• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Finir son assiette

Finir son assiette

L’estomac dans le salon

Il fut un temps que les moins de cinquante ans ne peuvent imaginer, le repas terminé, eut-il traîné en longueur, les convives avaient fierté à rendre une assiette presque propre et en tout cas débarrassée de tout relief alimentaire. Même les sauces disparaissaient par la magie d’un pain qui avait alors mie absorbante et succulente. Il était question de faire honneur à la maîtresse de maison, bien plus rarement il est vrai, au maître queux. Nul ne dérogeait à la règle au risque de passer pour un impoli, un gaspilleur, crime épouvantable alors ou un délicat, ce qui n’était pas du meilleur goût.

Bien sûr quelques desserts préparés avec amour, supposaient une légère entorse à la règle, non pas qu’il faille sortir une assiette supplémentaire, les services issus de la liste de mariage avaient l’habitude de rester inexorablement au fond d’une armoire, non, il fallait alors retourner l’assiette pour être servi sur son envers. Il est vrai que la machine à laver la vaisselle n’était pas encore répandue dans tous les foyers. Pour bien montrer le sens aigu alors de l’économie, le café se prenait lui aussi dans l’indestructible verre Duralex qui avait si bien fait l’affaire dès un apéritif qui se prenait sans chichi et extravagances diverses et variées.

Il s’agissait alors de plier sa serviette, un solide tissu souvent agrémenté de broderies aux initiales de la puissance invitante et de se lever au signal du patriarche qui n’avait jusqu’alors pas bougé le petit doigt pour le service de table. La nappe, du même tonneau, sortait sans encombre des agapes et se faisait un devoir de ne tolérer que quelques miettes de pain, aliment qui du reste n’achevait jamais l’aventure, en partie inachevée. Ce qu’on prenait, on le finissait, il n’y avait pas d’exception à la règle.

Étions-nous plus malheureux alors que ces convives suffisants qui jonchent assiettes et nappe (souvent d’un mauvais papier jetable à l’esthétique douteuse et chargée) de reliefs dignes des grandes expéditions himalayesques ? J’en doute fort. Nous avions appris à nous servir ou à nous faire servir en proportion de notre appétit mais aussi de notre penchant pour le plat proposé. Il n’était pas question de prétendre ne pas aimer et d’aller quérir autre chose dans un réfrigérateur quand il y en avait un. Le micro-ondes n’était même pas une idée en l’air, chacun mangeait ce qu’il y avait, un point c’est tout.

Nous entendions inlassablement que la nourriture est sacrée, que nous disposions du bonheur de manger à notre faim, ce qui n’était pas le cas de tous les habitants de notre planète. Nous intégrions l’idée que jeter c’était d’une manière purement symbolique, certes, une sorte d’insulte à leur malheur. Je ne sais si cette conscience faisait de nous des êtres meilleurs, plus généreux et empathiques mais ce qui est certain c’est que même à l’école lors du goûter le partage était la loi d’autant plus aisément que ces stupides portions individuelles, pré et sur-emballées n’existaient pas encore.

C’est pourtant notre génération qui a laissé se développer ce gaspillage honteux, ces monceaux de nourriture jetés dans des poubelles qui ne vont même plus nourrir les cochons. Les porcs, quelles que soient nos confessions éventuelles, sont devant ces assiettes dans lesquelles s’accumulent les produits délaissés. C’est manifestement une société qui n’est plus bien dans son assiette ni même dans sa tête qui agit ainsi en dépit de la faim dans le monde pour complaire à une industrie alimentaire cause de cette immonde décadence.

Le pli est pris, finir son assiette est même de la dernière ringardise dans certains milieux. Ceux-là même qui prétendent gouverner pour le bien de tous et se gavent de homards ou de petits fours. Ils ont même édicté des lois pour interdire une éventuelle redistribution. Ce qui sort de cuisine ne peut qu’être jeté au nom de la santé de ceux qui meurent de faim sans doute.

Il est grand temps non pas de finir son assiette mais d’en finir avec ce gaspillage indigne. Cela passe d’abord par l’éducation et dans ce domaine, il y a tant à faire. L’enfant roi est aussi le gaspilleur en chef, celui qui compose lui-même son menu, ne se souciant guère de ce qui a été préparé. De tels gamins sont irrémédiablement promus au rang de consommateur idéal par des publicitaires sans âme. C’est à eux qu’on s’adresse pour faire tourner cette mécanique infernale qui nous mène tout droit vers le grand vide. Ce jour-là, ils seront véritablement mal dans leur assiette, mais il sera trop tard.

Satiétément leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Francis, agnotologue Francis 28 novembre 2020 11:13

    ’’L’enfant roi est aussi le gaspilleur en chef’

     

    L’enfant roi dans une famille pauvre sera exposé à bien des déboires.


    • C'est Nabum C’est Nabum 30 novembre 2020 07:35

      @Francis

      Ne vous y trompez pas, le gaspillage n’a pas le sens de l’économie 


    • Attila Attila 28 novembre 2020 11:27

      A la fin, on lèche son assiette, question de savoir-vivre. On peut même la rincer au pinard en faisant chabrot.

      .


      • C'est Nabum C’est Nabum 30 novembre 2020 07:35

        @Attila

        Ne le répétez pas mais je pratique les deux méthodes y comprit avec des convives 


      • cevennevive cevennevive 28 novembre 2020 11:34

        Bonjour Nabum,

        Ho oui ! Et cela me navre.

        Avez-vous vu cette pub où des jeunes, des ados, avachis sur un canapé, commandent une nourriture dégueu sur un site ? Même pas l’idée de faire cuire des pâtes et d’y glisser un morceau de beurre.

        Même la nourriture du cochon que nous élevions jadis était meilleure. La preuve, lorsque les patates et les châtaignes cuisaient dans un chaudron sur les flammes de la cheminée, j’y plongeais une cuillère pour attraper une petite pomme de terre ou une châtaigne. C’était délicieux.

        Mais les vieux de nos campagnes reculées ont souvent dépassé les 90 ans et même les 100 ans. Aujourd’hui, ils sont partis. Mais ils avaient toute leur vie « fini leur assiette ».


        • C'est Nabum C’est Nabum 30 novembre 2020 07:36

          @cevennevive

          N’évoquons pas les sous-métiers pour transporter de la sous-merdre alimentaire 


        • Stephana 28 novembre 2020 15:40

          Le gaspillage a commencé avec les supermarchés , cette aberration démesurée, insensée et néfaste avec des milliers de produits et objets dont la plupart inutiles ,

          qui incitent les gens et les poussent à acheter compulsivement parce que c’est beau, c’est la promotion, c’est joliment emballé dans du plastique coloré .

           Et c’est le supermarché qui a inventé le calibrage des fruits et des légumes et l’expression « fruits et légumes moches » pratiquement jetables


          • C'est Nabum C’est Nabum 30 novembre 2020 07:36

            @Stephana

            Nous entrions alors dans un monde résolument moderne 


          • Jjanloup Jjanloup 28 novembre 2020 16:54

            Merci, Nabum, pour ce rappel d’un certain « savoir vivre » puisqu’il permettait de respecter cette nourriture que d’autres auraient bien aimé avoir.

            Permettez moi de vous conter à mon tour une histoire que m’avait racontée ma Maman :

            -Lors d’un repas de fête (baptême, communion ?), avant que les assiettes du plat principal (accompagné de riz) ne soient ramassées, un garçonnet était venu demander la permission de finir les grains de riz restant dans les assiettes...

            Je ne sais si cette anecdote est véridique mais ce que je peux affirmer c’est que depuis je n’ai JAMAIS laissé un seul grain de riz dans mon assiette !

            Respectueusement vôtre ...


            • C'est Nabum C’est Nabum 30 novembre 2020 07:37

              @Jjanloup

              Merci pour ce témoignage 


            • juluch juluch 28 novembre 2020 18:24

              100% d’accord !

              Il est de bonne politesse de finir son assiette, d’accepter que l’on vous resserve et il est poli également de refuser et...d’accepter !

              Je suis outré du gaspillage que ce soit chez moi ou dans notre société bien nourri et pétri de règlement debiles.


              • C'est Nabum C’est Nabum 30 novembre 2020 07:37

                @juluch

                Merci camarade de partager mes indignations

                Je sais c’est dérisoire sans doute mais si évocateur de l’état de notre société 


              • mosel 28 novembre 2020 18:43

                ma mere ne jetait rien tout finissait en soupe avec parfois une cuillere de creme et le reste de pain etait transforme en pain perdu nous nous regalions mes soeurs et moi. et notre assiette a la fin etait comme au debut propre


                • C'est Nabum C’est Nabum 30 novembre 2020 07:38

                  @mosel

                  Un règle d’or partagée par nos ailleuls 


                • Julie Soutif Julie Soutif 28 novembre 2020 20:34

                  En même temps, ils mouraient à 30 ans.


                  • Aimable 28 novembre 2020 21:00

                    @Julie Soutif
                    Maintenant , je crois que si la médecine n’était aussi développée ce serait toujours le cas , voir peut être plus tôt qui sait .


                  • C'est Nabum C’est Nabum 30 novembre 2020 07:38

                    @Julie Soutif

                    Ne mettez pas les pieds dans le plat 


                  • révolQé révolQé 30 novembre 2020 10:56

                    Aimant cuisiner et étant ennemi du gaspillage, je passe, comme le faisait ma mère ( et les chefs cuisiniers) les restes sous forme de soupes, gratins ou autres plats pour le plus grand plaisir de Madame.

                    Je lèche toujours mon assiette ayant vu mes ainés le faire dans mon enfance, ce qui fait souvent sourire les convives et me refuse de la rendre avec du ’’ relief ’’.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité