• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Etre vieux ou malades

Etre vieux ou malades

Dans cette société où l’objectif principal est devenu récession et restructuration, il n’y a plus de places pour les malades, ni pour nos anciens.

 Les personnels des hôpitaux, des maisons de retraites, manifestent avec leurs organisations syndicales et dénoncent les conditions scandaleuses faites à l’encontre des patients et du personnel soignant, cette lutte n’est que la conséquence d’un abandon de l’Etat en matière d’investissement et d’un oubli total de la santé, et cela depuis des années.

Pour ce qui est de nos anciens après avoir servis les intérêts de ces entreprises durant toute leur vie d’actifs, ils sont stockés dans des mouroirs en attendant leur trépas.

 Quelle honte !! Ces gens qui au détriment de leur santé, de leur vie parfois, ont contribué à enrichir les exploiteurs et permis à ces nantis de constituer des fortunes colossales. Toute leurs vie nos anciens ont travaillé et arrivés à leur retraite ils ne gagnent même pas, pour certains, de quoi financer, avec leurs pension, la maison de retraite où ils sont.

 Souvent abandonnés par leur famille, sans visites, affublés d’une insuffisance de personnel pour s’occuper d’eux, ils vivent là et attendent, dans de mauvaises conditions, leur fin de vie. Cette société va même jusqu’à contraindre les enfants et petits enfants à financer la différence existant entre le coût de la maison de retraite et le montant de la pension de retraité et si ils n’ont pas les moyens de payer, alors si à la fin de leur vie il reste des biens immobiliers, la dette due sera retenue sur les héritiers lors de la vente des biens.

 Comment dans une société dite civilisée nous pouvons avoir une politique de gériatrie aussi médiocre. Que ce soit les enfants, les anciens employeurs, les services sociaux de l’état, tous ont une part de responsabilité dans cette situation. Ces retraités ont servi la Nation, élevé leurs enfants, et enrichi les patrons. Il est aberrant que le pays qui accueille par solidarité les réfugiés, qui vote des subventions pour les aider, laisse ses personnes âgées dans le dénouement et la désolation.

 De même en ce qui concerte le gens malades, les hôpitaux sont dans un état de délabrement, les personnels de moins en moins nombreux exercent leur sacerdoce dans des conditions scandaleuses. Bien que l’Etat en soit conscient, il ne fait rien, sa réponse c’est « les hôpitaux doivent s’autofinancer », alors ils ferment des établissements réduisent les charges en réduisant le personnel médical, en multipliant les services ambulatoires. Le remboursement de certains médicaments est abandonné, de plus en plus les malades, pour être soignés, doivent payer des dépassements d’honoraires aux professionnels de la santé.

 Les Français payent des impôts, des taxes pour leurs permettre de bénéficier de services publiques il serait temps de réfléchir à quoi et à qui servent les fonds de l’état ?? Dans cette société où le social et l’humain sont sacrifiés au sacro saint Capital, où les femmes et les hommes ne sont tolérés que parce qu’ils rapportent, alors les retraités et les malades sont laissés pour compte et considérés comme quantité négligeable.

 Il n’y a pas que le grand patronat qui existe, si l’Etat a les moyens de financer les patrons à coup de milliards d’Euros chaque année, avec les impôts et les taxes prélevés, il doit aussi aider cette partie de la population qui est dans le besoin par esprit de justice et de partage.

01/02/18


Moyenne des avis sur cet article :  4.6/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

16 réactions à cet article    


  • sirocco sirocco 1er février 13:40

    @ l’auteur

    "...si l’Etat a les moyens de financer les patrons à coup de milliards d’Euros chaque année, avec les impôts et les taxes prélevés, il doit aussi aider cette partie de la population qui est dans le besoin par esprit de justice et de partage.« 

     
    Vous croyez vraiment le gouvernement Macron-Philippe doué d’un »esprit de justice et de partage«  ? Ha ! ha ! ha ! ha ! Votre candeur est touchante.

     
    N’oubliez pas qu’il n’a pas hésité à racketter les étudiants et les retraités les plus nécessiteux de 5 € sur leur aide au logement pour les redistribuer à quelques nantis qui sont tellement gavés qu’ils ne savent plus quoi faire de leur pognon.

     
    J’espère d’ailleurs que l’infamie de ces 5 € soutirés aux plus miséreux de notre pays restera à jamais associée au nom de Macron, comme »les diamants de Bokassa« et la chasse aux éléphants demeurent collés à Giscard d’Estaing et »casse-toi pov’ con" à Sarkozy.


    • zygzornifle zygzornifle 1er février 14:25
      Etre vieux ou maladesPourquoi ? On est bien souvent les 2 a la fois et en plus on peut être pauvre ce qui arrivera de plus en plus et noir ....

      • Jeekes Jeekes 1er février 15:49

        Ben voila, et c’est là que le bât blesse.
        J’en ai réellement marre de cette bien-pensance à deux balles !
        Parce que si :
         
        ’’Souvent abandonnés par leur famille, sans visites’’
         
        Est si souvent vrai que ça en devient presque récurrent, en revanche ça :
         
        ’’affublés d’une insuffisance de personnel pour s’occuper d’eux’’
         
        C’est ’’et mon cul, c’est du poulet ?’’
        C’est trop mignon de pleurnicher sur le sort et le sous-effectif chronique de ce personnel ’’si dévoué et si charitable et si à l’écoute et si prêt à se fendre en quatre, etc. etc.’’
         
        Mais bordel de merde, vous tous qui nous bassinez avec ces poncifs, vous y avez mit les pieds un jour dans ces mouroirs ?
        Si oui, vous avez un sérieux problème ophtalmo. Faut consulter direct !
         
        Moi j’ai vécu cette situation, j’ai vu crever mon père, baignant dans sa merde pendant que des groupes entiers de feignasses faisaient des ’’pauses clopes’’ qui pouvaient durer plus d’une heure. J’ai vu ces mêmes feignasses bavassant le cul bien calé dans le canapé de la salle commune sans daigner répondre aux coups de sonnettes des ’’déchets’’ en panique. J’ai vu ces mêmes feignasses envoyer chier ces vieux débris qui osaient demander un coup de main pour manger et les laisser ainsi doucement crever de faim !
         
        Je n’ai jamais vu aucune de ces feignasses transpirer en courant d’un vieux à l’autre pour leur apporter réconfort ou tout simplement hygiène.
         
        Et je me fous de savoir si ces feignasses le sont parce qu’elles sont mal payées, mal formées, ou en sous-effectif.
        Je ne vois que des feignasses qui regardent crever ’’leurs’’ vieux en s’en tamponnant le coquillard, grave.
        Sans attention, sans compassion, sans aucune sorte de conscience, professionnelle ou, pas...
         
        Alors oui, c’est très à la mode de faire semblant de croire qu’il suffirait de doubler les effectifs pour que tout s’arrangea.
        Sauf que ce n’est pas ça, le fond du problème.
         
        Bien sûr ces mouroirs sont de véritables scandales. Bien sûr ils sont aussi de formidables moyens de faire du fric. Bien sûr, l’état, comme toujours en porte la totale et inexcusable responsabilité.
         
        Mais, par expérience, je peux vous affirmer que dans le public, les vieux sont largement aussi mal traités (et maltraités) que dans le privé.
        Seule la facture mensuelle est différente...
         
        Petite précision à l’usage des bouffons de service qui se croiront drôle à étaler leur connerie autant que leur manque de charité ; les gars, j’vous emmerde !
         
        Seconde précision à l’usage de ceux qui vont se croire obligés de se la jouer incrédules (style ; oh oui, mais non, c’est pas partout comme ça, surtout padamalgam, moi j’en connais qui, moi j’en connais que... )
         
        A ceux-là, c’est quand vous voulez, je suis près à vous organiser une gentille petite visite ’’in situ’’ qu’on rigole (jaune).
         
        Et à ceux qui voudraient bien, mais qui pourraient point, je vous propose un magnifique dossier photo. Une petite compilation de situations vécues durant plusieurs années. Edifiante à condition d’avoir l’estomac bien accroché et que des photos de matières fécales étalées ne vous fasse pas vomir !
         
        Bon, allez, j’me fais du mal...
         


        • aimable 2 février 07:14

          @Jeekes
          vous n’imaginez pas, c’est fatiguant la récupération après l’effort   smiley
           dans votre cas , je pense que tout est une question de direction qui n’est pas a la hauteur, sur le plan administratif cela devait être également un beau bordel !
          mon beau père était dans celui de Calais , pour lui cela a était presque parfait il était content du personnel , il leur avait légué sa petite bibliothèque pour enrichir celle de l ’établissement  !


        • Fergus Fergus 2 février 09:38

          Bonjour, Jeekes et aimable

          Il se trouve que j’ai visité récemment plusieurs EHPAD pour une personne très âgée de mon entourage. Et je confirme que j’ai vu des établissements mal tenus avec des pensionnaires manifestement délaissés (les mouroirs souvent décrits), mais également des établissements très bien tenus avec un personnel attentif et des pensionnaires satisfaits de se trouver là.

          Bref, il n’y a pas une vérité, mais autant de vérités qu’il existe d’établissements et de directeurs plus ou moins sensibilisés à la dignité des résidents. Et ce n’est pas toujours le prix de pension qui fait la différence...


        • Odin Odin 1er février 16:17

          Les caisses sont vides nous disent-ils !

          « En 2016 les entreprises du CAC 40 ont distribué pour 55,7 milliards de dividendes et de rachats d’actions »

          Sanofi reste le plus gros contributeur avec 6,66 milliards d’euros de retour aux actionnaires, dont 3,79 milliard de dividende. Il devance Total (5,9 milliards)

          Avec les 11 vaccins obligatoires les actionnaires se frottent les mains.

          https://www.lesechos.fr/09/01/2017/lesechos.fr/0211673522438_bourse---les-dividendes-records-du-cac-40.htm#




          • Odin Odin 1er février 16:30

            Désolé, posté au mauvaise endroit


            • sirocco sirocco 2 février 01:04

              @Odin

              Mais non, mais non ! Tout ce qui nous rappelle la gabegie de l’oligarchie au pouvoir et la misère d’une part grandissante de la population est bon à être dit, partout.


            • Le421 Le421 1er février 16:45

              Et en mettant aux commandes des jeunes qui pètent la santé et considèrent les ainés comme des charges insupportables, ça ne va pas s’arranger.
              1.000€ d’écart par mois pour les maisons de retraite entre les pays nordiques et la France et quasiment une personne de service pour deux résidents là-bas.
              Y’aurait pas comme un problème ?

              Je me souviens quand l’APA a été instaurée, ma belle-mère était en EHPAD. L’établissement a anticipé cette subvention en modifiant les tarifs avec les GIR deux mois à l’avance.
              Au final, ça nous a coûté un bras cette aide. Qui a été directement transférée à l’EHPAD.
              De qui se moquait-on ?
              A l’époque, ma belle-mère avait 3.750Francs de retraite et l’hébergement coûtait environ 10.000 !!
              Environ 2.000 d’APA, le reste... On se serrait la ceinture. Un crédit à 5.000 balles par mois. 750€ !!
              Quasiment les gains de mon épouse...


              • Fergus Fergus 2 février 09:45

                Bonjour, Le421

                « l’hébergement coûtait environ 10.000 » 

                Euh... je ne comprends pas. C’est exorbitant par mois, et dérisoire par an. Il doit y avoir un problème, non, la moyenne des EHPAD étant grosso modo à 2 200 euros par mois. 

                A toutes fins utiles, la plus chère de ma région, à DInard, est à 3 600 euros par mois, avec garantie de services de qualité dans un établissement impeccable servi par un personnel dévoué (il y a même une revue de presse commentée tous les matins pour les résidents qui le souhaitent et désirent débattre de l’actualité).


              • Le421 Le421 2 février 10:05

                @Fergus
                Bon. Soyons précis sur certains points.
                Le lieu : Maison de retraite de Cadouin (24480)
                Dates : Années 2000 à 2005
                Personne : Mme Lorb.... Nathalie
                Coût mensuel du séjour : environ 1.500€. Nota :Je parlais en francs parce qu’à l’époque, on traduisait encore en francs pour se donner une idée plus précise...
                Je précise que cette Maison de Retraite, plutôt bien située, hormis qu’elle est à 40mn de Sarlat, était la seule avec une place disponible et relativement pas cher.
                Lors de la mise en place de l’APA, en 2001, l’établissement a anticipé les aides en augmentant, quasiment à l’euro près, ses tarifs. Deux mois à l’avance !!
                Des questions ??


              • pemile pemile 2 février 10:09

                @Fergus « Euh... je ne comprends pas. C’est exorbitant par mois »

                Les chiffres de 421 sont en francs, non ? smiley


              • pemile pemile 2 février 10:10

                @Fergus, @421

                Désolé pour le doublon le temps de répondre smiley


              • Fergus Fergus 2 février 11:16

                @ Le421

                Je n’avais pas percuté sur les francs tant je suis habitué désormais à raisonner en euros. J’ai cru à une coquille (comme j’en fais moi-même), la faute à une lecture trop rapide des commentaires dont j’essaie de me corriger.

                Sincèrement désolé !


              • zygzornifle zygzornifle 5 février 09:01

                Vieux ou malade cela n’a aucune importance quand on a été député sénateur ministre ou président , on sera toujours pris en charge et gratos , c’est l’andouille qui vous a élu ou sa descendance qui en fait les frais ....


                • apg69 9 février 21:11

                  Le sujet des moyens dans les EPHAD en regard des enjeux de dignité et de respect dans le soin des personnes âgées est particulièrement d’actualité. La grève du 30/01/18 en atteste.

                  Certes, le constat issu de la mission de M. Iborra sur les EPHAD auprès du gouvernement montre la nécessité d’un changement dans la reconnaissance du métier d’aide-soignante. A contrario de l’Europe du Nord, la France tend à négliger à ce jour leur capacité – numérique déjà – à soigner à partir du moment où les moyens sont adéquats.  En cela, un ultra-libéralisme économique et politique est plutôt un frein.

                  N’oublions pas que la dignité intrinsèque de toute personne humaine quel que soit son âge et sa vulnérabilité prend tout son sens si la valeur conférée socialement au patient demeure une réalité au quotidien.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Libertad14

Libertad14
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès



-->