• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > EPR : où est passé l’argent du contribuable ?

EPR : où est passé l’argent du contribuable ?

Immobilisation des ateliers du Creusot pendant plusieurs années, démultiplication des expertises, retards du chantier à Flamanville, nouvelle fabrication, démontage du bâtiment, démontage de la cuve, réinstallation, reconstruction du bâtiment…) qui viennent s’ajouter aux pertes consécutives à l’acquisition d’URAMIN dénoncées dès 2014 par la Cour des Comptes. Car ce qui a rapporté 132 millions net d’impôts à « My Bolloré » coûte aujourd’hui plusieurs milliards au contribuable français 

 

EPR : où est passé l’argent des contribuables ?

par Jean-François VICTOR ex PDG d'UIGM devenu CREUSOT-MECANIQUE en Juillet 2003

 

Résumé des articles précédents : Les pièces défectueuses de l’EPR de Flamanville ont été conçues et réalisées non pas dans le cadre d’un projet industriel mais dans celui d’une opération purement financière à court terme, basée sur la bienveillante complicité de certains éléments du directoire d’AREVA avec un affairiste notoire Michel Yves Bolloré.

 

mybollore

 

Je dispose de tous les éléments pour le démontrer, aussi est-ce dans un esprit totalement dépassionné (1) que je rédige cet article à l’intention de ceux qui victimes des restrictions budgétaires de l’Etat auxquelles ce dernier demande aujourd’hui de contribuer (baisse des APL, augmentation de la CSG etc etc) souhaiteraient savoir ce qu’il est advenu de l’argent public sur lequel Michel Yves Bolloré a fait main-basse en 2006. Ces économies sont en effet en grande part la conséquence - d’après le Ministre de l’Economie actuel lui-même - des errances du directoire d’AREVA.

 

Car ce qui a rapporté 132 millions net d’impôts à « My Bolloré » coûte aujourd’hui plusieurs milliards au contribuable français 

Immobilisation des ateliers du Creusot pendant plusieurs années, démultiplication des expertises, retards du chantier à Flamanville, nouvelle fabrication, démontage du bâtiment, démontage de la cuve, réinstallation, reconstruction du bâtiment…) qui viennent s’ajouter aux pertes consécutives à l’acquisition d’URAMIN dénoncées dès 2014 par la Cour des Comptes.

Même les rentiers dont le quotidien n’est pas atteint par le montant des APL ou le taux de la CSG et qui ne sont pas non plus concernés par la réduction de 15% de la masse salariale d’AREVA, pourraient s’étonner qu’on ne leur donne pas le détail des mésaventures advenues aux deniers publics partis s’égarer au profit de circuits de corruption via des enchevêtrements de fiduciaires off-shore.

Après tout quand Michel Yves fait un bénéfice de 200 fois la mise sur le dos d’une entreprise appartenant au secteur public, c’est bien leur argent qui permet ce miraculeux enrichissement.

 

L’opinion publique toutes catégories sociales confondues ne peut que se sentir concernée par le devenir d’un argent qui incontournablement est le sien.

D’autant que simultanément on demande au contribuable d’accepter sans autres choix une dérogation provisoire (jusqu’au prochain quinquennat) à des mesures de sécurité pourtant clairement établies, au risque même minime pour la population d’un sinistre dont le périmètre et la gravité restent hypothétiques même pour les meilleurs experts de la planète.

 

Les 130M€ net d’impôts issus de la vente de SFARSTEEL à AREVA vont d’abord intégralement se retrouver dans une société de gestion patrimoniale off-shore, sise au Luxembourg, ouverte par Michel Yves Bolloré le 15 Mai 2007 cad pratiquement au lendemain de la transaction : STELARLUX CAPITAL SA (Statuts de STELARLUX dans le Journal Officiel du Grand Duché de Luxembourg)

Vous ne manquerez pas de remarquer que le transfert hors frontière du fruit de l’opération n’est pas très cohérent avec le patriotisme et l’évocation du Général de Gaulle qui avait inspiré le choix du cessionnaire et dont se prévalait Michel Yves Bolloré dans la presse locale lors des négociations avec AREVA. (Interview du Journal de Saone et Loire en date du 16 Juin 2006). Vous admirerez aussi sans doute son sens de l’épargne car rien de cet imposant patrimoine n’est dispersé en futilité.

 

Le grand argentier de l’Archevêché du Grand Duché ?

Enfin j’attire votre attention sur la présence comme administrateur de catégorie B de STELARLUX CAPITAL de M. Christian René Léon DESCOUPSMilieu de page 42247

Or M. DESCOUPS n’est rien moins que Secrétaire Général de l’Archevêché de Luxembourg (Christian DESCOUPS sur Linkedin). Le grand argentier de l’Eglise du Grand-Duché en quelque sorte. (Retenez ce détail dans la perspective d’un prochain article sur la rôle de certains milieux catholiques intégristes dans le sous-jacent corruptif des malfaçons de l’EPR) Et ce n’est pas peu dire dans un pays dont le nom du gendarme de la finance, le « Cahuzac local » si vous préférez, n’apparaît pas moins de 140 fois dans les « Panama Papers » (Ouest-France 17 Mars 2017).

Ces fonds stagnent à Luxembourg jusqu’au début 2008 (2) et on retrouve bien au bilan les 132 M€ à quelques variations de gestion près. (Bilan de STELARLUX CAPITAL SA exercice 2008).

 

Raphalle Bischoff-BolloréRaphaelle Bischoff-Bolloré

 

Jusqu’à la création le 20.5.2008 d’une filiale londonienne, un bureau STELARLUX CAPITAL UK au Royaume Uni : (Statuts de STELARLUX CAPITAL UK).

Michel Yves Bolloré est l’un des directeurs et on retrouve sa fille Raphaelle Bischoff-Bolloré comme fondée de pouvoir. Si on en juge par sa page Facebook, c’est un personnage d’une parfaite futilité mais son rôle est essentiel dans ce qui va suivre puisque son beau-père n’est autre que Sir Win Bischoff, une des personnalités les plus respectées des milieux bancaires et économiques britanniques.

Et ce dernier sera d’une aide précieuse car STELARLUX CAPITAL UK est radiée du Registre de Commerce de sa Majesté en 2010 et son patrimoine s’évapore purement et simplement (Enregistrement de radiation 31.3.2011), le beau-père de Raphaelle est particulièrement bien placé pour ce faire.

 

 

sir-win-bischoff

Au même moment, la villa de Michel Yves Bolloré à Ste Maxime (voir infra) subit d’importants travaux d’aménagement. Simultanément aussi l’Eglise St Honoré d’Eylau qui est sa paroisse, bénéficie également d’importantes rénovations, le sol de l’église est refait à neuf et la crypte dont le plafond tombait en miettes est réhabilitée et transformée en salle de congrès, exposition et conventions d’entreprise. Un ensemble de travaux dépassant de très loin le budget habituel de la paroisse. Comment expliquer cette simultanéité ?

Il m’est facile d’imaginer que c’est également à ce moment qu’un certain nombre d’œuvres catholiques bénéficient de dons (Chemin Néo-catéchuménal, Communauté de l’Emmanuelle et surtout l’Opus Dei dont Michel Yves Bolloré est surnuméraire de longue date). J’y reviendrai et très en détail dans mon prochain article.

 

Villa La grande Pointe (Ste Maxime)

Villa La grande Pointe (Ste Maxime)

 

 

P.S. (1) C’est à tort que certains bloggers ont analysé mon attitude comme une rancœur personnelle vis-à-vis de Michel Yves Bolloré. C’est un homme faible et assez peureux, dont la malignité et la cupidité ont pour objet de satisfaire son goût pour le merveilleux.

 A ce titre, il manipule tout son entourage de manière à la fois très organisée et quelque peu infantile sans avoir cet élémentaire respect de l’autre qui lui permettrait d’imaginer que l’interlocuteur est également doté d’un minimum d’intelligence. Comme son frère, « cet ami qui vous veut du bien », il maîtrise à la perfection l’art de simuler la plus fraternelle sympathie à l’instant même où subrepticement, il vous dépossède ou vous instrumentalise. Et comme c’est systématique, l’effet produit relève du « comique de répétition ». Rien dans tout ça ne suscite la haine ou une malveillance opiniâtre. Non, tout au plus une indulgence amusée.

En fait, mon obstination à élucider la situation dans laquelle je me suis trouvé placé procède d’un réflexe que j’attribue à ma formation scientifique autant qu’aux lointaines années que j’ai consacrées à la recherche médicale fondamentale au début de ma carrière : lorsque je ne comprends pas une situation, - comment dire - je pile net et je creuse obstinément jusqu’à la source de l’énigme et que j’en comprenne le moindre détail et tous les rouages.

(2) On peut faire un parallèle amusant avec un usage courant dans le grand banditisme de ne pas mettre en circulation le fruit d’un braquage avant au moins un an, le contrevenant au dit usage risquant son élimination pure et simple par ses associés comme traitre à ses engagements.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • leypanou 21 septembre 10:37

    Article toujours intéressant de la part de quelqu’un qui connaît le sujet.
    Si le spécialiste agvx (JM B.) peut aussi réagir, ce serait encore mieux pour les curieux sur le sujet.


    • zygzornifle zygzornifle 21 septembre 10:59

      En tout cas il est définitivement perdu pour le con-tribuable et de toute façon s’il était récupéré il changerait de poche et serait quand même perdu .....


      • bonnes idées 21 septembre 12:41

        Par tous les ceints d’esprits, l’EPR est une arnaque ? N’hésitez pas la génération 1946 à venir nous parler de la perte de vos illusions.


        • aimable 21 septembre 13:59

          @bonnes idées
          j’ai l’ai l’impression que l ’E P R est un remake du chantier des halles de la Villette Paris
          les ancien doivent s’en souvenir


        • aimable 21 septembre 14:02

          @bonnes idées
          le l’ai ne serait pas là si j’avais relu  smiley


        • Debrief 21 septembre 16:49

          Ce nucléaire 2.0 c’est une farce intégrale. L’illustration du système français fait de financiers, grands fonctionnaires et autres pantouflards qui pour s’occuper « gèrent » des dossiers.


          • Matlemat 21 septembre 17:20

            Il est beau le fleuron de l’industrie française.. sinon pour l’EPR finlandais un arbitrage partiel défavorable à Areva a été rendu : https://www.google.fr/amp/s/www.lesechos.fr/amp/71/2103371.php


            • Le421 Le421 21 septembre 18:28

              Où est passé l’argent ?
              Dans la poche de grandes sociétés qui ont pignon sur rue, comme pour les J.O., ça fera pareil, et ce n’est pas prêt de changer.
              Ce pays en déconfiture - d’après certains imbéciles - a vu le CAC 40 faire 52 milliards de bénéfices au premier semestre.
              Pas de chiffre, de bénéfice !!
              Et vous n’en verrez pas la couleur, les pègreleux !!

              Tant que ça ne pètera pas pour de bon...


              • Matlemat 21 septembre 21:06

                Juteuses affaires de mines d’uranium, acheter 3 mines 60 millions pour les revendre 3,5 milliards : https://blogs.mediapart.fr/guillaume-morand/blog/141116/la-fondation-clinton-submergee-des-millions-de-dollars-de-luranium


                • JMBerniolles 22 septembre 13:44
                  J’ai quelques réticences à commenter cet article, notamment parce que l’EPR apparaît ici de manière collatérale, dans ce qui apparaît principalement comme un règlement de comptes avec Bolloré.

                  Mais il y a des choses qu’il faut dire :

                  1)  Le système dominant exploite l’immense majorité des français au profit d’une très petite minorité, plutôt internationalisée, dont fait partie Bolloré. Avec d’autres, Pinault, les propriétaires de nos médias .... tous aussi nuisibles pour notre pays en plein déclin.

                  2) L’Etat français est plombé par une politique désastreuse de cadeaux au patronat, 20 milliards d’euros sous Hollande, plus le pacte de stabilité dont on a vu les résultats brillants, encore 20 milliards d ’euros, le financement du MES (qui finance des Banques et des Etats à fonds perdus) pour plusieurs dizaines de milliards d’euros, soit près de 100 milliards d’euros sous Hollande... comparer à cela les problèmes de liquidités d’Areva sont une plaisanterie. Il faut aussi considérer que l’EDF verse des dividendes à l’Etat...  

                  3) Le consommateur d’électricité paie aussi aujourd’hui 5 milliards d’euros par an de surcoûts des courants éoliens et photovoltaïques via la CSPE et d’autres taxes.... 

                  Enfin, comme la dette souveraine est l’ordre du PIB on peut mesurer ce que le système économique dominant, en bout de course, coûte aux français. On voit qu’il faut près de 5% d’accroissement de la dette pour une croissance de 1% du PIB (croissance de quoi d’ailleurs ? on peut justement se poser la question) 

                  Il n’est pas sérieux de dire que les couvercle et fond de cuve primaire de l’EPR de Flamanville sont des pièces défectueuses quand l’ASN qui ne peut être accusée de complaisance, vient de donner un avis qui statue clairement que ces pièces sont qualifiées pour leur tenue dans le cadre du fonctionnement normal et accidentel de ce réacteur.

                  On peut prévoir que celui-ci sera rapidement démarré dès lors que les EPR chinois seront mis en fonctionnement. 









                  • Matlemat 22 septembre 15:49

                    @JMBerniolles , « le consommateur d’électricité paie aussi aujourd’hui 5 milliards d’euros par an de surcoûts des courants éoliens et photovoltaïques via la CSPE et d’autres taxes.... » , heureusement on est encore loin des surcoûts de l’EPR finlandais plus celui de Flamanville . Et les pertes d’énergie dues au transport en ligne haute tension d’environ 30% ? Les éoliennes et le photovoltaïque ont l’avantage d’être plus près des lieux de consommation et ainsi de diminuer considérablement les pertes.


                    • JMBerniolles 22 septembre 19:22
                      @Matlemat

                      5 milliards d’euros par an pour ne rien produire.... C’était une erreur de commencer à construire l’EPR en Finlande, mais c’est la responsabilité de nos gouvernements anti nucléaires qui ont imposé un moratoire sur le nucléaire en France de 1991 à 2006.... 

                      Le nucléaire n’est pas le seul domaine à avoir souffert de l’incurie de nos gouvernements successifs sur des dizaines d’années.... 

                    • JMBerniolles 22 septembre 20:35
                      A propos de l’action en justice lancée par le dit observatoire du nucléaire contre l’ASN il s’avère qu’outre le fait que c’est une preuve d’incapacité à mobiliser des opposants dans des manifs, que c’est une erreur stratégique profonde.

                      l’ASN est d’une part sous la tutelle de ministres anti nucléaire depuis toujours et d’autre part comporte une mouvance anti nucléaire interne, dont le leader n’est rien moins que le Président Monsieur Chevet. Cet organisme s’est appliqué depuis le départ à freiner le chantier de l’EPR, c’est la meilleure manière d’augmenter son coût de manière importante et cela le discrédite auprès de gens mal informés, c’est à dire la grande majorité des français. 

                      L’Observatoire du nucléaire ne peut gagner cette bataille judiciaire puisque cela reviendrait à priver de « gendarme du nucléaire » de ses prérogatives. D’autre part cela oblige l’ASN à défendre le dossier de l’EPR c’est à dire à confirmer que les couvercle et fond de cuve primaire de l’EPR de Flamanville sont aptes à subir le fonctionnement normal et accidentel de ce réacteur. Ce qu’ont montré des études théoriques et expérimentales. Alors que l’ASN par des digressions relatives à la difficulté de contrôle du couvercle cherchait à noyer cette vérité première.



                      • Matlemat 23 septembre 22:19

                        @JMBerniolles, vous êtes désespérant, vos soi disant surcoût sont la différence entre l’éolien et le nucléaire ? Je ne sais pas d’où vous sortez vos chiffres archi-faux , le coût au kW est largement inférieur en éoliennes , une turbine et du vent c’est moins cher que tout le circuit du nucléaire pour faire tourner une turbine pareillement, si vous ne comprenez pas ça c’est que vous êtes vraiment malhonnête, de plus le coût du démantèlement des réacteurs nucléaires sont largement sous évalués. De plus vous reprocher au gouvernements en fait de ne pas avoir été assez loin, sachez le , la majorité des français ne veulent pas de votre industrie mortifère.


                        • JMBerniolles 24 septembre 12:30
                          Si vous ne savez rien pourquoi faire des commentaires.... Je ne veux pas vous insulter mais votre manque de connaissances minimum sur le sujet est plus que flagrant. 

                          La CSPE est faite pour financer les surcoûts des courants éoliens et photovoltaïque. Elle et d’autres taxes .... l’écologie politique se résume à cela, des taxes : quotas CO2, taxe carbone, éco taxe sur pratiquement tous les produits .... dont les revenus ne vont évidemment pas à la défense de l’environnement.

                          La CSPE figure sur votre facture EDF.... Le chiffre annuel actuel des surcoûts de l’éolien et du photovoltaïque qui ne produisent quasiment pas de courante et à des moments aléatoires la plupart du temps sans intérêt, est de 5 milliards d’euros

                          L’éolien et le Photovoltaïque coûtent très chers non seulement en eux-mêmes mais dans leurs conséquences : Linky par exemple pour permettre des délestages stabilisateurs, soit 10 milliards d’euros, des kms de ligne à haute tension .... Bref, l’energiewende en Allemagne a été évalué à 1000 milliards d’euros.... même l’Allemagne a du mal et le consommateur allemand paie le courant deux fois plus cher que chez nous....  Voilà des chiffres qui sont officiels et que vous pourriez vérifier.







                          • Matlemat 24 septembre 22:32

                            @JMBerniolles , vous êtes malhonnête, relisez bien ce que je dis et essayer de réfuter mes arguments, vous répondez à côté, vous êtes un spécialiste dans le nucléaire mais vous avez des œillères et vous ignorez totalement ce qui ne va pas dans votre sens, je pourrais avoir envie de vous insulter moi aussi si comme vous je n’avais plus d’arguments pour répondre. Je laisse les lecteurs se faire leur opinion.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article

EPR


Palmarès