• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Fraternité c’est ringard, vive l’adelphité !

Fraternité c’est ringard, vive l’adelphité !

"Adelphité", percevez-vous toute la poésie et l'agréable sonorité de ce mot qui pourrait remplacer la "Fraternité" de notre devise nationale ? Qui deviendrait donc "LIBERTE - EGALITE - ADELPHITE. Et que les ronchons aigris et autres machos se taisent, car il est question ici d'arriver à une parfaite égalité entre les sexes. L'idée, on peut dire ça comme cela, vient du "Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes" qui a fait 9 recommandations dans son rapport du 18 avril, pour ne plus exclure les femmes de la Constitution.

Bon, maintenant nous vous précipitez pas sur votre dictionnaire pour jouer les malins et faire croire que vous connaissiez la signification du mot adelphité. Humblement et comme moi, admettez votre ignorance ! D'ailleurs, je n'ai pas bien compris le sens de cet avis du Haut Conseil, peut-être, qu'avec votre pertinence habituelle, vous pourrez me l'expliquer. Pour vous rendre service j'ai consulté le Wiktionnaire et j'ai trouvé ça ! "Fraternité entre frère et soeurs", et alors il est où le problème ? Selon le Haut Conseil, le terme "exclut les femmes de la communauté politique". Bigre ! Mais, il y a une autre explication de Florence Montreynaud (historienne, fondatrice des Chiennes de garde et animatrice de La Meute). Le mot fraternité serait inappropriée à cause de son androcentrisme. Elle propose son remplacement par « adelphité », qui « désigne un sentiment entre fraternité et sororité. En français, sœur et frère proviennent de deux mots différents. Le mot adelphité est formé sur la racine grecque adelph - qui a donné les mots grecs signifiant sœur et frère ».

Mais ce n'est pas tout !

Le Haut Conseil recommande la modification de l'alinéa 1 de l'article 1 de la Constitution, rien que ça. Pour les oublieux, que dit-il...

"La loi favorise l'égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu'aux responsabilités professionnelles et sociales".

Qu'il faudrait remplacer par...

"Elle assure l'égalité devant la loi de toutes les citoyennes et tous les citoyens sans distinction de sexe, d'origine, de race ou de religion, sans préjudice des mesures prévoyant des avantages spécifiques destinés à assurer concrètement une pleine égalité ou à compenser des désavantages subis par le sexe sous représenté ou discriminé."

Et plus encore !

Le Haut Conseil propose qu'au pays de la macronnie, où Jupiter dégaine les réformes plus vite que son ombre hollandaise, que "Droits de l'Homme" se transforme en "droits humains", "selon la formule utilisée dans la plupart des pays francophones". Bon d'accord avec cette proposition, mais moins avec la suivante qui consisterait à l'adoption de l'écriture inclusive. "Notamment par le biais de la double flexion : "les ambassadeurs et ambassadrices", des termes englobants : "l'électorat" ou encore du point médian : "les député.e.s""afin que la Constitution s'adresse autant aux femmes qu'aux hommes et les concerne également"

Toutefois, si les citoyen.e.s devaient en arriver là, et pour faciliter vos futures études de langue avec des points partout, j'ai déniché ce petit manuel d'écriture inclusive. Bien moins drôle que le manuel des Castors Juniors.

Maintenant, comme nous n'avons pas la moindre idée de ce que l'avenir nous réserve, et sait-on jamais, un jour le pouvoir pourrait revenir à des extrémistes. Le Haut Conseil a donc décidé d'anticiper et a proposé d'inscrire dans la Constitution ""La République garantit le droit à la contraception et à l'avortement, ainsi que le droit à une vie sans violence sexiste et sexuelle." Mais bon, un gouvernement totalitaire changerait de toute façon la Constitution comme bon lui semblerait.

Vous noterez, que le Haut Conseil s'engage quand même à ne pas demander la modification du titre de la "Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen", afin de "préserver les traces de l'histoire". Certes, ne rien faire pour avancer vers une égalité réelle entre les hommes et les femmes n'est pas acceptable. Mais, changer un mot, une phrase, ou ajouter un "e", peut-il aider à changer les mentalités ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.19/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

49 réactions à cet article    


  • JL JL 21 avril 2018 08:34

    Bonjour Gruni,
     
    Remplacer fraternité par adelphité ? C’est Jean-Marie Le Pen qui va être content, lui qui disait préfère sa fille sa voisine. Enfin, maintenant c’est sa nièce qu’il préfère.
     
     « Quand les hommes ne peuvent changer les choses, ils changent les mots » (Jean Jaurès)
     


    • gruni gruni 21 avril 2018 08:59

      @JL


      Bonjour JL

      Dans votre lien j’ai trouvé...

      « La puissance des mots est bien connue. Ne dit-on pas que la plume est plus forte que l’épée ? »

      N’est-ce pas contradictoire avec la citation de Jaurès ?


    • JL JL 21 avril 2018 09:45

      @gruni
       
       bonne remarque. D’une pat, je pense que les deux citations ne seraient susceptibles d’être contradictoire que si elles se référaient aux mêmes domaines d’actions - paradigmes - , ce qui n’est pas acquis.
       
       Mais surtout, je dirai que « ceci explique cela » : vu que l’épée ne peut vaincre les mots, le pouvoir ne pouvant changer ces choses que disent les mots, alors il change les mots. A la pointe de l’épée quand il le faut.
       
       
      (il existe) un « esprit de tolérance à la fraude » érigé en critère d’appartenance au club très fermé des décideurs – ce qui s’appelle un « esprit d’équipe »
       
      Dans ce club, les lanceurs d’alertes sont réputés être des individus qui ne font pas preuve d’esprit d’équipe (Paul, Jorion). Et voilà comment on en arrive à ces lois liberticides sur l’information.


    • JL JL 21 avril 2018 09:52

      @JL
       
       lire : C’est Jean-Marie Le Pen qui va être content, lui qui disait préférer sa fille à sa voisine.


    • Jason Jason 21 avril 2018 17:20

      @gruni


      « La puissance des mots est bien connue. Ne dit-on pas que la plume est plus forte que l’épée ? ».

       Allez dire ça aux 400000 morts de Syrie.

      La plume européenne est en fait un édredon bien confortable.

    • Sozenz 23 avril 2018 07:46

      @gruni

      « La puissance des mots est bien connue. Ne dit-on pas que la plume est plus forte que l’épée ? »

      vous irez dire cela à ceux qui subissent l épée ....

      Vous direz cela à ceux qui se trouvent devant les forces militaires .

      Vous direz ceci à ceux qui avertissent les hommes depuis des siècles .

      si cela était vrai ; cela fait longtemps que les « cris » des hommes seraient entendus et que les guerres se seraient tu.
      Balivernes , donc !


    • gruni gruni 23 avril 2018 08:25

      @Sozenz


      « vous irez dire cela à ceux qui subissent l épée .... »

      D’abord cette citation n’est pas de moi, elle était un sujet d’une discussion avec JL. Ai-je dit que j’étais d’accord avec cette phrase ? Alors ne tirez pas de conclusion hâtives.

      Ceci dit, la force des mots prononcés par un tribun est indiscutable.



    • Sozenz 23 avril 2018 13:40

      @gruni
      je ne vous accuse pas , je souligne ...


    • Savachier Coup De Semonce 21 avril 2018 09:10

      Qui paye ce Haut Conseil ? Pas nos impots au moins ?


      • gruni gruni 21 avril 2018 09:29

        @Coup De Semonce


        J’ai pas d’infos sur ce point, mais il doit y avoir des frais sans salaires versés au membres. Bien sûr c’est l’Etat qui paye.

      • Fergus Fergus 21 avril 2018 10:18

        Bonjour, gruni

        C’est en effet l’Etat qui paye pour de telles âneries. Je n’ai rien contre le mot « adelphité », mais le mot « fraternité » inclut déjà les hommes et les femmes, tout comme celui de « fratrie » qu’il faudrait sans doute lui aussi bannir des textes de la justice familiale.

        Tout cela est absurde, y compris bien sûr la proposition sur l’écriture inclusive, cette innovation qui alourdit la lecture et la rend plus pénible. 


      • gruni gruni 21 avril 2018 11:17

        @Fergus


        Bonjour Fergus

        Un rapport de plus, en attendant le suivant qui rejoindra le précédent à sa place ; dans un placard poussiéreux. Je suis bien sûr totalement pour l’égalité entre les sexes, mais il faudrait d’abord appliquer les lois existantes plutôt que de jouer sur les mots.

      • Jean Roque Jean Roque 21 avril 2018 09:31

         
         
         ADELPH DE BURKINI ?
         
         
         les débiles gochos se masturbent de plus en plus fort à la bien pensance ...
         mais ils ont de plus en plus de mal à éjaculer...
         
         
         
         « Multiethniquez, et les comptes en banques seront bien gardés »
         
         Rothschild à ses valets négriers : petit facteur et la baudruche.


        • L’Astronome 21 avril 2018 10:24

           
          D’un côté l’adelphité, de l’autre un Benzema qui refuse de chanter La Marseillaise... et puis l’écriture inclusive. Les « étudiants » détruisent les facs... La France et le français n’en finissent pas d’en prendre plein la figure.
           
          Question : pourquoi garder le mot « France » ? New Arabia serait pas mal.
           


          • Cateaufoncel 21 avril 2018 11:33

            @L’Astronome

            « New Arabia serait pas mal. »

            Gagaland non plus !

            Et quand les gens en auront suffisamment du débit à jet continu de conneries politiquement correctes, ils voteront pour un(e) Trump francophone, qui parlera de main au panier, de n...gres, de b...oules, de ch...oques, de y...pins, de t...ttes et de g...ines.

            Et le pays poussera un énorme soupir de soulagement.


          • L’Astronome 21 avril 2018 12:16

             
            @Cateaufoncel
             
            En somme, respecter la France et le français, c’est un comportement raciste et fasciste ?
             


          • Cateaufoncel 21 avril 2018 14:22

            @L’Astronome

            Je n’arrive pas à voir le rapport... Ce que je veux dire, c’est qu’un excès conduit à l’excès inverse qui apparaît alors comme une libération.

            C’est ce qu’on appelle, en français, un retour de manivelle.


          • L’Astronome 22 avril 2018 09:01

             
            @Cateaufoncel
             
            Votre formulation était telle que j’avais compris que respecter des valeurs françaises amenait au racisme et au bien-heureux fascisme qui règne outre-atlantique. Au temps pour moi.
             


          • Miville Miville 22 avril 2018 21:12

            @CateaufoncelPersonnellement je trouve que le mot Hexagone remplace déjà très bien et de manière très inclusive ce mot ringard qui est la France. On ne parle pas n’importe quel français mais le français hexagonal qu’on pourrait appeler aussi l’hexagon, mot qui rime avec klingon. En plus le mot hexagone porte en lui la notion du droit du sol pour l’immigrant : quiconque touche ce lieu géométrique est à égalité avec celui qui y est depuis les temps romains.


          • McGurk McGurk 21 avril 2018 13:09

            « Adelphité » ou « Adolphité » ? smiley

            Etant donné ce qu’on a fait de ce pauvre pays, je suggère comme devise « Pognon, pouvoir et coups bas ». Cela résumerait mieux la destruction progressive mais certaine de la société au nom de l’économie mondialisée, l’Europe et des partis politiques.

            La fraternité n’existe plus depuis qu’on s’est ingénié à segmenter les Français en catégories (jeunes, vieux, chômeurs, retraités) pour mieux diviser le pays et affaiblir toute revendication à un avenir meilleur pour tous.

            Cette proposition est un exemple flagrant de l’impasse intellectuelle de cette caste de dirigeants à l’imagination stérile, incapables de relever les défis et plus aptes à discourir sur le fait qu’on devrait mettre un troisième « r » à courir pour faire plus « jeune » que de résoudre les problèmes laissés par des générations de leurs homologues tous aussi nuls qu’eux.

            C’est bien là l’art de la politique, parler pour ne rien dire et agir en surface - en prenant bien sûr une grosse part du gâteau. Pour autant, aucun d’entre eux n’a le désir de trouver une solution durable à l’éducation, l’économie complètement débridée, les conflits sociaux allumés à leurs fins, etc.

            Cette suggestion du Conseil est probablement un relent du « féminisme politique » très à la mode, où on met des « e » ou des « là » à tous les noms possibles en criant au scandale du machisme de la société et du vocabulaire. Je suis lassé de voir, dans les journaux ou médias, ces déformations de notre langue sous des prétextes débiles sans vouloir comprendre pourquoi ces mots sont ce qu’ils sont...


            • gruni gruni 21 avril 2018 13:31

              @McGurk


              Moi qui croyais que vous alliez apprécier la poésie du mot adelphité. Mais sur le fond de votre commentaire vous avez raison. En outre, on peut se poser des questions sur l’influence de ce rapport, qui doit être quasi-nul. Que de temps perdu pour du vent.

            • McGurk McGurk 21 avril 2018 13:46

              @gruni

              Oui c’est un mot « joli » mais que personne ne comprendra - en plus du fait qu’il n’existe pas tel quel dans le dictionnaire d’après ce que vous avez écrit.

              D’un autre côté, je pense que chez les jeunes de moins en moins d’entre eux connaissent la devise nationale et qu’elle ne signifie rien pour eux. Pas par ignorance ou acculture, mais parce qu’on s’est ingénié à en vider toute la substance.


            • L'enfoiré L’enfoiré 21 avril 2018 15:34

              @McGurk,

               Qu’est-ce qui intéresse aujourd’hui ?
               Le pouvoir, l’argent et le sexe....
               Le reste ce sont des ersatz.


            • McGurk McGurk 21 avril 2018 20:35

              @L’enfoiré

              Amour, gloire et beauté ? smiley

              Version Macron bien sûr. Ca donne...« Pognon, gloire et finance » ?


            • L'enfoiré L’enfoiré 21 avril 2018 15:04

              Définition de Fraternité : « Lien existant entre personnes considérées comme membres de la famille humaine ; sentiment profond de ce lien ».

              Qui sont des membres ?
              Qui représente une famille humaine ?
              Qu’est-ce qu’un sentiment profond ?

              Trois questions qui nécessitent des réponses en dehors de slogans..
               


              • zygzornifle zygzornifle 21 avril 2018 15:33

                Liberté Egalité Fraternité vont êtres remplacé par Macronité ....


                • L'enfoiré L’enfoiré 21 avril 2018 15:38

                  @zygzornifle

                   Chez nous, on se fout complètement de Macron.
                   Il s’est fait descendre et a reçu une corde de cordée par l’eurodéputé belge Philippe Lambers pour remonter la pente d’après moi....


                • euheuh 21 avril 2018 16:29

                  l egalite reste a definir, en droit et devoir ok, le reste appartient a la fraternite
                  demandez qd vous ne savez pas


                  • Jason Jason 21 avril 2018 17:36

                    @euheuh


                    Pendant la Révolution, deux formes d’égalité ont été en discussion : l’égalité de droit, et l’égalité de condition. L’égalité de condition n’a pas été retenue.

                    Le boulevard de l’égalité des droits a bien été retenu. Le résultat est devant nous, avec une égalité des droits du plus fort ou du plus fortuné.

                    Vous me direz qu’il y a pire, mais ce n’est pas une consolation.

                  • Jason Jason 21 avril 2018 17:22

                    « Bon, maintenant nous vous précipitez pas sur votre dictionnaire pour jouer les malins et faire croire que vous connaissiez la signification du mot adelphité ».


                    Il suffit d’aller à Philadelphie pour le savoir = aime ton frère ou ta soeur, de même que Pennsylvanie est la forêt de William Penn, et bien d’autre lieux nourris par l’antiquité, tels Cincinnati, etc.

                    Désolé, mais rien de bien nouveau concernant ce nom.

                    • gruni gruni 21 avril 2018 18:38

                      @Jason


                      Le nom adelphité n’est pas nouveau puisqu’il vient du grec, mais peu de monde le connaît, ce qui est nouveau c’est l’idée de remplacer fraternité. Je ne vois pas l’intérêt. D’autre part, la devise national représente nos valeurs, on pourrait ajouter la laïcité. Mais chacun sait bien que nous avons encore des progrès à faire, et il serait étonnant que nous arrivions un jour à la perfection.

                    • Jason Jason 21 avril 2018 17:25

                      Désolé, mais lorsque nos sages choisirent la devise de notre République, ils auraient dû choisir : « Changement de propriétaires ». Le public aurait su à quoi s’en tenir. Voyez l’histoire du XIXème siècle.


                      • troletbuse troletbuse 21 avril 2018 18:48

                        Tiens Grounichou qui nous sort un article sur l’adelphitelaire. Quelle honte :


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 21 avril 2018 19:41

                          Je n’adopte certes pas les bêtises de l’écriture inclusive mais, depuis des années, j’emploie l’expression « Droits Humains » pour parler des Droits de l’Homme. Par ailleurs, là encore depuis des années, quand j’exprime mes valeurs personnelles dans la triple devise collective je dis « Liberté Égalité Solidarité ». Dans ce second cas il y a bien, pour moi, la volonté d’exprimer une différence de sens : la solidarité se décrète, pas la fraternité.

                          Et si la fausse Gauche est tellement préoccupée, depuis des années elle aussi, par les mots, c’est qu’elle ne se préoccupe plus vraiment de leur sens, de leur contenu réels, mais seulement de leur aptitude à masquer ses renoncements philosophico-politiques. Elle se fout désormais, aujourd’hui, d’une réelle solidarité avec les individus et les peuples les plus démunis.

                          Je peux résumer en disant qu’elle était acquise aux "valeurs macroniennes" bien avant l’arrivée de Macron aux pouvoirs (politique et médiatique).


                          • Fergus Fergus 21 avril 2018 22:43

                            Bonjour, Pierre Régnier

                            Pas d’accord avec vous, la « solidarité » n se décrète pas plus que la « fraternité » : les deux valeurs sont une question d’état d’esprit.

                            Quant à l’expression « droits humains » à la place de « droits de l’Homme », je n’en vois pas non plus l’intérêt, l’Homme en question étant à mettre en parallèle avec l’Animal - qui a aussi des droits - sans qu’il soit question de le différencier entre les mâles et les femelles !

                            Bref, tout cela de ratiocinations intellectuelles dont le seul résultat est d’embrouiller les esprits inutilement !


                          • Fergus Fergus 21 avril 2018 22:44

                            Erratum : ... tout cela relève de...


                          • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 avril 2018 08:47

                            @Fergus

                            Je suis marxiste (toujours adepte de l’essentiel de l’apport de Marx) et, pour moi, la solidarité ça se décrète et ça s’organise.

                            La mode veut que, après la trahison de la « Gauche » on se convertisse, quand on y a appartenu, au discours violent en faveur de n’importe quoi qui donne allure de résistant.

                            Chez moi, ça ne prend pas et je vais même jusqu’à dire que, dans son soutien explicite à ceux qui islamisent la France, cette pseudo-Gauche reconvertie se situe clairement, sur ce point précis, à l’extrême-Droite.


                          • Eric F Eric F 21 avril 2018 22:50

                            « l’égalité, sans préjudice d’avantages spécifiques destinés à compenser... »  donc pas d’égalité en droit. Si on commence à mettre la discrimination positive dans la constitution, tout groupe social autre que les WFNM (*) voudra y avoir sa part.

                            (*) White French Native Men


                            • Eric F Eric F 22 avril 2018 15:19

                              @cassini
                              en préambule de la constitution : « mouche ton nez, et dis bonjour à la dame »


                            • Blé 22 avril 2018 07:04

                              Quand la classe dominante donne un droit, il faut chercher quelle liberté elle nous a piqués.

                              l’ Adelphité ou fraternité sans partage des richesses et sans justice sociale n’a aucun sens sauf pour ceux qui ont intérêt à le faire croire.

                              Les français-es sont égaux face au chômage à la précarité, à l’exploitation, à la violence de l’état, à la désinformation, à l’absence d’avenir pour la jeunesse (et même les moins jeunes).

                              Par contre il y a une inégalité dont on ne parle que très peu comme tel : le pouvoir des riches et de leurs valets au gouvernement sur le reste de la population.


                              • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 avril 2018 09:01

                                @Blé

                                Oui l’Adelphité ou fraternité sans partage des richesses et sans justice sociale n’a aucun sens. C’est pourquoi il faut exprimer de la solidarité avec les plus démunis, même quand on ne les voudrait pas comme frères et soeurs au sein de sa propre famille. 

                                Avez-vous remarqué que les purs et durs de la « Gauche maintenue » n’exigent jamais, par exemple quand ils demandent des hausses de salaires ou le simple maintien du pouvoir d’achat, que soit parallèlement mise en place une procédure d’écrasement par le haut de l’échelle des revenus.


                              • Blé 22 avril 2018 12:43

                                @Pierre Régnier,

                                Oui, j’ai remarqué, vous et moi ne sommes pas les seuls à l’avoir remarqué mais c’est comme un sujet tabou. On peut parler de la pauvreté mais jamais développer les causes de cette pauvreté.

                                Sans pauvres, pourrait-il y avoir autant de riches et d’argent qui dort dans les comptes en banque des paradis fiscaux ?


                              • gardiole 22 avril 2018 08:08

                                Je ne suis pas hellénisant, je risque donc de commettre des à-peu-près.
                                Les Chrétiens sont divisés sur le point de savoir si Jésus était fils unique. Les Évangiles parlent en quelques occasions de ses « frères et sœurs ». C’est ainsi qu’est traduit le plus souvent le mot grec « adelphos », le grec ancien étant la langue des plus vieux manuscrits connus pour le Nouveau Testament.
                                Mais certains auteurs font observer qu’« adelphos » est aussi employé dans d’autres textes pour désigner des gens qui ne sont pas frères,mais cousins. D’où les divergences entre Chrétiens.
                                On l’aura compris, c’est au premier de ces sens que se réfère le Haut Conseil.


                                • JL JL 22 avril 2018 08:41


                                   Droits humains ? Mais humain, ça vient d’homme, non ? Au secours, les femmes sont exclues ! 
                                   
                                   
                                   La fraternité unit ;
                                   l’adelphité est restrictive : elle exclut.
                                   

                                   


                                  • Montet Montet 22 avril 2018 09:09

                                    Ne vous méprenez pas.
                                    Tous ces créateurs de polémiques de quelque nature que ce soit et leur affidés médiatiques sont en réalité rémunérés pour détourner les gens des réalités quotidiennes et de la vraie information.
                                    Ce sont des marionnettistes. Leur accorder du crédit augmente leur pouvoir de nuisance S’en détourner fera retomber le soufflé ; le temps que d’autres chiens et chiennes de garde soient lancés sur le terrain pour prendre le relais et se répandre sur d’autres sujets de société.



                                    • BA 22 avril 2018 14:10

                                      Europe : le retour de l’épuration ethnique.


                                      Antisémitisme : plus de 300 personnalités dénoncent « une épuration ethnique. »


                                      Les signataires de ce « manifeste contre le nouvel antisémitisme » en France, publié dimanche 22 avril dans « Le Parisien », évoquent notamment un « silence médiatique ».


                                      Plus de 300 personnalités ont signé un « manifeste contre le nouvel antisémitisme » en France, dénonçant un « silence médiatique » et une « épuration ethnique à bas bruit au pays d’Emile Zola et de Georges Clemenceau » dans certains quartiers, dans Le Parisien à paraître dimanche 22 avril.


                                      « Nous demandons que la lutte contre cette faillite démocratique qu’est l’antisémitisme devienne cause nationale avant qu’il ne soit trop tard. Avant que la France ne soit plus la France », lit-on dans ce texte.


                                      Il a été signé par des politiques de droite comme de gauche – l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy, l’ex-premier ministre Manuel Valls, l’ancien maire de Paris Bertrand Delanoë, le président des Républicains Laurent Wauquiez... –, et par des artistes (Gérard Depardieu, Charles Aznavour, Françoise Hardy...). Alain Finkielkraut, Bernard-Henri Levy, Elisabeth Badinter et Luc Ferry sont aussi au nombre des signataires, tout comme des responsables religieux, dont des imams.


                                      « Dans notre histoire récente, onze Juifs viennent d’être assassinés – et certains torturés – parce que Juifs par des islamistes radicaux », écrivent-ils, en référence à l’assassinat d’Ilan Halimi en 2006, à la tuerie dans une école juive de Toulouse en 2012, à l’attaque de l’Hyper Cacher en 2015, à la mort par défenestration à Paris de Sarah Halimi en 2017 et, récemment, au meurtre d’une octogénaire dans la capitale, Mireille Knoll.


                                      « Nouvel antisémitisme »


                                      « Les Français juifs ont vingt-cinq fois plus de risques d’être agressés que leurs concitoyens musulmans », lit-on dans ce manifeste.


                                      « Dix pour cent des citoyens juifs d’Ile de France – c’est-à-dire environ 50 000 personnes – ont récemment été contraints de déménager parce qu’ils n’étaient plus en sécurité dans certaines cités et parce que leurs enfants ne pouvaient plus fréquenter l’école de la République. »


                                      Ciblant principalement ce « nouvel antisémitisme », les signataires demandent « que les versets du Coran appelant au meurtre et au châtiment des juifs, des chrétiens et des incroyants soient frappés de caducité par les autorités théologiques, comme le furent les incohérences de la Bible et l’antisémitisme catholique aboli par le concile Vatican II, afin qu’aucun croyant ne puisse s’appuyer sur un texte sacré pour commettre un crime ». 


                                      « Nous attendons de l’islam de France qu’il ouvre la voie », écrivent-ils.


                                      http://www.lemonde.fr/religions/article/2018/04/21/antisemitisme-plus-de-300-personnalites-denoncent-une-epuration-ethnique_5288826_1653130.html



                                      • Eric F Eric F 22 avril 2018 15:23

                                        @BA
                                        attention, le terme « épuration ethnique » désigne une politique institutionnelle, la question que vous évoquez concerne une hostilité anti-communautaire.


                                      • Pierre Régnier Pierre Régnier 22 avril 2018 15:41

                                        @BA

                                        Le problème est que, si sa théologie criminogène disparaît, c’est l’islam lui-même qui disparaît, car il doit sa survie et son extension dans des pays comme la France, à la terreur « spirituelle » qui le fonde dès son origine, et qu’il n’a cessé de cultiver depuis.

                                        Mais l’autre problème, plus grave encore, est que les pays comme la France, qui en étaient protégés jusqu’à ces dernières décennies, sont dirigés par des trouillards qui préfèrent trahir l’essentiel de leurs valeurs, et leurs peuples eux-mêmes, plutôt que de résister et d’interdire cette religion qui ne devrait pas exister en pays démocratique adepte des Droits Humains.

                                        Je rappelle inlassablement que c’est après que les responsables musulmans aient refusé d’inscrire dans les textes fondateurs du CFCM le droit du musulman de changer de religion que ce CFCM a été créé par un gouvernement français.

                                        Et, depuis, les nouveaux gouvernants, de nombreux journalistes, philosophes, magistrats, politiciens (dont de nombreux pétitionnaires, principalement de la fausse Gauche) ne cessent de nous présenter ce CFCM (Conseil Français du Culte Musulman) comme un organisme représentatif D’UN ISLAM MODÉRÉ !


                                      • Armand Griffard de la Sourdière Armand Griffard de la Sourdière 22 avril 2018 17:36

                                         Faudrait essayer « adelphité » pendant une ou deux années pour voir !
                                         Mais je verrais plus " adolphité qui devrait faire  fureur ! (au moins au FN ) ou pas  ?_ ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès