoncé que celui-là avait pris son fusil pour s’auto-soigner.


        • C'est Nabum C’est Nabum 24 mai 2017 08:04

          @foufouille

          Je suis de tout cœur avec vous


        • foufouille foufouille 24 mai 2017 18:30

          @babelouest
          ceux dont je me souviens avaient surtout des magazines avec des yachts, gros 4x4, etc.


        • Remosra 22 mai 2017 12:51

          C’est étonnant qu’à Orléans vous soyez en pénurie de médecin.
          J’ai été voir combien d’habitants il y avait à Orléans, et la ville que j’habite contient 30 000 personnes en moins mais nous n’avons aucun soucis pour ce qui est des médecins.
          Le mien d’ailleurs est très bien et prend le temps de discuter avec vous pour être sur que tout va bien. Il est même surbooké, je me demande parfois comment il fait pour tenir une telle cadence. Mais bon son succés est aussi du au fait que ce soit un très bon médecin.
          Les deux autres médecins qui sont dans son cabinet n’ont pas autant de client.


          • C'est Nabum C’est Nabum 22 mai 2017 13:30

            @Remosra

            Interrogez donc des orléanais !

            Les généralistes fondent comme neige au soleil
            Ils sont tous spécialistes ici mais pour aller les voir, il faut d’abord passer chez un généraliste.

            Pas simple


          • Sergio Sergio 22 mai 2017 13:04

            Nabum



            Le Docteur Knock bientôt chez vous, je ne douterai pas que vous suivrez ses conseils avisés

            • Sergio Sergio 22 mai 2017 13:09

              Nabum


              Cette situation date depuis longtemps, le manque d’oto-rhino-laryngologiste à Orléans a été préjudiciable à votre chère Jeanne d’Arc, cela vous poursuit encore !

              • C'est Nabum C’est Nabum 22 mai 2017 16:09

                @Sergio

                Il est vrai que ça ne date pas d’hier


              • Spartacus Lequidam Spartacus 22 mai 2017 13:51

                Amusant de subir les méfaits pervers, logiques et usuels du collectivisme et pas comprendre les mécanismes économiques de base qui les a entraîné....


                Il existe une loi économique de base systémique....
                « Il est impossible de maintenir le prix d’une denrée ou service quelconque au-dessous de son prix de marché sans qu’à un certain moment deux conséquences ne s’ensuivent. La première est d’en accroître la demande. Si en effet cette denrée baisse de prix, on aura à la fois plus de tentation et plus de moyens d’en acheter davantage. 
                La seconde est qu’alors la dite denrée ou service deviendra plus rare. Puisqu’on en achètera davantage, on le verra disparaître des rayons des boutiques ou de l’offre de service. Et de plus, la production de cette denrée sera découragée. La marge des profits en sera réduite ou même supprimée. »


                Le contrôle des prix étatique entraîne toujours la pénurie....Toujours, toujours, toujours......
                10000 fois essayé, 10000 fois transformé en pénurie...

                C’est le cas qui est arrivé dans tous les pays socialistes...Pénuries en URSS, pays de l’est, Cuba etc
                Au Venezuela actuellement...
                Plus invisiblement par le SMIC dans le marché du travail en France...etc....

                Concrètement, comme les tarifs sont imposés, pourquoi un médecin se ferait chier en campagne pour trouver des rares clients comme des profs en retraite de l’éducation nationale radin comme pas 2 qui veulent le payer le même prix qu’en ville alors que sa rentabilité personnelle serait atteinte ?

                Au nom de l’égalitarisme d’accès aux soins, le contrôle des prix décourage les medecins et favorise la désertification médicale.

                Il y a surement un médecin qui viendrait dans le pays de l’auteur si le prix de la consultation était de 3€ de plus qu’il gagne à la grande ville, et de gens du pays prêts à payer pour ce service indispensable....

                Mais les collectivistes ne comprennent rien à l’économie. 



                • samuel 22 mai 2017 14:22

                  @Spartacus

                  « Il existe une loi économique de base systémique....
                  « Il est impossible de maintenir le prix d’une denrée ou service quelconque au-dessous de son prix de marché sans qu’à un certain moment deux conséquences ne s’ensuivent. La première est d’en accroître la demande. Si en effet cette denrée baisse de prix, on aura à la fois plus de tentation et plus de moyens d’en acheter davantage. 
                  La seconde est qu’alors la dite denrée ou servicedeviendra plus rare. Puisqu’on en achètera davantage, on le verra disparaître des rayons des boutiques ou de l’offre de service. » 


                  Je vais reprendre à mon l’analogie boulangère que vous semblez apprécier.

                  Le prix du pain serait de 50cts le kilo que je n’en viendrai pas à manger 4 miches de pain dans la journée...



                • foufouille foufouille 22 mai 2017 14:33

                  @Spartacus
                  tu es un abruti fini.
                  le manque de médecins ne vient pas des clients mais du numérus clausus imposés par le conseil de l’ordre national des médecins bourgeois et surtout de l’absence de beaucoup de services publics.
                  un médecin ne veut plus également bosser 70h par semaine pour devenir riche.



                • C'est Nabum C’est Nabum 22 mai 2017 16:10

                  @Spartacus

                  Vous devriez savoir que je suis un imbécile


                • Spartacus Lequidam Spartacus 22 mai 2017 16:39

                  @C’est Nabum


                  Non pas un imbécile...Ne sombrez pas dans le misérabilisme.
                  A vous lire vis a vis des élèves vous étiez bon dans l’instruction.
                  Simplement un ignorant du fonctionnement macro-economique de l’économie...

                • hervepasgrave hervepasgrave 22 mai 2017 17:07

                  @Spartacus
                  Bonjour ce n’est pas parce que cela a été essayé ,mais par la perversion des choses plus simplement.Car si tous les gouvernements d’ici et ailleurs privilégiaient la sécurité alimentaire cela n’aurait pas lieu d’exister sous quelques latitudes qui soit .C’est de l’intox ce que tu dis et ne reflète pas la réalité des choses.Mais il est facile de contourner la réalité en fermant les yeux quand cela arrange et en promouvant d’autres choses par le même usage.Exemple les médecins Cubains sont mis en avant par combien de personnes et combien de pays, font-ils du fric ?. Alors ta réalité est déjà faussé et aussi si nous parlions de la mode du bio ,que nous copions sur les cubains.Elle est mise hautement en avant en ce moment et est une valeur montante financièrement et aussi comme image de marque supérieure a toutes choses.Pourtant les cubains qui sont passé maitre en la matière faute de pouvoir faire autrement ne se sont pas enrichi ,ni ruiné,bizarre ,comme c’est bizarre l’intoxication des esprits.C’est surtout le fait de jouer sur le pouvoir de vie et mort des gens qui est ignoble dans le discours.Il y a heureusement beaucoup de critiques à ton encontre ,mais ils oublient eux aussi l’essentiel.Quand j’étais gamin ,j’ai appris qu « l’on ne joue pas avec la nourriture » C’est beau les bio carburant pour faire vivre l’industrie alimentaire par exemple,mais combien de gens dans le monde en ont payé le prix de leur vie ,subsistance.La prochaine fois parler chiffons mais oublier la nourriture ou les denrées,fermez vos G sur ce sujet qui est le plus important qui soit,mais tu continueras de plus belle Spartacus.Alors, vivement les jeux du cirque et que l’on t’y colle de force dans l’arène.allez cestpasgrave !


                • babelouest babelouest 22 mai 2017 21:55

                  @Spartacus
                  Très amusant !

                  Vous citez le Venezuela et Cuba pour les pénuries : comme par hasard celles-ci sont organisées par des capitalistes qui s’arrangent pour stocker afin de provoquer des pénuries artificielles au Venezuela ; quant à Cuba, vous vous souvenez sans doute qu’il a été mis sous embargo depuis des dizaines d’années par Washington, le jouet... des capitalistes. Si ce n’est pas une cruelle mauvaise foi de votre part, qu’est-ce ?

                  D’ailleurs, curieusement, le pays du monde où l’on est le mieux soigné est... Cuba. Avec des moyens très modestes ! Embargo oblige. Mais il est vrai que là-bas, le médecin ne fait pas fortune. Il fait simplement son boulot du mieux qu’il peut.

                  Ah, ces néo-libéraux !


                • mmbbb 22 mai 2017 22:15

                  @babelouest il est marrant votre commentaire et peu coherent «  D’ailleurs, curieusement, le pays du monde où l’on est le mieux soigné est... Cuba. Avec des moyens très modestes » Si je suis votre raisonnement les Cubains n ont pas IRM de Scanner de Robot etc etc . Donc je suppose comme ces apparatchiks algeriens qui prennent l avion en venant en france en toute discretion parce que leur pays d origine n’a pas le matos nécessaire . imagerie medicale entre autre qui permet d etablir des protocoles operatoires Comment fait on a Cuba pour des operations tres compliquees ? 


                • mmbbb 22 mai 2017 22:27

                  @ Samuel merci pour le lien mais avez vous lu les commentaires Celui ci en particulier ;la fraude massive a la carte Vitale C est un commentaire d un lecteur du Monde journal pondere J habite pres de Lyon le budget des hospices civils est obéré par l admission en non valeur en d ’autre terme on soigne et s on s occupe du recouvrement par la suite , Allez en Australie par exemple pas de visa pas de soin Ne tapez pas trop vite sur Spartaccus il faudrait aussi regarder les derives de ce syteme et eviter de ne voir que le syteme liberal .


                • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2017 00:08

                  @mmbbb

                  on peut poser la question différemment, c’est à dire, vaut t-il mieux avoir un système qui crée des malades pour les soigner ou bien un système qui évite d’avoir des malades pour pas devoir les soigner ?

                  Perso, je préfère un système qui m’évite d’avoir besoin d’irm et autre scanner.

                  Ainsi, il est des endroits où les gens vivaient en bonne santé et très vieux avant que le mode de vie occidental débarque, les rendent malades et moins résistants et nécessiteux des irm et autres scanners, sauf que bien souvent, s’ils sont assez « riches » pour la société de pollution, il ne le sont pas assez pour les irm et autres scanner.


                • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2017 00:26

                  @Spartagus

                  bah, vous comprenez encore moins bien les mécanismes de l’économie !

                  la preuve en est que contrôle des prix étatique ne veut pas dire prix en dessous du marché. Ce qui ne fonctionne pas, quel que soit le système, c’est de se passer du rapport offres/demandes.

                  Une autre preuve en est qu’en système capitaliste il peut y avoir aussi des prix en dessous du marché dans certains cas, on appelle cela le dumping ; C’est évidemment éphémère et vise à couler un concurrent dont le revers est alors, une fois coulé, l’effet inverse d’envolé des prix.

                  Bon, tout cela est de la pure fumisterie, de la manipulation économique, mais c’est juste pour illustrer vos mensonges ou votre faible niveau en économie !


                • mmbbb 23 mai 2017 07:24

                  @Hervé Hum un peu facile , certaines maladies demandent des traitements lourds et certains malades ne choisissent pas leur maladie cancer ou myopathie leucemie Dans ces pays la comme soigne t on : Vous etes un peu dans la ligne de cette grande professeur e Rosemar de ce media « c’est la faute au systeme »


                • Hervé Hum Hervé Hum 23 mai 2017 09:33

                  @mmbbb

                  Un peu trop réducteur de votre part. Aucune société peut exister sans « système », mais elle est plus ou moins juste, équitable et efficace, etc, selon le type de système.

                  Sinon, les cancers et autres leucémies ont vu leur nombre exploser par le développement de l’industrie chimique, cette explosion est donc la faute à un système qui favorise et impose cette industrie de manière abusive. Non pas qu’elle est pas nécessaire, mais de manière contrôlé et utilisé à bon escient.

                  Un système économique qui favorise le stress, la pollution, la consommation et l’irresponsabilité. Un système qui se nourrit de la violence et la guerre systémique, provoquant combien de morts par ans ? Combien de personnes son encore victimes de ces mines antipersonnelles qu’aucune technologie moderne ne sait encore soigner et surtout pas pour ces populations pauvres ?

                  voyez, quand on remonte la chaine, on remonte toute la merde qui s’y colle, alors, on prend bien soin de ne regarder que ce qui émerge, comme cela, fait pas trop sale.


                • C'est Nabum C’est Nabum 24 mai 2017 08:06

                  @Spartacus

                  Votre monde idéal se passerait volontiers de malade, de handicapés et de marginaux
                  Nous avons déjà observé ces pratiques en un autre temps

                  Le collectivisme n’est pas le nationalisme


                • samuel 24 mai 2017 12:08

                  @mmbbb

                  L’étude se passe à mon avis de commentaires et rmontre simplement que « la Loi de la concurrence » ou « La Loi de l’offre et de la demande » qui sont l’Alpha et l’Omega de la pensée de Spartacus ne sont pas aussi granitique en Economie que la Loi de la Gravité en physique.

                  Malheureusement, le débat avec ce personnage en reste à ce niveau. Il y a selon lui des lois économiques indépassables basées sur une nature humaine et sociale elles-même indépassables.

                • Sergio Sergio 22 mai 2017 14:28

                  Dans le département Sud des Hauts de France, les médecins qui partent en retraite ne sont pas remplacés. Le triste constat est que dans beaucoup de villes (10 000 habitants), le taux de chômage fleure les 30%. Les villes périclitent par la disparition des commerces au profit des grandes surfaces installées dans les zones commerciales, les artisans disparaissent avec leurs savoir-faire, idem pour les cinémas et librairies. 

                  Les nouveaux médecins, comme Foufouille le précise, ont envie d’une autre qualité de vie, du loisir et du temps pour eux et du coup on peut les comprendre. En conséquence, faute d’être attractif, ça laisse les usagers sur le carreau. 
                  En réponse, j’ai connaissance d’un projet municipal incitatif à l’installation de cabinets médicaux dans des zones à risques, dans lesquelles pompiers, et IDE se font soit caillassés pour les uns, soit agressées pour les autres. Il est compréhensible que même à grands renforts d’exonérations de charges, aucune installation n’a vu le jour. Qui voudrait s’engager dans la mixité sociale, les gens de terrain ou les politiques ?

                  On pourrait débattre longtemps, essayer de ne pas faire d’amalgame, Nabum parle du problème dans un rapport personnel, il a quand même le mérite de poser la question. Néanmoins il évoque : 

                  « Je ne considère pas que c’est la France dont je rêve » 
                   
                  Qu’il sache que c’est dans cette France là que nous vivons !

                  • foufouille foufouille 22 mai 2017 14:35

                    @Sergio
                    c’est aussi de la faute au numerus clausus. l’évolution de la situation est connu depuis longtemps.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 22 mai 2017 16:11

                    @Sergio

                    Nabum ne voit les choses que par le bout de sa lorgnette qui elle même n’est pas bien grande


                  • Sergio Sergio 22 mai 2017 16:25

                    @C’est Nabum


                    Non je ne suis pas d’accord ! Votre lorgnette a son intérêt elle ouvre à débats, et souvent on ne maîtrise pas la suite. Votre blog vit de lui-même et là, vous n’y êtes pour rien.

                  • Sergio Sergio 22 mai 2017 16:27

                    @foufouille


                    D’accord

                  • rogal 22 mai 2017 14:45

                    Les Pages Jaunes recensent 271 généralistes à Orléans.
                    Vous pouvez prendre un médecin traitant à l’hôpital et changer librement.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 22 mai 2017 16:11

                      @rogal

                      Faites donc
                      essayez de prendre RDV


                    • rogal 22 mai 2017 17:20

                      @C’est Nabum
                      C’est chose faite... en aval.


                    • docdory docdory 22 mai 2017 19:04

                      @C’est Nabum


                      Le problème des déserts médicaux a pour cause principale l’instauration d’un numerus clausus au début des années 70. A cette époque il y a eu une explosion du nombre de médecins au sortir des facs de médecine, ce qui avait fini par engendrer une forte baisse du revenu des médecins dans des zones surmédicalisées, la multiplication des actes inutiles, et une explosion des dépenses de santé non motivées.
                      Le numérus clausus a joué son rôle à la perfection jusqu’à la fin des années 90, date à laquelle le nombre des médecins par rapport à la population redevint satisfaisant. Compte tenu du temps de formation des médecins généralistes ( 8 ans ), c’est à cette époque là que le gouvernement aurait du réagir en élargissant progressivement le numérus clausus, afin de contrer l’inertie due au temps de formation. 
                      Malheureusement, il y a eu une tentative de modifier le but initial du numérus clausus. Les gouvernements successifs ont donc eu une idée fort peu judicieuse de réduire les dépenses de santé en réduisant l’offre de soins, c’est à dire en n’élargissant pas le numérus clausus alors qu’il fallait le faire, d’où l’apparition des fameux déserts médicaux, puis l’importation massive de médecins étrangers pour tenter de résoudre le problème.
                      Malheureusement, l’élargissement du numérus clausus qui a finalement été décidé trop tard ne peut pas atteindre la valeur nécessaire, car si l’on admet trop d’étudiants en deuxième année de médecine, il y aura pénurie de stages d’externes, puis d’internes, dans les hôpitaux, et donc les étudiants en surnombre risquent d’être mal formés, et, de plus les hôpitaux ne pourront pas payer cette profusion de nouveaux externes et internes. Donc il faudra de nombreuses années, avec le faible élargissement actuel du numérus clausus, pour que les médecins en formation parviennent à remplacer les départs à la retraite....
                      Gouverner, c’est prévoir, dit-on... Le moins que l’on puisse dire, c’est que les gouvernements successifs ont très mal prévu...
                      Il y a d’autres causes au problème des déserts médicaux, que je pourrais éventuellement détailler ultérieurement, si j’ai le temps...


                      • Sergio Sergio 22 mai 2017 22:49

                        @docdory


                        Il était judicieux que vous soyez intervenu !

                      • baldis30 22 mai 2017 21:58

                        bonsoir,

                        excellent article .... mais ....

                        « Le conseil national de la Résistance est mort et enterré. »

                         En êtes-vous si sûr ? Il y a toujours quelque part une petite lueur qui brille ... on ne sait qui l’a allumé, ni quel est son éloignement,..... même si lorsqu’elle éclairera davantage plusieurs pères se présenteront.... à la onzième heure et après l’accouchement dans différents services d’objets trouvés afin de la récupérer. 

                        « On peut tromper quelqu’un tout le temps, on peut tromper tout le monde quelque temps, on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps » ( Lincoln)


                        • gaijin gaijin 23 mai 2017 11:36

                          @baldis30
                          il avait la télé lincoln ?


                        • C'est Nabum C’est Nabum 24 mai 2017 08:07

                          @baldis30

                          Le CNR est mort c’est évident, il a voulu être soigné par le Conseil de l’ordre des médecins

                          Vous voyez le résultat !


                        • popette 24 mai 2017 01:06

                          Ça me chagrine toujours de lire le désarroi des patients qui ne trouvent plus de médecin traitant. Exerçant la médecine rurale, je suis toujours mal à l’aise avec le fait de refuser de nouveaux patients en dehors de la commune où j’exerce. Le dilemme est le suivant : accepter sans limite impose de répondre aux demandes croissantes de consultations, cela au prix d’une augmentation du temps de travail ou de la diminution du temps de chaque consultation. Ces deux solutions conduiraient à diminuer la qualité de mon travail. Si j’ai choisi ce métier passionnant, ce n’est pas pour devenir un simple distributeur d’ordonnances ou de courriers pour des spécialistes. N’oublions pas que dans la plupart des cas, ce ne sont ni les IRM, ni les molécules qui soignent, mais la relation thérapeutique qui se tisse entre le médecin et son patient. J’ai conscience de ne pas apporter de réponse très constructive au débat que vous avez lancé, cependant je tenais à témoigner car nous sommes également nombreux du coté des professionnels, à nous inquiéter de l’avenir de la santé publique. 


                          • C'est Nabum C’est Nabum 24 mai 2017 08:08

                            @popette

                            Je ne doute pas qu’il existe des médecins chagrins
                            J’en sais aussi qui ne font que de l’argent profitant d’une situation qui est faite d’abord pour ça

                            Je vous plains quand vous vous retrouvez dans un congrès avec de tels confères

                            Merci pour votre témoignage


                          • foufouille foufouille 24 mai 2017 09:26

                            @popette
                            "N’oublions pas que dans la plupart des cas, ce ne sont ni les IRM, ni les molécules qui soignent, mais la relation thérapeutique qui se tisse entre le médecin et son patient"
                            dans ce cas autant aller prié à l’église, c’est gratuit.
                            tu as du rater quelques cours de médecines.


                          • popette 24 mai 2017 10:37

                            @C’est Nabum
                            Je ne participe pas à ce genre de congrès. Je me forme avec des organisme indépendants de l’industrie pharmaceutique. Cela créé un biais de sélection qui me promet de belles rencontres. Je suis bien consciente que certains confrères pratique une médecine « de merde » parce qu’en 5 minutes c’est plus facile de prescrire que des antibiotiques ou un examen d’imagerie plutôt que d’expliquer et convaincre que c’est inutile.


                          • popette 24 mai 2017 11:10

                            @foufouille
                            Pardon, il faut que je m’explique. J’ai bien précisé, dans la plupart des cas...

                            En soins primaires je ne pense pas me tromper beaucoup en affirmant que 90% de la pathologie infectieuse est virale, ce qui implique donc qu’aucune molécule ne modifie l’évolution de la maladie. La consultation permet de juger du statut viral ou bactérien et à proposer ou non un traitement.

                            En ce qui concerne la pathologie psychosociale, je suis d’accord avec toi, certains membres du clergé pourraient faire aussi bien, mais ils sont dans une situation bien pire question nombre ! 
                            En revanche on peut se former pour établir un accompagnement qui permette de limiter le recours aux psychotropes avec de meilleurs résultats sanitaires. 
                            Ce qui permet de corriger les lacunes de l’enseignement de la fac, car je n’ai pas raté de cours et pourtant j’ai appris ensuite l’essence de mon métier. La question des examens d’imagerie inutile est un vaste débat. 

                            Pour les pathologies chroniques avec des ordonnances à plus de 5 molécules, je maintiens que l’observance du suivi et du traitement dépendent du lien qui se tisse entre le patient et le médecin. J’en veux pour preuve le nombre de patients qui viennent en consultation après l’avis d’un spécialiste pour « discuter » de la pertinence des recommandations de ce dernier.

                            Bon sinon, on fait des sutures, des ECG, des frottis ... et je ne crois ni en dieu ni en la prière pour se substituer à nous.

                            Mais pour rebondir sur notre utilité, il faut aussi admettre que dans notre société, l’inconfort est très fréquemment vécu comme une pathologie. Cela implique un nombre considérable de consultations à mon sens inutiles. 
                            Je vais arrêter là mais j’espère avoir éclairci mon propos

                          • C'est Nabum C’est Nabum 24 mai 2017 11:45

                            @popette

                            Je vous en félicite

                            J’ai grande méfiance et même énormes réserves contre les coteries


                          • foufouille foufouille 24 mai 2017 18:27

                            @popette
                            ha ok, c’est mieux car tu avais l’air d’un doctor X qui sévit ici.
                            n’oublies que les curetons font des « soins » de groupes.
                            joke.
                            en général, si le patient discute sur l’utilité des médicaments, c’est que le médecin ne lui a rien expliquer. j’ai pas cette chance vu que je suis jeune et guéri donc miraculeusement pour la plupart des médecins consultés.
                            l’inconfort est assez chiant sur le long terme.


                          • chantecler chantecler 24 mai 2017 07:40

                            Bonjour Fergus ,
                            Oui , cette pénurie est alarmante .
                            Effectivement fin des années 70 il y a eu un « numerus clausus » très limitatif .
                            Et aussi une inflexion malheureuse de l’esprit « libéral » chez les médecins , qui semblent vouloir ignorer les conséquences de la crise subie par la majorité de la population .
                            Et 45 ans après , faute d’adapter ce numerus clausus et de limiter les prétentions libérales , nous sommes confronté à cette catastrophe .
                            Beaucoup de médecins âgés , surbookés qui refusent les « nouveaux clients » .
                            Des « déserts médicaux » avec à coté une majorité de médecins qui s’installent là où ils ne sont pas nécessaires .
                            Du coup ils se spécialisent , parfois avec des disciplines curieuses comme « médecine interne » , font du dépassement d’honoraire , refusent les gardes ,et échappent à la « pression »liée au déséquilibre des installations .
                            Beaucoup de médecins formés justement dans les années 80 rament avec une clientèle pléthorique qu’ils n’arrivent pas à transmettre ou vendre leurs cabinets .
                            Les nouveaux médecins sont très exigeants : il faudrait que les collectivités locales les payent , leurs fournissent des locaux pour qu’ils daignent s’installer .
                            Parfois on leur offre un local secondaire pour soigner une population à 15 kms de leur cabinet principal .
                            Où ils officient souvent avec mauvaise grâce : horaires fantaisistes , les patients « attendent » , cabinet non partagé avec un confrère , comme c’était prévu au départ par la municipalité qui fournit les locaux ..
                            Ah , ils en profitent de la pénurie ...
                            Ils se plaignent  : « mais ça coûte mon bon monsieur de s’offrir un logement , puis un cabinet , puis une assistante médicale , et ça prend du temps la »paparasserie« . »
                            Pourtant dans les faits leurs ordonnances sortent à la vitesse d’une imprimante et les consultations durent entre 10 et 15 minutes
                            Alors d’autres médecins issus de l’UE ou d’ailleurs viennent s’installer ...
                            « le médecins polonais » en quelque sorte ...
                            Je ne suis pas contre théoriquement , à condition qu’ils maîtrisent la langue française ( directive « Molière ! ») ce qu me semble le minimum .
                            Certains sont incompréhensibles , comprennent mal leur « patient » et de plus semblent avoir la trouille car ils ne connaissent ni la réglementation ni les fonctionnements de base .
                            Ils ne savent pas par exemple s’ils sont remboursés de leurs actes quand on utilise la carte vitale et le tiers payant , ou même la CB...
                            D’autres fois , pour sans doute les mêmes raisons , il refusent de fournir une ordonnance de plus d’un mois , alors même que vous venez consulter pour un renouvellement concernant une longue maladie qui pendant des dizaines d’années se faisait sur 6 mois .
                            Total , vous poireautez des heures dans un cabinet d’attente, situé à 10 kms de chez vous , où vous attrapez au contact des « patients »une giclée de virus grippaux ,vous ressortez avec une ordonnance d’un mois , plus ou moins complète , car vous n’avez pas pris l’habitude de vérifier si tout y est ,et poussé par votre exaspération , et le sentiment que les patients attendent en nombre , vous repartez avec le sentiment d’un fort foutage de gueule .
                            Vous êtes sujet à une surinfection après un épisode bronchitique grippal , n’espérez pas un antibiotique basique : vous tousserez et crachoterez 6 semaines si tout va bien , car la SS à travers ses spots publicitaires veille sur les dépenses , nous infantilise , bref estime que le patient n’a pas son mot à dire  : un virus c’est un virus , une bactérie c’est une bactérie et soit c’est l’un soit c’est l’autre , mais jamais les deux à la suite !
                            Economie pour la SS : aucune vous devez impérativement revenir tous les mois alors que ça n’apporte moins que rien et vous n’avez même pas la satisfaction d’avoir pu échanger des informations , explications ou dépasser le cadre de votre LM .
                            Par contre multiplication des examens complémentaires .
                            NB à oui le médecin référent quelle farce !
                            Vous débarquez , vous prenez RV avec un médecin que vous ne connaissez pas et déjà on vous demande de le choisir comme référent !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès