• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > L’art scellement

L’art scellement

Pour mieux tomber du piédestal …

Le temps est venu de mettre à bas l’odieux machisme sournois, l’insidieuse domination implicite de la braguette triomphante, la détestable loi du silence et des hypocrisies sous le poids immense de secrets qui doivent être avalés à grand coup de traumatisme et de frustration. Les monstrueux héros du phallus impudique descendent enfin de leur statue et mettent enfin un genou à terre. Mais est-ce pour autant la fin d’une malédiction qui trouve son origine dans la genèse ?

Qu’ils soient producteurs ou bien cinéastes, agents ou bien metteurs en scène, la tentation est grande d’abuser de l’aura des lumières pour profiter de la situation afin de promettre à une dame de la faire étoile. Que cette dérive de tous les pouvoirs soit enfin dénoncée est heureux et nul ne saurait s’en plaindre. Mais qui donc peut penser que le bruit de la dernière affaire sera de nature à faire cesser cette abominable pratique ?

L’attrait de gloire, le prestige de la renommée, les paillettes et la notoriété seront de puissants moyens de pression, avec ou sans un total consentement pour celle qui se laissera prendre à ce petit jeu détestable. Ce qui contraint l’observateur à la nuance dans l’approche du phénomène actuel. Rien ne permettra jamais d’abattre le miroir des vanités et des ambitions quand celles-ci se télescopent.

On peut s’en indigner tout autant que montrer du doigt les protagonistes. On peut surtout plaindre les victimes qui ont été confrontées au pire de l’âme humaine, l’exploitation de la position dominante. Puis on s’aperçoit vite que la dérive n’est pas le seul fait du monde artistique et que l’on peut trouver pareils abus dans le monde du travail, de la politique, du sport également.

C’est fondamentalement la domination masculine qui est en cause, la permanence d’un masculin qui l’emporte, qui impose son désir par tous les moyens de pression qui sont à sa disposition. C’est bien sûr toute une éducation à revoir tout autant que le changement de toutes les représentations traditionnelles. Il conviendrait de revoir les mythes, les légendes, les contes qui continuent de creuser le sillon infâme de la domination du mâle.

L’art n’est ici que le reflet d’une maladie sociale profondément ancrée dans les consciences et scellée dans le marbre de quelques textes religieux. Il faudrait décréter cause internationale l’égalité des femmes et des hommes pour abattre un machisme endémique dans bien des catégories sociales, dans de nombreuses communautés. Se voiler la face est à ce titre la plus abjecte des lâchetés au nom d’une tolérance qui finit toujours dans des maisons closes à la transformation des mentalités…

Sonner l'hallali sur les quelques individus offerts en pâture n’est d’aucune efficacité si une véritable définition des valeurs qui sont incontournables pour avoir place dans la communauté nationale ne sont pas définies et mises en application après une nécessaire pédagogie collective. Chacun devine aisément qu’il y a bien loin du discours à la réalité et que retirer la légion d’honneur à ce type qui ne l’a sans doute jamais méritée est un coup d’épée dans l’eau.

La loi, voilà la seule réponse que l’on oppose aux questions de société comme si la peur du gendarme, surtout dans des domaines aussi complexes à mettre en application pouvait suffire à transformer les états d’esprit. C’est bien plus qu’il convient de faire dans les écoles d’abord mais aussi dans toutes les représentations de la relation femme-homme dans la publicité, à la télévision, dans les églises, dans la mode, dans les entreprises comme au gouvernement et dans le monde politique.

Nul corps social n’échappe aux dérives sexistes, nulle communauté ne peut se prétendre exempte de représentation fallacieuse et d’idées préconçues et indignes dans ce domaine, nulle pyramide hiérarchique peut se prévaloir de ne pas défendre une conception archaïque de la chose, d’un ordre établi dans l’idée de la domination éternelle de la gent masculine. Des états généraux seraient indispensables plutôt que cette chasse à ces diables pitoyables qui servent de boucs émissaires alors que nous sommes tous porteurs de responsabilités.

Soralement vôtre.

 

Documents joints à cet article

L'art scellement

Moyenne des avis sur cet article :  2.6/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Julien30 Julien30 31 octobre 2017 10:46

    Une bonne grosse tartine médiatiquement correct au beau message « le sexisme et les agressions c’est pas bien, les hommes ils sont très méchants ». C’est bien Nabum vous suivez la meute, avec du retard quand même, mais on aurait du mal à se passer d’un article aussi essentiel, bravo !


    • V_Parlier V_Parlier 31 octobre 2017 15:44

      @Julien30
      Et vous oubliez le nouvel ingrédient à la mode, présent aussi dans l’article : Les types qui usent de leur position pour sauter sur tout ce qui bouge, ce serait lié à des « textes religieux ». Je sais qu’on me dira tout de suite : Certains textes, explicitement oui, c’est sûr, on les connaît... Mais le politiquement correct oblige : Il ne faut pas distinguer ni dire d’où ils proviennent, hein... C’est mieux de s’en abstenir et de promouvoir le culte de l’égoïsme, de la « jouissance sans entraves », de l’interdit d’interdire, du succès quel qu’en soit le prix, pour venir chouiner après parce-que c’est la loi du plus fort qui en découle.


    • V_Parlier V_Parlier 31 octobre 2017 16:01

      @V_Parlier
      Et j’ajouterais pour les « moinsseurs » : Il est aussi intéressant de remarquer Baupin, l’image même de cet hypocrite « progressiste » qui posait en talons aiguilles pour ces campagnes néo-féministes ridicules, pour revenir ensuite dans les bureaux, là où ses collègues féminines devaient verrouiller leur porte pour ne pas qu’il leur saute dessus. Voilà-t-y pas là aussi un bel exemple de post-soixante-huitard modèle ?(Religieux peut-être...)


    • C'est Nabum C’est Nabum 31 octobre 2017 18:51

      @Julien30

      Regardez attentivement
      j’ai fait quelques pas de côté


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 octobre 2017 10:47

      Bonjour Nabum. N’oubliez pas que ce sont avant tout les femmes qui alimentent le culte des paillettes et du phallus. J’ai passé hier une soirée avec des amis, des vrais (on a chanté Brel, Barbara). L’endroit était sombre, intime. J’ai cru vivre sur une autre planète, ou dans un rêve.


      • C'est Nabum C’est Nabum 31 octobre 2017 18:51

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        J’ai joué de la nuance


      • Hector Hector 31 octobre 2017 11:48

        Bonjour Nabum,
        Vous n’avez pas lésiné sur l’anathème. Compliments. Mais je vous préfère en conteur Ligérien qu"en loup hurlant avec la meute.
        Et puis on ne tire pas sur une ambulance, tout ça est déjà suffisamment triste pour ne pas en rajouter une couche.


        • C'est Nabum C’est Nabum 31 octobre 2017 18:53

          @Hector

          J’ai attendu la veille de la Toussant pour tirer sur un corbillard


        • Crab2 31 octobre 2017 11:55
          Les indéfendables

          Pourquoi beaucoup trop d’hommes se considèrent propriétaires de leur femme, sinon des femmes ?

          https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/10/les-indefendables.html


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 31 octobre 2017 12:15

            @Crab2


            Ce n’est pas propre à la religion. Le communisme et sa domination administrative et totalitaire a fait encore plus de dégâts. Lire ou relire : « La Mort est mon Métier ». Pourquoi un homme (ou une femme) apparemment « normal » se transforme un jour en bourreau ? Malheureusement, Le Robert Merle, écrivain était différent dans la réalité. Et selon la biographie de son fils, à la fin de sa vie, il est tombé sous la coupe d’une femme vénale (bon ! c’est la vision du fils,...).

          • C'est Nabum C’est Nabum 31 octobre 2017 18:53

            @Crab2

            Ni maître ni dieu


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 1er novembre 2017 12:55

            @Jao Aliber


            Toutes les formes de domination sur autrui commencent au stade anal (quand bébé marque son territoire ou affirme son autonomie en refusant de faire l’étron doré ou dol lard tant attendu par sa mère). C’est un instant absolu de victoire qui augure déjà de sa chute. UBU ROI.

          • juluch juluch 31 octobre 2017 13:28

            Sujet délicat.


            On a tous pu suivre cette affaire de « harcèlement » dans un milieu réputé pour être sulfureux à bien des égards et qui alimente la presse à sensation.

            Ces quoi ces pauvres affaires comparées aux viols systématiques lors de guerres en Afrique par exemple......là la presse ne l’évoque pas....on s’en fiche.

            Ici se sont des femmes qui dénoncent, calomnient à tour de bras des pratiques que tous le monde connait et surtout...acceptent !

            moi meme j’ai pu côtoyer des femmes affirmer d’avoir couché pour un poste et s’en vanter !

            Ce remue ménage n’est rien de plus qu’une vague sur le marigot de l’hypocrisie institutionnalisé.

            • C'est Nabum C’est Nabum 31 octobre 2017 18:54

              @juluch

              Exactement


            • pipiou 31 octobre 2017 21:22

              @juluch
              En résumé ces actrices sont de bonnes salopes, on ne va pas les plaindre


            • juluch juluch 31 octobre 2017 21:44

              @pipiou

              c’est votre interprétation....si vous voulez.

            • mmbbb 1er novembre 2017 13:59

              @pipiou Beaucoup d acteurs d ’actrices ne le sont pas . Les femmes ont souvent fait leur reputation dans des scenes chaudes pour pimenter un scenario faiblard . Les acteurs trices actuelles se complaisent dans leur ego Il est étonnant que nous prétions tant d attention au sexe ( nous vivons dans une sociéte hypersexaulisée pour vendre une cuisine on fout une femme a poil et elle ne semble pas etre traumatisée ) , au scandale au sulfureux au succes en payant le prix comme le souligne si bien Juluch mais en rejetant la norme , la morale la decence . Cela paraitrait un retour en arrière Nous sommes devenus schizophrène . Vais je respecter Beatrice Dalle  ? Tout ceci me rappelle le tableau de Manet le dejeuner sur l herbe mais desormais la problématique est inversée , La femme devrait etre non pas nue mais en burqua . 


            • Albert123 31 octobre 2017 18:14
              « Le temps est venu de mettre à bas l’odieux machisme sournois, l’insidieuse domination implicite de la braguette triomphante, la détestable loi du silence et des hypocrisies sous le poids immense de secrets qui doivent être avalés à grand coup de traumatisme et de frustration. »

              remplacez « machisme » par « gauchisme » et tout d’un coup ça colle beaucoup plus au réel et aux 250 dernières années qu’a connue la France.






              • C'est Nabum C’est Nabum 31 octobre 2017 18:55

                @Albert123

                à la vôtre


              • mmbbb 1er novembre 2017 14:02

                @Albert123 Jadis seuls les rois pouvaient avoir des maitresses festoyer guerroyer et allez sans avoir la conscience torturée a la messe . Faites moi roi ! 


              • marmor 31 octobre 2017 18:54
                D’Orléans a dû se creuser la citrouille pour trouver l’excellent jeu de mot pour son titre !!
                Pourquoi pas lard sel ment c’est presque aussi con !

                • C'est Nabum C’est Nabum 31 octobre 2017 18:55

                  @marmor

                  Fuyez


                • JC_Lavau JC_Lavau 31 octobre 2017 21:11

                  Pis c’est la braguette ouverte à tous les zabus...


                  • C'est Nabum C’est Nabum 1er novembre 2017 02:13

                    @JC_Lavau

                    Exactement


                  • Nolats Nolats 1er novembre 2017 10:18

                    @JC_Lavau
                    en l’occurrence zabus longs...


                  • nono le simplet nono le simplet 1er novembre 2017 02:47

                    on va dire que c’est parce que je ne suis plus tout jeune mais je suis atterré par les réactions ostensibles de la plupart des « jeunes » quand ils croisent une belle femme ...

                    - t’as vu, elle est bonne ! je lui ferais bien ça ou ci ...
                    le tout, à voix haute, avec un regard insistant ... un regard de propriétaire ! 

                    sans me vanter j’ai eu pas mal d’aventures quand j’étais jeune, un temps où c’était moins facile, un temps où les femmes étaient moins libérées ... mais Mai 68 était passé par là et le mariage n’était plus la seule option possible ...
                    et pourtant, je n’ai jamais été un « dragueur », séducteur peut être, même sûrement, mais pas dragueur et je ne faisais des « avances » un peu précises que quand j’étais sûr de la réciprocité ...

                    évidemment, quand on n’est pas tellement gâté par la nature et que l’on rêve de « canons » la vie ne doit pas être facile ... mais il y a d’autres moyens de séduire que l’agression ... demandez à Serge Gainsbourg ou à Samy Davis Junior ...



                    • C'est Nabum C’est Nabum 1er novembre 2017 04:59

                      @nono le simplet

                      Le langage excrémentiel qui est la grande tendance de l’époque va forcément de pair avec des comportements bestiaux


                    • xana 1er novembre 2017 08:18

                      @C’est Nabum
                      Ainsi que la réactivité épidermique exclusivement émotive, également caractéristique de notre époque. La raison pouvait museler certains instincts, autrefois. Plus maintenant.


                    • JC_Lavau JC_Lavau 1er novembre 2017 08:43

                      @nono le simplet. Wi, le pognon.


                    • zygzornifle zygzornifle 1er novembre 2017 08:57

                      @arthes


                      L habit ne fait pas le moine.

                      la bite ne fait pas le moine ......

                    • zygzornifle zygzornifle 1er novembre 2017 08:56

                      Balance ton porc ..... les éleveurs bretons en colère ......


                      • Nolats Nolats 1er novembre 2017 10:29

                        La mixité nécessite l’inhibition des pulsions, l’éducation et la morale le prescrivent, les propensions naturelles se rebiffent souvent -surtout en position de puissance-. Aucune société ne l’a résolu. Là où l’instit a échoué, reste le flic.



                          • Macondo Macondo 1er novembre 2017 12:38

                            Un ange passe, avec la rassurante bobine de Jean-Pierre Marielle ...


                            • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 novembre 2017 11:51

                              C’est moins une question d’hormone qu’une manière des tester que l’homme (parfois les femmes-Thatcher) est le dominant Qu’il a la maîtrise, le contrôle de la situation. Evolution inévitable de l’homo oeconomicus. Idem avec cette nouvelle tendance qu’est le transhumanisme. Les psys parlent de fixation au stade sadique anal. Le nazi version soft qui un jour, risque bien de devenir : HARD. Un article du 1er novembre aborde ce sujet dans LA LIBRE. C’est l’Hydre de l’Herne qui ressort toujours de son trou.https://www.google.be/search?q=hydre+de+lerne&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjkw5W32p_XAhVDORoKHehxCIwQ_AUICigB&biw=1280&bih=675#imgrc=aHEz9BL2lavd2M : Après la fin de la guerre quarante, le monde se croyait définitivement débarrassé du monstre (qui ressemble d’ailleurs beaucoup à des intestins), alors que ses tentacules regrignotait du terrain (BILDERBERG).




                                  • Antoine 2 novembre 2017 12:28

                                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                    De passage hier à Lusignan, une pensée pour la fée à queue de serpent et au roi de Jérusalem.
                                    bises.
                                     
                                    A propos de l’abeille :
                                     
                                    Il y a dans la bible deux femmes qui se nomment Déborah, ce qui veut dire Abeille :
                                    La nourrice de Rebecca, la femme d’Isaac, et Déborah, juge et prophète, présentée comme une mère en Israël qui se lève pour appeler les hommes aux secours d’Israël.Plus que la royauté,c’est l’aspect maternel et social qui est retenu, l’image de la ruche en tant que corps social maternant.
                                    Dans le premier cas, elle est ce qui explique la soumission de Rebecca au mariage arrangé qu’elle accepte. Dans le second cas, il s’agit de l’appel au secours d’une mère pour son peuple.
                                    Dans le cas de Déborah la prophète, il y a aussi la capacité de parole attribuée à l’abeille, et qui lui permet de lancer l’appel. Peut-être faut-il également ajouter la présence du dard, ce qui nous rapprocherait de la fée Mélusine, et qui permettrait de comprendre sa capacité à s’engager dans la guerre au côté de Barak .
                                    C’est avec le pieu de la tente que Yaël tue Sisera.
                                    Une autre mère pleurera.


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 novembre 2017 14:05

                                    @Antoine


                                    Merci Antoine, avec vous, je sais que j’ai un « authentique » lecteur. sensible à mon dard de velours,... smiley

                                    A propos de Samson, je suis plongée dans un livre passionant. La philosophie Egyptienne du Christ de Dibombari MBOCK. J’ai toujours eu cette étrange intuition que je descendais des DOGONS. Du côté de mon père, c’étaient des menuisiers et des tisserands et du côté de ma mère : des forgerons. Je suis à la page 25, c’est simplement : EDIFIANT. A propos, c’est ma grand-mère FLORE, l’instruite qui ma élevée. C’est bien simple : elle m’adorait. Parfois un peu trop. J’aimais les raisin sans la peau. Et un jour elle a enlevé la peau de tous les raisin d’un grappe, ainsi que les pépins. C’était là le plus bel acte d’amour qu’une grand-mère peut vous montrer. Vous êtes blindée pour la vie.https://www.google.be/search?q=ZAZIE+DANS+LE+METRO&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwiHmuf0-Z_XAhUEOxoKHZs9AIcQ_AUICigB&biw=1280&bih=675#imgrc=cjDUszX7kiMAWM :

                                  • Antoine 2 novembre 2017 16:02

                                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                                    Tournant autour du tombeaux des patriarches, j’en étais arrivé à conclure que cette construction devait être d’origine assyrienne, en témoigne le style des pierres de tailles, telles celles qu’on retrouve à Baalbek ou Palmyre. Je me souviens aussi qu’Abraham venait de là-bas, de la Mésopotamie, ainsi que toutes les femmes qui sont dans le tombeau..
                                    Hébron et Gaza sont situés sur une limite entre le monde égyptien et le monde assyrien. C’est une frontière, un point de passage. Tel que raconté dans la bible, les hébreux sont furieusement patriarcaux et leur origine assyrienne (voir les Hyksos de Josèphe) explique leur opposition à Pharaon.
                                    Les ennemis de Samson vouaient un culte à Dagon.
                                    Cependant en 270 av JC, quand PtoléméeII fait traduire la bible hébraïque en bible grecque, c’est parce qu’Hébron est sous domination de l’Égypte et que la plus grosse communauté juive de ce temps est à Alexandrie.
                                    On peut alors effectivement penser que le christianisme est issu d’un croisement entre une spiritualité assyrienne (judaïque) et une spiritualité du pays des pharaons.


                                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 2 novembre 2017 14:15

                                    lire Griaule : Mélusine est une femme légendaire du Poitou, d’Alsace, de Lorraine, de Champagne, du ..... des Sumériens ; Nommo le dieu des Dogons du Mali, à une forme anguipède, comme parfois Gargantua ; les nâginis du Népal et de l’Inde…

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès